Version classiqueVersion mobile

À la croisée des pouvoirs

 | 
Pierre-Marie Bosc

Partie 2. Crises, interventions publiques et réponses paysannes

Partie 2. Crises, interventions publiques et réponses paysannes

Texte intégral

Contrairement à une image couramment répandue, la Casamance n’est pas restée en dehors du changement, repliée sur une économie parfois décrite comme autarcique. L’insertion dans l’économie marchande s’est faite de façon tout à fait précoce par le développement ancien des échanges de produits agricoles et la vente de la force de travail. Pendant la période récente qui voit « le temps du développement » succéder à celui de la mise en valeur coloniale (après 1945), on assiste à l’échec récurrent des politiques de développement mises en œuvre dans la région, malgré un renforcement progressif de l’intervention publique dans le secteur agricole qui atteindra son apogée dans les années 1975-1985. Ces tentatives resteront sans effets durables en matière de structuration du paysannat et de renforcement de ses capacités collectives d’action et de négociation avec les pouvoirs publics et les autres acteurs. Les structures paysannes qui voient le jour durant ces périodes ne joueront pas de rôle véritable en matière de coordination entre les paysans et l’État à l’échelon régional ou national.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search