Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2013 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes

Troisième partie. La région

Cambodge

Ad majorem pecuniae gloriam1

Grégory Mikaelian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Medellin sur le Mékong » (Nate Thayer), « royaume concessionnaire » (Béatrice Hibou), « situation thermidorienne » (Jean-François Bayart), « État mafieux » (Marie-Sybille de Vienne), « kleptocratie » (Global Witness). Ces dernières années, les qualificatifs n’ont pas manqué pour cerner la réalité cambodgienne. Tous reflètent une situation désastreuse productrice de violence et de domination sociale, dont rien ne montre qu’elle puisse s’infléchir dans un avenir proche, sinon pour s’aggraver. Dès lors, l’interrogation ne porte plus sur l’hypothèse d’une « désintégration » du pays khmer2, mais sur le calendrier de cette décomposition et sur ce qui va, à terme, le remplacer. À cet égard, l’année 2012 confirme les tendances engagées durant les deux décennies précédentes sur fond de sinisation accélérée de la société politique3, improbable matrice d’un « développement » qui conjugue les délires capitalistiques des deux Chines (République populaire de Chine – RPC – et Chine d’outre-mer) ...

Auteur

Historien moderniste, chercheur au CNRS depuis 2008. Diplômé de l’université Paris IV Sorbonne, il a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de la royauté khmère au XVIIe siècle. Il a publié deux ouvrages sur l’histoire du Cambodge, l’un portant sur les institutions de la période moderne (La Royauté d’Oudong. Réforme des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du XVIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2009), l’autre retraçant l’expérience ethnographique d’un administrateur colonial (Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, Paris, Association Péninsule, « Cahiers de Péninsule », no 12, 2011). Il s’intéresse à l’histoire contemporaine du pays khmer ainsi qu’à son actualité politique dans la mesure où elles procèdent en partie d’une historicité moderne.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540