Version classiqueVersion mobile

Figures du métayage

 | 
Jean-Philippe Colin

Glossaire

Texte intégral

Termes en espagnol ou en nahuatl

1Arreglos a medias, al tercio, al cuarto : contrat avec partage du produit à la moitié, au tiers ou au quart.

2Aparceros : terme générique désignant les métayers, quelles que soient les conditions de partage de la production.

3Arrendatarios : locataires (désigne des locataires stricto sensu, mais également, parfois, des métayers).

4Calpulli : quartier d'un village ou d'une ville aztèque, disposant d'une base territoriale bien établie et strictement contrôlée.

5Compadres : ce terme désigne le père d'un enfant et le parrain de cet enfant. La relation de compadrazgo contribue fortement à structurer les relations sociales au Mexique.

6Comuneros : ressortissants des communes agraires indigènes.

7Desamortización (lois de) : incorporation au marché (légalement imposée) des biens fonciers de l'Église et des communautés indigènes, à la fin du XIXe siècle.

8Ejidal : terme francisé dérivé de ejido désignant le statut foncier et les institutions créées lors de la Réforme agraire.

9Ejidatarios : membres de l'ejido. Dans la littérature mexicaniste en langue française, le terme ejidataire est souvent utilisé.

10Ejido : institution agraire à travers laquelle les dotations foncières ont été distribuées, lors de la Réforme agraire. L'assise foncière de l'ejido est formée des parcelles individuelles des ejidatarios (attributaires de terre) et d'un indivis collectif (zones boisées ou de pâture) ; l'ejido peut être totalement collectif, sans parcellisation individualisée.

11Empeño de tierra : mise en gage des terres. Le prêteur avance au propriétaire une somme d'argent ; en échange, il utilise la parcelle jusqu'à remboursement de cette somme.

12Encomienda : dans les premières années qui ont suivi la conquête espagnole, institution d'essence féodale autorisant les conquistadores à prélever sur les indigènes un tribut en produits et en travail comme contrepartie à leur évangélisation et protection.

13Guelaguetza : système d'entraide en pays zapotèque.

14Macehuales : dans la société aztèque, membres du calpulli, plébéiens libres.

15Mayeques : dans la société aztèque, les mayeques semblent avoir appartenu à des populations conquises ayant conservé le droit de rester sur leurs terres avec un statut d'assujettis. Leur statut est usuellement assimilé à celui du serf.

16Medieros : métayers prenant à bail avec un contrat à la moitié (a medias).

17Milpa : parcelle conduite en association de culture, avec le maïs, le haricot et la courge.

18Peónlpeones : ouvrier(s) agricole(s).

19Peones acasillados : manœuvres agricoles permanents logés sur l'hacienda.

20Peso por peso : littéralement « sou pour sou » (« j'apporte un peso et tu apportes un peso »).

21Rancho : le terme de rancho est utilisé dans ce texte avec deux acceptions. Dans la revue des travaux sur les contrats agraires au Mexique (chap. II), il désigne, comme généralement dans cette littérature, des exploitations de nature familiale, associant élevage et agriculture, tournées vers le marché et gérées directement par leur propriétaire. Dans les chapitres présentant les études de cas, rancho est utilisé avec l'acception donnée localement par les acteurs : il s'agit alors d'exploitations disposant de terres en propriété privée pratiquant une agriculture d'entreprise, capitalistiques, recourant largement à l'emploi de main-d'œuvre salariée et tournées vers le marché.

22Recibas : entreprises achetant la production de céréales et d'oléagineux (sud du Tamaulipas).

23Renteros : locataires (synonyme d'arrendatarios).

24Repartimiento : système de travail ayant succédé à l'encomienda, géré par l'administration coloniale et imposant aux villages indigènes la fourniture d'équipes de manoeuvres ; ce travail temporaire et périodique était rémunéré sur une base fixée par l'administration.

25Zacate : tiges et cannes de maïs utilisées comme fourrage (Oaxaca).

Concepts

26Asymétrie informationnelle : ce concept s'applique à deux acteurs ne disposant pas de la même information relative à des variables importantes pour une transaction ou une coordination bilatérale. On distingue usuellement deux incidences négatives des asymétries informationnelles selon l'objet de ces asymétries. Le risque « d'aléa moral » apparaît dans toute situation où certaines actions de l'un des acteurs ne sont pas observables par l'autre, mais ont une incidence sur le bien-être de ce dernier (effort au travail,…). Le risque de « sélection adverse » intervient lorsqu'une des parties ne dispose pas d'une information complète sur certaines des caractéristiques importantes de l'autre partie (illustration classique de la relation entre compagnie d'assurances et assuré, la compagnie d'assurances ignorant a priori le degré de risque induit par les caractéristiques de l'assuré).

27Comportement opportuniste : se dit d'un acteur tirant profit d'une situation d'aléa moral ou de sélection adverse, ou encore de circonstances non prévues dans le contrat, au détriment de l'autre acteur.

28Contrats liés : contrats coordonnant simultanément des transactions gérables sur des marchés différents, le cas type étant celui d'un contrat où le propriétaire foncier cède une parcelle en faire-valoir indirect à un tenancier, tout en lui apportant un crédit (de campagne, de soudure…) ou en assurant la commercialisation de la production.

29Coûts d'agence : coûts de transaction induits ex ante par la nécessité de minimiser, avant ou pendant la transaction, le risque d'opportunisme des acteurs (dispositifs de contrôle…) et, ex post, par les conséquences de ces comportements une fois la transaction exécutée (pertes induites).

30Coûts d'opportunité : lorsqu'un agent économique alloue ses ressources à un usage donné, le coût d'opportunité correspond à la valeur maximale de l'utilité qu'il aurait pu atteindre en allouant ces ressources à un usage alternatif.

31Coûts de transaction : coûts induits, lors d'une transaction, par la recherche d'un partenaire, la négociation de l'accord, le contrôle de la qualité du produit ou du service ainsi que de l'exécution du contrat.

32Coût marginal : coût induit par la production d'une unité supplémentaire.

33Dépendance de sentier : correspond au fait que la gamme d'options disponibles au temps t1 est conditionnée par les choix opérés en t-1.

34Free rider ou passager clandestin : individu bénéficiant d'un service collectif sans contribuer à son financement.

35Imperfection des marchés : en termes stricts, désigne toute déviation par rapport au marché de concurrence pure et parfaite, défini par un jeu de critères précis. Ces critères sont l'homogénéité du produit, l'atomicité de l'offre et de la demande (grand nombre d'acheteurs et de vendeurs), la liberté d'entrée et de sortie de la branche, l'information parfaite des vendeurs comme des acheteurs, la mobilité parfaite des facteurs de production. L'expression est utilisée ici (comme souvent dans la littérature économique) dans une acception plus large pour désigner des situations où la rencontre de l'offre et de la demande ne peut pas s'effectuer ou s'effectue difficilement (absence ou grande insuffisance d'offre ou de demande).

36Institutions : ce terme est utilisé dans le texte avec l'acception générique de «  règles du jeu gouvernant les interactions entre acteurs économiques ».

37Productivité marginale : gain de production induit par l'usage d'une unité de facteur supplémentaire.

38Relation d'agence : relation bilatérale entre un « principal » (mandant) et un « agent » (mandataire qui fournit une prestation au principal), dans un contexte où : a) l'intérêt du principal et celui de l'agent diffèrent ; b) l'action de l'agent affecte le bien-être du principal ; c) il y a asymétrie informationnelle entre les deux partenaires – l'agent a plus d'information que le principal sur ses activités ; d) le résultat de l'action n'est que partiellement dépendant de cette dernière ; il est donc impossible de savoir si un mauvais résultat (du point de vue du principal) provient de l'agent ou d'autres causes ; e) le coût de contrôle des actions de l'agent par le principal est prohibitif. Dans ces conditions, l'agent risque de se comporter de façon opportuniste en réduisant son effort au travail.

39Resource pooling : mise en commun des facteurs de production.

40Reverse tenancy : situation caractérisée par une inversion des positions socioéconomiques « habituelles » sur le marché locatif, avec des grands propriétaires fonciers prenant à bail les terres de petits propriétaires.

41Second best ou optimum de second rang : une allocation des ressources correspond à un optimum de « premier rang » (first best) si elle est la meilleure possible dans un contexte de marchés parfaits, et à un optimum de « second rang » (second best) si elle est la meilleure possible sous contraintes (en particulier, imperfection de certains marchés).

42Stratégie de safety first : priorité absolue donnée à une sécurisation de l'approvisionnement alimentaire des ménages.

43Τhéorie de l'agence : théorie interprétant le contrat noué dans le cadre d'une relation d'agence comme un système d'incitation, la rémunération de l'agent étant définie par le principal de façon à inciter l'agent à agir dans l'intérêt du principal. La définition ex ante des termes du contrat est alors telle que ce dernier est rendu auto-exécutoire.

44Théorie des coûts de transaction : théorie considérant que les dispositifs de coordination entre acteurs économiques s'expliquent (à coûts de production constants) par une logique de minimisation des coûts de transaction, dans un contexte marqué par le risque d'opportunisme des acteurs et par leur rationalité limitée.

45Théorie de l'agricultural ladder : théorie selon laquelle les modes de faire-valoir se succèdent dans le temps, parallèlement au cycle de vie de l'exploitation. L'exploitant évoluerait progressivement du statut d'aide familial vers celui de salarié, de métayer, de fermier, avant de devenir propriétaire et, sur la fin de sa vie, de concéder à son tour des terres en fermage ou en métayage.

46Théorie marshallienne : théorie selon laquelle le métayage est un contrat agraire inefficient, le partage du produit n'incitant pas le tenancier à un investissement optimal en travail.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search