Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Quand l’Inde et la Chine lorgnent le gaz birman

Paru dans Fase no 12 de décembre 2006

Texte intégral

1Au tout début des années 1990, une première vague d’investisseurs étrangers — européens, américains, japonais — s’était intéressée aux opportunités d’exploitation des gisements pétroliers et surtout gaziers en Birmanie. Fructueuses d’un point de vue commercial, les explorations ont débouché sur le développement, dans le cadre de contrats de partage de production, de deux gisements gaziers : celui de Yadana, par un consortium composé par Total, Unocal (racheté depuis par Chevron), la firme thaïlandaise PTTEP et la Myanmar Oil and Gas Exploration (MOGE) ; et celui de Yetagun, exploité aujourd’hui par le Malaisien Petronas, PTTEP et la MOGE.

2Des controverses concernant la militarisation, le recours au travail forcé et des violations des droits de l’homme dans les zones traversées par le gazoduc, qui alimente une centrale électrique en Thaïlande, ont provoqué le retrait du Britannique Premier — opérateur initial du gisement de Yetagun. La firme a plié devant une campagne de groupes de pression du Royaume-Uni. Unocal et Total, quant à eux, ont conclu en 2005 un accord à l’amiable avec des plaignants.

3À ce premier round — l’objet d’une intense compétition entre des firmes surtout occidentales — a succédé, à partir de l’an 2000, un second round au cours duquel les firmes asiatiques tiennent le haut du pavé. Cette nouvelle ruée sur les hydrocarbures birmans n’a plus pour cadre le golfe de Martaban, au sud-est de la Birmanie, mais des zones terrestres de l’État birman de l’Arakan et des zones maritimes au large des côtes de ce même État, dans le golfe du Bengale, à l’ouest du pays, non loin de la limite des eaux territoriales bangladaises et indiennes. Ces gisements sont appellés Slwe (« or ») par les Birmans.

Les blocs onshore et offshore e l’Ouest birman (source : www.shwe.org)

4Une chronologie donne un aperçu de la complexité du schéma d’investissement et de la multiplicité des intervenants. En août 2000, la firme sud-coréenne Daewoo International Corporation a signé un contrat de partage de la production avec la MOGE pour explorer et, le cas échéant, exploiter des gisements gaziers dans un bloc baptisé A-l au large de l’Arakan. Trois firmes internationales ont ensuite acheté des parts dans le même bloc : deux sociétés indiennes — la Oil and Natural Gas Corporation (ONGC, 20 %) et la Gas Authority of India (GAIL, 10 %) — ainsi que la société sud-coréenne Kogas (10 %). Daewo est resté le partenaire principal avec 60 %. En janvier 2004, Daewoo a annoncé que le bloc contenait des réserves commercialement exploitables (environ 350 milliards de mètres cubes de gaz). Ces quatre firmes ont adopté la même structure pour la production d’un bloc contigu, baptisé A-3, dont les réserves ont été jugées commercialement exploitables début 2006.

5L’intérêt des firmes chinoises pour les gisements de l’ouest birman est plus récent. Elles ont toutefois rapidement gagné du terrain. Fin 2004, un consortium formé par la China National Offshore Oil Company (CNOOC), la China Huanqiu Contracting and Engineering Corporation (HQCEC) et la société singapourienne Golden Aaron a obtenu de la MOGE un contrat de partage de la production pour l’exploration et l’exploitation éventuelle d’un gisement pétrolier on-shore (bloc M) et d’un gisement gazier off-shore (bloc A-4).

6Confirmant l’intérêt de la Chine pour les réserves gazières de l’ouest birman, l’événement crucial a, cependant, été la signature en janvier dernier d’un accord de principe entre Rangoon et la société Petrochina pour la vente de 230 milliards de mètres cube de gaz sur une période de trente ans. Cet accord implique la construction, à partir de 2007, d’un gazoduc qui partirait des gisements des côtes de l’Arakan et traverserait la Birmanie pour rejoindre le Yunnan dans le sud-ouest de la Chine.

7L’annonce de la signature de ce mémorandum a été une surprise pour New Delhi. Bien qu’un certain flou subsiste encore sur l’origine du gaz à acheminer vers le Yunnan, il semble qu’il pourrait provenir des blocs A-l et A-3, où l’opérateur est le consortium dont les sociétés indiennes détiennent 30 % des parts. L’Inde estimait qu’il était, en effet, acquis que l’ensemble du gaz produit dans ces blocs serait acheminé vers une centrale électrique à Calcutta (Kolkata). L’accord avec Pékin a créé une certaine confusion, témoignant de l’habileté de Rangoon à équilibrer les influences des deux poids lourds asiatiques. À la suite de la signature du mémorandum avec Petrochina, le président indien Abdul Kalam s’est rendu à Rangoon en mars 2006 et un accord supplémentaire d’achat de gaz par New Delhi a été signé.

8« Le principal point à ne pas être encore réglé, avant même la construction du gazoduc [vers l’Inde], est de savoir qui achète le gaz produit dans les blocs A-l et A-3. Les Indiens partent du principe qu’ils vont acquérir l’ensemble du gaz mais les Birmans, les Chinois, et désormais les Thaïlandais en veulent aussi une partie, ce que New Delhi ne souhaite pas », indique Renaud Egreteau, auteur français d’une thèse sur les influences indienne et chinoise en Birmanie. Avec la signature de l’accord avec Petrochina, Rangoon a pu vouloir signifier à l’Inde une certaine impatience. Celle-ci a longtemps tergiversé entre différentes solutions pour acheminer le gaz produit dans les deux blocs vers son territoire.

9La première option envisagée était de construire un gazoduc à travers le Bangladesh pour aboutir dans l’est indien. Mais des relations difficiles entre New Delhi et Dacca semblent écarter cet itinéraire, pourtant le plus court. Une seconde option, favorisée par les Sud-Coréens, serait d’établir une usine de liquéfaction offshore. L’inconvénient est qu’elle permettrait seulement l’exportation de très faibles quantités par tankers. Enfin, la troisième solution, qui a les faveurs de New Delhi, est de construire un gazoduc qui contourne le Bangladesh via le couloir du fleuve Kaladan, à travers l’État de l’Arakan et l’État Chin puis le Nord-Est indien, pour aboutir à Calcutta.

10Cet itinéraire est plus long de 40 % par rapport à la première option. En outre, plusieurs guérillas ethniques restent actives dans le Nord-Est indien — le National Socialist Council of Nagaland (NSCN), l’United Liberation Front of Assam (ULFA) et une guérilla dans l’État du Manipur. L’ULFA disposerait notamment, selon le mensuel Irrawaddy, d’une unité de sabotage formée par les services de renseignements pakistanais.

Tracés des projets de gazoducs indien et chinois

11Le gazoduc serait donc vulnérable dans une région où l’armée indienne n’opère qu’avec difficultés. L’Inde commence toutefois à « nettoyer » cette région frontalière de la Birmanie avec l’aide active de l’armée birmane. Selon l’Irrawaddy, en septembre dernier, l’Inde a offert des équipements militaires à l’armée birmane — 36 tanks T-55, 150 mortiers lourds — à condition que cette dernière accepte, en retour, d’attaquer les rebelles du Nord-Est indien sur le territoire birman. Rangoon aurait accepté. Trois camps du NSCN et de l’ULFA sont tombés ; une offensive majeure de tatmadaw (l’armée birmane) serait en préparation.

12New Delhi est ravi. À la suite de massacres de manifestants à Rangoon, pendant l’été 1988, l’Inde avait soutenu la dirigeante de l’opposition Aung San Suu Kyi. La volte-face de l’Inde a eu lieu plus tard, au milieu des années 1990. New Delhi se veut désormais très pragmatique dans ses relations avec son voisin. « Restaurer la démocratie en Birmanie n’est pas du ressort de l’Inde », résume Anil Kambhoj, de l’Institut d’analyses et d’études de défense de New Delhi. Ce changement s’explique en grande partie par l’inquiétude de l’Inde devant l’influence grandissante de la Chine en Birmanie à partir de 1990.

13La rivalité sino-indienne en Birmanie existe clairement au niveau géopolitique et militaire. L’installation par les Chinois d’un centre électronique de renseignements sur les îles Coco au début des années 1990, à 30 km des îles indiennes d’Andaman, a galvanisé les craintes de New Delhi. Des techniciens chinois ont modernisé les bases navales à Hainggyi, Mun Aung, Sittwe, Zadetkyi et Mergui, mettant en place des dispositifs radars ainsi que des installations pour le réapprovisionnement des navires. Pour la Chine, l’établissement d’une coopération militaire étroite avec la Birmanie a pour avantage évident de donner à l’ex-Empire du Milieu un accès à l’océan Indien.

14Aux yeux de la marine indienne, cette montée en puissance navale conjointe de la Birmanie et de la Chine peut renforcer la capacité sous-marinière de la marine chinoise dans le golfe du Bengale et dans l’océan Indien. New Delhi s’efforce donc d’amorcer une coopération militaire avec la Birmanie, notamment dans le domaine naval. Depuis 2002, la marine indienne effectue des exercice annuels conjoints avec son homologue birmane. Des bâtiments de guerre indiens mouillent régulièrement dans les ports birmans. De nombreux officiers birmans sont formés dans les académies militaires indiennes.

15Faut-il pour autant étendre cette rivalité indo-chinoise à la compétition concernant les ressources énergétiques de la Birmanie ? Après avoir étudié la question pendant plusieurs années, Renaud Egreteau pense que mieux vaut être plus nuancé. « Je dirais qu’il y a plus de concurrence entre les Malaisiens et les Thaïlandais qu’entre les Indiens et les Chinois sur le marché birman. Les projets d’exploitation de l’Inde et de la Chine sont toujours proposés en collaboration avec de grandes firmes étrangères financièrement solides et dotées d’une sérieuse expérience », estime-t-il.

16Il faut également se garder d’exagérer l’importance en volume du gaz birman. Selon des estimations, la Birmanie disposerait d’environ 2 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel, soit dix fois moins que le Qatar ou l’Iran et vingt fois moins que la Sibérie. L’Inde, qui importe 70 % de ses ressources en énergie, en a sans doute nettement plus besoin que la Chine (40 %). Pékin s’approvisionne en grande partie en Russie et en Iran. Un oléoduc venant du Qatar approvisionne l’Inde, qui achète aussi des hydrocarbures à l’Iran. Mais New Delhi mise également sur les effets politiques d’une coopération économique accrue avec la Birmanie : c’est un moyen de « pacifier » et de développer économiquement le turbulent Nord-Est indien.

17Pour Pékin, la construction d’un gazoduc entre l’Arakan et le Yunnan permettrait de diminuer sa dépendance énergétique par rapport à la voie d’approvisionnement passant par le détroit de Malacca, par où transite la totalité des hydrocarbures en provenance du Moyen-Orient et à destination de la Chine. Mais le gazoduc birman permettrait d’alimenter seulement l’économie du Yunnan. Les quantités importées seraient trop faibles pour bénéficier à d’autres provinces chinoises.

18Face aux deux géants asiatiques, la Birmanie semble de plus en plus apte à contrebalancer leurs influences respectives. Aux yeux de certains spécialistes, la classification des dirigeants de la junte en « pro-chinois » et « pro-indien » est erronée. Il existe des tendances historiques lourdes qui ne peuvent pas être facilement effacées : l’indophobie de la société birmane, la plus grande proximité culturelle avec les Chinois, le poids économique de la Chine. « Le rapprochement avec l’Inde est tactique, mais non affectif. L’Inde n’atteindra jamais le niveau d’influence et de présence de la Chine en Birmanie. Pour les Birmans, les Chinois sont les Paukphaw, les “grands frères”, les Indiens sont les Kalas, les “étrangers” », constate Renaud Egreteau.

Table des illustrations

Légende Les blocs onshore et offshore e l’Ouest birman (source : www.shwe.org)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Tracés des projets de gazoducs indien et chinois
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site