Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Nam Theun : le barrage, l’eau, l’homme et l’éléphant

Paru dans Fase no 6 de juin 2006

Texte intégral

1Coquette et timide dans son beau sarong de soie verte et son polo rayé, Kongmanee, 25 ans, est habituée aux visites d’étrangers dans le village de Ban Sop On. « C’est bien mieux qu’avant, bien plus confortable. On a la route, un médecin qui nous visite régulièrement, une école et l’électricité », dit-elle à un employé laotien qui fait office de traducteur. Elle espère que ses enfants termineront leurs études secondaires « pour devenir enseignants, policiers ou militaires ».

  • 1 La NTPC est formée par EDF International (35 %), la société d’État laotienne LHSE (25 %), la firme (...)

2Ban Sop On est le village-pilote établi il y a trois ans par la Nam Theun 2 Power Company (NTPC), consortium en charge de la construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Nam Theun1, à quelque 140 kilomètres au nord-est de la ville laotienne de Thakkek, frontalière de la Thaïlande. Dans le rude paysage de grès du plateau de Nakai, avec ses maisons sur pilotis surmontées d’un toit en tôle ondulée, ses puits et son dispensaire, ce village-modèle reflète le bond en avant vécu par la cinquantaine de familles qui l’habite. Aujourd’hui déserté, leur village d’origine n’est qu’à sept kilomètres de distance, mais il était coupé du monde, sans eau, sans électricité.

3La construction du barrage, approuvé par la Banque mondiale en juillet dernier, bouleverse la vie sur le plateau transformé en un gigantesque chantier. Affluent du Mékong, la Nam Theun est détournée pour permettre de remplir un réservoir de 450 kms carrés — presque la surface du lac Léman — grâce à l’érection d’un barrage de retenue. Après avoir dévalé un puits vertical et souterrain de 350 mètres, l’eau alimentera une centrale de 1 080 MW, dont 95 % de la production sera exportée vers la Thaïlande voisine. La construction de la centrale a nécessité l’excavation d’une colline. Au fond de cette arène colossale, face aux quatre gueules béantes creusées dans la paroi rocheuse d’où sortira le flot qui alimentera les turbines, des centaines d’ingénieurs et d’ouvriers jettent les fondations de la future imité de production.

4Les deux tiers du plateau seront inondés. Environ six mille ruraux, appartenant à une vingtaine de groupes ethniques, seront déplacés. Le relâchement de l’eau par la centrale dans la rivière Xe Bang Fai, autre affluent du Mékong, provoquera une forte érosion qui affectera le stock de poisson et les cultures des populations riveraines. Échaudée par l’échec du barrage sur la rivière Mun dans le nord-est de la Thaïlande, la Banque mondiale a multiplié les précautions avant de garantir financièrement le projet à la tête d’un consortium de vingt-sept institutions financières. Des programmes élaborés sont ainsi mis en place pour « modérer » ou « compenser » les impacts négatifs du barrage.

5Ils vont du développement de l’agriculture commerciale pour des populations vivant jusqu’à présent de chasse, de cueillette et d’un peu de riz de montagne aux cérémonies requises pour apaiser des esprits locaux ou le déplacement d’un stupa. Sans oublier de former les paysans à parer des attaques d’éléphants. Car les hommes ne sont pas seuls en cause. Sur le plateau de Nakai, quelque 190 pachydermes sont de plus en plus menacés, depuis quinze ans, par une exploitation forestière sauvage, dont l’armée laotienne est le principal acteur.

6« On espère que les éléphants se dirigeront vers le nord et l’est du plateau [où se trouve un parc naturel protégé]. En tous les cas, ils savent nager. Traverser le réservoir ne sera pas un problème pour eux, d’autant plus qu’il y aura beaucoup d’îlots », dit un expert en environnement de la Banque mondiale.

7L’expérience passée montre que les autorités laotiennes sont assez laxistes dans l’application des mesures de protection de l’environnement. Les responsables de NTPC estiment que le parc naturel au nord du plateau, auquel le consortium consacrera 26 millions d’euros du début de la construction jusqu’à la fin de la concession de vingt-cinq ans, sera l’un des rares du pays où les règlements seront strictement suivis.

8Malgré le nombre important d’études sur l’impact social et environnemental — un « record mondial », reconnaissent même les détracteurs du projet — les inconnues restent nombreuses. « En fait, il y a beaucoup d’impacts que nous ne connaissons pas, parce qu’il y a un manque de données, un manque de connaissances scientifiques. On essaie simplement de se préparer », reconnaît Olivier Salignat, vice-directeur de la division environnementale et sociale de NTPC. Les plus exposés semblent être les cent mille habitants vivant le long de la Xe Bang Fai. Un programme de développement, ciblant deux cents villages, est prévu : construction de digues pour protéger les rizières des inondations dues aux fluctuations du niveau du fleuve, amélioration des techniques agricoles, installations d’équipements sanitaires.

9Murray Watson, scientifique britannique qui travaille sur le barrage voisin de Theun-Hin Boun, confirme la difficulté de faire des prédictions. « Immédiatement après la mise en service du barrage de Theun-Hin Boun, les stocks de poisson ont été balayés. Puis ils sont revenus après deux ou trois ans. Dans le cas de la Xe Bang Fai, le principal problème risque d’être les sédiments en suspension qui abîmeront les rizières lors des inondations », estime-t-il. La construction du barrage et des tunnels a déjà produit des surprises, comme la découverte d’un site funéraire ancien : un squelette assis en position fœtale avec, à ses côtés, des bijoux. Il daterait « de trois mille à dix mille ans ».

10Pendant la durée de la concession, le gouvernement laotien doit empocher en tout 1,6 milliard d’euros en royalties, taxes et dividendes, une enveloppe qu’il a promis de consacrer principalement à l’éradication de la pauvreté. Lors d’un séminaire à Thakkek, une représentante du ministère laotien des Finances a évoqué une « diminution de moitié de la pauvreté d’ici à 2015 ».

11Mais les engagements du gouvernement central ont du mal à s’imposer. Un gouverneur de province est souvent plus puissant qu’un ministre, il rechigne à partager ses recettes. À ce jour, les revenus des barrages construits au Laos n’ont pas contribué à la lutte contre la pauvreté. En ayant fait une condition de sa participation financière, la Banque mondiale compte veiller au grain. « Tout est planifié, mais ce n’est pas une garantie », estime, toutefois, un cadre de la NTPC.

Notes

1 La NTPC est formée par EDF International (35 %), la société d’État laotienne LHSE (25 %), la firme thaïlandaise EGCO (25 %) et l’entreprise thaïlandaise de travaux publics Italian-Thai (15 %).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site