Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Viêt Nam dans l’Organisation mondiale du commerce

 | 
François Roubaud
, 
Mireille Razafindrakoto
, 
Stéphane Lagrée
, 
et al.

Commentaires

Thi Anh-Dao Tran et Mathilde Maurel

Texte intégral

Tran Thi Anh-Dao

1La communication de Lionel FONTAGNE (Professeur à l’Université Paris 1 et Conseiller Scientifique au CEPII) appréhende les gains que pourraient attendre l’ensemble des PED de la libéralisation commerciale multilatérale, en envisageant différents scénarios de négociations achevant le cycle de Doha.. Comme son titre l’indique, la table ronde place le Viêt Nam sur la scène internationale et l’envisage dorénavant comme un pays engagé dans une économie mondialisée dont il peut tirer bénéfice (opportunités d’accès aux marchés, croissance économique des pays partenaires, transferts de capitaux et de savoir-faire) mais aussi « subir » (vulnérabilité et interdépendance accrues, pressions concurrentielles, nouveaux défis apportés au processus de développement national).

2A partir d’un modèle d’équilibre général mondial (MIRAGE), Lionel Fontagné quantifie les gains a minima de différents scénarios de libéralisation commerciale à l’horizon 2020 en procédant en deux temps : d’abord en distinguant le degré d’ambition de la libéralisation commerciale (le scénario de libre-échange étant retenu comme la situation de référence), ensuite en identifiant la distribution des gains et les impacts associés aux différents éléments des négociations en cours (libéralisation du seul secteur agricole ou élargie à celui des services, facilitation des échanges). L’originalité de son travail porte sur les effets redistributifs de cette libéralisation multilatérale, notamment le partage des bénéfices entre les pays du Nord et du Sud. « Qui perd ? Qui gagne ? » est l’une des questions récurrentes suscitées par le mouvement de globalisation et les nouvelles conditions de la concurrence induites par l'intégration des marchés.

3Plusieurs résultats se dégagent des différentes simulations réalisées :

  1. de manière étonnante, la Chine fait partie des perdants de l’achèvement du cycle de Doha car, préalablement engagée lors de ses négociations d’accession à l’OMC, elle a d’ores et déjà acquis ces bénéfices par sa libéralisation unilatérale. La libéralisation des services serait la seule source de gains éventuels pour la Chine dans le Round de Doha. A l’opposé, les pays asiatiques (en l’occurrence l’ASEAN, dont le Viêt Nam) gagnent de cette libéralisation commerciale et auraient intérêt à ce que les négociations multilatérales aboutissent. Ils tireraient notamment bénéfice d’une libéralisation des services combinée à un traitement différencié pour les PED (facilitation des échanges).
  2. les grands perdants de ces négociations multilatérales sont essentiellement les Pays Moins Avancés (PMA) africains en raison de l’érosion de leurs marges préférentielles. Il ressort de ce travail que l’Afrique, principal bénéficiaire d’un accès préférentiel aux marchés du Nord par des initiatives unilatérales telles que « Tout Sauf les Armes (TSA) lancée en 2001 par l’Union Européenne ou « African Growth and Opportunity Act » (AGOA) des Etats-Unis, va pâtir de la libéralisation commerciale, quel que soit le degré d’ambition affiché. Toutefois, un des moyens avancés par l’auteur pour compenser ces pertes, ou du moins limiter les coûts d’ajustement de ce groupe de PED, consisterait à introduire la facilitation des échanges et l’aide au commerce.

4Les résultats dégagés par Lionel Fontagné nous suggèrent trois commentaires :

  1. Par définition un modèle d’équilibre général, le regroupement des pays dans MIRAGE « noie » les spécificités individuelles et ne nous permet pas de distinguer la distribution des gains en fonction de l’hétérogénéité des PED concernés. Par exemple, le Viêt Nam tirerait-il réellement bénéfice de la libéralisation des services, alors que les simulations nous montrent que le groupe ASEAN (dont le Viêt Nam fait partie) y gagnerait ? Par ailleurs, partant d’un point initial bas, la libéralisation commerciale à laquelle il participe ne risque-t-il pas de cantonner le Viêt Nam dans une spécialisation appauvrissante, fondée sur ses seuls avantages comparatifs naturels ?
  2. Se dégage des tableaux récapitulatifs distinguant les gains de bien-être par région géographique l’idée que les perdants de l’achèvement du cycle de Doha sont principalement les PED qui ont d’une part, entamé une libéralisation unilatérale récente et d’autre part, bénéficié de préférences commerciales pré-existantes. Dans ce contexte, il semble que le Viêt Nam obéit à ces deux critères : par son adhésion récente à l’OMC, et par sa participation croissante à des accords commerciaux préférentiels au cours de la période 1995-2005. Faute de distinction spécifique dans le modèle, les simulations nous suggèrent néanmoins que le Viêt Nam risque de pâtir du round de Doha.
  3. Le dernier scénario envisageant la facilitation des échanges en faveur des PED relève le caractère « mercantile » des négociations internationales, la seule politique avancée demeurant le démantèlement des barrières commerciales et la suppression de toute subvention. Or, tel que le suggère l’auteur, un cycle de négociations ayant pour objectif le développement se doit d’appréhender l’asymétrie entre les pays développés et les PED. Si la facilitation des échanges est un moyen de limiter les coûts d’ajustement, elle interpelle la communauté internationale sur la nécessité d’accompagner la libéralisation commerciale par des politiques de transferts compensatoires, au même titre que les fonds structurels en Europe.

5Si les modèles d’économie ouverte sont devenus la règle, l’aggravation des inégalités internationales et des déséquilibres mondiaux oriente le débat et l’analyse économiques vers les problèmes posés aux PED de la poursuite d’un développement national dans le contexte d’une économie mondiale intégrée. A cet égard, le regain d’intérêt pour une coopération économique et monétaire entre PED, en vue de renforcer le tissu productif de ces pays et de faciliter leur intégration effective dans le système commercial multilatéral, s’est d’autant plus ravivé que l’émergence très rapide de pays tels que la Chine ou l’Inde pourraient avoir un rôle de locomotive sur le commerce Sud-Sud.

Mathilde Maurel

6L’accord bilatéral signé avec les Etats-Unis mais surtout les engagements pris lors des négociations d’adhésion à l’OMC et l’adhésion elle-même stimulent la restructuration en accélérant l’exposition à la compétition internationale. La stratégie vietnamienne est fondée sur un ancrage international et sur la caution d’organismes internationaux tels que l’OMC ou d’un pays comme les Etats-Unis. Elle a à cet égard des points communs avec la thérapie de choc choisie dans certains pays d’Europe centrale et orientale, qui doit son succès à l’implication de l’Union européenne et à la mise en place dans ces pays de l’Acquis communautaire.

7Les réformes ont été lancées en 1986 avec la mise en place de la « Rénovation » (Doi Moi). En quelques années, le Viêt Nam est passé d’une économie fermée et auto suffisante, avec l’aide de l’Union Soviétique, à une économie en transition, dynamique, insérée dans le processus de mondialisation. Le Doi Moi a engendré de nombreuses réformes, que l’on retrouve un peu partout dans les économies en transition, notamment :

8• Le contrôle des prix a été abandonné et les ménages agricoles autorisés à vendre leurs surplus au prix du marché. Le démantèlement des coopératives agricoles et le transfert des droits de propriété de l’Etat accompagnés de la baisse des restrictions sur le commerce interne et externe ont permis au Viêt Nam de devenir le troisième exportateur de riz mondial dès 1992 et le deuxième producteur de café à la fin des années 1990.

9• La fermeture ou la vente d’entreprises étatiques non rentables (environ une sur deux) et le licenciement d’un tiers des employées de l’Etat (800 000 personnes) entre 1989 et 1992 a favorisé le développement du secteur privé (voir tableau 1).

10• Une loi sur l’entreprise est adoptée en 2000, elle simplifie les procédures d’enregistrement ce qui conduit à la création de 80000 nouvelles entreprises en quatre ans.

11• Le système juridique est réformé et s’inspire de la norme internationale, le Viêt Nam tente de mettre en place des procédures de mises en application et de publication officielle des décisions prises par les Tribunaux.

12• L’Administration et la terre sont l’objet de réformes, le gouvernement met en place aussi une loi anti-corruption.

13• Les barrières au commerce et à l’investissement ont été progressivement levées et le Viêt Nam a rejoint l’Organisation Mondiale du Commerce en janvier 2007.

Tableau 1 : Taux de croissance annuel du PIB prix constants 94 par type de propriété

Tableau 1 : Taux de croissance annuel du PIB prix constants 94 par type de propriété

Source : Office Général de Statistique du Viêt Nam, calcul des auteurs

14• Le commerce a par ailleurs joué un rôle de catalyseur des réformes, notamment l’accord signé avec les Etats-Unis (BTA) et le processus d’adhésion à l’OMC

Conclusions

15L’intégration du Viêt Nam dans l’économie mondiale a permis d’atteindre des taux de croissance parmi les plus élevés au monde : 8,2 % de croissance en 2006, soit le taux le plus élevé de toute l’Asie.

16Elle s’est traduite d’abord par une augmentation considérable du commerce extérieur, qui a augmenté de 20 % par an tout au long des années quatre-vingt-dix, alors que les exportations augmentaient de 17 % par an en valeur réelle. Lionel Fontagné a montré que les gains de l’OMC et du cycle de Doha varient selon le degré de libéralisation qui pourrait être atteint. Il est essentiel d’arriver à un compromis de manière à préserver une institution qui a fait ses preuves. Les modèles de simulations proposés par l’équipe de Dial enfin attestent du recul de la pauvreté rendu possible par l’adhésion à l’OMC ; Toutefois les inégalités régionales augmentent (les inégalités de genre reculent).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Taux de croissance annuel du PIB prix constants 94 par type de propriété
Légende Source : Office Général de Statistique du Viêt Nam, calcul des auteurs
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteurs

Centre d’Analyse et de Recherche en Economie (CARE, EA 2260), Université de Rouen et chercheur associé CEPN-UMR 7115, Université Paris 13, Rouen

CNRS UMR 8174 CES, Université Paris 1, Laboratoire Eurequa. Associée à la Chaire de Finance Internationale

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr