Version classiqueVersion mobile

Apprivoiser la montagne

 | 
Pascale de Robert

Partie 3. Les temps de la sociabilité

Les temps de la sociabilité

Texte intégral

Partie 3

L’importance que revêt l’organisation de l’espace pour les paysans d’Apure invitait à décrire celle-ci de façon concentrique, comme un passage progressif des lieux les plus intimes aux espaces les plus fréquentés, selon les degrés de sociabilité qui s’y manifestent et qui décroissent apparemment de la maisonnée à la haute montagne. Ce modèle concentrique cache une plus grande complexité : alors même que les frontières sont soigneusement marquées, le domestique et le sauvage, le même et l’autre, le visible et l’invisible se conjuguent dans chaque lieu. La maison est ouverte aux influences néfastes des aires et de l’eau, le jardin est en quelque sorte une roza apprivoisée et l’essart un jardin ensauvagé, le páramo en apparence hostile est habité par des cheses pourvus de maisons et hospitaliers au bétail.
Si les pratiques agricoles modèlent le paysage et confèrent une structure à l’espace, elles rythment également l’organisation du temps. Aux catégories spatiales, la vie en société superpose un rythme temporel, le cycle des saisons, des jours et des années certes, mais aussi des itinéraires individuels et des destinées collectives. C’est en croisant les dimensions de l’espace et du temps qu’apparaissent dans tout leur relief la relation particulière que ces montagnards entretiennent avec leur environnement, leur conception du monde et de la vie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search