Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Indonésie : le dangereux imbroglio papou

Paru dans Fase no 5 de mai 2006

Texte intégral

1L’universitaire australien Damien Kingsbury vient de jeter une nouvelle bouteille à la mer. Conseiller de la délégation acehnaise lors de la négociation d’un accord de paix avec Jakarta, signé à Helsinki le 15 août 2005, il est retourné, début avril, dans la capitale finlandaise pour y rencontrer des membres de la Crisis Management Initiative (CMI), organisme qui a « facilité » avec succès les discussions entre le gouvernement indonésien et l’ex-GAM ou Gerakan Aceh Merdeka (Mouvement pour un Aceh libre), l’ancienne guérilla indépendantiste.

2Mais, cette fois, même s’il bénéficie d’un feu vert américain — ce qui est probable — Damien Kingsbury fait face à une montagne : tenter de résoudre l’imbroglio en Papouasie indonésienne, territoire qui forme la moitié occidentale de la grande île de Nouvelle-Guinée. Les enjeux y sont plus importants qu’à Timor Est ou à Aceh. Surtout, une situation apparemment inextricable y est le résultat d’une histoire récente bien peu cohérente.

3Sur ce territoire qui représente 22 % de la superficie de l’Indonésie et n’abrite que 1 % de sa population, la seule mine d’or — la première de la planète — et de cuivre de Grasberg, exploitée par l’Américain Freeport McMoRan, rapporte aujourd’hui à l’État indonésien près d’un milliard d’euros par an. De 1971, début de l’exploitation, à 2005, les dividendes perçus par Jakarta se sont élevés à quelque 27 milliards d’euros. Peinant à se relever de la crise financière et politique de 1997-1998, l’Indonésie ne peut pas se passer de cette manne.

4Les richesses de la Papouasie indonésienne sont fabuleuses : pétrole et gaz, plantations, forêts. Elles sont exploitées, parfois de connivence avec des multinationales, sous le contrôle de l’armée indonésienne. Extorsion ou protection, les forces de l’ordre assurent la « sécurité » des champs d’exploitation, moyennant des prébendes qui peuvent atteindre des millions d’euros par an (quatre millions pour la seule « protection » de Grasberg en 2005). Un trafic, le plus souvent illicite, alimente en merbau (intsia, bois très résistant) le demi-millier de scieries de Nanxun (Chine) où sont fabriqués planchers et meubles de jardin pour les marchés nord-américain et européen.

5Mais les communautés papoues, d’origine mélanésienne, ne perçoivent que 8 euros sur un mètre cube de bois revendu 225 euros en Chine. Les Papous sont marginalisés sur leur propre terre. Le capital, le commerce, l’autorité leur échappent. Seulement 21 % des Papous terminent leurs études primaires, 10,6 % leurs études secondaires et 1,91 % obtiennent un diplôme universitaire. Dans une étude publiée en 2005, Rodd McGibbon estime que les Papous diplômés de l’enseignement supérieur local ne représentent que 21 % du total, le reste étant formé par des migrants venus des autres îles de l’Indonésie. Le secteur tertiaire n’emploie que 1 % de Papous.

6Au sortir de la deuxième guerre mondiale, les Néerlandais, officiellement installés depuis 1828 en Papouasie occidentale, commencèrent à préparer les populations autochtones à l’autoadministration alors que l’Indonésie voisine s’enfantait dans la douleur. En 1960-1961, plus de deux mille Papous avaient été intégrés dans l’administration. Le territoire comptait un peu plus de 700 000 Papous et une quinzaine de milliers d’émigrés indonésiens.

7Mais Sukarno, fondateur de l’Indonésie, voulait réunir tous les territoires et les quelque sept cents ethnies colonisées dans la région par les Hollandais. Des commandos indonésiens s’infiltrèrent en Papouasie occidentale et, en 1963, l’ONU accepta que Jakarta administre provisoirement le territoire, prenant ainsi la relève de la Hollande. Au bout de six ans — et alors que Suharto avait chassé Sukamo du pouvoir — un millier de leaders tribaux se prononcèrent pour le rattachement à l’Indonésie au cours d’un « Act of free choice » qualifié aujourd’hui de farce, y compris à l’ONU.

8Mais, en 1969, sous pression américaine, l’ONU avait sanctionné cette mascarade. C’était l’époque du plein engagement militaire américain au Viêt Nam. Dès la présidence de John Kennedy (1960-1963), les États-Unis avaient décidé de donner un coup d’arrêt à « l’expansion communiste ». Quelques années plus tard, le renversement de Sukarno, qui flirtait avec les communistes, par le très anticommuniste Suharto avait été accueilli comme une aubaine à Washington, en dépit du bain de sang qui l’avait accompagné. Pour des raisons similaires, Henry Kissinger devait, en 1975, donner un feu vert discret à l’occupation militaire indonésienne du territoire, pourtant portugais, de Timor Est.

9Au cours de son long règne (1966-1998), Suharto a procédé à une politique de peuplement de l’ancienne Nouvelle-Guinée occidentale, alors rebaptisée Irian Jaya. En l’espace de trois décennies (1970-2000), 220 000 habitants des autres îles indonésiennes y ont été transférés. Plus d’un demi-million de gens ont fait le même voyage par leurs propres moyens. Sous occupation militaire, les Papous ont dû s’adapter à cet afflux, non le contraire. Le territoire compte aujourd’hui quelque 2,5 millions d’habitants, dont 1,5 million de Papous.

10Depuis la chute de Suharto et la « perte » de Timor Est (1999), l’Indonésie a opté pour une politique d’autonomie, lancée en 2001 et qui accorde des statuts « spéciaux » à Aceh et à la Papouasie. Mais des manipulations ont eu lieu : la Papouasie indonésienne est divisée depuis 2003 en deux provinces, l’Irian Jaya occidental et le reste du territoire, ou Papouasie.

11Le sentiment anti-indonésien est plus fort aujourd’hui, chez les Papous, qu’en 1961, quand l’« étoile du matin » — le drapeau papou — a été pour la première fois levée. Les élites locales se sont radicalisées. Cette situation est le produit d’une administration militaire brutale, du ressentiment à l’égard des settlers, de l’exploitation égoïste des ressources, de l’indifférence ou du mépris affichés par les Indonésiens à l’égard des autochtones. Les Papous, dont la pauvreté serait croissante, se sentent à la fois marginalisés et dépossédés. La faiblesse de l’OPM — Organisation pour une Papouasie libre, guérilla née au milieu des années 1960, armée de chassepots et d’arcs et de flèches — ne reflète pas la mesure du désarroi de populations isolées et ignorées par le reste de la planète.

12Le véritable paradoxe, toutefois, est que l’indépendance de ce territoire demeure, dans les circonstances actuelles, une option pratiquement impensable. Trop d’intérêts sont en cause. Le 23 mars, l’octroi par l’Australie du statut provisoire de réfugiés à quarante-deux Papous enfuis à bord d’une frêle embarcation a provoqué un tollé en Indonésie. Remettant en cause une cohabitation assainie, Jakarta a rappelé son ambassadeur à Canberra.

13Le ton est monté très vite. Le gouffre entre les deux cultures politiques a été souligné par les caricatures insultantes publiées par leurs médias respectifs. S’étant engagé à garantir personnellement la sécurité de ces réfugiés en réclamant leur rapatriement, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono s’est retrouvé sur le fil du rasoir. Les Indonésiens, au nationalisme défensif, prêtent volontiers à leurs voisins australiens, en dépit des dénégations, l’intention de vouloir élargir leur aire d’influence. L’armée indonésienne en profite pour grossir la menace d’une sécession papoue qui, avec les appuis dont elle bénéficierait en Australie, mettrait en cause la sacro-sainte intégrité territoriale de l’archipel. Elle en a tiré argument, ces derniers temps, pour renforcer sa présence en Papouasie et défendre sa participation, à l’échelon national, au maintien de la sécurité intérieure.

14Depuis des mois, le président Yudhoyono — tout le monde l’appelle SBY — répète qu’il veut « résoudre » la question papoue de « manière pacifique, juste et digne ». Il l’a encore dit, début avril, lors d’une visite sur place à la suite de graves affrontements devant le campus universitaire de Bupera, à proximité de Jayapura, chef-lieu de la Papouasie indonésienne, lesquels ont fait, le 16 mars, six morts, dont cinq policiers et un aviateur lynchés par les manifestants qui réclamaient la fermeture de la mine de Grasberg. Dans la foulée, des éléments de la Brimob — brigade mobile de la police — ont mis à sac le campus universitaire et ratissé les environs avec une telle rage que leur unité a dû être relevée. Provocation ou, plus simplement, explosion d’un ressentiment accumulé depuis des décennies ? L’origine des affrontements de Bupera n’est pas claire.

15SBY veut profiter de la brèche ouverte par la négociation en cours à Aceh pour calmer le jeu en Papouasie. Principal préalable : la mise en cause de l’intégrité territoriale de l’Indonésie est hors de question. Tout est imbriqué. Un dérapage, encore possible, du processus de règlement à Aceh renforcerait, à Jakarta, les partisans du statu quo en Papouasie. Le Parlement indonésien n’a pas encore voté une loi d’application de l’accord passé à Helsinki le 15 août. En revanche, une consolidation de la paix à Aceh représenterait un précédent que SBY pourrait utiliser pour engager un dialogue en Papouasie. L’émergence de provinces réellement autonomes contribuerait sans doute à améliorer le statut de nombreuses ethnies qui, à travers le vaste archipel, souhaitent préserver leurs coutumes et leurs traditions.

16Les intérêts en jeu sont énormes. L’armée, qui ne se réforme que lentement, conserve le dernier mot en Papouasie. À Aceh, elle ne s’est inclinée devant une solution politique qu’à la suite de la catastrophe des tsunamis et du vaste élan international de solidarité que cette tragédie a suscité. Elle a les coudées plus franches en Papouasie : le refuge accordé par l’Australie à quarante-deux Papous a peut-être attiré l’attention sur un conflit oublié. Mais, pour le moment, la décision de Canberra a réveillé la méfiance des Indonésiens.

17Sur le plan local, l’établissement d’un dialogue prendra du temps, surtout après quatre décennies de présence indonésienne que les Papous appréhendent comme une occupation. Tout d’abord, un dialogue avec qui ? Les leaders des quelque trois cents entités papoues ont été manipulés ou cooptés, éliminés ou exilés. Un leadership collectif et crédible doit se dégager des rangs papous, ce qui impliquerait une retenue sérieuse des autorités. Ensuite, pour faire quoi ? Les transferts de pouvoirs et de revenus, dans le cadre du statut d’autonomie spéciale, doivent s’effectuer et, surtout, ne pas être accaparés par une administration venue des autres îles et qui s’appuierait sur des leaders locaux vendus à sa cause ou prêts à jouer les divisions tribales.

18Si la politique de distribution des miettes du festin doit être interrompue, le changement radical des mentalités qui doit l’accompagner est une affaire de longue haleine. L’Indonésie de SBY, qui entend retrouver une place dans le concert régional, doit également s’accommoder d’un minimum de transparence. Suharto pouvait rejeter toute demande de la communauté internationale car il savait que la « stabilité » de l’Indonésie était un argument devant lequel les puissances occidentales s inclineraient. SBY dispose d’une marge de manœuvre beaucoup plus limitée.

19En évitant de tomber dans le piège de l’« ingérence » dans les affaires intérieures indonésiennes, la communauté internationale a, toutefois, un rôle à jouer. Estimant, non sans raison, que ses relations bilatérales avec Jakarta sont prioritaires, l’Australie a intérêt à décourager un flux de boat people en provenance de la Papouasie indonésienne. Canberra a déjà annoncé un renforcement des mesures contre les candidats à l’asile par voie maritime. Mais l’Australie, soupçonnée de double jeu à Jakarta, ne dispose que de leviers fort limités tant que les relations bilatérales ne seront pas assainies, ce qui risque de prendre du temps.

20Dans le cadre de la lutte antiterroriste, l’administration Bush privilégie, pour l’instant, la consolidation de la reprise récente de ses relations avec l’armée indonésienne. Les pressions du Congrès américain demeurant limitées, elle ne prendra aucune initiative susceptible de remettre en cause cette politique. Des pressions peuvent, toutefois, s’exercer par l’intermédiaire des organismes de crédits internationaux, dont l’assistance demeure cruciale dans le cadre du redressement économique de l’Indonésie. Jakarta a besoin de garanties financières, de crédits et d’investissements étrangers.

21Comme elle l’a fait à Aceh, l’Union européenne pourrait jouer le double rôle de contrôleur et d’arbitre, même si la Papouasie indonésienne reste floue vue de Bruxelles. C’est sans doute dans cette perspective que s’inscrit la mission de reconnaissance effectuée par Damien Kingsbury à Helsinki. Cette mission a peut-être été « agréée », ainsi qu’il l’a dit. Mais lui-même ne se fait pas d’illusions sur la longueur du chemin à parcourir.

22Le 15 avril, dans les colonnes du quotidien The Australian, il a notamment avancé une mise en garde et une question. La mise en garde s’adresse aux indépendantistes papous : « les nationalistes indonésiens, avec l’armée à leur tête, sont profondément opposés à la sécession de la Papouasie et la détruiront plutôt que de la laisser partir », ce qui a été le cas à Timor Est en 1999. Et la question : « L’intention de travailler en faveur d’une solution existe du côté papou et existe probablement chez Yudhoyono. Il semble également que chaque camp à la capacité de négocier (...) ; la question est de savoir si l’aide de la communauté internationale offrira à la Papouasie et à l’Indonésie l’opportunité de le faire ». La voie est étroite.

23Des études récentes sur la Papouasie indonésienne. Papua : The Dangers of Shutting Down Dialogue, International Crisis Group, 23 mars 2006 (www.crisisgroup.org). Publications de l’East-West Center, Washington (www.eastwestcenterwashingon.org) : Constructing Papuan Nationalism : History, Ethnicity, and Adaptation, de Richard Charnel (Policy Studies 14, 2005) ; Plural Society in Peril : Migration, Economic Change, and the Papuan Conflict, de Rodd McGibbon (P.S. 13, 2004) ; Secessionist Challenges in Aceh and Papua, de Rodd McGibbon (P S. 10, 2004) ; The Papua Conflict : Jakarta’s Perceptions and Policies, de Richard Chauvel et Ikrar Nusa Bhakti, (P. S. 5, 2004). Paying For Protection : The Freeport mine and the Indonesian security forces, rapport de Global Witness, juillet 2005 (www.globalwitness.org).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site