Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2013 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes

Première partie. Les dossiers de l’année

La résilience économique de l’Asean

Chronique économique de l’année 2012 et perspectives 2013

Jean-Raphaël Chaponnière

Texte intégral

1Les années de crise se suivent et se ressemblent. À l’instar de 2011, le regain d’optimisme du début de l’année 2012 a fait long feu. Dès le printemps, les frayeurs suscitées par les dettes souveraines européennes ont secoué les Bourses asiatiques qui, depuis, fluctuent au rythme des annonces de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed). Le ralentissement chinois a ensuite déclenché un vent de pessimisme dans les capitales asiatiques qui après avoir attendu l’annonce d’un plan de relance par Pékin ont été rassurées par les signes de reprise de l’économie chinoise au troisième trimestre 2012.

2Si elle n’a remporté qu’une poignée de médailles aux jeux Olympiques de Londres en juillet-août, l’Asean a été bien plus performante sur le plan économique. Elle est en effet la seule région du monde dont la croissance s’est accélérée en 2012. Surprenant les marchés, cette performance s’explique dans une large mesure par la bonne santé de la demande interne.

3Ce chapitre rappellera les événements marquants de l’année écoulée, depuis les inondations qui ont frappé la Thaïlande (et le Cambodge) en octobre 2011 jusqu’au ralentissement chinois, en passant par la réforme de la Birmanie et le retrait européen d’une Asean divisée par la question chinoise. Dans un second temps, il reviendra sur la conjoncture des pays et analysera les ressorts de la dynamique de consommation de l’Asean.

1 - Bangkok inondée et les conséquences du réchauffement climatique

4En octobre 2011, les Thaïlandais ont découvert que la nature pouvait faire beaucoup plus de dégâts que l’économie ou la politique. Les autorités n’ayant pas relâché l’eau des barrages en amont de Bangkok après les fortes pluies qui s’étaient abattues sur le nord et la région Centre, la capitale a subi des crues exceptionnelles qui ont fait 680 victimes et déplacé 4 millions de personnes. Construites sur d’anciennes rizières régulièrement inondées, des centaines d’usines ont fermé leurs portes dans la région de Bangkok, qui concentre 40 % de l’activité économique. Du fait de cette concentration sans équivalent en Asie, le PIB et la production industrielle de la Thaïlande ont chuté respectivement de 9 % et de 15 % (voir graphique 1) au quatrième trimestre 2011, soit la contraction la plus sévère depuis 1997, et la production industrielle a rechuté au troisième trimestre 2012. Initialement estimé à 2,6 milliards de dollars par le ministère du Commerce, le coût de cette catastrophe atteindrait 45 milliards de dollars selon la Banque mondiale.

  • 1 Banque asiatique de développement, Flood Management for Chao Phraya River Basin, mars 2012.

5Depuis la crue record de 1942, l’accélération de la fréquence de ce type d’événements (deux entre 1940 et 1980 et sept depuis1) pourrait être une conséquence du réchauffement climatique. Cet accident et les inondations de 2012 sanctionnent les retards accumulés dans la mise en place de dispositifs de protection contre la montée des eaux. L’attitude thaïlandaise qui consiste à éviter d’affronter les problèmes (mai pen rai, « ce n’est pas grave ») est un avertissement pour les métropoles asiatiques (Manille, Jakarta et Hô Chi Minh-ville) les plus exposées.

6Survenant six mois après le tsunami à Fukushima, les inondations de Bangkok soulignent les fragilités du « circuit intégré asiatique » Près de la moitié des lecteurs de disques durs étant assemblés en Thaïlande, l’arrêt des chaînes a eu des répercussions auprès des fabricants d’ordinateurs du monde entier. Ces deux catastrophes amènent à réévaluer le bien-fondé de l’organisation éclatée de la chaîne de valeur dans l’industrie manufacturière. Un sondage du JETRO (organisme japonais du Commerce extérieur) auprès des entreprises japonaises implantées en Thaïlande (juillet 2012) montre que près de la moitié d’entre elles envisageraient de délocaliser leur production vers l’Indonésie ou la Birmanie. Parmi les raisons avancées, il y a, outre le risque d’inondation, les difficultés à recruter de la main-d’œuvre qualifiée et la hausse des salaires.

7Renouant avec la « Thaksinonomics » de son frère, la Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a proposé un prix garanti du riz alors que la récolte mondiale atteignait un niveau record. Proposé à 560 dollars la tonne, le riz thaïlandais a souffert des concurrences indienne et vietnamienne et ses exportations ont chuté de 40 % au cours des cinq premiers mois de 2012. Devenue le deuxième exportateur mondial de riz, derrière l’Inde, la Thaïlande a perdu la première place qu’elle occupait depuis 1964 : elle avait alors supplanté la Birmanie.

Graphique 1 - Évolution de la production industrielle par trimestre dans l’Asean et en Thaïlande

Graphique 1 - Évolution de la production industrielle par trimestre dans l’Asean et en Thaïlande

Sources : Données nationales (Asean moyenne des pays pondérée par les PIB).

2 - L’incertitude birmane

8Avec une superficie proche de la Thaïlande et une population moins nombreuse, la Birmanie a néanmoins accumulé un retard économique considérable sur son voisin. En 1988, après trois décennies de pillage organisé des ressources nationales sans réel projet de développement national, le gouvernement a engagé des réformes qui n’ont toutefois pas marqué la fin de la mainmise de la junte sur l’économie et, sanctions internationales aidant, l’écart entre les deux pays s’est creusé. La structure des exportations – pierres précieuses et grumes vers la Chine, gaz vers la Thaïlande, textile vers le Japon – a peu évolué. Le secteur bancaire ne s’est pas relevé de la crise de 2003 et, rapporté au PIB, le niveau du crédit est aussi faible qu’en Corée du Nord. Faute de trouver des emplois, les Birmans sont proportionnellement aussi nombreux que les Philippins (10 000/1 000 000) à émigrer vers les pays voisins où ils représentent une main-d’œuvre corvéable à merci.

  • 2 Financial Times, 13 juin 2012.

9La remise en liberté d’Aung San Suu Kyi et des leaders de la génération 1988 ont amené la communauté internationale à lever ses sanctions pour un an. Le Japon a annulé 3,7 milliards de dollars de dette et remboursera la dette birmane à la Banque mondiale (BM) et à la Banque asiatique de développement (BAD) qui ont ouvert un bureau en Birmanie au mois d’août. Parmi les nombreux projets envisagés, il y a une route reliant l’Inde à la Thaïlande cofinancée par l’Inde. Les institutions financières internationales attendent la levée totale du veto de Washington. En novembre, à l’occasion de sa visite à Rangoun, la première d’un président américain, Barak Obama a annoncé la levée de l’embargo sur les importations de produits textiles tout en ajoutant sept noms à la liste des personæ non gratæ avec lesquelles les entreprises américaines ne doivent pas faire des affaires. En avril Washington avait autorisé les entreprises américaines à investir, mais les investisseurs – y compris Coca-Cola qui avait quitté la Birmanie en 1962 – n’ont pas encore donné suite à leurs projets. Le Parlement a adopté en octobre 2012 une loi sur l’investissement étranger. Intervenant au World Economic Forum de Bangkok (juin 2012), Aung Sang Suu Kyi a toutefois prévenu que cette loi « aurait moins de valeur que le papier sur lequel elle est écrite2 ».

10Pour la première fois, le gouvernement a révélé des détails du budget. La défense (une armée de 500 000 hommes) mobiliserait 20 % des dépenses, soit respectivement quatre et vingt fois plus que la santé et l’éducation, tandis que le Parlement n’aurait aucun droit de regard sur ce poste qui ne relèverait que de l’exécutif. En avril, l’adoption d’un régime de change flottant administré a fait rapidement converger le taux officiel de change totalement irréaliste de 6 kyat par dollar vers celui du marché noir (818 kyat par dollar). Depuis, recettes du tourisme et afflux de capitaux aidant, le taux de change n’a pas varié alors que l’inflation reste élevée ; aussi la monnaie birmane est-elle légèrement surévaluée. En outre, si les salaires sont faibles, les frais de logistique constituent un handicap pour les exportateurs qui souhaitent profiter de la levée des restrictions aux importations de produits birmans décidée par l’Union européenne (UE) et les États-Unis. Ces mesures permettront aux exportations birmanes de concurrencer celles du Viêt Nam et du Cambodge sur les marchés du poisson congelé et de l’habillement.

11Dans son rapport d’août 2012, la BAD conclut que la Birmanie triplera son revenu par tête d’ici 2030 – et non en trois ans comme le déclare le président birman – si le gouvernement persévère dans les réformes. Il reste de nombreuses incertitudes sur ce sujet de même qu’à propos de la restauration de la paix qui est un préalable au développement. Alors qu’un cessez-le-feu a été signé avec les Karen et d’autres groupes ethniques, les hostilités continuent avec les Kachin.

12La levée des sanctions internationales a permis au gouvernement birman de desserrer l’étreinte que la Chine exerce sur la Birmanie. Au mois de juin, Aung Sang Suu Kyi a fait une tournée triomphale des capitales européennes. Malheureusement pour elle, les banques européennes en difficulté se désengagent de l’Asie.

3 - Le désengagement européen

  • 3 Karel De Gucht, European Commissioner for Trade, « EU-ASEAN : an efficient machine for the next 45 (...)

13Ironie du calendrier des publications statistiques, le commissaire européen au Commerce déclarait3 en juin 2012 que l’UE était le premier débouché de l’Asean alors qu’Eurostat montrait que l’UE importait désormais moins de produits de l’Asean que les États-Unis (et beaucoup moins que la Chine, ignorée du commissaire). Entre janvier et juin 2012, le volume de conteneurs entre l’Asie et l’Europe a baissé de 13 % selon Llyod’s List. Cette chute est une conséquence de la crise européenne qui se transmet à l’Asie à travers le commerce, l’investissement – l’UE assure près d’un quart du stock d’investissements directs étrangers (IDE) dans l’Asean – et le crédit.

Graphique 2 - Créances des banques étrangères sur les pays de l’Asean

Graphique 2 - Créances des banques étrangères sur les pays de l’Asean

Sources : Données de la Banque des règlements internationaux (BRI).

  • 4 « French banks say adieu to financing Asian trade », Wall Street Journal, 4 septembre 2012.

14Devenues les principales créancières de l’Asean en 2008, les banques européennes connaissent depuis des difficultés analogues à celles des banques asiatiques en 1997. Pour réduire leur forte dépendance au marché interbancaire, elles se désendettent, cèdent des actifs, et cela les amène à abandonner des positions à l’étranger. Selon les analystes de la banque JP Morgan4, la part européenne (hors banques allemandes) dans le financement des grands projets asiatique aurait chuté de 40 % en 2010 à 3 % en 2012 (premier trimestre). La situation des banques françaises est la plus inquiétante. Elles jouaient un rôle de premier plan pour le crédit export (ventes d’avions, infrastructures) et refinançaient leurs positions longues en empruntant des dollars à court terme sur le marché interbancaire. L’accès à la devise américaine étant plus difficile depuis l’été 2011, les banques européennes ont perdu des positions sur ce marché au bénéfice des banques japonaises et coréennes qui, beaucoup plus liquides, ne rencontrent pas les mêmes problèmes de refinancement. Plus généralement, les statistiques de la Banque des règlements internationaux (BRI, voir graphique 2) montrent que les banques allemandes et françaises ont réduit leurs engagements sur les pays de l’Asean. On peut craindre que cette retraite bancaire européenne n’aggrave l’érosion de la position de l’UE sur ces marchés d’importation où sa part est désormais (2012) inférieure à 10 %.

15À court terme, l’Asean redoute que l’UE connaisse un « moment Lehman », c’est-à-dire un choc qui, comme lors de la faillite de la banque américaine en septembre 2008, précipiterait des rapatriements de capitaux, une baisse brutale des taux de change et des Bourses. L’UE reste la référence des débats sur les intégrations régionales au sud ; aussi les difficultés de la zone euro refroidissent-elles les ardeurs des partisans d’une intégration plus profonde de l’Asean qui a célébré son 45e anniversaire à Phnom Penh.

4 - L’Asean divisée

  • 5 Hubert Testard, Où en est le projet de communauté économique de l’Asean ?, Note de l’ambassade de F (...)

16Coïncidant avec son 20e sommet, l’anniversaire de l’Asean s’est conclu (avril 2012) sur des déclarations convenues : l’éradication de la drogue alors que le problème s’aggrave ; le rappel des étapes à franchir pour que la Communauté économique de l’Asean (AEC) devienne opérationnelle en 2015. L’objectif est d’instaurer un marché unique des biens, des services, des capitaux et des personnes, et de doter l’Asean de politiques communes. Pour suivre la mise en œuvre de ces engagements, le secrétariat de l’Asean a élaboré un tableau de bord qui indique l’état de l’adoption des mesures par les pays membres. Alors que le score de la première phase de libéralisation (2008-2009) se montrait satisfaisant avec quatre-vingt-douze mesures adoptées sur cent cinq qui avaient été proposées, celui de la phase suivante (2010-2011) se révèle médiocre (taux de réalisation de 56,4 %)5. S’il est peu probable que l’Asean réussisse à construire un marché unique sur le modèle européen à l’horizon 2015, les prochains sommets pourront néanmoins communiquer sur les avancées accomplies. Le futur de l’Asean dépend sans doute davantage de l’avenir des négociations pour un traité de libre échange entre la Corée, le Japon et la Chine. La Corée a pris les devants en engageant des discussions avec la Chine. Il faudra attendre un apaisement des tensions entre le Japon et la Chine pour que les négociations trilatérales commencent. S’il aboutissait, ce traité aurait de grandes chances de s’élargir à l’Asean. Cela a contribué à l’émergence d’un nouvel arrangement régional, le Regional Comprehensive Economic Partnership (RCEP), ouvert aux pays partenaires de l’Asean-ALE.

17C’est une voie concurrente vers l’intégration que Washington propose aux pays asiatiques. Principale initiative américaine depuis l’Asia Pacific Economic Cooperation (Apec) en 1989, le Trans-Pacific Partnership (TPP) se présente comme un accord « OMC plus » qui s’attaque aux barrières « derrière les frontières » et qui a l’ambition, selon Hillary Clinton, de devenir l’équivalent asiatique de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan).

  • 6 Jean-Raphaël Chaponnière, « L’accord Trans-Pacific Partnership et l’intégration économique de l’Asi (...)

18À l’origine du TPP, on trouve Singapour rejointe par le Brunei, lesquels, en 2005, se sont associés à la Nouvelle-Zélande et au Chili dans le Trans-Pacific Strategic Economic Partnership Agreement. L’initiative de ces quatre pays serait restée sans lendemain si, à la fin du mandat de G. W. Bush, les États-Unis, frustrés par l’absence de progrès dans les négociations de l’OMC (Doha Round), n’avaient décidé de la rejoindre. La décision américaine a convaincu l’Australie et le Pérou de s’y rallier à leur tour et, tandis que le Viêt Nam obtenait un statut d’observateur, le Japon manifestait son intérêt. Washington a invité la Chine à se joindre au TPP, mais son adhésion exigerait des réformes considérables et est peu envisageable. La Chine considère ce projet qui divise l’Asean6 comme une manœuvre visant à l’exclure d’Asie.

  • 7 Les Américains souhaitent appliquer le principe Yarn forward selon lequel les exportateurs d’habill (...)

19Les douze étapes (rounds) de négociations menées entre 2010 et juin 2012 devraient se conclure en décembre 2012, comme l’a rappelé le président américain Barack Obama au sommet de l’Apec à Vladivostok (septembre 2012). Rien n’est moins sûr. Certes, les négociations avec Singapour, qui a déjà signé un accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis, ne rencontrent que peu d’obstacles même si la cité-État est soumise à des exigences qu’elle avait refusées dans le cadre de l’ALE. En revanche, les négociations avec les pays qui n’ont pas signé d’ALE sont plus délicates : Washington demande à la Malaisie d’ouvrir ses marchés publics et de réduire les avantages offerts aux entreprises des Bumiputra (« enfants du sol », c’est-à-dire les Malaisiens d’origine malaise) ; les Américains envisagent d’appliquer au Viêt Nam des règles d’origine plus restrictives sur les exportations d’habillement7. Ces pays, qui devront faire des concessions, n’ont pas grand-chose à attendre de l’administration américaine qui, faute d’avoir obtenu la trade promotion authority (autorité commerciale) du Congrès, a peu de marge de manœuvre.

20En proposant le TPP, Washington capitalise sur les craintes suscitées par la montée en puissance de la Chine pour gagner un avantage économique. Les promesses de gains potentiels sur le marché américain ne peuvent pas occulter le fait que la Chine est le premier partenaire de l’Asean et qu’elle a engagé la négociation d’un ALE avec le Japon et la Corée du Sud qui pourrait s’étendre à l’Asean.

21La Chine n’aura jamais autant divisé l’Asean. En juillet 2012, pour la première fois en quarante-cinq ans, la réunion des ministres des Affaires étrangères ne s’est pas conclue sur une déclaration commune, du fait notamment du désaccord opposant les Philippines et le Viêt Nam à la présidence cambodgienne. Proche de Pékin, cette dernière a refusé d’évoquer l’incident entre les navires philippins et chinois sur l’atoll Scarborough Shoal revendiqués par les deux pays. Les pays de l’Asean, qu’inquiète l’émergence de moins en moins pacifique de la Chine dans la mer de Chine du Sud, redoutent également les conséquences d’un ralentissement de l’économie chinoise.

5 - Le ralentissement de l’économie chinoise

22La Chine est le premier partenaire commercial de l’Asean ; aussi sa conjoncture est-elle suivie avec attention dans toutes les capitales : la croissance des neuf premiers mois de 2012 a été la plus faible depuis 2009. Un ralentissement qu’expliquent la conjoncture internationale, les mesures administratives prises contre la bulle immobilière et également l’incertitude politique. Car si la Banque centrale a diminué les taux d’intérêt – les effets seront perceptibles au second semestre – le gouvernement sortant n’a pris aucune initiative en dépit des demandes de relance des provinces. Il semble absorbé par la préparation de la succession. En effet, pour la première fois depuis la disparition de Deng Xiao Ping en 1997, l’équipe qui arrive au pouvoir ne sera pas composée d’hommes repérés par le « Petit Timonier » et l’affaire Bao Xilai a témoigné des luttes qui accompagnent ce changement.

23L’impact du ralentissement chinois est surtout perceptible en Asie où, selon le Fonds monétaire international (FMI), la réduction d’un point de la croissance de l’investissement chinois diminuerait de 0,2 point la croissance des Philippines et de 0,6 celle de la Malaisie (voir graphique 3). Par ailleurs, les exportateurs sont affectés par la baisse des cours des matières premières qui accompagne le ralentissement de la demande chinoise : cela concerne tout particulièrement l’Indonésie qui exporte du charbon, de l’huile et du caoutchouc en Chine. Alors que les importations chinoises en provenance de l’Asean n’augmentent plus (en valeur), les statistiques chinoises montrent que les exportations vers l’Asean continuent de progresser assez rapidement.

Graphique 3 - Conséquences d’une baisse d’un point de la croissance de l’investissement chinois sur la croissance du PIB de certains pays asiatiques

Graphique 3 - Conséquences d’une baisse d’un point de la croissance de l’investissement chinois sur la croissance du PIB de certains pays asiatiques

Sources : FMI (août 2012).

24L’Asean est également affectée par la baisse des exportations chinoises qui ont fait du surplace en juillet après avoir augmenté de plus de 10 % (en dollars) entre janvier et juin 2012. Selon une évaluation de la BAD (2012), une baisse d’un point de la croissance des exportations chinoises provoquerait une baisse de deux tiers de point des exportations asiatiques vers la Chine. Les pays de l’Asean bénéficient toutefois de l’érosion de la compétitivité chinoise. Selon les statistiques américaines, entre janvier 2010 et juin 2012, la Chine a ainsi perdu 4 points de part de marché de l’habillement et le Viêt Nam, le Cambodge et l’Indonésie ont gagné 3 points ; on constate la même évolution sur les marchés de la chaussure ou du jouet. L’évolution du taux de change améliore la compétitivité des exportations de l’Asean car, à l’exception du peso philippin, les taux de change effectifs réels (qui tiennent compte des différentiels d’inflation) des monnaies de la région se sont tous dépréciés vis-à-vis du renminbi (voir graphique 4).

Graphique 4 - Taux effectif de change réel des monnaies sud-est asiatiques (janvier 2005 à juillet 2012)

Graphique 4 - Taux effectif de change réel des monnaies sud-est asiatiques (janvier 2005 à juillet 2012)

Source : Données de la Banque des règlements internationaux (BRI).

25Ce ralentissement est-il le signe du rééquilibrage annoncé depuis 2005 de la croissance chinoise vers la consommation ? Cette inflexion est l’objectif du 12e plan quinquennal (2011-2015). Cet ajustement pourrait se faire par le bas : les dépenses de consommation ralentiront également, mais à un rythme moins rapide que l’investissement, aussi leur part dans le PIB augmentera-t-elle. Toutefois, et compte tenu de la compétitivité chinoise dans les secteurs des biens de consommation, il est peu probable que l’industrie de l’Asean bénéficie à court terme de cette inflexion du régime de croissance pour gagner des parts de marché en Chine.

6 - La résilience économique de l’Asean

26En décembre 2012, la Banque asiatique de développement a révisé à la baisse ses prévisions pour l’Asie émergente (6 %) pour 2012 et les a légèrement réévalués à la hausse pour l’Asean (5,9 %) en 2012 et prévoit le même taux pour 2013. À l’exception du Viêt Nam, la bonne santé de la demande domestique a permis à ces pays d’amortir les conséquences de l’anémie japonaise, de la récession européenne, de la faiblesse de la reprise américaine et du ralentissement chinois. Avec, comme conséquence, une réduction des excédents courants (Malaisie, Singapour), voire l’apparition de déficits (surtout en Thaïlande, mais en fait dans tous les pays, à l’exception du Viêt Nam où l’austérité a contribué au rééquilibrage de la balance commerciale).

27L’Indonésie, qui avait été la principale victime de la crise de 1997, est sortie renforcée de la crise mondiale. Les agences de notation Fitch et Moody’s ont restauré son statut investment grade (investissement sûr). Sa dette publique ne représente plus que 24 % du PIB, ce qui offre des marges de manœuvre en cas de choc, et le déficit budgétaire (2 %) est modéré. Cette bonne santé des finances publiques est aussi la conséquence de la faiblesse des investissements dans les infrastructures (2 % du PIB, soit le quart de la Malaisie et la moitié de la Thaïlande). Alors que, entre 2001 et 2010, le parc automobile indonésien a triplé, le réseau routier s’est allongé de seulement 25 % ; quant au système portuaire de l’archipel, il est notoirement sous-dimensionné. Le gouvernement a placé beaucoup d’espoir dans les partenariats public-privé (PPP) pour construire les six corridors qui, selon le Master Plan indonésien publié en 2005, doivent relier les foyers de l’archipel. La réalisation des PPP se heurte aux difficultés d’accès au foncier, qui se sont aggravées depuis la décentralisation de 2002 et que cherche à réduire la législation foncière adoptée en 2012. Dans son rapport sur l’Indonésie (octobre 2012), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) suggère au gouvernement d’augmenter ses dépenses dans les infrastructures. Paradoxalement, le budget consacre davantage aux subventions (essence, électricité) qu’aux infrastructures (respectivement 5 % et 2 % du PIB). Justifiée au nom de la lutte contre la pauvreté, la subvention pétrolière profite plus aux propriétaires de grosses cylindrées qu’aux ménages qui utilisent le kérosène pour cuisiner. Réduire les subventions était la priorité de Susilo Bambang Yudhoyono (SBY) qui, au printemps, a néanmoins reculé devant l’opposition de son principal allié, le Golkar. Le gouvernement a probablement raté une fenêtre d’opportunité qui, du fait des échéances électorales – élection présidentielle en 2014 –, ne se reproduira pas avant 2015.

28Provoquée par la baisse des cours des matières premières (– 30 % pour le charbon), la chute des exportations a été compensée par la bonne tenue de l’investissement et de la consommation soutenue par les avancées sociales. Ainsi, en octobre 2011, le gouvernement s’est engagé à construire un système de sécurité sociale universelle d’ici 2014 ; en juillet, les négociations qui ont conclu les manifestations dans la banlieue de Jakarta ont abouti à porter à 165 dollars le salaire minimum sur Java Ouest. Redoutant la surchauffe, la Banque centrale a annoncé au printemps un durcissement des conditions d’octroi de crédit pour les achats de voiture.

29L’apparition d’un déficit courant, le tassement des entrées de capitaux – l’Indonésie les attire peu – et les sorties suscitées par la crise européenne ont affaibli la rupiah. Cela améliore la compétitivité des produits made in Indonesia. Ainsi, Foxconn, le sous-traitant taïwanais très présent en Chine où il est confronté à des grèves, construit une usine à Tanjong Priok pour y fabriquer des téléphones mobiles et envisagerait d’y investir entre 5 à 10 milliards de dollars. L’annonce de ce projet considérable montre que les mesures restrictives aux investisseurs dans le secteur minier ne freinent pas les projets dans le secteur manufacturier.

  • 8 La cité-État avait décidé d’augmenter les salaires – en élevant le montant des prélèvements par le (...)

30La Malaisie, économie la plus ouverte de l’Asean après Singapour, défie les lois de la gravité en résistant à la dégradation de la conjoncture internationale. En dépit d’une dette élevée, le gouvernement soutient la croissance pour préparer les élections législatives qui doivent se tenir avant le 13 mars 2013. Il a ainsi engagé plusieurs travaux d’infrastructures (Klang Valley, Mass Rapid Transit, terminal de regazéification de Malacca) et soutient un projet australien de traitement des terres rares à proximité de Kuantan qui est violemment combattu par les défenseurs de l’environnement. S’inspirant sans l’avouer de la révolution industrielle menée par Singapour en 19858, il a instauré un salaire minimum (297 dollars) pour accélérer la transition vers des activités à plus forte valeur ajoutée et sortir de la « trappe des pays à revenu intermédiaire » et, comme l’envisage le 10e plan (2010-2015), doubler le revenu par tête d’ici 2020. Trois millions de salariés sont concernés par cette réforme et, en outre, pour célébrer la fin du Ramadan, le gouvernement a offert une prime aux 5,2 millions de citoyens les plus pauvres. Comme en Indonésie, il a repoussé au-delà des élections la réforme de la subvention aux prix pétroliers qui grève le budget : la loi de finances présentée en septembre 2012 prévoit de ramener le déficit de 4,5 % (2012) à 4 % du PIB (2013) et d’arriver à l’équilibre en 2020.

31Dopée par ces initiatives, la bonne tenue de la demande domestique a plus que pallié la faiblesse de la demande externe ; aussi la croissance s’est-elle accélérée au premier semestre 2012 (+ 5,1 %). C’est dans un environnement porteur que la Malaisie a opéré les deux plus importantes introductions mondiales en Bourse après celle de Facebook : celle de la société d’huile de palme Felda et celle de CIMB qui a repris les activités asiatiques de la Royal Bank of Scotland.

32Le brusque ralentissement du commerce mondial au deuxième trimestre 2012 a détérioré la conjoncture de Singapour où la hausse des prix à la consommation dépasse le taux de croissance du PIB (2,3 %), une conjonction qui ne s’était produite que lors des périodes de crise (1985, 1998 et 2001). Si une partie de l’inflation est importée, une autre s’explique par les hausses des loyers et des transports – dont l’impact des nouvelles restrictions imposées sur les achats de plaques d’immatriculation des voitures. Une fois n’est pas coutume, la hausse des prix a amené le gouvernement à accorder un allégement exceptionnel des impôts des personnes les plus modestes. Quant aux 200 000 domestiques, elles auront droit à un jour de congé hebdomadaire à partir de janvier 2013 ! En dépit de ces mesures, la consommation a marqué le pas et contribue peu à la croissance, qui ralentit de trimestre en trimestre.

33L’heure des Philippines a-t-elle enfin sonné ? Sa croissance (6 %) talonne celle de l’Indonésie, elle a progressé de dix places au classement du Global Competitiveness Report (65e rang) de 2012 et les agences de notation envisagent de lui décerner l’investment grade. La reprise de l’investissement et les dépenses des ménages compensent les revers à l’exportation de l’industrie électronique. Les exportations de services se portent beaucoup mieux. Avec 680 000 salariés, les centres d’appel qui assurent 5 % du PIB font désormais jeu égal avec les centres indiens et ce succès permet aux Philippines d’entrer sur le marché des prestations plus sophistiquées que domine l’Inde. Sensibles à la campagne de promotion (« More fun in the Philippines ») de cet archipel très peu visité, les touristes ont été plus nombreux à s’y rendre (3,1 millions au cours des neuf premiers mois de 2012, soit 9 % de plus qu’en 2011). Si les transferts des migrants (10 % du PIB, soit la principale ressource en devises) ont dépassé les 2 milliards de dollars par mois, leur croissance ralentit.

34À mi-mandat, le président Benigno S. Aquino III (« Noy Noy ») reste populaire et la gouvernance s’améliore. Parfois très lentement. Vingt-quatre ans après le lancement de la réforme agraire par la mère du président, la Cour suprême a confirmé la décision de justice obligeant la famille du président à distribuer 4 300 hectares à 6 269 travailleurs de sa plantation. En dépit de l’opposition farouche de l’Église, le président pousse la Reproductive Health Bill qui encourage la contraception. Défiant les lobbies, son gouvernement a fait accepter par le Parlement les taxes sur le tabac et l’alcool, mais les « impôts sur le péché » doivent encore franchir la barrière du Sénat. Cet accord pourrait lui permettre d’élargir ses ressources qui, en points de PIB, sont les plus faibles de l’Asean. Si cela n’est pas le cas, l’accélération de l’économie pourrait rapidement se heurter à la faiblesse des infrastructures. En effet, faute de recettes, le gouvernement leur a consacré peu de moyens et il attendait beaucoup des projets de PPP qui tardent à se concrétiser. Fin août, il a donné le feu vert à la construction de deux autoroutes à péage entre le nord et le sud du Grand Manille.

35Dans une déclaration qui a surpris les marchés en début d’année, le ministre des Finances de Thaïlande a annoncé une forte hausse de l’objectif d’exportations pour 2012 ; six mois plus tard, il a reconnu avoir menti pour doper la confiance. La levée des sanctions sur la Birmanie fait l’affaire des exportateurs thaïlandais, qui souffrent par ailleurs de la détérioration de la conjoncture mondiale et, au troisième trimestre 2012, la production industrielle s’est contractée. La croissance de 2012 (autour de 6 %) repose sur la reconstruction, la réalisation des promesses électorales et l’effet de base (la comparaison avec la contraction du dernier trimestre 2011).

36Le salaire minimum journalier a été porté à 300 baht (+ 40 %) à Bangkok en avril et cette hausse sera généralisée à l’ensemble du royaume en 2013. Pour limiter l’impact de cette mesure sur les entreprises les plus utilisatrices de main-d’œuvre, le gouvernement a prévu des lignes de crédits subventionnés qui tardent à être mises en place. Par ailleurs, il a annoncé qu’il investirait l’équivalent de 3,7 points de PIB pour soutenir le prix du riz en 2012, alors que les exportations de riz représentent 2 % du PIB, que les stocks atteignent 12 millions de tonnes et que le bénéfice réel de cette mesure pour les agriculteurs fait l’objet d’un débat. Un soutien pourrait être accordé au caoutchouc : confrontés à la chute des cours (20 % au deuxième trimestre 2012), la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie étudient un mécanisme de stabilisation.

37Enfin, réalisant une de ses promesses de campagne, le Premier ministre a distribué au mois de juin 400 000 tablettes tactiles aux écoliers des zones rurales. Un geste qui tente de faire oublier les déficiences structurelles du système de formation sans résoudre les problèmes de fond. Ces mesures populistes ont une incidence budgétaire limitée : le déficit sera de 2,5 % du PIB en 2012 et la dette de l’État augmentera légèrement (de 49 % à 51 % du PIB en 2015), tout en restant parmi les plus faibles de l’Asean. Habituée des excédents, la balance courante sera déficitaire en 2012, mais les réserves sont confortables (huit mois d’importations).

Graphique 5 - Taux de croissance du PIB des pays de l’Asean (moyenne 2007-2011) et perspectives 2012

Graphique 5 - Taux de croissance du PIB des pays de l’Asean (moyenne 2007-2011) et perspectives 2012

Sources : Données nationales (Asean moyenne pondérée par les PIB).

38Naguère étoile montante de l’Asean, le Viêt Nam sort affaibli de la crise et des excès de la politique de promotion de champions nationaux engagée en 2005. Négligeant leurs métiers, les grands groupes publics ont abusé des facilités de crédit et multiplié les diversifications hasardeuses : l’efficacité de l’investissement diminue depuis cinq ans, la croissance de la productivité industrielle est la plus faible de l’Asean.

39Le ralentissement de 2012 – une croissance inférieure de 2 points à celle des années précédentes (voir graphique 5) – est le prix de la cure de désinflation engagée en avril 2011 sous le gouvernement de Nguyễn Tấn Dũng. La hausse des prix, qui était de 20 % au premier trimestre 2011, sera de 8 % en 2012. Alors que le crédit augmentait à 30 % par an depuis quatre ans pour atteindre 136 % du PIB, il s’est contracté (en valeur réelle) au premier semestre 2012. Les sociétés immobilières peinent à se refinancer alors que le marché s’effondre ; les entreprises d’État – dont une dizaine avec des dettes dix fois supérieures à leurs fonds propres – n’arrivent pas à faire face à leurs échéances et, selon le ministère du Plan, 40 000 entreprises ont déposé leur bilan (+ 6,5 %) au cours des neuf premiers mois.

40L’argent facile a nourri la corruption qui gangrène le secteur d’État : après le scandale de Vinashin, des dirigeants de Vinalines (transport maritime), Vinalec (électricité) et de la VIDB (banque d’investissement) ont été arrêtés. Assiste-t-on à une offensive contre la corruption ou à une des péripéties de la lutte entre le président Trương Tâń Sang et son Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng auquel on a retiré la supervision du Comité contre la corruption pour la confier au Parti ? Ces affaires ont des conséquences économiques. En août, l’arrestation du fondateur d’Asia Commercial Bank (ACB), familier du Premier ministre, a déclenché une panique bancaire vers les guichets de l’ACB. La Banque centrale vietnamienne a dû venir au secours de cet établissement. Cet incident aggrave la situation des banques qui sont fragilisées par la montée des prêts non performants. Ils représenteraient 10 % du bilan selon le gouverneur de la Banque centrale qui n’en reconnaissait que la moitié durant l’été 2012, mais deux fois plus selon les analystes de la banque japonaise Mizuho. Le gouvernement a pris du retard pour établir la structure de défaisance chargée d’isoler les actifs risqués évoquée avant l’été. Début septembre, la Commission de l’Assemblée a évoqué la demande d’un prêt de 12 milliards de dollars au FMI pour recapitaliser le secteur bancaire.

41Tandis que les banques réduisent leurs prêts, les statistiques vietnamiennes montrent que les entreprises étrangères ont diminué d’un tiers leurs projets au cours des sept premiers mois. Cette baisse concerne surtout les projets immobiliers car le Viêt Nam conserve des avantages dans l’industrie : Samsung projette d’employer 10 000 salariés pour faire du Viêt Nam sa plate-forme d’exportation de téléphones mobiles. À l’instar de ce qui était survenu en 2005, les attaques contre les établissements japonais en Chine pourraient précipiter de nouvelles délocalisations au Viêt Nam. En dépit de la hausse de 50 %, décidée en octobre 2011, du salaire minimum (72 euros par mois) des salariés des entreprises d’État, les exportations ont progressé, de même que les transferts de la diaspora, alors que les importations ralentissent. La conséquence a été une baisse rapide du déficit commercial – en dépit d’un déficit toujours élevé avec la Chine – et du déficit de la balance des paiements courants. Le retour à l’équilibre a stabilisé le taux de change dollar/đồng et les réserves atteignent onze semaines d’importations (au lieu de quatre fin 2011). Les achats des ménages ont ralenti (+ 6 % entre janvier et juillet) ; en revanche, leurs acquisitions d’or augmentent alors qu’elles diminuent partout ailleurs en Asie : un indice supplémentaire de l’érosion de la confiance des épargnants envers la monnaie nationale.

42En octobre 2012, l’OMC a accepté la demande d’adhésion du Laos. Le gouvernement laotien a renoncé à subventionner ses exportations agricoles, s’est engagé à ramener ses tarifs douaniers à moins de 19 % en moyenne et a ouvert dix activités de services à la concurrence internationale. En novembre, Vientiane a accueilli le 9e sommet de l’Asem et la préparation de cet événement a dynamisé le secteur de la construction (centre de conférences financé par la Chine, aéroport international financé par le Japon et la Chine) qui, avec les mines et l’industrie (dont l’habillement, qui n’a pas souffert de la crise européenne), tire la croissance. Les données de la balance des paiements montrent que le déficit commercial est financé par l’entrée d’investissements directs (mines, tourisme).

43En octobre 2011, les crues qui ont inondé dix-sept des vingt-quatre provinces du Cambodge ont fait deux cent quarante-sept victimes. En dépit de l’impact de ces intempéries sur l’agriculture, la croissance pourrait atteindre 6 % en 2012. Le textile est la principale source de devises (80 %), loin devant le tourisme. L’assassinat de trois grévistes par le gouverneur de Bavet (province de Svay Rieng) a contribué à ternir un peu plus l’image que le pays a construite auprès des donneurs d’ordre. Cela n’a pas encore eu d’impact sur les ventes aux États-Unis – pays qui est le quatrième fournisseur asiatique. Décidée à un an des élections législatives, la hausse du coût du travail – le salaire minimum a été porté à 72 dollars (septembre 2012) plus une prime d’assiduité de 10 dollars – pourrait susciter des délocalisations vers la Birmanie. L’aide est un substitut à la faiblesse des recettes budgétaires alors que la forte hausse des dépenses (défense et salaires) creuse le déficit. En mai, les bailleurs se sont engagés sur 1,7 milliard de dollars, mais la Banque mondiale a suspendu ses décaissements pour protester contre l’expulsion de trois cents familles d’un quartier de Phnom Penh transformé par un projet immobilier financé par la Chine.

44Annoncée depuis 2005, et régulièrement repoussée d’année en année, l’entrée en production des puits de pétrole offshore pourrait débuter en 2013. Cela devrait conduire à une intensification des relations avec la Chine, qui est le plus gros importateur de pétrole de la région. Les échanges avec la Chine ont d’ailleurs doublé entre 2010 et 2012 et, à l’occasion de la visite d’Hun Jintao en mars, le gouvernement cambodgien a prévu un nouveau doublement de ces échanges d’ici 2016. La Chine est présente à travers son « aide au développement » – 40 millions de dollars en dons et 30 millions de prêts concessionnels – et l’accès au crédit « offert » – ExIm Bank a annoncé en juin 523 millions de dollars pour plusieurs projets, dont une aciérie construite par le groupe chinois Delong. On la retrouve enfin à travers sa politique publique et privée d’investissement : la Chine est de loin le premier investisseur avec 7 milliards de dollars de projets approuvés par le Conseil pour le développement du Cambodge entre 2008 et 2011 (inclus), soit 2,5 fois plus que la Corée qui a été le deuxième investisseur au cours de la même période.

7 - L’émergence des classes moyennes et la montée des inégalités

45La bonne santé de la demande domestique, qui contribue à la résilience économique de l’Asean, s’explique par l’urbanisation et la montée des classes moyennes dans un contexte de creusement des inégalités.

46Alors que la consommation des ménages ne représente que 38 % du PIB en Chine, le taux le plus bas dans le monde, elle est de 58 % en moyenne dans l’Asean : c’est aux Philippines (65 %) que ce taux est le plus élevé ; il est de 41 % en Thaïlande et de 45 % en Indonésie. Plus de la moitié des habitants de l’Asean réside dans des zones rurales et, entre 2010 et 2020, la population urbaine augmentera de 60 millions d’individus, l’équivalent d’une ville de 1 million d’habitants tous les deux mois. À l’exception de la Thaïlande, cette urbanisation s’accompagne de l’essor de métropoles régionales. C’est tout particulièrement le cas en Indonésie où l’on recense une dizaine de villes de plus d’un million de personnes. Les lois sur la décentralisation leur ont donné les moyens de s’équiper ; ainsi, Makassar (Sulawesi) a un projet de construction de métro alors que Jakarta n’en a toujours pas.

  • 9 Martin Ravallion, « The developing world bulging (but vulnerable) middle class », Policy Research W (...)
  • 10 Ali Shimelse et Uri Dadush, « Global middle class is bigger than we thought », Yale Global, 2 juill (...)

47Étroitement lié à l’urbanisation, il y a l’essor des classes moyennes. M. Ravallion, de la Banque mondiale, classe dans cette catégorie ceux dont les revenus se situent entre 2 et 13 dollars par jour9. Une définition trop extensive et une mesure difficile à renseigner. Une alternative commode est de considérer que la classe moyenne rassemble les ménages ayant les moyens d’acheter une voiture, qui demeure le « bien non essentiel » le plus emblématique. À l’aune de cette définition10, la classe moyenne de l’Asean atteindrait 100 millions d’individus, dont près de la moitié en Indonésie. Selon la même logique, le rythme de son élargissement pourrait être rapproché de celui des ventes de voiture : elles ont en effet doublé depuis 2007 pour atteindre 2 millions d’unités en 2012, dont 700 000 en Indonésie et 500 000 en Malaisie et en Thaïlande.

  • 11 Helen Shwenken et Lisa Marie Heimeshoff (dir.), Domestic Workers Count, Data on an Often Invisible (...)

48Partageant un appétit de consommer, les ménages de la classe moyenne sont les véritables gagnants de la mondialisation. En effet, la libéralisation des échanges a allégé les impôts qui pesaient sur leurs achats de biens durables ; la libéralisation financière a amélioré les revenus de leur épargne tandis que l’ouverture a creusé l’écart entre leurs rémunérations et celles des personnes moins éduquées. C’est le cas en Indonésie où les salaires réels (déflatés de l’inflation) des ouvriers non qualifiés ont diminué depuis 2005 alors que les hauts revenus ont progressé. Les classes moyennes profitent de cette évolution qui a comme corollaire une baisse du coût des services assurés par des travailleurs du secteur informel. On peut en trouver une illustration dans l’importance du personnel de maison : 4 millions en Indonésie, 1,7 million aux Philippines, 300 000 en Malaisie, pour la plupart indonésiennes comme à Singapour (200 000). Ce « secteur invisible » assurerait 5 % de l’emploi urbain, un pourcentage cinq fois plus élevé que dans la France d’aujourd’hui, mais quatre fois moins élevé que dans le Paris d’Émile Zola11 !

  • 12 « Singapore takes tough line against striking bus drivers », Financial Times, 29 novembre 2012.
  • 13 Cf. « Falling on their wallets », The Economist, 7 janvier 2012.

49La situation est différente à Singapour où la classe moyenne s’interroge sur sa place entre les millionnaires (un ménage sur cinq, l’une des plus fortes concentrations au monde) et les migrants, dont le nombre a rapidement augmenté et qui ont des salaires significativement moins élevés que les autres migrants dans le monde pour un travail équivalent (comme l’a révélé la première grève en trente ans de la cité-État en novembre 201212). Architecte de la révolution industrielle de 1985 devenu depuis directeur d’un institut de recherche, Lim Chong Yah a proposé en 2012 trois années de hausse des bas salaires pour réduire l’importance des activités employant des travailleurs migrants et un gel des hauts salaires pour lutter contre les disparités de revenus qui minent la cohésion sociale. S’il a aussitôt rejeté cette proposition, le gouvernement s’est néanmoins senti obligé de réviser sa grille de salaires qu’il justifiait par la méritocratie. Face aux critiques, le salaire du Premier ministre Lee Hsien Loong a subi une coupe en janvier 2012 de 36 %, « tombant » à 1,4 millions d’euros annuel, mais demeurant quatre fois supérieur à celui du Président Obama13.

50Si la croissance a contribué à la baisse de la pauvreté dans l’Asean, elle s’est accompagnée d’un creusement des inégalités. Toujours criantes aux Philippines, elles le sont désormais en Indonésie. C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’évolution des politiques sociales, qu’il s’agisse de l’adoption d’un salaire minimum en Malaisie, de l’établissement d’un système de sécurité sociale en Indonésie ou des hausses de salaire dans plusieurs pays. Car si les échéances politiques expliquent le calendrier de ces réformes, elles ne répondent pas seulement à des préoccupations électorales. Elles s’inscrivent aussi dans la recherche d’un régime de croissance susceptible de renforcer la résilience des économies de l’Asean.

Notes

1 Banque asiatique de développement, Flood Management for Chao Phraya River Basin, mars 2012.

2 Financial Times, 13 juin 2012.

3 Karel De Gucht, European Commissioner for Trade, « EU-ASEAN : an efficient machine for the next 45 years », discours prononcé lors du Friends of Europe Policy Summit, « ASEAN at 45 : regional hopes, global clout », Bruxelles, 19 juin 2012.

4 « French banks say adieu to financing Asian trade », Wall Street Journal, 4 septembre 2012.

5 Hubert Testard, Où en est le projet de communauté économique de l’Asean ?, Note de l’ambassade de France à Singapour, juillet 2012.

6 Jean-Raphaël Chaponnière, « L’accord Trans-Pacific Partnership et l’intégration économique de l’Asie », Document de travail, Asia Centre, juin 2012.

7 Les Américains souhaitent appliquer le principe Yarn forward selon lequel les exportateurs d’habillement bénéficient d’un traitement préférentiel lorsque le fil et le tissu sont fabriqués dans les pays adhérents au TPP. 

8 La cité-État avait décidé d’augmenter les salaires – en élevant le montant des prélèvements par le Central Provident Fund – pour accélérer la transition vers les activités de haute technologie.

9 Martin Ravallion, « The developing world bulging (but vulnerable) middle class », Policy Research Working Paper, no 4816, 2009.

10 Ali Shimelse et Uri Dadush, « Global middle class is bigger than we thought », Yale Global, 2 juillet 2012.

11 Helen Shwenken et Lisa Marie Heimeshoff (dir.), Domestic Workers Count, Data on an Often Invisible Sector, Cassel, Kassel University Press, 2011 ; Centre d’analyse stratégique, Les Métiers en 2005, Paris, CAS, 2007.

12 « Singapore takes tough line against striking bus drivers », Financial Times, 29 novembre 2012.

13 Cf. « Falling on their wallets », The Economist, 7 janvier 2012.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Évolution de la production industrielle par trimestre dans l’Asean et en Thaïlande
Légende Sources : Données nationales (Asean moyenne des pays pondérée par les PIB).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2 - Créances des banques étrangères sur les pays de l’Asean
Légende Sources : Données de la Banque des règlements internationaux (BRI).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 3 - Conséquences d’une baisse d’un point de la croissance de l’investissement chinois sur la croissance du PIB de certains pays asiatiques
Légende Sources : FMI (août 2012).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 4 - Taux effectif de change réel des monnaies sud-est asiatiques (janvier 2005 à juillet 2012)
Légende Source : Données de la Banque des règlements internationaux (BRI).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 5 - Taux de croissance du PIB des pays de l’Asean (moyenne 2007-2011) et perspectives 2012
Légende Sources : Données nationales (Asean moyenne pondérée par les PIB).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Membre d’Asie 21 (Futuribles) et chercheur invité à Asia Centre, a été économiste au département « Asie » de l’Agence française de développement (AFD) entre 2005 et 2011, où il a suivi les économies asiatiques de même que les enjeux de la Chine en Afrique. Auparavant ingénieur de recherche au CNRS, spécialiste des économies asiatiques, il a été chercheur invité à l’Institute of South-East Asian Studies (ISEAS) à Singapour (1982-1984), expert au National Economic and Social Development Board (NESDB) en Thaïlande, chercheur invité à l’Euro Asia Centre de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead, 1995-1996), conseiller économique en Corée du Sud (1998-2000) et en Turquie (2000-2003). Parmi ses récentes publications, on trouve : Le Temps de la Chine en Afrique (avec Jean-Jacques Gabas, Paris, Khartala, 2012), « The socioeconomic consequence of the global crisis on Asia » (in Ulrike Schuerkens (dir.), Socioeconomic Outcomes of the Global Financial Crisis, New York, Routledge, 2012).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site