Version classiqueVersion mobile

L’énergie dans le développement de la Nouvelle-Calédonie

 | 
Yves Le Bars
, 
Elsa Faugère
, 
Philippe Menanteau
, 
et al.

Section 1 : Synthèse et recommandations. Version française

La situation énergétique

Texte intégral

1Le collège des experts a souhaité rassembler et mettre en perspective les quelques grandes données générales qui suivent et les exposer ici en préalable. Celles-ci concernent d’une part les évolutions potentielles des consommations d’énergie dans le monde d’ici 2050, avec ou sans contrainte climatique, et d’autre part la situation énergétique en Nouvelle-Calédonie. C’est ce fonds commun de données que les experts ont partagé au moment d’initier leurs analyses respectives, avant de les prolonger par des investigations spécifiques complémentaires. Dans ce premier chapitre, nous présentons également un bref panorama des acteurs, qu’ils soient institutionnels et privés, et des opérateurs de l’énergie.

LES PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DES CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES DANS LE MONDE D’ICI À 2050

2Il est toujours difficile de faire des prévisions. Très souvent, dans le passé, celles des prévisionnistes ont dépassé les consommations réellement observées par la suite. Pour situer les enjeux, on peut néanmoins s’appuyer sur deux scénarios extrêmes de modélisation des évolutions probables de ces consommations obtenus par un laboratoire du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’université Pierre Mendès France de Grenoble. Dans le premier, appelé au fil de l’eau, car sans contrainte de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), les consommations mondiales de charbon et de pétrole continueraient d’augmenter fortement pour sans doute doubler d’ici à 2050. Cela aurait évidemment des effets sur les prix des combustibles.

  • 1 Gtep : giga tonne équivalent pétrole (milliard de tep), ce qui équivaut (sur la base du Pouvoir cal (...)
  • 2 Criqui P., 2009 – Vers une rupture profonde du modèle énergétique mondial, La Documentation françai (...)

3Dans le second scénario, destiné à stabiliser le climat en divisant les émissions mondiales de GES par 2, ces consommations devraient en 2050 être inférieures de 40 % à ce premier scénario et n’atteindre que 13 Gtep au lieu de 23 Gtep1 ! Mais, comme cela ne suffirait pas pour stabiliser les émissions, sur les 16 milliards de tonnes CO2 générés par ces combustibles, environ un tiers devrait être capté à la sortie des grandes chaufferies et stocké dans la croûte terrestre. Sous ce scénario, les énergies n’émettant pas d’émissions nettes de CO2 représenteraient 55 % de la fourniture totale d’énergie en 20502.

Figure 1. Projection de la consommation d’énergie d’ici à 2050 (en milliard de tonnes équivalent pétrole)
D’après le modèle Poles (modèle de simulation du système énergétique mondial à l’horizon 2050), pour un scénario sans contrainte de réductions de GES (à gauche) et pour un scénario ayant pour objectif la stabilisation du climat (à droite).
Source : Modèle POLES du LEPII (Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration internationale pour le Conseil d’analyse stratégique, 2008)

4Notons que depuis la parution de la précédente étude, et la dernière crise économique, les derniers scénarios (par exemple de l’Agence internationale de l’énergie) n’envisagent plus des croissances de consommation aussi fortes, prévoyant même la possibilité d’une baisse de la consommation d’énergie grâce à l’énorme gisement représenté par l’efficacité énergétique.

  • 3 Dameron V., Barbier C. et Riedacker A., 2005 – Les réductions potentielles d’émissions de CO2 par d (...)

5Dans les pays industrialisés, cette contrainte est encore plus forte. En France métropolitaine, selon la loi du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique, ces émissions devront en effet, à cet horizon, avoir été divisées par quatre. Par ailleurs il faudra arrêter les déboisements et, si possible, favoriser les boisements de terres non cultivées tout en produisant des bioénergies3. En somme, le déploiement intensif de politiques favorisant l’efficacité énergétique et accélérant la pénétration des énergies renouvelables, associé à l’accroissement du stockage de carbone (utilisation des espaces ruraux, captage à des coûts acceptables en sortie des grandes unités de production), pourraient constituer de puissants accélérateurs de réduction des émissions de GES.

LA SITUATION ÉNERGÉTIQUE DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE

La consommation d’énergie : à cinq ans, un doublement des besoins

6En Nouvelle-Calédonie, les besoins sont globalement satisfaits par des moyens relativement traditionnels. L’électricité est produite par des moyens thermiques à flamme, à turbine ou à combustion interne (fioul, gazole, charbon), par des moyens hydrauliques et, dans une moindre mesure, par des éoliennes et des générateurs photovoltaïques. Les besoins en transports sont satisfaits par des carburants liquides (gazole, essence). Mais, si l’on se projette dans l’avenir, la problématique devient plus complexe car les besoins en énergie vont évoluer et nécessiter la mise en œuvre de nouveaux moyens de production.

7Concernant les consommations énergétiques, celle de l’industrie minière (extraction et métallurgie) représente aujourd’hui environ les deux tiers de la consommation d’énergie primaire de Nouvelle-Calédonie et cette proportion va croître considérablement avec la montée en puissance des usines de Vale Inco (Goro Nickel), puis de Koniambo. L’évolution de la consommation industrielle risque donc de masquer complètement celle qui est due aux autres usages et, notamment en matière de maîtrise de l’énergie, cela risque de décourager les initiatives pourtant indispensables. Pour mieux identifier les objectifs et les actions spécifiques à ces différents secteurs, nous considérons qu’il est nécessaire de distinguer les besoins – et, sans doute, les modes de production associés – de l’industrie minière du reste de l’activité énergétique du pays.

8En 2008, la consommation d’énergie primaire en Nouvelle-Calédonie était d’un peu moins d’un million de tonnes équivalent pétrole (soit 1 Mtep, mégatep soit 1 million de tep) et l’électricité produite représentait un peu moins de 2 TWh (1 téraWattheure = 1 milliard de kWh), dont le tiers pour la distribution publique. En 2007, année pour laquelle on dispose de données détaillées, la consommation d’énergie primaire incluant la consommation de charbon énergétique (métallurgie) s’est répartie entre les différentes sources comme indiqué dans le tableau 1.

9Notons qu’avant la construction et la mise en service, en 2008, de la première tranche de la centrale de Prony Energies, le charbon était utilisé par la métallurgie pour des usages énergétiques, respectivement 91 et 67 ktep en 2007 et 2008, et non énergétiques, respectivement 79 et 70 ktep en 2007 et 2008. D’où, en 2008, une émission d’au moins 548 kt de CO2. Les chiffres 2008 de la consommation de la première tranche de Prony ne sont pas significatifs car des difficultés de mise en service ont apparemment conduit à brûler également du fioul et la relation production d’électricité/consommation de charbon est incertaine.

10Lorsque les deux tranches (50 MW chacune, au charbon pulvérisé) de Prony Energies seront opérationnelles (en 2010, selon les informations obtenues), la consommation de charbon pour la seule production d’électricité passera à 360 000 tonnes par an, soit environ 220 ktep primaires et 920 GWh électriques, qui satisferont les besoins de l’usine de Vale Inco et une partie de la distribution publique, engendrant ainsi une réduction de la consommation de fioul lourd.

Tableau 1 – Énergie primaire 2007-2008, en tonne équivalent pétrole (tep)

Tableau 1 – Énergie primaire 2007-2008, en tonne équivalent pétrole (tep)

Données 2007-2008, source Dimenc (le charbon consommé par le processus de production des usines métallurgiques a été retiré).
Note 4. On appelle charbon « énergie » le charbon qui sert soit à produire de l’électricité, soit à contribuer au réchauffement du minerai dans le processus de la métallurgie du nickel. Le charbon « non énergie » est utilisé en chimie, comme apporteur de carbone au processus.

  • 4 Pour du coke, on compte environ 0,66 tep/tonne.

11À plus long terme, vers 2014, le remplacement de la centrale au fioul lourd de la SLN à Doniambo (4 tranches de 39 MW) par une nouvelle centrale au charbon à lit fluidisé circulant (LFC) (3 tranches de 70 MW), puis la construction d’une nouvelle centrale également LFC (2 tranches de 135 MW) avec le démarrage de l’usine métallurgique de Koniambo dans la Province Nord augmenteront considérablement la consommation de charbon énergétique de la Nouvelle-Calédonie. À cette échéance, encore incertaine, la consommation d’énergie primaire de ces deux centrales pourrait s’élever à environ 900 ktep (soit plus de 1 400 000 tonnes de charbon4 supplémentaires par an, et des émissions augmentant d’au moins 3 600 kt de CO2). Par rapport à la situation en 2008, cela devrait passer, en dehors des augmentations possibles des autres postes de consommation (transports, résidentiel), à un quasi doublement de la consommation d’énergie primaire et à plus que doubler les émissions de CO2 de la Nouvelle-Calédonie.

12En ce qui concerne l’électricité, les seules données obtenues, fournies par la Direction de l’industrie des mines et de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie (Dimenc), ne permettent pas de connaître le détail de la consommation de l’agriculture, de la pêche, du tertiaire et des autres industries (l’ensemble de ces postes de consommation est regroupé dans le secteur « moyenne tension privé »). La part respective, dans la consommation finale d’énergie, de chacun des différents secteurs détaillés dans ce tableau ne peut donc être clairement identifiée. En convertissant en GWh la consommation finale de combustibles fossiles (1 ktep = 11,6 GWh), on arrive à une consommation finale globale de 6 900 GWh dans laquelle l’industrie du nickel (mines et métallurgie) représente 53 % (avant-dernière colonne de droite). La dernière colonne indique les proportions de la consommation finale, hors industrie du nickel. Il apparaît alors que les transports pèsent pour 68 % de l’énergie finale. Au sein de la consommation des transports, la route, l’air et la mer représentant respectivement 79,16 et 3 % du total.

13Si l’on s’intéresse cette fois à la seule consommation finale d’électricité, l’industrie du nickel en consomme à elle seule 64 % et la distribution publique les 36 % restant. La consommation de la distribution publique se répartit entre le secteur résidentiel (55 %), la distribution privée moyenne tension (tertiaires, autres industries, 24,2 %), les administrations (19,2 %) et l’éclairage public (1,5 %).

Tableau 2 – La consommation finale d’énergie

Tableau 2 – La consommation finale d’énergie

Données 2008, source Dimenc.

14Précisons que la courbe de charge (profil temporel de puissance appelée) sur le réseau présente deux formes caractéristiques selon la saison : en été, la courbe croît toute la journée et en hiver elle comprend deux pointes le matin et le soir. La figure 2, issue du rapport Enerdata, montre deux exemples des courbes de charge de la distribution publique envisagées pour 2015 (nous ne disposons pas de la courbe de la consommation industrielle, mais, mis à part des interruptions de process imprévues, elle doit être sensiblement continue).

Figure 2. Puissance min. et max. appelées – 2015 (distribution publique)
Données Enercal – Rapport Enerdata, mars 2007.

15De toutes ces données, il ressort qu’en Nouvelle-Calédonie les efforts de maîtrise de la demande en énergie et des émissions de GES devraient être intensifiés dans les domaines de la métallurgie et des transports.

Des décisions déjà prises qui engagent l’avenir

16Précisons également à ce stade que les experts ont tenu compte dans leurs travaux de l’adoption, préalable au lancement de cette expertise collégiale, d’un certain nombre de décisions qui engagent l’avenir de la Nouvelle-Calédonie dans le domaine énergétique : celle de la programmation des trois centrales thermiques et le choix du charbon pour leur alimentation, ou encore celle d’un réseau d’électricité interconnecté sur l’ensemble de la Grande Terre. À ces choix s’ajoutent un certain nombre de souhaits émis par le gouvernement concernant le développement des énergies renouvelables ou la décision politique de péréquation des tarifs d’électricité (tout le monde paie le même prix, indépendamment de l’endroit où il est abonné).

17Par ailleurs, nous n’oublions pas que la Nouvelle-Calédonie se situe actuellement en dehors du protocole de Kyoto et n’a donc pas à gérer de quota de ses émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, les émissions de la Nouvelle-Calédonie et des Collectivités d’outre-mer ont augmenté de 63,5 % (+ 1,8 million de tonnes d’équivalent CO2) entre 1990 et 2007 (cf. « Les émissions et les réductions d’émissions de gaz à effet de serre en Nouvelle-Calédonie », p. 00). Dans cet ensemble, 70 à 90 % des émissions de CO2 proviennent vraisemblablement (« à dire d’expert ») de la Nouvelle-Calédonie. Si l’on tient compte des émissions liées à la production en Nouvelle-Calédonie des produits exportés, ces données la placeraient parmi les plus gros émetteurs du monde par habitant. Cela dans un environnement régional en évolution – l’Australie a ratifié le protocole – et en connaissance des perspectives d’avancement des négociations internationales sur le climat qui pourraient impacter l’économie du pays, compte-tenu de sa très forte dépendance vis-à-vis des importations énergétiques.

Le paysage institutionnel néo-calédonien en matière d’énergie

  • 5 Exposé des motifs du projet de loi organique, document de l’Assemblée nationale, n° 1229, 25 novemb (...)

18La Nouvelle-Calédonie n’est plus un Territoire d’outre-mer au sens de l’article 74 de la Constitution française depuis l’accord de Nouméa de 1998. Il s’agit d’une collectivité sui generis qui n’appartient à aucune catégorie préexistante et bénéficie d’institutions conçues pour elle seule5. Elle est constituée de trois assemblées, dont le Congrès qui en est l’assemblée délibérante et l’organe législatif. Celui-ci vote les « lois de pays » qui lui sont présentées par le gouvernement ou qui sont proposées par des élus du Congrès.

19Le Congrès est composé de 54 élus issus des Assemblées des trois Provinces. Il s’appuie sur des commissions internes, dont l’une a trait à l’énergie, celle intitulée « Infrastructures publiques et énergie ». Il élit le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie qui est l’organe exécutif. Le gouvernement comprend des directions administratives dont la Direction de l’industrie, des mines et de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie (Dimenc), qui a en charge les questions énergétiques (également pour le compte des Provinces, mais seulement par délégation – cf. « Quel cadre pour une politique de l’énergie et du climat au service du développement de la Nouvelle-Calédonie ? », p. 337).

20En matière d’énergie, la Dimenc collabore à l’orientation et à la mise en œuvre de la politique énergétique de la Nouvelle-Calédonie, participe à la réalisation des études techniques et économiques dans les domaines de l’énergie ainsi qu’à la promotion des projets permettant d’effectuer des économies d’énergie ou de développer de nouvelles sources d’énergie, notamment les énergies renouvelables. Elle est également chargée d’instruire et de préparer les textes fixant le prix des hydrocarbures liquides, du gaz et de l’électricité, de contrôler les installations de transport d’énergie électrique et de prendre en charge le secrétariat du comité de gestion du Fonds d’électrification rurale (FER, environ 800 000 000 francs Pacifique F CFP) et du Comité territorial pour la maîtrise de l’énergie (CTME). Elle propose les mises à jour des prix, négocie annuellement avec les trois pétroliers la structure des prix, réexamine avec Enercal et EEC le prix du kWh, calcule les soldes de péréquation, étudie en collaboration avec les services les demandes d’autorisations d’installations classées (ICPE), contrôle les installations classées, contrôle les volucompteurs (pompes des stations services)…

21L’Observatoire de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie, créé par la délibération n° 378 du 23 avril 2008, adoptée par le Congrès, est l’outil de mise en œuvre de la politique énergétique de la Nouvelle-Calédonie. Il est intégré au sein du service énergie de la Dimenc afin de collecter les diverses informations sur la situation énergétique de la Nouvelle-Calédonie fournies par les acteurs de l’énergie que sont les importateurs, les producteurs, les transporteurs, les distributeurs et les consommateurs des différentes énergies. Cette base de données est un outil d’évaluation et de contrôle des actions visant à la maîtrise de l’énergie et au développement des énergies renouvelables. Un comité permanent de l’énergie a par ailleurs été créé par la délibération précitée et est animé par la Dimenc, qui coordonnera les réflexions sur le sujet de l’énergie en Nouvelle-Calédonie. Il proposera la mise en place de groupes de travail et contribuera à définir la politique énergétique du pays. Il a aussi pour mission d’élaborer le schéma de développement équilibré de l’énergie, visé à l’article 4 de sa délibération institutive.

22À ce jour, il apparaît que la Dimenc travaille essentiellement avec des données fournies par les industriels et que peu d’études, statistiques et globales, ont été menées sur l’importation des ressources énergétiques, la production et la distribution sur le territoire des énergies. L’Observatoire de l’énergie devrait donc, s’il remplit les missions qui lui sont confiées, constituer une précieuse banque de données à la disposition des décideurs politiques, des industriels, des associations et des particuliers.

23Il existe aussi un outil institutionnel de mise en œuvre des actions de promotion des énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie, le Fonds de concours pour la maîtrise de l’énergie (FCME). Celui-ci est alimenté par des participations financières de la Nouvelle-Calédonie et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). La part de la Nouvelle-Calédonie émane d’une taxe sur l’essence, la taxe parafiscale pour les énergies renouvelables (TER). Les actions susceptibles d’être subventionnées totalement ou partiellement par le FCME s’inscrivent dans les objectifs généraux d’utilisation rationnelle de l’énergie, de promotion des énergies renouvelables et d’économie de matières premières énergétiques.

24Ces opérations sont financées soit conjointement par l’ADEME et la Nouvelle-Calédonie, soit en financement propre de la Nouvelle-Calédonie. Outre ce programme d’opérations adopté annuellement pour un montant en 2009 de 1 759 800 euros soit 210 000 000 francs Pacifique (F CFP) le FCME contribue au programme annuel d’électrification rurale en subventionnant les installations électriques intérieures et les appareils de froid des habitations alimentées, en site isolé, par un générateur photovoltaïque mis en place dans le cadre du programme du Fonds d’électrification rurale. La gestion du FCME relève du Comité territorial pour la maîtrise d’énergie (CTME).

25Le CTME apporte, par exemple, son soutien aux marchés de la lampe basse consommation (LBC) et du chauffe-eau solaire individuel (Cesi), à la mise en place d’une qualification de performance thermique dans les logements neufs (Ecocal) et plus anciennement à la filière biocarburant (coprah d’Ouvéa, tournesol en Province Nord). Parmi les projets aidés, notons encore l’électrification de particuliers au moyen d’installations photovoltaïques et éoliennes et l’opération exemplaire concernant la gare de péage de Tina, équipée depuis juillet 2007 d’une ferme photovoltaïque raccordée au réseau de distribution, et plus récemment la réalisation de Bilan Carbone +.

Les acteurs industriels de la production de nickel

26L’économie du nickel est, on le sait, une composante très importante de l’économie générale de la Nouvelle-Calédonie.

La société Le Nickel (SLN) et l’usine de Doniambo

27Leader mondial de la production de ferronickel, la Société Le Nickel (SLN), fondée en 1880 et dont le siège est à Nouméa, est une filiale du groupe français Eramet. La production de nickel est exportée en totalité, notamment vers le Japon, la Corée, la Chine et l’Europe.

28La SLN dispose de cinq centres miniers, un dans le Sud à Thio et quatre dans le Nord à Kouaoua, Népoui, Tiébaghi et Poum qui a ouvert fin 2007, et d’une usine à Doniambo qui pourra produire jusqu’à 72 000 tonnes de nickel contenu par an. D’autre part, elle sous-traite l’exploitation de deux mines, l’Étoile du Nord, à Kaala Gomen (Nord), et Opoué (Païta), au Sud.

29Son actionnariat est constitué à hauteur de 56 % par Eramet, 34 % par la STCPI et 10 % par Nisshin Steel, son principal client japonais. La STCPI (Société territoriale calédonienne de participation industrielle) est composée de Promosud, le bras financier de la Province Sud qui dispose de 50 % des parts, de Nordiles, association de la Province des îles Loyauté (à travers la Sodil, titulaire de 25 % des parts), et de la Province Nord (dont la holding financière, Sofinor, détient également 25 %). À titre d’information, les dividendes reçus en 2007 par la STPCI, au titre de 2006, représentaient 2,3 milliards F CFP (19,3 millions d’euros).

Le projet Koniambo, dont a mise en service est prévue pour 2012

30Ce projet d’usine pyrométallurgique est géré par la co-entreprise Koniambo Nickel SAS (KNS) basée en Nouvelle-Calédonie, dont l’actionnariat est constitué à 51 % par la Société minière du Pacifique sud (SMSP) et 49 % par Xstrata Nickel. Ce dernier, dont le siège est en Suisse, est un important groupe minier coté aux bourses de Londres et Zurich.

31Quant à la SMSP, elle appartient majoritairement à la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie, via la Sofinor. La SMSP a également d’autres projets en partenariat avec la Corée du Sud (société Posco). La Sofinor, Société de financement et d’investissement de la Province Nord, est une société d’économie mixte appartenant à la Province Nord, créée en octobre 1990 pour procéder à l’acquisition de la SMSP.

Vale Inco Nouvelle-Calédonie et la centrale thermique Prony Energies

32Vale Inco Nouvelle-Calédonie (anciennement Goro Nickel), du nom de son partenaire technologique et principal actionnaire, a été créée afin d’exploiter le gisement du plateau de Goro. Outre Vale Inco (69 %), son actionnariat est constitué de l’entreprise japonaise Sumic Netherlands Nickel (21 %), de la Province Sud (5 %) et des Provinces Nord et Îles Loyauté (5 %).

33Le démarrage progressif du complexe minier et industriel, actuellement en construction, a débuté en 2009, avec une production à pleine capacité prévue en 2013.

34Vale Inco Nouvelle-Calédonie a mis à la disposition de la société Prony Energies (détenue à hauteur de 75 % par Enercal et à 25 % par Elyo, filiale du Groupe Suez) des terrains nécessaires à la construction d’une centrale électrique, comprenant 2 tranches de 50 MW, utilisant le charbon comme combustible. Les besoins énergétiques du projet ne requerront que 50 % de la production totale d’énergie, l’autre moitié permettrait de répondre aux besoins de la distribution publique d’électricité en Nouvelle-Calédonie, qui, sans politique de maitrise, risquent d’être croissants.

Tableau 3 – Comparatif des deux projets d’usine

Tableau 3 – Comparatif des deux projets d’usine

Source : La Nouvelle-Calédonie en 2006, IEOM, 2007 ; A. Comoul et J.M. Eberlé, BRGM, avril 2007.

35La construction de la centrale elle-même est assumée par Prony Energies. Vale Inco Nouvelle-Calédonie est cependant responsable de la construction des infrastructures nécessaires à son fonctionnement.

Les opérateurs d’électricité

Enercal

36La société néo-calédonienne d’énergie Enercal a été créée en 1955 avec pour mission la réalisation de l’aménagement hydroélectrique de Yaté (rivière de l’est de la Nouvelle-Calédonie) afin d’aider l’industrie française du nickel à renforcer sa compétitivité sur le plan mondial.

37Tout en développant un parc de moyens de production, Enercal est depuis le 25 août 1972 titulaire de la concession de transport d’énergie de la Nouvelle-Calédonie. À ce titre, elle est chargée d’assurer l’acheminement et la répartition de l’énergie électrique sur l’intégralité du territoire. À partir de 1973, Enercal a ajouté à ses activités de producteur et de transporteur d’énergie électrique, celle de distributeur.

38En 2008, le principe de la cession des parts détenues dans Enercal par l’État et l’Agence française de développement (AFD), posé dès la signature de l’accord de Nouméa, a été appliqué et, désormais, la Nouvelle-Calédonie est propriétaire de 54,4 % des parts d’Enercal. Les autres participations sont détenues par Eramet (16,3 %), EDF (16 %), Elyo (filiale de Suez, 10,8 %) ; enfin, les communes calédoniennes détiennent collectivement 2,5 % des parts et, symboliquement, les trois Provinces 0,003 %.

39Aujourd’hui, Enercal assure la quasi-totalité de la production d’électricité, l’intégralité de son transport et sa distribution dans 27 des 33 communes que compte la Nouvelle-Calédonie (surtout des communes rurales) et qui lui ont accordé une concession de distribution publique d’électricité.

EEC

40EEC, société de production et de distribution d’énergie électrique, est une filiale d’Elyo (elle-même devenue Cofely après sa fusion avec Cofathec) du Groupe Suez. EEC Suez-Gdf intervient en Nouvelle-Calédonie depuis 1929, date à laquelle elle s’est vue confier, sous la dénomination d’Unelco, la concession de la production et la distribution de l’énergie électrique de la ville de Nouméa.

41L’actionnaire majeur d’EEC est Suez Energie Services (SES), une des quatre branches d’activités de Suez.

42Aujourd’hui, EEC gère les distributions d’électricité des communes de Nouméa, Mont-Dore, Dumbéa, Bourail, Kaala-Gomen, Koumac et Lifou dont elle assure également la maintenance et l’exploitation des installations de l’éclairage public. L’entreprise est également producteur d’électricité éolienne avec quelques fermes sur la Grande Terre et à Lifou.

Notes

1 Gtep : giga tonne équivalent pétrole (milliard de tep), ce qui équivaut (sur la base du Pouvoir calorifique inférieur – PCI) à 11 600 milliards de kWh ou encore 41,8 EJ (exajoules, milliards de milliards de joules).

2 Criqui P., 2009 – Vers une rupture profonde du modèle énergétique mondial, La Documentation française, Questions internationales Le climat risques et débats, n° 38 juillet-août 2009 : 67-75.

3 Dameron V., Barbier C. et Riedacker A., 2005 – Les réductions potentielles d’émissions de CO2 par des plantations forestières sur des terres agricoles dans le monde à l’horizon 2050, Cahier du Clip, n° 17 septembre 2005 : 41-91.

4 Pour du coke, on compte environ 0,66 tep/tonne.

5 Exposé des motifs du projet de loi organique, document de l’Assemblée nationale, n° 1229, 25 novembre 1998 et Jean-Yves Faberon, La nouvelle donne institutionnelle en Nouvelle-Calédonie, RFDC, 1999.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Projection de la consommation d’énergie d’ici à 2050 (en milliard de tonnes équivalent pétrole)D’après le modèle Poles (modèle de simulation du système énergétique mondial à l’horizon 2050), pour un scénario sans contrainte de réductions de GES (à gauche) et pour un scénario ayant pour objectif la stabilisation du climat (à droite).Source : Modèle POLES du LEPII (Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration internationale pour le Conseil d’analyse stratégique, 2008)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 1 – Énergie primaire 2007-2008, en tonne équivalent pétrole (tep)
Légende Données 2007-2008, source Dimenc (le charbon consommé par le processus de production des usines métallurgiques a été retiré).Note 4. On appelle charbon « énergie » le charbon qui sert soit à produire de l’électricité, soit à contribuer au réchauffement du minerai dans le processus de la métallurgie du nickel. Le charbon « non énergie » est utilisé en chimie, comme apporteur de carbone au processus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 2 – La consommation finale d’énergie
Légende Données 2008, source Dimenc.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 2. Puissance min. et max. appelées – 2015 (distribution publique)Données Enercal – Rapport Enerdata, mars 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 3 – Comparatif des deux projets d’usine
Légende Source : La Nouvelle-Calédonie en 2006, IEOM, 2007 ; A. Comoul et J.M. Eberlé, BRGM, avril 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search