Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Louang Prabang : quand le tourisme risque de tuer le tourisme

Paru dans Fase no 1 de janvier 2006

Texte intégral

1La plupart des maisons lao traditionnelles et des bâtiments coloniaux a été restaurée. Les ruelles naguère insalubres ont laissé place à d’agréables venelles pavées de briques, bien éclairées et bordées de végétation. Certains Laotiens se sont eux-mêmes lancés dans la construction de bâtisses dans le style des années 1930 ou de grandes maisons en bois. Dans la péninsule, entre le Mékong et la Nam Khan, les trente-deux pagodes aux toits courbes, caractéristiques du style local, bien préservées, gardent fière allure et contribuent à l’atmosphère sereine et captivante du lieu.

2Dix ans après l’inscription de l’ancienne capitale royale du Laos, Louang Prabang, sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le bilan est impressionnant. Mais cette magie est-elle en train de se dissiper ? Experts, locaux et étrangers, et donateurs se posent la question.

3En 1995, au lendemain de son inscription, cette ville située à quelque sept cents mètres d’altitude dans les montagnes du Laos central accueillait annuellement vingt mille touristes. Aujourd’hui, elle en reçoit dix fois plus et a pris sa place parmi les grands sites historiques et touristiques d’Asie aux côtés d’Angkor, de Sukhotaï et de Huê. Avec ses cafés internet, ses dizaines de guest-houses et ses nombreux massages et restaurants, la rue centrale Sisavang Vong, du nom de l’avant-dernier souverain de Louang Prabang, commence à ressembler à Khao San Road, le quartier des routards de Bangkok.

4Cet afflux a provoqué une augmentation exponentielle des revenus des Louang Prabanais ; non seulement de ceux qui résidaient dans le centre historique, mais aussi parfois ceux des alentours. Des villageois laos, hmongs et khamu viennent chaque soir vendre leurs étoffes tissées ou brodées et leurs pipes à opium au marché de nuit devant l’ancien palais royal. Les 4x4 ont fait leur apparition dans les ruelles où ne circulaient que des bicyclettes il y a dix ans et le téléphone portable dernier cri est devenu incontournable pour toute ménagère qui se respecte. Coupée du monde extérieur depuis la prise de pouvoir par le Pathet Lao en décembre 1975, Louang Prabang est soudainement confrontée à la mondialisation, à ses impacts bénéfiques comme à ses effets pervers. Les prix des terrains ont été multipliés par dix, parfois plus. De très nombreux habitants de la « péninsule » ont revendu leur maison à des investisseurs singapouriens, français ou à des « Laotiens de l’extérieur » pour s’installer à la périphérie de la ville. Presque toutes les maisons privées ont été transformées en commerce ou en guest-houses. Le charme si particulier de cette ville au rythme campagnard s’évanouit peu à peu avec le départ des habitants de souche. « Il y a le risque que le tourisme tue le tourisme », résume Roger Goudiard, directeur de l’Agence française de développement pour l’Asie, laquelle a consacré 13,5 millions d’euros à la préservation du site.

5D’autres menaces pèsent. Les infrastructures sanitaires, prévues pour une ville de seize mille habitants, sont devenues totalement insuffisantes pour les dizaines de milliers de touristes présents en haute saison. Louang Prabang ne dispose pas d’un réseau d’égouts et les fosses septiques saturées des maisons créent un environnement malsain. Les déchets de l’hôpital sont mal gérés et constituent une menace pour l’environnement et les personnes. « Les habitants sont assis sur un volcan en termes sanitaires », a estimé un expert britannique, auteur d’une récente étude.

6Les bouleversements sociaux provoqués par l’afflux des touristes ne se limitent pas au dépeuplement du centre. Le dynamisme économique de la ville a un effet d’aimant sur les populations de la région — en majorité des ethnies montagnardes — qui commencent à s’installer en périphérie, avec le risque déjà apparent du développement de taudis. Les villages alentour ont bénéficié de manière très inégale des retombées du tourisme. Ainsi, les habitants du village de Baan Xieng Mene, juste en face de Louang Prabang mais de l’autre côté du Mékong, ont un revenu moyen quatre fois inférieur à celui des habitants des villages qui se trouvent sur l’autre rive et à proximité immédiate de la ville.

7Les autorités laotiennes et les experts étrangers employés par la Maison du patrimoine, organisme chargé de mener à bien le projet de préservation, tentent d’anticiper, ou plus simplement de limiter, les effets pervers de la manne touristique en essayant de « mailler le tourisme à toute la région ». Afin de désengorger le centre historique, un nouveau pôle va être développé progressivement au nord de Louang Prabang sur la rive droite de la Nam Khan, avec des parkings pour autocars et des implantations de petits hôtels et de boutiques. Pendant la période des eaux basses, ce pôle sera relié à Louang Prabang par un pont piétonnier au-dessus de la Nam Khan. Au sud de la ville, dans une zone rizicole, la construction de complexes hôteliers de luxe, comme il en existe déjà quelques-uns, sera favorisée avec pour cible les touristes fortunés et la tenue de conventions et de séminaires.

8Des urbanistes insistent sur la nécessité de fixer les populations qui se sont rassemblées dans des habitats traditionnels précaires autour de la ville, en les aidant à créer des plantations de fleurs ou d’autres cultures non maraîchères, afin d’éviter le recours à la solution facile, mais souvent désastreuse, qui consiste à raser le tout pour construire des immeubles du type HLM. L’UNESCO et ses partenaires (l’Agence française de développement, la région Centre et la ville de Chinon et son sénateur maire Yves Dauge) sont ainsi amenés à s’investir dans des domaines bien éloignés de la restauration des bâtiments anciens, comme l’aménagement du territoire, le développement de l’agriculture périurbaine ou même la gestion des ressources forestières.

9La partie laotienne semble plutôt passive, se bornant à accepter, à rejeter ou à suggérer des modifications aux plans proposés par les experts étrangers. Les dirigeants laotiens de la province, dont aucun n’est un habitant de souche, craignent que la muséification de Louang Prabang n’entrave le développement économique : ils demandent un nouvel aéroport, une autoroute vers la frontière chinoise, des rues élargies. Obsédés par leur volonté de réduire la pauvreté chronique, ils lorgnent Chiang Mai, fascinés qu’ils sont par la réussite économique thaïlandaise qu’ils peuvent voir tous les jours sur leur écran de télévision.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site