Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Les avanies du « people power » philippin

Paru dans Fase no 3 de mars 2006

Texte intégral

1Dans l’histoire des Philippines, février 1986 demeure le moment le plus intense depuis l’indépendance proclamée le 4 juillet 1946. Prières, peur et courage confondus — une marée humaine s’était interposée, à Manille, entre les blindés de Ferdinand Marcos et le camp Aguinaldo où s’étaient retranchés trois cents soldats dissidents, conduits par Juan Ponce Enrile, ministre de la Défense, et Fidel Ramos, chef d’État-Major général adjoint. Face à l’émotion populaire — et au ralliement contre lui de toutes les institutions, y compris la très influente église catholique — l’autocrate aux poches pleines s’était enfui à bord d’un hélicoptère américain. Le sang n’avait pas été versé. La foule avait pleuré de joie. Le « people power » était né et Cory Aquino, veuve d’un adversaire assassiné de Marcos, lui avait donné une couleur : le jaune.

2Qu’en reste-t-il quand la présidente Gloria Macapagal Arroyo décrète l’« état d’urgence » le jour-même du vingtième anniversaire de la fuite de Marcos ? Les Philippins baignent dans la désillusion, la frustration ou la colère. « Je suis effondré », a déclaré Ramos, ancien chef de l’État et dont l’intervention, voilà huit mois, avait sauvé le fauteuil de Mme Arroyo. « La présidente a réussi à donner à la démocratie philippine un autre et vilain œil au beurre noir », a jugé Franklin Dilon, président du Sénat. La « dame en jaune », qui a gouverné de 1986 à 1992, aujourd’hui âgée de 73 ans, est descendue, quant à elle, dans la rue pour réclamer, une fois de plus, la démission de son ancienne protégée.

3L’histoire bégaie. Contre Marcos, une réélection frauduleuse avait été la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase en 1986. Les mêmes pratiques ont été reprochées à Mme Arroyo à la suite de son élection en 2004. L’an dernier, la publication de l’enregistrement d’une conversation, pendant la campagne électorale, entre elle et un membre de la Commission électorale a contraint Mme Arroyo à reconnaître que l’échange — « inapproprié », a-t-elle admis — avait eu lieu. Elle a dû rassembler ses partisans au Parlement pour obtenir le rejet, en septembre, d’une procédure d’impeachment.

4En 2001, Joseph Estrada — pourtant le mieux élu, depuis 1969, des chefs d’État philippins avec plus de 30 % des voix — a été destitué après avoir été accusé de partager les profits de loteries clandestines opérées par des maffieux. En 2005, l’époux de la présidente et leur fils ont fait l’objet d’allégations du même type et, pour calmer la protestation, la solution choisie a été d’exiler M. Arroyo.

5Le fond de l’affaire est que le système de gouvernement de l’archipel ne fonctionne pas. Les deux cents familles qui ont négocié, à leur profit, l’indépendance avec les Américains dans l’entre-deux-guerres, tirent toujours les ficelles. Quelles que soient leurs affiliations politiques, elles peuplent de leurs rejetons la Chambre des représentants et le Sénat. Chacun y défend les intérêts de son fief, de son clan et, le cas échéant, de son conglomérat au gré d’alliances qui ne peuvent être que de circonstance. Et ce beau monde se retrouve pour refuser des réformes fiscales substantielles dont il serait le premier à pâtir.

6Résultat : faute de recettes, l’État est faible. Ni son armée, ni sa police, ni son administration n’ont les moyens d’exercer leurs fonctions. La corruption sévit. Les élans nationalistes de la classe dirigeante ne sont souvent qu’une façon de couvrir des intérêts privés. Le verbe peut être roi. Les meilleurs esprits — et encore davantage de gens sans ressources — s’expatrient, à telle enseigne que huit millions d’émigrés ont envoyé chez eux près de neuf milliards d’euros en 2005, soit l’équivalent de 10 % du PIB.

7Comme le taux de croissance économique a été supérieur à 5 % l’an dernier et qu’une légère reprise des investissements étrangers s’est opérée, l’espoir de voir le pays sortir de l’ornière n’est pas mort. Il suffirait de si peu. Mais cette considération se heurte à des réalités incontournables. Dans un archipel encore essentiellement rural, les trois quarts des ruraux ne sont pas propriétaires de leur exploitation. Sur 87 millions de Philippins, 14 millions sont menacés par la disette et 42 autres millions vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Le taux de chômage est de 11,5 %, selon le calcul officiel, mais il n’inclut pas des millions de gens qui travaillent à temps partiel.

8La forte émigration économique souligne un manque de confiance dans l’avenir du pays. Les autres signes de découragement sont multiples. Une partie du corps des officiers est tentée par le complot, de droite comme de gauche. Une hiérarchie catholique conservatrice — 67 millions de fidèles — est également partagée. Le recours au coup de balai est le réflexe de l’immense majorité. Mais comment s’y prendre ?

9Les uns ont pris les armes, ce qui explique la pérennité de la Nouvelle Armée du peuple, qu’on présente encore comme d’obédience maoïste mais qui recouvre des réalités bien diverses. Les pauvres placent régulièrement leurs espoirs, ou leur désespérance, entre les mains d’un candidat populiste, qui n’est pas issu du sérail « élitiste », et qui leur promet monts et merveilles — ce fut le cas de l’ancien acteur Estrada — pour faire, une fois en place, le contraire en remplaçant le Johnny Walker Blue Label par le Château Pétrus.

10Dans le sud islamisé, l’anarchie est devenue si commune que personne ne sait au juste ce qui s’y passe. Mais les petites armées musulmanes, avec lesquelles Manille négocie un jour et réprime le lendemain, ont été le produit — bien avant la naissance d’Al-Qaïda — d’inégalités criantes : musulmans et autochtones de Mindanao et des petits archipels riverains ont le sentiment d’être des citoyens de troisième zone. Dépêcher sur place des conseillers militaires américains, ainsi qu’on le fait depuis au moins quatre ans, ne change rien. Il n’y a guère de frontières entre des mouvements qui se disent indépendantistes ou islamistes — ou les deux à la fois — mais qui n’aspirent, en fait, qu’à une réelle autonomie.

11La déliquescence ambiante entretient les complots, certains réels, d’autres colportés par la rumeur. Après avoir survécu à au moins deux d’entre eux, une Gloria Arroyo apeurée a décrété l’état d’urgence le 24 février, veille des rassemblements prévus à l’occasion du vingtième anniversaire de la chute de Marcos. Elle a fait arrêter le général de brigade Danilo Lim, accusé d’avoir envisagé d’envoyer ses soldats participer aux rassemblements, qui ont été interdits. Elle en a profité pour interpeller des officiers d’active ou à la retraite ainsi qu’un membre de la Chambre des représentants classé à gauche. Le général Renato Miranda, patron du corps des fusiliers marins, imité d’élite, a été suspendu de ses fonctions. La police a fouillé les locaux d’un quotidien, le Daily Tribune, dans ce qui a ressemblé à une mesure d’intimidation de la presse. Les écoles ont été fermées.

12Comme le complot semble avoir été déjoué avant l’instauration de l’état d’urgence, il est possible que la présidente soit plus préoccupée par des manifestations populaires d’hostilité que par une coalition, qu’elle a dénoncée à la télévision, entre « aventuriers militaires » de droite et des communistes. Tout en faisant la part de la rumeur, il est vrai que l’insatisfaction et l’aigreur sont croissantes. Jusqu’ici, toutefois, l’État-Major a toujours soutenu la présidence depuis le renversement de Marcos. Il s’est même rallié au remplacement, dans des conditions pourtant controversées, de Joseph Estrada par Gloria Arroyo à la tête de l’État. Les « comploteurs » — de salon ou carrément remuants — sont des officiers plus jeunes. En règle générale, l’armée n’a guère manifesté d’appétit pour le pouvoir. Elle serait plutôt happée par le vide politique et la paralysie des institutions.

13Pour sortir de l’impasse, Fidel Ramos, qui a gouverné de 1992 à 1998, avait proposé d’amender la Constitution de 1987 en abandonnant un système présidentiel à l’américaine, dont l’originalité est un seul mandat présidentiel de six ans. Il s’était prononcé pour un système hybride à la française. Mme Arroyo a repris cette initiative. Elle a succédé à Estrada en 2001 parce qu’elle était une vice-présidente élue. Elle a alors choisi de compléter le mandat d’Estrada, jusqu’en 2004, et de se présenter cette année-là à la présidence, qu’elle devrait donc occuper jusqu’en 2010. Elle n’a pas l’intention, dit-elle, de démissionner en 2007 pour permettre une coïncidence des scrutins législatif et présidentiel.

14Les rafistolages institutionnels sont toujours accueillis avec soupçon aux Philippines. Si sa réforme avait abouti, Ramos aurait été assez populaire en fin de mandat, en 1998, pour envisager de briguer la direction du gouvernement, laissant à un allié les fonctions de chef de l’État. Mme Arroyo a fait peut-être un calcul identique tout en espérant que le débat sur une réforme constitutionnelle occulterait celui, plus dangereux, sur les magouilles électorales.

15Le dérapage a néanmoins eu lieu et certains crient déjà à l’ébauche de dictature. « Qu’y a-t-il derrière cet état d’urgence ? Est-ce la loi martiale sous une autre dénomination ? », s’est interrogée Cory Aquino après une messe à laquelle elle a assisté aux côtés de Fidel Ramos et en compagnie de nombreux opposants.

16Quoi qu’il advienne de l’état d’urgence, le risque est de renforcer désillusions et divisions. Même si l’État-Major ne bronche pas, l’institution militaire est de plus en plus mise à mal. Au moment même où elle prenait du champ vis-à-vis de la politique, la hiérarchie catholique est invitée à se poser quelques questions. L’appel d’air est manifeste. Comme l’an dernier, quand ses principaux ministres avaient démissionné, Mme Arroyo se retrouve au bord du précipice et pourrait être l’objet d’une deuxième procédure d’impeachment dans quelques mois, une fois rempli le délai légal d’un an qui suit la première. Rien ne dit, le cas échéant, que la présidente contrôlera encore assez bien la Chambre des représentants pour prévenir sa comparution devant un Sénat qui lui est hostile.

17Même si Ramos, contrairement à Aquino, n’a pas encore demandé à Arroyo de démissionner, cette dernière semble condamnée, au mieux, à vivoter : désaffection populaire, effritement de ses appuis au sein des Chambres, malaise croissant dans les rangs des militaires. Au fil de deux décennies, le « people power » s’est dilué et l’archipel continue de plonger dans une sorte d’anarchie rampante. Le doter de mécanismes institutionnels susceptibles de fonctionner serait la véritable révolution. Dans l’intervalle, les moyens de l’État resteront faibles et les présidences en feront autant.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site