Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’énergie dans le développement de la Nouvelle-Calédonie

 | 
Yves Le Bars
, 
Elsa Faugère
, 
Philippe Menanteau
, 
et al.

Les émissions et les réductions d’émissions de gaz à effet de serre en Nouvelle-Calédonie

Comment la Nouvelle-Calédonie pourrait-elle tirer parti de son contexte géologique en matière de recherche et d’expérimentation sur les technologies de stockage de CO2 ?

Texte intégral

1Il existe trois options potentielles pour le stockage de CO2 :

  • L’immersion de CO2 (liquide) dans l’océan profond : elle soulève des difficultés quant à son efficacité, son coût, son impact sur l’environnement et sur la pérennité du stockage. Les techniques en sont encore au stade de la recherche.
  • Le stockage par séquestration minérale ex situ (carbonatation minérale à partir de déchets) : ce procédé, qui consiste à fixer industriellement le CO2 dans des carbonates inorganiques, en est au stade de la démonstration (site pilote) et demande de l’énergie pour la carbonatation ainsi que la construction d’usines pour réaliser cette opération.
  • Le stockage dans les formations géologiques : cette option propose des pistes paraissant actuellement plus proches de la possibilité de mise en œuvre. Au plan mondial, plusieurs projets sont arrivés à maturité technique, mais ne sont encore, faute d’un prix de la tonne de CO2 émise suffisamment élevé, économiquement réalisables que pour obtenir, par exemple, une exploitation plus complète des gisements de pétrole. L’Australie fait partie des cinq pôles mondiaux importants développant des recherches sur le stockage géologique.

BREF APERÇU DU CONTEXTE GÉOLOGIQUE DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE

2L’archipel de la Nouvelle-Calédonie se situe dans la zone de transition entre le domaine continental australien et le domaine océanique de la plaque Pacifique. L’île de la Nouvelle-Calédonie (la Grande Terre) correspond pro parte à la partie émergée et septentrionale de la ride de Norfolk (figure 10) qui n’est autre qu’un lambeau de la marge orientale du super-continent Gondwana s’étant séparé de l’Australie il y a environ cent millions d’années. Plus au nord, la Ride des Loyauté est constituée d’anciens édifices volcaniques ennoyés et recouverts par d’importants dépôts carbonatés récifaux. Ces deux unités insulaires sont jalonnées de bassins sédimentaires ayant un potentiel économique en cours d’évaluation.

La présence de massifs de péridotites et de basaltes

3L’histoire géologique de la Nouvelle-Calédonie, quoique complexe, est relativement bien connue. La Grande Terre résulte de l’émersion d’un prisme orogénique (chaîne de montagne) qui s’est formé entre 36 et probablement 28 millions d’années, en se propageant vers l’ouest dans un contexte géodynamique de subduction-obduction. Cette obduction s’est manifestée de façon spectaculaire par le chevauchement vers le sud-ouest de la lithosphère océanique du bassin des Loyauté sur la Grande Terre. Les témoins de ce chevauchement correspondent aux restes d’une nappe de péridotites qui s’enracine sous le bassin des îles Loyauté et que l’on retrouve donc sous une faible épaisseur de sédiments le long de la côte est. Cette nappe de péridotites recouvre encore aujourd’hui une partie de l’île de la Nouvelle-Calédonie et en fait sa richesse et son originalité. Les péridotites constituent aujourd’hui d’importants massifs qui représentent un tiers de la Grande Terre (5 500 km2) et sont répartis dans le sud et sur la côte ouest. Le massif du sud est le plus grand massif du monde après celui d’Oman ; il pourrait atteindre par endroits 3 000 m d’épaisseur.

4Cette abondance exceptionnelle de roches ultrabasiques est non seulement à l’origine de réserves considérables de nickel et de cobalt, mais peut aussi contribuer au stockage géologique de CO2 via la carbonatation.

5Sur la côte ouest, la nappe des péridotites chevauche l’unité géologique de Poya qui correspond à un empilement d’écailles chevauchantes de croûte océanique et est constituée à 95  % par des basaltes (cette unité est appelée aussi nappe des basaltes). Ces basaltes ont une extension importante et affleurent sur la moitié nord de la côte ouest.

Sources : Direction de l’industrie, des mines et de l’énergie de Nouvelle Calédonie/BRGM septembre 2009

Figure 10. Carte géologique de la Nouvelle-Calédonie d’après Pierre Maurizot, BRGM-Dimenc, 2001
Les massifs de péridotites représentent un tiers de la surface de la Grande Terre et sont situés à proximité des centres d’émission de CO2. L’unité de Poya qui jalonne une grande partie de la côte ouest comprend essentiellement des basaltes (95 %) propices, eux aussi, au stockage de CO2.

Des bassins sédimentaires importants et peu connus

6Sur la bordure ouest, et à l’ouest de la Grande Terre, les bassins sédimentaires associés à l’orogenèse néo-calédonien, bien que reconnus pour leur potentiel pétrolier, restent sous-explorés. Ces bassins sédimentaires représentent un important potentiel pour le piégeage de CO2 puisqu’ils sont susceptibles de renfermer de futurs gisements pétroliers et des aquifères salins.

LE STOCKAGE DE CO2 DANS LES FORMATIONS GÉOLOGIQUES : ÉTAT DE L’ART

7Les solutions de stockage géologique de CO2 les plus conventionnelles que l’on trouve dans les bassins sédimentaires en sont déjà au stade commercial lorsqu’elles apportent par ailleurs un autre gain que celui du stockage du CO2. Parmi ces solutions, on peut d’emblée éliminer en Nouvelle-Calédonie la récupération assistée de méthane dans une couche de houille ; en effet, les gisements de charbon n’y sont pas assez importants pour appliquer ce procédé.

8En revanche, on peut ajouter aux options de stockage géologique envisageable sur le Territoire la séquestration minérale in situ dans des roches basiques (basaltes) ou ultrabasiques (péridotites). Cette option, moins conventionnelle, en est au stade de la recherche et de la démonstration (deux sites pilotes au monde) et pourrait trouver en Nouvelle-Calédonie un excellent terrain d’expérimentation, dont les résultats pourraient alimenter les réseaux de recherche internationaux.

La séquestration géologique dans les bassins sédimentaires

9Les bassins sédimentaires représentent de nos jours le potentiel de stockage le plus important à l’échelle planétaire. Des projets commerciaux ou de démonstration ont été lancés par l’industrie pétrolière, ces dernières années, en partenariat avec des réseaux de recherche nationaux et internationaux. Leur répartition à travers le monde est encore assez hétérogène.

Les gisements d’hydrocarbures

10Les réservoirs de pétrole et de gaz (roches poreuses) ont prouvé leur étanchéité pendant plusieurs millions d’années ; ils sont donc susceptibles de pouvoir être utilisés pour le stockage de CO2. On connaît d’ailleurs des gisements naturels découverts lors de forages d’exploration pétrolière et exploités industriellement (par exemple, le gisement de Montmirail dans la Drôme). Les gisements d’hydrocarbures constituent pour le moment l’option de stockage géologique la plus facile à mettre en œuvre et la plus économique.

Le stockage de CO2 dans un champ de pétrole avec récupération assistée

11La technologie d’injection du CO2 est déjà connue par l’industrie pétrolière qui pratique la récupération assistée de pétrole (RAP) depuis le début des années 1970. Le CO2 est injecté dans les gisements en cours d’exploitation pour réduire la viscosité du pétrole. À la fin du cycle de récupération de l’énergie, le CO2 peut être emprisonné au lieu d’être libéré dans l’atmosphère. Parmi les sites de stockage en cours d’activité, l’un des plus importants est le projet commercial Weyburn au Canada – un projet international commencé en 2000 sous l’égide de l’AIE – où 3 000 à 5 000 tonnes de CO2 sont injectées chaque jour. Ce projet, auquel participent aussi l’Union européenne et Total, doit durer 15 ans et permettre de stocker définitivement plus de 20 millions de t de CO2 tout en récupérant 130 millions de barils de pétrole.

Le stockage de CO2 dans les anciens champs de gaz épuisés ou déplétés

12Les anciens gisements de pétrole ou de gaz épuisés ou en phase de déclin (déplétés) constituent aussi des sites de stockage économiquement très intéressants. Plusieurs projets pilotes sont en cours d’expérimentation au niveau mondial pour essayer de démontrer la fiabilité et la pérennité de ce type de stockage géologique à long terme. En France, le premier projet pilote vient de démarrer dans l’ancien gisement de gaz de Lacq (Pyrénées) où 15 000 t de CO2 seront injectés pendant deux ans dans un réservoir déplété. Le projet est piloté par Total qui s’est entouré de la communauté scientifique française (IFP, BRGM, Cregu, CNRS, Université). Dans le même ordre de grandeur, l’Australie a démarré, en 2008, le projet pilote d’Otway (CO2CRC Otway Project) considéré comme un des plus démonstratifs au monde par l’AIE pour la qualité du monitoring mis en place (100 000 t de CO2 y seront injectés pendant deux ans). L’AIE évalue par ailleurs les capacités de stockage de gisements d’hydrocarbures épuisés ou déplétés à 920 Gt de CO2.

13Les recherches en cours, financées par les compagnies pétrolières et le domaine public, mettent l’accent sur les outils et techniques de surveillance de l’étanchéité des sites de stockage (fuites dans les forages, étanchéité de la couverture). On estime actuellement que les fuites ne doivent pas dépasser 1  % du CO2 total stocké pendant 1 000 ans.

Les aquifères salins

14De même que les gisements pétroliers, les aquifères salins profonds se rencontrent dans les bassins sédimentaires en mer et en terre ferme, mais ils sont beaucoup plus nombreux et à des profondeurs moins importantes. Le CO2 injecté dans le réservoir reste séquestré par piégeage hydrodynamique, par solubilité dans les fluides en place, et par minéralisation. Les aquifères doivent se situer à plus de 1 000 m de profondeur, afin de permettre le stockage de CO2 à l’état supercritique.

15Les programmes de recherche les concernant sont moins avancés que ceux qui portent sur les gisements d’hydrocarbures, mais plusieurs projets de démonstration sont déjà en cours. Une première expérience commerciale de stockage d’1 million de t de CO2 par an a été lancée en mer du Nord, en 1996, par le pétrolier norvégien Statoil (projet européen Sleipner). Le deuxième projet commercial le plus connu est celui de In-Salah en Algérie (BP, Sonatrach, Statoil), débuté en 2004, où le CO2 provenant de l’exploitation du gaz naturel est réinjecté (1,2 million de t/an) dans l’aquifère du champ de gaz en production, ce qui en fait l’unique projet de ce type au monde. En France, c’est le bassin sédimentaire de Paris qui a été retenu pour réaliser une première évaluation du potentiel de stockage en aquifère avant de lancer un projet de démonstration.

16Comme pour les gisements d’hydrocarbures, les recherches sur les aquifères salins portent surtout sur le comportement à long terme du stockage, mais les incertitudes concernant leur étanchéité sont plus importantes. Selon l’AIE, les aquifères profonds offrent les plus importantes capacités de stockage de CO2 au niveau mondial (400 et 10 000 Gt).

Les bassins sédimentaires de Nouvelle-Calédonie présentent un potentiel considérable

17La présence de bassins sédimentaires sur la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie est incontestablement un avantage. Ces bassins se trouvent relativement près des centres d’émission de CO2 ; ils contiennent forcément des aquifères salins, mais restent sous-explorés. Le contexte géologique est relativement bien connu, mais il faudra attendre de nouvelles campagnes d’exploration pétrolière pour disposer d’une bonne évaluation du potentiel de stockage.

18Si des gisements d’hydrocarbures sont découverts lors des activités d’exploration prévues à court et à moyen termes, des stockages géologiques de CO2 pourraient être envisagés à moindre coût par récupération assistée de pétrole dans un premier temps, puis dans les gisements déplétés. La découverte de gisements d’hydrocarbures sur la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie, près des centres d’émission de CO2, n’est pas exclue. On connaît déjà l’anticlinal de Gouaro où a été détectée une petite accumulation de gaz dans des réservoirs de faible qualité. D’autres structures comparables doivent exister sur la côte ouest, à mettre en évidence par de nouvelles campagnes d’exploration. Dans le cas de gisements plus lointains, qui restent à découvrir dans les bassins sédimentaires off shore de la ZEE de Nouvelle-Calédonie, il faudra envisager des moyens de transport de CO2 sous forme liquide par voie maritime, ce qui est aussi réalisable (selon le Giec, une distance de 300 km entre le site d’émission et le site de stockage reste raisonnable), mais à des coûts plus élevés.

La séquestration minérale in situ dans les roches basiques et ultrabasiques

19L’idée de transformer le CO2 par minéralisation s’appuie sur l’observation du processus de formation des roches carbonatées dans la nature, qui se déroule sur des échelles de temps géologiques. À la suite d’interactions entre fluides aqueux et fragments de roches silicatées, le calcium et le magnésium, dissous dans un premier temps, précipitent ensuite en présence de gaz carbonique sous forme de carbonates et de magnésite. On sait reproduire artificiellement ces réactions naturelles, ce qui a conduit aux différentes pistes de recherche de séquestration minéralogique de CO2.

20La séquestration minéralogique in situ consiste donc à injecter du CO2 dans des roches basiques (basaltes) ou ultrabasiques (péridotites), de manière à ce qu’il reste piégé naturellement sous forme minérale par carbonatation (transformation des roches en carbonates). D’importantes études expérimentales sont en cours pour quantifier les vitesses de minéralisation et l’efficacité du procédé. Les recherches portent aussi sur le potentiel de micro-organismes vivant à grande profondeur et pouvant améliorer la minéralisation. S’il fonctionne, ce procédé aura l’avantage d’être un des plus économiques et de stabiliser la séquestration du CO2 pendant des millions d’années. En outre, avec cette option de stockage, on s’affranchit des risques de fuites qui constituent le problème majeur de la séquestration gazeuse dans les gisements pétroliers ou les aquifères salins.

La séquestration dans les basaltes

21Les premières études sur la séquestration minérale in situ ont porté sur les roches basiques, en particulier sur les basaltes qui sont les roches les plus réactives pour la séquestration minéralogique de CO2. On sait que les roches basaltiques affleurant sur la planète consomment par processus d’altération du CO2 atmosphérique Elles ne représentent que 5  % des surfaces continentales. Il existe actuellement deux sites pilotes au monde où le CO2 est injecté dans des basaltes contenant des aquifères. Le premier, le BSCSP Project, est aux États-Unis dans l’État de Washington – il a démarré en 2008, mais rencontre actuellement des problèmes opérationnels.

22Le second projet est situé en Islande (90  % de basaltes), pays comparable à la Nouvelle-Calédonie en nombre d’habitants. Ce projet de démonstration, Hellisheidi CO2 Injection Pilot Study, est financé par la compagnie Reykjavik Energy qui en fait bénéficier un consortium de recherche constitué de laboratoires islandais, nord-américains et français (LMTG, Toulouse). Le CO2 provenant d’une centrale géothermique est réinjecté, sous forme dissoute dans de l’eau froide, dans les basaltes, à une profondeur de 400 à 800 m et en réutilisant des forages d’exploration. Il est ainsi prévu, à partir d’août 2009, d’injecter 32 000 t de CO2 par an dans ce laboratoire naturel. Si elle s’avère effective, la technologie pourra s’exporter dans d’autres régions basaltiques du monde.

23Elle pourrait trouver naturellement une application en Nouvelle-Calédonie qui possède une surface importante de basaltes répartie sur la moitié nord de la côte ouest. À noter que le projet de Koniambo (KNS) est situé tout près des affleurements de basaltes.

La séquestration dans les péridotites

24Les recherches réalisées sont beaucoup moins avancées que dans le cas des basaltes, probablement car les massifs de péridotites sont beaucoup moins importants dans le monde. Il n’existe pas encore de projet pilote, mais de récentes découvertes scientifiques réalisées par le Lamont-Doherty Earth Observatory de l’université de Columbia (New York, États-Unis), dans le massif de péridotites d’Oman, montrent l’importance du potentiel de la séquestration minéralogique des roches ultrabasiques. Les chercheurs estiment qu‘un procédé de carbonatation à 3 km de profondeur, très économique après son initialisation, pourrait permettre de stocker jusqu’à 1 Gt de CO2 par an dans le massif de péridotites d’Oman. Ils insistent également sur le potentiel des péridotites de Nouvelle-Calédonie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui, comme en Oman, se prolongent en mer sous une faible tranche de sédiments et sont accessibles à 3 km de profondeur. Il est évident que ce procédé nécessitera la réalisation d’un site pilote dans une de ces trois régions du monde. Ajoutons que, par rapport à la séquestration minéralogique ex situ, cette option nécessite moins d’énergie, n’occasionne pas de transport de matériel (roches) et pourrait donc s’avérer beaucoup plus économique.

25Là aussi, la Nouvelle-Calédonie a des avantages certains : elle possède, après celui d’Oman, le deuxième plus grand massif de péridotites au monde qui peuvent être atteintes à 3 km de profondeur, dans une zone où le procédé proposé par l’université de Columbia pourrait être appliqué.

COMMENT LA NOUVELLE-CALÉDONIE PEUT-ELLE TIRER PARTI DE SON CONTEXTE GÉOLOGIQUE ?

La séquestration géologique dans les bassins sédimentaires

26Il n’y a pas d’expérience en matière d’exploitation pétrolière et gazière en Nouvelle-Calédonie, mais il existe un réel potentiel de sites d’entreposage dans les bassins sédimentaires de sa côte ouest et de sa ZEE deep off shore. Il est fort probable que des campagnes d’exploration s’effectuent à moyen et court termes. Ces campagnes impliqueront la réalisation de forages qui pourraient découvrir des gisements d’hydrocarbures ou, dans le pire des cas, des aquifères salins.

27Dans le cas de gisements, le CO2 pourrait être stocké lors de récupération assistée de pétrole et/ou dans les aquifères salins qui se situent au contact des hydrocarbures. La Nouvelle-Calédonie doit être prête à négocier avec les compagnies pétrolières internationales cette option de stockage géologique dès que des campagnes d’exploration seront lancées dans sa ZEE. Le stockage en aquifère salin nécessitera une phase de démonstration, les éventuels projets pourront faire appel à des financements européens et à des labellisations internationales (AIE). Le CO2CRC d’Australie pourrait être un excellent partenaire pour mener ces recherches, en particulier sur la Ride de Lord Howe, cible d’exploration commune à l’Australie et la Nouvelle-Calédonie.

28Avant cela, la Nouvelle-Calédonie peut continuer à promotionner le potentiel pétrolier de ses bassins sédimentaires, et leur potentiel en termes de stockage géologique de CO2, qui peut intéresser les pays voisins. Ainsi, le service de la géologie de Nouvelle-Calédonie (Dimenc), qui a su très bien mettre en valeur l’intérêt économique de ses bassins sédimentaires, devrait inclure cette plus-value dans ses actions de promotion. Il pourrait pour cela intégrer les réseaux nationaux de recherche français (Club CO2), européens (CO2GeoNet) et de la région Asie-Pacifique (CO2CRS australien).

29Les bassins sédimentaires les plus attrayants du point de vue économique sont les bassins de la côte ouest puisqu’ils sont relativement proches des sites d’émission de CO2 et facilement accessibles. L’anticlinal de Gouaro qui a déjà été foré peut être une cible de stockage intéressante malgré l’évaluation pétrolière peu encourageante qui en a été faite. Une étude à moindre coût pourrait s’envisager, en révisant et en synthétisant les données acquises jusqu’à maintenant pour réaliser des modélisations prédictives de stockage, en collaboration avec l’IFP et le BRGM qui sont des spécialistes mondiaux dans ce domaine.

30Dans le cas de cibles de stockage off shore, des problèmes demeurent qui sont liés à l’éloignement et aux coûts des forages. D’après le Giec, l’éloignement des sites d’émission de CO2 reste néanmoins raisonnable s’il ne dépasse pas 300 km. Des installations et des moyens de transport maritime de CO2 sous forme liquide pourraient donc être concevables.

La séquestration minéralogique in situ dans les basaltes

31La séquestration minéralogique in situ dans des basaltes peut être envisagée en Nouvelle-Calédonie puisqu’une importante unité de basaltes jalonne la moitié nord de la côte ouest de la Grande Terre. Il faudra attendre les résultats des sites pilotes nord-américains (BSCSP Project) et islandais (Hellisheidi CO2 Injection Pilot Study) pour vérifier si ce procédé est exportable à la Nouvelle-Calédonie. En attendant, il serait judicieux de commencer à évaluer le potentiel des basaltes de la côte ouest de la Grande Terre par des expériences en laboratoire. Ce type de recherche est à la hauteur des financements proposés par le programme ANR, « Captage et stockage du CO2 », qui devrait relancer un appel d’offre prochainement sur la séquestration de CO2. Ce projet pourrait impliquer la Dimenc, l’université de Nouvelle-Calédonie, le BRGM, l’IFP et des laboratoires de recherche français, comme le LMTG (université de Toulouse), qui sont à la pointe dans ce domaine. Ils devront se faire avec l’appui financier de groupes comme Eramet et Xstrata.

32Du point du vue de la maturité des procédés, l’option « basaltes » se situe entre les options « bassins sédimentaires », déjà au stade opérationnel dans certaines conditions, et l’option « péridotites » qui en est encore au stade de la recherche et attend un site pilote. Un des avantages de la séquestration dans les basaltes est qu’elle nécessite des forages moins profonds (400-800 m) que la séquestration dans les péridotites (3 000 m). Un second avantage est la situation de la future centrale de Koniambo (projet KNS) très proche des affleurements de basaltes. Vu l’intérêt que porte la Province Nord aux problèmes environnementaux, cette solution devrait fortement intéresser la future centrale de Koniambo qui pourrait intégrer captage et stockage de CO2, d’autant que le groupe Xstrata, actionnaire à 49  % du projet Koniambo, est partenaire du CO2CRC australien et déjà impliqué dans les recherches sur le stockage de CO2 de la région. Il a d’ailleurs déjà investi 30 millions de dollars dans l’Otway Pilot Project, en Australie.

La séquestration minéralogique in situ dans les péridotites

33La séquestration minéralogique in situ dans les péridotites est l’option de stockage la plus séduisante au niveau de la recherche et de l’expérimentation. Même si les recherches en sont à un stade de maturité beaucoup moins avancé que l’option « bassins sédimentaires », si ce procédé s’avère fiable et efficace, la Nouvelle-Calédonie sera au premier rang mondial pour en bénéficier. L’opération pourrait même être moins coûteuse que d’autres options. Les capacités de stockage mises en évidence par l’université de Columbia, dans les péridotites d’Oman sont comparables à celles de la Nouvelle-Calédonie. Comme le soulignent les chercheurs, il ne manque plus qu’un laboratoire naturel pour passer du stade de la recherche à celui de la démonstration.

34Avec son contexte géologique et ses sites d’émission de CO2, la Nouvelle-Calédonie réunit toutes les conditions pour mettre en place un site pilote collaboratif, comparable à celui de Hellisheidi en Islande. Ce projet pilote doit se faire sur la côte est de la Grande Terre, si l’on en croit les spécialistes de l’université de Columbia qui préconisent des forages en mer pour trouver des zones de stockage dans des péridotites à 3 km de profondeur. L’enracinement des massifs de péridotites sur la côte est dans le bassin des Loyauté a déjà été montré par des campagnes de géophysique marine. Un tel projet doit être financé par le gouvernement et les industries responsables des émissions de CO2, comme c’est le cas en Australie. Au plan européen, les électriciens producteurs de CO2 n’hésitent pas à s’impliquer et à cofinancer des travaux sur toute la chaîne de capture et de séquestration.

35Un projet pilote de séquestration de CO2 dans les péridotites de la Grande Terre serait donc une occasion unique pour valoriser une fois de plus le contexte géologique de la Nouvelle-Calédonie et apporter un nouveau site expérimental (le troisième au monde en séquestration minéralogique in situ, et le premier dans des péridotites) aux réseaux de recherche internationaux. L’absence de données pétrophysiques et géophysiques sur ces formations rend actuellement délicate l’estimation de leurs capacités réelles en volumes de stockage de CO2. Comme pour les basaltes, des études préliminaires devraient être entreprises, via les appels d’offres de l’ANR.

L’INTÉRÊT DU STOCKAGE DU CO2 EN AUSTRALIE

36Avec les États-Unis, le Canada, l’Europe et le Japon, l’Australie fait partie des cinq pôles importants qui développent des recherches sur le stockage géologique. L’Australie fait du CCS (Carbone Capture and Storage) une priorité nationale et a créé le CO2CRC (The Cooperative Research Centre for Greenhouse Gas Technologies), une joint-venture entre industrie, gouvernement, universités et centres de recherches australiens et étrangers. Ces recherches ont pour but de réduire les coûts du CCS et de montrer sa fiabilité et son efficacité, en particulier en Australie et en Nouvelle- Zélande. Parmi les différentes options d’élimination du CO2, l’Australie a choisi le stockage géologique dans les bassins sédimentaires à terre ou près de ses côtes. Elle souhaite être à la pointe et exporter son savoir-faire dans ce domaine.

37L’Australie a un projet pilote opérationnel depuis 2008, qui est considéré comme un des plus démonstratifs au monde, le CO2CRC Otway Project où 100 000 tonnes de CO2 vont être injectées pendant deux ans dans un gisement de gaz déplété avec un important programme de surveillance. Le même type d’opération vient d’être mis en route par Total dans les Pyrénées françaises (gisement de Lacq). Parallèlement, deux autres projets arrivés à maturité pour le stockage géologique devraient être lancés prochainement en Australie. Le premier projet australien « charbon propre » ZeroGen, projet de démonstration sur la côte est, capturera le CO2 produit par la gazéification de charbon et le transportera grâce à un gazoduc de 220 km sur un site de stockage géologique plus à l’intérieur des terres (début du projet prévu pour 2012). Sur la côte ouest, un projet industriel de LNG (Gorgon Project), planifié par les compagnies Chevron, Shell et Exxon, prévoit d’injecter 3,3 millions de t de CO2 par an dans un aquifère salin près de l’île de Barrow, soit un total de 125 millions de t pour toute la vie du projet ; la phase de construction des installations doit commencer fin 2009 et durera 5 ans.

38L’Australie s’investit donc considérablement dans des projets de recherche et développement sur le stockage géologique de CO2 dans les bassins sédimentaires et est en train de devenir un leader mondial dans ce domaine. La Nouvelle-Calédonie aurait donc tout intérêt à rejoindre le réseau CO2CRC dans lequel la Nouvelle-Zélande est également fortement impliquée. Bien que se trouvant à un stade de connaissance beaucoup moins avancé, les bassins sédimentaires de la côte ouest de Nouvelle-Calédonie présentent un intérêt certain pour le stockage géologique, au même titre que les bassins australiens.

39Lors des probables campagnes d’exploration pétrolière qui seront réalisées sur la ride de Lord Howe qui s’étend sur les ZEE d’Australie et de Nouvelle-Calédonie, le CO2CRC sera certainement intéressé par l’évaluation des possibilités de stockage de CO2.

MUTUALISER L’EXPÉRIENCE NÉO-CALÉDONIENNE DE SÉQUESTRATION MINÉRALOGIQUE DU CO2 ?

40Le CCS est un défi planétaire vis-à-vis duquel la France souhaite jouer un rôle important dans l’organisation de la recherche et la promotion de solutions technologiques. Si la Nouvelle-Calédonie se lance dans la réalisation d’un site pilote de séquestration de CO2 dans les péridotites, les résultats des travaux seront des éléments de référence dont bénéficieront les différentes équipes de recherche internationales et les industriels.

41L’exportation du savoir-faire pourrait se faire en particulier avec l’Oman, où les péridotites pourraient stocker le CO2 émis par de nouvelles centrales électriques fonctionnant au gaz naturel provenant du Golfe. La côte ouest des États-Unis est également intéressée par cette option de stockage, comme le montrent les travaux de l’université de Columbia. La Papouasie-Nouvelle-Guinée possède des massifs de péridotites comparables à ceux d’Oman et de Nouvelle-Calédonie par leur superficie et leur contexte tectonique (présence de péridotites en mer sous faible tranche de sédiments, rendant accessible des zones de stockage à 3 km de profondeur) : elle pourrait, de la même manière, envisager cette option de séquestration le moment venu. Enfin, d’autres régions du monde comme les Balkans présentent aussi d’importants massifs de péridotites.

CONCLUSION

42Par son contexte géologique, la Nouvelle-Calédonie a la possibilité de s’investir dans trois pistes de recherche pour la séquestration de CO2.

  • L’option des bassins sédimentaires : les bassins sédimentaires de la côte ouest de la Grande Terre présentent probablement des cibles de stockage (aquifères salins, gisements d’hydrocarbures à découvrir) facilement accessibles, proches des centres d’émission de CO2. Les recherches doivent se faire avec l’industrie pétrolière et seront donc conditionnées par la reprise de l’exploration de ces bassins. Elles peuvent être menées en partenariat avec le réseau CO2CRC australien qui se spécialise dans ce type de séquestration en mettant en place des sites de démonstration et, bientôt, des projets commerciaux dans les bassins sédimentaires des côtes australiennes.
  • L’option de la séquestration minéralogique dans des basaltes : elle serait particulièrement intéressante pour le projet Koniambo (KNS) situé non loin des affleurements de ces roches basiques. Il faudra attendre les résultats des deux sites de démonstration, nord-américain et islandais, pour confirmer la fiabilité du procédé. En attendant, des études préliminaires peuvent être menées pour étudier les potentialités des basaltes de la côte ouest (études de terrain et de laboratoire).
  • La mise en place d’un site pilote collaboratif de séquestration minéralogique dans les péridotites est envisageable et mettrait la Nouvelle-Calédonie en avant sur la scène internationale. Ce site devrait se trouver sur la côte est pour obtenir les conditions optimales de séquestration (stockage dans des péridotites à 3 km de profondeur). Il serait le troisième site de démonstration de séquestration minéralogique in situ dans le monde et le premier dans des péridotites. Si ce procédé s’avère fiable et efficace, le savoir-faire est exportable dans plusieurs régions du monde, en particulier en Oman où l’industrie pétrolière installe des centrales électriques au gaz naturel.

Table des illustrations

Légende Sources : Direction de l’industrie, des mines et de l’énergie de Nouvelle Calédonie/BRGM septembre 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 10. Carte géologique de la Nouvelle-Calédonie d’après Pierre Maurizot, BRGM-Dimenc, 2001Les massifs de péridotites représentent un tiers de la surface de la Grande Terre et sont situés à proximité des centres d’émission de CO2. L’unité de Poya qui jalonne une grande partie de la côte ouest comprend essentiellement des basaltes (95 %) propices, eux aussi, au stockage de CO2.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540