Version classiqueVersion mobile

Figures du métayage

 | 
Jean-Philippe Colin

Prologue

Jean-Philippe Colin

Texte intégral

1Les études présentées dans cet ouvrage ont été réalisées entre 1990 et 1996, dans le cadre d'une coopération entre le Colegio de Postgraduados en Ciencias Agricoles de Montecillo et l'Institut de recherche pour le développement (IRD, alors Orstom). Le chapitre V s'appuie sur les résultats obtenus lors d'une recherche conduite entre 1990 et 1993 avec le Centre d'économie agricole du Colegio portant sur l'analyse agronomique et économique de la production et de la commercialisation de la pomme de terre dans le centre du Mexique. Les autres chapitres résultent d'une investigation conduite de 1993 à 1996 avec le Département d'études du développement rural du Colegio : « Institutions agraires et pratiques foncières au Mexique », volet du programme « Dynamiques organisationnelles dans l'agriculture mexicaine. Changement technique et dynamiques foncières ». Cette recherche a également bénéficié de l'appui des centres régionaux de l'Instituto Nacional de Investigaciones Forestales, Agrícolas y Pecuarias, pour les vallées centrales de Oaxaca et le Sud-Tamaulipas.

2Certains éléments d'analyse ont déjà été présentés (Colin, 1995 a, 1997, 2000, 2002 ; Colin et Bouquet, 2001 ; Colin et al., à paraître), mais il semblait important d'exposer en tant que telle la richesse des différentes situations empiriques étudiées et les enseignements que l'on pouvait tirer du rapprochement de ces situations contrastées.

3Bien qu'organisée selon un schéma d'analyse commun, chacune de ces études a été réalisée comme un tout cohérent, le champ d'investigation étant ajusté en fonction des spécificités propres au site et des conditions de réalisation de l'investigation empirique : accès aux données lors des enquêtes, durée du travail de terrain. Il n'y a donc pas eu d'application systématique d'un même questionnaire sur les différents sites, la logique d'ensemble de la recherche restant celle d'une mise en perspective d'études de cas contextualisées. Certains thèmes (comme la dimension dynamique des pratiques contractuelles ou le problème de l'exécution des engagements contractuels) sont ainsi traités plus intensivement dans certains cas que dans d'autres. Le dernier chapitre, qui réalise la mise en perspective des différentes études localisées, a également été conçu comme un tout cohérent, au risque de certaines répétitions – limitées au strict nécessaire – avec les chapitres antérieurs.

4Sauf précision contraire, les sources utilisées pour les analyses et l'établissement des tableaux de cet ouvrage sont les données collectées lors de nos enquêtes. Ces enquêtes se sont échelonnées sur plusieurs années, au cours desquelles la valeur du peso mexicain a évolué. Le choix a été fait de conserver, pour chacune des études de cas, les valeurs exprimées en pesos de l'époque du travail de terrain. Par contre, une conversion en pesos constants (base 1994) a été réalisée pour le chapitre de mise en perspective, afin de permettre une comparaison. En 1990, lors des enquêtes dans la Sierra Madre orientale, 550 pesos (symbole $) s'échangeaient contre 1 franc français (« ancien peso », avant la division par mille correspondant à l'avènement du « nouveau peso »). Le taux de change du peso était d'environ 1,8 FF en 1993 et 2 FF en 1994.

5Ces études n'auraient pas pu être menées sans la collaboration des ejidatarios, comuneros et rancheros enquêtés et des autorités des villages qui nous ont accueillis pour plusieurs mois ; qu'ils en soient ici tous vivement remerciés. Plusieurs étudiants ont également contribué à ces travaux, en fournissant des éléments de compréhension du contexte des pratiques contractuelles agraires : Hélène de Château-Thierry et Clémence Rouy (Institut national agronomique de ParisGrignon), Nathalie Guerrin (université de Rennes), Gil Loaeza et Mauricio Proaño (Colegio de Postgraduados), Claire Sérès (Institut d'études du développement économique et social, Paris). Nous exprimons enfin notre gratitude à Jean Boutrais, Philippe Lavigne-Delville et Françoise Simon, ainsi qu'à deux lecteurs anonymes, pour leur lecture critique d'une première version de ce texte.

6Je ne saurais clore ce prologue sans rappeler l'apport déterminant d'Hermilio Navarro Garza, d'Emmanuelle Bouquet et d'Enrique Vázquez Garcia à la dynamique collective qui a rendu possible ce travail et sans leur redire toute ma reconnaissance et mon amitié.

7Abidjan, le 6 avril 2002

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search