Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2007 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Apec : La vedette aux absents

Paru dans Fase no 12 de décembre 2006

Texte intégral

1Le quinzième sommet de l’Asie-Pacifique a bien eu lieu à Hanoï les 18 et 19 novembre. Vladimir Poutine en a même profité pour décrocher, « à l’issue de longues négociations », le soutien de Washington à l’admission de la Russie au sein de l’OMC. Le forum de l’Asia Pacific Economic Cooperation s’est déroulé sans anicroche, au grand soulagement d’un Viêt Nam qui confirme ainsi sa percée dans le concert international. Et les vedettes en ont été les absents : pêle-mêle, les Nord-Coréens, la mondialisation du commerce, les Irakiens, les Iraniens, les Birmans, les terroristes, les Démocrates américains... et même Tony Blair, auteur à Londres d’un gros couac, vite ravalé, sur le « désastre » irakien.

2Aucune percée n’a été réalisée sur le sujet le plus brûlant dans la région, le nucléaire nord-coréen. Les Américains ont, toutefois, laissé entendre qu’ils proposeraient de nouveaux « stimulants » au cas où Pyongyang accepterait d’amorcer, lors de la reprise de négociations multilatérales dans quelques semaines, le démantèlement de son équipement militaire nucléaire. Conseiller du président George Bush sur les questions de sécurité, Stephen Hadley n’a pas précisé la nature des « mesures concrètes » réclamées par la Maison blanche. Il a refusé de confirmer, lors d’une réunion de presse, qu’il s’agirait de la fermeture d’un réacteur nucléaire utilisé à des fins militaires, de l’arrêt de la fabrication de combustible à partir de plutonium et du retour des inspecteurs de l’ONU, expulsés de Corée du Nord en 2003.

3La discrétion des Américains s’explique car le terrain est bien glissant. Depuis l’essai nucléaire nord-coréen du 9 octobre et les sanctions prises, le 14 octobre, par le Conseil de sécurité de l’ONU, le sommet de Hanoï a offert, au président Bush, une première occasion de rencontrer, dans la foulée d’un entretien avec Vladimir Poutine lors d’une escale à Moscou, les trois autres partenaires dans les négociations avec Pyongyang : le président chinois Hu Jintao, qui a arraché à Kim Jong Il, le 31 octobre, la reprise de « discussions à six » interrompues depuis 2005 ; le Premier ministre japonais Shinzo Abe, que Bush ne connaissait pas et avec lequel l’échange a été chaleureux ; et le président sud-coréen Roh Moon-hyun, un entretien beaucoup plus sec.

4Séoul refuse, en effet, de procéder aux inspections de bateaux nord-coréens pourtant votées, à l’unanimité, par le Conseil de sécurité de l’ONU. De nombreux bâtiments nord-coréens traversent les eaux sud-coréennes. Or — Bush l’a encore rappelé dans un discours, à Singapour le 14 novembre — Washington considérerait comme une « grave menace » tout « transfert d’armes nucléaires ou de matériel par la Corée du Nord à des États ou des entités non-étatiques ». Le président américain a ajouté qu’il était « vital » que les pays de la région fassent comprendre à Pyongyang que « la prolifération de technologie nucléaire au bénéfice de régimes hostiles ou de réseaux terroristes ne sera pas tolérée ».

5Le président Roh Moon-hyun critique l’approche américaine, qu’il juge unilatérale et sans nuances. Les divergences entre Séoul et Washington sur la Corée du Nord ne semblent guère avoir diminué, même depuis l’essai nucléaire du 9 octobre. De son côté, Condoleezza Rice a proposé, en cas de détente avec Pyongyang, d’admettre au sein de l’Apec la Corée du Nord, dont cette dernière ne fait pas partie au même titre, mais pour des raisons bien différentes, que trois membres de l’Asean, la Birmanie, le Cambodge et le Laos. S’exprimant devant des hommes d’affaires à Hanoï, la secrétaire d’État américaine a suggéré que la Corée du Nord suive l’exemple du Viêt Nam, l’ancien adversaire devenu partenaire des États-Unis.

6Maintenant que Pyongyang accepte la reprise des « discussions à six » — une réunion est envisagée à la mi-décembre, selon le négociateur américain Christopher Hill — la préoccupation majeure est d’éviter que ces négociations tournent en rond, comme ce fût le cas de 2003 à 2005. Ce qui implique un donnant-donnant. Sur ce point, un consensus commence à se dessiner entre les cinq interlocuteurs de Pyongyang (Chine, Corée du Sud, États-Unis, Japon et Russie). Mais la question essentielle demeure l’éventualité d’une initiative américaine susceptible de débloquer la situation. Washington pourrait examiner une requête nord-coréenne : la levée des restrictions imposées en 2005 à la Banco Delta Asia, de Macao, censée être utilisée par Pyongyang pour procéder à ses principales transactions financières internationales, du blanchiment d’argent au transfert de faux billets verts. Il en faudrait davantage, toutefois, pour que la Corée du Nord renonce à un demi-siècle d’investissements dans son programme nucléaire.

7La question nucléaire coréenne a fait l’objet d’une condamnation ferme, dans la déclaration finale du sommet, de l’essai nucléaire d’octobre et des tirs de missiles de juillet. Mais si elle a dominé le sommet de l’Apec, l’intérêt s’est aussi reporté sur la manière dont un président Bush affaibli va pouvoir, ou devoir, gérer la diplomatie américaine pendant les deux dernières années de son deuxième mandat. Il s’agissait de son premier périple à l’étranger depuis la débâcle électorale du 7 novembre aux États-Unis.

8En rejetant, avant son départ de Washington, la ratification d’un traité commercial signé en juin dernier avec le Viêt Nam — l’attribution du statut de « relations commerciales normales et permanentes », opération pourtant jugée de routine — la chambre américaine des Représentants — celle élue en novembre 2004 et qui siégeait pour la dernière fois — ne lui a pas facilité la tâche. Les Vietnamiens ont éprouvé du mal à cacher leur déception. Si ce vote ne remet pas en cause leur admission, le 7 novembre, au sein de l’Organisation mondiale du commerce, il en limite la portée : cette admission n’affectera pas, pour le moment, leurs relations commerciales avec les États-Unis.

9Sur le fond, la majorité démocrate du nouveau Congrès américain, qui prendra la relève en janvier, est plus réservée à l’égard des traités bilatéraux de libre-échange dont l’administration Bush s’est révélée friande. Plus sensibles aux sirènes des syndicats américains, les Démocrates sont généralement favorables à des pressions sur les partenaires des États-Unis — à commencer par la Chine — pour réduire l’énorme déficit de la balance commerciale américaine. L’Asie sera davantage perçue, à Washington, comme le continent aux 2,6 trillions de dollars de réserves.

10Pour le moment, le George Bush de la cohabitation — la première depuis son accession à la présidence en 2000 — demeure inchangé. En-dehors des réceptions officielles, il ne s’est guère montré à Hanoï, sauf sur le perron de la cathédrale pour y rappeler, à l’issue d’une messe œcuménique, son attachement à la « liberté de religion ». À Hô-Chi Minh-Ville, il a brièvement visité le Musée de l’Histoire, l’Institut Pasteur et la Bourse et s’est même rendu dans un restaurant, mais pour y retrouver son fidèle allié le Premier ministre australien John Howard. Il a évité tout ce qui pourrait rappeler le passé. La comparaison avec l’opération séduction à laquelle s’était livré Bill Clinton voilà six ans — lors de la première visite d’un chef d’État américain au Viêt Nam depuis 1975 — serait cruelle. Pourtant, les deux hommes ont en commun d’avoir trouvé le moyen de ne pas être engagés au Viêt Nam à l’époque de la guerre.

11Sur un continent dont les dirigeants discutent plus volontiers commerce et où l’Irak et le terrorisme retiennent moins l’attention, George Bush a mis un bémol à des tirades que bon nombre de ses interlocuteurs asiatiques écoutent de moins en moins. L’Amérique ne sait plus quoi faire, Démocrates compris, face au problème le plus urgent : se retirer décemment du bourbier irakien, où une « victoire » n’est plus possible, a rappelé Henry Kissinger au camp encore influent des néo-conservateurs. Plus isolée, la Maison blanche prêche davantage dans le désert.

12Pour autant, George Bush n’est pas apparu comme un chef de l’exécutif qui a déjà dit son dernier mot. Sur l’Irak et l’Iran — deux dossiers de proximité — le virage amorcé bien avant le scrutin du 7 novembre se poursuit. Faute de mieux, après avoir lâché Donald Rumsfeld — une option élaborée de longue main dans l’hypothèse, qui s’est réalisée, d’une victoire des Démocrates — l’administration républicaine, le vice-président Dick Cheney compris, s’est accordé un sursis en attendant les conclusions de différents rapports (Pentagone, État-Major, Groupe d’études bipartisan).

13Les entretiens de Bush avec Poutine, à Moscou et à Hanoï, ne semblent pas avoir été l’occasion d’un rapprochement de leurs positions respectives sur l’Iran. Lors de son bref passage à Bogor, près de Jakarta, et avant de gagner Honolulu, Bush a déclaré qu’il n’avait pas encore fait son choix sur le renforcement, ou l’inverse, de la présence militaire américaine en Irak. Avec l’assassinat mystérieux, le 21 novembre, du ministre de l’Industrie Pierre Gemayel à Beyrouth, l’option d’un bombardement sélectif d’installations nucléaires iraniennes demeure, peut-être plus que jamais, à l’ordre du jour de la Maison blanche. Tout en prêchant la « réconciliation » bipartisane, George Bush garde ses options ouvertes et n’a pas modifié sa perception du monde.

14Si l’administration républicaine n’exclut plus le dialogue avec les membres de l’« axe du mal », elle entend y procéder à son rythme et à ses conditions. À Singapour, Bush a même dénoncé « les vieilles tentations de l’isolationnisme et du protectionnisme ». « L’Amérique doit les rejeter », a-t-il dit, un message qui semblait s’adresser non seulement aux Démocrates américains mais aussi à certains nouveaux élus républicains.

15Une dernière leçon du sommet de l’Apec concerne, à l’échelon de l’Asie du Sud-Est, la visibilité croissante du Viêt Nam. Voici encore quelques années, les économies émergentes de l’Asie du Sud-Est — les petits « tigres » asiatiques — avaient seulement pour noms Malaisie, Thaïlande, Indonésie et, à la rigueur, Philippines (Singapour étant déjà classé « tigre » à part entière). Le Viêt Nam ne parvenait pas à percer. Ce pays de 84 millions d’habitants a beau avoir eu le taux de croissance le plus performant depuis le début du siècle, il revenait de si loin qu’il éprouvait du mal à se faire une petite place au soleil.

16Sous les lumières de l’Apec et sur les petits écrans, il est enfin apparu pour ce qu’il est devenu : une société bouillonnante, grouillante, avide de vivre, de se moderniser, de rattraper le temps perdu. Même si le niveau de vie y demeure modeste (un revenu moyen annuel per capita inférieur à six cents euros), il a doublé en moins de dix ans. Le taux de pauvreté a radicalement baissé et des classes moyennes commencent à montrer le bout du nez. Le pays ne se contente pas de vendre avec succès son riz, son café, ses vêtements. Il est en train de se doter d’une niche dans l’externalisation des services. Hanoï a réservé un accueil enthousiaste à Bill Gates lorsque le premier capitaliste de la planète y a passé une journée en avril dernier.

17Tout en gardant le monopole du pouvoir politique, la direction communiste s’adapte. Elle a accepté que le Sud, notamment Hô-Chi-Minh-Ville et les treize provinces qui l’entourent, soit le moteur de l’économie. Une diaspora de deux millions de membres — riches et éduqués — est perçue à Hanoï comme un relais, non plus comme les enfants de « traîtres ». En intégrant l’OMC, le PC sait très bien qu’il s’impose une série contraignante de règlements, même quand la dictature du prolétariat demeure inscrite dans la Constitution.

18Le régime politique demeure monolithique. La corruption croissante est un fléau qui n’épargne personne. Washington a eu beau retirer le Viêt Nam de la liste des pays de « sérieuse préoccupation » dans le domaine des droits de l’homme, la politique y reste le privilège de la famille communiste et les dissidents n’ont pas le droit au chapitre. Le sommet de l’Apec a, toutefois, offert l’occasion de montrer que le pays ne manque pas de ressources, notamment humaines, que les Vietnamiens ont retroussé leurs manches et que leurs dirigeants, après avoir longtemps hésité, encouragent le mouvement.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site