Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Viêt Nam : La PMU-18, révélateur de la corruption en haut lieu

Paru dans Fase no 5 de mai 2006

Texte intégral

1Ils se sont retrouvés le 15 janvier, à l’hôtel Mélia, l’un des palaces de Hanoï. Un déjeuner « normal », ont-ils dit. La routine. Autour de la table, une intéressante brochette de personnalités : Doan Manh Giao, directeur du Bureau du gouvernement, avec rang de ministre ; Nguyên Van Lam, son adjoint, au rang de vice-ministre ; le général Cao Ngoc Oanh, responsable des enquêtes et numéro deux du Département de la police nationale ; Nguyên Hiêu Vinh, directeur-adjoint du département chargé de la lutte contre la corruption au Bureau du gouvernement ; Bui Tiên Dung, dit Dung « le chef », fonctionnaire au ministère des Transports ; et Ton Anh Dung, dit Dung « Hue », l’un des hommes à tout faire de Dung « le chef ».

2Un repas à la vietnamienne, auquel chacun a dit être convié par l’autre et au cours duquel, bien entendu, le sujet de conversation a été la pluie et le beau temps. Quelques jours plus tard, Dung « le chef », qui dirigeait la Project Management Unit 18 (PMU-18) du ministère des Transports, et son adjoint ont été placés sous les verrous. Quant à Dung « Hue », il a été cueilli par la police en mars au retour d’un voyage en Thaïlande. Nguyên Viêt Tiên, vice-ministre des Transports et, surtout, chef de la cellule du PC du ministère, les a rejoints en prison début avril. Tiên est accusé de « violation délibérée des règlements économiques » et de « manquement à la protection de biens publics ». Le ministre des Transports Dao Dinh Binh a été contraint de démissionner.

3Placés sous enquête, le général Oanh ainsi que Nguyên Duy Hong, responsable des enquêtes à la Procuration suprême, ont été suspendus de leurs fonctions et ont dû renoncer à leurs candidatures au Comité central du PC. Cousin de Nguyên Van Lam, Hông est soupçonné d’avoir reçu de Dung « Hue » une commission de quatre-vingt mille euros. Même un ancien ministre des transports, Lê Ngoc Hiên, qui avait promu Nguyên Van Tiên, doit être interrogé par la police, car l’affaire semble s’étaler sur une dizaine d’années. D’autres arrestations ont eu lieu ou vont suivre car, fin avril, les enquêteurs parlaient d’une quarantaine de complices, de réseaux d’influence et de protection, de détournements de fonds s’élevant à des millions d’euros, sinon des dizaines de millions. Une « tumeur », selon un officiel, donc difficile à étouffer.

4La saga de la PMU-18 fait les grandes manchettes d’une presse plus difficile à brider que par le passé. Une actrice d’opéra, Trân Thi Hiên, âgée de 26 ans, comptait parmi ses meilleurs clients les dirigeants de la PMU-18. Elle se chargeait de leur trouver des partenaires — étudiantes ou actrices — y compris pour les accompagner lors de voyages d’affaires à l’étranger. La presse évoque également les limousines offertes à des dizaines d’officiels et des demeures mises à la disposition de maîtresses. Pour sa part, Dung « le chef » entretenait ainsi plusieurs femmes. Le président du Comité populaire de Hanoï, Nguyên Quôc Triêu, a dû démentir que son fils ait reçu une voiture. « Il l’a achetée » à une compagnie d’État avec l’aide de la famille, a déclaré le maire à la presse le 13 avril. Le prix : plus de trente mille euros, selon le quotidien Thanh Nien.

5Que s’est-il passé ? Comment la « tumeur » a-t-elle pu grossir si vite ? La raison, au départ, est simple : parieurs invétérés, Dung « le chef » et ses complices avaient des besoins de plus en plus démesurés. Ils recouraient à un système informatique confidentiel, qui cryptait les noms des parieurs et dont les programmes provenaient de Macao. Ils avaient conquis la confiance des bookmakers pour procéder à des mises de dizaines de milliers de dollars, sinon de centaines de milliers. Pour financer ces paris — et, par la même occasion, mener grand train de vie — ils ont, pendant des années, détourné des fonds de l’État et de l’assistance internationale. Et ils ont acheté de solides protections.

6Ayant probablement assuré au préalable leurs arrières — car le terrain est miné — les policiers chargés depuis au moins deux ans d’enquêter sur ces paris clandestins ont été contraints à la plus grande circonspection. Ils ont agi à l’insu de leur patron, en l’occurrence le général Oanh. Ce dernier a admis que, quand Dung « le chef » a été arrêté le 20 janvier par ses propres services, il avait réprimandé ses collaborateurs pour ne l’avoir pas informé. Il a même écrit, dans un rapport à son administration, qu’il ne connaissait « aucun membre de la PMU-18 ».

7Fin 2005, avec les aveux d’un subalterne de la police, la filature a débouché sur l’arrestation de l’un des bookmakers. Dung « le chef » savait que son nom figurait dans l’ordinateur du bookmaker. Il devait savoir également qu’un informaticien — apparemment, le seul individu capable de décrypter les listes de parieurs figurant dans l’ordinateur — avait été interpellé par la police. Le déjeuner de l’hôtel Mélia aurait donc eu pour objet de trouver un moyen de retirer le nom de Dung « le chef » des fichiers désormais entre les mains de la police.

8Le général Oanh a affirmé qu’il n’avait contacté Dung « Hue » qu’à deux ou trois reprises lorsque ce dernier séjournait en Thaïlande. Mais Dung « Hue » — chargé de remettre les commissions par Dung « le chef » — a tenté de détruire son téléphone portable avant de regagner le Viêt Nam. Il l’a abandonné à bord de l’avion et un membre de l’équipage l’a trouvé. Étalées sur deux mois, 89 communications avec le général Oanh figuraient sur le portable. Une fois en prison, Dung « Hue » a indiqué à la police l’emplacement d’un sac dans lequel ont été trouvés plus de 70 clichés le montrant en compagnie d’officiels de très haut rang.

9Versée dans la construction de routes, la PMU-18 a géré l’équivalent d’1,5 milliard d’euros de fonds. Au cours des cinq dernières années, la Banque mondiale et le gouvernement britannique lui ont attribué plus de 120 millions d’euros de crédits. L’Inspectorat d’État, qui a enquêté sur quatre projets de la PMU-18, a découvert des défauts dans chacun d’entre eux et a réclamé des sanctions dans des rapports restés sans suite.

10Les médias vietnamiens ont évoqué l’érosion de chaussées et l’affaissement de ponts neufs. Un sable absorbant de haute qualité aurait été remplacé par un sable de médiocre qualité. Plus de deux millions d’euros se seraient évanouis au cours de l’opération. Un lieutenant-colonel de police a annoncé, début avril, avoir remis aux autorités 9 000 dollars que l’un des hommes de Dung « le chef » lui avait donnés à titre de « condoléances », à la suite d’un décès intervenu dans sa famille. En prison, l’ancien vice-ministre des Transports Nguyên Van Tiên a reconnu avoir été responsable de l’attribution à des officiels de sept véhicules, d’une valeur globale de 250 000 euros.

11Que des crédits étrangers aient pu être détournés a donné un coup de fouet aux enquêtes interministérielles aussitôt décidées. La Banque mondiale, la Grande-Bretagne et le Japon réclament des comptes à quelques semaines de la prochaine réunion du Groupe consultatif sur le Viêt Nam. « Nous devons publier la liste des parents de hautes personnalités engagées par la PMU-18 », a déclaré à Thanh Nien, à la mi-avril, Trân Quôc Thuân, directeur adjoint du Bureau de l’Assemblée nationale. « Je ne comprends pas, a-t-il ajouté, pourquoi, à ce jour, la police a été incapable de trouver l’identité des officiels de haut rang et des agences de l’État qui ont reçu des voitures de la PMU-18 ».

12Membre du Bureau politique du PC, Phan Diên a évoqué « une menace pour la survie de notre régime ». Le général Vo Nguyên Giap a adressé une « lettre ouverte » au PC dans laquelle il écrit que « le parti est devenu un bouclier de protection pour les officiels corrompus ». Impliquant l’assistance internationale, l’affaire du PMU-18 a mis en relief des pratiques dont la rumeur fait état depuis longtemps : achats de faveurs, de postes, de protections et détournements de fonds publics.

13Des scandales de corruption sont régulièrement rapportés par les médias vietnamiens mais celui de la PMU-18 semble, avec ses ramifications au sein de l’appareil communiste, le plus important d’entre tous. Au passage, les factions au sein du PC règlent sans doute quelques comptes. Mais l’enjeu est beaucoup plus sérieux. Des membres éminents du PC ont réclamé des commissions indépendantes d’enquête, ce qui laisse entendre qu’ils pensent que l’appareil n’est plus à même de se corriger lui-même.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site