Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2023 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Gabriel Facal
, 
Jérôme Samuel

Les pays

Việt Nam

Face à la résurgence de la guerre, à la crise du multilatéralisme et de la mondialisation : des réajustements nécessaires

Việt Nam facing the resurgence of war, the crisis of multilateralism and globalisation: necessary readjustments

Jean-Philippe Eglinger et Pierre Journoud

Résumé

Caught between the consequences of the stalemate of the Russian invasion of Ukraine and the aggravation of Sino-American tensions, particularly around Taiwan and in the South China Sea, Vietnam must gradually readjust its foreign and defence policy to maintain balanced relations with its main partners. This might allow for a window of opportunity for France and the EU. In 2022, Vietnam successfully and fairly comprehensively managed covid-19 prevention and started to promote socio-economic development. Economic recovery was strong, as Vietnam may have benefited from a relocation of production from China. However, the coming year 2023 is forecasted to be more difficult for Vietnam as the global economy declines and as the Vietnamese economy remains dependent on export markets such as China, its main partner, but also the USA, and the EU. This situation could offer a good opportunity to implement a consistent economic reorientation.

Texte intégral

1L’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février, a placé dans une situation délicate le Việt Nam, qui s’honore de cultiver l’amitié de la Russie autant que de l’Ukraine. Mais, par son ampleur et sa durée, par l’efficacité de la résistance ukrainienne et par ses conséquences à long terme sur l’Europe et sur les relations internationales, cette guerre contraint le Việt Nam, qui entretenait jusqu’alors des relations étroites avec les deux belligérants, à un réajustement progressif. Hà Nội, cependant, n’entend pas sacrifier sa relation avec la Chine, son premier partenaire commercial, sur l’autel des tensions sino-américaines, même après la crise politico-militaire provoquée par la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, le 2 août. Au contraire, son importance a été réaffirmée avec la visite, fin octobre à Pékin, du secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) Nguyễn Phú Trọng, premier à rencontrer Xi Jinping depuis sa reconduction à la tête du Parti communiste chinois (PCC) et de la Chine, à l’issue du xxe Congrès d’octobre. À l’épreuve d’une conflictualité croissance entre les États-Unis et la Chine, le Việt Nam semble parvenir à maintenir une relative équidistance entre les deux géants, grâce à une « diplomatie du bambou » qui lui est d’ores et déjà favorable dans le domaine économique. Parviendra-t-il à conserver cet équilibre ? Quel pourrait être le rôle de la France, qui aspire à être une « puissance d’équilibre », et de l’UE dans cette configuration ?

L’impact contradictoire de la guerre en Ukraine

  • 1 « Người Việt ở Ukraine đi tị nạn mong ngóng quay về » [Les Vietnamiens d’Ukraine aspirent au retour (...)
  • 2 Sur les difficultés de leur quotidien : Xanh Lê, « Người Việt ở Ukraine sẵn sàng cho tình huống xấu (...)
  • 3 Bac Pham et Bennett Murray, « Vietnamese in Ukraine and Russia find themselves with divided loyalti (...)
  • 4 Entretiens des auteurs avec des Vietnamiens de divers âges et catégories socio-professionnelles, Hà (...)

2La guerre en Ukraine a d’abord mis la diplomatie vietnamienne au défi d’évacuer vers les pays voisins du territoire ukrainien une grande partie des quelque 7 000 Vietnamiens officiellement déclarés dans ce pays pour les éloigner temporairement des zones de combats1. Parmi ceux qui sont restés ou sont revenus2, beaucoup ont spontanément solidarisé avec les victimes des bombardements russes en les aidant matériellement3. Au Việt Nam, la guerre en Ukraine clive la population sans doute autant que ses élites4. Si une partie demeure attachée aux liens avec la Russie, une autre dénonce, à demi-mot ou plus ouvertement, le « cynisme » et les « provocations » de Vladimir Poutine. En l’absence de sondages indépendants, il est difficile de mesurer leur poids respectif, même si l’on peut subodorer une dissymétrie en faveur de la première au regard du poids de l’histoire et du rôle stratégique de la Russie dans la région.

Des relations anciennes, étroites et stratégiques avec la Russie

  • 5 Cécile Marangé, 2012, Le communisme vietnamien, Paris, Presses de Sciences Po, chap. 7 (statistique (...)

3Scellées à l’épreuve de la guerre contre la France et son allié vietnamien, les relations russo-vietnamiennes n’ont cessé de s’épanouir à la faveur de la « guerre du Việt Nam », jusqu’à devenir exclusives après la signature d’un traité d’alliance en novembre 1978. Plus de 90 000 étudiants vietnamiens ont été formés en URSS entre 1950 et 1985 ; 27 600 ouvriers spécialisés y furent employés entre 1954 et 1981, et 257 882 Vietnamiens ont travaillé en URSS et dans les pays européens du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) entre 1980 et 19905.

  • 6 Vu Minh Hoang, 2022, « Sortir du bourbier. Les méandres du Vietnam vers l’accord de paix de Paris, (...)

4Le grand tournant de 1989 puis l’effondrement de l’URSS, en décembre 1991, ont entraîné une chute drastique des échanges commerciaux entre les deux pays et provoqué une très nette ligne de fracture, perceptible jusqu’au Bureau politique du PCV6. Mais la disparition du principal allié de Hà Nội n’a pas entamé durablement les liens forgés dans la guerre. Nombre de cadres civils et militaires vietnamiens, formés en Russie et à la langue russe, ont continué d’entretenir des relations étroites avec ce pays qui, à la différence des États-Unis ou de la Communauté européenne, ne conditionnait pas son aide au respect de la démocratie et des droits de l’homme. Partageant un modèle historique commun d’organisation politique et économique, ainsi qu’une commune aversion pour le pluralisme politique et les révolutions démocratiques, la Russie et le Việt Nam ont fini par signer un partenariat stratégique en 2001 – le premier d’une longue série pour Hà Nội. En 2012 – après la Chine (2008) mais avant l’Inde (2016) –, celui-ci fut hissé au rang de « partenariat stratégique global », le plus haut degré dans la hiérarchie des partenariats.

  • 7 « Bill Hayton hỏi trong cuộc chiến Ukraine, VN có kẹt giữa nghĩa vụ và nguyên tắc? » [Bill Hayton (...)
  • 8 Le Courrier du Vietnam, 3 mars 2022, « Perspectives de la coopération économique entre le Vietnam e (...)
  • 9 Trong Khanh Vu, « Russia's Lavrov to visit Hanoi ahead of G20 meeting », Reuters, 5 juillet 2022.

5Aujourd’hui, la Russie, deuxième pays exportateur mondial d’armes après les États-Unis, est de loin le premier fournisseur du Việt Nam (et de l’Asie du Sud-Est), lequel est le cinquième client militaire de la Russie7. La Russie, depuis le début des années 1980, constitue aussi un partenaire incontournable du Việt Nam en contribuant à hauteur de 85 % de sa production totale de pétrole et de gaz8. Avoisinant les cinq milliards $ US d’échanges en 2021, les relations commerciales sont modestes, surtout en comparaison avec la Chine, l’Europe ou les États-Unis, mais en croissance. Selon le communiqué officiel du Việt Nam à l’issue de la visite de Sergueï Lavrov, elles ont atteint 7,1 milliards de dollars, soit une augmentation de 25 % par rapport à l’année dernière9. L’importance de ces échanges explique pourquoi Hà Nội a voté contre l’exclusion de la Russie du Conseil des droits de l’homme, le 8 avril à l’ONU, avant d’accueillir, à l’occasion du 10e anniversaire du « partenariat stratégique global » russo-vietnamien en juillet, Sergueï Lavrov, en mission pour atténuer le poids des sanctions économiques de l’Union européenne et des États-Unis.

Des relations diversifiées et confiantes avec l’Ukraine

  • 10 Louis Raymond et Quang Pham, « Économie, défense, diaspora : les liens étroits entre le Vietnam et (...)
  • 11 Minh Thu, « Vingroup devient la 5e plus grande entreprise au Vietnam », Le Courrier du Vietnam, 10  (...)
  • 12 « Pagode Truc Lâm – Kharkov : en mémoire des soldats morts pour la défense de la souveraineté », Le (...)
  • 13 « Le Vietnam félicite l’Ukraine pour son adhésion au Traité d'amitié et de cooperation », Le Courri (...)

6Avec l’Ukraine, en tant qu’État indépendant et libéré de la tutelle soviétique, les liens sont plus récents, puisqu’ils remontent à 1992. Mais ils n’en sont pas moins étroits et diversifiés. Nourrie par l’héritage historique de la « solidarité antiaméricaine » de l’Ukraine avec le Việt Nam en guerre, dans les années 1960, puis de la « solidarité antichinoise » dans les années 1980, l’établissement d’une relation bilatérale de haut niveau a permis le développement d’une importante coopération dans de nombreux domaines – tout particulièrement la justice, l’éducation et la défense, y compris dans la maintenance du matériel militaire soviétique. Aussi, le Premier ministre vietnamien Nguyễn Tấn Dũng a-t-il signé, lors de sa visite officielle en Ukraine en octobre 2011, le premier accord de partenariat et de coopération intégral avec un pays de l’ancien bloc de l’Est en dehors de la Russie10. Cette coopération a nourri, en Ukraine comme dans les autres pays de l’Europe de l’Est, d’importantes migrations d’étudiants et de travailleurs vietnamiens, dont beaucoup se sont implantés durablement dans le pays au point d’en adopter la nationalité. L’Ukraine a même offert un tremplin lucratif pour de jeunes entrepreneurs vietnamiens désireux de se lancer dans les affaires, à l’image de Phạm Nhật Vượng, ancien étudiant de l’Université d’État en recherches géologiques de Moscou, fondateur du groupe Technocom en Ukraine en 1993, actuel PDG de Vingroup, cinquième entreprise vietnamienne11, et premier milliardaire vietnamien. Les migrations économiques, officielles et clandestines, qualifiées ou non, se sont poursuivies pendant et depuis les années 2000. Les Vietnamiens étaient très actifs à Kiev, Tchernigov, Kharkov et Odessa, en particulier dans l’import-export. L’Association des Vietnamiens en Ukraine veillait, quant à elle, à entretenir le souvenir des luttes passées contre les agressions étrangères au Việt Nam12. Peu après l’invasion du 24 février, l’ambassade de l’Ukraine au Việt Nam, ouverte en 1997, s’est mise à sensibiliser la population vietnamienne aux crimes de guerre de la Russie en Ukraine… Le 11 novembre, en marge d’une réunion de l’ASEAN qui a permis d’officialiser l’adhésion de l’Ukraine au Traité d’amitié et de coopération aséanien, le ministre des Affaires étrangères vietnamien, Bùi Thanh Sơn, qui avait invité son homologue russe l’été précédent, rencontrait son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba13.

Entre Moscou et Kiev, une neutralité embarrassée

  • 14 « L’Assemblée générale de l’ONU condamne l’offensive de la Russie et appelle à son retrait », Courr (...)

7On comprend mieux pourquoi, le 2 mars, le Việt Nam a décidé, comme la Chine, le Laos et 33 autres États membres des Nations unies, de s’abstenir dans le vote d’une résolution de l’Assemblée générale condamnant « fermement » l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Tandis qu’une écrasante majorité d’États membres (141) choisissait de voter en faveur de cette résolution, et qu’une infime minorité votait contre14, la voix de l’abstention assumée par le Việt Nam traduisait sa volonté de ne pas irriter l’un de ses plus importants partenaires.

  • 15 Louis Raymond et Quang Pham, op. cit., 2022.

8La neutralité officiellement affichée par le Việt Nam à l’ONU n’en comportait pas moins une critique implicite des initiatives militaires russes. Malgré l’embarras manifeste de la communication officielle, Hà Nội a marqué des distances nettes à l’égard de Moscou à plusieurs reprises et par des canaux variés. Dès le 25 février, Lê Thị Thu Hằng, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, évoquait prudemment les « graves inquiétudes vietnamiennes à propos du conflit armé en cours », tout en exhortant les parties à la « retenue, au respect de la Charte des Nations unies et des principes fondamentaux du droit international ». Étroitement encadrée par le PCV, la presse elle-même, qui avait pourtant affiché des positions volontiers prorusses dans le traitement de la guerre en Syrie, allait se montrer plus équilibrée à propos du conflit russo-ukrainien, même dans le très officiel Quotidien du Peuple, le Nhân Dân15.

  • 16 « Việt Nam calls for dialogue, protection of civilians at UNGA's special session on Ukraine », Việt (...)
  • 17 P. Journoud, 2018, « Les guerres, 1945-1991 », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt Nam, (...)

9Sans condamner formellement la Russie ni appeler au retrait de ses troupes lors du débat du 1er mars à l’assemblée générale de l’ONU, l’ambassadeur Đặng Hoàng Giang appela à la « cessation de l’usage de la force », à la protection des civils et des réfugiés au nom du droit international humanitaire, et à la « reprise du dialogue et des négociations par tous les canaux possibles » en vue d’aboutir à des « solutions de long terme », « sur la base du droit international, en particulier le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États »16. L’invasion de l’Ukraine, État indépendant et membre de l’ONU, était donc implicitement condamnée. L’ambassadeur Giang avait aussi rappelé à dessein la longue et douloureuse expérience des guerres que son pays avait traversées au xxe siècle17 pour mieux stigmatiser, dans les conflits actuels, des « doctrines obsolètes de politiques de puissance, des ambitions de domination et l’usage de la force dans le règlement des disputes internationales », à l’origine de « souffrances sans fin pour les populations » concernées.

  • 18 « Rõ ràng chiến dịch quân sự này tạo ra tiền lệ xấu trong việc sử dụng sức mạnh quân sự trong quan (...)

10Enfin, dans un long entretien au quotidien vietnamien Tuổi Trẻ, l’influent général de corps d’armée Nguyễn Chí Vịnh, spécialiste de relations internationales, chef du renseignement militaire vietnamien de 2002 à 2009 puis vice-ministre de la Défense en charge de la diplomatie, du renseignement et du maintien de la paix de 2009 à 2021, a pris ouvertement le contre-pied de plusieurs généraux qui soutenaient la Russie et dénigraient l’Ukraine. Il n’a pas hésité à affirmer que cette « campagne militaire cré[ait] un précédent négatif dans l’utilisation de la force militaire dans les relations internationales », et même, que « la paix mondiale » et la « paix du Vietnam » s’en trouvaient menacées18.

Hà Nội et le triangle Moscou-Pékin-Washington : un impossible équilibre ?

  • 19 « Les tensions Russie - Ukraine pourraient affecter les économies de l’ASEAN », Le Courrier du Viet (...)

11L’impact économique, énergétique et alimentaire de la guerre russo-ukrainienne sur le Việt Nam est d’ores et déjà perceptible, notamment sur le commerce et les importations de blé, de maïs et d’engrais depuis la Russie et l’Ukraine, dont la diminution a provoqué une augmentation des coûts au Việt Nam. Outre une hausse des prix des denrées alimentaires, aggravée par les pressions inflationnistes à l’œuvre dans le monde, les Vietnamiens, comme leurs voisins aséaniens peuvent craindre des chocs dans la chaîne d’approvisionnement de certaines productions manufacturées. La Russie et l’Ukraine sont tous deux, en effet, d’importants exportateurs de fer et d’acier semi-finis pour l’ASEAN, des intrants indispensables dans la production d’automobiles, de machines et d’équipements électroniques19.

  • 20 Selon Ian Storey, cité dans : Marianne Boulagne, « En Asie du Sud-Est, acheter des armes russes est (...)
  • 21 « Báo Ukraine: Việt Nam mua động cơ tàu tên lửa Molniya - đóng thêm? » [Journal ukrainien : le Việt (...)
  • 22 Nguyễn Phú Trọng, décembre 2021, « Building and Developing Modern Vietnamese Foreign Relations and (...)

12Surtout, les sanctions économiques et le contrôle des exportations imposées par les Occidentaux à la Russie, aggravées ensuite par les difficultés des soldats russes à concrétiser une victoire rapide, ont terni la réputation, non seulement de l’armée russe mais aussi de son industrie militaire, dont les exportations au Việt Nam et en Asie du Sud-Est avaient d’ailleurs déjà commencé à diminuer après l’annexion de la Crimée par la Russie en 201420. Les problèmes d’approvisionnement, notamment en pièces de rechange pour des équipements militaires et stratégiques, semblent s’être multipliés. Ainsi des moteurs de frégates fabriqués en Ukraine21 jusqu’à certains équipements de la flotte sous-marine que le gouvernement de Nguyễn Tấn Dũng avait acquise à la suite de la signature, en 2009, d’un méga contrat d’achat de six sous-marins de la classe Kilo armés de missiles de croisière Kalibr de fabrication russe. Cette composante navale constitue l’un des principaux instruments de dissuasion du Việt Nam face aux velléités expansionnistes de la Chine en mer de Chine méridionale. Si la Russie s’est bien gardée de prendre position en faveur de l’une des parties sur la question hautement sensible de la souveraineté dans ce conflit, le Việt Nam se trouve aux prises directes avec la Chine, dont il redoute une opération de force dans l’archipel des Spratleys semblable à celles que la marine chinoise avait conduites avec succès, en 1974 puis en 1988, au prix de dizaines de morts dans les rangs vietnamiens. Face à un Occident démocratique qui fait bloc autour de l’Ukraine, le Việt Nam apparaît ainsi en porte-à-faux. Quelles qu’en soient les justifications a posteriori, la brutale violation du droit international par le président Poutine renforce la dépendance russe vis-à-vis de la Chine et entre en contradiction avec certains des principes cardinaux de la politique étrangère et de défense que Hà Nội s’efforce de conduire depuis les années 1990 : le respect du droit international et de l’intégrité territoriale des États, et le règlement pacifique des différends22. Ayant lui-même connu plusieurs décennies de guerre et subi les bombardements les plus intensifs de l’histoire, le Việt Nam peut difficilement se désolidariser d’un peuple qui les affronte au quotidien.

  • 23 Pham Xuan Dung, 12 janvier 2023, « Vietnam’s Relations with the United States. Time For an Upgrade  (...)

13Dépendant de l’URSS dans les domaines militaire, énergétique et touristique, et plus encore de la Chine dont il est le principal partenaire commercial, il a conscience que les principes de souveraineté et d’intégrité territoriale sont essentiels à sa propre survie alors que la Russie les bafoue chaque jour en Ukraine et que la Chine les menace en mer de Chine méridionale. Désireux de contrebalancer l’influence prédominante de la deuxième puissance mondiale, sans en récuser les nombreux aspects bénéfiques, déterminé (mais jusqu’où ?) à contrer ses prétentions hégémoniques en mer de Chine méridionale, le Việt Nam souhaite conserver une bonne relation avec la Russie pour préserver sa propre souveraineté. Il s'efforce aussi de maintenir une dynamique diplomatique avec les États-Unis, seuls à même de freiner, voire de dissuader, les ambitions chinoises, et déjà engagés à cette fin dans un rapprochement volontariste avec leur ancien adversaire, au point d’avoir publiquement sollicité la signature d’un partenariat stratégique lors de la visite du Premier ministre Phạm Minh Chính aux États-Unis en mai23.

  • 24 « G20 : “La Chine souhaite montrer aux Occidentaux qu’elle est présente”, pour Marc Julienne », Pub (...)
  • 25 P. Journoud (dir.), 2022, La mer de Chine méridionale au prisme du soft power. Nouvelles approches (...)

14Cette politique de l’équilibriste pourrait bien s’avérer impossible à tenir dans la durée : affaiblie, la Russie de Poutine apparaît de plus en plus isolée, et la Chine, qui a toujours maintenu une position distante en dépit de ses protestations d’amitié à l’égard de Moscou, ne semble pas prête à sacrifier ses propres intérêts nationaux en soutenant davantage son allié. Enfin, la recrudescence des tensions sino-américaines autour de Taïwan a rappelé que la Chine ne renoncerait à aucun prix à son objectif d’unification24, ce qui peut constituer une autre source d’inquiétude potentielle pour Hà Nội en cas de recours à la force aux portes mêmes de la mer de Chine méridionale25.

  • 26 Loi du Congrès signée le 2 août 2017 par le président Donald Trump, le CAATSA (Countering America’s (...)
  • 27 Hai Hong Nguyen, « Parsing the News About the Vietnam-Russia Joint Military Drills », The Diplomat, (...)

15Face à la rivalité structurelle entre les États-Unis et la Chine, la stratégie internationaliste et multilatéraliste proactive du Việt Nam, qui repose sur un réseau de partenariats calibrés au sommet duquel la Russie, la Chine et les États-Unis constituaient un véritable triangle stratégique, paraît durablement fragilisée. Hà Nội, si elle décide de renforcer ses relations avec Moscou, pourrait même s’exposer à des sanctions américaines en vertu du CAATSA26, comme l’ont souligné plusieurs experts à l’évocation de possibles manœuvres militaires russo-vietnamiennes en avril 202227. Or, la situation économique du pays, déjà affaiblie par la pandémie, n’est pas aussi optimiste que la presse vietnamienne le laisse à penser, même si le redressement postpandémique a été rapide.

Un redressement rapide de l’économie post-covid du Việt Nam assombri par des difficultés conjoncturelles et structurelles

  • 28 « Sống chung an toàn, linh hoạt với covid-19 ».

16Fin 2021, après une grave crise épidémique, sanitaire, économique et sociale, les autorités ont mis en œuvre la stratégie de « Vivre en toute sécurité et de manière flexible avec le covid-19 »28, qui a permis de relancer la plupart des activités socio-économiques. Depuis le début de l’année, l’économie se redresse dans tous les domaines, permettant au Việt Nam d’enregistrer un fort taux de croissance (8,2 %) pour 2022. Bien des défis, cependant, restent à relever dans les prochains mois et les prochaines années.

Forte reprise économique sur tous les fronts

  • 29 Nghị quyết, « Résolution Nghị quyết 01/2022 concernant les principales tâches, solutions pour la mi (...)

17Une fois le pic épidémique maîtrisé, fin 2021, un train de mesures a été lancé afin d’encadrer la reprise. Alors que le PIB du 3e trimestre en 2021 connaissait pour la première fois depuis le début du Đổi Mới une croissance négative de 6,2 %, celui du 3e trimestre de 2022 enregistrait une progression impressionnante de 13,67 % par rapport à la même période l’année dernière, portant à 8,83 % la croissance du PIB sur les neuf premiers mois de l’année (contre 6,98 % sur la même période en 2021). Une prouesse supérieure aux objectifs fixés par le gouvernement (entre 5,9 et 6,4 %)29. En outre, l’inflation est restée maîtrisée, avec un Indice des Prix à la Consommation (IPC) qui a crû de 2,73 % sur la même période, croissance essentiellement liée à la forte poussée des prix des transports (+14,98 %) et de l’essence.

18Concernant le commerce extérieur, le Việt Nam continue sa progression et enregistre un montant de 558,5 milliards $ US depuis début 2022, soit une progression de 15,1 % par rapport à la même période que l’année dernière. Les exportations ont augmenté de 17,3 % et les importations de 15,3 %, permettant au Việt Nam de dégager un excédent de la balance commerciale de 6,5 milliards $ US et de stabiliser son taux de change.

  • 30 Montants des investissements effectivement décaissés.

19En termes d’Investissements Directs Étrangers (IDE), en 2022, le Việt Nam accuse une baisse de 11 % du montant enregistré (27,72 milliards $ US) mais profite d’une hausse de 13,5 % (22,4 milliards $ US) des décaissements30. La Corée du Sud reste le premier pays investisseur au Việt Nam avec un engagement de quelque 80 milliards $ US, suivi du Japon à 66,1 milliards $ US.

20Profitant de la reprise, les recettes budgétaires se sont élevées à 53,5 milliards $ US, soit une progression de 22 % par rapport à la même période de 2021. Les dépenses se sont élevées, quant à elles, à 43,7 milliards $ US, soit une croissance de 5,4 %. Les enregistrements de nouvelles entreprises ou celles en reprise d’activités ont également fortement augmenté (+31,9 % et 56,1 %).

  • 31 Par exemple, le Covid-19 Recovery Index (Nikkei Asia, octobre 2022) classe le Việt Nam 8e sur 121 ( (...)

21Ces bons résultats permettent au Việt Nam d’assurer une certaine stabilité de ses taux bancaires, malgré une sensible augmentation sur les neuf premiers mois de l’année, ainsi que de son taux de change. Les organisations internationales restent positives sur la capacité du Việt Nam à sortir progressivement de la crise du covid31, même si l’augmentation des taux bancaires depuis début novembre ainsi que l’érosion du taux de change peuvent avoir un impact à la baisse sur les résultats escomptés.

Une année difficile en perspective, aux enjeux importants

22Fin 2022, le Việt Nam, dont le taux d’ouverture (rapport entre les échanges commerciaux et le PIB) représente 200 % du PIB, reste donc dépendant des aléas de la croissance économique mondiale, et notamment des échanges internationaux. La baisse des principaux marchés d’exportation (États-Unis, Europe) fait peser des risques sur la prise de commandes auprès des entreprises exportatrices pour les prochains mois. Les banques centrales des principaux pays occidentaux continuent de resserrer la politique monétaire, d’augmenter les taux d’intérêt, provoquant des pressions sur les taux d’intérêt, les taux de change et les risques de dettes des banques vietnamiennes. Premier partenaire commercial du Việt Nam, la Chine continue d’appliquer la politique zéro-covid et ne rouvre que progressivement son marché aux entreprises exportatrices vietnamiennes. Le risque de crise énergétique et alimentaire reste élevé. Tous ces facteurs font qu’en 2023 une stagflation peut se produire localement dans certains pays et régions, surtout dans le contexte d’une faible croissance mondiale – environ 2 à 2,3 % selon les prévisions – et d’une inflation mondiale encore élevée avec une augmentation de l’IPC d’environ 6 %. Cela aura pour effet d’entraîner une baisse des exportations et potentiellement un ralentissement des IDE.

  • 32 « 10 tháng đầu năm, lượng du khách quốc tế đến Việt Nam vẫn kém xa thời điểm trước Covid » [Au cour (...)
  • 33 Xuân Le, Hoang Phong, « Hassles dissuade foreign tourists from visiting Vietnam », VnExpress, 15 no (...)

23Ensuite, l’activité touristique, qui était pourvoyeuse de devises étrangères avant la crise du covid, n’a pas repris comme espéré, notamment auprès des touristes occidentaux. Sur les 10 premiers mois de 2022, le Việt Nam a accueilli 2,35 millions de touristes étrangers (soit 18,8 fois plus que sur la même période en 2021, mais en baisse de 83,7 % par rapport à la même période de 2019, avant la pandémie – 18 millions)32. L’essor du tourisme national ne permet pas de combler ce manque à gagner et la situation est rendue plus compliquée par le flou entretenu autour de la politique de délivrance de visas post-covid33.

  • 34 Environ un Vietnamien sur deux possède un compte bancaire.
  • 35 Le décaissement total au cours des neuf premiers mois a atteint 14,25 milliards $ US. En hausse de (...)

24Le Programme de développement et de relance socio-économique 2022-2023 a également rencontré des difficultés de mise en œuvre, principalement en raison du faible niveau de bancarisation au Việt Nam34. En outre, le niveau de décaissement des investissements publics, bien qu’il se soit amélioré, reste lent et insatisfaisant35.

  • 36 « Nợ xấu lĩnh vực bất động sản lên đến 36 400 tỉ đồng » [Les créances douteuses dans le secteur imm (...)
  • 37 Fitch Downgrades Vietnam's Phat Dat Real Estate Development to 'B-'. The Outlook is Negative », Fit (...)

25Enfin, le niveau des créances douteuses risque de continuer à augmenter. Selon la Banque Centrale, fin juillet, ce taux était de 1,7 %, et les créances douteuses globales étant d’environ 5,41 %, contre 6,3 % fin 2021 – un niveau toujours élevé. Selon les chiffres de la Banque Centrale du Vietnam relayés par la presse vietnamienne36, en juin, le montant des encours d’emprunts pour le secteur immobilier s’élevait à 95,1 milliards $ US – soit une augmentation de 14,69 % par rapport à fin 2021 –, sur un montant total d’encours d’emprunt de 462,7 milliards $ US – une augmentation de 9,93 % par rapport à fin 2021. Certaines sociétés d’immobilier plus exposées que d’autres voient leur classement revu à la baisse, comme la société Phát Đạt37.

  • 38 Khanh Vu, « Weakening global demand hurts Vietnam’s garment makers – industry official », Reuters, (...)
  • 39 Lê Ðức Nghĩa, Anh Vương, Dũng Bình, « Giải bài toán thiếu hụt nguồn nhân lực trong các khu công ngh (...)

26Les marchés boursiers, les obligations d’entreprises et l’immobilier font face à des risques importants de retournement. Par ailleurs, la restructuration des établissements de crédits fortement exposés au secteur de l’immobilier et aux affaires de corruption reste un chantier à finaliser pour les autorités. Ensuite, l’impact du ralentissement mondial sur les prises de commandes dans certaines industries commence à se faire sentir38, comme les pénuries de travailleurs dans certaines zones industrielles39. Enfin, dans un contexte de concurrence entre les pays d’Asie du Sud-Est, la captation d’IDE par le Việt Nam pour bénéficier de fonds et les transferts de technologie restent un enjeu primordial.

Des prévisions délicates pour l’année 2023

27Si les estimations de croissance pour 2022 oscillent entre 7,5 % et 8 %, le contexte international (récession, hausse de l’inflation, resserrement monétaire) risque de faire tomber cette croissance entre 6 et 6,5 % pour 2023.

28Selon les données officielles, l’IPC devrait s’élever à 3,5-3,8 % en 2022. Le Việt Nam parvient encore à contrôler la hausse des prix de certains produits. Alors que l’IPC mondial devrait augmenter d’environ 6 % en 2023, contre 8,3 % en 2022, l’IPC moyen du Việt Nam devrait se situer autour de 4-4,5 % en 2023. Cependant, du fait de son économie ouverte à l’économie mondiale, le Việt Nam pourrait subir un choc d’importation dans les prochains mois et prochaines années. Par ailleurs, même s’il reste un pays que les entreprises internationales considèrent avec intérêt pour localiser leurs activités de production, comme l’a montré la visite du Chancelier allemand Olaf Scholz les 13 au 14 novembre, le Việt Nam commence à montrer des signes d’essoufflement (hausse des coûts du terrain et de la main-d’œuvre, qualification insuffisante de cette dernière).

  • 40 Phan Le, Hai Thanh Nguyen, « Vietnam climbs the chip value chain », EastAsiaForum, 15 novembre 2022
  • 41 Environ 70 à 75 % du commerce extérieur vietnamien sont générés par des sociétés à capitaux étrange (...)
  • 42 Stephane Cruise, « Samsung plans to reduce smartphone production in Vietnam to 40% next year », Tec (...)

29Enfin, un autre enjeu à venir pour le pays est de mieux intégrer les multinationales au secteur économique vietnamien40 afin de développer progressivement, sur différentes filières (automobiles, télécommunications, NTIC…), des fournisseurs nationaux de rang 1 ou 2 pouvant soutenir ces multinationales et éviter ainsi le développement d’une économie à plusieurs vitesses : une économie « étrangère » installée dans des Zones Industrielles41 et une économie « vietnamienne » ne bénéficiant que peu de ce moteur économique étranger. De plus, même si la politique de lutte contre le covid a été assouplie pendant les derniers mois de la pandémie, certains grands investisseurs internationaux, comme l’allemand Puma ou le géant sud-coréen Samsung, ont été amenés à revoir leur plan de production à la baisse et à transférer une partie de leur production dans d’autres pays comme l’Inde. Samsung, dont 60 % des Smartphones produits dans le monde l’étaient au Việt Nam en 2021, va réduire cette proportion à 40 % en 2023, à cause de la hausse des coûts et pour mieux répartir le risque de dépendance42.

Vers une présence encore plus affirmée de la Chine ?

  • 43 Tuyên bố chung Việt Nam-Trung Quốc về việc tiếp tục đẩy mạnh và làm sâu sắc hơn nữa quan hệ Đối tác (...)

30Aussi, les entreprises chinoises – ou étrangères opérant en Chine – sont-elles maintenant incitées à s’établir au Việt Nam et à contribuer à mettre en place une « chaîne d’approvisionnement stable entre les deux pays », comme le stipule la déclaration commune Chine-Việt Nam publiée à la suite de la visite en Chine de Nguyễn Phú Trọng du 30 octobre au 2 novembre43. Il est donc probable que la relocalisation de l’industrie chinoise vers le Việt Nam s’accélère. Depuis son ouverture économique, le Việt Nam a toujours été une base de façonnage de produits chinois (intrants et financements) à faible valeur ajoutée qui bénéficiaient d’une appellation Made in Việt Nam leur permettant d’atteindre des marchés difficiles d’accès pour des produits Made in China. Selon Xi Jinping, « la Chine va encourager ses entreprises technologiques à investir au Việt Nam » ; les deux pays « devraient également promouvoir la coopération dans les domaines de la santé, de l’économie numérique et des questions environnementales ». Doit-on s’attendre à voir émerger à l’avenir des usines de puces électroniques « chinoises » avec une production délocalisée au Việt Nam pour contourner les restrictions dont la Chine fait actuellement l’objet ?

  • 44 « Động lực mới cho quan hệ kinh tế Việt Nam - Trung Quốc » [Un nouveau souffle pour les relations é (...)
  • 45 Circulaire n° 19/2018/TT-NHNN du 28 août 2018.

31Si l’on considère les relations commerciales, le rythme annuel de progression des échanges entre la Chine et le Việt Nam s’élève en moyenne à 22 % depuis 25 ans44. Depuis 2004, la Chine est le premier partenaire commercial de ce pays et son deuxième marché d’exportation. Depuis 2016, le Việt Nam est le plus grand partenaire commercial de la Chine au sein de l’ASEAN et le sixième partenaire commercial de la Chine dans le monde. La Chine absorbe 74 % des exportations totales de fruits et légumes du Việt Nam. En 2021, le montant des échanges entre les deux pays a augmenté de 24,6 % pour atteindre 165,9 milliards $ US. Les termes du commerce extérieur restent fortement déséquilibrés puisque la balance commerciale vietnamienne accuse un déficit de 53,9 milliards $ US. Pour faciliter les échanges, les deux pays ont convenu d’autoriser l’utilisation de monnaies locales pour le paiement des activités de commerce extérieur dans les zones frontalières45.

32Les investissements directs cumulés des entreprises chinoises au Việt Nam à la fin 2021 ont atteint 21,3 milliards $ US, soit plus du double des 10,5 milliards $ US investis fin 2016. La Chine est le 4e investisseur en 2019 et 2020, et se hisse au 3e rang en 2021, en hausse de sept places par rapport à 2015.

L’intensification de la lutte contre la corruption

  • 46 « Một số kết quả chủ yếu trong công tác phòng, chống tham nhũng, tiêu cực 2012-2022 », Ninh Thuan, (...)

33Un autre événement politique à portée économique importante s’est déroulé en juin 2022 : la réunion-bilan des 10 ans d’activités de la Commission Centrale pour la Lutte contre la Corruption. Placée sous l’autorité du Bureau Politique et du Secrétaire Général du Parti, cette commission fut créée en mai 2012, à l’arrivée de Nguyễn Phú Trọng au poste de Secrétaire Général du Parti (2011). Sur la période 2012-2022, quelque 2 740 organisations du Parti, plus de 167 700 fonctionnaires et membres du Parti, ont été sanctionnés. Plus de 39,3 milliards $ US et près de 76 000 hectares de terrains ont été recouvrés. En tout, 16 000 affaires de corruption impliquant plus de 30 300 personnes ont été mises au jour, dont 313 affaires considérées comme graves46.

  • 47 « Đã khởi tố 26 vụ án và 94 bị can trong đại án Việt Á » [La justice instruit 26 affaires et poursu (...)
  • 48 « Đại án “chuyến bay giải cứu” : Số người bị bắt tăng dần » [L’affaire du « vol de rapatriement » : (...)
  • 49 Sun Group, Sovico, Vingroup…
  • 50 « Chống tham nhũng, không có vùng cấm, không có ngoại lệ, bất kể người đó là ai » [Lutte contre la (...)

34Parmi les plus importantes qui ont été révélées dans l’année 2021-2022, la première est l’affaire Việt Á. Cette entreprise achetait des kits de test anti-covid à la Chine puis les revendait 20 fois plus cher aux centres de contrôle des maladies des provinces du Việt Nam. 94 personnes ont été inculpées, dont deux anciens ministres (Santé et Sciences, et Technologie)47. L’affaire des « rapatriements sanitaires » des citoyens vietnamiens établis à l’étranger et souhaitant rentrer au Việt Nam pendant la pandémie a, quant à elle, impliqué le département consulaire du ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Sécurité publique, le Bureau du gouvernement48. Actuellement, plusieurs grands groupes privés vietnamiens49 font encore l’objet de contrôles de la part des autorités centrales. Nguyễn Phú Trọng semble donc vouloir aller jusqu’au bout du processus d’assainissement des structures politiques et économiques du Việt Nam. La démission inattendue, le 17 janvier 2023, du président Nguyễn Xuân Phúc pour « malversations » illustre la portée de cette campagne dans laquelle, officiellement, « il n’existe pas de zone interdite, pas d’exception, quelle que soit la personne impliquée50 ».

Conclusion : quelle place pour l’Europe et, en particulier, pour la France ?

  • 51 Entretiens avec Nguyễn Hùng Sơn, vice-directeur de l’Académie diplomatique à Hà Nội (ADV) et Hoàng (...)

35Dans un contexte international et économique incertain et potentiellement générateur de replis régionaux, les marges de manœuvre de la France et de l’Union européenne au Việt Nam sont étroites. Elles méritent pourtant d’être sérieusement explorées. Après les États-Unis mais avant la plupart de ses voisins européens, le président Macron a présenté pour la première fois, en 2018, la stratégie française de l’Indo-Pacifique. Avec des accents dignes de la diplomatie du général de Gaulle, la France se présente ouvertement comme une « puissance d’équilibre », décidée à ouvrir une « troisième voie » face au risque de bipolarisation des relations internationales autour de la rivalité entre les États-Unis et la Chine. Le Việt Nam devrait donc d’autant moins craindre un renforcement de sa relation avec la France, que Paris, exclu de fait de l’alliance entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie (AUKUS), ne tient pas à s’enfermer dans un rapport de confrontation permanente et anxiogène avec la Chine malgré d’importants sujets de désaccord. Il ne devrait pas redouter non plus une revivification du partenariat stratégique qu’il a signé avec la France en 2013, même dans le domaine plus sensible de la défense où une diversification des coopérations et des achats d’équipements est déjà à l’œuvre. Conscients que leur pays a été excessivement dépendant du soutien massif de l’URSS dans les années 1980, et plus récemment de la Russie dans le domaine militaire, les dirigeants vietnamiens peuvent juger opportun de développer leurs relations avec la France, qu’ils considèrent comme un pays clé de l’Union européenne, actif dans la défense d’un ordre international fondé sur le droit, en particulier dans les océans, et dont les prétentions indo-pacifiques sont considérées comme parfaitement légitimes51.

36Réciproquement, la France ne doit pas ignorer ce pays de 100 millions d’habitants, acteur majeur de l’ASEAN et seul des États sud-est asiatiques avec la Malaisie capable, désormais, d’exporter sa marque de voiture nationale – Vinfast – aussi loin qu’en Europe. Nombreuses et riches, d’ores et déjà, sont les coopérations interétatiques et décentralisées, des transports urbains à la lutte contre le réchauffement climatique en passant par la langue, la médecine, les musées, etc. Les relations politiques sont nourries par des visites régulières de haut niveau. Mais cette confiance n’a pas permis, pour le moment, de hisser au même niveau les relations économiques et commerciales, lesquelles demeurent le parent pauvre de la relation entre la France et le Việt Nam. Le 50e anniversaire de leur relation diplomatique et le 10e anniversaire de leur partenariat stratégique, en 2023, vont être l’occasion d’un bilan et peut-être aussi d’un nouveau départ.

Annexes

Fiche Việt Nam

Nom officiel : République socialiste du Vietnam

Capitale : Hanoï

Superficie terrestre : 331 340 km²

Population totale en 2021 (sources : Banque mondiale et Nations unies) : 99,46 millions d’habitants (38 % urbains et 62 % ruraux)

Langue officielle : vietnamien

Données politiques

Nature de l’État : république socialiste

Nature du régime : communiste, parti unique

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) : Nguyễn Phú Trọng (depuis janvier 2011)

Chef de l’État : Võ Thị Ánh Xuân depuis le 18 janvier 2023 suite à la démission de Nguyễn Xuân Phúc

Premier ministre : Phạm Minh Chính (depuis février 2021)

Ministre des Affaires étrangères : Bùi Thanh Sơn (depuis avril 2021)

Ministre de la Défense nationale : Phan Văn Giang (depuis avril 2021)

Président de l’Assemblée nationale : Vương Đình Huệ (depuis mars 2021)

Échéances : prochaines élections présidentielles et législatives au printemps 2026

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Le gouvernement vietnamien reconnaît 54 groupes ethniques (General Statistics Office - Tổng cục Thống kê Việt Nam, 2019) :

Kinh

Tày

Thái

Mường

Khmer

Mông

Dao

Hoa

Total

82,085

1,845

1,82

1,45

1,319

1,393

0,89

0,749

96,208

85,32 %

1,92 %

1,89 %

1,51 %

1,37 %

1,45 %

0,93 %

0,78 %

100 %

Religions (Báo điện tử, journal numérique du gouvernement vietnamien, 2019) : Sur 96,2 millions d’habitants au Vietnam fin 2019 :

- 13,2 millions de pratiquants : 13,7 % de la population, soit :

- 5,9 millions de catholiques : 44,6 % des pratiquants et 6,1 % de la population

- 4,6 millions de bouddhistes : 35 % des pratiquants et 4,8 % de la population

- 2,7 millions de pratiquants des 14 religions recensées au total

Chronologie

JANVIER 2022

04 • Le secrétaire général du Parti Nguyên Phu Trong, l’ancien secrétaire général du Parti Nông Duc Manh, le président de la République Nguyên Xuân Phuc, le Premier ministre Pham Minh Chinh et le président de l’Assemblée nationale Vuong Dinh Huê assistent à la première session extraordinaire de la 15e législature se tenant à Hanoï. Ils examinent les problématiques sociales et économiques liées au covid-19 afin de proposer une politique de relance de l’économie.

21 • Réouverture du procès en appel de l’affaire de Sabeco au Tribunal populaire supérieur de Hanoï. Les quatre hommes impliqués sont à nouveau jugés : l’ancien ministre Vu Huy Hoàng, l’ancien directeur du Département de l’industrie légère du MoIT Phan Chi Dung, l’ancien directeur adjoint du département du plan et de l’Investissement de Hô Chi Minh-Ville Lâm Nguyên Khôi ainsi que l’ancien chef du Bureau de développement des infrastructures du même département Lê Quang Minh.

22 • Le moine bouddhiste zen Thich Nhat Hanh décède à l’âge de 95 ans dans la pagode Tu Hieu.

MAI 2022

1er • La rencontre entre le président vietnamien Nguyên Xuân et le Premier ministre japonais Kishida Fumio à Hanoï, dans le cadre de la visite officielle de ce dernier dans trois pays d’Asie du Sud-Est (Indonésie, Vietnam, Thaïlande) du 29 avril au 3 mai, est marquée par la mise en parallèle des enjeux en Ukraine et en mer de Chine méridionale : les deux chefs d’État s’accordent pour renforcer la coopération bilatérale en matière de sécurité maritime et de cybersécurité, et affirment leur soutien au respect de la souveraineté des États tout en convenant de l’importance d’assister humanitairement l’Ukraine.

Entrée en vigueur de l’interdiction annuelle de pêche en Mer de Chine méridionale jusqu’au 16 août, imposée unilatéralement par la Chine sous prétexte de favoriser le développement durable de la pêche. Le ministère vietnamien des Affaires étrangères et l’Association de pêche du Vietnam (Vinafis) protestent car ils considèrent que cette mesure viole la souveraineté du Vietnam sur les archipels des Paracels et enfreint donc le droit international. Vinafis ajoute que cette mesure augmente le risque d’affrontement entre bateaux de pêche vietnamiens et garde-côtes chinois.

19 • L’ancien vice-ministre de la Santé, Truong Quoc Cuong, l’ancien directeur adjoint de l’Administration des médicaments du ministère de la santé (DAV), Nguyen Viet Hung, et plusieurs autres fonctionnaires de la DAV ou du département des douanes sont condamnés à des peines de prison allant de deux à quatre ans pour manquements dans l’affaire du commerce de médicaments contrefaits « Health 2000 Canada ». Neuf autres personnes sont condamnées à des peines allant de six à vingt ans pour le commerce de ces médicaments.

JUIN 2022

07 • Arrestation du ministre de la Santé, Nguyen Thanh Long, et du président du Comité populaire de Hanoï, Chu Ngoc Anh, accusés d’avoir enfreint les règles du Parti communiste par des malversations dans l’achat d’équipements médicaux, dont des kits de test de covid-19.

08 - 10 • En visite au Vietnam, le ministre indien de la Défense, Rajnath Singh, remet aux garde-côtes vietnamiens 12 patrouilleurs hauturiers à grande vitesse, dont cinq construits en Inde par le chantier naval L&T et sept au Vietnam par le chantier naval Hong Ha, achetés par Hanoï dans le cadre d’un crédit de 100 millions $ US accordé par l’Inde.

17 • Nguy Thi Kanh, une militante de l’ONG environnementale GreendID, qui s’oppose au recours aux centrales à charbon par le régime vietnamien et qui avait gagné le prix Goldman 2018, est condamnée à deux ans de prison pour évasion fiscale. Le 20, les États-Unis appellent le Vietnam à revenir sur cette décision qui met à mal les négociations en cours entre les deux pays, ainsi que l’Union européenne, sur la mise en place d’un plan d’aide à une transition vers des sources d’énergie plus propres.

24 • L’ONG Vietnam Human Rights Network publie son rapport 2021-2022 dans lequel elle dénonce le traitement des journalistes et activistes exprimant des opinions contraires à celles du parti, qui seraient au moins 290 actuellement emprisonnés, et appelle l’Assemblée générale de l’ONU à ne pas intégrer le Vietnam au Conseil des droits de l’homme.

JUILLET 2022

05 - 06 • Rencontrant le Premier ministre Pham Minh Chinh ainsi que le ministre des Affaires étrangères Bui Thanh Son lors de sa visite au Vietnam, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov déclare qu’il perçoit le Vietnam comme un pont pour renforcer les liens de la Russie avec l’ASEAN. En pleine guerre en Ukraine, isolée, la Russie cherche à renouveler ses alliances historiques.

19 • Publication du rapport annuel américain sur le trafic des personnes (TIP). Le Vietnam, accusé de ne pas fournir assez d’efforts dans la lutte contre le trafic d’êtres humains, y est rétrogradé au rang des pays de niveau 3. Les pays de ce rang peuvent se voir refuser le soutien du gouvernement américain ou de certaines organisations internationales, en dehors des domaines humanitaires et commerciaux.

AOÛT 2022

16 • Une délégation vietnamienne participe à la 10e Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, forum réunissant 35 pays en pleine guerre d’Ukraine.

22 • Sept ambassades à Hanoï (Autriche, Canada, Pays-Bas, Norvège, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis) publient une déclaration commune lors de la Journée internationale de commémoration des victimes de la violence fondée sur la religion ou la croyance, dans laquelle elles condamnent les actes de violences religieuses. En avril, un rapport de la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale accusait le gouvernement vietnamien de persécution religieuse.

25 • Une Cour de justice rejette l’appel de la journaliste et activiste Pham Doan Trang qui avait dénoncé les atteintes aux droits de l’homme et brutalités policières au Vietnam, confirmant sa peine de neuf ans de prison pour propagande contre l’État. Les États-Unis, qui lui avaient décerné le prix international des femmes de courage en mars, expriment leur préoccupation quant à cette sentence.

SEPTEMBRE 2022

13 • L’ambassade de France du Vietnam organise une conférence de presse à l’Institut français de Huê sur le projet « Partager et Protéger les patrimoines du Vietnam ». Le projet bénéficie d’un financement de 14 milliards de dong pour la période 2022-2024 de la part du gouvernement français, dans le but d’encourager les formations et les échanges.

OCTOBRE 2022

1er • Depuis la publication de la loi vietnamienne controversée sur la cybersécurité du 12 juin 2018, le décret 53 (n° 53/2022/ND-CP) entre en vigueur. Désormais, les entreprises nationales et étrangères de services de télécommunication et de commerce en ligne sont tenues de stocker localement les données personnelles, notamment les connexions récentes, les coordonnées bancaires et les numéros de téléphone, pendant une période minimale de 24 mois. La loi stipule également que les entreprises étrangères doivent ouvrir une succursale ou un bureau de représentation au Vietnam.

02 • Lancement officiel de Tatu, premier réseau social audio vietnamien, d’après les déclarations du ministère de l’Information et de la Communication.

04 • Au cours de l’Assemblée générale des Nations unies, la cheffe adjointe de la mission permanente du Vietnam, Lê Thi Minh Thoa, rappelle les actions vietnamiennes en faveur de l’égalité des sexes. Le Vietnam est signataire de nombreuses conventions internationales, notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), qu’il a ratifiée en 1982. La nouvelle stratégie nationale 2021-2030 intègre la lutte contre les violences sexistes.

15 • Le vice-ministre des Communications et des Transports, Nguyên Xuân Sang, signe la décision n° 1254 approuvant le projet de développement de la flotte maritime du Vietnam. Le projet vise à développer les porte-conteneurs et à augmenter la part du marché vietnamien du transport de fret maritime. Le pays espère atteindre 20 % d’importations et d’exportations via les ports maritimes d’ici 2030.

18 • Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, aux côtés de l’ambassade de France au Vietnam et du groupe Collecte Localisation Satellites (CLS), s’entendent sur l’étude de faisabilité du système national d’information géographique en aquaculture (NAGIS). Ce projet vise à rendre plus durables les chaînes de production de l’agriculture, de la sylviculture et de l’aquaculture vietnamiennes.

28 • Une délégation de la Commission européenne (CE) se rend au Vietnam pour vérifier l’application des mesures contre la pêche illégale non déclarée et non réglementée. La CE salue les efforts réalisés dans les zones côtières du pays. En 2017, elle avertissait par un « carton jaune » que la pêche illicite menaçait l’accès de ressources halieutiques au marché européen, et avait suggéré neuf recommandations pour lever l’avertissement. En 2019, après examen, les recommandations avaient été réduites à quatre.

31 • Le président Nguyên Phu Trong et le président chinois Xi Jinping signent 13 documents de coopération dans plusieurs secteurs, dont le tourisme, le commerce et les ressources naturelles.

NOVEMBRE 2022

06 - 07 • Le chancelier allemand Olaf Scholz rencontre le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh pour stimuler le commerce et les investissements.

14 • Le Vietnam et la Corée du Sud renforcent leur coopération et partenariats pour la formation de cadres, particulièrement dans le domaine de la gouvernance numérique.

20 • Le Vietnam, le Cambodge et le Laos signent une déclaration conjointe pour établir un sommet parlementaire entre les trois pays. Le premier sommet aura lieu au Laos en 2023, avec pour objectif la promotion des échanges d’informations entre le Vietnam, le Laos et le Cambodge.

21 - 23 • Participation du Vietnam à la réunion des ministres de la Défense de l’ASEAN (ADMM).

Portraits

Nguyễn Thanh Lâm, Vice-ministre de l’Information et de la Communication

Source : Báo Giao thông

En septembre 2022, le vice-Premier ministre M. Phạm Bình Minh a nommé Nguyễn Thanh Lâm, jusqu’alors directeur du Département Presse du ministère de l’Information et de la Communication, au poste de vice-ministre.

Né à Hanoï en 1972, diplômé de l’Académie politique nationale Hồ Chí Minh, mais aussi du Département de français de l’École Supérieure de langues étrangères (Université Nationale du Vietnam), Lâm a été formé comme beaucoup d’autres Vietnamiens francophones par le Pr. Đinh Hồng Vân, doyen de ce département jusqu’à l’été 2022. Parfait francophone, il a commencé sa carrière à la Télévision nationale du Vietnam (VTV) où il était rédacteur en chef du Journal en français, avant d’occuper le poste de directeur-adjoint de la Commission de l’actualité de VTV, puis celui de directeur-adjoint d’AVG, une entreprise de télévision numérique terrestre. En janvier 2014, M. Lâm a été nommé directeur de la société VTC (Vietnam Multimedia Corporation) puis directeur-adjoint du Département de la Presse du ministère de l’Information et de la Communication en juin 2015, et enfin directeur du Département de Télédiffusion et de l’Information. En février 2020, il est retourné au Département de la Presse pour en prendre la direction jusqu’en septembre 2022, date à laquelle il a été promu vice-ministre. Sa brillante ascension témoigne des fortes potentialités d’un parcours francophone couplé à une formation académique de haut niveau.

Nguyễn Trung Dũng

Source : Nguyễn Trung Dũng

Né en 1979, le docteur Nguyễn Trung Dũng est actuellement directeur général de BK Holdings, l’incubateur technologique de l’Institut Polytechnique de Hanoï. Diplômé de cet établissement en 2014 comme docteur en Électronique et Communications, M. Dũng est un expert en innovation et en entrepreneuriat, fort de plus de 20 ans d’expérience dans l’investissement, la formation, l’incubation et le transfert de technologie au Vietnam.

Il est également diplômé de l’Institut technologique de Kyoto (2007) et de la Solvay Business School (2019). Il est certifié par le Vietnam-Finland Innovation Partnership Program (IPP), le Leadership Innovation Fellowship Program à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), et le Mashav Innovation Program (Israël). Actuellement membre du Conseil de la ville de Hanoï pour le projet d’innovation Global Entrepreneurship Network (GEN), Vietnam Mentoring Initiative (VMI), et président de Junior Achievement Vietnam (JA), il est aussi président de l’Association Innovation & Startup de Hanoï Association.

Nguyễn Trung Dũng a effectué un voyage d’études en France à la fin de l’année 2022 pour voir comment rapprocher des incubateurs technologiques français d’incubateurs technologiques de Hanoï et de sa région. Ce développement de l’innovation et des incubateurs s’inscrit dans le cadre d’une volonté des autorités de faire évoluer le modèle économique vietnamien d’une industrie de façonnage à une industrie 4.0.

Arrêt sur image

© Ludovic Duval.

Hồ Chí Minh-Ville 2022. Une fois la pandémie maîtrisée par les autorités vietnamiennes, l’activité économique reprend dans la métropole du Sud. Les zones industrielles retrouvent l’effervescence de l’avant-covid même si des incertitudes demeurent concernant le retour de l’ensemble des employés, en raison de carnets de commande peinant à retrouver le niveau de 2019.

Notes

1 « Người Việt ở Ukraine đi tị nạn mong ngóng quay về » [Les Vietnamiens d’Ukraine aspirent au retour (en Ukraine)], Tuổi trẻ [La Jeunesse], 27 juillet 2022 (https://tuoitre.vn/nguoi-viet-o-ukraine-di-ti-nan-mong-ngong-quay-ve-20220726231250326.htm).

2 Sur les difficultés de leur quotidien : Xanh Lê, « Người Việt ở Ukraine sẵn sàng cho tình huống xấu nhất » [Les Vietnamiens en Ukraine s’attendent au pire], VnExpress, 21 octobre 2022 (https://vnexpress.net/nguoi-viet-o-ukraine-san-sang-cho-tinh-huong-xau-nhat-4526006.html) ; Xanh Lê et Minh Hạnh, « Người Việt trở lại Ukraine » [Retour des Vietnamiens en Ukraine], VnExpress, 19 septembre 2022 (https://vnexpress.net/nguoi-viet-tro-lai-ukraine-4512885.html).

3 Bac Pham et Bennett Murray, « Vietnamese in Ukraine and Russia find themselves with divided loyalties », South China Morning Post, 14 août 2022 (https://www.scmp.com/week-asia/people/article/3188655/vietnamese-ukraine-and-russia-find-themselves-divided-loyalties?module=perpetual_scroll_0&pgtype=article&campaign=3188655).

4 Entretiens des auteurs avec des Vietnamiens de divers âges et catégories socio-professionnelles, Hà Nội, été 2022 ; Emma Josso, novembre 2022, « Positionnement des États sud-est asiatiques face à la guerre en Ukraine : analyse médiatique d’un large spectre de neutralités », Notes de l’IRASEC, n° 17, Bangkok, IRASEC (https://www.irasec.com/no17-Positionnement-des-Etats-sud-est-asiatiques-face-a-la-guerre-en).

5 Cécile Marangé, 2012, Le communisme vietnamien, Paris, Presses de Sciences Po, chap. 7 (statistiques citées p. 374) ; Daniel Hémery, « L’Union soviétique et le nationalisme vietnamien dans l’entre-deux-guerres », in Céline Gervais-Francelle (dir.), 1994, Russes, Slaves et Soviétiques, Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 431-439.

6 Vu Minh Hoang, 2022, « Sortir du bourbier. Les méandres du Vietnam vers l’accord de paix de Paris, 1986-1991 », in Pierre Journoud (dir.), Un triangle stratégique à l’épreuve. Les relations entre la Chine, les États-Unis et l’Asie du Sud-Est depuis 1947, Montpellier, PULM, p. 219-238.

7 « Bill Hayton hỏi trong cuộc chiến Ukraine, VN có kẹt giữa nghĩa vụ và nguyên tắc? » [Bill Hayton se demande si, face à la guerre d’Ukraine, le Việt Nam n’est pas pris entre ses obligations et ses principes], BBC en langue vietnamienne, 8 mars 2022 (https://www.bbc.com/vietnamese/forum-60655623).

8 Le Courrier du Vietnam, 3 mars 2022, « Perspectives de la coopération économique entre le Vietnam et la Russie » (https://lecourrier.vn/perspectives-de-la-cooperation-economique-entre-le-vietnam-et-la-russie/969266.html). Sur l’évolution, le bilan et les perspectives de développement de la coopération énergétique russo-vietnamienne : A.A. Butko, 2022, « The Possibilities of Russia-Vietnam Cooperation in the Fuel and Energy Sphere », Russian Journal of Vietnamese Studies, vol. 6, n° 3, p. 25-33 ; Bui Thi Huyen, 2022, « Vietnamese-Russian cooperation in exploration and production of oil and gas from 1980 to the present », Dalat university journal of science, vol. 12, n° 4, p. 123-136.

9 Trong Khanh Vu, « Russia's Lavrov to visit Hanoi ahead of G20 meeting », Reuters, 5 juillet 2022.

10 Louis Raymond et Quang Pham, « Économie, défense, diaspora : les liens étroits entre le Vietnam et l’Ukraine », Les Cahiers du Nem, 5 mars 2022 (http://lescahiersdunem.fr/economie-defense-diasporas-les-liens-etroits-entre-le-vietnam-et-lukraine/) ; Hoàng Minh Trung, « Vietnam-Ukraine : unanimité à promouvoir la coopération bilatérale », Le Courrier du Vietnam, 6 octobre 2011.

11 Minh Thu, « Vingroup devient la 5e plus grande entreprise au Vietnam », Le Courrier du Vietnam, 10 décembre 2021.

12 « Pagode Truc Lâm – Kharkov : en mémoire des soldats morts pour la défense de la souveraineté », Le Courrier du Vietnam, 21 mai 2018.

13 « Le Vietnam félicite l’Ukraine pour son adhésion au Traité d'amitié et de cooperation », Le Courrier du Vietnam, 13 novembre 2022.

14 « L’Assemblée générale de l’ONU condamne l’offensive de la Russie et appelle à son retrait », Courrier international, 3 mars 2022.

15 Louis Raymond et Quang Pham, op. cit., 2022.

16 « Việt Nam calls for dialogue, protection of civilians at UNGA's special session on Ukraine », Việt Nam News, 2 mars 2022 (https://vietnamnews.vn/politics-laws/1160824/viet-nam-calls-for-dialogue-protection-of-civilians-at-unga-s-special-session-on-ukraine.html).

17 P. Journoud, 2018, « Les guerres, 1945-1991 », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt Nam, de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 49-71.

18 « Rõ ràng chiến dịch quân sự này tạo ra tiền lệ xấu trong việc sử dụng sức mạnh quân sự trong quan hệ quốc tế, hòa bình thế giới bị đe dọa… », Tuổi Trẻ, 8 mars 2022).

19 « Les tensions Russie - Ukraine pourraient affecter les économies de l’ASEAN », Le Courrier du Vietnam, 9 mars 2022 (https://lecourrier.vn/les-tensions-russie-ukraine-pourraient-affecter-les-economies-de-lasean/969690.html).

20 Selon Ian Storey, cité dans : Marianne Boulagne, « En Asie du Sud-Est, acheter des armes russes est devenu “un pari risqué” », Le Monde, 29 juin 2022 (https://www.lemonde.fr/international/article/2022/06/29/en-asie-du-sud-est-acheter-des-armes-russes-est-devenu-un-pari-risque_6132530_3210.html).

21 « Báo Ukraine: Việt Nam mua động cơ tàu tên lửa Molniya - đóng thêm? » [Journal ukrainien : le Việt Nam achète un moteur pour ses corvettes lance-missiles de la classe Molniya – D’autres sont à suivre ?], Trí thức và Cuộc sống ơ [Connaissance et vie], 13 août 2019 (https://kienthuc.net.vn/quan-su/bao-ukraine-viet-nam-mua-dong-co-tau-ten-lua-molniya-dong-them-1262976.html).

22 Nguyễn Phú Trọng, décembre 2021, « Building and Developing Modern Vietnamese Foreign Relations and Diplomacy Service », International Studies, n° 45, p. 5-28.

23 Pham Xuan Dung, 12 janvier 2023, « Vietnam’s Relations with the United States. Time For an Upgrade », Fulcrum ISEAS (https://fulcrum.sg/vietnams-relations-with-the-united-states-time-for-an-upgrade/).

24 « G20 : “La Chine souhaite montrer aux Occidentaux qu’elle est présente”, pour Marc Julienne », Public Sénat, 15 novembre 2022 (https://www.publicsenat.fr/article/politique/g20-la-chine-souhaite-montrer-aux-occidentaux-qu-elle-est-presente-pour-marc).

25 P. Journoud (dir.), 2022, La mer de Chine méridionale au prisme du soft power. Nouvelles approches franco-vietnamiennes d’un vieux conflit maritime, Paris, L’Harmattan, « Introduction ».

26 Loi du Congrès signée le 2 août 2017 par le président Donald Trump, le CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act), vise à renforcer les sanctions déjà existantes contre l’Iran, la Corée du Nord et la Russie, et à sanctionner également les transactions avec les secteurs russes de la défense et du renseignement, en particulier.

27 Hai Hong Nguyen, « Parsing the News About the Vietnam-Russia Joint Military Drills », The Diplomat, 12 mai 2022 (https://thediplomat.com/2022/05/parsing-the-news-about-the-vietnam-russia-joint-military-drills/) ; Joshua Kurlantzick, « Vietnam Caught Between the U.S. and Russia on Ukraine », blog personnel, 21 avril 2022 (https://www.cfr.org/blog/vietnam-caught-between-us-and-russia-ukraine).

28 « Sống chung an toàn, linh hoạt với covid-19 ».

29 Nghị quyết, « Résolution Nghị quyết 01/2022 concernant les principales tâches, solutions pour la mise en œuvre du Plan de Développement Socio-Économique et le suivi du Budget de l’État en 2022 » [Nghị Quyết 01/2022 về nhiệm vụ, giải pháp chủ yếu thực hiện kế hoạch phát triển kinh tế - Xã hội và dự toán Ngân sách Nhà nước năm 2022], Thư viện Pháp luật [Bibliothèque du Droit], 8 janvier 2022 (https://thuvienphapluat.vn/van-ban/Dau-tu/Nghi-quyet-01-NQ-CP-2022-giai-phap-thuc-hien-Ke-hoach-phat-trien-kinh-te-xa-hoi-500039.aspx).

30 Montants des investissements effectivement décaissés.

31 Par exemple, le Covid-19 Recovery Index (Nikkei Asia, octobre 2022) classe le Việt Nam 8e sur 121 (hausse de 82 places par rapport à janvier 2022) ; l’agence de notation de crédit S&P (mai 2022) a relevé la note de crédit nationale à long terme du Việt Nam de BB à BB+, avec une perspective « stable ». Le FMI (octobre 2022) et la Banque mondiale (septembre 2022) ont tous deux émis des évaluations optimistes, relevant les perspectives de croissance économique du Việt Nam en 2022 (+7-7,2 %).

32 « 10 tháng đầu năm, lượng du khách quốc tế đến Việt Nam vẫn kém xa thời điểm trước Covid » [Au cours des 10 premiers mois de l’année, le nombre de touristes internationaux en visite au Vietnam reste très inférieur à celui enregistré avant la crise du covid], VnEconomy, 31 octobre 2022 (https://vneconomy.vn/10-thang-dau-nam-luong-du-khach-quoc-te-den-viet-nam-van-kem-xa-thoi-diem-truoc-covid.htm).

33 Xuân Le, Hoang Phong, « Hassles dissuade foreign tourists from visiting Vietnam », VnExpress, 15 novembre 2022 (https://e.vnexpress.net/news/travel/hassles-dissuade-foreign-tourists-from-visiting-vietnam-4535949.html).

34 Environ un Vietnamien sur deux possède un compte bancaire.

35 Le décaissement total au cours des neuf premiers mois a atteint 14,25 milliards $ US. En hausse de 19,6 % par rapport à la même période l’an dernier, il n’a atteint que 46,7 % du plan 2022 assigné par le Premier ministre.

36 « Nợ xấu lĩnh vực bất động sản lên đến 36 400 tỉ đồng » [Les créances douteuses dans le secteur immobilier s’élèvent à 36 400 milliards de VND], Người Lao Động [Le Travailleur], 30 juillet 2022 (https://nld.com.vn/kinh-te/no-xau-linh-vuc-bat-dong-san-len-den-36400-ti-dong-20220730155839406.htm).

37 Fitch Downgrades Vietnam's Phat Dat Real Estate Development to 'B-'. The Outlook is Negative », FitchRatings, 19 octobre 2022.

38 Khanh Vu, « Weakening global demand hurts Vietnam’s garment makers – industry official », Reuters, 7 novembre 2022 (https://www.reuters.com/markets/asia/weakening-global-demand-hurts-vietnams-garment-makers-industry-official-2022-11-07/).

39 Lê Ðức Nghĩa, Anh Vương, Dũng Bình, « Giải bài toán thiếu hụt nguồn nhân lực trong các khu công nghiệp », Nhân Dân, 13 août 2022.

40 Phan Le, Hai Thanh Nguyen, « Vietnam climbs the chip value chain », EastAsiaForum, 15 novembre 2022.

41 Environ 70 à 75 % du commerce extérieur vietnamien sont générés par des sociétés à capitaux étrangers.

42 Stephane Cruise, « Samsung plans to reduce smartphone production in Vietnam to 40% next year », TechGoing, 9 novembre 2022.

43 Tuyên bố chung Việt Nam-Trung Quốc về việc tiếp tục đẩy mạnh và làm sâu sắc hơn nữa quan hệ Đối tác hợp tác chiến lược toàn diện Việt Nam-Trung Quốc », Nhân Dân, 1er novembre 2022.

44 « Động lực mới cho quan hệ kinh tế Việt Nam - Trung Quốc » [Un nouveau souffle pour les relations économiques Vietnam-Chine], Tập chí Ngân hàng [Magazine de la Banque], 15 novembre 2022 (https://tapchinganhang.gov.vn/dong-luc-moi-cho-quan-he-kinh-te-viet-nam-trung-quoc.htm).

45 Circulaire n° 19/2018/TT-NHNN du 28 août 2018.

46 « Một số kết quả chủ yếu trong công tác phòng, chống tham nhũng, tiêu cực 2012-2022 », Ninh Thuan, 31 août 2022.

47 « Đã khởi tố 26 vụ án và 94 bị can trong đại án Việt Á » [La justice instruit 26 affaires et poursuit 94 accusés dans l’affaire Viet Á], Thanh Niên, 5 octobre 2022 (https://thanhnien.vn/da-khoi-to-26-vu-an-va-94-bi-can-trong-dai-an-viet-a-post1506921.html).

48 « Đại án “chuyến bay giải cứu” : Số người bị bắt tăng dần » [L’affaire du « vol de rapatriement » : Le nombre de personnes interpellées augmente], Người Lao động [Le travailleur], 7 novembre 2022 (https://nld.com.vn/thoi-su/infographic-dai-an-chuyen-bay-giai-cuu-so-nguoi-bi-bat-tang-dan-2022100518504719.htm).

49 Sun Group, Sovico, Vingroup…

50 « Chống tham nhũng, không có vùng cấm, không có ngoại lệ, bất kể người đó là ai » [Lutte contre la corruption, pas de zone interdite, pas d’exception, quelle que soit la personne], Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam [Édition numérique du Journal du Parti Communiste du Vietnam], 12 décembre 2020 (https://dangcongsan.vn/xay-dung-dang/chong-tham-nhung-khong-co-vung-cam-khong-co-ngoai-le-bat-ke-nguoi-do-la-ai-569834.html).

51 Entretiens avec Nguyễn Hùng Sơn, vice-directeur de l’Académie diplomatique à Hà Nội (ADV) et Hoàng Anh Tuấn, ambassadeur et ancien secrétaire général adjoint de l’ASEAN (2018-2021), juillet 2022 à Hanoï.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/6970/img-1.png
Fichier image/png, 413k
Crédits Source : Báo Giao thông
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/6970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits Source : Nguyễn Trung Dũng
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/6970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits © Ludovic Duval.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/6970/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteurs

Jean-Philippe Eglinger est Docteur de l’INALCO (2005) pour une thèse sur « Genèse, situation actuelle et perspectives d’avenir des Compagnies Générales (Tổng Công ty) en République Socialiste du Vietnam à travers les sources vietnamiennes », Il occupe actuellement le poste de responsable des formations en Alternance de l’INALCO, où il est également chargé de cours dans les Masters Vietnamien des affaires et Communication et Formation Interculturelle. Il a publié de nombreux article sur le Vietnam dont « Pour une “mise en valeur” de la Mer de l’Est. Le cadre politique et les moyens économiques du Vietnam », L’Harmattan, novembre 2022 p. 313-340 sous la direction de Pierre Journoud. Jean-Philippe participe également au projet « Gecko » (lauréat de l’Appel à Projet Astrid 2022) porté par l’INALCO-INPBordeaux/ENSC-IRSEM concernant un « laboratoire de conception pour les actions d’influences » sur la zone Asie-Pacifique.

Pierre Journoud est Professeur d’histoire contemporaine et responsable des coopérations avec le Vietnam à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 où il dirige le diplôme universitaire « Tremplin pour le Vietnam ». Il a signé de nombreuses publications sur l’histoire des relations franco-vietnamiennes, des conflits indochinois et des processus de paix, dont Dien Bien Phu. La fin d’un monde (Vendémiaire, 2019, avec la collaboration de Dao Thanh Huyen) ; De Gaulle et le Vietnam, 1945-1969. La réconciliation (Tallandier, 2012), traduit en vietnamien en 2019 (NXB Đại học Sư phạm). Il a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur l’histoire des relations internationales en Asie-Pacifique pendant et depuis la Guerre froide, dont La mer de Chine méridionale au prisme du soft power. Nouvelles approches franco-vietnamiennes d’un vieux conflit maritime (L’Harmattan, 2022) ; Un triangle stratégique à l’épreuve. La Chine, les États-Unis et l’Asie du Sud-Est depuis 1947 (PULM, 2022).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search