Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Viêt Nam dans l’Organisation mondiale du commerce

 | 
François Roubaud
, 
Mireille Razafindrakoto
, 
Stéphane Lagrée
, 
et al.

L’économie du Viêt Nam depuis l’adhésion à l’OMC

État des lieux et leçons tirées

Vo Tri Thanh

Texte intégral

  • 1 Voir Annexe 1, Les appréciations générales sur les impacts de l’intégration économique internationa (...)

1Le Viêt Nam est devenu en janvier 2007 le 150e membre de l’OMC. Ce recul ne permet pas une appréciation exhaustive des impacts sur l’économie du pays. Il faut aussi tenir compte d’autres facteurs. Le Viêt Nam a engagé depuis 21 ans sa politique de renouveau, ses réformes et son intégration économique internationale ; son accession à l’OMC ne marque donc ni le commencement ni la fin de ce processus. Le Viêt Nam souscrit aussi à différents accords régionaux de libre-échange commercial, tels que l’AFTA, les Accords ASEAN+1. Ces engagements, d’origines diverses, peuvent provoquer différents effets sur le commerce et les investissements du Viêt Nam. Le développement socio-économique du pays depuis le début de 2007 dépend aussi de l’interaction entre le processus d’adhésion et la mise en œuvre de ses engagements et de ses politiques. Enfin, les évolutions compliquées de l’économie mondiale ont rendu plus difficile le travail d’appréciation des effets sur le Viêt Nam.

2Nous essayerons d’évaluer les incidences directes ou indirectes de l’adhésion du Viêt Nam à l’OMC en nous basant sur l’analyse des indicateurs socio-économiques en 2006-2007 et sur les résultats d’études sur les impacts du processus de libéralisation commerciale et de l’intégration économique1. Compte tenu des évolutions de ces indicateurs par rapport aux années précédentes et de l’apparition de facteurs imprévus, l’année 2007 a laissé d’importantes empreintes.

3Nous examinerons dans cet article les changements survenus dans l’économie vietnamienne un an après son accession à l’OMC sous différents aspects : croissance, investissements, stabilité macro-économique (inflation, balance des paiements internationaux, recettes budgétaires, stabilisation du système bancaire et du marché financier), problèmes sociaux et institutions économiques. Sur cette base, nous en tirerons certaines leçons visant à assister le processus de prise de décision politique et l’amélioration de la compétitivité de l’économie vietnamienne.

1 - Commerce extérieur, investissements et croissance économique

1.1 - Commerce extérieur

4En 2007, avec une augmentation de 21,9 % par rapport à 2006, soit 2,6 fois supérieure à la croissance du PIB, les exportations sont devenues un moteur important de la croissance ; elles n’ont cependant pas marqué un bond extraordinaire.

5La levée graduelle des barrières protectionnistes par les pays importateurs de produits vietnamiens (notamment pour les produits textiles et agroalimentaires) a eu un effet positif pour accroître les exportations. Grâce à un accès plus favorable au marché étranger, les exportations en général et celles de certains produits particuliers ont connu un taux de croissance plus élevé par rapport à 2006. En 2007, le volume des exportations des produits (sans compter le pétrole brut) s’est accru de 27 % contre 25,9 % en 2006. Des produits d’exportation ont accusé un singulier essor, tels que le café (68,4 %), les produits en plastique (51,7 %), les textiles (34,2 %), les sacs et portefeuilles (29,6 %), les noix de cajou (24,5 %). Si l’augmentation des exportations du café et des noix de cajou peut s’expliquer par la diminution de l’offre dans les pays producteurs, les autres cas sont dus à l’entrée du Viêt Nam à l’OMC, grâce à une valorisation de ses avantages relatifs statiques (coût de main-d’œuvre relativement bas, abondance de ressources naturelles).

6Cependant, d’autres produits d’exportation majeurs du Viêt Nam comme les produits de la mer, les chaussures, les produits en bois, l’électronique et les ordinateurs n’ont pas connu la forte expansion en quantité et en valeur des années précédentes. On note même que leurs exportations ont tendance à stagner. Les barrières tarifaires dans les pays partenaires ne constituent plus des obstacles à l’exportation. Les entraves résultent plutôt des insuffisances à caractère structurel, telles que les superficies de cultures et les rendements de production limités, la faible compétitivité, la complexité des formalités d’exportation, les frais de services logistiques (transports, postes et télécommunications, entrepôts, ports) et bancaires élevés. D’autre part, il faut y ajouter les défauts intrinsèques dans chaque filière de production en matière de qualité de produit (y compris l’hygiène alimentaire), de design, de marketing, d’incapacités de saisir les opportunités d’exploitation des marchés existants et d’accès aux nouveaux marchés, etc.

7La recomposition des exportations constitue un changement positif indirectement entraîné par l’entrée du Viêt Nam à l’OMC. On constate un passage graduel des exportations de produits bruts (pétrole, charbon, riz) aux produits manufacturés à plus haute teneur technologique et intellectuelle (textiles, bois, plastiques). L’exportation des produits agricoles et minéraux, bien qu’occupant toujours une part importante dans la valeur globale, a baissé, de même que la part du pétrole brut a été ramenée de 21 % en 2006 à 17,5 % en 2007. Le Viêt Nam a donc fait des efforts pour mettre en valeur ses avantages dynamiques à côté de ses atouts traditionnels, bien que son industrie manufacturière demeure dominée par l’assemblage et la sous-traitance à faible valeur ajoutée (Tableau 1). D’autre part, on note un début de diversification de marchandises exportées aux dépens des dix produits d’exportation-clef (en légère baisse, de 73,8 % à 70,8 %), notamment agroalimentaires (produits de la mer, caoutchouc, riz) et minéraux (pétrole brut, charbon). Cela suggère que les fluctuations de prix des marchandises d’exportation-clef du Viêt Nam sur le marché mondial seront moins ressenties dans l’économie vietnamienne.

Tableau 1 Structure des exportations par produits ( %)

2005

2006

2007

Pétrole brut
Textiles
Chaussures
Produits aquatiques
Produits en bois
Electroniques, ordinateurs
Café
Riz
Caoutchouc
Charbon
Fils et câbles électriques
Produits en plastique
Noix de cajou
Maroquinerie div.

22,9
14,9
9,3
8,5
4,7
5,5
2,2
4,3
2,4
2
1,6
1,1
1,5
1,4

21
14,6
9
8,5
4,8
4,5
2,8
3,3
3,2
2,3
1,8
1,2
1,3
1,2

17,5
16,1,
8,2
7,8
4,9
4,5
3,8
3
2,9
2,1
1,8
1,5
1,3
1,3

Source : Office général des Statistiques

8Les marchés extérieurs sont devenus aussi plus diversifiés. Le Viêt Nam a pu accéder aux marchés mondiaux de première importance comme les États-Unis, l’Union européenne, la Chine, le Japon. L’effet positif provoqué par l’entrée du Viêt Nam à l’OMC est un accroissement des exportations sur tous les marchés sans changement de cap. Le marché asiatique reste en première place avec 43,8 % des exportations et une valeur de 21 milliards d’USD environ, soit une augmentation de 22 % par rapport à 2006. L’Europe occupe 19,8 % pour un montant de 9,6 milliards d’USD, en augmentation de 19 % par rapport à 2006 grâce essentiellement aux exportations de textiles, produits aquatiques, caoutchouc naturel, produits en bois, café, produits en plastique, produits d’artisanat. L’exportation de bicyclettes et de chaussures continue à rencontrer des difficultés face à l’application de la taxe anti-dumping par l’Union Européenne. L’Amérique représente 24,2 % des exportations avec un montant de 11,6 milliards d’USD, soit une augmentation de 28 % par rapport à 2006. Les États-Unis à eux seuls occupent 21,3 % pour un montant de 10,2 milliards d’USD. Les marchés d’Afrique, de l’Asie du Sud-Ouest représentent une part modeste (3,8 %) pour une valeur de 1,8 milliards d’USD, en augmentation de 23 % par rapport à 2006.

9Les exportations du Viêt Nam laissent cependant apparaître de nombreuses faiblesses :

  • le poids des exportations reste modeste, avec une moyenne par habitant inférieure à celle des autres pays de la région et dans le monde (473 USD, contre 60 600 USD à Singapour, 5890 USD en Malaisie, 1860 USD en Thaïlande, et 546 USD aux Philippines) ;

  • en dépit d’une croissance rapide, les exportations vietnamiennes sont vulnérables face aux chocs extérieurs, quand il y a des perturbations de prix sur le marché mondial ou bien quand se dressent de nouveaux obstacles commerciaux de pays étrangers. Les expériences tirées des plaintes anti-dumping sur les prix de vente des chaussures et des crevettes sont toujours d’actualité ;

  • le manque de diversité des types de produits exportés persiste. Rare est l’apparition d’une nouvelle marchandise d’exportation de poids. Les marchandises à haute valeur ajoutée sont peu nombreuses. Les exportations dépendent encore en grande partie des produits minéraux (pétrole brut, charbon), agricoles, forestiers, et aquatiques alors que les produits de l’industrie manufacturière (textile, cuir et chaussures, électroniques et pièces détachées d’ordinateurs) sont pour l’essentiel sous-traités ;

  • les initiatives pour saisir les opportunités d’accès et d’exploitation des marchés d’exportation sont insuffisantes. Les entreprises n’ont pas non plus su tirer profit de l’adhésion du Viêt Nam à l’OMC, des accords commerciaux bilatéraux et régionaux signés entre le Viêt Nam et ses partenaires pour exploiter toutes les potentialités des grands marchés comme les États-Unis, l’Union européenne, la Chine, etc. Les campagnes de promotion commerciale sont de faible envergure, disparates et peu efficaces.

  • 2 Projet MUTRAP II (2008).

10L’augmentation des importations est une des conséquences de l’accession du Viêt Nam. Elle a déjà été constatée mais sous-estimée avant même l’extension de l’ouverture du marché intérieur. En 2007, le volume des importations a atteint 62,68 milliards d’USD, en augmentation de 39,6 % par rapport à 2006. Il s’agit notamment d’essence et de pétrole (+ 8 %), de produits d’acier finis (+ 35,6 %), d’engrais (+ 12,2 %), de fibres de toutes sortes (+ 26,8 %), etc. Les importations se concentrent toujours sur les matières premières et les machines au service de la production intérieure et de l’exportation. Cependant, la part des articles de consommation s’est notablement accrue dans le volume des importations, passant de 7,5 % environ dans la période 1996-2006 à 11,4 % en 20072. Dans la réalité ce chiffre est beaucoup plus élevé du fait qu’il ne tient pas compte des importations frauduleuses et qu’il y a une certaine confusion dans les critères de classification des produits importés en catégorie « biens d’équipement » ou « biens de consommation ».

11La progression rapide des importations en 2007 s’explique par un taux de croissance économique élevé, une forte demande d’investissements (notamment dans les infrastructures et les ouvrages clefs de dimension nationale), l’afflux d’IDE (investissements directs étranger) et la structure de l’économie elle-même (nécessité des inputs en importation au service de la production et de l’exportation). La hausse des prix de certaines matières premières sur le marché mondial est aussi en cause. « L’explosion » des importations des biens de consommation est due à la fois à une augmentation des revenus des ménages (en général), son effet de richesse et à la levée ou la réduction des droits de douane pour certains produits de consommation. Pourtant, il faut voir plus loin les raisons de cette croissance des importations, aussi bien du côté des importateurs, des utilisateurs que de la composition des marchandises, des rapports avec l’évolution des variables macro-économiques comme le taux de change, l’inflation, les droits de douane et la circulation de capitaux.

12Les principaux fournisseurs des matières premières, matériaux et équipements sont la Chine, la Corée du Sud, Taiwan, Singapour et la Thaïlande, grâce à leurs avantages en matière de transport, de prix et d’adaptabilité. L’ASEAN et la Chine demeurent les fournisseurs les plus importants, représentant une part cumulée des importations de 48 % en 2007. La part de la Chine s’est élevée de 5,2 % dans la période 1996-2000, à 13,4 % dans la période 2001-2005 et à 20,2 % en 2007, celle de l’ASEAN restant relativement stable autour de 25 %. Les importations provenant des États-Unis, du Japon, de l’Union européenne concernent essentiellement des machines et équipements technologiques, certaines matières premières et matériaux d’appoint mais en modeste quantité et avec une tendance à la baisse (Figure 1).

Figure 1 : Principaux fournisseurs

Figure 1 : Principaux fournisseurs

Sources : Projet MUTRAP II (2008)

13Il est à noter que l’accès aux technologies de pointe n’est pas encore un phénomène courant au Viêt Nam et cela aura des incidences négatives sur la compétitivité à long terme de son économie.

1.2 - Investissements

14En 2007, les investissements mobilisés ont atteint 505 000 milliards de VND, représentant 44 % du PIB. Il s’agit d’une progression plus importante que prévue grâce à une très forte croissance des investissements directs étrangers (IDE) et des capitaux du secteur des entreprises publiques en comparaison avec les années précédentes (Tableau 2).

Tableau 2 : Source des investissements 2003-2007 ( %)

Tableau 2 : Source des investissements 2003-2007 ( %)

Source : Ministère du Plan et des Investissements et Office général des Statistiques

15L’essor des flux d’IDE depuis deux ans montre la confiance des investisseurs étrangers dans le processus du renouveau, dans les perspectives et le potentiel de développement économique du Viêt Nam. Son engagement d’entreprendre des réformes économiques, mentionnés dans son Protocole d’adhésion à l’OMC, et matérialisés dans les faits (le principe de traitement national est inscrit dans la Loi sur les Entreprises et la Loi sur les investissements en 2005) ont contribué à créer une nouvelle vague d’investissements dans le pays. Les flux d’IDE se sont considérablement accrus en 2006 et ont atteint 21,3 milliards d’USD en 2007, chiffre record depuis la promulgation de la Loi sur les investissements étrangers en 1987. Les IDE réalisés en 2007 s’élèvent à plus de 8 milliards d’USD. La part des IDE (6,7 milliards d’USD), soit 21,2 % du total des investissements est bien supérieure aux années précédentes et leur montant a dépassé les prévisions de 46 % (Figure 2 et Tableau 2).

Figure 2 : Capitaux en IDE enregistrés et décaissés (2000-2007)

Figure 2 : Capitaux en IDE enregistrés et décaissés (2000-2007)

Source : Ministère du Plan et des Investissements

16Depuis 2001, les IDE se sont concentrés sur le secteur industriel orienté vers l’exportation et sur le secteur des services à haute teneur intellectuelle ou à haute valeur ajoutée. La part du secteur des entreprises à capitaux étrangers dans le volume des exportations (excepté le pétrole brut) s’est élevée de 22,2 % en 2000 à 36,9 % en 2006 et 39,7 % en 2007. Parmi les IDE enregistrés en 2007, la branche industrie-construction occupe 9 milliards d’USD (42,2 %) et la branche des services 8,5 milliards d’USD (39,9 %). Il s’agit d’une évolution correspondant aux engagements d’intégration et d’ouverture, en particulier dans le secteur des services.

  • 3 Sur le montant total de 83,2 milliards d’USD en IDE enregistrés. Ces données en IDE réalisés diffèr (...)
  • 4 Institut JBIC (2007).

17Cependant, le taux d’IDE réalisés en 2007 représente seulement 37,8 % du montant enregistré, beaucoup moins élevé que la moyenne de la période 1988-2007 (52,7 %)3. Ce blocage provient de la faiblesse des institutions (en dépit de certaines améliorations), des infrastructures et des ressources humaines dans la mise en œuvre des projets en IDE. Le même constat a été avancé par les sociétés japonaises dans le Rapport d’inspection de 2007 réalisé par la Banque de coopération internationale japonaise (JBIC)4. En terme d’attractivité, le Viêt Nam se situe en troisième position après la Chine et l’Inde. Les entreprises japonaises, de plus en plus attirées par ce marché émergent (comme l’Inde), par sa main-d’œuvre bon marché, son potentiel de développement, voient en lui une bonne destination pour amortir les risques. Mais en même temps, les défis qui se posent au Viêt Nam concernent le sous-développement des infrastructures et des industries d’appoint, le manque de gestionnaires compétents et la faiblesse dans l’application des lois.

18Il est à noter qu’en 2007 les investissements étatiques représentent jusqu’à 47,2 % du total, en augmentation de 0,8 % par rapport à 2006 (Tableau 2). L’accroissement des investissements provenant des entreprises publiques en 2007 se justifie par la diversification des activités des groupes et entreprises publiques, et cette tendance va s’accentuer. La question qui se pose est de savoir si la surveillance, surtout financière, et la capacité de gestion des risques des entreprises publiques suffiront à donner raison à ce choix.

1.3 - Croissance économique

19Les résultats positifs obtenus dans le commerce international et les investissements ont contribué en partie à la croissance économique. En 2007, dans la foulée de l’élan des années précédentes, la croissance du PIB a atteint 8,5 %, taux le plus élevé depuis 1977. La restructuration économique se poursuit avec une augmentation de la part du secteur industrie-construction et une diminution de la part du secteur agricole (Tableau 3).

Tableau 3. Les indices essentiels de la macro-économie (2003-2007)

Tableau 3. Les indices essentiels de la macro-économie (2003-2007)

Source : Office général des Statistiques

20Le secteur industrie-construction poursuit son rythme de croissance élevée enregistré depuis les années précédentes (10,6 % en valeur ajoutée en 2007). Pourtant, cette progression n’a pas entraîné les effets souhaités. L’écart entre le taux de croissance de la production et de la valeur ajoutée a toujours tendance à se creuser, de 4,2 % en 2001 à près de 7 % en 2006 et 2007 (Figure 3).

Figure 3. Croissance de la production et de la valeur ajoutée dans le secteur industriel (à prix constants de 1994 ; %)

Figure 3. Croissance de la production et de la valeur ajoutée dans le secteur industriel (à prix constants de 1994 ; %)

Source : Projet MUTRAP II (2008)

  • 5 Projet MUTRAP II (2008)
  • 6 Voir Annexe 2

21Un autre critère d’évaluation de l’efficience de la production industrielle est le taux de rentabilité (mesuré par le rapport entre les bénéfices réalisés en une année avant impôt et le chiffre d’affaires). Il est à remarquer que le taux de rentabilité réalisé par les secteurs de production en substitution des importations et protégées est plus élevé que celui des secteurs orientés à l’exportation, notamment quand ils utilisent beaucoup de main-d’œuvre. Ainsi, les secteurs textiles et de confection, de chaussures et de bois enregistrent un taux de rentabilité très bas (voire négatif), respectivement de 0,11 %, 0,61 %,-0,05 % et 1,99 % en 2006. La situation est beaucoup plus favorable pour les secteurs d’impression, de minéraux non métalliques, de machines et d’équipements électriques, de chimie, et en particulier le secteur des équipements roulants5. Cet état des choses illustre une réalité : les secteurs tournés à l’exportation se consacrent surtout à la sous-traitance, subissant une forte concurrence et étant subordonnés aux intrants importés, alors que les secteurs qui nécessitent beaucoup de capitaux bénéficient toujours d’un niveau de protection assez important (protection qui se réduit au fur et à mesure de l’application des engagements vis-à-vis de l’OMC et du processus d’intégration du Viêt Nam)6. En 2007, les secteurs industriels qui ont réalisé les taux de croissance les plus élevés appartiennent essentiellement au groupe des fabricants de machines, d’équipements et de biens de consommation intérieure (51,9 % pour les climatiseurs, 52,8 % pour les automobiles, 23,9 % pour les motos). La protection pourrait donner un signal trompeur aux flux d’investissements et causer beaucoup de dégâts pour la restructuration de la production, lorsque le niveau de protection s’abaissera.

22Avec l’accroissement des investissements dans l’ensemble de l’économie, il est naturel que le secteur de la construction prenne de l’essor. En dépit des difficultés en 2007 (forte hausse des prix des matériaux de construction, décaissement), il a enregistré le taux de croissance le plus important depuis 5 ans (+ 12 %).

23Le secteur des services a connu le taux de croissance le plus élevé depuis 1977 (8,7 %). Pour la troisième année consécutive, ce secteur a enregistré une croissance de plus de 8 %, supérieure à celle du PIB.

  • 7 Selon l’Institut central d’études et de gestion économiques (2008).

24En 2007, le groupe des services marchands a contribué pour 79, 4 % à la croissance obtenue par l’ensemble du secteur. Les branches qui ont eu le taux de croissance le plus élevé sont l’hôtellerie et la restauration, les transports, les postes et télécommunications, le tourisme, les finances et les assurances. Or, la quasi-totalité des services marchands représente une part modeste du PIB (moins de 2 % pour le secteur financier, bancaire et des assurances en 2006 et 2007)7.

25Le secteur agricole, sylvicole et aquacole maintient son rythme de croissance au même niveau qu’en 2006 (3,4 %), nettement inférieur à celui des années 2003-2005. Il semblerait que la croissance de ce secteur ait atteint son rythme critique, sous réserve d’impulsions apportées par les économies d’échelle et les progrès technologiques.

2 - Stabilité macro-économique

2.1 - Inflation

26En 2007, l’inflation (calculée sur la base des indices des prix à la consommation-IPC) a atteint 12,6 %, niveau record de ces 12 dernières années (Figure 4). La hausse des prix se maintient tout au long de l’année (excepté le mois de mars) à un rythme assez élevé, touchant presque toutes les marchandises et tous les services.

Figure 4 : Évolution des IPC dans la période 1995-2007 (base : 100 en décembre de l’année précédente)

Figure 4 : Évolution des IPC dans la période 1995-2007 (base : 100 en décembre de l’année précédente)

Source : Office général des Statistiques

27Outre les raisons à examiner du côté de l’offre et de la demande de l’économie nationale, l’entrée du Viêt Nam à l’OMC constitue aussi l’une des causes indirectes de l’inflation à ce niveau. Dans un contexte d’intégration économique mondiale plus profonde, face à l’augmentation des flux financiers, le gouvernement vietnamien a conduit des politiques macro-économiques et de gestion des prix pas toujours pertinentes.

28Concernant la demande, en 2007 les investissements, en particulier les flux d’IDE, de même que la consommation finale ont connu une très forte progression, nettement supérieure aux années précédentes. En outre, la demande d’investissement et la consommation ont été appuyées par une expansion excessive des crédits et l’effet de richesse.

  • 8 Directive No 23/2007/CT-TTg du 31 octobre 2007.
  • 9 En principe, la baisse de la disponibilité monétaire apparaît seulement quand l’argent sur le march (...)

29Les erreurs dans la conduite des politiques macro-économiques s’avèrent aussi un facteur essentiel. L’explosion des flux d’investissements étrangers (directs et indirects) n’a pas été prévue, mais, plus grave, l’importance de cerner les impératifs macro-économiques de fond n’a pas été appréhendé (liens entre régime de taux de changes, rotation des capitaux et contrôle de l’offre monétaire). En effet, l’offre monétaire est montée en flèche au cours des six premiers mois 2007, quand la Banque d’État a acheté une quantité massive de devises étrangères. Or, les remèdes ont tardé à être appliquer. La directive, selon laquelle « Le Ministère des Finances continue de mettre à exécution le plan d’émission des obligations d’État en 2007 et 2008 pour contribuer à retirer de l’argent en circulation »8 est un exemple du manque de cohérence et de sérieux dans la conduite des politiques macro-économiques9.

  • 10 Cette tâche a été mentionnée dans la Directive No23/2007/CT-TTg. Théoriquement, à condition que les (...)

30La fixation assez rigide du taux de change VNĐ/USD a aussi contribué à transmettre l’inflation extérieure vers l’économie nationale, notamment dans le contexte de hausse des prix en dollars. Quant au déficit commercial, on n’a pu identifier correctement ses origines et ses éventuelles répercussions sur la capacité de résistance de la balance des paiements internationaux et sur la capacité de production. « Stimuler la demande en investissements » a même été avancé comme l’une des urgences pour freiner la flambée des prix10.

  • 11 Il est stipulé dans la rubrique 1, alinéa a, article 26 du Décret 55/2007/ND-CP : « Appliquer imméd (...)

31Libéraliser les prix de produits placés sous le contrôle de l’État est certes un objectif à atteindre. Mais, il s’agit d’un processus qui nécessite une meilleure préparation en termes de contrôle, de transparence de l’information, de règlement des contentieux, d’outils d’intervention (marché à terme, réserves nationales, etc), de structure de marché plus compétitive. La Résolution gouvernementale No 03/2007/NQ-CP du 19 janvier 2007 s’est donné l’objectif : « à partir de 2007, mettre en application le mécanisme de prix du marché pour les produits comme le ciment, le fer et l’acier, les engrais, le papier, le charbon (excepté le charbon utilisé pour l’alimentation électrique) » et « l’État ne contrôle directement que les prix de produits et services de première nécessité, ayant un grand impact sur la production et la vie de la population (électricité, gazole, vaccins) ». Mais cette Résolution n’a pas précisé les mesures de préparation du terrain. L’exemple de l’essence et du pétrole est frappant : on a vu souffler le chaud et le froid pour le prix de ces deux produits, stratégiques et sensibles. L’État a tout d’abord permis aux entreprises de commercialisation de fixer librement le prix de vente (Résolution gouvernementale No 55/2007/ND-CP du 6 avril 2007), puis il est revenu sur sa décision (décision No 73/QD-BTC du 16 août 2007 et décision No 95/2007/QD-BTC du 22 novembre 2007), quand il est impossible pour le marché de se déterminer ces prix au nom de la concurrence11. Autre exemple révélateur : on fait appel à la « conscience politique » des entreprises étatiques pour faire face à la flambée des prix de l’essence et du pétrole à la fin de l’année.

32Les erreurs dans la conduite des politiques macro-économiques découlent d’une réalité : début 2008, le gouvernement n’a toujours pas présenté les arguments ni justifié son choix, à court terme, entre deux objectifs alternatifs : croissance ou maîtrise de l’inflation. On peut y ajouter le manque de coordination entre les organismes de décision et d’exécution des politiques. Le resserrement monétaire s’avère indispensable, mais pour avoir été « unilatéralement » appliqué, sans chercher à s’enquérir de la situation réelle des banques commerciales au début de 2008 (laxisme dans le contrôle), on a eu fort à faire avec des conséquences comme la crise des liquidités ou l’obligation de recourir à des mesures administratives pour contrôler la situation.

2.2 - Balance commerciale et balance des paiements internationaux

  • 12 En 2007, le déficit commercial a atteint 14,12 milliards d’USD, soit une augmentation de plus de 70 (...)

33La balance des comptes courants en 2007 a accusé un déficit de 6,99 milliards d’USD, soit 9,85 % du PIB, contre 0,16 milliard d’USD en 2006 (0,27 % du PIB). Cette situation résulte essentiellement de l’aggravation du déficit commercial (10,36 milliards d’USD ou 14,6 % du PIB selon le prix FOB)12 et des pertes de revenus essuyées dans les investissements (2,17 milliards d’USD ou 3,1 % du PIB) (tableau 4).

34Le déficit des comptes courants, grâce à des transferts nets (en particulier privés) et une marge bénéficiaire élevée, s’avère moins grave que celui du commerce des marchandises.

35Pendant ce temps, la balance des comptes des capitaux continue de dégager un solde excédentaire, pour 18,77 milliards d’USD ou 26,44 % du PIB contre respectivement 3,09 milliards d’USD ou 5,06 % du PIB en 2006. En 2007, les décaissements d’IDE en registres de la balance des paiements ont été de 6,70 milliards d’USD, beaucoup plus élevés qu’en 2006. L’endettement extérieur est contracté pour l’essentiel à moyen et long terme (avec un solde de 2,04 milliards d’USD) ; les emprunts à court terme, essentiellement liés aux crédits commerciaux, dégagent un solde modeste (0,09 milliard d’USD). Notons qu’en 2008 les entreprises devront rembourser les prêts contractés durant les années passées en devises étrangères. Les investissements indirects étrangers au Viêt Nam ont connu un essor extraordinaire en 2007 (7,41 milliards d’USD contre 1,31 milliards d’USD en 2006), avec des fluctuations au cours de l’année – forte croissance au premier trimestre, diminution au deuxième, augmentation de nouveau au troisième suite aux acquisitions d’actions par les investisseurs étrangers. Les investissements à l’étranger effectués par les banques commerciales sous forme de dépôts ont connu des changements considérables en comparaison avec 2006. En 2007, les banques commerciales ont mobilisé une grande quantité de devises étrangères et en ont aussi vendu à la Banque d’État pour accroître les réserves en devises. Les crédits en devises se sont également accrus, c’est pourquoi l’actif net libellé en devises des banques commerciales représente environ 2,62 milliards d’USD.

Tableau 4 : La balance des paiements internationaux de Viêt Nam, 2006-2007

Tableau 4 : La balance des paiements internationaux de Viêt Nam, 2006-2007

N.B. Les investissements directs à l’extérieur du Viêt Nam dans la balance des paiements internationaux en 2006 et 2007 ont été respectivement de 85 millions d’USD et 100 millions d’USD.
Sources : Banque d’État et selon les calculs de l’Institut central d’études et de gestion économiques

36Dans l’ensemble, l’offre en devises étrangères est toujours supérieure à la demande, comme le montre le solde excédentaire de la balance des capitaux, qui est plus élevé que le déficit de la balance courante en 2007. La balance totale des paiements dégage un solde positif de 10,17 milliards d’USD, soit 2,35 fois plus qu’en 2006. Par ailleurs, la dette extérieure est toujours sous contrôle, au moins à moyen terme. La part du solde de la dette extérieure du Viêt Nam représente environ 30 % du PIB, celle des obligations de remboursements extérieurs par rapport aux exportations est de 4,7 %, et environ les deux tiers des prêts sont accordés à des taux préférentiels.

37L’existence d’un déficit commercial dans un pays en développement et en forte croissance est compréhensible, mais à côté des questions portant sur l’origine de ce déficit, deux autres questions se posent : i) le déficit commercial stimule t-il la capacité de production ? celle-ci est elle performante ; ii) les subventions liées au déficit commercial vont-elles se maintenir ?

2.3 - Système bancaire et marché financier

38Au cours des années 2006 et 2007 on assiste à un boom d’activités financières et bancaires lié aux opportunités de développement et de préparation à l’application des engagements pour une plus grande ouverture des services. Les banques commerciales d’État gardent encore leur position dominante dans le système bancaire en 2007 mais les banques commerciales privées se sont considérablement renforcées, occupant une part plus importante dans le total des dépôts (30,4 %) et des crédits (28,6 %). Les banques n’ont cessé d’étendre leur réseau de succursales. Jusqu’en 2004, l’économie vietnamienne était encore peu impliquée dans les transactions financières. La situation a changé en 2007. Avec l’augmentation de M2 et des crédits, les rapports Crédits/PIB et M2/PIB sont respectivement passés de 74,4 % à 82,5 % et de 58,7 % à 112,1 % entre 2004 et 2007.

39Jusqu’en 2006, plus de 70 % des recettes bancaires provenaient des prêts (de l’écart entre les taux d’intérêts créditeurs et débiteurs). Depuis deux ou trois ans, les services bancaires, en effervescence se sont diversifiés, en particulier dans le développement du marché des cartes bancaires.. Les prêts accordés aux placements boursiers et aux opérations immobilières occupent une proportion assez importante dans le total du solde des dettes de crédits de certaines banques commerciales privées. Par ailleurs, on note une propagation de la tendance à l’acquisition ou à la fusion : les groupes économiques publics acquièrent les petites banques commerciales privées. Outre les activités commerciales principales, les groupes ou les grandes compagnies (étatique surtout) prennent part encore aux activités de placements financiers ou immobiliers. Les banques commerciales tendent aussi à devenir des « banques universelles » et à établir des rapports stratégiques avec les grandes sociétés, surtout les compagnies générales et les groupes économiques étatiques. Des projets de coopération ont été établis entre les banques commerciales privées et les institutions financières étrangères.

40Jusqu’à la fin 2005, le marché boursier vietnamien demeurait modeste. Son explosion a débuté entre juin 2006 et juin 2007, compte tenu du niveau de capitalisation, du nombre de compagnies cotées, des comptes des investisseurs institutionnels ou des particuliers et de la participation des sociétés de bourses ou de gestion des fonds (Tableau 5 et Figure 7). Les flux d’investissements indirects étrangers vers le marché boursier vietnamien n’ont cessé de s’accroître depuis 2006. En 2007, les acquisitions nettes (actions et obligations) réalisées par les investisseurs étrangers se sont élevées à 7,4 milliards d’USD, presque 5 fois supérieures au chiffre de 2006 (1,3 milliards d’USD).

41L’explosion du marché boursier résulte d’une croissance économique assez élevée, point fort de l’économie, de l’effet de l’entrée du pays à l’OMC – impulsion des réformes et amélioration de l’environnement des investissements et des affaires – et aussi de grandes disponibilités de liquidités sur le marché mondial. Cependant, depuis octobre 2007, le marché a eu tendance à s’infléchir avant de chuter au cours des premiers mois de 2008. Le VN-Index a par moment baissé à moins de 500 points (le 25 mars 2008). La valeur totale des capitalisations de 283 entreprises cotées sur les deux Bourses (HCMV et Hanoi), calculées au 21 mars n’a été que de 324 400 milliards de VNĐ (contre 500 000 milliards de VNĐ fin 2007). L’infléchissement du marché boursier vietnamien s’explique d’abord par une détérioration continue du marché boursier mondial, suite à la crise immobilière aux États-Unis déclarée en août et étendue à l’ensemble du monde. Ensuite, elle est conséquente des politiques de stabilisation macro-économiques de l’État pour juguler l’inflation. Il y a aussi le transfert massif des capitaux boursiers vers d’autres placements devant la flambée des prix de l’or et de l’immobilier.

Tableau 6 : Quelques indices de base du marché des actions au Viêt Nam (décembre 2006-2007)

Tableau 6 : Quelques indices de base du marché des actions au Viêt Nam (décembre 2006-2007)

Sources : Vo Tri Thanh

42Le système bancaire et le marché financier du Viêt Nam ont enregistré des progrès au cours de ces deux ou trois dernières années. Cependant, les risques financiers et les risques d’instabilité du système se sont également accrus. Cette situation résulte des faiblesses dans la gestion des risques au niveau micro face à l’expansion d’activités dans les investissements financiers et les affaires. De surcroît, le système de surveillance n’arrive pas à suivre l’évolution effervescente des activités financières, bancaires et immobilières. En toile de fond, l’économie nationale laisse entrevoir quelques signes inquiétants concernant certains indicateurs macro-économiques (inflation, déficit commercial).

2.4 - Recettes budgétaires

43En 2007, conformément à ses engagements vis-à-vis de l’OMC, le Viêt Nam a levé ou réduit les droits d’import-export. Il a aussi réajusté les droits d’importation pour certaines marchandises comme les voitures, le fer et acier, le pétrole et essence, les denrées alimentaires, le lait, etc, dans le but de maîtriser l’inflation. Contre les prévisions de baisse des droits douaniers avancées par certaines études sur les impacts de l’entrée du Viêt Nam à l’OMC, les recettes obtenues des activités import-export enregistrent d’après les estimations une augmentation de 15,4 % par rapport à 2006, avec un montant de 56 500 milliards de VND, dépassant les prévisions. Avec un niveau de croissance plus élevé que celui de budget national, la part des recettes provenant des échanges extérieurs a même connu une hausse, passant de 10 % en 2006 à 12 % en 2007 (Figure 5). La forte augmentation des importations en est à la cause.

Figure 5. Recette des droits sur les importations et exportations (en mil milliards de VND) et part dans les recettes budgétaires ( %)

Figure 5. Recette des droits sur les importations et exportations (en mil milliards de VND) et part dans les recettes budgétaires ( %)

Sources : Ministère des Finances

44En 2007, les recettes budgétaires ont été supérieures à celles de 2006. La taxe sur la valeur ajoutée vient en tête avec une croissance de 27 % entre les deux années. Ce poste représente le quart des recettes totales du budget. Ensuite, viennent l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur les biens avec une augmentation correspondant de 15 % à 16 % et de 9 % à 10 %. La taxe des consommations spéciales a atteint 3800 milliards de VND, équivalent au chiffre de 2006. Les recettes provenant du pétrole brut ont accusé une baisse importante et ne représentent que 22 % des recettes totales du budget.

Figure 6 : Composition des recettes budgétaires en 2006 et 2007 ( %)

Figure 6 : Composition des recettes budgétaires en 2006 et 2007 ( %)

Source : Ministère des Finances

45Les recettes budgétaires vont continuer à être affectées par ce caractère instable. Les recettes actuelles dépendent en grande partie des échanges extérieurs de marchandises et de l’exportation de pétrole brut. Avec la mise en application des réformes fiscales (taxe sur la valeur ajoutée, impôts sur le revenu individuel, etc), il est difficile d’avancer des prévisions de recettes. Pendant ce temps, le Viêt Nam est soumis aux grandes pressions des dépenses régulières et des dépenses d’investissement, notamment pour le développement des infrastructures.

3 - Les problèmes sociaux

46Dans l’ensemble, l’intégration du Viêt Nam au sein de l’OMC a un impact positif sur la création d’emplois sous l’impulsion des secteurs intensifs en main-d’œuvre. Selon les enquêtes menées dans les entreprises en 2001 et en 2007, le nombre d’emplois dans le secteur manufacturier s’élevé à 3,4 millions en 2007, soit un montant 2,1 fois supérieur au chiffre de 2001. Ce sont les sous-secteurs tournés à l’exportation, comme ceux du textile, des chaussures et des produits en bois qui attirent le plus grand nombre d’emplois. Parallèlement à la restructuration des branches, on constate la poursuite des transferts d’emplois du secteur agricole-sylvicole-aquacole vers ceux de l’industrie et des services. La part des emplois dans le secteur primaire a été ramenée de 54,7 % en 2006 à 52,2 % en 2007, alors qu’elle est passée dans le secteur secondaire de 18,3 % à 19,2 % et dans le tertiaire, de 26,9 % à 28,6 %.

47L’adhésion du Viêt Nam à l’OMC n’a pas entraîné de conséquences notables en termes de création d’emplois en 2007. La population active occupée a augmenté seulement de 2,3 % contre 2,7 % en 2006, en dépit d’une légère baisse du nombre de chômeurs dans les centres urbains (de 5,1 % en 2006 à 4,9 %). Les secteurs en pleine croissance, comme ceux de l’industrie lourde, de fabrication de machines, d’équipements et de biens de consommation finale (machines-outils, moteurs, climatiseurs, automobiles, motos) utilisent surtout les travailleurs dotés d’un certain niveau de qualification professionnelle. Telle est également l’une des raisons qui expliquent pourquoi il n’y a pas d’augmentation brusque du nombre d’emplois.

48Le taux de chômage dans les villes a été de 4,9 % en 2007, soit une réduction de 0,2 % par rapport à 2006, mais les jeunes chômeurs sont de plus en plus nombreux. On constate un taux de chômage important (14,2 %) dans la tranche d’âge de 15 à 24 ans, occupant 42,5 % du nombre total. Le nombre de chômeurs est particulièrement élevé parmi les actifs non formés (63,4 %). Il y a guère d’amélioration de la qualité de la population active au regard des critères d’éducation et de formation. En 2007, le nombre des travailleurs qui n’ont suivi aucune formation représente jusqu’à 65,2 % du total dans le pays.

49Dans l’ensemble, le niveau de vie de la population continue de s’améliorer mais il est difficile d’évaluer le niveau d’impact exercé par l’entrée du Viêt Nam à l’OMC. Les éléments positifs pourraient se manifester de deux manières, directe et indirecte. Les bénéficiaires des effets positifs directs sont les travailleurs dans les secteurs de production des marchandises exportées en pleine croissance (textiles, produits en plastique, café, noix de cajou) ou dans les secteurs et localités dotées de nouveaux projets d’investissement en 2007 (industries à vocation exportatrice, construction, activités liées à l’immobilier et aux services). Ceux qui bénéficient des effets positifs indirects travaillent dans les branches fournissant les inputs ou les services.

50Dans le même temps, des effets négatifs se font sentir. Une plus grande ouverture économique rendra plus vulnérable l’économie nationale aux chocs extérieurs. Ainsi, en 2007 l’inflation galopante (en partie sous l’effet de l’adhésion du pays à l’OMC) a diminué les revenus réels de nombreuses couches de la population. Des salariés ont vu leurs salaires augmenter de 10 % dans un contexte d’inflation à 12 %.

51Par ailleurs, les revenus perçus ne sont pas les mêmes dans chaque secteur, entreprises ou localités. Les résultats d’une enquête sur l’emploi ont montré que le nombre de travailleurs en ville doté d’un emploi s’est accru de 2,8 % contre 2,2 % à la campagne. Les travailleurs dans les secteurs de services exigeant beaucoup de compétences (finances, banques) bénéficient d’une forte augmentation de revenus alors que les travailleurs manuels ont du mal à voir leur revenus (déjà modestes) augmenter. La pression sociale s’accroît également du fait d’un changement de perception de la qualité de vie. Elle couvre non seulement les revenus, l’accès aux services de base (santé, éducation) mais également l’environnement, l’hygiène et les infrastructures. De l’avis général, l’écart de revenus s’est élargi un an après l’entrée du Viêt Nam à l’OMC.

52Le taux de pauvreté a été ramené de 15,5 % en 2006 à 14,8 % en 2007, dépassant les prévisions (16 %). Mais ici aussi, il est difficile d’identifier les effets de l’entrée du Viêt Nam à l’OMC sur la pauvreté. Dans l’ensemble, les impacts directs ne mériteraient pas d’être mentionnés car les pauvres ne peuvent pas participer aux activités d’exportation ou dans les secteurs requérant un niveau de qualification élevé. Ces impacts sont donc essentiellement indirects (amélioration des services fournis aux individus et à la communauté, disponibilité de vivres et de denrées alimentaires pour les habitants qui ont perçu de meilleurs revenus). Dans une certaine mesure, l’augmentation des recettes budgétaires signifie aussi l’augmentation des budgets alloués aux pauvres et aux programmes sociaux.

53Il est à remarquer que dans certaines provinces montagneuses, dans les régions des minorités ethniques, le nombre de ménages pauvres selon les normes de 2005 occupe encore une proportion élevée. La pénurie de vivres, la faim continuent de frapper certaines zones victimes de calamités naturelles. Selon les rapports fournis par les provinces, en 2007, il reste encore dans l’ensemble du pays 723 900 foyers avec 3 034 500 personnes touchées par la faim entre les deux récoltes (en réduction respectivement de 6 % et de 11,6 % par rapport à 2006).

4 - Rénovations des institutions économiques

54Il existe un rapport d’interaction entre le Renouveau, la réforme dans le pays, en particulier l’édification et le perfectionnement des institutions économiques avec le processus d’intégration internationale du Viêt Nam, et son adhésion à l’OMC. En 2005-2006, le Viêt Nam a préparé avec un certain succès les étapes nécessaires à l’adhésion (adoption de 27 lois pour mieux s’adapter à une économie de marché et à ses engagements). En particulier, la promulgation et la mise en application de la Loi sur les entreprises, de la Loi sur les investissements en 2005 ont répondu aux critères d’adhésion et contribué à améliorer l’environnement pour les investissements et les affaires au Viêt Nam.

55En 2007, la rénovation et le perfectionnement de l’appareil étatique ont été entrepris avec vigueur. On a réduit de 26 à 22 le nombre de ministères et organismes équivalents. Mais les attributions de compétences de nombreux ministères tardent à être promulguées. En même temps, il faudra attendre février 2008 pour voir le décret No13/2008/NĐ-CP régissant l’organisation des organismes spécialisés subordonnés aux Comités populaires de province et villes relevant de l’échelon central. Ces retards auront des conséquences non négligeables sur la réorganisation et l’efficacité d’actions de nombreux ministères, provinces et villes.

56La réforme administrative a également marqué des progrès importants avec la Décision No 30/2007/QĐ-TTg en janvier 2007 relative au Programme global de la simplification des formalités administratives (2007-2010) et la Décision No93/2007/QĐ-TTg en juin 2007 relative à l’application du mécanisme « guichet unique » au sein des organismes étatiques de gestion à l’échelon local. Le résultat le plus remarquable est l’initiative « 3 en 1 » pour favoriser l’accès au marché des entreprises, simplifier les procédures, éviter les gaspillages de temps et d’argent. Il s’agit en fait d’un guichet unique pour remplir dans le même temps trois formalités (enregistrement commercial, tampon et registre du code d’identification fiscale). À l’heure actuelle, la plupart des localités ont abrégé considérablement le délai de réalisation de ces trois formalités au-dessous de dix jours ouvrables, voire de trois à cinq jours dans certains endroits.

57Plus de 400 textes réglementaires relatifs aux 300 types de licences d’exploitation commerciale ont été revus et évalués. Ils ont fait l’objet de critiques en « 9 Non » portant sur la réglementation des conditions d’obtention de licence : i) incomplet, ii) incompatible, iii) incohérent, iv) instable, v) opaque, vi) non crédible, vii) aléatoire, viii) non conforme, ix) inopérant. On s’est aussi interrogé sur la validité juridique de certaines licences d’exploitation. Suite à ces révisions, une décision a été arrêtée. Elle déclare nulles et non avenues à partir du premier septembre 2008 les règlementations relatives aux deux obligations suivantes : i) secteurs, métiers et toutes activités commerciales soumis à une gestion relevant d’un document d’autorisation, ii) secteurs, métiers et toutes activités commerciales tenus de remplir les conditions et les critères définis comme préalables à la délivrance de ce document. En fait, ces deux obligations ne sont réglementées nulle part, ni dans les lois, ni dans les ordonnances, décrets ou décisions du Premier Ministre. Ainsi, grâce à cette décision, un nombre non négligeable de documents administratifs seront supprimés ou n’auront plus force. L’environnement d’affaires se trouvera nettement amélioré.

58Une autre réforme est révélatrice : pour mieux s’adapter aux nouvelles techniques de gestion des risques, les procédures douanières sont désormais basées sur le principe de contrôle en aval et non-plus en amont, ce qui réduit les dépenses relatives aux formalités d’import-export. Le Viêt Nam dispose de la loi sur la protection du droit de propriété intellectuelle et s’engage fermement à la respecter. Un organisme spécialisé en la matière et un office de gestion de la concurrence ont été créés. Cependant, la mise en application du droit de propriété intellectuelle comme le règlement des contentieux, et dans une certaine mesure, le travail des douaniers laissent encore beaucoup à désirer devant les exigences de la réalité d’intégration et de développement du pays.

59Le signe le plus important réside dans la résolution No16/2007/NQ-CP du 27 février 2007. Le Gouvernement a adopté un plan d’action pour mettre à profit les opportunités et lever les défis dans le contexte de l’entrée du Viêt Nam à l’OMC. Cette Résolution demande aux ministères, provinces et villes de mettre sur pied rapidement leur propre plan d’action et de le soumettre au Gouvernement.

60Dans nombre de ministères et de localités, la mise en œuvre des engagements vis-à-vis de l’OMC a été menée assez activement et a été couronnée de premiers succès. Les échelons du Parti et les responsables des ministères, provinces et villes ont prêté une attention soutenue et donné des directives sur l’intégration internationale du Viêt Nam et l’application de ses engagements. Dans leur plan d’action, certains ministères et localités, après avoir procédé à des consultations, ont identifié avec pertinence leurs atouts et faiblesses. Les objectifs a atteindre et les tâches à réaliser ont été fixés.

61Cela dit, il existe encore bien des insuffisances dans de nombreux ministères et localités pour la mise en œuvre de la résolution No 16/2007/NQ-CP, en particulier :

  • n’ayant pas assez pris conscience de la signification et de l’impact de l’adhésion du Viêt Nam à l’OMC, il existe un manque de diligence et de vigueur. L’élaboration et l’annonce du plan d’action revêtent plutôt un caractère superficiel. En mai 2008, dix provinces, villes et ministères n’ont toujours pas fait connaître leur plan d’action ;

  • les plans d’action avancés par les ministères et localités sont teintés de « sectarisme », on note une absence de liens entre eux et une limite de vision dans l’espace ;

  • l’organisme chargé de l’exécution de ces plans est simplifié à l’extrême. Il y est couramment mentionné que la responsabilité incombe à un dirigeant et une commission spécialisée, sans préciser leurs compétences ni leur travail de surveillance des actions.

62Bref, en dépit des changements positifs dans la direction et l’application des plans d’action conformément à cette résolution, le risque de routine et de formalisme demeure. La réalisation efficiente et efficace de ces plans se révèle peu plausible. Des limites dans la capacité à les exécuter et à les contrôler apparaissent.

5 - Les leçons à tirer après un an d’accession à l’OMC

63Il est difficile d’évaluer les impacts exercés par l’entrée du Viêt Nam à l’OMC sur son économie uniquement au moyen de statistiques en l’espace d’un an. En revanche, tout le monde ressent les opportunités et les effets directs ou indirects apportés par cet événement.

64Pour l’essentiel, le processus d’intégration et l’entrée du Viêt Nam à l’OMC ont apporté des résultats escomptés par le Gouvernement et de nombreux économistes (renforcement de la confiance dans les perspectives de développement de l’économie, exportations, IDE, efficience de la répartition des ressources et croissance économique, revenus et questions sociales, interaction entre les réformes dans le pays et l’intégration internationale, etc). Certes, la réalité peut être différente des prévisions parce qu’elle est soumise à la fois aux incidences extérieures et intérieures. L’évolution de certains indices a même dépassé de loin toutes les prévisions ou y a échappé (rythme de croissance du volume des importations, quantité des flux de capitaux directs ou indirects, explosion des activités financières et bancaires, etc). Dans le même temps, les mises en garde sur la baisse considérable de la productivité de certains secteurs paraissent « un peu excessives ». La limitation des dégâts sera t-elle due aux actions de réajustement menées avec flexibilité et rigueur par les entreprises, ou s’agira t-il plutôt des signes de risques latents après une longue période de croissance ? Il serait sage d’entreprendre des études plus approfondies sur ces questions.

65Quoiqu’il en soit, l’année 2007 laisse des empreintes notables et nous suggère d’importantes leçons.

66Primo, la mise à exécution des engagements et la mise à profit de l’entrée à l’OMC pour accélérer l’édification et le perfectionnement des institutions d’une économie de marché à orientation socialiste constituent le facteur le plus important pour consolider la confiance dans le développement potentiel du Viêt Nam et dans son processus de réformes économiques, afin de promouvoir les investissements (notamment les IDE) et les affaires.

67Dans la réalité, la rénovation des institutions économiques contribue aussi pour une grande part à approfondir et à rendre plus efficace l’intégration du Viêt Nam dans l’économie régionale et mondiale. L’interaction s’avère plus intense entre le Renouveau, en particulier le renouveau institutionnel économique et le processus d’adhésion et d’exécution des engagements vis-à-vis de l’OMC, ce qui a rehaussé considérablement la position du Viêt Nam sur la scène internationale. Telle est aussi la matérialisation d’une politique d’intégration active dans la réalité.

68Secundo, plus on s’engage dans l’intégration, mieux sont valorisés nos avantages relatifs « statiques » existants et parallèlement apparaissent des avantages relatifs « dynamiques » nés de la concurrence, des économies d’échelle et des IDE.

69Le Viêt Nam possède toujours de nombreux produits compétitifs sur la base des avantages relatifs « statiques ». Sans atteindre des avancées extraordinaires, les exportations de nombreux produits agroalimentaires et manufacturés recourant au travail manuel (textile) se sont considérablement accrues. Certains produits à plus haute valeur ajoutée occupent d’ores et déjà de bien meilleures places dans les exportations.

70La stratégie qui s’impose au Viêt Nam est de continuer à utiliser pleinement « ce qu’on a », d’accélérer l’exportation des marchandises traditionnelles tout en diversifiant les produits exportés avec une meilleure « compétitivité hors-prix » et en cherchant à attirer les IDE d’une manière plus efficace. C’est en profitant des avantages relatifs « dynamiques » que le Viêt Nam sortira du cercle vicieux de bas salaires à long terme.

71Tercio, l’entrée du Viêt Nam à l’OMC a mis à jour les faiblesses et défauts chroniques de son économie pour pouvoir assurer un développement rapide et durable.

72En ce qui concerne la qualité de la croissance. Bien qu’en 2007 le Viêt Nam ait atteint une croissance de 8,5 %, pour la première fois depuis 1997, elle demeure proche des résultats enregistrés en 2005 et 2006, respectivement 8,4 % et 8,2 %. Les investissements totaux occupent une proportion de 40 % du PIB, encore trop élevée par rapport aux chiffres déjà considérables des années 2005 (39 %) et 2006 (plus de 40 %). Il est à noter que face à la domination des IDE et des investissements du secteur des entreprises publiques, la part des capitaux d’investissements du secteur non étatique a accusé une baisse sensible (31,6 % contre 37-38 % en 2004-2006). En dépit des mouvements fiévreux, peu d’activités sur les marchés financiers, bancaires et immobiliers provoquent un effet de chaîne dans l’économie réelle. Les secteurs financiers, bancaires et des assurances représentent encore à peine 2 % du PIB en 2007.

73Sur la capacité institutionnelle. Malgré des évolutions positives, ce volet révèle le plus de faiblesses. Il reste beaucoup à faire pour harmoniser le cadre juridique national aux engagements d’intégration et aux normes de l’économie de marché. À propos du corps de l’appareil d’État, il existe un écart important entre le niveau actuel des fonctionnaires et les normes en matière de compétence, de transparence et de capacité explicative alors que les mesures incitatives en direction des fonctionnaires (recrutements, évaluations, nominations, primes) ne sont pas encore au point. Les règlementations sur le développement des marchés nécessaires à la production (financier, foncier, main-d’œuvre) nécessitent toujours des réajustements de base. Or, c’est un travail compliqué face aux perturbations des marchés, et très sensible sur le plan social d’autant qu’il touche au secteur des entreprises publiques – composante importante de l’économie nationale.

74Sur la qualité des ressources humaines. Le manque de main-d’œuvre qualifiée constitue une entrave au processus d’intégration, à une croissance rapide, de qualité et à un développement durable. Toutes les catégories sociales sont touchées par ce besoin : décideurs politiques, fonctionnaires, hommes d’affaires et travailleurs en général. Or le système d’éducation et de formation nationale ne se montre pas encore apte à répondre aux attentes.

75Sur les infrastructures. Non seulement les faiblesses dans les infrastructures causent d’énormes pertes aux activités productives et commerciales, à la vie sociale mais elles empêchent aussi de saisir des opportunités liées à l’intégration économique. Le Viêt Nam a besoin d’importantes ressources pour le développement de ses infrastructures. Pour faire de bons choix au moindre coût d’opportunité, une stratégie sur le long terme doit être établie, des schémas d’aménagement réfléchis et des modalités de partenariat public-privé efficaces pour mobiliser diverses ressources doivent être fixés.

76Ce sont les faiblesses en matière d’institutions, d’infrastructures et de ressources humaines qui sont à l’origine des limites dans l’exécution des IDE. 37,8 % seulement du montant total des IDE enregistrés ont été réalisés en 2007, chiffre bien inférieur à la moyenne de la période 1988-2007 (52,7 %).

77Quatro à côté de ces trois « goulots » principaux, le Viêt Nam doit encore faire face à l’instabilité macro-économique et l’instabilité sociale.

78Le Viêt Nam doit affronter une situation très complexe sur plusieurs plans : inflation galopante, grand déficit commercial, apparition de failles dans le système financier et bancaire. La société présente un tableau beaucoup plus coloré, marqué par les contrastes riches-pauvres et l’augmentation des inégalités de revenus et de fortunes. Une intégration plus profonde implique une plus grande complexité dans la gestion des risques, dans le maintien d’une macro-économie stable, et face aux pressions d’origines diverses des groupes sociaux. Tout cela exige davantage de réflexions, de raisonnements et même des reconsidérations prudentes sur la base des expériences vécues.

Annexes

Annexe 1

Appréciations générales sur l’impact de l’intégration internationale à l’égard de l’économie vietnamienne

Les résultats fournis par de nombreuses études montrent la primauté des effets positifs entraînés par l’intégration économique sur l’économie vietnamienne. Les indices macro-économiques majeurs (PIB, investissements, exportations, emploi) sont à présent plus élevés. Des conclusions peuvent être avancées pour la période à venir :

- plus est profond le niveau d’intégration économique internationale, plus sont importants les gains qui en sont retirés. En tant que membre de l’OMC, avec la levée des barrières commerciales et des obstacles aux investissements, le Viêt Nam peut avoir un meilleur accès aux marchés de toutes les économies. Cette situation lui permet d’éviter des changements de cap commercial comme le cas d’une intégration limitée au niveau régional ;

- la libéralisation commerciale unilatérale est toujours bénéfique. Quand le Viêt Nam a unilatéralement levé ses barrières commerciales, les prix des marchandises et des services ont baissé sur le marché intérieur, et se sont rapprochés de ceux du marché mondial. Ce qui conduit à réduire le coût de l’économie en général tout en améliorant son efficacité et sa compétitivité. D’une part, l’économie sera plus attractive pour les IDE (et d’autres flux de capitaux). D’autre part, les exportations et la demande de la consommation finale dans le pays s’accroîtront, entraînant l’augmentation de la productivité ;

- une combinaison entre l’exécution des engagements et l’accélération des réformes intérieures apportera des gains encore plus importants. L’intégration économique internationale, nécessaire au développement économique du pays ne constitue en fait qu’un maillon dans le processus d’exploitation des potentialités de l’économie intérieure. Si on n’entreprend pas de réforme pour permettre aux acteurs locaux de saisir ses chances apportées par le marché mondial, l’intégration ne sera que modestement bénéfique pour la croissance, alors que le gros des bénéfices reviendra à nos partenaires ;

- l’exportation est le moteur essentiel de la croissance dans le processus d’intégration. Quand l’intégration économique du Viêt Nam passe du niveau bilatéral ou régional au niveau multilatéral, les activités commerciales continuent toujours leur rythme de croissance élevé (comme le montre l’exemple tout récent), parce qu’on n’a pas à rectifier les orientations commerciales ;

- la baisse des droits de douane exerce un impact positif sur les prix en général. Cependant, l’évolution des prix n’est pas la même pour les différents groupes de produits. Lorsqu’il s’agit des produits qui étaient auparavant peu protégés, qui nécessitent beaucoup de travail manuel, ou qui promettent d’être compétitifs, leurs prix ont tendance à augmenter, tirés par une forte demande d’exportation. Par contre, les prix des produits de substitution aux importations (automobiles, fer et acier, engrais, ciment, alcools, etc.) infléchissent à la baisse ;

- à long terme, lorsque le Viêt Nam sera pleinement intégré dans l’économie mondiale, les recettes budgétaires provenant des droits d’importations ne diminueront pas ou très peu pour deux raisons : i) Les importations des matières premières et des matériaux pour la production augmenteront pour satisfaire les besoins d’exportation de plus en plus pressants ; ii) Les importations des biens de consommation finale augmenteront aussi considérablement grâce à la baisse des prix de produits importés. La libéralisation commerciale et l’intégration internationale peuvent aider à accroître les recettes générales du budget ;

- les risques d’instabilité macro-économique et financière seront plus grands, car l’intégration conduira à une interdépendance accentuée entre les économies, de même qu’une subordination plus poussée à l’économie mondiale. Le Viêt Nam pourrait devenir plus vulnérable qu’avant devant les chocs extérieurs, tels que les perturbations des prix sur le marché mondial, ou les bouleversements économiques chez les partenaires commerciaux principaux ;

- le Viêt Nam se trouve toujours devant le risque de « tomber dans le piège du coût de main d’œuvre à bon marché », et se classe dans une mauvaise place dans l’échelle des valeurs ajoutées. A long terme, les avantages relatifs « statiques » s’épuiseront une fois que les investisseurs et les entreprises auront tiré à fond profit des politiques d’ouverture, que la concurrence deviendra plus exacerbée au niveau planétaire et que les autres pays opteront aussi pour une politique plus ouverte. Cette situation pourrait mettre à jamais le Viêt Nam dans le peloton de queue s’il persiste à se concentrer sur l’exportation de certains produits dans les secteurs à faible niveau technologique, utilisant beaucoup de main d’œuvre peu qualifiée (à bas salaires) ;

- le Viêt Nam doit aussi faire face au risque de déséquilibres de plus en plus graves de la balance commerciale bilatérale vis-à-vis de certains partenaires au cas où il ne peut que se spécialiser dans l’exportation des produits à faible valeur ajoutée, mais reste dépendant des importations de marchandises à haute valeur ajoutée ;

- sur le marché du travail, il y aura un déséquilibre de plus en plus grand entre l’offre et la demande en matière des compétences spécialisées et entre les régions géographiques. Le Viêt Nam risque de tomber dans « le piège des bas salaires » et de se classer au bas de l’échelle des valeurs ajoutées ;

- la remontée de la pauvreté reste un danger latent en raison des risques et des chocs consécutifs à l’ouverture et à l’intégration internationale. Les populations défavorisées et les minorités ethniques risquent de tomber dans un retard plus accentué. Les inégalités dans la répartition des revenus, les écarts entre les riches et les pauvres, entre la ville et la campagne, voire à l’intérieur même d’une région ont tendance à s’accroître.

Source : CIEM (2007)

Annexe 2

Taux de protection effective* et nominale** (droits de douane) des produits commerciaux sous l’impact des engagements d’intégration ( %)

Taux de protection effective* et nominale** (droits de douane) des produits commerciaux sous l’impact des engagements d’intégration ( %)

N.B. *Calculé avec hypothèse que sont soumis au niveau du taux d’intérêt de la Clause de la Nation la plus favorisé (CNF) les produits dont le niveau d’intérêt engagé en 2006 est supérieur à celui de la CNF.
** Calculé selon la moyenne pondérée des droits d’importation, avec coefficient en fonction de la valeur ajoutée des branches.
Source : CIEM 52007)

Bibliographie

Projet MUTRAP II (2008), « Rapport d’études HOR-9 », version finale, Hanoi, mai.

Institut de la Banque de Coopération internationale japonaise-JBIC (2007), « Rapport d’inspection des activités d’affaires des entreprises du secteur manufacturier du Japon », Tokyo, novembre.

CIEM (2007)« Etude sur les impacts de l’intégration, des engagements envers l’OMC et des engagements régionaux, bilatéraux – Politiques, mesures d’application et adaptation », Projet soumis au gouvernement, Hanoi, mai.

CIEM (2008), « Economie vietnamienne 2007 », Edition Finances, Hanoi, mai.

Notes

1 Voir Annexe 1, Les appréciations générales sur les impacts de l’intégration économique internationale à l’égard de l’économie vietnamienne.

2 Projet MUTRAP II (2008).

3 Sur le montant total de 83,2 milliards d’USD en IDE enregistrés. Ces données en IDE réalisés diffèrent de celles citées dans la balance des paiements internationaux.

4 Institut JBIC (2007).

5 Projet MUTRAP II (2008)

6 Voir Annexe 2

7 Selon l’Institut central d’études et de gestion économiques (2008).

8 Directive No 23/2007/CT-TTg du 31 octobre 2007.

9 En principe, la baisse de la disponibilité monétaire apparaît seulement quand l’argent sur le marché est retiré vers la banque d’État.

10 Cette tâche a été mentionnée dans la Directive No23/2007/CT-TTg. Théoriquement, à condition que les autres facteurs ne changent pas, l’incitation à la demande et l’augmentation des exportations entraînent à la hausse la demande totale et donc la hausse des prix.

11 Il est stipulé dans la rubrique 1, alinéa a, article 26 du Décret 55/2007/ND-CP : « Appliquer immédiatement le mécanisme de fixation du prix de vente de l’essence en fonction de l’évolution du marché. Les entreprises ont cette autonomie de décision sur la base du prix d’importation, des impôts et taxes selon les règlements et avec des bénéfices convenables permettant de réinvestir dans le développement de leur production et de leur commerce ». Sous la « direction » et la « surveillance » de l’État au moment de l’entrée en vigueur de la Décision No 95/2007/QD-BTC, à 11 heures le 22 novembre 2007, les distributeurs d’essence ont augmenté le prix de 1,700VNĐ par litre. Une hausse insuffisante selon les entreprises.

12 En 2007, le déficit commercial a atteint 14,12 milliards d’USD, soit une augmentation de plus de 70 % par rapport à 2006 sur la bases des calculs au prix C.I.F. Il se manifeste surtout vis-à-vis des pays asiatiques (9,1 milliards d’USD envers la Chine ; 5,4 milliards d’USD, soit 38 % du total envers Singapour ; 4,1 milliards d’USD, soit 29 % envers la Corée du Sud ; 2,7 milliards d’USD, soit 19 % envers la Thaïlande ; 1,36 milliards d’USD, soit 9,6 % envers Hong Kong.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Principaux fournisseurs
Légende Sources : Projet MUTRAP II (2008)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2 : Source des investissements 2003-2007 ( %)
Légende Source : Ministère du Plan et des Investissements et Office général des Statistiques
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 : Capitaux en IDE enregistrés et décaissés (2000-2007)
Légende Source : Ministère du Plan et des Investissements
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 3. Les indices essentiels de la macro-économie (2003-2007)
Légende Source : Office général des Statistiques
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3. Croissance de la production et de la valeur ajoutée dans le secteur industriel (à prix constants de 1994 ; %)
Légende Source : Projet MUTRAP II (2008)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 : Évolution des IPC dans la période 1995-2007 (base : 100 en décembre de l’année précédente)
Légende Source : Office général des Statistiques
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 4 : La balance des paiements internationaux de Viêt Nam, 2006-2007
Légende N.B. Les investissements directs à l’extérieur du Viêt Nam dans la balance des paiements internationaux en 2006 et 2007 ont été respectivement de 85 millions d’USD et 100 millions d’USD.Sources : Banque d’État et selon les calculs de l’Institut central d’études et de gestion économiques
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 6 : Quelques indices de base du marché des actions au Viêt Nam (décembre 2006-2007)
Légende Sources : Vo Tri Thanh
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5. Recette des droits sur les importations et exportations (en mil milliards de VND) et part dans les recettes budgétaires ( %)
Légende Sources : Ministère des Finances
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 6 : Composition des recettes budgétaires en 2006 et 2007 ( %)
Légende Source : Ministère des Finances
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Taux de protection effective* et nominale** (droits de douane) des produits commerciaux sous l’impact des engagements d’intégration ( %)
Légende N.B. *Calculé avec hypothèse que sont soumis au niveau du taux d’intérêt de la Clause de la Nation la plus favorisé (CNF) les produits dont le niveau d’intérêt engagé en 2006 est supérieur à celui de la CNF.** Calculé selon la moyenne pondérée des droits d’importation, avec coefficient en fonction de la valeur ajoutée des branches.Source : CIEM 52007)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/561/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

Auteur

Institut Central d’Étude et de gestion économique (CIEM), Hanoi, Viêt Nam

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr