Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

Répertoire des principaux partis politiques en Asie du Sud-Est

François Vézier

Texte intégral

1Ce répertoire dresse une liste des principaux partis politiques par pays en Asie du Sud-Est et fournit un aperçu graphique de la présence de chaque parti au sein des Parlements nationaux.

2En complément de ce répertoire, nous mettrons en perspective les partis politiques avec trois composantes de la vie politique en Asie du Sud-Est :

  • le rapport à l’institution militaire

  • les dynasties politiques

  • les leaders charismatiques

3Cet état des lieux de la configuration politique des différents pays d’Asie du Sud-Est correspond à une image prise en 2015, sachant que les situations politiques de chacun d’entre eux ne sont pas figées et que chaque pays représente un cas particulier. Pour appréhender cette diversité de systèmes politiques, la grille de lecture suivante a été retenue :

4Un parti unique : Laos, Vietnam.

5Aucun parti : Brunei

6Un parti fort qui se maintient au pouvoir dans un système d’élections fibres : Cambodge, Malaisie, Singapour.

7Des systèmes de coalitions autour d’intérêts communs : Indonésie, Philippines, Timor-Leste.

8Des systèmes politiques en transition : Birmanie, Thaïlande.

  • 626 Certains sites Internet officiels des partis politiques proposent une interface en anglais.

Notes :
Le répertoire se concentre sur les partis politiques aux influences nationales.
La présentation des principaux partis politiques se composera de la façon suivante :
- Sigle de chaque parti avec sa signification en français, anglais et langue locale.
- Date de la fondation.
- Président ou secrétaire général.
- Site Internet officiel626.
Pour les représentations graphiques des Parlements :
- En gras les majorités au Parlement.
- Entre parenthèses le nombre de députés et sénateurs pour chaque parti.
- Toutes les données sont valables au 28 octobre 2015

Un parti unique obstacle à toute ouverture démocratique

Laos, Vietnam

9Un parti unique possède de manière légale ou constitutionnelle l’exclusivité de la vie politique, ce qui entraîne la concentration du pouvoir dans les mains des cadres du Parti.

10Le Vietnam et le Laos sont tous deux dirigés par un parti unique qui ne tolère pas d’opposition. Les mouvements de contestation (liberté d’expression et questions foncières particulièrement) sont néanmoins une réalité et interrogent la capacité de ces partis à maintenir ce modèle politique dans les aimées à venir.

Laos

  • 627 Voir la Constitution de la République démocratique populaire lao : (www.refworld.org/docid/3ae6b522 (...)

11La République démocratique populaire lao est un régime communiste contrôlé par un parti unique protégé par l’article 44 de la Constitution de 2003627. Depuis 1975, le Parti révolutionnaire populaire lao (LPRP) dirige donc seul le pays.

12Les cadres du Parti justifient le monopole exercé sur la vie politique en expliquant que le pays est encore en voie de développement, que la population n’est pas encore suffisamment éduquée, et que les régimes multipartites sont trop souvent corrompus. Le Parti fonde également sa légitimité sur son rôle joué dans la lutte armée pour l’indépendance du pays.

13Le LPRP n’a que peu d’opposition. Les divers mouvements sont réprimés et les leaders d’une hypothétique opposition démocratique sont discrédités par des affaires de corruption et écartés du monde politique.

14Malgré des réformes économiques engagées depuis les aimées 1990 pour ouvrir le pays au marché mondial, le pays reste l’un des plus pauvres de la planète et est très dépendant de l’aide internationale.

LPRP

Parti révolutionnaire populaire

Lao People’s Revolutionary Party

Lao Phak Pasason Pativat Lao

Fondation : 1955

Secrétaire général : Choummaly Sayasone (président de la République)

Site internet : -

15Les dernières élections en avril 2011 ont confirmé cette tendance avec l’élection à l’Assemblée nationale (Sapha Heng Xat) de 128 députés membres du LPRP et quatre députés indépendants autorisés par le Parti à se présenter aux élections.

  • 628 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1175_E.htm), consulté l (...)

Composition de l’Assemblée nationale (201 1-2016)
Source : Union interparlementaire628.

Vietnam

  • 629 Voir la Constitution de la République socialiste du Vietnam : (www.constitutionnet.org/vl/item/cons (...)

16Le Parti communiste vietnamien (PCV), qui a célébré les 85 ans de sa fondation le 3 février 201 5, est au pouvoir depuis l’indépendance en 1975. L’article 4 de la Constitution de 2013629 présente le Parti comme « la force dirigeante de l’État et de la société ». De fait, le PCV contrôle les domaines exécutif, législatif et judiciaire, ainsi que les médias et l’armée.

17Dans ce régime, la population participe aux élections. En plus des candidats présentés par le PCV, il est possible de se présenter sous une étiquette d’indépendant ou de « sans parti » (souvent des anciens membres de l’armée). Toute candidature doit au préalable être acceptée par le PCV et le Front de la patrie (l’organisme de tutelle des « mouvements de masse » progouvernementaux)

18Les revendications d’une partie de la société civile en faveur de la mise en place d’un système politique multipartite sont nombreuses, de même que les manifestations et les protestations des ONG et des observateurs internationaux. Pourtant, les libertés — d’expression sur Internet notamment — restent restreintes et le PCV maintient son contrôle sur toutes les sphères de la société Vietnamieinne.

PCV

Parti communiste vietnamien

Communist Party of Vietnam

Dảng Công San Viêt Nam

Fondation : 1930

Leader : Nguyễn Phú

Site internet : dangcongsan.vn

  • 630 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1349_E.htm), consulté l (...)

Composition de l’Assemblée nationale (201 1-2016)
Source Union interparlementaire630

Un système sans parti politique

19Brunei Depuis 1962, il n’y a plus de véritables partis politiques dans la monarchie islamique autoritaire. Cette année-là, le Parti populaire de Brunei (PPB), remporte les élections législatives grâce à un programme centré sur l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Le Sultan refusa de reconnaître le résultat de ces élections, ce qui entraîna une période de violence qui aboutira à l’interdiction du PPB.

20Il n’y a eu aucune élection législative depuis 1962 même si, en 2004, l’idée d’organiser un vote pour élire une partie du Conseil législatif au suffrage direct a été émise. Cependant aucune date n’a été fixée depuis.

  • 631 Voir la déclaration officielle du président du NDP le 25 mars 2006 : ‘(www.aspirasi-ndp.com/en/addr (...)
  • 632 Voir le rapport 2014 sur Brunei de Freedom House: (freedomhouse.org/report/freedom-world/2014/brune (...)

21En 2005, le Parti du développement national (NDP), qui a pour principale mission de « défendre le Sultan et ses héritiers »631, a été reconnu légalement par le Sultan, mais il n’a aucun poids politique632.

  • 633 Voir la présentation du sultanat de Brunei sur le site du ministère des Affaires étrangères (www.di (...)

22Deux partis d’opposition, le Parti de l’éveil du peuple de Brunei (PAKAR) et le Parti de la solidarité nationale (PPKB), se sont dissous respectivement en 2007 et en 2008633.

Un système sans alternance malgré des élections libres

23Cambodge, Malaisie, Singapour

24Le Cambodge, la Malaisie et Singapour mettent en place des élections libres, mais n’ont connu aucune alternance politique qui serait le gage d’une avancée démocratique.

25Les partis en place — depuis leur indépendance pour la Malaisie et Singapour — ont su s’appuyer sur des résultats économiques probants et sur des personnalités capables de conserver la confiance des électeurs. L’opposition, qui accuse régulièrement les partis au pouvoir de clientélisme et de corruption, a également souvent été muselée par des pratiques visant à la décrédibiliser (atteintes aux mœurs, corruption, scandales).

26Pointant ces systèmes cadenassés ont récemment montré des signes de faiblesse et sont confrontés à des défis inédits.

Cambodge

27Le Parti du peuple cambodgien (CPP) contrôle le pays depuis 1998. Il s’agit du successeur du Parti révolutionnaire populaire du Kampuchea (KPRP) qui arriva au pouvoir à la suite du régime des Khmers rouges en 1979.

  • 634 Voir le chapitre sur le Cambodge dans: Tom Lansford, 2015, Political handbook of the world 2015, (...)
  • 635 Election Guide, Cambodia. Election for National Assembly, juillet 2013, Washington D.C., (www.elect (...)
  • 636 Khuon Narim, « Interior Ministry approves new political parties », The Cambodia Daily, 8août2015, ( (...)

28La fusion, en 2012, des deux principaux partis d’opposition pour former le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), suivie de l’obtention, par le CPP, de son plus mauvais résultat électoral à l’occasion des élections législatives de 2013, semble diriger le Cambodge vers un bipartisme politique de fait, à défaut d’un multipartisme officiel. Le pays compte, en effet, un nombre important de partis politiques, mais sur la soixantaine de partis reconnus seulement huit ont participé aux dernières élections de 2013634, et cinq d’entre eux ont obtenu moins de 1 % des votes635. En août 2015, quatre nouveaux partis politiques ont été autorisés par le ministère de l’Intérieur636.

29Plusieurs éléments incitent pointant à la prudence quant à l’éventualité d’une alternance : la longévité exceptionnelle du Premier ministre Hun Sen, l’implantation locale du parti, son influence dans le milieu des affaires et sa capacité à mobiliser un appareil de campagne puissant en période électorale.

  • 637 « Le Cambodge prive le sénateur Hong Sok Hour du CNRP de son immunité », Le Courrier du Vietnam, 18 (...)

30Le parti exerce, en outre, un étroit contrôle sur le système judiciaire, les médias et l’armée, ce qui lui permet de surveiller ses opposants. Ses liens avec les forces armées et la police sont toujours d’actualité : l’arrestation d’un sénateur du CNRP en août 2015 en est une illustration637.

Parti dirigeant : CPP

  • 638 Depuis le décès du président du parti Chea Sim le 8 juin 2015. Chea Sim dirigeait le parti depuis 1 (...)

Parti du peuple cambodgien

Cambodian People’s Par

ty

Kanakpak Pracheachon Kampuchea

Fondation : 1991 Ex-KPRP (1979)

Leader: Hun Sen638 (Premier ministre)

Site internet : www.cpp. org.kh

Principal parti d’opposition : CNRP

  • 639 Le CNRP est issu de la fusion en 2012 des deux principaux partis d’opposition : le Parti de Sam Rai (...)

Parti du sauvetage national du Cambodge

Cambodian National Recue Party

Kanakpak Songkrous Cheat Kampuchea

Fondation : 2012639

Leaders : Sam Rainsy et Kern Sokha

Site internet : nationalrescueparty.org

Autre : Funcinpec

Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif

National United Front for an Independant, Neutral, Peaceful and Cooperative Cambodia

Fondation : 1981

Président : Norodom Ranariddh

Site internet : funcinpecparly.org

  • 640 Le CPP formait une coalition gouvernementale avec le parti royaliste Funcinpec jusqu’en 2012.
  • 641 Meas Sokchea, « We’re no Funcinpec », The Phnom Penh Post, 21 avril 2015, (www.phnompenhpost.com/na (...)

31Le CNRP et CPP se partagent les sièges de l’Assemblée nationale car aucun autre parti n’y a obtenu de sièges lors des élections législatives de 2013640. Le parti royaliste Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif (Funcinpec) a perdu ses deux derniers sièges lors de ces élections, vingt ans après avoir remporté les premières élections libres en 1993641.

  • 642 Les prochaines élections législatives sont prévues en 2018. Néanmoins les partis politiques ne se s (...)
  • 643 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1051_E.htm), consulté l (...)

Composition de l’Assemblée nationale (201 3-2018642)
Source Union interparlementaire643

  • 644 Voir le site du Comité pour les élections nationales : (www.necelect.org.kh/nec_english/index.php?o (...)

Composition du Sénat (201 2-201 8)
Source Comité pour les élections nationales644

Malaisie

32L’Organisation nationale unifiée malaise (UMNO) dirige le pays depuis 1959 autour de valeurs nationalistes et religieuses. Le parti, qui représente la majorité malaise musulmane, domine la coalition au pouvoir : le Barisan Nasional (BN). L’UMNO compte, en effet, à lui seul 63 % des sièges détenus par le BN à la Chambre des représentants (Dewan Rakyat) et au Sénat (Dewan Negara).

  • 645 Voir le site de la coalition Barisan Nasional : (www.barisannasional.org.my/en/component-party).

33Douze autres partis « minoritaires » représentant les principaux groupes sociaux du pays (Bumiputera ou « fils du sol », Indiens et Chinois) forment le BN. Parmi les plus importants, il y a l’Association sino-malaisienne (MCA), le Congrès des Indiens de Malaisie (MIC) et le Parti unifié traditionnel Bumiputera (PBB)645.

  • 646 Bridget Welsh, « Corruption scandal divides Malaysia’s political elite », East Asia Forum, 22 juill (...)

34L’UMNO est pointant menacée de manière médite comme l’avaient déjà montré les récentes élections générales, remportées uniquement au bénéfice d’un découpage électoral favorable. Le parti est de plus secoué, depuis le 2 juillet 2015, par un scandale financier qui touche directement le Premier ministre Najib Razak646 (également ministre des Finances et président de l’UMNO). Le malaise au sein de l’UMNO est d’autant plus important que Najib a été, en outre, très critiqué par le Dr Mahathir Mohamad qui fut Premier ministre de 1981 à 2003 et qui garde une grande influence en Malaisie.

35Ce dernier a participé aux rassemblements organisés à l’appel de la coalition Bersih (coalition d’ONG et de groupes appartenant à la société civile qui réclame une réforme globale du système électoral). Il s’agissait les 29 et 30 août 2015 du quatrième rassemblement d’ampleur depuis 2007. À cette occasion des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Kuala Lumpur malgré l’interdiction officielle pour demander une plus grande transparence politique, dénoncer la corruption et demander la démission du Premier ministre.

  • 647 « Pakatan Rakyat is dead, says PKR chief Wan Azizah », The Malaysia insider, 17 juin 2015, (www.the (...)
  • 648 Looi Sue-Chern, « PAS will selectively support Umno, reveals Mujahid », The Malaysia insider, 9 jui (...)

36Les partis d’opposition réunis entre 2008 et juin 2015 au sein de la coalition Pakatan Rakyat (PR) sont également en position de faiblesse. Le PR s’est dissout après que l’un des trois partis qui la formait — le Parti islamique de Malaisie (PAS) — quitte le mouvement pour des divergences religieuses647 et annonce son soutien à l’UMNO sur les questions liées à l’islam648.

  • 649 Melissa Coh, « Malaysia’s opposition band together under new Pakatan Harapan alliance », Channel Ne (...)

37Une nouvelle coalition d’opposition s’est officiellement reformée le 22 septembre 2015 sous le nom de Pakatan Harapan (PH)649. Cette nouvelle coalition est composée du Parti de la justice populaire (PKR), du Parti d’action démocratique (DAP) et du Parti Amanah (un nouveau parti — islamique également mais plus modéré — créé par des dissidents du PAS).

38Le scandale touchant le Premier ministre Najib Razak, l’échec de la coalition d’opposition du Pakatan Rakyat et le ressentiment de la population à l’égard de la classe politique pourraient avoir d’importantes répercussions sur l’ensemble de la vie politique malaise et sur la reconfiguration des coalitions entre partis politiques en particulier.

Coalition au pouvoir : Barisan Nasional (Front national)

UMNO

Organisation nationale unifiée de Malaisie

United Malays National Organisation

Pertubuhan Kebangsaan Melayu Bersatu

Fondation : 1946

Président : Najib Razak

Site internet : umno-online.my

MCA

Association sino-malaisienne

Malaysian Chinese Association

Persatuan Cina Malaysia J

Fondation : 1949

Président : Liow Tiong Lai

Site internet : mca.org.my/en/

MIC

Congrès des Indiens de Malaisie

Malaysian Indian Congress

Kongress India Se-Malaysia

Fondation : 1946

Président : Subramaniam Sathasivam

Site internet : mic.org.my

PBB

Parti unifié tradionnel Bumiputera

United Tradional Bumiputera Party

Pesaka Bumiputera Bersatu

Fondation : 1973

Président : Adenan Salem

Site internet : pbb.org.my

Coalition d’opposition : Pakatan Harapan (Coalition de l’espoir)

PKR

Parti de la justice du peuple

People’s Justice Party

Parti Keadilan Rakyat J

Fondation : 2003

Président : Dr Azizah Wan Ismail

Site internet : keadilanrakyat.org

DAP

Parti pour l’action démocratique

Democratic Action Party

Parti Tindakan Demokratik J

Fondation : 1965

Président : Tan Kok Wai

Site internet : dapmalaysia.org/en/

Amanah

Parti Amanah

National Trust Party

Parti Amanah Negara

Fondation : 2015 Ex-Parti des travailleurs de Malaisie (1978)

Président : Mohamed Sabu

Site internet : amanahnegara.org

Autre parti d’opposition

PAS

Parti islamique de Malaisie

Pan-Malaysian Islamic Party

Parti Islam Se Malaysia

Fondation : 1951

Président : Datuk Seri Abdul Hadi Awang

Site internet : parti-pas.org

  • 650 Khoo Boo Teik, « Malaysia: 13thgeneral elections: an overview », (www.ide.go.jp/English/Research/Re (...)

39Au Parlement, le Barisan Nasional possède toujours la majorité des sièges : 60 % à la Chambre des représentants et 80 % au Sénat, même si les partis d’opposition (PKR, PAS, DAP) ont effectué leurs meilleurs scores lors des élections générales en 2013, obtenant un total médit de 89 sièges à la Chambre des représentants650

  • 651 Les prochaines élections générales devraient avoir lieu en 2018 mais aucune date n’est encore fixée
  • 652 Voir le site du Parlement de la Fédération de Malaisie : (www.parlimen.gov.my/ahli-dewan.html?uweb= (...)

Composition de la Chambre des représentants (201 3-201651)
Source Parlement de Malaisie
652

  • 653 Voir le site du Parlement de la Fédération de Malaisie : (www.parlimen.gov.my/tempat-duduk-ahli-dn. (...)

Composition du Sénat
Source Parlement de Malaisie
653

Singapour

  • 654 Voir le site des élections de Singapour : (www.singapore-elections.com/general-election/2011/).
  • 655 Voir le site du Département des élections de Singapour : (www.eld.gov.sg/elections_past_parliamenta (...)

40Bien qu’une quarantaine de partis politiques soient recensés, le Parti d’action populaire (PAP) dirige seul le pays depuis 1959. Avec 58,9 % des voix aux élections générales en mai 2011654 le parti avait obtenu son plus mauvais résultat depuis sa création au moment de l’indépendance. Ce score décevant avait alors laissé entrevoir une progressive montée en puissance d’une opposition qui entrait pour la première fois depuis 1986 au Parlement suite à la victoire du principal parti d’opposition, le Parti des travailleurs (WP), dans deux circonscriptions655.

41Néanmoins, dans un contexte où une partie grandissante de la population se politise et que Pile a vécu des tensions sociales jusqu’alors marginales, le PAP a largement remporté les élections générales anticipées le 11 septembre 2015. Celles-ci avaient été organisées après la dissolution du Parlement par le président Tony San. Si la victoire du parti ne faisait aucun doute, c’est l’ampleur du score qui a surpris : le PAP a obtenu 70 % des votes et a remporté 83 des 89 sièges éligibles du Parlement. Le WP a remporté les six autres sièges (sur les 28 que le parti contestait) et maintient sa présence dans P opposition au Parlement.

  • 656 Voir le manifeste 2015 du WP : (www.wp.sg/manifesto/).

42Le PAP possède une telle hégémonie politique que lors de la campagne électorale pour ces élections générales les partis d’opposition ont voulu « rassurer » la population en affirmant qu’ils ne voulaient pas remplacer le PAP, mais uniquement peser dans le débat parlementaire656. Le PAP a su répondre à une partie des critiques et a permis à l’opposition de s’exprimer dans une certaine mesure, le PAP continuant notamment à exercer un étroit contrôle sur les médias. Il a mis en place des mesures populaires qui répondaient à une demande exprimée lors du vote « sanction » en 2011, comme la baisse du coût des transports et la baisse des salaires des ministres. Les 50 ans de l’indépendance de Singapour, commémorés en grande pompe en rappelant que le succès économique du pays était dû au PAP, ainsi que la mort de l’un de ses principaux fondateurs (Lee Kuan Yew, Premier ministre de 1959 à 1990), ont également joué en faveur du PAP.

43L’opposition est dorénavant davantage tolérée et il est plus aisé de s’exprimer publiquement ou sur les réseaux sociaux. Le WP maintient sa présence au Parlement et les autres partis d’opposition, même battus aux élections, ont eu une bonne visibilité lors de la campagne électorale.

44Les résultats obtenus par l’opposition restent néanmoins décevants. Le Parti démocratique de Singapour (SDP) et le Parti de la solidarité nationale (NSP) n’ont pas obtenu plus du tiers des votes dans les circonscriptions où ils faisaient face au PAP. Le parti du peuple de Singapour (SPP) obtient lui un siège au Parlement mais uniquement au bénéfice du système NCMP qui permet aux trois meilleurs candidats « perdants » d’obtenir un siège.

45Globalement la question se pose de la capacité des partis d’opposition à séduire davantage les singapouriens qui continuent de faire confiance à un parti qui les dirige depuis plus de 50 ans. De plus, le fait de communiquer en utilisant les réseaux sociaux et la nécessité de recourir aux médias alternatifs (face aux médias traditionnels proches du PAP) empêche ces partis de toucher l’électorat âgé de l’île. Or cet électorat constitue la base solide du PAP. Enfin, dînant la campagne électorale les candidats de l’opposition ont subi des attaques et des critiques sur leurs capacités à administrer un territoire une fois élus.

Parti dirigeant

Parti d’action populaire

People’s Action Party

-

Fondation : 1954

Président : Lee Hsien Loong (Premier ministre)

Site internet : pap.org.sg

Partis d’opposition

WP

Parti des travailleurs

Workers’ Party of Singapore

-

Fondation : 1957

Présidente : Sylvia Lim

Site internet : wp.org.sg

SPP

Parti du peuple de Singapour

Singapore People’Party

-

Fondation : 1994

Présidente : Lina Chiam

Site internet : spp.org.sg

SDP

Parti démocratique de Singapour

Singapore Democratic Party

-

Fondation : 1980

Président : Jeffrey George

Site internet : yoursdp.org

NSP

Parti de la solidarité nationale

National Solidarity Party

-

Fondation : 1987

Président : Sebastian Teo

Site internet : nsp.sg

  • 657 Voir le site du Parlement de la République de Singapour : (www.parliament.gov.sg/list-of-current-mp (...)

Note : au 20 octobre 2015, le président n’avait pas encore nommé les neuf députés non élus657

Alternances politiques dans un système de coalitions

46Indonésie, Philippines

47L’Indonésie et les Philippines ont tous deux connu des régimes dictatoriaux et opté pour des systèmes multipartites permettant l’alternance politique. Le système indonésien rend presque obligatoire la formation de coalitions pour les élections présidentielles, alors qu’aux Philippines, il s’agit davantage d’alliances de circonstance autour de personnalités.

Indonésie

  • 658 Sarah Schonhardt, « Indonesia’s political parties hurrying to build coalitions », The Well Street J (...)
  • 659 Delphine Ailes, « Indonésie : dix ans pour une démocratisation réussie », Alternetives Internationa (...)

48Le système politique indonésien oblige un parti politique à obtenir au moins 25 % des votes lors des élections législatives ou 20 % du nombre total de sièges au Parlement pour pouvoir présenter un candidat aux élections présidentielles658. Cette contrainte entraîne la formation de coalitions pour participer aux élections. Yudhoyono, actuellement président du Parti démocrate (PD), avait été réélu président de la République en 2009 avec l’appui de 23 partis659.

49Le rôle des coalitions est donc déterminant. Prabowo Subianto — leader de l’opposition et président du parti Mouvement pour la Grande Indonésie (Gerindra) perdant aux élections présidentielles de 2014 — a obtenu, lors des élections législatives du 9 avril 2014, la majorité des sièges au Parlement grâce à sa coalition Merah Putih (Rouge et Blanc) alors composée de cinq partis ayant une représentation nationale à l’issue des élections législatives de 2014 : le Gerindra, le Parti des groupes fonctionnels (Golkar), le Parti pour la justice et la prospérité (PKS), le Parti du mandat national (PAN) et le Parti de l’imité et du développement (PPP).

50Cette majorité parlementaire lui a permis d’avoir un vrai pouvoir de nuisance pour ralentir, voire empêcher, les réformes annoncées par le président de la République Joko Widodo dit « Jokowi ». Ce dernier était le candidat du Parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P) et leader de la coalition Indonesia Hebat (Grande Indonésie) composée alors de quatre partis bénéficiant d’une représentation nationale : PDI-P, Parti de l’éveil national (PKB), Parti de la conscience du peuple (Hanura) et Parti national démocrate (Nasdem).

51Preuve de l’importance des coalitions en Indonésie, Jokowi ne bénéficie d’une majorité parlementaire que depuis septembre 2015 et l’annonce du soutien du Parti du mandat national (PAN) à la coalition gouvernementale Indonesia Hebat. Bien que le PAN continue d’affirmer qu’il soutient la coalition Merah Putih, ce changement de camp offre pour la première fois une majorité parlementaire au gouvernement. Il est, d’ailleurs, fréquent de voir des partis rejoindre celles qui ont remporté les scrutins quelques mois, voire semaines, après les résultats de scrutins. Le PPP, qui a rejoint la coalition gouvernementale avant l’intronisation de Jokowi au poste de président, en est une illustration. Le Golkar, qui s’est divisé en 2015 sur la question de rejoindre ou non la coalition Indonesia Hebat de Jokowi, est un autre exemple.

52La fragilité des coalitions tient, pour une bonne part, au fait que les coalitions sont davantage le fruit d’alliances opportunistes que de lignes idéologiques déterminées, ce qui facilite les changements de bord. Prabowo, symbole du lien étroit existant entre l’armée et la sphère politique, a formé sa coalition de partis pour contrer la montée en puissance de Jokowi, le candidat populaire, car issu du monde de l’entreprise.

53Cette défiance des élites se retrouve au sein même du PDI-P — par l’étroit contrôle et l’influence qu’exerce la présidente du parti Megawati Sukarnoputri sur le président.

  • 660 Sunny Tanuwidjaja, « Political islam and islamic parties in Indonesia: critically assessing the evi (...)
  • 661 Calcul de l’auteur.

54Après leur mauvais résultat obtenu lors des précédentes élections en 2009660, les partis islamiques, pointant annoncés en déclin, ont réalisé un bon score aux législatives de 2014 (31 % des votes661. Ils ont donc été en mesure de peser sur les coalitions et occupent désormais une place politique plus importante.

55Faute d’accord pour former une coalition basée sur l’islam, ces partis se retrouvent dans les deux coalitions : le PPP, le PAN et le PKB sont dans la coalition gouvernementale. Le PKS est lui dans la coalition d’opposition.

Coalition gouvernementale Indonesia Hebat (Grande Indonésie)

PDI-P

Parti démocratique indonésien de lutte

Indonesian Democratic Party - Struggle

Portai Demokrasi Indonesia - Perjuangan

Fondation : 1999

Présidente : Megawati Sukarnoputri

Site internet : pdiperjuangan.or.id

PPP

Parti de l’unité et du développement

United Development Party

Portai Persatuan Pembangunan

Fondation : 1973

Président : M. Romahurmuziy

Site internet : ppp.or.id/index.html

PAN

Parti du mandat national

National Mandate Party

Portai Amanat Nasional

Fondation : 1988

Président : Zulkifli Hasan

Site internet : pan.or.id

PKB

Parti de l’éveil national

National Awekening Party

Portai Kebangkitan Bangsa

Fondation : 1998

Président : Muhaimin Iskandar

Site internet : dpp.pkb.or.id

Nasdem

Parti national démocrate (Nasdem)

Nasdem Party

Nasional Demokrat

Fondation : 2011

Président : Surya Paloh

Site internet : partainasdern.org

Hanura

Parti de la conscience du peuple

People’s Conscience Party

Hati Nurani Rakyat

Fondation : 2006

Président : Wiranto

Page Facebook officielle : Portai Hanura

Coalition d’opposition Merah Putih (Rouge et Blanc)

Golkar

Parti des groupes fonctionnels

Party of the Functional Groups

Golongan Karya

Fondation : 1964

Président : Agung Laksono

Site internet : -

Gerindra

Mouvement pour la Grande Indonésie

Great Indonesia Movement

Gerakan Indonesia Raya

Fondation : 2008

Président : Prabowo Subianto

Site internet : partaigerindra.or.id

PKS

Parti pour la justice et la prospérité

Prosperous Justice Party

Portai Keadilan Sejahtera

Fondation : 2002

Président : Sohibul Iman

Site internet : pks.or.id

Parti neutre

PD

Parti démocrate

Democratic Party

Portai Demokrat

Fondation : 2001

Président : Susilo Bambang Yudhoyono

Site internet : demokrat.or.id

  • 662 Pour présenter des candidats, les partis doivent, parmi un certain nombre de conditions, avoir des (...)

56Douze partis se sont présentés aux élections législatives en 2014 et dix d’entre eux bénéficient d’une représentation nationale à l’issue des élections662

  • 663 Voir le site de la Chambre des représentants de la République d’Indonésie : (www.dpr.go.id/en/tenta (...)

Composition du Conseil représentatif du peuple (2014-2019)
Source : Chambre des représentants
663

Philippines

  • 664 Voir le site du Sénat de la république des Philippines : (www.senate.gov.ph/senators/sen16th.asp), (...)

57À la veille des élections nationales et locales du 9 mai 2016, le président Aquino III s’appuie sur la majorité parlementaire détenue par le Parti libéral (LP) à la Chambre des représentants depuis 2010. Au Sénat, le LP s’est entouré de la coalition Team PNoy qui détient, depuis 2013, 18 des 24 sièges664.

58Depuis la fin de la dictature de Marcos en 1986, le système politique multiarite mis en place a permis l’alternance politique. Ainsi, depuis 1998, trois partis différents ont été représentés au pouvoir : l’Organisation des masses philippines (1998-2004), le Lakas (2004-2010) et le Parti libéral (2010-2016). Cette alternance s’explique par des jeux d’alliances qui se forment davantage autour de la « personnalité » des candidats et de leur chance de remporter un suffrage, qu’autour d’idéologies politiques portées par des partis.

59La campagne en coins (même si elle ne débute officiellement que le 9 février 2016) ne déroge pas à la règle et voit s’affronter des « personnalités » au détriment d’idées politiques qui permettraient aux électeurs de sanctionner ou non la politique d’Aquino III.

  • 665 Ce système des « candidats de nuisance », qui autorise quiconque à se présenter aux plus hautes fon (...)

60Le système philippin autorise un très grand nombre de personnes à se présenter aux élections présidentielles. Début novembre 2015, la Commission aux élections (Comelec) a commencé à éliminer un certain nombre de candidats, dits de « nuisance » (car ils n’ont aucune chance de remporter les élections665 pour n’en retenir que quelques-uns, dits « sérieux », autrement dit ceux qui auront apporté des preuves de leurs capacités à gagner les élections en 2016.

  • 666 Matuwid na Daan est le nom donné à la politique d’Aquino menée depuis 2010, axée notamment sur la l (...)

61Dans les faits, les électeurs devront donc choisir parmi des candidats majoritairement issus de l’administration Aquino et, par conséquent, avec des programmes similaires, notamment la référence sans cesse faite à la lutte contre la corruption « Matuwid na Daan666 ». Ces candidats sont : Mar Roxas et Leni Robredo (Parti libéral), Miriam Defensor-Santiago et Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr. (Parti Nacionalista) et Grace Poe (sénatrice depuis 2013, se déclarant indépendante, mais qui se présente avec Escuadro, qui est sénateur et membre de la NPC, la Coalition populaire nationaliste). Seul Jejomar Binay s’en écarte légèrement après qu’il a quitté son poste de vice-président de la République en juin 2015 pour être le candidat de l’UNA (Alliance nationaliste unie). Cette alliance, créée en 2012 entre le Pwersa ng Masang Pilipino (PMP) de l’ancien président Joseph Estrada et le PDP-Laban de Binay, a été refondée en un parti politique pour permettre à Binay de se présenter aux élections présidentielles de 2016 après cinq ans passé au sein de l’administration Aquino.

62L’une des caractéristiques du système politique est que chaque électeur vote pour un candidat à la présidence et un candidat à la vice-présidence. Il est donc possible, et fréquent, d’avoir deux partis politiques représentés à la tête de l’exécutif, car il n’y a pas de corrélation entre ces deux élections.

  • 667 Ayee Macaraig, « Strange 2016 poll circus exposes weak PH parties », Rappler, 13 octobre 2015, (www (...)

63Cette année on dénombre davantage de candidats pour le poste de vice-président (6) que pour le poste de président (4). Ceci met particulièrement en lumière le manque de cohésion et de leadership au sein du Parti Nacionalista qui présente trois candidats au poste de vice-président : Marcos, Cayetano et Trillanes. De l’aveu de Ferdinand « Bongbong » Marco Jr. (le fils du dictateur Marcos), il s’agit des élections les plus « étranges » et « compliquées » qu’il ait connues667.

  • 668 En 2013, le président Aquino III avait formé la coalition Team PNoy pour remporter les élections in (...)

64Le cas de la sénatrice Grace Poe est représentatif du manque de lignes idéologiques directrices au sein des partis politiques. Alors que le LP a choisi Mar Roxas pour succéder au président Aquino III, la coalition Team Pnoy a vu des éléments de la Coalition nationaliste populaire (NPC), du Parti d’unité nationale (NUP), du Parti Nacionalista (NP) et de l’organisation Makabayan668 annoncer leur soutien à cette candidate non affiliée à un parti politique, mais très populaire dans le pays car fille de célébrités.

65Enfin, l’un des effets de la vie politique philippine est l’aspect « éphémère » des partis. D’une élection à l’autre, un parti peut perdre une large partie des votes obtenus aux élections précédentes ainsi que ses membres qui iront rejoindre une autre formation politique. Le Lakas-CMD, au pouvoir jusqu’en 2010, n’avait remporté que 14 sièges sur 292 aux élections législatives suivantes.

66Note : en raison de l’approche des élections générales en mai 2016 et des mouvements de personnes et de partis entre « opposition » et « majorité », il n’est pas pertinent de proposer une représentation graphique du Sénat et de la Chambre des représentants qui sera obsolète à la parution de cet ouvrage.

Coalition Team PNoy

LP

Parti libéral

Partido Liberal

Parido Liberal Pilipinas

Fondation : 1946

Président : Joseph Emilio Abaya

Site internet : liberalparty.org.ph

NPC

Coalition populaire nationaliste

Natiolalist People’s Coalition

-

Fondation : 1992

Président : Atty. Gigi B. Aggabao

Site internet : npcparty.org

NUP

Parti d’union national

National Unity Party

-

Fondation : 2011

Président : Pablo P. Garcia

Site internet : nup.org.ph

NP

Parti nationaliste

Nationalist Party

Nacionalista Party

Fondation : 1907

Président : Manuel « Manny »

Villar Site internet : nacionalistaparly.com

LDP

Lutte des démocrates philippins

Struggle of Democratic Filipinos

Laban ng Demokratikong Pilipino

Fondation : 1988

Président : Eduardo Angara

Page Facebook officielle : partidoldp

Principaux partis d’opposition

UNA

Alliance nationaliste unie

United Nationalist Alliance

-

Fondation : 2012 (alliance électorale) 2015 (parti politique)

Président : Tobias « Toby » Tiangco

Page Facebook officielle : UNAph

PDP-Laban

Parti démocratique des Philippines

Pouvoir au peuple Philippine Democratic Party People’s Power

Partido Demokratico Pilipino - Lakas ng Bayan

Fondation : 1982

Président : Aquilino Pimentel III

Site internet : pdplaban.org

Lakas-CMD

Démocrates chrétiens musulmans

Lakas Christian Muslim Democrats

Partido Demokratiko -Sosyalista ng Pilipinas

Fondation : 2008

Président : Bong Revilla Jr.

Site internet : masa.ph

PRP

Parti de la réforme populaire

People’s Reform Party

-

Fondation : 1991

Présidente : Miriam Defensor - Santiago

Site internet : rniriarn.corn.ph/newsbog

PMP

Force de la masse des Philippins

Force of the Filipino Masses

Pwersa ng Masang Pilipino

Fondation : 1991

Président : Joseph Estrada

Site internet : nelson5108.tripod.com

Timor-Leste

  • 669 Voir le site du Parlement de la République démocratique du Timor-Leste, (www.parlamento.tl/deputadu (...)
  • 670 Sur les 21 partis en liste en 2012, quatre ont dépassé les 3 % de votes nécessaires pour obtenir un (...)

67La composition du Parlement (Parlamento National) de la République démocratique du Timor-Leste repose sur les élections parlementaires de 2012669. Celles-ci avaient vu 21 partis politiques se présenter et la mise en place d’une alternance politique dans un scrutin qui avait valeur de test démocratique dix ans après l’indépendance670.

68Le Congrès national pour la reconstruction timoraise (CNRT), le parti au pouvoir depuis 2012, a d’abord formé une coalition avec le Front pour la reconstruction nationale de Timor-Leste — Changement (F-M) et le Parti démocratique (PD).

  • 671 Voir le site du gouvernement de Timor-Leste : (timor-leste.gov.tl/?p=11229&lang=en).

69Le Front révolutionnaire pour l’indépendance du Timor-Leste (Fretilin) était dans l’opposition parlementaire jusqu’en février 2015, mais le parti a rejoint le gouvernement d’union nationale lorsque Rui Maria de Araujo a été nommé Premier ministre à la demande du parti majoritaire CNRT après la démission de Xanana Gusmão671 l’emblématique leader de la lutte pour l’indépendance du pays qui fut également président de la République (2002-2007).

Gouvernement d’union nationale

CNRT

Congrès national pour la reconstruction timoraise

National Congress for Timorese Reconstruction

Congresso Nacional de Reconstruçāo do Timor

Fondation : 2007

Président : Xanama Gusmão

Site internet : partidocnrt.com

PD

Parti démocratique

Democratic Party

Partido Democrático

Fondation : 2000

Président : Fernando de Araujo

Site internet : -

Frenti-Mudança

Front pour la reconstruction nationale de Timor-Leste - Changement

Front for National Reconstruction of Timor-Leste - Change

Frente de Reconstruçâo Nacional de Timor-Leste - Mudança

Fondation : 2011

Président : José Luis Guterres

Site internet : -

Fretilin

Front révolutionnaire pour l’indépendance du Timor-Leste

Revolutionary Front for an Independant East Timor

Frente Revolucionâria de Timor-Leste Independente

Fondation : 1974

Président : Francisco Guterres dit « Lu’Olo »

Site internet : -

  • 672 Voir le site du Parlement de la République démocratique de Timor-Leste : (www.parlamento.tl/deputad (...)

Composition du Parlement (2012-2017)
Source Parlement de Timor-Leste672

Des systèmes politiques en transition

70Birmanie, Thaïlande

71La Birmanie et la Thaïlande sont en phases de transition et d’incertitude liées à des trajectoires opposées : le défi d’une jeune démocratie birmane qui apprend le jeu politique avec ses premières élections libres organisées depuis 25 ans, alors qu’en Thaïlande le retour de l’année en 2014, et son maintien, mettent entre parenthèses l’activité des partis politiques.

Birmanie

72Note : à la date du 15 novembre 2015, les résultats des élections législatives du 8 novembre 2015 n’étaient pas encore définitifs.

Les élections législatives du 8 novembre 2015

73La Birmanie vit une période de transition démocratique dont l’issue est encore incertaine. C’est pourquoi les élections législatives du 8 novembre 2015 constituaient une étape majeure pour ce pays sur la voie de cette transition, quatre ans après la dissolution de la junte militaire. Ces élections ont ainsi été les premières véritables élections libres depuis les élections invalidées par l’armée en 1990.

74Le 8 novembre 2015 plus de 30 millions d’électeurs étaient appelés à voter pour leurs représentants au Parlement (Pyithu Hluttaw), composé de 440 sièges à la Chambre basse (Pyithu Hluttaw) et de 224 sièges à la Chambre haute (Amyotha Hluttaw). Dans ces deux Chambres néanmoins, ainsi que dans tous les Parlements régionaux (dont les élections avaient lieu le même jour), la Constitution alloue d’office 25 % des sièges aux membres de l’armée, la Tatmadaw.

  • 673 Renaud Egreteau, 2014, « Legislators in Myanmar’s first post-junta national Parliament (2010-2015): (...)

75Avant ces élections, le Parlement était dominé depuis 2010 par le parti soutenant le gouvernement et proche de l’ex-junte militaire, le Parti pour la solidarité et le développement de l’Union (USDP) et par les militaires non élus. Ils cumulaient à eux deux près de 75 % des sièges. La Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti d’Aung San Suu Kyi, détenait 44 sièges au Parlement depuis 2012. Onze autres partis étaient représentés au Parlement avant les élections du 8 novembre 2015673.

76La NLD était donnée favorite face à l’USDP et a confirmé cette tendance. Dès le lendemain du scrutin, les premières estimations montraient que la NLD avait inversé la proportion de sièges détenus avant ces élections et qu’elle pourra former un gouvernement. Les résultats, encore partiels à la date du 15 novembre 2015, donnaient que la NLD avaient remporté 255 sièges à la Chambre basse (77 % sur 330 en jeu) et 135 à la Chambre haute (80 % sur 168 sièges en jeu). La NLD obtient donc la majorité absolue au Parlement.

77L’USDP a, comme il l’avait promis, officiellement reconnu ces résultats et sa défaite. Un membre éminent de l’USDP a déclaré que son parti avait été « complètement battu ».

Les partis politiques nationaux

  • 674 David Steinberg. « The Union Solidarity and Development Association. Mobilization and orthodoxy in (...)

78L’USDP, enregistré en tant que parti politique depuis 2010, avait succédé à l’Association unie pour la solidarité et le développement (USDA, 1993-2010), une organisation de masse destinée à appuyer le Conseil d’État pour la paix et le développement (SPDC), l’organe dirigeant de la junte militaire au pouvoir entre 1988 et 2011674.

  • 675 Olivier Guillard, « Birmanie. Accord “national” de cessez-le-feu : avancée ou revers ? », Focus Asi (...)

79La NLD était le principal parti d’opposition, et aussi le plus médiatisé par l’intermédiaire d’Aung San Suu Kyi, l’icône de la résistance à la junte militaire et prix Nobel de la paix en 1991. Le NLD, perçu comme le principal parti de la lutte contre l’oppression militaire en Birmanie, bénéficie du soutien de l’ethnie dominante du pays : les Bama (ou birmans) représentent 68 % de la population675. La NLD a été créée à la suite de la répression sanglante du mouvement « 8888 » (en référence à la date du 8 août 1988) et au coup d’État de l’année le 18 septembre 1988. La NLD remporte très largement les élections organisées en 1990, mais celles-ci sont annulées devant l’ampleur de la défaite de la junte. Par la suite les membres de la NLD sont contraints à l’exil ou à se réfugier dans des zones contrôlées par des groupes armés ethniques en rébellion face au pouvoir militaire.

80Pour les élections du 8 novembre 2015, la NLD et l’USDP étaient les deux seuls partis en mesure de présenter des candidats sur l’ensemble du territoire (plus de 2 000 à eux deux, sur 6000), et donc de peser sur l’avenir politique du pays. Le Parti de limité nationale (NUP) constituant lui la troisième force du pays.

  • 676 International Crisis Group, « Myanmar’s electoral landscape », Asia Report, n° 266, avril 2015, Bru (...)

81Malgré l’ouverture récente du pays, 91 partis ont participé aux élections, ainsi que 310 indépendants. La moitié de ces partis existe uniquement depuis 2010676 et ont tendance à représenter pour le moment davantage des groupes d’individus que des idéologies politiques. Néanmoins, cela, et le nombre élevé de partis politiques en général, sont caractéristiques d’une jeune démocratie telle qu’est à ce jour la Birmanie.

Les partis politiques ethniques dans le jeu politique

  • 677 Liste complète des soixante partis ethniques : (www.rfa.org/english/news/special/burelection/home.h (...)
  • 678 The Myanmar Times, 15 novembre 2015, (www.mmtimes.com/index.php/election-2015/live-blog.html).

82Soixante partis représentent les nombreux groupes multiethniques et multiconfessionnels du pays677 (Shan, karen, arakanais, chinois, indiens, etc.). Bien que les ethnies « minoritaires » représentent un tiers de la population, ils ne forment pas un bloc représentatif leur permettant de peser au Parlement. Que seulement deux partis aient remporté plus de 10 sièges au Parlement en atteste678.

83Le grand nombre de partis politiques divise les votes au sein des ethnies, et ces derniers doivent affronter la popularité nationale de la NLD, bien plus médiatisée dans tout le pays et forte d’une plus longue expérience politique. De plus, l’ensemble des partis se divise sur le degré d’implication dans le système politique qu’ils estiment encore injuste pour les minorités ethniques et dominé par les militaires. À titre d’exemple, la Ligue des nationalités shan pour la démocratie (SNLD) avait refrisé de participer aux élections en 2010, entraînant une scission au sein du parti et la création du Parti démocratique des nationalités shan (SNDP).

84Enfin, la base de ces partis se trouve dans des zones de conflits armés aux frontières du pays, ce qui ne facilite pas la mise en place d’un système stable et démocratique.

  • 679 Su-Ann Oh, « A primer on the elections in Myanmar, or six things you need to know about the Myanmar(...)
  • 680 Win Ko Ko Latt, « UEC allows Federal Union Party alliance », Myanmar Times, 31 octobre2013 (www.mmt (...)

85Malgré cet ensemble de problématiques et de divergences, les groupes ethniques des sept États (Chin, Kachin, Karen, Sagaing, Shan, Mon, Rakhine) ont formé plusieurs coalitions : la Fédération fraternelle des nationalités (NBF), l’Alliance démocratique fédérale (FDA), une coalition de neuf partis formée en 2013, et l’Alliance des nations unies (UNA), formée en 1990679. Dans la perspective des élections de 2015, la NBF a créé le Parti de l’union fédéral (FLIP) pour présenter des candidats issus des minorités ethniques face aux candidats de la NFD et de l’USDP680.

86Preuve des désaccords entre partis politiques ethniques, la NBF avait déjà participé aux élections en 2010 alors que l’UNA les avait boycottées.

87Ces alliances ont pour principaux objectifs la création d’un État fédéral et la révision de la Constitution de 2008 qu’ils jugent injuste pour les minorités ethniques par rapport à la majorité birmane.

  • 681 Mathieu Baudet et Carole Oudot, « Ethnic parties crash and burn in Kayah », Myanmar Times, 12 novem (...)

88Fe score très élevé du parti d’Aung San Suu Kyi montre néanmoins qu’une partie significative des électeurs des États ethniques a reporté son vote sur la très populaire NFD. Plusieurs candidats de partis basés dans les États ethniques ont perdu contre les candidats NFD. Dans l’État Kachin, le parti démocratique de l’État Kachin (KSDP) a perdu dans la capitale régionale. Les trois principaux partis ethniques de l’État Kayah (Parti démocratique uni de Kayah, KUDP ; Parti national kayan, KNP ; Parti démocratique de toutes les nations, ANDP) ont tous échoué à obtenir un siège au Parlement681.

  • 682 Thomas Fuller, « Myanmar elections has Aung San Suu Kyi’s party confident of landslide », The New Y (...)

89Fe lendemain du scrutin, une membre du Parti progressiste chin (CPP, un parti ethnique de l’État de Chin), défaite par le candidat NFD, expliquait que si les électeurs de cet Etat avaient voté pour la NLD c’était seulement parce qu’ils connaissaient le nom d’Aung San Suu Kyi682.

  • 683 Olivier Holmes, « Aung San Suu Kyi calls for reconciliation talks with military », The Guardian, 10 (...)

90Les mauvais résultats des partis ethniques et la déroute de l’USDP laissent déjà craindre que le nouveau Parlement ne représente pas l’extrême diversité de la Birmanie et constitue un frein à la « réconciliation nationale » pointant appelée de ses vœux pas la NLD683.

  • 684 Ye Mon, « Ethnic party angered by NLD’s broken promises on seat-sharing », The Myanmar Times, 17 ao (...)
  • 685 « Ethnic parties happy to work with Suu Kyi », Eleven Myanmar, (www.elevenmyanmar.com/politics/ethn (...)

91Les partis ethniques avaient reproché pendant la campagne électorale à la NLD de ne pas avoir tenu ses promesses de former des alliances avec eux pour les élections684. Cela n’a pas empêché certains partis représentant des minorités ethniques, la Ligue nationale shan pour la démocratie (SNLD) et le Parti national arakan (ANP) notamment, de déclarer publiquement qu’ils soutiendraient les forces « démocratiques » victorieuses, en citant la NLD, avec qui ils entretiennent des rapports « amicaux », même si aucun accord n’avait encore été trouvé685.

92Suite à l’accession au pouvoir de la NLD avec un tel score, la problématique des relations avec les différents groupes ethniques constitue indéniablement l’un de ses plus grands défis à venir. Il s’agira de composer des alliances pour aboutir à la « réconciliation nationale » nécessaire en Birmanie. La NLD devra aussi composer avec l’USDP et se plier aux 25 % de sièges réservés aux militaires, pour répondre aux multiples défis du pays.

Parti dirigeant

NLD

Ligue nationale pour la démocratie

National League for Democracy

-

Fondation : 1988

Présidente : Aung San Suu Kyi

Site internet : nldofficial.org

Principal parti d’opposition

USDP

  • 686 U Htay Do a pris ses fonctions de président de l'USPD le 17 août 2015, après que le président Thura (...)

Parti pour la solidarité et le développement de l’Union

Union Solidarity and Development Party

-

Fondation : 2010

Président : U Htay Oo686

Site internet : usdp.org.mm

Autres principaux partis nationaux

NUP

Parti de l’unité nationale

National Unity Party

-

Fondation : 1988

Président : U Han Shwe

Site internet : -

NDF

Force nationale démocratique

National Democratic Force

-

Fondation : 2010 (scission avec la NLD)

Président : Sai Ai Pao

Site internet : ndftmyantmar.org

DP

Parti démocrate

Democratic Party

-

Fondation : 1990

Président : U Thu Wai

Site internet : democraticmyanmar.com

Principaux partis ethniques

SNLD

Ligue des nationalités shan pour la démocratie

Shan National League for Democracy

-

Fondation : 1988

Président : U Khun Htun Oo

Site internet : snld.info

ANP

Parti national Arakan

Arakan National Party

-

Fondation : 2014 L’ANP est le résultat en 2013 de la fusion des deux principaux partis de l’Arakan : - L’Arakan League for Democracy (ALD) et - le Rakhine Nationalities Development Party (RNDP)

Président : U Aye Maung

Site internet : -

Alliance de partis politiques (nationaux et ethniques)

FDA

Alliance démocratique fédérale

Federal Democratic Alliance

Fondation : 2013

Site internet :

93La FDA regroupe neuf partis : deux nationaux (NDF et DP) et sept ethniques. Le but de cette alliance est de former un groupe alternatif aux deux principaux partis (NLD et USDP) et de pouvoir constituer une troisième force au Parlement.

Alliances de partis ethniques

NBF (21 partis)

Fédération fraternelle des nations

Nationalities Brotherhood Federation

Fondation : 2011

Page Facebook officielle : nbf.myanmar

  • 687 L’UNA est composé de 8 partis : Shan National League for Democracy, RNP, Kayah National Party, Zomi (...)

UNA (8 partis)687

Alliance des nations unies

United Nationalities Alliance

Fondation : 2002

Page Facebook officielle : UnitedNationalitiesAlliance

Composition de la Chambre basse
Source : The Myanmar Times (15 novembre 2015).

Composition de la Chambre haute
Source : The Myanmar Times (15 novembre 2015).

Thaïlande

  • 688 Voir la présentation de l’Assemblée nationale du royaume de Thaïlande, (www.parliament.go.th/ewtadm (...)

94Avant l’arrivée au pouvoir de la junte militaire en mai 2014 et la mise en place du Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO), le pouvoir législatif était détenu par l’Assemblée nationale (Rathasapha), elle-même divisée en deux chambres688 : la Chambre des représentants (500 membres, dont 375 élus au suffrage direct et 125 désignés par un système de liste de partis) et le Sénat, qui avait vocation à être non partisan (150 membres, dont 77 élus et 73 désignés par le Comité de sélection des sénateurs).

95Le Parti pour les Thaï (PPT) était le parti majoritaire avant d’être chassé du pouvoir par l’armée en mai 2014 suite aux manifestations organisées par les « Chemises jaunes », le mouvement d’opposition organisé autour du Parti démocrate (PD) et considéré comme pro-monarchie.

96L’Assemblée nationale législative (NLA), mise en place par l’armée en 2014, est composée de 220 membres non élus désignés par le Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO), massivement issus des rangs militaires. Le NCPO concentre l’essentiel des pouvoirs et les partis politiques sont exclus du processus politique puisque toute personne ayant occupé des fonctions dans un parti politique, au cours des trois dernières aimées, ne peut exercer de fonction législative ou exécutive.

  • 689 Olivier Holmes, « Thailand elections delayed as draft constitution is rejected », The Guardian, 6se (...)

97La prochaine élection ne devrait pas intervenir avant 2017 à la suite du rejet par le NCPO de la proposition d’une nouvelle Constitution présentée par le Comité de rédaction de la Constitution (CDC) en septembre 2015. Le texte prévoyait, entre autres, la hausse du nombre des membres non élus, ce qui faisait craindre aux partis politiques un contrôle renforcé des militaires sur un gouvernement élu689. Le texte donnait également la possibilité à l’année et à la police de prendre le contrôle de l’exécutif et du législatif en cas de « crise ».

  • 690 Nirmal Ghosh, « Thailand has to find new model of stability », The Straits Times,, 8 août 2015, (ww (...)

98La majorité des partis politiques de tous bords était opposée à ce texte car ils craignent la perte de leur rôle et de leur influence. L’action de l’armée et la proposition de nouvelle Constitution constituent pour le PTP une « atteinte à la souveraineté du peuple ». L’ex-Premier ministre, Abhisit Vejjajiva, leader de l’opposition et du Parti démocrate (PD), craint que la nouvelle Constitution « n’affaiblisse le processus démocratique690 ».

Principaux partis avant le coup d’État de 2014

PPT

Parti pour les Thaï

For Thai Party

Pak Phuea Thai

Fondation : 2008 Ex-Thai Rak Thai (1998-2007)

Secrétaire-général (par intérim) : Phumtham Wechayachai

Site internet : ptp.or.th

PD

Parti démocrate

Démocrat Party

Pak Prachatipat

Fondation : 1946

Président : Abhisit Vejjajiva

Site internet : dernocrat.or.th

Trois composantes de la vie politique en Asie du Sud-Est

99Pour accompagner ce répertoire des partis politiques en Asie du Sud-Est, il convient de prendre en compte trois composantes transversales aux configurations politiques nationales :

  • l’armée

  • les dynasties politiques

  • les leaders charismatiques.

Les partis politiques face à l’institution militaire

100Les militaires jouent un rôle primordial en Asie du Sud-Est. Ils ont été les acteurs de luttes pour l’indépendance (comme au Vietnam), mais aussi de coups d’État (Indonésie, Philippines, Birmanie, Thaïlande) et de répressions. Les forces militaires peuvent s’immiscer dans des gouvernements civils, le plus souvent au nom de la sécurité nationale.

Vietnam et Laos

  • 691 Organe central du Parti communiste du Vietnam, « Le Parti dirige absolument et directement l’armée  (...)

101Dans les régimes à parti unique, Vietnam et Laos, l’armée est le bras armé du Parti. Au Vietnam, l’Année populaire vietnamienne, composée de plus de 400 000 hommes, est un acteur économique majeur et le premier propriétaire foncier du pays. Cette armée, créée dans un contexte de guerre d’indépendance, garde son rôle de défense des intérêts politiques du pays, et donc du Parti unique. Le secrétaire général du PCV, Nguyên Phu Trong, déclarait ainsi en décembre 2014 que le Parti « dirige l’armée absolument et directement en tous domaines691 ».

102Dans les systèmes multipartistes, la Thaïlande, l’Indonésie et la Birmanie sont historiquement particulièrement concernés par l’influence d’une puissante armée avec laquelle les acteurs politiques doivent composer. Les militaires investissent les rangs d’instances politiques nationales et de partis politiques. Dans certaines situations, ce sont les politiques eux-mêmes qui font appel à ces militaires.

Birmanie

103L’éviction dans la nuit du 12 août 2015 du président de l’USDP, T. Shwe Mann, et de son bras droit par l’armée et la police ont rappelé à ceux qui en doutaient que les militaires birmans sont ancrés dans la vie politique et n’entendent apparemment pas renoncer à leur influence dans le pays.

104La version officielle donnée par l’armée est que T. Shwe Mann ne pouvait plus assumer la double fonction de chef de parti et de président de l’Assemblée nationale à l’approche des élections.

105T. Shwe Mann était candidat déclaré à la succession du président Them Sein. Il avait surtout amorcé des discussions avec Aung San Suu Kyi, la leader de l’opposition. Ceci a certainement suscité les craintes des militaires conservateurs qui ne sont pas prêts à accorder une place trop importante à l’opposition traditionnelle.

106Cette action qui est intervenue à l’approche des élections législatives du 8 novembre 2015 a déclenché de vives critiques de la part des capitales occidentales (Washington, Londres et l’Union européenne en tête).

Indonésie

  • 692 La Pancasila est le concept philosophique sur lequel repose la Constitution rédigée en 1945. Ce con (...)

107L’institution militaire occupe une place centrale dans le processus politique indonésien. Le point d’orgue ayant été la période de l’Ordre nouveau et la présence ininterrompue du général Suharto à la tête de l’État (1966-1998). L’armée se présente également comme la garante du concept fondateur de l’Indonésie indépendante : la Pancasila692. Ce dernier point explique l’attachement d’une grande partie de la population indonésienne à l’institution militaire.

  • 693 « Indonésie : pas le droit de voter pour les militaires », Info Asie, 14 août 2012, (www.infoasie.n (...)

108Des mesures ont pointant été prises après le départ de Suharto en 1998. Les forces armées et la police n’ont, par exemple, pas le droit de voter ni de se présenter à des élections tant qu’ils portent l’uniforme693. Cela n’empêche pas le maintien des militaires au sein du jeu politique indonésien : Susilo Bambang Yudhoyono (membre du Parti démocrate et président de l’Indonésie entre 2004 et 2014) et Prabowo Subianto (membre de Gerindra et défait par Jokowi en 2014) étaient des généraux des forces armées.

  • 694 Bruno Hellendorff, « Enjeux d’une présidence jokowi : réformes et relations civilo-militaires en In (...)
  • 695 Emirza Adi Syailendra, « Under Suharto’s shadow. jokowi and the indonesian military », Foreign Affa (...)

109Jokowi, pointant issu de la société civile, compose avec la forte influence de l’armée694. Il a placé d’anciens membres de l’année à des postes clés du gouvernement, dont le puissant ministère de la Défense. Il estime que l’armée a l’avantage de ne pas être bloquée par une bureaucratie nuisible à la rapidité de la mise en œuvre de projets concernant notamment l’accès à l’alimentation et les infrastructures routières. L’armée bénéficie aussi d’un réseau bien établi d’influence à toutes les échelles, du national au local695 sur lequel le gouvernement peut s’appuyer.

Thaïlande

  • 696 Adrien Le Cal, « Le coup d’État, une spécialité thaïlandaise », LeMonde.fr, 3 juin 2014, (www.lemon (...)

110Depuis la fin de la monarchie absolue en 1932, douze coups d’État militaires ont réussi en Thaïlande696. L’armée justifie inlassablement ses interventions dans la sphère politique par le nécessaire maintien de l’ordre de la nation et la protection du royaume.

111Ces coups d’État à répétition fragilisent la légitimité des partis politiques car ils mettent en lumière leur incapacité récurrente à trouver des compromis politiques au sein d’une société divisée. Cette absence de dialogue entraîne des flambées de violences à répétition (2006, 2010, 2014) qui poussent l’armée à intervenir. Une partie de la population lassée de ces troubles, surtout à Bangkok, soutient les militaires.

112En plus de rétablir l’ordre, les militaires ont aussi le pouvoir de remettre en cause les résultats des urnes. Le parti de Thaksin, leThai Rak Thai (« Les Thaïlandais aiment les Thaïlandais »), qui a pointant remporté toutes les élections depuis 2001, avait été chassé du pouvoir par l’année en 2006. Le PTP, alors dirigé par Yingluck Shinawatra, la sœur cadette de Thaksin, a également été écarté en 2014 suite aux troubles orchestrés par les « Chemises jaunes ».

113La monarchie, la religion et l’armée prennent finalement le pas sur les partis politiques. Le contexte de fin de règne actuel et l’incertitude au sujet de la succession du roi Bhumibol Adulyadej jettent un trouble que les militaires pourraient mettre à profit pour conserver le pouvoir.

Le principe dynastique

  • 697 « Asie : la démocratie à l’épreuve du phénomène dynastique ? », Presses de Sciences Po, Critique in (...)

114Le principe dynastique, s’il n’est pas propre à l’Asie du Sud-Est, n’en demeure pas moins une constante de la région697. La plupart des pays concernés par le jeu électoral voient en réalité ce jeu disputé par un nombre restreint d’individus qui se succèdent au pouvoir. Il est courant de retrouver des membres d’une même famille à des postes clés de l’exécutif et du législatif, tant au niveau national que local.

115Dans certains cas, les partis politiques servent de machines électorales au sein desquelles des figures familiales se succèdent décennie après décennie. Les partis politiques sont donc davantage des moyens de perpétrer les dynasties politiques que des organisations participant à un jeu démocratique. Ces partis ont besoin de « personnalités » connues de l’électorat. L’Indonésie et les Philippines sont particulièrement concernées par ce cas de figure. Aux Philippines, certaines familles aujourd’hui actives en politique occupaient déjà des responsabilités au début du XXe siècle (Aquino, Cortes, Arroyo, De Venecia, Fuentebella, Guingona, Ortega, Sotto).

116Aux Philippines, le pays le plus concerné par les successions de familles politiques, la présidente Corazon Aquino (1986-1992) allait jusqu’à proposer « l’interdiction des dynasties politiques » dans la Constitution de 1987. Mais cela n’a jamais été appliqué, bien que cette question soit régulièrement abordée dans les débats de campagne électorale.

117Les dynasties continuent en réalité de bénéficier d’un large soutien populaire. Plusieurs éléments expliquent cet attachement à des familles, notamment le rôle qu’elles ont pu jouer dans la construction d’une nation et leurs capacités à renouveler un discours en présentant des candidats jeunes (souvent les « enfants de »), habitués au monde de la politique, et donc potentiellement perçus comme compétents par l’électorat.

  • 698 Sophie Boisseau du Rocher, citée dans Yannick Le Bars, « Femmes politiques en Asie du Sud-Est : les (...)
  • 699 Durant l’Ordre nouveau de Suharto (1965-1998), une politique volontariste interdisait aux femmes de (...)

118Les dynasties permettent également aux femmes de jouer un rôle important dans la vie politique et peuvent à ce titre être des vecteurs d’avancées démocratiques. Megawati Sukarnoputri a « joué au maximum du facteur dynastique (...) en utilisant des photos d’elle avec son père (...) Sukarno698 » pour devenir la première femme présidente de la République d’Indonésie (2001-2004) après des décennies de régime politique au sein duquel les femmes étaient écartées de la vie politique699.

119En Thaïlande, Yingluck Shinawatra est devenue la première femme de l’histoire à être Premier ministre (2011-2014). En Malaisie, pays majoritairement conservateur, c’est une femme qui dirige l’opposition au Barisan Nasional. Wan Azizah Wan Ismail est la femme d’Anwar Ibrahim qui se trouve en prison.

120De nombreuses familles ont une influence locale très importante, mais nous présentons ci-dessous une liste non exhaustive de familles politiques puissantes ayant un rayonnement national :

Birmanie

121Aung San Suu Kyi est la fille d’Aung San, le « Père de l’indépendance birmane ». Elle jouit d’une popularité hors normes, renforcée par ses actions non violentes et le prix Nobel de la paix obtenu en 1991.

Indonésie

122Megawati Sukarnoputri a été la présidente entre 2001 et 2004. Elle est la fille de Sukarno qui fut le premier président de l’Indonésie. Même si Jokowi est le premier président non issu de l’oligarchie traditionnelle, elle contrôle toujours étroitement le parti au pouvoir, le PDI-P. En 2015, elle a été réélue présidente du parti qu elle dirige depuis 1999.

123Le leader de l’opposition Prabowo Subianto est le gendre de Suharto qui resta 32 ans au pouvoir.

  • 700 Yoes Chandra Kenawas, « The rise of political dynasties in decentralized Indonesia », Nanyang Techn (...)

124Trois leaders de partis majeurs (PDI-P, Parti démocrate, Gerindra) ont au moins cinq membres de leur famille au sein d’institutions nationales ou de leur parti700

Malaisie

125Le Premier ministre Najib Razak est le fils d’Abdul Razak, qui fut aussi Premier ministre (1970-1976). Ce dernier est lui-même le beau-frère d’Hussein Onn qui fut également Premier ministre (1976-1981).

Philippines

126Le président Aquino III est le fils de Corazon Aquino qui a été la présidente entre 1986 et 1992. Le candidat choisi par Aquino III pour lui succéder en 2016 est Mar Roxas, le petit-fils du premier président des Philippines.

127Le leader de l’opposition Jejomar Binay pourrait choisir comme vice-président Ferdinand « Bongbong » Marcos qui est le fils du président Marcos (1965-1986) et d’Imelda Marcos. Sa sœur Imee gouverne la province « familiale » de l’Ilocos Norte.

128Aux élections sénatoriales intermédiaires de 2013, sept des neuf sénateurs élus avaient déjà de la famille présente au Parlement. Sur 24 sièges au Sénat, il y a un frère et sa sœur, deux frères (fils d’un ancien président), un père et son fils, et un mari et sa femme.

Singapour

129Le Premier ministre Lee Hsien Loong est le fils du « père fondateur » de la cité-État, Lee Kuan Yew, qui resta Premier ministre pendant 31 ans (1959-1990).

Thaïlande

130Yingluck Shinawatra a été élue au poste de Premier ministre en 2011 sans aucune expérience politique, mais en bénéficiant de Laura de son frère Thaksin, le leader populaire des « Chemises rouges » forcé à l’exil.

L’importance des leaders charismatiques

131En politique les formes de charisme politique et l’attachement populaire associé à un leader charismatique ont des origines et des formes variées.

  • 701 Robert Shaplen, « Southeast Asia - Before and After », Foreign Affairs, avril 1975, (www.foreignaff (...)

132En Asie du Sud-Est, les luttes pour l’indépendance ont donné de la crédibilité et un attachement populaire à des personnalités politiques. Sukarno en Indonésie, Xanana Gusmão à Timor-Leste, Lee Kuan Yew à Singapour et Aung San en Birmanie ont contribué à l’émergence de nations indépendantes701 Ces personnalités politiques sont devenues des figures emblématiques dans leurs pays respectifs. L’aura de ces personnalités bénéficie aux partis politiques auxquels elles appartiennent mais dépasse ce cadre.

  • 702 Bruno Philip, « En exil, l’ex-Premier ministre Thaksin divise toujours la Thaïlande », Lemonde.fr 1 (...)

133D’autres, grâce à un discours et des pratiques populistes divisent leur pays mais bénéficient d’un soutien sans faille de leurs partisans. C’est le cas de Thaksin Shinawatra en Thaïlande. Ce milliardaire a posé les bases d’un parti politique (le parti Thai Rak Thai, interdit en 2007 et refondé sous le nom actuel de Parti pour les Thai) tourné vers les masses pauvres et rurales de son pays. Pourtant en exil définitif depuis 2008, il conserve une aura très forte en Thaïlande et le niveau d’attachement que lui portent ses partisans n’a d’égal que la défiance des élites du pays702 Sa sœur Yingluck Shinawatra a incontestablement bénéficié de l’aura de Thaksin pour diriger la Thaïlande pendant trois ans.

134Hun Sen, le Premier ministre et leader incontesté du Cambodge, allie autoritarisme et populisme pour régner sans partage. Au pouvoir ou proche du pouvoir depuis 1985, cet homme de 62 ans a déclaré vouloir continuer à diriger le pays jusqu’à ses 90 ans.

  • 703 Après avoir purgé plusieurs années de prison pour « sodomie », il est de nouveau incarcéré depuis f (...)

135En Malaisie, Anwar Ibrahim est le leader emblématique de l’opposition face au puissant parti UMNO. Membre de l’opposition depuis 1998, il a créé le Pakatan Rakyat en 2008. L’oppression politico-judiciaire dont il est la cible de la part du gouvernement703 renforce l’attachement populaire pour cet homme qui conserve, même emprisonné, une influence sur les destinées de l’opposition politique du pays, notamment via sa femme Wan Azizah Wan Ismail qui occupe la présidence du PKR.

136Dans certains cas, l’importance d’un leader charismatique peut prendre le pas sur un parti politique (ou une coalition). À titre d’exemple, et même si elle est loin d’être Punique raison du déchirement du Pakatan Rakyat, l’emprisonnement et donc l’éloignement de la vie politique d’Anwar Ibrahim constitue l’une des raisons de la dissolution de la coalition d’opposition en 2015. De même, l’exil forcé de Thaksin s’est accompagné de la dissolution de son propre parti politique en 2007 (le parti Thai Rak Thai).

137Néanmoins, si un parti politique est lié au charisme de son leader, ce dernier doit bénéficier d’une légitimité pour assoir son autorité. Ainsi l’UMNO en Malaisie, le PAP à Singapour, le CPP au Cambodge ou le PDI-P en Indonésie sont autant de structures qui légitiment le leader en lui fournissant une base de partisans et d’électeurs, un réseau et des infrastructures. C’est pourquoi, il peut être hasardeux de limiter l’analyse d’un succès électoral — ou du maintien au pouvoir d’un parti politique sur le long terme — au rôle d’une seule personne, aussi charismatique soit-elle.

138Il en est de même concernant l’analyse du leader charismatique en lui-même. Si celui-ci peut être perçu comme l’incarnation ultime du pouvoir (Hun Sen, par exemple), il peut également permettre un renouvellement des élites politiques en facilitant l’accès au pouvoir de nouvelles personnalités qui n’y aimaient pas eu accès autrement. Les élections législatives remportées par Thaksin en 2001 avait permis un renouvellement de 40 % de l’Assemblée nationale.

Notes

626 Certains sites Internet officiels des partis politiques proposent une interface en anglais.

627 Voir la Constitution de la République démocratique populaire lao : (www.refworld.org/docid/3ae6b5221a.html).

628 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1175_E.htm), consulté le 22octobre2015. La République démocratique populaire lao est membre de l’Union interparlementaire depuis 1990.

629 Voir la Constitution de la République socialiste du Vietnam : (www.constitutionnet.org/vl/item/constitution-socialistrepublic-vietnam-amended-2013).

630 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1349_E.htm), consulté le 22octobre2015. La République socialiste du Vietnam est membre de l’Union interparlementaire depuis 1979.

631 Voir la déclaration officielle du président du NDP le 25 mars 2006 : ‘(www.aspirasi-ndp.com/en/address.htm).

632 Voir le rapport 2014 sur Brunei de Freedom House: (freedomhouse.org/report/freedom-world/2014/brunei#.VXrllPntmko).

633 Voir la présentation du sultanat de Brunei sur le site du ministère des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/brunei/presentation-du-sultanat-de-brunei/).

634 Voir le chapitre sur le Cambodge dans: Tom Lansford, 2015, Political handbook of the world 2015, 1 888 p.

635 Election Guide, Cambodia. Election for National Assembly, juillet 2013, Washington D.C., (www.electionguide.org/elections/id/550/).

636 Khuon Narim, « Interior Ministry approves new political parties », The Cambodia Daily, 8août2015, (www.cambodiadaily.com/news/interior-ministry-approves-new-political-parties-91196/).

637 « Le Cambodge prive le sénateur Hong Sok Hour du CNRP de son immunité », Le Courrier du Vietnam, 18 août 2015, (lecourrier.vn/le-cambodge-prive-le-senateur-hong-sok-hour-du-cnrp-de-son-immunite/183361.html).

638 Depuis le décès du président du parti Chea Sim le 8 juin 2015. Chea Sim dirigeait le parti depuis 1971.

639 Le CNRP est issu de la fusion en 2012 des deux principaux partis d’opposition : le Parti de Sam Rainsy - Sam Rainsy Party et le Parti des droits de l’Homme - Human Rights Party.

640 Le CPP formait une coalition gouvernementale avec le parti royaliste Funcinpec jusqu’en 2012.

641 Meas Sokchea, « We’re no Funcinpec », The Phnom Penh Post, 21 avril 2015, (www.phnompenhpost.com/national/were-nofuncinpec).

642 Les prochaines élections législatives sont prévues en 2018. Néanmoins les partis politiques ne se sont pas encore mis d’accord sur une date précise.

643 Voir le site de l’Union interparlementaire : (www.ipu.org/parline-f/reports/1051_E.htm), consulté le 22octobre2015). Le Royaume du Cambodge est membre de l’Union interparlementaire depuis 1997.

644 Voir le site du Comité pour les élections nationales : (www.necelect.org.kh/nec_english/index.php?option=com_content6view=article6id=2186ltemid=250), consulté le 22 octobre 2015.

645 Voir le site de la coalition Barisan Nasional : (www.barisannasional.org.my/en/component-party).

646 Bridget Welsh, « Corruption scandal divides Malaysia’s political elite », East Asia Forum, 22 juillet 2015, (/www.eastasiaforum.org/2015/07/22/corruption-scandal-divides-malaysias-political-elite/).

647 « Pakatan Rakyat is dead, says PKR chief Wan Azizah », The Malaysia insider, 17 juin 2015, (www.themalaysianinsider.com/malaysia/article/pakatan-rakyat-is-dead-says-pkr-chief-wan-azizah).

648 Looi Sue-Chern, « PAS will selectively support Umno, reveals Mujahid », The Malaysia insider, 9 juillet 2015, (www.themalaysianinsider.com/malaysia/article/pas-will-selectively-support-umno-reveals-mujahid#sthash.SU9yUV8r.dpuf).

649 Melissa Coh, « Malaysia’s opposition band together under new Pakatan Harapan alliance », Channel News Asia, 22 septembre 2015, (www.channelnewsasia.com/news/asiapacific/malaysia-s-opposition/2143004.html).

650 Khoo Boo Teik, « Malaysia: 13thgeneral elections: an overview », (www.ide.go.jp/English/Research/Region/Asia/201305_khoo.html).

651 Les prochaines élections générales devraient avoir lieu en 2018 mais aucune date n’est encore fixée.

652 Voir le site du Parlement de la Fédération de Malaisie : (www.parlimen.gov.my/ahli-dewan.html?uweb=drΕ), consulté le 22 octobre 2015.

653 Voir le site du Parlement de la Fédération de Malaisie : (www.parlimen.gov.my/tempat-duduk-ahli-dn.html?uweb=dnΕ), consulté le 22 octobre 2015.

654 Voir le site des élections de Singapour : (www.singapore-elections.com/general-election/2011/).

655 Voir le site du Département des élections de Singapour : (www.eld.gov.sg/elections_past_parliamentary.html).

656 Voir le manifeste 2015 du WP : (www.wp.sg/manifesto/).

657 Voir le site du Parlement de la République de Singapour : (www.parliament.gov.sg/list-of-current-mps), consulté le 22 octobre 2015.

658 Sarah Schonhardt, « Indonesia’s political parties hurrying to build coalitions », The Well Street Journal, 12 mai 2014, (blogs.wsj.com/indonesiarealtime/2014/05/12/indonesias-political-parties-hurrying-to-build-coalitions/).

659 Delphine Ailes, « Indonésie : dix ans pour une démocratisation réussie », Alternetives Internationales, n° 43, juin 2009, (www.alternatives-internationales.fr/indonesie-dix-ans-pour-une-democratisation-reussie_fr_art_842_43332.html).

660 Sunny Tanuwidjaja, « Political islam and islamic parties in Indonesia: critically assessing the evidence of islam’s political decline », Contemporary Southeast Asia, vol. 32, avril 2010, (www.questia.com/read/1G1-224863611/political-islam-and-islamic-parties-in-indonesia).

661 Calcul de l’auteur.

662 Pour présenter des candidats, les partis doivent, parmi un certain nombre de conditions, avoir des représentations dans chacune des 34 provinces du pays.

663 Voir le site de la Chambre des représentants de la République d’Indonésie : (www.dpr.go.id/en/tentang/fraksi), consulté le 22 octobre 2015.

664 Voir le site du Sénat de la république des Philippines : (www.senate.gov.ph/senators/sen16th.asp), consulté le 22 octobre 2015.

665 Ce système des « candidats de nuisance », qui autorise quiconque à se présenter aux plus hautes fonctions de représentation de l’État, est diversement apprécié aux Philippines. Pour certains, il revêt un caractère très démocratique et « amusant », du fait de la dimension farfelue de certains candidats ; pour d’autres, il discrédite au contraire le système électoral. Ainsi, il apparaît peu probable que des candidatures comme celles de l’« Ambassadeur terrien intergalactique » et de l’« Archange de Lucifer » soient retenues par la Commission aux élections, (cnnphilippines.com/news/2015/1CI/14/Nuisancecandidate-2016-elections-filing-of-C0Cs.html).

666 Matuwid na Daan est le nom donné à la politique d’Aquino menée depuis 2010, axée notamment sur la lutte anticorruption.

667 Ayee Macaraig, « Strange 2016 poll circus exposes weak PH parties », Rappler, 13 octobre 2015, (www.rappler.com/nation/politics/elections/2016/108898-strange-ph-elections-2016).

668 En 2013, le président Aquino III avait formé la coalition Team PNoy pour remporter les élections intermédiaires au Sénat.

669 Voir le site du Parlement de la République démocratique du Timor-Leste, (www.parlamento.tl/deputadus/2012/pt/deputados.php).

670 Sur les 21 partis en liste en 2012, quatre ont dépassé les 3 % de votes nécessaires pour obtenir une représentation au sein de l’Assemblée.

671 Voir le site du gouvernement de Timor-Leste : (timor-leste.gov.tl/?p=11229&lang=en).

672 Voir le site du Parlement de la République démocratique de Timor-Leste : (www.parlamento.tl/deputadus/2012/pt/deputados.php), consulté le 22 octobre 2015.

673 Renaud Egreteau, 2014, « Legislators in Myanmar’s first post-junta national Parliament (2010-2015): a sociological analysis », Journal of Current Southeast Asian Affairs, vol. 33, n° 2, p. 91-124, (journals.sub.uni-hamburg.de/giga/jsaa/article/viewFile/777/780).

674 David Steinberg. « The Union Solidarity and Development Association. Mobilization and orthodoxy in Myanmar », Burma Debate, vol. 4, n° 1, janvier/février 1997, (www.burmalibrary.org/docs12/BD1997-V04-N01.pdf).

675 Olivier Guillard, « Birmanie. Accord “national” de cessez-le-feu : avancée ou revers ? », Focus Asie n° 2, octobre2015, Observatoire stratégique sur l’Asie, IRIS, (www.iris-france.org/wp-content/uploads/2015/10/F0CUS-Asie-n%C2%B02BIRMANIE-octobre-2015.pdf).

676 International Crisis Group, « Myanmar’s electoral landscape », Asia Report, n° 266, avril 2015, Bruxelles, (www.crisisgroup.org/~/media/Files/asia/south-east-asia/burma-myanmar/266-myanmar-s-electoral-landscape.pdf).

677 Liste complète des soixante partis ethniques : (www.rfa.org/english/news/special/burelection/home.html).

678 The Myanmar Times, 15 novembre 2015, (www.mmtimes.com/index.php/election-2015/live-blog.html).

679 Su-Ann Oh, « A primer on the elections in Myanmar, or six things you need to know about the Myanmar elections », Singapour, Yusof Ishak Institute, 17 septembre 2015 (www.iseas.edu.sg/images/pdf/ISEAS_Perspective_2015_51.pdf).

680 Win Ko Ko Latt, « UEC allows Federal Union Party alliance », Myanmar Times, 31 octobre2013 (www.mmtimes.com/index.php/national-news/8645-uec-allows-federal-union-pa rty-alliance.html).

681 Mathieu Baudet et Carole Oudot, « Ethnic parties crash and burn in Kayah », Myanmar Times, 12 novembre 2015, (www.mmtimes.com/index.php/national-news/17574-ethnic-parties-crash-and-burn-in-kayah.html).

682 Thomas Fuller, « Myanmar elections has Aung San Suu Kyi’s party confident of landslide », The New York Times, 9 novembre 2015, (www.nytimes.com/2015/11/10/world/asia/myanmar-election-results-aung-san-suu-kyi.html2_F0).

683 Olivier Holmes, « Aung San Suu Kyi calls for reconciliation talks with military », The Guardian, 10 novembre 2015, (www.theguardian.com/world/2015/nov/11/aung-san-suu-kyi-wins-seat-myanmar-election-results-tallied).

684 Ye Mon, « Ethnic party angered by NLD’s broken promises on seat-sharing », The Myanmar Times, 17 août 2015, (www.mmtimes.com/index.php/national-news/16015-ethnic-party-angered-by-nld-s-broken-promises-on-seat-sharing.html).

685 « Ethnic parties happy to work with Suu Kyi », Eleven Myanmar, (www.elevenmyanmar.com/politics/ethnic-parties-happywork-suu-kyi).

686 U Htay Do a pris ses fonctions de président de l'USPD le 17 août 2015, après que le président Thura U Shwe Mann a été démis de ses fonctions, par la force, par l'armée dans la nuit du 12 août.

687 L’UNA est composé de 8 partis : Shan National League for Democracy, RNP, Kayah National Party, Zomi Democracy League Party, Mon National Party, Shan State Kokang Democratic Party, Kachin National Democracy Congress Party, Karen National Party.

688 Voir la présentation de l’Assemblée nationale du royaume de Thaïlande, (www.parliament.go.th/ewtadmin/ewt/parenglish/download/pdf/9Brochure.pdf).

689 Olivier Holmes, « Thailand elections delayed as draft constitution is rejected », The Guardian, 6septembre2015, (www.theguardian.com/world/2015/sep/0B/thailand-elections-delayed-as-draft-constitution-is-rejected).

690 Nirmal Ghosh, « Thailand has to find new model of stability », The Straits Times,, 8 août 2015, (www.straitstimes.com/asia/se-asia/thailand-has-to-find-new-model-of-stability).

691 Organe central du Parti communiste du Vietnam, « Le Parti dirige absolument et directement l’armée », 20 décembre 2014, (fr.nhandan.com.vn/mobile/politique/item/836971.html).

692 La Pancasila est le concept philosophique sur lequel repose la Constitution rédigée en 1945. Ce concept comporte cinq principes : la croyance en un Dieu unique, l’unité de l’Indonésie, la justice sociale pour tous, la démocratie fondée sur des délibérations et le devoir d’adopter un comportement humain, juste et civilisé.

693 « Indonésie : pas le droit de voter pour les militaires », Info Asie, 14 août 2012, (www.infoasie.net/politique/7978-indonesiepas-de-droit-de-vote-pour-les-militaires.html#RJSg2sPz4M5flkro.99).

694 Bruno Hellendorff, « Enjeux d’une présidence jokowi : réformes et relations civilo-militaires en Indonésie », Croupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP), 31 octobre 2014, (www.grip.org/sites/grip.org/files/N0TES_ANALYSE/2014/NA 2014-10-31 FR B-HELLENDORFF.pdf).

695 Emirza Adi Syailendra, « Under Suharto’s shadow. jokowi and the indonesian military », Foreign Affairs ; 12 août 2015, (www.fore ignaffairs.com/articles/indonesia/2015-08-12/under-suhartos-shadow).

696 Adrien Le Cal, « Le coup d’État, une spécialité thaïlandaise », LeMonde.fr, 3 juin 2014, (www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/06/03/le-coup-d-etat-une-specialite-thailandaise_4430619_3216.html).

697 « Asie : la démocratie à l’épreuve du phénomène dynastique ? », Presses de Sciences Po, Critique internationale, 4/2006 (n° 33), p. 111-113, (www.cairn.info/revue-critique-internationale-2006-4-page-111.htm).

698 Sophie Boisseau du Rocher, citée dans Yannick Le Bars, « Femmes politiques en Asie du Sud-Est : les dynasties politiques, marchepied du pouvoir », 5 avril 2013, (www.opinion-internationale.com/2013/04/05/femmes-politiques-en-asie-du-sud-est-les-dynasties-politiques-marchepied-du-pouvoir_10249.html).

699 Durant l’Ordre nouveau de Suharto (1965-1998), une politique volontariste interdisait aux femmes de participer à la vie politique. La mise en place des programmes Dharma Wanita (Le devoir des femmes) et PKK (Mouvement pour la protection de la famille) permettaient au pouvoir de diffuser ses idées sur la place des femmes dans la société indonésienne. Sur ce sujet, voir : Sharym Graham Davies, « Les femmes et la politique en Indonésie : les dix années depuis Beijing », Cairn, 2005, (www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2005-2-page-249.htm).

700 Yoes Chandra Kenawas, « The rise of political dynasties in decentralized Indonesia », Nanyang Technological University, S. Rajaratnam School of International Studies, 2012-2013, 47 p., (www.academia.edu/4693499/The_Rise_of_PoliticaL_Dynasties_ in_Decentralized_lndonesia).

701 Robert Shaplen, « Southeast Asia - Before and After », Foreign Affairs, avril 1975, (www.foreignaffairs.com/articles/southeast-asia/1975-04-01/southeast-asia-and-after).

702 Bruno Philip, « En exil, l’ex-Premier ministre Thaksin divise toujours la Thaïlande », Lemonde.fr 1er février 2014, (www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/02/01/en-exil-l-ex-premier-ministre-thaksin-divise-toujours-la-thailande_4358332_321G.html).

703 Après avoir purgé plusieurs années de prison pour « sodomie », il est de nouveau incarcéré depuis février 2015 pour la même raison.

Table des illustrations

Légende Composition de l’Assemblée nationale (201 1-2016)Source : Union interparlementaire628.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Composition de l’Assemblée nationale (201 1-2016)Source Union interparlementaire630
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Composition de l’Assemblée nationale (201 3-2018642)Source Union interparlementaire643
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Composition du Sénat (201 2-201 8)Source Comité pour les élections nationales644
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Composition de la Chambre des représentants (201 3-201651)Source Parlement de Malaisie652
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Composition du SénatSource Parlement de Malaisie653
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Note : au 20 octobre 2015, le président n’avait pas encore nommé les neuf députés non élus657
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Composition du Conseil représentatif du peuple (2014-2019)Source : Chambre des représentants663
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Composition du Parlement (2012-2017)Source Parlement de Timor-Leste672
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Composition de la Chambre basseSource : The Myanmar Times (15 novembre 2015).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Composition de la Chambre hauteSource : The Myanmar Times (15 novembre 2015).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2577/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Titulaire d’un master en économie sociale et solidaire (ESSCA) et d un master en relations internationales (IRIS) obtenu en 2015. Spécialisé sur l’Asie du Sud-Est, ses sujets de recherche portent sur la politique dans l’Asean et les problématiques du développement urbain dans les métropoles sud-est asiatiques. À l’issue d’un stage au sein de l’Irasec, il a contribué à l’ouvrage Asie du Sud-Est 2016 : Bilan, enjeux et perspectives. Il coécrit actuellement un article portant sur le poids des villes dans la lutte contre le réchauffement climatique.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site