Version classiqueVersion mobile

Apprivoiser la montagne

 | 
Pascale de Robert

Partie 3. Les temps de la sociabilité

Les autres et l'ailleurs

Texte intégral

1Les gens d'Apuré partagent le sentiment d'appartenance à une entité collective qui se rattache aux territoires de l'amont : « Nous autres, nous sommes une communauté. » Cette appartenance s'exprime en termes d'opposition entre le páramo et les barbechos, l'aval et l'amont, mais aussi entre gens du blé et les autres. Au-delà de l'espace spécifique dans lequel la communauté paysanne d'Apuré a inscrit les délimitations symboliques qui constituent ses repères stables, d'autres espaces constituent pour elle l'expérience de l'altérité : un « à l'extérieur » (afuera) et un « en bas » (abajo). Il s'agit de la forêt et de sa frange caféière, de la ville et de son marché, mais aussi de la présence englobante du Parc national avec les contraintes qu'il impose en redéfinissant les terres d'Apure en fonction de nouveaux critères. Cet ailleurs représente aussi, au-delà des cycles réguliers où s'inscrit la succession des générations, l'irruption d'un avenir porteur de changement, de nouveautés non maîtrisées, et donc d'incertitudes.

2Depuis 1952, le territoire d'Apure est inclus, avec Los Nevados, Gavidia et d'autres villages, dans le Parc national Sierra Nevada qui couvre 190 000 hectares de part et d'autre de la Cordillère de Mérida. Le Parc est une institution qui détient un droit de regard et de contrôle sur les façons de faire des habitants au nom de ses objectifs affichés : la protection du milieu naturel (flore, faune, « écosystèmes naturels ») et la conservation du paysage dit traditionnel (architecture, lutte contre l'érosion et le surpâturage). D'une manière générale, les autorités considèrent que l'utilisation de cet espace par les paysans contribue à sa destruction et leurs activités sont donc régulièrement remises en cause. Le tourisme, lui, est mis à l'honneur, même si le guide des parcs nationaux ne consacre que quelques lignes à Los Nevados comme village typique, intéressant par son architecture traditionnelle. Les relations entre Parc et habitants sont complexes et varient en fonction des circonstances (de Robert, 1993 a).

Les mots de la loi

3La législation vénézuélienne concernant les parcs nationaux (décret n° 276 de juin 1989), appliquée plus ou moins textuellement sur le territoire du Sierra Nevada au moins jusqu'en 1993, se veut très rigoureuse. Les seules activités autorisées sont la recherche scientifique, le tourisme de loisir et l'éducation (naturaliste) du public. Les activités agricoles en général et l'élevage d'animaux domestiques y sont prohibés (article 12). Les seules populations admises à y résider sont celles qui peuvent justifier de plus de 50 ans d'ancienneté sur place et qui ont un mode de vie « compatible avec les objectifs de conservation du milieu » (article 35). Des mesures d'expropriation sont prévues pour ceux qui ne se conformeraient pas à ces exigences (article 25).

4En 1991, un pré-projet de règlement d'usage destiné au Parc Sierra Nevada a été proposé par les autorités elles-mêmes pour tenter de résoudre certains des paradoxes qu'un tel texte suscitait à propos d'un espace qui est certes protégé, mais également peuplé de plusieurs milliers d'habitants. Élaboré à partir du décret de juin 1989, le nouveau texte ne constitue en aucun cas une remise en question des principes mêmes des actions du Parc, son « objectif fondamental » reste de « conserver et préserver les écosystèmes de montagne ». Toutefois, on pouvait espérer que des corrections de forme puissent induire des changements de fond dans les relations entre le Parc et ses habitants. Qu'est ce qui change avec les mots de la loi ?

5Le mot « paysage », presque absent du premier décret, est devenu un mot clé dans le deuxième puisqu'il figure, à côté de « écosystème », parmi les éléments devant faire l'objet d'une politique de conservation particulière. Quelle que soit la signification que l'on donne au terme « paysage », il est généralement un objet qui est au moins regardé par un sujet et, contrairement au « milieu naturel » également « protégé » par le Parc, le paysage n'exclut pas toute évidence d'une présence humaine. Ainsi, les paysages en question montrent au moins de beaux restes architecturaux. Les objectifs du Parc seraient-ils donc devenus en partie compatibles avec ceux des paysans ?

6Le paysage que le Parc souhaite protéger est fort éloigné de l'environnement (ambiente) des habitants. Il en est de même des valeurs esthétiques ou économiques que les uns et les autres associent aux mêmes lieux. Par exemple, le décret de 1989 interdit toute introduction de plantes exotiques et prévoit que « les espèces non autochtones devront être éliminées des parcelles cultivées » avec une exception singulière puisque, toutefois, « seront tolérés [...] la plantation d'arbustes et herbes de valeur ornementale dans les jardins des zones de service [du Parc] ». Quel paysage veut-on conserver et pour qui ?

7Un autre exemple est significatif : les légères corrections apportées à l'article 68 du règlement relatif au pâturage des troupeaux à l'intérieur du Parc. Dans le premier texte, on lit : « L'élevage extensif communal qui se pratique dans les páramos sera l'objet d'une norme spécifique, avec comme finalité son élimination graduelle en raison de l'impact négatif qu'il génère ». On a pu apprécier le rôle essentiel que joue l'élevage des bovins pour les gens d'Apure, non seulement des points de vue agricole et économique mais aussi, en quelque sorte, comme manière d'apprivoiser les terres d'altitude. Or, les conflits les plus fréquents entre habitants et Parc éclatent à propos du pâturage et de la pratique du feu qui lui est liée. Que deviendraient les gens de l'amont sans leurs animaux ? Quels rendements céréaliers obtiendrait-on sans leur entrée régulière dans les barbechos et comment s'équilibreraient les budgets des maisonnées sans la vente de fromage ? Que signifierait enfin pour eux la proximité d'un espace rendu plus sauvage encore par l'absence de troupeaux ? Ces questions ont été occultées par les gestionnaires du Parc qui rêvaient d'éliminer un jour le bétail. Certes, la végétation du paramo a évolué jusqu'au XVIe siècle sans la pression de grands herbivores contrairement à ce qui s'est passé dans les Andes centrales. Mais quelle est donc cette « végétation naturelle », pensée comme un retour à une sorte de paramo primordial, et qui s'accommoderait mal des troupeaux ? L'impossible objectif et le manque de preuves scientifiques et tangibles des effets négatifs du pâturage ont contraint les autorités à remanier cet article, de manière à rester crédibles et efficaces. Ainsi, le nouveau texte propose l'article 68 suivant :

8« L'élevage extensif communal qui se pratique dans les paramos sera l'objet d'une norme spécifique, avec comme finalité de réussir sa gestion (manejo) optimale ou son élimination graduelle en raison de l'impact négatif qu'il pourrait générer ».

9Dans les faits, rien n'a changé : le législateur se met à l'abri de critiques développementalistes en adoptant une ouverture sur la négociation avec les habitants et un ton scientifique. Toutefois, comme d'autres institutions, le Parc est dépendant de contraintes économiques et monétaires (Thiébaut, 1988). Au quotidien, il faut reconnaître que la présence du Parc ne s'impose pas d'une façon déterminante aux gens d'Apure, trop éloignés pour l'instant du tourisme et du commerce. Il n'en reste pas moins que les conflits majeurs se cristallisent sur les terres hautes où chacun élabore, à sa manière, des stratégies d'appropriation concurrentes.

Bonnes terres ou beaux paysages ?

10Les conflits que suscitent les usages de la montagne par les uns et les autres renvoient à des représentations différentes de la nature. Les pratiques agricoles et sociales d'Apure s'inscrivent dans une logique paysanne de mise à profit notamment des particularités écologiques. Or, ces pratiques sont souvent contestées par les responsables du Parc qui invoquent des arguments scientifiques : l'agriculture paysanne serait d'une part irrationnelle parce qu'inefficace en termes de profits monétaires ou incapable d'assurer une autonomie complète, d'autre part néfaste pour la conservation du milieu.

11À l'encontre de l'agriculture paysanne, divers facteurs limitants du milieu montagnard sont avancés : l'érosion, conséquence des cultures sur forte pente, la médiocre fertilité des sols entraînant des rendements trop faibles, la présence de mauvaises herbes révélant des façons culturales insuffisantes, mais sans chercher à comprendre les raisons historiques ou les choix traditionnels qui peuvent rendre compte de ces problèmes, bien réels. Dès son origine, la culture du blé dans les Andes vénézuéliennes a été une culture de pentes non protégées et surexploitées, donc propice aux processus érosifs. Mais les pratiques actuelles sont-elles pour autant semblables à celles du passé ? Rien n'est moins sûr, compte tenu des innovations techniques des gens de l'amont. En fait, on ne connaît quasiment pas les effets ni les résultats (positifs ou négatifs) des pratiques actuelles.

12Depuis la « découverte » de la vallée au XVIe siècle par les soldats de Macdonaldo jusqu'à la fin du siècle dernier (Jaúregui, 1948 [1877]), la vallée a surtout été perçue comme une bonne terre dans un vilain lieu. La rupture semble s'opérer dans les années 1940-1950. Dès lors, la vallée est représentée comme une terre stérile dans un beau paysage. Il est difficile de discerner s'il s'agit d'un constat écologique ou d'un changement de critères dans les valeurs rurales. La perception des paysans d'Apure, elle, n'a guère changé : il s'agit d'abord pour eux d'une terre de culture, bonne pour le blé, dont les faibles rendements – calculés cependant par d'autres et sur la base fragile d'enquêtes orales pour la plupart – correspondent à une stratégie de culture extensive pour une meilleure occupation de l'espace, la végétation secondaire contribuant à la reconstitution du sol après le blé.

Un homme et son fils à cheval dans la dure montée de El Alto de la Cruz, la dernière avant l'arrivée à la station du téléphérique. Sur ce chemin empierré soigneusement entretenu avec l'aide du Parc, on rencontre désormais tout autant des touristes que des paysans. Ce lieu souvent pris dans le brouillard, la pluie froide ou la neige inspire toujours de l'admiration pour les uns, de la crainte pour les autres

13Le « beau paysage » est, à la limite, celui où l'homme n'intervient plus. C'est l'utopie qui sous-tend implicitement beaucoup d'institutions de conservation : la nature parfaitement protégée est d'abord une nature sans hommes. À l'inverse, la vision sous-jacente aux conceptions paysannes est celle d'une « bonne terre », cultivée, habitée, humanisée même en ses zones les plus marginales, comme le páramo que les troupeaux aident à apprivoiser. Une fois discernée la part idéologique de ces discours, il convient de ne pas les radicaliser : sur le terrain, les points de vue ne sont pas foncièrement incompatibles et les intérêts concrets des uns et des autres sont sans doute conciliables (Reyes et López, 1992).

14Une autre notion scientifique souvent invoquée à l'appui de la conception du Parc (et un autre mot de la loi) est celle de climax, conçue ici comme le stade final d'une succession végétale sans influence de l'homme, un état d'équilibre stable, un optimum qui représenterait le milieu naturel à l'état pur et en fait une interprétation idéologique d'un concept de l'écologie, qui se voit survalorisé pour désigner une sorte de nature immuable en adoptant un ton scientifique. En fait, les sols et les climats ne sont pas les seuls facteurs à prendre en compte dans ces processus et Margaleff (1980) rappelle que cette conception classique est une utopie, un idéal de perfection éloigné de la réalité des processus naturels. Comme le souligne Fabiani (1985), le climax est d'abord une construction imaginaire qui permet de penser des processus naturels. Au-delà de la flore et de la faune, la notion de « climax » correspond à celle de « paysage naturel » à ne pas « dégrader », qui se révèle en fait un paysage construit, idéalisé, désiré (Molinillo et Manasse, 1993), fruit du choix arbitraire d'un stade donné à l'interaction entre milieu naturel et société, ici celui du XIXe siècle.

Vivre dans un parc national

15La présence des habitants de la haute vallée de Nuestra Señora, très antérieure à la création du Parc, n'est pas contestée, mais leurs pratiques concernant l'agriculture, l'élevage ou l'habitat ne sont tolérées que dans la mesure où elles ne sont pas jugées contradictoires, par les autorités du Parc, avec les principes édictés par la loi. Dès lors, les besoins d'une production agricole suffisante pour assurer la survie de la communauté paysanne se heurtent souvent aux règlements imposés par une institution qui privilégie les concepts de protection ou de conservation du milieu. Entre les paysans illettrés d'Apure et ceux qui sont chargés de « protéger » leur terre, représentés sur le terrain par des gardiens du Parc qui sont souvent des techniciens forestiers, les occasions de conflits sont donc nombreuses.

16Ces derniers, habitués par leur formation à donner la priorité aux arbres (les petits bosquets de Polylepis seraient des reliques de forêts d'altitude par exemple), rappellent que les terres à blé étaient autrefois boisées (forêt arbustive sèche sempervirente) et que leur aspect actuel est la conséquence d'un déboisement indu effectué par les paysans, qu'il conviendrait d'interdire pour laisser se reconstituer une forêt secondaire ou même « naturelle ». Ils ont de ce fait mandat d'intervenir dans la pratique locale des jachères longues, en exigeant que l'on n'abatte plus les arbustes ayant atteint une certaine taille dans les terres au repos. Selon le premier règlement, le Parc pouvait même s'approprier, à partir d'un certain seuil dans la phase de régénération (une hauteur arbitraire de la végétation), des parcelles dites « abandonnées» selon ses normes, mais « au repos » du point de vue des paysans. Cette appropriation contribuait à un autre objectif du Parc : la réduction des surfaces cultivées, en encourageant une culture considérée plus rationnelle, de même que l'on souhaitait réduire le parcours des troupeaux dans le páramo au profit d'un élevage par stabulation. L'intensification se trouve cependant parfaitement opposée aux stratégies d'occupation extensive du territoire des gens de l'amont. Et les paysans, confrontés au dilemme : abandonner un terrain au Parc ou raccourcir les temps de jachère, ont choisi le deuxième terme. Ce nouveau paradoxe a finalement imposé un remodelage du texte de la loi (Reyes et López, 1992).

17Autre source de conflit habituelle, la protection de la faune avec son corollaire, l'interdiction de la chasse : elle a favorisé la multiplication des pigeons sauvages qui ont contribué à rendre impossible la culture des légumineuses. Or, l'étude de l'alimentation a montré le rôle important joué par les pois dans l'apport de protéines. Par ailleurs, les mesures éducatives visant à protéger l'ours n'ont pas pris en compte les mythologies locales à son sujet et se heurtent à l'incompréhension des habitants. Sur le plan de l'habitat, le souci de préserver le paysage architectural avec des toits de tuile, mais de conserver simultanément les espèces ligneuses en interdisant l'usage des fours à tuiles, place la population devant des exigences contradictoires. Les conflits sont en fait plus ou moins exacerbés selon les endroits ou les sensibilités des principaux protagonistes et se règlent souvent (presque toujours en Apure) par voie de compromis. Les employés du Parc sont généralement des gens du pays qui savent fermer les yeux sur des faits mineurs et négocier avec leurs compatriotes une solution acceptable. Pour des faits plus importants, les tensions se font plus vives.

Les habitants de Gavidia, désireux de développer la culture des pommes de terre, ont obtenu une modification des limites du Parc, après s'être heurtés violemment à l'ancien directeur. Son successeur s'est montré plus ouvert et, en 1992, le deuxième projet de règlement particulier au Parc de la Sierra Nevada, élaboré sur la base de la loi organique, a été discuté avec des « représentants des communautés paysannes ». Ceux de Gavidia, venus en délégation nombreuse, ont eu en partie gain de cause. Ce règlement semble mieux adapté aux particularités naturelles et humaines de la région et confirme la tendance à une meilleure intégration des habitants dans le projet de conservation (Reyes et López, 1992).

18Des citadins se rendent en montagne pour retrouver une certaine nature, celle qui est caractérisée dans le paramo par les basses températures, les lacs, la présence de certaines plantes et de certains animaux sauvages. C'est aussi pour certains l'occasion de conforter une certaine vision de la société paysanne traditionnelle. Mais ces stéréotypes n'ont jamais été et ne sont toujours pas valorisés par les habitants d'Apure.

19Au village de Los Nevados, par contre, l'afflux des visiteurs, qui en fait désormais un haut lieu touristique des Andes vénézuéliennes, a incité une petite partie de la population à jouer la carte touristique pour répondre aux attentes. Le fait de pouvoir monter une « auberge typique » permet à certains d'acquérir de nouveaux pouvoirs locaux, de nouveaux revenus, et en même temps de se dégager d'une image dévalorisée de ses origines paysannes. Cette évolution entraîne une différenciation sociale de plus en plus sensible, qui souligne encore davantage la traditionnelle séparation entre gens de l'aval et gens de l'amont.

20Les touristes ne vont pas jusqu'en Apure, et le feraient-ils qu'ils se heurteraient à une méfiance certaine : personne ne comprend ici comment on pourrait s'intéresser à un lieu si retiré et si peu agréable (« laid »). Par contre, des randonneurs s'aventurent parfois dans le paramo pour le plaisir et hors des sentiers battus. Leurs succès ou leurs mésaventures sont attribués par les paysans au bon ou au mauvais vouloir du páramo : celui-ci, on l'a vu, manifeste au travers de phénomènes météorologiques les sentiments que lui inspire une personne à un moment donné. Si un randonneur disparaît, ce n'est pas contre un sportif mal entraîné que le páramo s'est « mis en colère », mais contre quelqu'un qui lui a manqué de respect. Selon les uns, la rupture des « équilibres écologiques fragiles » est due à une mauvaise gestion agricole des terres alors que, selon les autres, la dérive de l'état cordial est attribuée à la fréquentation intempestive du páramo par des non-initiés.

Un monde qui change

21La proximité de la ville qui s'étend toujours plus et dont les habitants sont plus nombreux à venir et à intervenir dans la haute vallée, n'est pas étrangère au fait que « les choses ne sont plus comme avant ». Comme beaucoup de sociétés, la communauté d'Apure se trouve confrontée à des problèmes nouveaux qu'elle relie à la pression du monde extérieur. Les discours sur le changement prennent pour référence ces temps de « l'autre jour » où, dit-on, les récoltes étaient plus abondantes, les nourritures moins « légères » et les maladies moins fréquentes. Tout se passe comme si l'indépendance acquise par les fondateurs – les premiers cultivateurs de blé en amont – était de nouveau mise en question. Ayant échappé à l'emprise des haciendas, les paysans se sentent aujourd'hui repris dans le tourbillon du dehors (lo de afuera).

Simon et Martina, un vieux couple d'Apure que l'on voyait inséparable. À la mort de son époux, Martina a définitivement fermé sa maison et a choisi de prendre le chemin difficile qui passe par le páramo puis la forêt (monte) jusqu'au petit village de El Quinu, où habite l'un de ses fils. C'était son premier grand voyage

22Certes, les « gens du blé » ne manifestent aucune hostilité de principe à l'introduction de nouveautés, ayant été, au contraire, les acteurs de nombreuses innovations. Pour eux dont les valeurs « traditionnelles » se fondent d'une part sur le blé (on le cultive et on en mange) et, d'autre part, sur l'échange (l'autarcie n'a rien d'un idéal on l'a vu), le changement s'impose de lui-même. Les gens de l'amont, qui apparaissent pourtant comme les plus conservateurs des « gens du blé », ont réajusté leurs pratiques agricoles en s'installant dans le paramo, donné plus d'importance à l'élevage, cultivé des rozas, manipulé les frontières spatiales et les récits sur le passé pour élaborer une nouvelle cartographie du monde, intégré de nouveaux produits dans leur alimentation et leur pharmacopée, vendu plus d'ail, essayé l'épinard... Pourtant, on s'inquiète souvent de la distorsion que provoque la différence de rythme entre les réajustements locaux et les changements accélérés et irréguliers qui caractérisent la société environnante.

23Les conditions du marché sont chaque fois plus défavorables aux petits producteurs : par exemple la vente de la même quantité de fromage ne permet plus de se procurer les mêmes marchandises. Cette dégradation économique s'accompagne d'une différenciation sociale qui pourrait s'accentuer avec les salaires gagnés à l'extérieur, les nouvelles stratégies locales entre salariat et entraide, ou les ressources nouvelles du tourisme que le Parc national encourage au village de Los Nevados. Les gens d'Apure en retirent le sentiment que s'il y a un progrès, il n'est pas pour eux, qu'il est mal adapté, trop rapide et peu compatible avec le respect dû aux choses et aux êtres de l'environnement. Ce n'est pas le changement en lui-même qui fait problème, mais l'impression de n'en plus contrôler les effets : l'illusion de la maîtrise de ses choix et de son destin s'est estompée.

Felipe et son âne. Ce petit garçon, qui habitait une maison du bord de la rivière Nuestra Señora à Apure vit et travaille aujourd'hui à Los Nevados ; son fidèle animal porte souvent les bagages des touristes

24Ce sentiment diffus d'un futur incertain se cristallise en particulier dans le domaine de la santé, menacée par une recrudescence de la maladie devant laquelle les thérapeutiques locales restent parfois impuissantes. Autrefois, souligne-t-on, les hommes étaient moins faibles, de même que les plantes cultivées. S'ils semblent plus fragiles qu'autrefois, c'est parce que la société a changé avec certaines des valeurs dont le respect garantissait la bienveillance des dieux.

Vers de nouveaux équilibres ?

25En Apure, de nombreuses maladies et infortunes sont interprétées comme des conséquences d'erreurs personnelles, de comportements inappropriés, d'écarts trop marqués par rapport à une norme qui valorise la modération et se traduit par la notion de cordial. Si chacun peut s'appliquer à éviter un pasmo en suivant des règles élémentaires ou à s'attirer la sympathie des cheses, les « choses de Dieu » (tremblement de terre, épidémies, clises, etc.) sont assimilées à des sortes de punitions collectives contre lesquelles on ne peut presque rien. Les agissements des « autres », ceux de l'extérieur par exemple, peuvent également entraîner des conséquences dans la haute vallée. Et justement, les habitants estiment que maintenant, ces « choses de Dieu » sont peut-être moins spectaculaires que dans le passé, mais de plus en plus fréquentes.

26Les gens de l'amont se préoccupent des maladies des plantes, notamment la clis dont on a déjà parlé : elles concernent désormais tout le monde et ce dérèglement dans le cycle végétatif leur semble témoigner d'une confusion dans l'ordre du climat, d'une rupture d'équilibre dans laquelle les phénomènes météorologiques tiennent certes un rôle important, mais qui surtout met en péril la société. L'introduction de nouvelles variétés ou des traitements chimiques paraissent de nature à affaiblir la terre, de même que les nouvelles habitudes alimentaires troubleraient l'équilibre cordial de la santé au bénéfice du froid. D'autres pratiques actuelles sont jugées irrespectueuses : certains négligent le culte des saints et beaucoup leurs devoirs de chrétiens, les temps de jachère ne sont plus observés, les travaux collectifs se trouvent menacés par le salariat, on vend les épis de blé à des fins décoratives, les touristes jettent des cailloux dans les lacs, les montagnes sont escaladées sans précaution... Tous ces changements sont reliés à un climat qui paraît plus désordonné et plus imprévisible que par le passé : saisons moins bien marquées, nombreuses clises qui peuvent même se produire en été, páramos plus « sauvages » ou, au contraire, glaciers qui disparaissent. En bref, tout change et rien ne va plus comme cela devrait.

27C'est que les hommes, par leur conduite, auraient altéré les sortes de contrats qui les mettent en relation avec les puissances invisibles maîtresses des lieux et aussi du temps. Ainsi, en évoquant les causes de maux qui semblent nouveaux, les gens d'Apure s'en remettent souvent à la formule « il n'y a plus de respect » (ya no hay respeto) qui lie les irrégularités du climat aux désordres de la société.

28Alors que les anciens savaient, dit-on, négocier avec les saints et les cheses, interpréter les signes de leur courroux et moduler en conséquence leur comportement individuel et communautaire, on se sent aujourd'hui souvent victime de punitions collectives impossibles à éviter, difficiles à gérer, mais préfigurant peut-être une plus grande intégration à la société globale. Les enfants supportent moins bien le « climat d'ici » en partie parce que leur alimentation ressemble davantage à celle des petits citadins ; on leur souhaite aussi d'aller à l'école pour qu'ils soient peut-être mieux armés au moment de faire des affaires ou d'émigrer. Des maisonnées s'essaient à des cultures de rente plus risquées, on achète des semences, des hommes aimeraient semer les rastrojos pour faire des pâturages et agrandir leur troupeau, d'autres ont essayé des engrais pour la pomme de terre. On associe explicitement ces innovations à de nouvelles faiblesses, mais c'est un risque que beaucoup estiment désormais incontournable. Puisque la démesure de la ville entraîne des conséquences jusqu'ici, il s'agit aussi d'y trouver avantage.

29D'ailleurs, la mobilité des paysans, les relations étroites toujours maintenues avec la ville et les citadins, les parcours de vie se déroulant alternativement dans les terres du haut et du bas montrent que villes et campagnes ne sont plus pensées en termes d'opposition inconciliable (Dollfus, 1981 b). Si tous les gens d'Apure reconnaissent que les fondations du monde traditionnel sont ébranlées, les uns regrettent le temps où les maux des hommes semblaient ne dépendre que d'eux-mêmes, les autres espèrent parvenir à de nouveaux équilibres.

Table des illustrations

Légende Un homme et son fils à cheval dans la dure montée de El Alto de la Cruz, la dernière avant l'arrivée à la station du téléphérique. Sur ce chemin empierré soigneusement entretenu avec l'aide du Parc, on rencontre désormais tout autant des touristes que des paysans. Ce lieu souvent pris dans le brouillard, la pluie froide ou la neige inspire toujours de l'admiration pour les uns, de la crainte pour les autres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Simon et Martina, un vieux couple d'Apure que l'on voyait inséparable. À la mort de son époux, Martina a définitivement fermé sa maison et a choisi de prendre le chemin difficile qui passe par le páramo puis la forêt (monte) jusqu'au petit village de El Quinu, où habite l'un de ses fils. C'était son premier grand voyage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Felipe et son âne. Ce petit garçon, qui habitait une maison du bord de la rivière Nuestra Señora à Apure vit et travaille aujourd'hui à Los Nevados ; son fidèle animal porte souvent les bagages des touristes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search