Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

La Birmanie en voie de « régression fœtale »

Paru dans Fase no 1 de janvier 2006

Texte intégral

1Le soudain transfert du siège du gouvernement de la Birmanie (Myanmar) de l’ancien port colonial de Rangoun à Pyinmana, dans une zone aride et montagneuse au centre du pays, est avant tout un choix stratégique : la junte veut assurer ses arrières. Mais il risque de renforcer l’isolement des généraux au pouvoir, non seulement vis-à-vis de la communauté internationale mais aussi de leur propre population. « Une régression fœtale », commente un analyste occidental. « Ils se sentent mieux ainsi, entourés des leurs, dans une sécurité totale ».

2L’annonce du transfert, le 4 novembre 2005, a pris de court les diplomates étrangers et, plus encore, les fonctionnaires birmans. L’opération avait pourtant commencé en 2002 : au départ, il est vrai, il ne s’agissait que de doter les forces armées d’un nouveau quartier général au nord de Pyinmana, ville de deux cent mille habitants située au pied des montagnes du Pegu Yoma, à l’articulation entre la Haute et la Basse Birmanie. Le site est stratégique : Aung San, héros de l’indépendance, y avait aménagé le quartier général de ses forces lors du retournement contre l’allié japonais en 1945. Après l’indépendance, les communistes birmans s’y étaient aussi installés pendant plusieurs années.

3La construction du nouveau QG militaire est très avancée. Cette base solide est dotée d’un réseau souterrain et bien équipée en télécommunications avec l’assistance de la Chine, de l’Inde et, plus récemment, de la Russie. La junte espère ainsi contrôler l’ensemble du pays et pouvoir intervenir rapidement et sans plus dépendre de la bonne volonté des commandants de région. « Ils veulent une mobilité instantanée », dit un analyste à Rangoun.

4L’ajout d’une nouvelle capitale administrative, à vingt kilomètres à l’ouest de la vieille ville de Pyinmana, sur la route défoncée qui mène à la ville de Taungdwingyi, a fait plus récemment surface. Il a été tenu secret jusqu’au dernier moment. Dix ministères, dont ceux des Affaires étrangères, de l’Intérieur et du Commerce, ont été transférés lors d’une première phase, qui a pris fin le 31 décembre. Les logements — des immeubles de quatre étages, au sud de la route — ne sont pas encore connectés au réseau d’eau et d’électricité et la plupart des fonctionnaires campent dans l’enceinte abritant les bâtiments administratifs, situés au nord de la route. Plus à l’ouest, la construction d’un impressionnant hôpital militaire et l’aménagement de deux terrains de golf sont bouclés alors que six hôtels de standard international sont encore chantier. Un nouvel aéroport serait en train d’être bâti au sud-ouest. Dans un premier temps, toutefois, l’aéroport national de Pyinmana, qui peut accueillir des gros porteurs, assurera les liaisons aériennes avec les principales villes du pays.

5Le déplacement de la capitale administrative dans un no man’s land à proximité du nouveau commandement militaire répond à un souci de sécurité. Même si la « feuille de route vers la démocratie », adoptée par la junte le 30 août 2003, est appliquée très lentement, les généraux sont conscients qu’ils devront un jour partager le devant de la scène tout en conservant le monopole des leviers du pouvoir. Quelle que soit la coloration du futur « gouvernement démocratique », la situation géographique de la nouvelle capitale administrative en fera d’autant plus l’otage des militaires que ces derniers entendent obtenir de fortes garanties constitutionnelles. La junte veut éviter une répétition du scénario de 1988, quand les mécanismes du pouvoir ont été paralysés pendant plusieurs mois par une révolte populaire.

6Aucun signe de mécontentement organisé ne se manifeste en dépit de l’impasse politique et du déclin économique. Aux prises avec un déplacement forcé à Pyinmana — séparation des familles, suppression des petits boulots au noir qui permettaient de vivre — les fonctionnaires courbent l’échine. L’heure est à la résignation.

7La « feuille de route » n’en est qu’à la moitié de la première des sept étapes : la définition de principes préalables à la rédaction de la nouvelle constitution. Selon certains diplomates étrangers, les travaux de la Convention nationale — environ un millier de délégués choisis par la junte pour détailler les six principes constitutionnels fondamentaux — pourraient s’étaler sur encore trois années. Ce qui repousserait d’autant les étapes ultérieures : référendum sur une constitution, puis élection d’une Assemblée nationale.

8Pourtant, l’architecture de la charte est déjà décidée : un quart des sièges de l’Assemblée nationale, du Sénat et des assemblées régionales réservé aux militaires ; chef de l’État nommé par les présidents des deux chambres et le représentant du « quota militaire » législatif ; obligation pour le président d’avoir passé au moins dix ans dans l’armée. Si, comme il est probable, l’Union Solidarity and Development Organisation (USDA, organisation de masse créée par la junte) se transforme en parti politique, la domination du processus politique par les militaires sera renforcée.

9Le contenu de la future loi électorale indiquera la marge de manœuvre dont vont jouir les autres formations, notamment la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) et la Ligue Nationale Shan pour la Démocratie (SNLD), qui avaient obtenu le plus grand nombre de votes lors des élections de mai 1990. Certains analystes pensent que la loi électorale n’autorisera pas les candidatures présentées par les partis qui n’ont pas siégé de bout en bout à la Convention nationale, ce qui exclut la LND (qui s’est retirée en 1996) et la SNLD (retirée en 2004).

10Paralysée par l’assignation à résidence de sa secrétaire générale Aung San Suu Kyi, la LND, qui avait emporté 81 % des sièges lors du scrutin de 1990, est moribonde. Son comité exécutif refuse de prendre toute décision tant que les neuf membres — dont deux, Aung San Suu Kyi et U Tin Oo sont assignés à résidence — ne peuvent pas se réunir. Les pressions sont fortes de la part des militants plus jeunes pour un renouvellement du leadership (U Aung Shwe, président, 86 ans ; U Lwin, porte-parole, 81 ans ; U Tin Oo, 77 ans), mais les contestataires ont été priés de se taire ou, plus simplement, exclus du parti. Le sens poussé de la hiérarchie et le manque de flexibilité, deux traits birmans selon un bon connaisseur du pays, se retrouvent des deux côtés de l’échiquier politique. Six membres ont reproché à la direction de la LND son boycottage de la Convention nationale, estimant qu’il valait mieux faire partie d’un processus aussi ténu soit-il que le contraire. Exclus, ces six politiciens participent à la Convention en tant qu’indépendants.

11Les minorités ethniques y sont essentiellement représentées par dix-sept mouvements qui ont signé des cessez-le-feu avec la junte. Leurs désillusions sont également sérieuses. Aucune des suggestions soumises par ces mouvements — par exemple, la possibilité d’élire leurs représentants politiques locaux — n’a été retenue. Le cadre juridique avancé par la junte implique la domination totale de l’Assemblée nationale sur les assemblées régionales. Ces dernières ne peuvent légiférer que sur les affaires subsidiaires (perception de taxes locales, droits culturels), non sur les questions plus sensibles de droits politiques et de contrôle des ressources naturelles. Seuls satisfaits : l’United Wa State Party (UWSA), qui jouit d’une indépendance de fait dans sa Région administrative spéciale, et cinq autres groupes plus réduits comme le Kokang et les Palaungs, qui bénéficient d’un statut assez autonome de Zone administrative spéciale. Mais les ethnies les plus importantes n’ont rien obtenu de significatif. Pour cette raison le New Mon State Party n’a envoyé que des observateurs et certains groupes shans (dont des leaders ont été arrêtés) se sont retirés.

12Parallèlement, la junte demande un désarmement des groupes armés afin de transformer les cessez-le-feu en accord de paix avec, en échange, la possibilité de participer aux élections. Ces tensions pourraient mener à une reprise des hostilités de certains groupes, sous forte pression de leur base. C’est aussi en prévision d’une résurgence de l’instabilité dans les zones périphériques que la junte s’installe dans un lieu plus central, afin de mieux contrôler d’éventuelles opérations.

13Le processus politique reste donc sous le contrôle total du pouvoir militaire. Selon la plupart des analystes à Rangoun, des pressions de l’ASEAN ou un suivi plus attentif par le Conseil de sécurité des Nations unies n’y changeront rien : la junte suivra le calendrier qu’elle s’est fixé. Le soutien de la Chine reste entier. La découverte par Daewoo d’un important gisement de gaz au large de l’Arakan confirme la possibilité pour la Birmanie de devenir une réserve en hydrocarbures pour la Chine. Un protocole d’accord a été signé concernant la construction d’un gazoduc reliant ce gisement au Yunnan.

14Les progrès sont manifestes sur l’un des fronts qui inquiètent la Chine, celui de la production d’opium. Selon l’Agence des Nations unies contre le crime et la drogue (UNODC), la production d’opium est tombée à 312 tonnes en 2005 (contre 828 tonnes en 2002). Dans le cadre de sa rivalité avec Pékin, l’Inde est désormais prête à oublier sa sympathie passée pour le mouvement démocratique et à se ruer sur les opportunités économiques offertes par la Birmanie. Plusieurs membres de l’ASEAN sont, de leur côté, trop engagés économiquement en Birmanie et trop divisés entre eux pour mettre leur partenaire au pied du mur.

15L’économie continue de stagner mais le gouvernement est attentif à maintenir un prix acceptable du riz — en bloquant les importations de riz thaïlandais — pour ne pas mettre en difficulté les 80 % de ruraux birmans. La multiplication récente par huit des prix du quota de l’essence qui était subventionnée n’a provoqué aucun mouvement de protestation, soulignant la résignation de la population. Les effets des sanctions économiques internationales et des retraits de certaines firmes occidentales ont été limités, des partenaires asiatiques étant prêts à assurer le relais dans les secteurs lucratifs (hydrocarbures). Seul le textile, qui pouvait constituer l’amorce d’un développement industriel, a été fortement touché par la fermeture du marché américain, mais les perdants ont plus été les ouvrières birmanes licenciées que les officiers qui contrôlent le pays.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site