Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2013 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes

Avant-propos

Jérémy Jammes

Texte intégral

Je remercie par ordre alphabétique Alain Candille, Bruno Jetin, Rémy Madinier, François Robinne, Benoît de Tréglodé et bien sûr l’ensemble des contributeurs de ce volume pour leurs conseils, réactivité et cordialité dans la mise en place et l’aboutissement de ce projet éditorial.

1Contrecoup du « printemps arabe », catalyseur de tensions ethniques et socioéconomiques, signe d’une crise des modes de gouvernance contemporains, etc., une ou plutôt des types de sociétés civiles prennent visiblement forme en Asie du Sud-Est. La pluralité des terrains d’émergence, des modes d’expression, d’association et de revendication est nourrie d’une riche actualité et justifie de revenir dans cet avant-propos sur ce phénomène situé au cœur de crispations locales et de tensions internationales, avant de présenter les dossiers qui contribuent à enrichir notre appréhension du Sud-Est asiatique contemporain.

2De manière répétée dans différents pays de la région, il devient évident de remettre en question l’idée que « la » société civile et ses expressions plurielles seraient faiblement organisées et très fragmentées, sans aucune participation consciente de soi dans un projet plus vaste ou une sphère plus globale, propos qui avaient bonne presse il y a une dizaine d’années.

  • 2 Jonathan London, « Viet Nam and the making of market-Leninism », Pacific Review, vol. 22, no 3, 200 (...)

3De même, on peut encore lire que là où la présence de l’État se montre écrasante, à l’instar du Viêt Nam et son Parti unique, la société civile ne serait pas en capacité de vraiment se développer, certains commentateurs clamant que celle-ci n’existerait que dans les « désirs et imaginations2 » d’observateurs étrangers. La réalité est bien entendu plus complexe et les influences sont nombreuses sur ces individus et groupes qui décident de défendre leurs intérêts et de le faire savoir au plus haut niveau de l’État afin de pouvoir agir sur leur propre quotidien.

4Une somme impressionnante d’informations collectée en 2012 en Asie du Sud-Est par les contributeurs de ce volume démontre au contraire la richesse des modes opératoires et des effets de levier démocratiques en action dans la région. Ces exemples dessinent le contour d’une société civile polymorphe et tributaire d’actions individuelles et/ou collectives qui se produisent et se développent pour tenter d’infléchir le pouvoir en place et de promouvoir des formes positives de changement social. Dans des environnements sociétaux et un héritage politique propres, des acteurs de la société civile déploient un large éventail de techniques et de stratégies contribuant peu ou prou à une activation de modèles politiques occidentaux.

  • 3 Ce qu’ont bien montré John L. Comaroff et Jean Comaroff dans le cas africain (Civil Society and the (...)

5Penser la société civile dans le seul cadre des organisations non gouvernementales constituerait ainsi une erreur épistémologique car cette conception serait trop distanciée de la réalité du terrain. Le phénomène correspond moins à un ensemble d’organisations autonomes qu’à un processus de réseaux intersectoriels qui développe des structures plus ou moins souples et informelles selon le cadre répressif en cours localement. De même, un angle de vue consensuel qui serait porté uniquement sur les groupements de personnes qui s’opposent à l’État est trop étroit, dans la mesure où il met de côté un grand nombre d’actions citoyennes locales et fondées sur des dynamiques ethniques, clientélistes ou religieuses3.

  • 4 William Bryce Gallie, « Essentially contested concepts », Proceedings of the Aristotelian Society, (...)

6En réalité, les événements relatés et analysés dans le présent ouvrage soulèvent la question de la capacité des observateurs à identifier ces élans démocratiques et participatifs contemporains afin de cerner leur mode d’émergence, de fonctionnement, de revendication et d’impact sociologiques et politiques propres. Ces expressions citoyennes ne se revendiquent en effet pas toujours d’un modèle linéaire de démocratisation ou du discours de libération transitionnel d’un autoritarisme local, ce qui a fait le lit de nombreux mouvements messianiques et millénaristes dans la région au cours des siècles derniers. Le débat dans ce volume – entre Bernard Formoso, Romain Bertrand, François Robinne et moi-même – réfute l’idée qui voudrait qu’il y ait une théorie unique de la société civile, mais s’attache à prendre en compte les multiples versions, flexibles et ambiguës, d’un « concept essentiellement contesté4 » selon l’expression du philosophe William Bryce Gallie.

  • 5 Kyaw Yin Hlaing, « Burma: civil society skirting regime rules », in Muthiah Alagappa (dir.), Civil (...)

7« Pour comprendre le rôle des organisations de la société civile dans les pays autoritaires, nous devons regarder au-delà de l’espace juridique de la société civile fixé par l’État5 », avertissait le professeur et militant birman Kyaw Yin Hlaing. Et, à quelques exceptions près, les actions entreprises et les revendications portées par ces élans citoyens ne peuvent pas être de facto répertoriées comme « anti-gouvernementales » ou « dissidentes », mais plutôt être vues comme les expressions d’une opinion critique qui se développe indépendamment du système éducatif officiel.

  • 6 Ann M. Florini et Koryu Senta Nihon Kokusai (dir.), The Third Force : the Rise of Transnational Civ (...)

8De manière significative, et sans concertation préalable entre de nombreux auteurs de cet ouvrage, les questions de société civile constituent la majeure partie du temps un « troisième secteur6 » dans les analyses des différents pays de la zone, distinct et complémentaire de l’État et du marché.

9Les données apportées dans cet ouvrage sur l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) par l’État et/ou par les acteurs de la société civile montrent que celles-ci (téléphone cellulaire, blogs, Twitter et autres réseaux sociaux sur Internet) ont profondément changé les modes de fonctionnement des acteurs sociaux. Les NTIC et leur usage – soutenu souvent par d’énergiques stratégies de marketing – offrent de nouveaux champs pour les actions civiles. Le changement social, vu sous un angle kaléidoscopique, est moins compréhensible dans les termes de formes ou de structures, et est plutôt un processus interactif d’idées, de valeurs, de réseaux, de revendications et de technologies, le tout inscrit à l’interface d’influences traditionnelles locales et occidentales et mettant en scène un usage, une appréhension et une sensibilité asiatiques des NTIC. Ces réseaux sont fondés sur des relations interpersonnelles au sein et en dehors du gouvernement, s’auto-organisant ou coagulant de nouveaux réseaux, plus informels, voire virtuels. Les actuelles et futures études en sciences humaines et sociales contemporaines auraient tout à perdre à négliger de tels usages sociaux et « prothèses » du modèle occidental de la démocratie parlementaire qui font partie du quotidien d’une part exponentielle de personnes, redéfinissant d’anciennes conceptions qui ont pu prendre valeur de dogme, comme les rapports centre-périphéries, campagnes-villes, éduqués-illettrés ou encore les rapports et cultures de classes, etc.

  • 7 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, cours du Collège de France, Paris, Éditions de Fallois, 1989.
  • 8 Harold Crouch, « The military mind and economic development », in Soedjati Djiwandono et Yong Mun C (...)

10Dans cette dynamique de (re)politisation des sociétés sud-est asiatiques, le rôle des forces armées nationales est crucial. Selon Raymond Aron7, de l’expérience de différents États se dégageraient des lois historiques et un déterminisme régirait le rôle des militaires dans la gestion d’un pays. Sur l’Asie du Sud-Est à proprement parler, l’analyse de Harold Crouch fait le constat (ouvert à polémique) qu’un rôle dominant laissé aux militaires au sein des gouvernements de la région contribue la plupart du temps à installer une période de stabilité politique favorable à la croissance économique8. Si les pays de la zone montrent une forte capacité d’adaptation aux crises économiques mondiales – objet d’un dossier de Jean-Raphaël Chaponnière dans ce volume – il convient de réfléchir à l’évolution contemporaine de la place et du rôle des militaires dans les gouvernements actuels, avec en point de mire la capacité (ou non) de ces derniers à relever des défis politiques, économiques et civiques. Dans un effort de synthèse délicat, Pierre Journoud et Hugues Tertrais tentent d’opérer des distinctions, selon que l’armée est « professionnalisée » et cantonnée à des tâches de défense, qu’elle apparaît au contraire comme « structurante » dans l’État concerné ou qu’elle se montre « interventionniste ».

11Dans un registre concomitant, la demande, la gestion et la commercialisation des ressources énergétiques alimentent dans une large mesure les tensions régionales au niveau macrosociologique et des politiques de développement, affectant de surcroît la vie quotidienne des citoyens. Pierre-Olivier Peytral et Jean-Christophe Simon réfléchissent précisément sur les défis politiques, spatiaux et climatiques de l’énergie en Asie du Sud-Est, sur les évolutions énergético-économiques des pays de l’Asean et sur l’émergence d’une « pensée verte » écologique, cette dernière étant une matrice potentielle des revendications de la société civile à des niveaux d’échelle local et régional.

  • 9 Milton Osborne, Sihanouk : Prince of Light, Prince of Darkness, Chiang Mai, Silkworm Books, 1994, p (...)

12La chronologie, en fin d’ouvrage, des événements principaux survenus en Asie du Sud-Est en 2012 illustre parfaitement à quel point les relations internationales dans la région demeurent rythmées et placées sous tension par les velléités énergétiques de Pékin en « mer de Chine méridionale » (vue de Pékin), en « mer de l’Est » (vue de Hanoi) ou en « mer des Philippines de l’Ouest » (vue de Manille). Mais l’actualité géopolitique de la région a connu également une résonance historique avec le décès à Pékin du monarque et homme d’État cambodgien Norodom Sihanouk le 14 octobre 2012, à 90 ans. Grégory Mikaelian, auteur de l’article sur le Cambodge, revient sur ce roi qu’il juge « méconnu » en raison de projecteurs médiatiques trop souvent focalisés sur l’étonnant, le détonnant, parfois l’insolite comportement politique de Sihanouk, ouvrant par ailleurs d’innombrables zones d’ombre sur le sens historique de sa carrière et de sa monarchie constitutionnelle d’inspiration européenne. « Prince de la Lumière et des Ténèbres » à la fois, Sihanouk aura sans doute aussi été un « prince de la Tragédie », pour reprendre le mot de l’historien Milton Osborne, c’est-à-dire le dirigeant « dont les propres tragédies personnelles n’ont fait que faire partie d’une tragédie nationale cambodgienne encore plus grande9 ». Au-delà du destin, le décès de Sihanouk et les perspectives qu’il ouvre dans l’échiquier cambodgien participent, aux côtés des questions soulevées dans les trois dossiers, le débat et les articles des onze pays de la zone, à une vision contrastée des dynamiques et enjeux sociétaux, politiques, économiques et sécuritaires dans le processus de l’intégration régionale. De telles forces ne sauraient se limiter aux seuls intérêts des nations et doivent prendre en compte l’émergence tout aussi contrastée de sociétés civiles plurielles.

Notes

2 Jonathan London, « Viet Nam and the making of market-Leninism », Pacific Review, vol. 22, no 3, 2009, p. 393.

3 Ce qu’ont bien montré John L. Comaroff et Jean Comaroff dans le cas africain (Civil Society and the Political Imagination in Africa, Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 20).

4 William Bryce Gallie, « Essentially contested concepts », Proceedings of the Aristotelian Society, vol. 56, 1956, p. 167-198.

5 Kyaw Yin Hlaing, « Burma: civil society skirting regime rules », in Muthiah Alagappa (dir.), Civil Society and Political Change in Asia : Expanding and Contracting Democratic Space, Stanford, Stanford University Press, 2004, p. 414.

6 Ann M. Florini et Koryu Senta Nihon Kokusai (dir.), The Third Force : the Rise of Transnational Civil Society, Tokyo-Washington, Japan Center for International Exchange-Carnegie Endowment for International Peace, 2000.

7 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, cours du Collège de France, Paris, Éditions de Fallois, 1989.

8 Harold Crouch, « The military mind and economic development », in Soedjati Djiwandono et Yong Mun Choeng (dir.), Soldiers and Stability in Southeast Asia, Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, 1988.

9 Milton Osborne, Sihanouk : Prince of Light, Prince of Darkness, Chiang Mai, Silkworm Books, 1994, p. 274.

Auteur

Directeur adjoint de l’Irasec à Bangkok, est docteur en ethnologie. Sa thèse, soutenue à l’université Paris X-Nanterre en 2006, portait sur le caodaïsme, l’activité missionnaire, les rituels médiumniques, les velléités indépendantistes et les réseaux outre-mer de cette religion vietnamienne. Tout en continuant ses travaux sur le caodaïsme, il a étendu ses recherches aux phénomènes de conversion et aux discours, pratiques et réseaux missionnaires chrétiens, ainsi qu’à l’ensemble des situations d’interpénétration culturelle engendrées auprès des populations vietnamiennes et montagnardes des deux côtés de la frontière vietnamo-cambodgienne, dans une démarche associant l’ethnologie à l’histoire et à la sociologie des religions. C’est dans cette perspective qu’il codirige avec Pascal Bourdeaux un ouvrage collectif ainsi qu’un numéro thématique (Social Compass, à paraître en 2013) sur le protestantisme évangélique en Asie du Sud-Est. Il a auparavant dirigé avec ce dernier le numéro « Religions du Vietnam (XVIIIe-XXIe siècle), ésotérisme traditionnel et nouvel occultisme » (Péninsule, 2010). Son ouvrage sur le caodaïsme, Les Oracles du Cao Đài, est en cours de publication (Paris, Les Indes savantes, à paraître en 2013).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site