Version classiqueVersion mobile

Apprivoiser la montagne

 | 
Pascale de Robert

Annexes

Texte intégral

Annexe A. Les plantes du paramo d'Apure

1Les manières de classer et de nommer les plantes révèlent des manières particulières de penser l'environnement naturel. Sans prétendre épuiser le sujet, quelques aspects des nomenclatures relevées en Apure méritent d'être détaillés.

2De très nombreuses plantes non cultivées sont désignées par un nom qui leur est propre et qui ne sert pas de terme de base à d'autres plantes, distinguées lexicalement par des termes secondaires. Ces noms peuvent être simples et n'avoir pas d'autre sens pour les habitants : carruzo, tisis, chocho, guava, hayuelo, micuy, quinoy, ils peuvent aussi donner en eux-mêmes quelques indications sur des traits morphologiques : la fleur de flor azul est bleue, celle de bolsitas fait un « petit sac » que les enfants font exploser entre leurs doigts, la fronde de orejita a la forme d'une « petite oreille » pointue, la raicita a de minuscules racines, les feuilles de rusillo (ou rocío) gardent les gouttes de rosée, l'arbre quitasol (« enlève soleil ») fait de l'ombre, etc. D'autres noms rappellent l'odeur ou la saveur de la plante : l'odeur de la bretónica serait absolument détestable mais celle du siguis en fleur permet effectivement de se diriger dans une nuit noire, le limoncillo sent l'écorce de citron, la vinagrera a une saveur piquante, les feuilles du mapurito ont une odeur presque aussi répulsive que celle du mapurite qui est une sorte de putois. Beaucoup de noms de plantes sont formés à partir d'une métaphore qui décrit un trait morphologique en référence avec le règne animal alors que, à l'inverse, aucun nom d'animal ne se réfère aux végétaux. La barba de caballo désigne une graminée, la grande feuille de l'arbre Bocconia frutescens évoque une « main de lion », celle de Monochaetum bomplandii une « oreille de chien », celle de Acaena cylindrostachya une « patte d'ours », les piquants d'une sorte d'épine-vinette rappellent des « griffes de chat », le Lycopodium complanatum a la forme d'un vers et la plante qui porte le même nom que l'oiseau-mouche (chupita) est souvent visitée par lui. La nomenclature renseigne également sur les usages des plantes : la capadura de buey sert à fabriquer une lotion cicatrisante pour le castrage (de castrer, capar), la mata pulga fait les meilleurs balais puisqu'ils sont réputés éloigner les puces, le sanatotodo (« soigne tout ») a de nombreux usages médicinaux, la lunaria guérit la maladie luna des bovins.

3D'autres plantes se partagent un même terme de base et sont distinguées par des déterminants secondaires sur la base de différents critères, souvent morphologiques. La couleur des baies de deux arbustes Gaultheria permet de distinguer albrisia rosada de albrisia negra, des vira vira se distinguent par leurs tailles et désignent différents Gnaphalium. Mais des plantes portant le même terme de base ne sont pas nécessairement du même genre ou de la même famille dans la taxinomie scientifique : deux composées différentes qui poussent dans le monte (Libanothamnus neriifolia et Verbesina negrensis) ne sont pas distinguées ; on les appelle indifféremment frailejón de palo (on dirait un frailejón piqué sur un bâton). Toutefois, la ressemblance s'arrête là et ce type de plante n'est pas inclus dans celui de la plante éponyme, le frailejón. Les catégories ne se dégagent pas seulement de la nomenclature ; en somme, un frailejón de monte est aussi peu un frailejón qu'une pomme de terre est une pomme... Les déterminants secondaires se réfèrent aussi à des préférences animales pour telle ou telle plante : hierba de gallina ou h. de oveja (« herbe de poule », « h. de brebis »), à un usage spécifique : paya de techo (« paille de toit ») ou encore au « sexe » ou plutôt à l'intérêt de la plante. Pour deux types de malva (Malva rotundifolia et Malvastrum peruvianum), les lexèmes accolés hembra et macha (respectivement femelle et mâle) n'attribuent pas vraiment de sexe à ces plantes puisqu'on sait bien qu'elles sont deux espèces distinctes ; elles se ressemblent néanmoins beaucoup dans leurs formes de malva mais alors que la première est médicinale, le seconde « ne sert à rien ». Le déterminant « femelle », qui s'oppose à « mâle », est une allusion explicite à la qualité productive, utile ou fertile de la plante.

4Les critères morphologiques ont autant d'importance que les critères d'usage pour la classification des plantes. Mais même si les habitants estiment méconnaître les plantes des espaces qu'ils fréquentent moins, à savoir le páramo et le monte, ils nomment aussi des types de plantes qui n'ont pour eux aucun intérêt. Ainsi, de deux espèces d'arbustes de la famille des mélastomatacées, très fréquentes dans les barbechos en jachère et difficiles à distinguer pour le botaniste, l'une est oreja de perro (Monochaetum bomplandii) et l'autre (« les feuilles ont comme un vert plus brillant ») corral de piedra (Monochaetum villosum). Ces deux plantes poussent généralement ensemble et la première domine largement sauf, peut-être, près des lieux caillouteux et fréquentés par le bétail (d'où le nom « enclos de pierre »). Chacune est dotée d'un nom qui ne laisse entendre d'aucune manière qu'elles sont « presque pareilles », l'un se référant à la forme des feuilles, l'autre à un lieu. Ces plantes font un bois très médiocre pour le feu et elles sont par ailleurs inutilisables sauf que, comme le disent les habitants, « même si elle ne sert à rien, une plante est là pour quelque chose » ; de fait, on dit que là où celles-ci poussent, le sol n'est pas « alimenté », fertile.

5Enfin, on trouve souvent accolé au terme de base un lexème d'ordre spatial ou ethno-écologique (huerta, páramo, barbecho ou monte) : il indique que la plante typique de la catégorie définie par le lexème primaire - en règle générale, sur la base de caractères morphologiques - pousse normalement dans d'autres lieux. Ainsi, la bourrache que l'on plante ou qui « vient seule » dans les jardins (borraja) est rapprochée de Sonchus oleraceus (borraja de barbecho) qui a aussi des feuilles velues. La première, médicinale, serait en quelque sorte la « vraie » bourrache alors que la deuxième n'en serait qu'une imitation normalement condamnée à rester dans l'espace des barbechos. De même, une rosacée commune dans les barbechos (Acaena elongata) est le « vrai » cadillo alors que la légumineuse Medicago denticulata est le cadillo de huerta ; toutes deux font des petits fruits qui s'accrochent, aucune n'est utilisée et l'autre Acaena (dont on reconnaît pourtant la ressemblance (feuilles) avec le cadillo) est nommée pata-oso. Ces ressemblances morphologiques devraient cacher une différence de nature importante : celle de pousser dans des espaces différents. Mais chacun reconnaît que borraja et borraja de barbecho poussent indifféremment dans les jardins et les terres à blé, alors que le cadillo de huerta se trouve rarement dans un jardin. Des catégories de plus grande inclusion utilisaient également les mots monte, barbecho, etc. pour regrouper les matas de monte, matas de páramo, etc. Les relations entre les plantes d'une même catégorie englobante sont ici fondées sur la « contiguïté » (les matas de monte poussent dans l'espace monte). Au contraire, ces mêmes mots utilisés en lexèmes secondaires pour un taxon terminal servent à montrer une « ressemblance » (une humaria peut être de barbecho ou de páramo) (Lévi-Strauss, 1962 : 85). Alors que certaines plantes partageant le même terme de base, mais appartenant à des genres différents dans la taxinomie scientifique, ne sont pas incluses dans une même catégorie (le frailejón de palo n'est pas un frailejón), on reconnaît à d'autres une certaine parenté (la borraja de barbecho est une borraja).

6Les noms communs des plantes sauvages d'altitude varient sensiblement d'un endroit à l'autre, certains plantes changent leur nom en fonction du lieu où elles poussent, d'autres (lichen, mousses) gardent une position ambigüe dans les règnes du vivant comme d'ailleurs certains animaux (le taon, produit par un arbuste, est il un animal ?). Cette flexibilité classificatoire, déjà soulignée à plusieurs reprises, a aussi retenu l'attention de Eglée López qui a proposé une explication à ces « anomalies » au modèle taxinomique universel mais avec un argument strictement naturaliste : la flexibilité du système taxinomique des parameros serait due au milieu montagnard lui-même qui perturbe (par les processus adaptatifs développés par les végétaux) la forme globale des plantes selon l'altitude ou la situation. Ainsi, « la particularité du domaine botanique paramero stimule la construction de catégories morphologiques flexibles, sans limites fixes » (López, 1990 :433). Toutefois, l'argument proposé doit être mis en doute : la variation morphologique n'explique pas toutes les ambiguïtés classificatoires du végétal et inversement, la flexibilité remarquée n'est pas limitée aux seuls registres des ethnosciences. Peut-on vraiment attribuer cette « indétermination » au seul fait que le milieu naturel impose des changements morphologiques ou que le brouillard est susceptible d'altérer la perception ?

Annexe A1 : Glossaire des noms de plantes

Noms communs en Apure Noms latins
Agujita Erodium cicutarium
Ajenjo de páramo Conyza mima
Ajenjo Artemisia absinthium
Ají Capsicum frutescens
Albrisia negra Gaultheria vaccinioides
Albrisia negra Pernettya elliptica
Albrisia rosada Gaultheria buxifolia
Albrisia Gaultheria strigosa
Aliso Alnus jorullensis
Anchotico Vallea stipularis
Artamisa Ambrosia cumanensis
Barba de caballo Vulpia myurus
Barba de piedra Sterocaulon sp.
Bledo Amaranthus dubius
Bolsitas Calceolaria palustris
Borrachero Solarium hypomalacophyllum
Borraja de barbecho Sonchus oleraceus
Borraja Borrago officinalis
Bretónica Salvia rubescens
Cabeza de indio Pityrogramma tartarea
Cadillo de huerta Bidens pilosa
Cadillo de huerta Medicago denticulata
Cadillo Acaena elongata
Capadura de buey Muehlenbeckia tamnifolia
Carruzo Chusquea sp.
Cebolleta Sisyrinchium micranthum
Chicoria de páramo Hypochoeris sessiliflorus
Chicorea Oritrophium limnophyllum
Chicoria Azorella crenata
Chicoria Oenotheracuprea
Chiflón Altensteinia palacea
Chilbabuz Hesperomeles sp.
Chilca, chilcota Stevia lucida
Noms communs en Apure Noms latins
Chilca Oxilobus glanduliferus
Chilcón Baccharis prunifolia
Chivacú Vaccinum floribundum
Chocho Lupinus paniculatus
Chulco Oxalis tabacomacensis
Chupita Castilleja fissifolia
Cizaña Rumex acetocella
Clavelito de páramo Calandrinia acaulis
Coral de piedra Monochaetum villosum
Corazón negro Buddleia lindenii
Curuba, curubita Vaccinum meridionale
Espadilla Sisyrinchium tinctorum
Estraña Senecio formosus
Estrellita Aster marginatus
Flor azul Mannina pubescens
Frailejón alto Espeletia spicata
Frailejón de palo Libanothamnus neriifolia
Frailejón de palo Verbesina negrensis
Frailejón Espeletia timotensis
Frailejón Espeletia schultzii
Guava Phytolaccaicosandra
Gusanillo Lycopodium complanatum
Halecho Pteridium sp.
Hayuelo Dodonea viscosa
Hierba de gallina Poa annua
Hierba de oveja Muehlenbergia ligularis
Hierba locha, cruzeto Caleacaracasana
Hierba santa Chenopodium ambrosioides
Humaria de barbecho Arracacia vaginata
Humaria de páramo Bidens triplinervia
Insinillo Myricacaracasana
Jarillo Escalonia floribunda
Kikuyo Pennisetum clandestinum
Laurel Gaultheria alnifolia
Limoncillo Cyperus tenuis
Linaza Linum usitatisimum
Lirió Orthosantus chimboracensis
Lucema de páramo Salvia lavanduloides
Lunaria Hypericum thesiifolium
Malojito Paspalum sp.
Malva hembra, malvita Malva rotundifolia
Noms communs en Apure Noms latins
Malva macha Malvastrum peruvianum
Mano-león Bocconia frutescens
Manteco Rapanea dependens
Manzanito Hesperomeles pernettyoides
Mapurito Ternstroemia aff. quinquepartita
Mariega Cortaderia haplotricha
Marijuana no es Eupatorium pycnocephalum
Mastuerzo Lepidium bipinnatifidum
Mata pulga Conyza sophiaefolia
Michiruy Draba sp.
Micuy Apium leptophylum
Molinillo Stevia elongata
Mora Rubus coriaceus
Mostaza Brassica nigra
Mostrante Alomia microcarpa
Musgo de flor Arenaria jahnii
Nabo Brassica juncea
Oreganote Minthostachys mollis
Oreja de perro Monochaetum bomplandii
Orejita Elaphoglossum sp.
Ortiga Urtica ballotaefolia
Paguey Oncidium sp.
Paja de techo Stipa ichu
Paja humilde Luzula racemosa
Paja negra Calamagrostis vulcanica
Paja Agrostis subpatens
Paja Calamagrostis planifolia
Paja Danthonia secundiflora
Pajarito Dendropthora Undeniana
Pajita de remolino Bulbostylis capilaris
Pajita Agrostis trichodes
Palito negro Hypericum laricifolium
Palito negro Hypericum laricoides
Papayo Oreopanax raticulatus
Pasto de oveja Aegopogon cenchroides
Pasto Agrotis tolucencis
Pata perro Stachys venezuelana
Pata vaca Desmodium molliculum
Pata-oso Acaena cylindrostachya
Pegajoso Bejaria aestuans
Noms communs en Apure Noms latins
Piñuela Erygium humboltii
Poléo Satureia browne
Quinoy Cavendishia killipii
Quinua macha Chenopodium album
Quitasol Escalonia tortuosa H.
Raicita Relbunium hypocarpium
Rebolacha Rumex cripus
Repollo Echeveria venezuelensis
Romerito Hypericum caracasamum
Romero Arcytophyllum nitidum
Ruba Ullucus tuberosus
Ruba Ruta graveolens
Russilo, roció Lachemilla sp.
Sai-sai Weinmannia sp.
Saltón de tierra fría Eupatorium ibaguense
Salvia Lepichinia conferta
Salvita Senecio sclerosus
San pedro Lithospermum mediale
Sánalo Baccharis tricuneata
Sanalotodo Muehlenbeckia volcanica
Savanero, niquitáo Baccharis floribunda
Siempre vive Peperomia galioides
Siguís, siniguís Eugenia triquetra
Sombrillita Geranuim lindenianum
Tábano Gaiadendrontagua
Taparito Alonsoa meridionalis
Taparito Papaver somniferum
Taparito Silene gallica
Tisis Coriaria thymifolia
Tusillo Köhleria deppeana
Uña de gato Berberis prolifica
Uvito, fruto negro Cestrum parvifolium
Verbena Verbena litoralis
Vinagrera Oxalis corniculata
Viravira pequeña Eupatorium stoechadifolium
Viravira grande Achyrocline satureioides
Viravira pequeña Gnaphalium meridanum
Viravira Gnaphalium sp.
Yake Hesperomeles glabrata
Yantén Plantago major

Annexe A2 : Deux catégories implicites de plantes des barbechos associées aux terres « alimentées » et aux terres « maigres »

« Alimentent la terre »

Noms populaires Noms latins
Albrisia negra Pernettya elliptica
Albrisia rosada Gaultheria buxifolia
Bledo Amaranthus dubius
Borrachero Solanum hypomalacophyllum
Bretónica Salvia rubescens
Cadillo Acaena elongata
Chocho Lupinus paniculatus
Cizaña Rumex acetocella
Clavelito Vallea stipularis
Estraña Senecio formosus
Frailejón Espeletia schultzii
Jarillo Escalonia floribunda
Manteco Rapanea dependens
« Marijuana no es » Eupatorium pycnocephalum
Mora Rubus robustus
Nabo Brassica juncea
Orejita Elaphoglossum sp.
Pata-oso Acaena cylindristachya
Pega-oso Bejaria aestuans
Rusillo, Rocio Lachemilla sp.
Salvia Lepechinia conferta
San Pedro Lithospermum mediale
Savanero, Niquitáo Baccharis floribunda
Siguis, Siniguis Eugenia triquetra
Uvito, Fruto negro Cestrum parvifolium
Vira vira pequeña Eupatorium stoechadifolium

« Ensauvagent la terre »

Noms populaires Noms latins
Barba de caballo Vulpia myurus
Cabeza de Indio Pityrogramma tartarea
Corral de piedra Monochaetum villosum
Curubita Vaccinum floribundum
Frailejón de palo Verbesina negrensis
Hayuelo Dodonea viscosa
Malva macha Malvastrum peruvianum
Oreja de perro Monochaetum bomplandii
Palito negro Hypericum laricifolium
Palito negro Hypericum laricoides
Quinoa macha Chenopodium album
Vira vira grande Achyrocline satureoides
Vira vira Gnaphalium gaudichaudianum

Annexe A3 : Les plantes reconnues dans quatre jardins et leurs usages

7M : médicinal, A : alimentaire, V : vente, D : décoration, a : autres (fourrage, bois etc.)

Nom local commun Nom français ou latin Usages
Cultures
Ají piment A
Ajo ail V, A, M
Cebolleta Allium sp. A
Cebollín Allium sp. A
Cilantro coriandre A
Col chou A
Espinaca épinard A
Hava fève A, V
Papa pomme de terre A
Remolacha betterave rouge A, V
Zanahoria carotte V, A
Zappallo courge A, a
Petites plantes et autres
Ajenjo absinthe M
Clavel œillet M, D
Aliso aulne a
Azucena lys D
Artamisa Ambrosia cumanensis M
Bledo amaranthe A
Borrachero Solanum hypomalacophyllum a
Borraja de barbecho Sonchus oleraceus -
Borraja bourrache M
Cadillo de huerta Bidens pilosa -
Cizaña Rumex acetosella a
Cuiba Oxalis tuberosa A
Eneldo aneth M
Hierba santa Chenopodium ambrosioides M, A
Hinojo fenouil A, M
Humaria de barbecho Arracacia vaginata A
Lenguita Rumex sp. A
Malva hembra Malva rotundifolia M
Malva macha Malvastrum peruvianum -
Manzanilla camomille M, D
Mejorana marjolaine M
Micuy Apium leptophylum A
Mostaza moutarde M, A
Nabo Brassica juncea A
Pata oso Acaena cylindrostachya M
Rebolacha Rumex crispus A
Rosa rose D
Ruba Ullucus tuberosus A
Ruda rue M
Rusillo Lachemilla sp. M
Scorzonera scorsonère A
Sombrillita Geranium lindenianum -
Trebol trèfle a
Verbena verveine M

Annexe A4 : Liste des plantes identifiées par les botanistes Benito Briceño et Guiseppe Adamo (herbier déposé à l'université des Andes de Mérida) et classées par familles de la nomenclature scientifique.

Annexe Β. Les variantes du cycle biennal du blé : cycle triennal, rotation de culture

8Même si la majorité des champs de blé sont cultivés selon le cycle biennal en Apure, il existe quelques variations dans les manières de cultiver le blé dans la haute vallée.

9Formules de rotation de terre et de culture dans les barbechos.

10Secteur d'application :

11A=entre 2 400 et 2 600 m (Los Nevados).

12B=entre 2 600 et 3 100 m (Apure).

13*=pratique moins fréquente.

1re année 2e année 3e année 4e année 5e année Secteur
blé - blé - blé A Β
blé pois - blé pois A Β
blé blé - blé blé A* Β
blé pois maïs - blé Β*

14Un cycle triennal se caractérise par la succession dans le temps et sur une même parcelle des phases Ibarbechado - sementera - rastrojo - sementera - rastrojol avec deux récoltes en trois ans (fig. 1a). Alors que les premiers semis interviennent juste après la phase de barbechado, bénéficiant ainsi d'une régénération partielle des sols, les seconds se font par contre sur un « rastrojo jeune », un chaume peu transformé, quatre mois après la première moisson. Ces parcelles reçoivent donc trois labours par cycle. Utilisés de manière plus intensive, les sols soumis au cycle triennal sont généralement plus argileux (tierra putpa) et considérés plus fertiles par les agronomes que ceux, communs en Apure, à textures plus sableuses. Pour cette raison, le cycle triennal est plus pratiqué dans les terres en aval, autour du village de Los Nevados. Sur une même parcelle, on peut également cultiver du blé en rotation avec d'autres cultures ; l'alternance blé - pois est alors la plus courante. « Le blé et le pois, c'est un même modèle » dit-on en Apure. En effet, le pois, comme le blé, se sème à la volée sur les barbechos, ne se désherbe pas et se récolte à la faucille, mais au mois de novembre, pour être ensuite battu « avec un bâton, jamais le piétinement des mules ». Rarement semé en biennal, le pois succède généralement au blé dans un cycle triennal (fig. 1b).

Fig. 1 – Les alternatives du cycle biennal

Annexe C. Jean de l'Ours (Juan del Oso)

15Trois versions du mythe présenté à l'auditeur comme chiste, une « histoire de l'autre jour » ou un « conte des gens d'avant » selon le contexte de narration.

Annexe C1 : Le chiste de Juan del Oso (El chiste de Juan del Oso)

16Voilà le chiste de Juan del Oso. Une jeune femme était en train de laver quand l'ours l'enleva, l'emporta dans une grotte et lui fit « avoir famille ». Alors elle eut un enfant, un ourson. L'ours s'en allait par là-bas pour chercher de la viande et l'amener à la jeune femme qu'il gardait dans la grotte. Et à l'entrée de la grotte, il avait mis une (grande) pierre. Tous les jours, l'enfant regardait la pierre pour voir s'il pouvait déjà la faire rouler et sortir de là avec sa maman. La jeune femme pleurait beaucoup, d'ennui, et ils étaient dans cette grotte et il n'y avait nul endroit pour sortir, rien du tout. Alors l'enfant dit à la maman qu'elle ne s'en fasse pas, que le jour suivant elle s'en irait, que lui maintenant pouvait retourner la pierre. Et donc, le jour suivant, l'ours s'en alla par là-bas dans le monte et l'enfant fit rouler la pierre, ils sortirent et s'en allèrent. Alors l'ours revint, ne la trouva pas et partit la chercher. La dame s'en alla avec l'enfant, ils sont arrivés dans un village et ont fait le baptême. Elle s'est retrouvée là dans une maison et ils ont baptisé l'ourson qu'elle avait eu, de la taille vers le haut il était une personne humaine et de la taille vers le bas il était un chiso ( ?) d'ours. Alors dans le village, ils ont tué l'ours, le vieil ours. Et l'ourson, on le mit à l'école quand il eut déjà un peu grandi. À l'école, les autres enfants le taquinaient beaucoup, alors l'ourson les frappait et les tuait. Il tuait les autres enfants et on n'a donc pas pu le laisser faire ses études. La maman chercha quelqu'un qui puisse lui apprendre à étudier, il y arriva, finit ses études et l'ours servit de « disciple », comme un maître quoi. Comme nom, on lui a donné Juan del Oso. Bon, et comme on le lui donnait, pendant qu'on le baptisait, je suis restée moi et je m'en suis venue.

Annexe C2 : Le conte de la femme qui eut un ourson (Un cuento de antes : la mujer que pario osito)

17Ça c'était d'avant, ils racontaient ainsi. Une femme était en train de laver. L'ours est arrivé, il l'a emmenée et l'a gardée dans son abri dans un arbre. Il chassait et il faisait cuire la viande en la gardant sous ses aisselles (elle fait le geste avec une moue de dégoût). Il lui fit un ourson : du haut jusqu'à la taille petit homme, et de la taille jusqu'en bas ours. Elle envoyait des petits papiers dans la rivière et une autre femme qui était en train de laver les ramassait et alors, ils sont allés la chercher dans l'abri. Et ils ont baptisé l'ours.

Annexe C3 : L'histoire de « la jeune fille qui savait lire » (La muchacha que sabia leer)

18C'était une jeune fille qui savait lire. Une jeune fille fait la lessive, il y avait deux soeurs qui savaient lire, qui sait où cela s'est passé, c'était de l'autre jour. Donc, les deux lavaient, l'ours en a emmené une et l'a cachée par là-bas dans une grotte mais la jeune fille a jeté dans la rivière une petite feuille de papier qui lui restait. Alors l'autre jeune fille allait laver, chercher de l'eau dans le ruisseau du ravin là-bas ; les petites feuilles de papier descendaient, elle les attrapait et les lisait : elles expliquaient où était l'autre pour qu'on vienne la chercher. Alors, ils sont allés la chercher, chercher la jeune fille qui était cachée et ils l'ont attrapée. La nuit, l'ours ne l'a plus trouvée chez lui. Il est allé dans la maison de la jeune fille, il a défoncé les portes et là, il l'a tuée à l'intérieur de la maison. Il est rentré et il l'a tuée. Oui madame, celle-là même qu'il avait volée, celle qui savait lire et qui écrivait. Voyez comment sont les choses.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Légende Fig. 1 – Les alternatives du cycle biennal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search