Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Angkor : la renaissance du Baphuon

Paru dans Fase no 6 de juin 2006

Texte intégral

1Situé au cœur du complexe d’Angkor, le temple du Baphuon, dont la visite était interdite au public depuis plus de dix ans pour cause de rénovation, est désormais ouvert partiellement aux visiteurs. Auparavant, seule l’allée centrale menant au temple pouvait être empruntée et un parcours aménagé au rez-de-chaussée permettait de faire le tour, à distance, de l’ensemble du chantier. Désormais, les milliers de curieux pourront se rendre directement au premier étage de ce temple-montagne, où des panneaux explicatifs retraçant l’évolution des travaux ont été dressés sous un toit de chaume.

2« En quelque sorte, c’est un premier pas vers un accès complet qui aura lieu dans trois ans. Nous avons organisé un cheminement qui permet aux visiteurs de regarder de près les ouvriers travailler tout en admirant, en toute sécurité, cette partie du temple en fin de restauration », explique le responsable de l’immense chantier, Pascal Royère, architecte et membre de l’École française d’Extrême Orient (Efeo).

3Ouvert en 1995 sur financement des ministères français des Affaires étrangères et de la Culture, poursuivi dans le cadre du Fonds de solidarité prioritaire sur le site d’Angkor, confié à l’Efeo, le chantier est devenu l’un des plus célèbres et, surtout, l’un des plus médiatisés de tous les projets de restauration des temples du complexe.

4Les raisons sont multiples. Tout d’abord, l’ampleur du projet : élevé au XIe siècle, le Baphuon est l’un des plus importants temples de l’histoire angkorienne. Classé juste derrière Angkor Wat par sa taille, il est situé près du Bayon, dans la zone centrale d’Angkor Thom. « Il est porteur d’un style qui risquait de disparaître à tout jamais », explique Royère. Monastère çivaïte à l’origine, le Baphuon se caractérise par des transformations successives au gré des humeurs des rois d’Angkor jusqu’à la dernière, la plus colossale : la construction, au XVIe siècle, d’un énorme bouddha couché sur les soubassements du deuxième étage, dans la partie occidentale de l’édifice. La richesse d’une telle image dans un contexte historique encore mal cerné, les proportions de cette statue qui en font l’une des plus grandes représentations du Bouddha, mais aussi l’intérêt qu’elle constitue pour l’histoire du Baphuon, sont autant d’éléments qui ont attisé les curiosités.

5Le programme de restauration du Baphuon s’inscrit, en outre, dans la continuité d’une des plus longues entreprises engagées par la Conservation des monuments d’Angkor. Il est, en effet, l’un des premiers chefs-d’œuvre à bénéficier de travaux de dégagement : dès 1908, soit dans la foulée de la création de la Conservation.

6« À cette époque déjà, le temple est en très mauvais état », rapporte Royère. « De 1920 à 1940, il se dégrade progressivement. Des pans entiers s’écroulent les uns après les autres. En 1943, la moitié orientale de la face Nord des second et troisième étages s’effondre soudainement sur la plate-forme du premier niveau. Le glissement de terrain emporte avec lui l’ensemble des maçonneries des soubassements des deux étages, mais également les structures qui surmontaient ces plates-formes, en particulier les ailes orientales des galeries Nord des second et troisième étages, ainsi que les tours qui marquaient l’angle Nord-Est de ces deux niveaux », explique l’architecte.

7En 1959, la Conservation d’Angkor entreprend enfin le sauvetage et une anastylose complète est envisagée. Bernard Philippe Groslier, à l’époque conservateur d’Angkor, entend ainsi anticiper la ruine par le démontage préventif de parties du monument afin de les consolider en attendant de remonter le tout. La façade orientale du Baphuon est entièrement démembrée et les pierres entreposées dans les dix hectares de forêts alentours. Ces travaux seront ralentis puis définitivement stoppés par la guerre, en 1971.

8« Lorsqu’il a été décidé de reprendre le remontage du temple, en 1995, le monument, aux trois quarts démonté, ressemblait par endroit davantage à un gros tas de sable. Seules les structures du premier étage et la totalité de la façade Ouest des second et troisième étages étaient dans leurs dispositions initiales. Sur les faces Nord et Sud, le monument n’offrait plus qu’un enchevêtrement de pierres éboulées, avec en de rares endroits des talus de remblais protégés par un parement de latérite disposé en gradins superposés en retrait les uns des autres, de façon à contenir la masse de sable constituant l’ossature du temple. S’ajoutait une problématique de taille : l’ensemble des notes de chantiers enregistrées au cours des dix années de travaux effectués avait disparu », se souvient Royère.

9Les quelque 300 000 pierres de 500 kilos chacune, déposées préventivement à l’aube des années 1960 dans la forêt environnante, gisent alors au sol telles les pièces d’un immense puzzle en trois dimensions dans une énorme boîte dont le mode d’emploi et l’image à reconstituer auraient été perdus. Les seules indications à la disposition des savants sont un petit millier de photographies prises entre 1910 et 1971 et la mémoire de quelques ouvriers, âgés de 20 à 30 ans à l’époque du démontage du site. Rien de plus.

10Il faut donc improviser, mettre au point une méthode de travail, recenser les blocs, apprendre à les reconnaître, à les classer. Royère pense qu’il peut faire appel à l’outil informatique. Le rêve est de courte durée. « Il s’agit d’un véritable puzzle avec chaque pierre à sa place et une place pour chaque pierre. Nous pensions qu’en modélisant chacune des 300 000 pierres et en entrant ces coordonnées dans un logiciel, nous aurions pu reconstituer le tout. Un test nous a montré que cela était impossible », se rappelle-t-il. Il change alors son fusil d’épaule, range son ordinateur et repart sur le terrain.

11À force d’observations, Royère réalise que la façade Ouest, la seule encore intacte, obéit à des jeux de symétries et de répétitions. Ce répertoire de formes est, de plus, associé à chaque assise. « Les bâtisseurs construisaient treize niveaux de soubassement au premier étage, et dix au second. Nous avons donc découpé cette façade en une sorte de mille feuilles. Nous avons imaginé, partant de là, ce qui allait se trouver sur les autres façades pour chaque feuille ainsi découpée. Comme chaque pierre est agrémentée d’un décor sculpté, une fois ce décor reproduit sur des feuilles papier A4, nous partions dans la forêt, classeurs sous le bras, à la recherche de chaque décor sur les pierres disséminées ».

12Parallèlement, sur le site, des structures de renforcement sont élevées : des murs de soutien destinés à recevoir les pierres originelles au fur et à mesure qu’elles sont retrouvées. Un système complexe de drainage est installé sous chaque escalier du temple afin d’évacuer les eaux de pluies. L’immense puzzle à l’échelle des dieux prend progressivement forme, étage par étage. Il n’en reste pas moins, aujourd’hui, 30 % de pierres à identifier et beaucoup ne seront jamais remontées. Lors des effondrements, des décors se sont cassés ou ont été altérés. La pierre perd ainsi son empreinte, son identité. Elle ne correspond plus à la base de données, n’est plus identifiable. Ces pierres forment désormais un dépôt lapidaire à ciel ouvert tout autour du temple.

13Lorsque le chantier du Baphuon sera achevé dans quelques années, il sera le projet le plus complexe et le plus long de l’histoire de la Conservation. Paradoxalement, le plus important aux yeux de Royère, qui y aura alors consacré une partie de sa vie professionnelle, n’est pas d’avoir réussi l’impossible et mener à terme sa mission dans un laps de temps relativement court. « Par le biais des procédures de démontage et de remontage qui caractérisent une anastylose, ce chantier a en fait été une opportunité extraordinaire de comprendre les techniques utilisées par les bâtisseurs d’Angkor », dit-il, avant de poursuivre : « nous savons, par exemple, que les architectes de l’époque s’étaient rendu compte des problèmes de stabilité de leur œuvre en cours de chantier. Cela les avait obligé à modifier la forme du troisième étage. Mais ces modifications n’ont pas suffi. Les dégradations du Baphuon commencent, en réalité, avec sa construction ».

14« Mille ans plus tard, conclut Royère, nous avons reproduit les gestes de ces gens-là. Nous sommes quasiment partis de zéro et nous avons progressé étape par étape. Les méthodes de construction nous sont ainsi apparues, avec leurs réussites et leurs échecs. En remontant leur temple, nous avons remonté le temps et ainsi analysé en profondeur comment ce joyaux de l’art khmer avait été pensé et surtout, bâti ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site