Version classiqueVersion mobile

Halieutique et environnement océanique

 | 
Michel Petit
, 
Frédéric Huynh

Préface

Texte intégral

1Quelle que soit l’espèce visée, du thon à l’anchois en passant par l’espadon, les professionnels de la pêche pélagique n’ont de cesse lors de leurs marées, d’essayer de diminuer les coûts du poste recherche du poisson. Ce fait est encore plus crucial lorsqu’une nouvelle pêcherie s’implante au sens géographique et (ou) économique : les surfaces à prospecter sont immenses et les structures du marché ne sont pas stabilisées. De ce fait, les marges d’erreur sur la stratégie et la actique de pêche sont des plus étroites. La pêcherie palangrière à l’espadon qui s’est développée au cours de la dernière décennie se situe dans ce double cas.

2En observant en permanence les océans, les satellites fournissent des données de plus en plus pertinentes et fiables pour décrire le «  paysage océanique » grâce d’une part à des capteurs de plus en plus efficaces et, de l’autre, à des méthodes de traitement de plus en plus performantes. Ce paysage, ainsi affiné en temps quasi réel, est très «  parlant » pour les pêcheurs qui peuvent alors se diriger plus directement sur les concentrations de poissons et, par là, réduire significativement le poste prospection de leur compte d’exploitation. Ce même paysage, porté à la connaissance des gestionnaires publics des pêcheries et des spécialistes de la dynamique des populations de poisson, est une information incontournable pour établir et parfaire les règlements (TAC, quotas, etc.) nécessaires à une gestion durable de la ressource. Il ne s’agit plus désormais, faute d’informations pertinentes réelles, de mettre en jachère des déserts bleus ou d’autoriser des pressions halieutiques fortes sur des régions en limite d’exploitation intensive… Les ichtyologistes, en particulier les comportementalistes, sont aussi des plus intéressés par la connaissance du paysage océanique : elle leur permet de comprendre les déplacements des bancs de poissons à différentes échelles spatio-temporelles et aussi d’en déduire certains paramètres, mal connus mais nécessaires aux dynamiciens des populations marines. Par manque d’information spatio-temporelle solide, les chercheurs sont trop souvent contraints, dans leurs modèles, à simplifier le milieu océanique en une homogénéité trop éloignée de la réalité.

3Ce triple intérêt – du professionnel, du gestionnaire et du scientifique – porté aux produits issus des données satellitaires avait déjà été identifié lors du projet thonier régional (PTR, phase II) de la Commission de l’océan Indien (COI). Le programme qui en avait résulté, notamment dans le cadre réunionnais du Centre d’appui national (CAN-Réunion, 1993-1997) avait abouti à une réussite dans ces trois aspects. En particulier, la fourniture régulière de produits issus de la télédétection spatiale aux professionnels avait participé à diminuer le coût d’exploitation des unités mais aussi à mieux répartir les captures sur l’année, contribution loin d’être négligeable en matière de stabilité économique.

4Lors du montage du «  Projet palangre Réunion » (PPR), il est apparu évident que la recherche et l’appui dans ce domaine soient poursuivis. À ces fins, début 2000, l’Ifremer en a confié 1 à l’IRD l’un des volets de recherche (Optimisation de la pêche palangrière par l’étude des relations entre distribution de la ressource et conditions océanographiques) défini dans cette optique et organisé autour de trois axes (1) l’acquisition, le traitement et le stockage des données d’environnement (produits satellitaires), (2) la mise en forme des données d’abondance et (3) l’analyse croisée de ces données et l’élaboration de produits dérivés.

5Ce travail a été réalisé en un an et demi et, suite à la demande des acteurs professionnels de la pêche palangrière en extension dans les Dom-Tom et les pays insulaires en développement, il nous a paru judicieux d’en regrouper les principaux résultats dans un ouvrage qui se veut didactique et pratique, et qui vise un public large intéressé par le développement durable de la pêche palangrière et les moyens d’y parvenir. Tout en conservant précision et rigueur scientifique, l’ambition de cet ouvrage est d’être accessible au lecteur sans formation spécialisée dans les domaines thématiques (halieutique) ou technologiques (télédétection, analyse de données). Pour cela, nous avons consacré une partie conséquente de cet ouvrage à la synthèse des connaissances en océanographie spatiale appliquée à la pêche palangrière dans l’océan Indien comme exemple ainsi qu’aux nouvelles méthodes d’analyse du croisement de données de pêche et d’environnement océanique. Quant aux résultats proprement dits du programme, la consigne donnée aux auteurs était avant tout de ne rien cacher des difficultés et, surtout de ne pas faire de «  cosmétique » : tous les aspects, positifs comme insuffisants du programme, se devaient d’être présentés et analysés. Nous espérons que les explications, informations et résultats donnés ici sont suffisamment complets afin que le lecteur puisse se faire sa propre opinion sur les avantages et les limites des produits issus du spatial et des nouvelles technologies associées.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search