Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Le nouvel aéroport de Bangkok : l’accouchement aux forceps d’un projet grandiose

Paru dans Fase no 9 de septembre 2006

Texte intégral

1Une capacité de 45 millions de passagers par an et de 76 vols par heure, une tour de contrôle haute de 132 mètres, le plus grand terminal passager du monde, un hangar spécialement conçu pour les Airbus A-380... Par son gigantisme, Suvamabhumi (un terme sanskrit qui évoque un « eldorado » mythique situé en Asie du Sud-Est, prononcé « Souwanapoum »), le nouvel aéroport de Bangkok qui ouvre officiellement le 28 septembre, va repositionner favorablement la Thaïlande dans la compétition avec Singapour et la Malaisie pour devenir le « carrefour du transport aérien » en Asie du Sud-Est.

2En termes de passagers, Suvamabhumi dépasse de 80 % la capacité de l’aéroport international de Kuala Lumpur ; il est l’équivalent de celui de Changi à Singapour. Les futures phases d’extension du nouvel aéroport de Bangkok prévoient de porter cette capacité annuelle à 100 millions de passagers. En termes de transport de marchandises, Suvamabhumi aura une capacité de 1,6 million de tonnes de marchandises par an, soit le double de celle de l’aéroport actuel de Don Muang. Après 93 ans de bons et loyaux services, celui-ci entre en préretraite et devrait accueillir jets privés, pilotes amateurs et avions de l’armée de l’air.

3Premier aéroport du nouveau siècle, Suvamabhumi, dont le design par l’architecte allemand Helmut Jahn est une réussite esthétique, devrait permettre à la Thaïlande de conforter la relance du tourisme (15,12 millions de visiteurs prévus en 2006) et de soutenir la croissance régulière des exportations (14 % en 2005 et 12 % prévus en 2006) dopée par les accords de libre-échange récemment conclus (avec la Chine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) ou en cours de négociation (États-Unis et Japon). Thai Airways International disposera d’un entrepôt de 90 000 mètres carrés (incluant une zone spéciale dédiée aux fruits et légumes) et Bangkok Flight Services — société associant Bangkok Airways à World Wide Flight Services, firme basée à Paris — d’un autre de 55 000 mètres carrés.

4Suvamabhumi est, toutefois, pénalisé par ses coûts élevés d’exploitation. Airports Authority of Thailand, qui gère l’aéroport, a augmenté de 15 % les droits d’atterrissage et de stationnement des avions par rapport aux droits pratiqués à Don Muang. L’Agence Internationale du Transport Aérien (IATA) estime que cette décision risque de rendre Suvamabhumi moins concurrentiel. Le passager devra également payer une taxe d’aéroport de 700 bahts (14,6 euros), contre 500 bahts à Don Muang et l’équivalent de 400 bahts à l’aéroport de Kuala Lumpur. Les lignes aériennes ont évité de reporter ces coûts supérieurs en augmentant directement le prix des billets d’avion et ont préféré inclure le surcoût dans la taxe sur le carburant. Au final, c’est toujours le passager qui paie plus.

5Le Premier ministre Thaksin Shinawatra peut s’enorgueillir d’avoir relancé ce mégaprojet dont les premières ébauches remontent à la fin des années 1940. Avant son arrivée au pouvoir, seuls les études de design, le travail de comblement des marais et la pose des fondations avaient été effectués. La construction proprement dite — avec pour maître d’œuvre le consortium Italian-Thai dont le PDG, Premchai Kamasuta, est un proche de Thaksin — a été menée à bien sous l’égide de ce dernier.

6Dès ses débuts, sous les autocrates militaires Phibulsongkhram et Sarit Thanarat jusqu’à l’ère Thaksin, le projet d’aéroport a été bombardé d’accusations de corruption, avec une nette intensification sous le gouvernement actuel. Selon Jaruvam Maintaka, présidente de la Cour des comptes, presque chaque contrat lié à l’aéroport a été problématique, soit qu’il ait été attribué sans appels d’offres en bonne et due forme, soit qu’il ait fait l’objet de versements de pots-de-vins, ou encore — le plus souvent — les deux à la fois.

7L’achat de 26 détecteurs à rayons X hautement sophistiqués (modèle CTX 9000 Dsi, fabriqués par la firme américaine In Vision Technologies), d’une valeur de 45 millions d’euros, s’est déroulé de manière si douteuse que, l’an dernier, l’opposition parlementaire a mis en cause le ministre des Transports Suriya Jungrungreangkit. Des millions d’euros se seraient volatilisés lors de cette transaction. Les noms de membres de la famille du Premier ministre lui-même ont été évoqués dans le cadre de ces tractations douteuses.

8Yaowaret Shinawatra, sœur cadette de Thaksin, a été accusée d’avoir reçu un million d’euros de pots-de-vin pour favoriser une firme candidate (malheureuse) à la concession pour le parking de l’aéroport. Yaowapha Wongsawat, sœur aînée de Thaksin, a acheté, via la firme singapourienne Frobisher, pour 6,3 millions d’euros des parts de Thai Ground Air Services (TAGS). Cette dernière a ensuite remporté le contrat pour l’ensemble des services au sol de Suvarnabhumi.

9Les conditions étranges de l’appel d’offres ont fait l’objet d’une enquête du ministère des Transports. Les spécifications des appels d’offres sont souvent rédigées de manière à favoriser une firme présélectionnée à l’avance. Autre pratique : des sociétés candidates s’entendent pour faire gagner l’une d’entre elles, puis se compensent les unes les autres avec les contrats secondaires. Une firme hôtelière a indiqué à Fase avoir versé plusieurs millions d’euros « à une famille en haut lieu » dans le but de se positionner favorablement dans la compétition pour construire et gérer l’hôtel de l’aéroport.

10Plusieurs analystes indiquent que Potjaman Shinawatra, épouse du Premier ministre, bénéficie de la concession des limousines de l’aéroport. Celle-ci devrait se révéler d’autant plus juteuse que les taxis ordinaires ont été relégués à trois kilomètres du terminal et ne pourront être rejoints que par un service de navettes. Autant d’allégations qui n’ont pas été éclaircies publiquement. « Le principal problème actuellement est le manque de transparence. Nous ne pouvons pas obtenir d’informations exactes sur les contrats liés à l’aéroport », indique un architecte qui a suivi le projet. Les familles du ministre des Transports et secrétaire général du Thai Rak Thai (TRT), Suriya Jungrungreangkit, et de Prayuth Mahakitsiri, secrétaire général adjoint du TRT et patron de Thai Coppers Industry Co Ltd, ont investi d’importantes sommes dans des opérations immobilières le long de l’autoroute Bang Na-Trat, une des voies d’accès à l’aéroport. Le TRT est le parti du Premier ministre.

11Après la crise financière de 1997, le gouvernement de Chuan Leekpai (Parti démocrate) avait revu à la baisse le projet d’aéroport. Dès son arrivée au pouvoir en 2001, Thaksin Shinawatra l’a reconçu de manière plus grandiose que jamais. Un nouveau design a dû être effectué pour augmenter la capacité d’accueil des passagers et renforcer le système de contrôle des bagages, mais sans apport financier supplémentaire. « Italian-Thai s’en est sorti en abaissant la hauteur des halls de départ et d’arrivée et en utilisant des matériaux de moindre qualité que ceux prévus dans le design initial », explique l’architecte, qui précise : « cela n’affecte pas la sécurité, mais cela réduira la durée de vie des plafonds des halls ». Ces plafonds incurvés sont composés de verre, d’épaisse étoffe blanche et d’une armature métallique.

12Inspiré par le concept d’aérotropolis développé par l’urbaniste américain Kasarda, de l’université de Caroline du Nord, Thaksin souhaite également faire bâtir une cité nouvelle autour de Suvarnabhumi, avec l’ambition d’en faire « un nouveau Singapour, mais plus moderne », un « nouveau centre économique et touristique ». Le Conseil des ministres a adopté en juin dernier un projet de loi en vue de créer une zone administrative spéciale incluant, outre l’aéroport, les districts de Prawet et de Lat Krabang (province de Bangkok) ainsi que le district de Bang Pli et le sous-district de Bang Sao Thong (province de Samut Prakam). Le projet de loi devra être soumis à la Chambre des représentants issue des élections du 15 octobre prochain.

13Cette nouvelle zone urbaine, d’une superficie de 33 000 hectares, abriterait à l’avenir des industries liées à l’aéroport (cargo, services aéronautiques, hôtels, restaurants) ainsi que des centres touristiques, des industries classiques et des quartiers résidentiels. À terme, Thaksin souhaite que Mahanakhom Suvarnabhumi (la métropole Suvarnabhumi) devienne la 77ème province du pays, avec un gouverneur nommé pour un mandat de quatre ans par un conseil de trente membres présidé par le Premier ministre. L’idée, lancée en 2005, a été énergiquement promue par le gouvernement et trois pré-projets ont été élaborés. Le coût prévu de dix milliards d’euros ouvre de nouvelles opportunités aux investisseurs et, bien entendu, aux versements de commissions.

14Hors des milieux gouvernementaux ou des groupes d’affaires liés au Premier ministre, le concept d’aérotropolis soulève peu d’enthousiasme, particulièrement parmi les architectes et les urbanistes thaïlandais. « Construire une métropole dans une zone de marécages n’a pas de sens », estime une urbaniste de l’université Chulalongkom (Nong Ngu Hao, la zone où Suvarnabhumi a été construit, signifie « le marais aux cobras »). S’y ajoute le fait que cette région à l’est de Bangkok contient de nombreux khlong (canaux) et bassins de rétention d’eau qui évitent à la capitale d’être inondée pendant la saison des pluies.

15D’un autre côté, certains jugent saugrenue la construction d’une ville autour d’un aéroport. « Il y a des sites alternatifs qui seraient plus appropriés que Suvarnabhumi. Un aéroport doit se trouver dans un espace ouvert, entouré d’une ceinture verte, pas dans une zone d’habitation dense », estime Yongyuth Chalamwong, économiste au Thailand Development Research Institute. Dans les années 1990, dans l’objectif de désengorger la capitale, plusieurs études avaient été menées concernant la création de quatre nouveaux pôles urbains à Test et au nord de Bangkok : Nakhon Nayok était alors envisagé comme le site d’une nouvelle capitale administrative, Chachoengsao comme une cité industrielle, Ongkharak comme une ville commerciale et Bang Nam Pliao comme un centre universitaire et éducatif. Le projet de métropole Suvarnabhumi, « le bébé de Thaksin » selon certains, ne s’intégre pas dans ce plan d’urbanisme en gestation.

16Dans l’immédiat, les habitudes des voyageurs en Thaïlande vont être bouleversées. Dès le 28 septembre, Don Muang sera fermé aux vols domestiques et internationaux. Le Premier ministre, qui compte retirer de l’inauguration du mégaaéroport des bénéfices politiques à quelques semaines des élections législatives du 15 octobre, a précipité l’ouverture de Suvarnabhumi. L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), qui dépend des Nations unies, estime que l’aéroport peut ouvrir « pour une part du trafic aérien » le 28 septembre, mais que son état de préparation en vue d’une ouverture commerciale totale « doit encore être confirmé ».

17Fin août, des cadres de firmes aéronautiques ou de transport cargo à Bangkok indiquaient qu’en effet, tout ne semblait pas encore au point. « C’est le flou le plus total. Nous n’avons pas été bien informés. Nous allons utiliser une flotte de camions pour le déménagement mais, vu l’ampleur de l’opération, il manquera forcément quelque chose », s’inquiétait un cadre d’une compagnie aérienne. La grande majorité de ces compagnies — notamment étrangères, dont les vols sont internationaux — vont déménager dans la nuit du 27 au 28 septembre. Mais le Premier ministre insiste pour que la Thai débute ses vols domestiques à Suvarnabhumi à partir du 15 septembre. Le syndicat de la Thai s’y oppose pour deux raisons : les difficultés occasionnées aux voyageurs qui auront des correspondances entre vols internationaux et vols domestiques (les liaisons étant difficiles entre Don Muang et Suvarnabhumi) et la délicate question de la répartition entre les deux aéroports du stock des pièces détachées utilisées pour réparer les avions.

18Les problèmes ne semblent pas pouvoir être tous résolus d’ici au 28 septembre. Un responsable d’une importante firme cargo indique que le système informatique de gestion du transport des marchandises ne fonctionne pas correctement. « Je ne vois pas clairement comment les choses vont fonctionner à partir du 28 septembre », dit-il. Certains contrats avec les firmes cargo attendent toujours d’être signés. Les principaux transporteurs — DHL, Federal Express, UPS et TNT — se sont vu réclamer d’énormes commissions pour pouvoir s’installer dans le nouvel aéroport. Le flou subsiste aussi sur le mode opératoire de la zone sous douane. « Il y aura de petits problèmes, mais pas de gros problèmes », promet Somchai Sawatdipol, directeur du nouvel aéroport.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site