Version classiqueVersion mobile

Apprivoiser la montagne

 | 
Pascale de Robert

Résumé

Texte intégral

1Les Andes du Venezuela, excentrées au nord-est de la Cordillère, ne sont pas très connues. Une colonisation espagnole précoce avait précipité le métissage des populations andines et européenne puis transformé certains paysages en terrasses pour la culture du blé, une céréale longtemps exportée de ces régions de montagne. Les hautes vallées céréalières sont désormais oubliées, et les paysans d'aujourd'hui qui occupent et exploitent toujours les anciens territoires du blé restent en marge des réseaux régionaux plus favorables au café ou à l'horticulture. C'est le cas des gens des hameaux d'Apure, qui vivent dans la Sierra Nevada de Mérida, près des sources du rio Nuestra Señora. Partis à la recherche de terre cultivable au XIXe siècle, ils ont quitté les champs fertiles de la moyenne vallée pour s'installer entre 2 500 et 3 500 m d'altitude, où ils exploitent depuis cette époque des terres marginales, à la frontière agricole, au plus près des cimes. En s'installant dans ces lieux et en fondant une communauté, les paysans prétendaient perpétuer certaines des valeurs héritées des « gens du blé », tout en s'affranchissant de relations de dépendance qui régnaient autrefois dans les haciendas de l'aval. Ils ont aussi remodelé progressivement leur système de pratiques en fonction des particularités d'un milieu montagnard réputé plus hostile. Habitants des territoires de l'amont, les hommes et les femmes d'Apure entretiennent avec leur environnement des rapports techniques et symboliques qui font l'objet de ce livre.

2Pour cultiver les terres d'altitude, les gens d'Apure se sont vus obligés d'acquérir de nouveaux savoirs sur l'environnement et de remodeler en conséquence leurs techniques d'exploitation du milieu. L'organisation verticale de la production en fonction de l'altitude en est une des manifestations les plus évidentes, mais elle doit également être comprise en liaison avec l'importance accordée ici à la pomme de terre et à l'élevage, avec la gestion complexe des temps de culture et de repos des parcelles, l'organisation locale du travail et les relations avec les centres urbains. Enfin, les manières de classer, de nommer et d'utiliser les éléments naturels, en particulier les végétaux, témoignent autant de la finesse de savoirs sur le milieu que d'un mode particulier de relation au monde. Habiter les hameaux de l'amont suppose également que l'on s'accommode de la proximité d'espaces plus sauvages pourtant réputés dangereux pour les humains, comme le páramo des landes d'altitude et le monte des forêts et des friches. Dans ce processus, les paysans d'Apure nous parlent de l'importance que certaines valeurs locales, comme la « cordialité » et le respect mutuel, ont fini par acquérir sur les territoires de l'amont. Le páramo est utilisé comme pâturage pour les troupeaux mais c'est aussi le domaine des cheses, des esprits de la montagne auxquels on prête une vie sociale comparable à celle des hommes et qui s'approprient parfois du bétail. Plutôt que de chercher toujours à construire des rapports de domination, de forcer une domestication considérée en somme comme jamais acquise, les gens de l'amont élaborent d'abord avec les plantes, les animaux, les lieux et les êtres qui les entourent des relations d'apprivoisement. Comme ils le disent eux-mêmes, ils « apprivoisent » le páramo.

3Transformant de cette manière leur milieu « naturel », les habitants contribuent également à la construction d'une identité de « gens de l'amont » en reformulant leurs rôles dans l'espace régional et le temps historique. Les pratiques agricoles, alimentaires, économiques, sociales font système ; ces manières de faire sont liées à des façons de penser le rapport à l'espace et à la nature. Leur singularité s'affirme notamment dans la distinction et l'agencement d'espaces différenciés et plus ou moins domestiques, mais aussi dans l'organisation du travail collectif, les choix agricoles, les manières de se comporter, les goûts alimentaires ou les formes d'échanges. La flexibilité des frontières spatiales et sociales, le flou de certaines catégories locales facilitent en même temps la reformulation de la place des paysans dans les dynamiques contemporaines.

4La première partie de cet ouvrage présente les éléments qui permettent de se situer dans le monde andin. Les processus qui ont mené ces paysans à se marginaliser par rapport aux modèles de développement dominants sont communs à de très nombreuses populations, et pas seulement dans les pays du Sud. On y détaille également les étapes de la constitution d'un nouveau territoire, celui que se reconnaît la communauté formée par les gens d'Apure. C'est bien en investissant des lieux réputés sauvages que les paysans ont fondé une « communauté » qui prétend s'être affranchie du « temps des haciendas » et jouit aujourd'hui d'une certaine autonomie. La deuxième partie traite des relations à l'environnement à partir des catégories de lieux distinguées par les habitants : les manières d'habiter sa maison et de cultiver son jardin, les modes de gestion des terres de blé et des essarts d'altitude et enfin les usages du páramo en fonction des représentations sociales de la montagne. Les temps de la sociabilité font l'objet d'une troisième partie, qui restitue le cours des jours ordinaires et des jours de fêtes, l'organisation sociale et les formes de travail collectif associées, l'importance des liens de parenté et de compérage, les styles alimentaires. On analyse aussi à partir des récits sur le passé les discours ambigus que les gens d'Apure tiennent sur leurs origines et sur les Indiens. Enfin, sont abordées les stratégies liées aux migrations et les difficultés que rencontrent aujourd'hui ces paysans, par exemple face à la maladie, ou aux politiques de protection de la nature défendues par le Parc national auquel appartiennent les terres de l'amont.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search