Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Loei : un petit blanc thaïlandais promu AOC

Paru dans Fase no 4 d’avril 2006

Texte intégral

1La brume couvre d’un voile fantomatique une maussade campagne parsemée de petits lacs et de troncs calcinés. Comme une marée ouateuse, elle monte par vagues successives du plateau de Loei vers les sommets du Phu Reua qui domine cette région frontalière du Laos de ses 1 365 mètres d’altitude. Ce n’est certes pas la verdoyante vallée de la Loire, avec ses vallons lumineux et ses antiques manoirs, mais la province de Loei n’en offre pas moins les vins les plus fins du royaume de Thaïlande, particulièrement ses blancs qui commencent, dix ans après la première récolte, à retenir l’attention de connaisseurs du vieux continent.

2« Regardez comme elles sont saines », lance Kanitda Kamasuta, directrice de CPK plantation Co. Ltd, la firme qui produit la gamme des vins Château de Loei. Elle enveloppe de sa main les larges feuilles de vigne qui subsistent après les vendanges de février. Ces feuilles, dit-elle, alimentent des restaurants méditerranéens de Bangkok, « parce qu’ils doivent être absolument sûrs qu’aucun engrais chimique ni aucun pesticide n’est utilisé ». Les premiers grappillons apparaissent déjà, mais une année de labeur sera encore nécessaire pour la prochaine récolte, début 2007.

3Lancée en 1990 par Chaiyud Kamasuta, fondateur et, alors, président d’Ital-Thai, la première firme de BTP du pays, cette aventure atteste des difficultés d’acclimater sous les tropiques des plants de vigne allogènes. « C’est comme si vous essayiez de cultiver des durions près de Paris. Il y aurait d’innombrables difficultés dues au climat, au sol et à 1 environnement », s’amuse Kanitda, une fringante quinquagénaire qui maintient sa forme avec trois heures quotidiennes de yoga.

4Décédé il y a deux ans, Chaiyud avait découvert le monde vinicole grâce à son partenaire et ami italien, Georgio Berlingieri, avec lequel il avait créé dans les années 1950 Ital-Thai, à l’époque une petite firme impliquée dans le renflouement de bateaux. « Il était passionné d’agriculture et cette passion s’est étendue aux vins. Il a visité toutes les bonnes caves de la planète. CPK a été la première firme à importer des vins français de grande qualité en Thaïlande », dit Kanitda.

5Les plants de vigne sont donnés par le roi de Thaïlande, qui a démarré des vignobles expérimentaux depuis une quinzaine d’années autour de Mae Jo (province de Chiang Mai). Des boutures de différents vignobles sont importées de France : cabernet sauvignon, cabernet franc, chardonnay, sauvignon blanc, merlot... Mais la plupart des greffes échouent en raison de la longueur de la saison humide. « Finalement, les boutures de syrah (rouge) et de chenin blanc, importées de la région de la Loire, sont celles qui se sont les mieux adaptées. Les autres ne pouvaient pas supporter les pluies », dit Suwannapong Thongplew, directeur-général du site de production.

6Quand la production démarre en 1995, le processus est supervisé par Michel Rippes, maître de cave français qui a travaillé pendant dix ans dans un vignoble du Bordelais. Les premières vendanges sont prometteuses, surtout pour le blanc qui a connu sa première heure de gloire quand il a été placé sur la table des chefs d’État et de gouvernement lors du premier sommet Asie-Europe en 1996 à Bangkok. Après ce bon début, des complications apparaissent : Michel Rippes souhaite effectuer une récolte au mois d’août, parallèlement à la récolte de février-mars, pour suivre un calendrier proche de celui auquel il est habitué en France. Mais les grappes sont trop abîmées par les fortes pluies de mousson.

7« Il y a eu une pause. Mon beau-père (Chaiyud Karnasuta) est parti visiter des vignobles en Australie, en Afrique du Sud et au Bengale. Il a ramené des échantillons de sol pour analyse. Nous avons essayé de combiner les meilleures méthodes des ancien et nouveau mondes », dit Kanitda. Dans les dernières années de sa vie, la maladie empêche le docteur Chaiyud de s’occuper de son vignoble. Ce n’est qu’en 2001 que la propriété redémarre sur de nouvelles bases : Kanitda prend le relais à la tête de CPK plantation Co. Ltd.

8« Nous avons décidé de faire les choses à notre manière », dit Kanitda. Dorham Mann, un œnologue de Perth (Australie), est engagé comme consultant, et Vincent Carême, maître de cave à Vouvray, vient régulièrement superviser la production du vin blanc pétillant. Car l’éventail s’est enrichi : à côté du chenin blanc, fruité et légèrement sucré, figure désormais un « blanc très sec », un vin blanc pétillant et un vin de dessert. De même, l’habituel syrah rouge, peu convaincant il est vrai, a désormais pour compagnon de chais, un syrah rouge « cuvée spéciale », stocké en fûts de chêne et nettement plus parfumé. Cette nouvelle gamme est mise en place en 2003. Elle est couronnée par plusieurs prix en 2004 lors de la compétition internationale des vins et spiritueux de Londres.

9Sur les 80 hectares du domaine du Château de Loei, il n’y a désormais plus qu’une seule récolte, en février, et son abondance peut varier de un à dix (entre 40 000 et 400 000 bouteilles) suivant l’abondance des pluies de fin de mousson et la température de la courte saison froide. Comme il n’y a pas de dormance qui permette à la vigne de se régénérer, deux tailles sont effectuées — en mars-avril puis en septembre — et un travail permanent de contrôle est nécessaire pour limiter la production de feuilles d’une vigne en activité constante. « Un faible rendement produit une récolte de meilleure qualité. En 2005, nous n’avons eu que 40 000 bouteilles. Nous pensons que ce sera une bonne année. Le vin va être parfumé avec un bon équilibre acidique », estime Nattawat Limwatcharakorn, en charge du contrôle de la vinification.

10« Le Château de Loei blanc peut paraître fruité aux palais européens, mais il accompagne très bien les plats thaïlandais épicés. Il efface le goût épicé », explique Khun Kanitda en levant son verre au-dessus d’une soupe piquante aux crevettes et d’un poisson aux puissants arômes. Quinze ans après son établissement, l’entreprise n’a pas encore atteint le seuil de rentabilité, mais qu’importe, cela ne semble pas être le but.

11« Nous avons déjà beaucoup d’affaires », dit Kanitda en référence au conglomérat Ital-Thai, présidé par son mari. « Nous voulons seulement faire un vin de grande qualité. J’ai voulu poursuivre la volonté du Dr Chaiyud qui s’est totalement dédié au Château de Loei ». Récompense de ces efforts sur plusieurs générations, des experts de l’Institut national des appellations d’origine (INAO) ont visité récemment le vignoble et se sont dits impressionnés. Le 15 avril, le Château de Loei va devenir officiellement une AOC avec le label « Château de Phu Reua ». Ce sera le troisième spiritueux asiatique à être honoré de la sorte après le Vin jaune de Chine et le Saké japonais.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site