Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Le jeu, passion populaire et raison d’État

Paru dans Fase no 8 d’août 2006

Texto completo

1Dans ses Mémoires, l’ancien Premier ministre singapourien Lee Kuan Yew, considéré comme le fondateur de la Cité-État moderne, prospère et sévère que l’on connaît aujourd’hui, raconte comment son père, un joueur compulsif de black-jack, avait été contraint, à la fin d’une nuit de guigne, de frustration et de rage blanche, de mettre en gage les bijoux de sa femme pour honorer ses dettes de jeu.

2Sans surprise, lorsque Singapour accède à l’indépendance en 1965, l’une des premières mesures radicales d’assainissement de l’île prises par Lee Kuan Yew, devenu entre-temps chef du gouvernement de la jeune nation, sera de bannir toute activité liée aux jeux d’argent sur le territoire, exception faite de la loterie nationale, des courses de chevaux et des paris sur les matchs de football.

3Signe des temps, quarante ans plus tard, c’est son propre fils Lee Hsien Loong, actuel Premier ministre de Singapour, qui a pris la décision, en avril 2005, de lever cette interdiction et encouragé la construction, d’ici à 2009, de deux vastes complexes de loisirs abritant chacun un casino de standing international.

4Comme le Japon, la Thaïlande et la Malaisie, Singapour a pris bonne note des faramineux succès rencontrés par l’industrie du jeu à Macao ces dernières années et entend bien ne pas rester en lisière du mouvement.

5Depuis qu’elle a mis fin, en 2004, au monopole sur le jeu dont bénéficiait depuis quatre décennies le tycoon Stanley Ho, l’ancienne enclave portugaise voit en effet les investissements étrangers affluer. Ceux-ci devraient s’élever à plus de 16 milliards d’euros durant les cinq prochaines années.

6Il faut dire que Macao fait face à Hong Kong et surtout à une Chine en plein essor économique, forte de 1,3 milliard d’habitants et où la pratique des paris est à la fois interdite... et fortement ancrée dans la culture locale : « Nous, Chinois, sommes joueurs, confiait le père de Lee Kuan Yew en 1997, peu avant sa mort. Si deux geckos sont en train de gravir un mur, quelqu’un va parier sur eux ».

7Macao compte aujourd’hui vingt et un casinos, dont seize sous contrôle de Stanley Ho. Mais les géants américains, comme Las Vegas Sands ou MGM Mirage, n’ont pas laissé passer l’occasion offerte par la récente libéralisation de cette industrie pour s’implanter et imposer une pratique différente, plus haut de gamme et professionnelle, de la gestion des maisons de jeu.

8Ainsi, le Sands Macao, premier casino à défier les établissements de Stanley Ho et dont les coûts de construction se sont élevés à 210 millions d’euros, a ouvert en mai 2004 et généré un retour sur investissement de cent pour cent durant sa première année d’opération. Confortée par ce succès, la firme du Nevada est actuellement en train de construire son second casino sur le territoire et devrait investir 6,4 milliards d’euros durant les quatre à six prochaines années. MGM Mirage mise pour sa part sur un complexe estimé à plus d’un milliard d’euros pour s’imposer.

9Résultat de cette explosion : les revenus générés par la roulette, le baccarat, les dominos chinois et (autres) machines à sous qui tournent 24 heures sur 24 dans ce petit comptoir tropical, affairé, enfumé et somnambule, sont passés de deux milliards d’euros en 2001 à 4,5 en 2005. Les statistiques officielles indiquent par ailleurs que le gouvernement de Macao perçoit désormais plus d’1,6 milliard d’euros de taxes annuelles sur les jeux de hasard. Une manne pour cette modeste Région autonome spéciale de 488 000 habitants. Une manne également pour son tourisme : Macao, qui ne compte aucun site culturel ou naturel spectaculaire, a accueilli l’an dernier 18 millions de visiteurs, dont près des deux tiers étaient chinois.

10Les revenus générés par le jeu, le boom immobilier, la création d’emplois et l’afflux touristique qui ont accompagné l’essor des casinos de Macao, ne sont pas passés inaperçus dans les autres pays de la région.

11Paradoxalement, c’est la prude et austère Singapour qui, la première, s’est lancée dans la course. La Cité-État, qui voit depuis quelques années une partie de son industrie se relocaliser en Chine, souhaite stimuler sa transition vers une économie de services, en particulier dans les secteurs bancaire et touristique. Elle entend notamment doubler le nombre de ses visiteurs à hauteur de 17 millions d’ici 2015.

12Durant les dernières années du gouvernement de Goh Chok Tong et encore davantage depuis l’accession de Lee Hsien Loong au pouvoir, Singapour a commencé à lâcher la bride qui l’engonçait depuis si longtemps. Elle se veut désormais moins sourcilleuse et moralisatrice, plus tolérante et ouverte. La récente levée de l’interdiction des casinos sur l’ile, qui a été obtenue à la suite de débats aussi houleux qu’inhabituels au Parlement, s’inscrit dans cette logique.

13Le 26 mai dernier, le gouvernement singapourien a choisi la compagnie Las Vegas Sands pour construire et gérer un premier complexe de jeu appelé à devenir le plus cher du monde. Situé dans le district de Marina Bay, ce projet pharaonique de 2,5 milliards d’euros abritera notamment un centre de conférences de 110 000 mètres carrés, un musée des arts et des sciences, deux salles de spectacles et un hôtel de luxe de 2 500 chambres.

14D’ici à décembre, Singapour devrait sélectionner un autre opérateur international pour son second (et dernier) projet de « casino-resort » qui sera situé pour sa part sur l’île de Sentosa, à quelques encablures d’Orchard Road. Aucune nouvelle salle de jeu ne pourra en effet voir le jour à Singapour durant les dix années qui suivront. Les deux firmes élues, dont les concessions d’exploitation s’étendront sur trente ans, bénéficieront d’un autre avantage, le gouvernement ayant annoncé qu’il prélèverait une taxe sur les revenus de 15 % qui paraît bien modeste au regard des niveaux pratiqués ailleurs (35 % à Macao).

15Mais Singapour n’est pas la seule nation asiatique à rêver poker, roulette et revenus nets. Le Japon, Taiwan et la Thaïlande, où les casinos restent interdits, envisagent une révision de leurs lois en la matière. La Corée du Sud, le Viêt Nam et les Philippines, où de tels établissement sont tolérés dans une moindre mesure, entendent pour leur part développer les installations existantes.

16Face aux nombreux groupes qui, d’un pays à l’autre, dénoncent pour des raisons religieuses, morales ou éthiques, le recours à une industrie jugée douteuse et liée de trop près au crime organisé, pour renflouer les coffres des banques centrales, les tenants du monde du jeu avancent plusieurs arguments. Selon eux, l’existence de casinos implantés dans un pays donné, outre les revenus et la création d’emplois qu’elle génère, inciterait les ressortissants de ce pays à ne pas aller tenter leurs deniers ailleurs. Ainsi, les joueurs singapouriens dépenseraient à eux seuls plus d’un milliard de dollars à l’étranger chaque année.

17La légalisation du jeu permettrait également de réduire l’impact néfaste des loteries clandestines, salles de paris dérobées et autres tripots illégaux qui pullulent aux quatre coins du continent, et assurerait aux gouvernements concernés un contrôle plus serré de ces activités. Le modèle de Las Vegas et ses casinos qui se fondent dans un cadre de loisirs et divertissements policés, candides et familiaux, est également mis en avant. Enfin, les casinos d’aujourd’hui ne s’adresseraient plus uniquement aux joueurs pathologiques mais à une clientèle occasionnelle qui viendrait miser quelques jetons entre le shopping du matin et le spectacle de travestis de la fin de soirée.

18Plusieurs pays de la région ont apparemment reçu le message. Le Japon, où les loteries et courses hippiques voient leurs revenus décliner alors que l’industrie du pachinko stagne, serait déjà en pourparlers avec des opérateurs comme Las Vegas Sands et Harrah’s Entertainment pour assurer la gestion du premier casino du pays. Mais les députés n’en sont encore qu’à tenter de remanier la réglementation stricte des jeux en vigueur dans le pays depuis 1908 et rien ne devrait se décider avant l’an prochain. Dans le meilleur des cas, seules deux, voire trois licences, devraient être initialement accordées.

19« Le jeu est l’héritage de l’humanité », affirmait dans un de ses romans l’écrivain thaïlandais Arkas Damkerng. Excepté les concours hippiques et la loterie nationale, les jeux d’argent sont cependant interdits dans le pays. Ce qui n’empêche aucunement les natifs du royaume de poursuivre la chance partout où elle se présente, dans les maisons de jeu clandestines et les réseaux des loteries souterraines, évidemment, mais aussi dans des autobus banalisés équipés de tables de paris ou sur des bateaux de croisière...

20Et quand l’envie de tables de roulette légales et de nuit blanche se fait trop forte, on passe la frontière cambodgienne à hauteur d’Aranyaprathet, à quatre heures de route de Bangkok. Depuis 1999, une vingtaine de casinos rutilants se sont en effet installés dans le no man’s land poussiéreux qui sépare les deux royaumes et accueillent bon an mal an 700 000 joueurs. Suivant le même raisonnement, la Birmanie et le Laos ont également ouvert des casinos le long de leurs frontières avec la Thaïlande.

21Pour enrayer la fuite de capitaux engendrée par cet engouement irrépressible, le Parlement de Bangkok avait voté, en mars 2004, en faveur de la légalisation des casinos par 216 voix contre 23. Dans la foulée de ce vote et face à une opposition religieuse qui donnait de la voix, le Premier ministre Thaksin Shinawatra avait alors avancé l’idée d’un référendum national. Fidèle à lui-même il prédisait alors la construction d’établissements « grands comme à Las Vegas » : « Si nous devons légaliser les casinos, nous ne ferons pas comme les autres. Ce seront des complexes de loisirs — nécessitant des investissements importants impliquant des dizaines de milliards de bahts, et non de simples chambres d’hôtel transformées en casino ». Le choix de la station balnéaire de Pattaya, dont la réputation de soufre n’est plus à faire, était alors avancé.

22Mais l’opposition virulente de certains groupes bouddhistes influents qui, dans un même esprit devaient réussir à empêcher en mars 2005 l’entrée en bourse de la bière Chang, devait alors contraindre Thaksin Shinawatra à adopter une attitude plus circonspecte. Depuis, l’homme fort du pays, de plus en plus contesté en milieu urbain, a trop perdu de sa superbe, sinon de son arrogance, pour s’aventurer à rouvrir un dossier aussi sensible. Quant à la bière Chang, elle est aujourd’hui cotée à la bourse... de Singapour.

23Malgré son profil discret, le malaisien Genting est le plus grand groupe de casinos d’Asie et assure la gestion d’établissements aux États-Unis et en Australie, aux Caraïbes et au Royaume-Uni. Genting est également Tunique opérateur de Tunique casino légal de Malaisie.

24Situé à 51 kilomètres au nord-est de Kuala Lumpur, le Genting Highlands Resort a attiré 15 millions de visiteurs en 2004. Ceux-ci sont dans leur majorité malaisiens d’origine chinoise (l’accès aux Malaisiens musulmans est interdit par la loi), singapouriens ou arabes des pays du Golfe. Pour répondre à la concurrence de Macao et aux projets de Singapour, Genting a récemment entrepris une ambitieuse restructuration de son établissement malaisien et entend accorder une plus grande visibilité à sa marque.

25Le Viêt Nam n’a à ce jour accordé que cinq licences à des projets de casinos. Dernier en date, le Hoang Dat Silver Shores, qui a été approuvé à la mi-juillet, est estimé à 86 millions de dollars. Situé à Danang, le complexe prévoit la construction, d’ici 2012, d’un hôtel cinq étoiles de 600 chambres, d’un centre international de conférences et d’une salle de jeu où seuls cent machines à sous, huit black-jacks et des tables de baccarat et de craps seront autorisés. Comme tous les autres établissements équivalents dans le pays, seule la clientèle étrangère y sera admise.

26Pour leur part, les quatorze casinos philippins sont placés sous la tutelle de la Philippines Amusement and Gaming Corporation et assurent au pays un revenu annuel de plus de 23 milliards de pesos. Propriété du gouvernement fédéral, PAGCOR détient partiellement et exploite exclusivement l’ensemble des maisons de jeu de l’archipel.

27Si le monde du jeu ne bénéficie pas toujours d’une bonne aura en Asie (comme ailleurs...), les promesses de gain qu’il laisse miroiter à ses exploitants (sinon à sa clientèle...) semblent capables d’émousser bien des objections. Ainsi, les revenus générés par les casinos de la région devraient s’élever à quatorze milliards de dollars cette année, soit une hausse de 20 % par rapport à 2005. Les analystes estiment, d’autre part, à plus de trente milliards de dollars les investissements qui seront faits durant les dix prochaines années par les grandes compagnies de jeu internationales. Celles-ci misent bien entendu sur la popularité, au niveau mondial, des destinations touristiques asiatiques. Mais elles parient plus encore sur la concentration de population des pays concernés, sur la nouvelle prospérité dont celles-ci bénéficient et sur la troublante fascination pour le jeu qui continue de les hanter.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site