Version classiqueVersion mobile

Figures du métayage

 | 
Jean-Philippe Colin

Annexes

Texte intégral

Annexe 1. Données complémentaires sur le métayage à travers l'histoire mexicaine

Autres sources bibliographiques consultées

1Les références suivantes complètent celles citées dans le texte au chapitre II :

2– sur les temps précortésiens : Carrasco et Broda (1976), Caso (1954), Clavijero (1987 [1780]), Gonzalez de Cossio (1957), Kirchhoff (1954-55), Mendieta y Nunez (1937), Orozco y Berra (1960 [1880]), Prem (1988), Mccutchen Mcbride (1923).

3– sur le temps des haciendas : (a) recherches historiques traitant de l'hacienda et son organisation : Boorstein Couturier (1976), Brading (1977), Cassidy (1990), Chevalier (1956), Garcia Ugarte (1992), Gibson (1967), Morin (1979), Nickel (1988, chap. II et III), Taylor (1972), Van Young (1989 a), Warman (1976) ; (b) synthèses : Florescano (1976), Morner (1990), Nickel (1988, chap. I), Semo (1988, 1990), Van Young (1989 b) ; (c) analyses thématiques, traitant en particulier du travail dans les haciendas : Bauer (1979), Bazant (1973, 1974, 1977), Beltran (1989), Katz (1980) ; (d) analyses plus générales du secteur agricole : Bellingeri et Sânchez (1980 a, b), Colegio de México (1994, vol. I et II).

4– sur l'interprétation du métayage dans le cadre de l'hacienda. « Défaillances » du marché du travail : Bartra (1974), Bellingeri et Sánchez (1980 a), Leal (1984), Morin (1979), Warman (1976). Contraintes de financement : Bellingeri et Sánchez (1980 a), Brading (1978), Morin (1979), Nickel (1988). Non-rentabilité ou risque de l'exploitation en faire-valoir direct : Aguirre Beltrán et Pozas (1954), Gledhill (1991), Léonard (1995), Meyer (1986), Nickel (1988). Supervision du travail et maintien de droits sur la terre : Espín et Leonardo (1978), Mcfarland (1991).

5– sur l'interprétation du métayage à l'époque de la Réforme agraire. Contrainte en travail : Adelski (1987), Centra de Investigaciones Agrarias (1970), Dewalt et al. (1994), Diskin (1967), Finkler (1978), García-barrios et Garcia-Barrios (1992), Gledhill (1991), Mcfarland (1991), Morett (1992), Mummert (1987), Pérez Avilés (1995), Stolmaker (1973). Manque de moyens de production : Alanis Patiño et al. (1951), Barbosa et Maturana (1972), Bartra (1974), Centra de Investigaciones Agrarias (1970), Finkler (1978), Gledhill (1991), Granskog (1974), Léonard (1995), Morett (1992), Pérez Avilés (1995), Stolmaker (1973), Turkenik (1975). Alternative plus intéressante économiquement que le faire-valoir direct : Centra de Investigaciones Agrarias (1970), Fernándezy Fernández (1979), Morett (1992). Aversion au risque de production : Alanis Patino et al. (1951), Barbosa et Maturana (1972), Morett (1992), Stolmaker (1973).

La diffusion du métayage à l'époque de l'hacienda

6Dans le nord, le métayage est mentionné dans le Sonora et la Comarca Lagunera (entre Coahuila et Durango) sous le Porfiriato, pour la production de coton (Bellingeri et Sánchez, 1980 b ; Katz, 1980), à Durango, à la même époque, pour celle du maïs (O'Hea in Katz, 1980), ou encore à San Luis Potosí, sur l'hacienda de Bocas, pour la période 1850-1900 (Bazant, 1973, 1974, 1977).

7Dans le centre-ouest, Van Young (1989 a) mentionne le métayage dans la région de Guadalajara à la fin du XVIIIe siècle, en particulier pour la production de maïs (celle du blé restant essentiellement contrôlée par les hacendados en faire-valoir direct). Kaerger (1986 [1901]) l'évoque en termes généraux comme une pratique courante à la fin du XIXe, pour la production de maïs dans les grandes haciendas du Jalisco. Espin et Leonardo (1978), s'intéressant aux Altos du Jalisco au début du XXe siècle, en font état de façon plus précise, dans les haciendas d'El Alamo, de San José de Ajojúcar et de Canada Grande. Dans le Michoacán, le métayage aurait été fréquent à la fin du XVIIIe (Morin, 1979). Il est décrit de façon précise par Léonard (1995), qui en propose une analyse dynamique allant du XVIIIe siècle à la Réforme agraire. Barbosa et Maturana (1972) y font également référence, dans le cas de l'hacienda de Nueva Italia, dans les années 1920. Toujours dans le Michoacàn, Gledhill (1991) évoque la présence de plusieurs milliers de métayers dans l'hacienda Guaracha, en 1910.

8Dans le centre, sous le Porfiriato, le métayage était répandu dans les États de Guanajuato et Querétaro, d'après Kaerger (1986 [1901]), Malo Juvera (1966 [1915]) et Brading (1977,1978). Katz (1980) cite un rapport consulaire américain de 1886, selon lequel le métayage avait été relevé dans 18 des 25 localités du centre du pays retenues pour l'étude. Au début du XIXe, ce système aurait été courant dans les haciendas des vallées de Querétaro (Garcia Ugarte, 1992) et plus généralement du Bajío (Brading, 1978). Mcfarland (1991) en propose une étude quantitative détaillée pour le municipio d'Allende (Guanajuato), à la veille de la Réforme agraire. Pour l'Hidalgo, on dispose de la monographie de l'hacienda de Hueyapan réalisée par Boorstein Couturier (1976). Sur l'Altiplano de Puebla et de Tlaxcala, Nickel (1988) évoque de façon allusive les métayers, tant pour le XVIIIe siècle que pour le ΧΙΧe. Pour la même région, Buve (1984) indique que le métayage est couramment pratiqué pendant la période prérévolutionnaire, en particulier dans les haciendas de la vallée du haut Atoyac (Puebla) et du sudest de l'État de Tlaxcala. Leal et Menegus Bornemann (1995) le mentionnent également dans le cas des haciendas de Tlaxcala au début du XXe siècle. Dans le Morelos, Warman (1976) signale que le métayage était pratiqué dès 1617 dans le cadre des haciendas sucrières, pour la production « périphérique » de maïs.

9Plus à l'est, on trouve une brève mention du métayage dans le Veracruz à la fin du XIXe, pour la production de tabac (Kaerger, 1986 [1901]). Enfin, au sud, de nombreux travaux font référence, de façon plus ou moins détaillée, au métayage dans l'État de Oaxaca, tant à l'époque coloniale (Taylor, 1972) que durant la période allant de l'indépendance à la Réforme agraire (Arellanes, 1988 ; Cassidy, 1990 ; Kaerger, 1986 [1901] ; Reina, 1988 b ; Ruíz Cervantes, 1988).

10Au sein des communautés indigènes, le métayage est mentionné par Taylor (1972) pour les vallées centrales de Oaxaca, dès le XVIe siècle. Gibson (1967) en fait état, au profit de principales de Tenochtitán, en 1619. Menegus Bornemann (1995) mentionne la culture a medias entre membres de la communauté d'Ocoyoacac (État de Mexico) dans la seconde moitié du XIXe siècle.

11Les informations concernant les ranchos sont également rares mais laissent deviner la diffusion du métayage (dans ce contexte, on désigne par ranchos des exploitations de nature familiale, associant élevage et agriculture, tournées vers le marché et gérées directement par leur propriétaire) : l'étude de McFarland sur l'Hidalgo a déjà été évoquée ; Espin et Leonardo (1978) y font référence pour les Altos de Jalisco au début du XXe siècle, Buve (1984) pour Tlaxcala à la fin du XIXe Semo (1988) évoque les rancheros de Pisaflores (Hidalgo et San Luís Potosí), producteurs de café et de canne à sucre, qui garantissaient leur approvisionnement en maïs et fourrage en faisant appel à des medieros. Malo Juvera (1966 [1915]) prend au tournant du siècle un rancho en location dans le nord de l'État de Guanajuato, qu'il exploite en faisant appel à des métayers. L'analyse la plus fine du métayage dans le cadre des ranchos est sans conteste celle de Cochet (1993), dans le cas de la Sierra de Coalcomán (Michoacán) au début du XXe siècle.

Le métayage à l'époque de la Réforme agraire

12Le métayage apparaît, dans le cas des ejidos, à travers certaines enquêtes à large couverture ; dans la mesure où ces enquêtes ont été réalisées avant la légalisation du faire-valoir indirect sur les terres du secteur social, leurs résultats peuvent être considérés comme des estimations a minima. Selon une étude réalisée auprès des autorités de 500 ejidos, le métayage serait pratiqué sous des formes variables dans près de 41 % d'entre eux, le plus souvent entre ejidataires et essentiellement pour la culture du maïs (Morett, 1992). Dewalt et al. (1994) arrivent à un résultat similaire (métayage pratiqué dans près d'un ejido sur deux) à partir de l'examen de 48 études de cas.

13Le métayage est plus souvent mentionné dans des études réalisées à une échelle locale. Le Centra de Investigaciones Agrarias, dans un travail réalisé en 1970, y fait référence dans le Bajío, sous la forme de contrats à la moitié, au tiers, au quart, au sixième (voir également Alanis Patino et al., 1951), ou encore dans le cas plus spécifique de l'étude de Santiago Tlatotepec (Guerrero). Plusieurs travaux concernent des ejidos du Michoacán. Barbosa et Maturana (1972) signalent qu'en 1957-1958, 45 % des ejidataires de Nueva Italia cèdent leur parcelle en faire-valoir indirect (métayage et location). Gledhill (1991) montre, dans une étude détaillée, comment le faire-valoir indirect se développe dans l'ejido Emiliano Zapata dès les années 1940, sous la forme de locations mais aussi de contrats au quart du produit. E. Léonard (1995) décrit les contrats pour la culture a medias du sésame dans des ejidos des Terres Chaudes, dans les années 1940. Plus récemment, Mummert (1987) le mentionne dans l'ejido de Naranja. Dans la zone irriguée de la vallée de Mezquital (Hidalgo), près de 40 % des ménages sont concernés (Finkler, 1978). Mcfarland (1991) le décrit dans les ejidos du municipio d'Allende (Guanajuato). Beaucoup plus au nord, des contrats à la moitié et au cinquième sont pratiqués dans l'ejido Paloma Blanca, dans le Sinaloa (Adelski, 1987).

14Toujours dans le secteur social, le métayage est également rencontré dans les communautés indigènes. Garcia-Barrios et Garcia-Barrios (1992) y font référence dans une communauté mixtèque, où en 1984-1985, 43 % de la production de maïs provenait de parcelles empruntées ou travaillées a medias. Une recherche bibliographique conduite plus spécifiquement sur les communautés des vallées centrales de Oaxaca fait également bien ressortir sa fréquence (Coronel Ortiz, 1992 ; Dennis, 1976 ; Diskin, 1967 ; Granskog, 1974 ; Malinowski et de la Fuente, 1957 ; Stolmaker, 1973 ; Turkenik, 1975).

15Enfin, dans le secteur de la propriété privée, Cochet (1993) et Léonard (1995) décrivent le métayage dans les ranchos des Terres Chaudes du Michoacân, dans les années 1950 ; il aurait ensuite régressé, sans disparaître complètement. Espin et Leonardo (1978) le considèrent comme une pratique traditionnelle dans les Altos de Jalisco, et Mcfarland (1991) en retrace l'historique depuis le temps des haciendas, pour le municipio d'Allende (Guanajuato).

Annexe 2. Références à des contrats de métayage dans l'histoire du Mexique

Tableau 2.1 – Description schématique des arrangements jusqu'à la Réforme agraire

Tableau 2.1 – Description schématique des arrangements jusqu'à la Réforme agraire

Culture : maïs (sinon, précisé) ;
% P- % M : pourcentage de la production revenant respectivement au propriétaire et au métayer ;
A : attelage ; Tm + ca : travail manuel et en culture attelée ;
50 % r : travail ou frais de récolte partagés par moitié ;
S : semences ; Αν : avances en maïs ou argent ;
F : faena (corvée non rémunérée) ; I : eau d'irrigation

Tableau 2.2 – Description schématique des arrangements depuis la Réforme agraire

Tableau 2.2 – Description schématique des arrangements depuis la Réforme agraire

Culture : maïs (sinon, précisé) ;
% P- % M : pourcentage de la production revenant respectivement au propriétaire et au métayer ;
A : attelage ; Tca : travail en culture attelée ;
Tm + ca : travail manuel et en culture attelée ;
50 % r : travail ou frais de récolte partagés par moitié ;
S : semences ; Αν : avances en maïs ou argent ;
I : eau d'irrigation ; Ε : engrais ; H : herbicides ; Τ : tracteur

Annexe 3. Données complémentaires sur la production agricole et l'arrangement a medias à San Lucas Quiavini

Données techno-économiques et estimation des résultats par hectare de milpa à San Lucas Quiavini (exprimés en pesos 1993)

16– Besoins en travail. Avant la récolte : attelage 8 jours de travail (JT) (préparation sol, semis, désherbage, buttage), travail manuel 8 JT (semis, désherbage) ; récolte : 120 kg de maïs-grain/JT (équivalent à 10 piscadores – grands paniers d'épis, un panier ayant une capacité de 3 almudes de 4 kg chacun) ; 15 bottes de zacate (tiges et feuilles de maïs)/JT ; transport du maïs-grain : 1 JT, avec charrette, pour 420 kg ; transport du zacate (tiges et feuilles de maïs) : 1 JT pour 60 tercios (bottes de zacatte). L'almud est une unité de volume correspondant à 4 kg de maïs-grain.

17– Rendements. Lors de la campagne 1992-1993, marquée par des conditions climatiques peu favorables, le rendement moyen en maïs, pour une parcelle de seconde classe (les parcelles de première classe correspondent essentiellement aux parcelles irriguées), a été de 359 kg/ha de maïs-grain et 162 bottes de zacate. Pour l'estimation des résultats, on considérera deux scénarios de rendements.

Tableau 3. 1 – Les deux scénarios de rendements

H1 (favorable)

H2 (défavorable)

Maïs-grain (kg)

700

360

Zacate (bottes)

250

160

18La production de haricot et de courge reste faible. On a retenu un scénario unique de 20 kg de haricots et 4 kg de semences de courge par hectare.

19- Coût des facteurs (1993). Journée de travail manuel 20 $/JT ; labour au tracteur 150 $/ha ; location d'un attelage 50 $/JT ; location d'une charrette 70 $/JT, avec une capacité de charge de 420 kg de maïs-grain (35 grands piscadores) ou de 60 bottes de zacate.

20– Coûts de production avant récolte. Semences 25 $ (16 kg maïs, 1 kg haricot, 1 kg semence de courge) ; tracteur 150 $/ha, mais non systématique, comptabilisé tous les deux ans, i.e. 75 $/ha/an ; attelage 400 $ (8 JT) ; journaliers 160 $ (8 JT). Total : 660 $.

21– Coûts de récolte et de transport

Tableau 3.2 – Coûts de récolte et de transport (en $/ha).

Tableau 3.2 – Coûts de récolte et de transport (en $/ha).

22– Coût total de production par hectare de milpa cultivé en faire-valoir direct

Tableau 3.3 – Coûts totaux de production selon les deux scénarios de rendements

Tableau 3.3 – Coûts totaux de production selon les deux scénarios de rendements

(*) Avec labour au tracteur tous les deux ans

23– Prix des produits (1993) : maïs-grain 0,8 $/kg, zacate 2 $/botte (le prix oscillant selon la saison entre 1 et 3 $), haricots 3 $/kg, graines de courge 15 $/kg.

24– Valeur de la production de milpa cultivée en faire-valoir direct

Tableau 3.4 – Valeur brute de la production selon les deux scénarios de rendements ($/ha)

Tableau 3.4 – Valeur brute de la production selon les deux scénarios de rendements ($/ha)

Tableau 3.5 – Valeur de la production sur pied selon les deux scénarios de rendements ($/ha)

Tableau 3.5 – Valeur de la production sur pied selon les deux scénarios de rendements ($/ha)

Tableau 3.6 – Résultat monétaire net selon les deux scénarios de rendements

Tableau 3.6 – Résultat monétaire net selon les deux scénarios de rendements

Prise a medias : résultat par hectare de milpa et valorisation de la journée du tenancier ($)

Tableau 3.7 – Valorisation de la journée du tenancier selon les deux scénarios de rendements

Tableau 3.7 – Valorisation de la journée du tenancier selon les deux scénarios de rendements

NJT : nombre de journées de travail. L'indice de conversion en équivalent-journée de travail manuel (20 $) est de 2,5 pour une journée de travail en culture attelée (valeur de marché 50 $) et de 3,5 pour une journée de transport avec l'attelage (valeur de marché 70 $)
(*) Après déduction du coût de location du tracteur (35 $). Bases de calcul mentionnées supra

Cession a medias : gain net du propriétaire, comparativement au faire-valoir direct avec emploi de journaliers

Tableau 3.8 – Calcul du gain du propriétaire par le contrat a medias (hectare de milpa, $).

Tableau 3.8 – Calcul du gain du propriétaire par le contrat a medias (hectare de milpa, $).

(*) Après déduction des semences apportées par le propriétaire (30 $) et de sa participation à la location du tracteur (35 $)
(**) [valeur de la production – coût de la récolte et du transport pour 1 ha]/2. Bases de calcul mentionnées dans les Données techno-économiques

25Du fait de la logique d'autoconsommation qui prévaut à San Lucas, le prix d'achat à la CONASUPO par le consommateur (0,8 $/kg) – et non le prix de vente par le producteur – a été retenu comme critère de valorisation de la production dans les calculs. Si l'on se situe par contre, hypothétiquement, dans une logique de production marchande, il convient de tenir compte de la différence de qualité entre le maïs produit localement et le maïs importé vendu par la CONASUPO. En l'absence de données relatives à San Lucas (lors des enquêtes, nous n'avons enregistré qu'une seule vente de maïs), on peut retenir comme base de valorisation le prix du maïs sur le marché de Tlacolula en 1993 (1,3 $/kg, duquel il conviendrait de défalquer les coûts monétaires et non monétaires induits par la mise en marché, non évalués). Malgré l'augmentation qui s'ensuit de la valeur de la production, il reste préférable pour les propriétaires de céder en métayage plutôt que de travailler en faire-valoir direct en employant des manœuvres (gain net de 250 à 405 $, selon le rendement pris en compte). Du point de vue du tenancier, le métayage reste moins avantageux qu'une activité salariée (valeur implicite de la journée de travail investie dans la parcelle prise en métayage de 10 à 15 $).

Annexe 4. Données complémentaires sur la production agricole et les contrats agraires à Graciano Sánchez

Travail nécessaire pour une parcelle de 10 ha (travail mécanisé, sauf précision contraire)

26Soja (printemps-été) : 45,5 JT

27Nettoyage parcelle : 1 ;

28labour : 2 ;

292 hersages : 2 ;

30billonnage : 1 ;

311/2 nivellement : 0,5 ;

32semis : 1 ;

332 sarclages : 2 ;

343 irrigations de 2 tours : 6 (manuel) ;

35désherbage (+ nettoyage canaux...) : 30 (manuel) ;

36traitement : réalisé par avion.

37Maïs (automne-hiver) : 45,5 JT.

38Nettoyage parcelle : 1 ;

392 hersages ; 2 ;

40billonnage : 1 ;

411/2 nivellement : 0,5 ;

42semis : 1 ;

432 sarclages : 2 ;

444 irrigations (dont présemis) : 8 (manuel) ;

45désherbage (+ divers...) : 30 (manuel) ;

46traitement : aérien.

47Carthame (automne-hiver) : 24 JT.

481 hersage : 1 ;

49semis : 1 ;

502 sarclages : 2 ;

51désherbage (+ divers) : 20 (manuel).

Rendements

52On a pu estimer, après examen des données de rendements obtenus pour le soja, le carthame et le maïs sur le municipio de Gonzalez, que la région connaît en moyenne 60 % d'années « normales », 20 % de « bonnes » années et 20 % de « mauvaises » années. Du fait des problèmes accrus que posent les fortes pluies d'été sur les vertisols (type Miguel Hidalgo), nous avons considéré, pour évaluer les espérances de rendement, un risque plus prononcé concernant ces sols, pour le cycle printemps-été (30 % de mauvaises, 50 % de normales et 20 % de bonnes années).

Tableau 4.1 – Rendement selon le type de campagne (tonnes/ha)

Tableau 4.1 – Rendement selon le type de campagne (tonnes/ha)

Tableau 4.2 – Fréquence des types de campagne, sur 10 ans

Tableau 4.2 – Fréquence des types de campagne, sur 10 ans

Tableau 4.3 – Espérance de rendement (tonnes/ha)

Ejido

Soja

Maïs

Carthame

Felipe Angeles

1,9

2,5

-

Miguel Hidalgo

0,9

1,4

0,8

Modes de faire-valoir à Miguel Hidalgo et Felipe Angeles

Tableau 4.4 – Mode de faire-valoir des terres agricoles, 1995

Tableau 4.4 – Mode de faire-valoir des terres agricoles, 1995

(*) Producteur contrôlant 5 parcelles ;
(**) dont parcelles scolaire et industrielle ;
FVD : faire-valoir direct ;
FVI : faire-valoir indirect ;
FA : Felipe Angeles

Tableau 4.5 – Mode de faire-valoir des terres en pâture, Miguel Hidalgo, 1995

Tableau 4.5 – Mode de faire-valoir des terres en pâture, Miguel Hidalgo, 1995

MPI : Miguel Hidalgo

Tableau 4.6 – Mode de faire-valoir et activités productives au sein des ejidos (nombre d'ejidataires) (1995)

Tableau 4.6 – Mode de faire-valoir et activités productives au sein des ejidos (nombre d'ejidataires) (1995)

* Dont 4 parcelles non exploitées ;
** location de terres labourables ou de pâtures ;
*** 1 location de pâture

Le faire-valoir indirect dans les autres ejidos enquêtés

Tableau 4.7. Le faire-valoir indirect dans les autres ejidos enquêtés

Tableau 4.7. Le faire-valoir indirect dans les autres ejidos enquêtés

Tableau 4.8 – Caractérisation des tenanciers dans les autres ejidos enquêtés

Tableau 4.8 – Caractérisation des tenanciers dans les autres ejidos enquêtés

(*) % de la récolte, sauf exception.
Si cultures non précisées : céréales-oléagineux

Annexe 5. Données complémentaires sur la production agricole et les contrats agraires dans la Sierra Madre orientale

Équipement disponible

Tableau 5. 1 – Disponibilité en équipement (enquête sur 239 exploitations en 1990)

Pas de tracteur

Tracteur

Attelage

Tracteur + attelage

Pas de matériel de transport

87

2

54

3

Matériel de transport

30

7

44

12

Modes de faire-valoir

Tableau 5.2 – Modes de faire-valoir pour la production de pomme de terre des exploitations enquêtées en 1990

Nombre d'exploitations

Uniquement FVD

94

FVD et cession en FVI

21

FVD et prise en FVI

76

FVD, prise et cession simultanées en FVI

7

Uniquement cession en FVI (pas de FVD)

21

Uniquement prise en FVI (pas de FVD)

17

Prise et cession simultanées en FVI (pas de FVD)

3

Total

239

FVD : faire-valoir direct ; FVI : faire-valoir indirect

Superficie possédée et pratiques contractuelles

Tableau 5.3 – Superficie possédée et culture a medias

Tableau 5.3 – Superficie possédée et culture a medias

Exploitations prenant et cédant simultanément a medias exclues (Chi-2 : indépendance des variables)

53Tous types de contrats confondus, les exploitations qui prennent en faire-valoir indirect possèdent en moyenne 7,4 ha et celles qui cèdent en faire-valoir indirect 5,7 ha (différence statistiquement non significative).

Tableau 5.4 – Superficie possédée et FVI pour la production de pomme de terre (tous contrats)

Tableau 5.4 – Superficie possédée et FVI pour la production de pomme de terre (tous contrats)

Exploitations prenant et cédant simultanément en FVI exclues (Chi-2 : indépendance des variables)

Superficie possédée par actif et culture a medias

Tableau 5.5 – Distribution des exploitations prenant ou cédant a medias selon la superficie possédée par actif

Tableau 5.5 – Distribution des exploitations prenant ou cédant a medias selon la superficie possédée par actif

Exploitations prenant et cédant simultanément a medias exclues (Chi-2 : indépendance des variables)

Disponibilité en équipements et contrats a medias

Tableau 5.6 – Distribution des exploitations prenant ou cédant a medias selon les disponibilités en équipements

Aucun équipement

Équipement disponible

Total

Exploitations prenant a medias

23

30

53

Exploitations cédant a medias

20

22

42

Total

43

52

95

Exploitations prenant et cédant simultanément a medias exclues (Chi-2 : indépendance des variables)

Bases de calcul des gains des acteurs selon les types de contrats (tabl. 10)

54Calculs réalisés pour les contrats de location, a medias et au tiers, pour une variété de pomme de terre de couleur.

55Gains du tenancier : location : (rendement marchand x prix) – (coûts de production, de récolte et de commercialisation + location) ; medias : [(rendement marchand x prix) – (coûts de production, de récolte et de commercialisation)]/2 ; tiers : 2/3 (rendement marchand x prix) – (totalité des coûts de production avant récolte + 2/3 coûts de récolte et de commercialisation).

56Gains du propriétaire : location : rente fixe (300 000 $/ha) ; medias : [(rendement marchand x prix) – (coûts de production, de récolte et de commercialisation)]/2 ; tiers : 1/3 (rendement marchand x prix)-1/3 coûts de récolte et de commercialisation.

57Le calcul rapporte la valeur de la production et le gain des acteurs selon le contrat.

  • Coûts de production moyens par hectare (en milliers de pesos). Avant récolte : 1 945 ; récolte : 385 ; transport et commercialisation : 500. Les coûts de production avant récolte sont ici considérés comme fixes (la gamme de variation des coûts étant moindre que celle des rendements et des prix) ; les coûts de récolte sont également considérés comme fixes, une récolte plus abondante étant compensée par une plus grande facilité de ramassage des tubercules.
  • La valeur de la production est obtenue sur la base d'une variation du rendement pour un prix constant du produit (400 $/kg) (illustration de l'effet « qualité de la parcelle » sur le gain des acteurs) ; une valeur de la production identique est obtenue sur la base d'un calcul retenant le rendement moyen de 11 t/ha, et un prix du produit variable (218, 254, 290, 327, 363, 436, 545 et 727 pesos par hectare) (illustration de l'effet « valeur du produit » sur le gain des acteurs).

Annexe 6. Données complémentaires sur la production agricole et les contrats agraires à La Soledad

Importance des différentes cultures

Tableau 6.1 – Evolution de l'importance des cultures en hectares et en pourcentage des superficies cultivées

Tableau 6.1 – Evolution de l'importance des cultures en hectares et en pourcentage des superficies cultivées

Rendements, prix de vente, coûts de production et résultat par hectare et par culture

Tableau 6.2 – Rendements et prix par culture (pesos 1993)

Culture

Rendement (tonnes)

Prix/tonne ($)

Maïs

2 - 3

750

Orge

2 - 4

600 - 700

Pois

4 - 5

500 - 1500

Pomme de terre

20 - 30

700 - 1200

Tableau 6.3 – Coûts de production par hectare et par culture (pesos 1993)

Tableau 6.3 – Coûts de production par hectare et par culture (pesos 1993)

Revenus nets selon les contrats

58Calcul du revenu net (RN) du propriétaire :

  • location : RN = montant de la location,
  • al tercio : RN = 1/3 (produit brut – frais de récolte et de transport),
  • a medias : RN = 1/2 (produit brut – frais de récolte et de transport) - frais à la charge du propriétaire.

59Calcul du revenu net (RN) du tenancier :

  • location : RN = (produit brut – ensemble des coûts de production et de transport) – montant de la location,
  • al tercio : RN = 2/3 (produit brut – frais de récolte et de transport) – coûts de production avant récolte,
  • a medias : RN = 1/2 (produit brut – frais de récolte et de transport) – (coûts de production avant récolte – frais à la charge du propriétaire).

60On a retenu pour l'orge deux niveaux de rendements, ceux considérés par les ejidataires comme des rendements moyen (2,5 t/ha) et élevé (4 t/ha). De la même manière, on a adopté deux prix de vente pour le pois, afin de prendre en compte le risque lié à la commercialisation (les bases de calcul sont fournies plus haut).

61Modalités de calcul : (a) en valorisant l'ensemble des facteurs aux prix du marché ; (b) en termes de débours monétaires, sur les bases suivantes :

  • propriétaire : on considère que la main-d'œuvre familiale peut couvrir 100 % de l'ensemble du travail manuel pour le maïs et l'orge, 100 % du travail manuel pré-récolte et 50 % du travail de récolte pour le pois ; qu'il ne dispose pas de l'équipement et doit donc le louer au prix du marché ;
  • tenancier : on considère que la main-d'œuvre familiale peut couvrir 100 % de l'ensemble du travail manuel pour le maïs et l'orge, 100 % du travail manuel pré-récolte et 50 % du travail de récolte pour le pois ; qu'il dispose de l'équipement ; le travail motorisé est alors valorisé au coût réel (essence, huile, frais d'entretien), estimé à la moitié du prix du marché locatif (amortissement non pris en compte).

Revenu du propriétaire

Tableau 6.4 – Revenu du propriétaire calculé sur la base de la valorisation des facteurs aux prix du marché (pesos 1993)

Location Location

Tier Tiers

A medias

Maïs (2,5 t/ha)

500-800

450

430

Orge (2,5 t/ha)

500-800

460

450

Orge (4 t/ha)

500-800

760

900

Pois (1,5 $/kg)

500-800

1290

1820

Pois (0,5 $/kg)

500-800

-210

-740

Tableau 6.5 – Revenu du propriétaire calculé sur la base des débours monétaires (pesos 1993)

Location

Tiers

A medias

Maïs (2,5 t/ha)

500-800

610

670

Orge (2,5 t/ha)

500-800

460

450

Orge (4 t/ha)

500-800

760

900

Pois (1,5 $/kg)

500-800

1715

2450

Pois (0,5 $/kg)

500-800

215

200

Revenu du tenancier

Tableau 6.6 – Revenu du tenancier calculé sur la base de la valorisation des facteurs aux prix du marché (pesos 1993)

Location à 500 $

Location à 800 $

Tiers

A medias

Maïs (2,5 t/ha)

-95

-205

145

160

Orge (2,5 t/ha)

-135

-435

-35

-80

Orge (4 t/ha)

515

215

255

120

Pois (1,5 $/kg)

2 955

2 655

2 160

1 635

Pois (0,5 $/kg)

-1545

-1845

-840

-615

Tableau 6.7 Revenu du tenancier calculé sur la base des débours monétaires (pesos 1993)

Location à 500 $

Location à 800 $

Tiers

A medias

Maïs (2,5 t/ha)

990

690

875

685

Orge (2,5 t/ha)

290

- 10

290

160

Orge (4 t/ha)

980

680

665

380

Pois (1,5 $/kg)

4 510

4 210

3 240

2 410

Pois (0,5 $/kg)

10

- 290

240

160

Annexe 7. Contribution du propriétaire aux frais, contrats au pourcentage

62Le contrat au pourcentage du résultat net à Miguel Hidalgo, marginal, n'est pas pris en compte ici. Dans le cas de San Lucas Quiavini, l'évaluation de la valeur locative de la terre est faite sur la base du seul cas de location dont nous ayons eu connaissance lors des enquêtes. Le calcul de la contribution du propriétaire au coût total est impossible dans le cas de l'élevage a medias, puisque le propriétaire des animaux fournit pour une durée donnée un capital animal (deux vaches adultes) pour lequel il n'existe pas de « rente locative » comparable à celle de la terre. On pourrait estimer cet apport en appliquant un taux d'intérêt à la valeur du capital animal, mais se pose alors le problème du choix du taux à retenir. Le propriétaire de la pâture qui prend les animaux a medias contribue à la production (valeur locative de la parcelle, frais sanitaires, irrigation de la parcelle, travail) pour une valeur variant de 785 à 935 $/ha selon les normes de valorisation du travail retenues pour le calcul. Une contribution du propriétaire des animaux à un niveau équivalent correspond à un taux d'intérêt implicite de 13 à 16 %, pour l'apport d'un capital de 6 000 $ (valeur des animaux), ce qui ne semble pas excessif au regard du taux d'intérêt usuraire (de l'ordre de 5 % par mois).

Tableau 7.1 – Comparaison de la contribution du propriétaire aux frais de production

Tableau 7.1 – Comparaison de la contribution du propriétaire aux frais de production

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search