Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

La région

Timor-Leste. Fixer les frontières

Christine Cabasset

Texte intégral

1Annoncée en 2014 dans l’objectif de réduire le nombre de membres et gagner en efficacité, une restructuration du gouvernement a eu lieu en début d’année. Mais l’année 2015 a été dominée, au plan intérieur, par une intense activité religieuse dirigée par l’Église catholique et, au plan international, par la priorité accordée à la délimitation définitive des frontières terrestres avec l’Indonésie, et maritimes avec l’Indonésie et l’Australie.

Restructuration du gouvernement et formation des élites

  • 544 « Leaders historiques » ou « Génération 75 » désignent les figures politiques, lusophones, de la g (...)
  • 545 Outre le Premier ministre, sont dans ce cas Estanislau Da Silva, ministre d’État, coordinateur des (...)
  • 546 Représentant de la résistance est-timoraise à l’étranger durant l’occupation indonésienne et prix (...)
  • 547 Voir le « Discours d’investiture du Premier ministre du VIe gouvernement », 16 février 2015, p. 6.
  • 548 Voir « Remodelasaun ala Xanana falla », Timor Post, 27 août 2015, p. 1 et 23. Représentant de la r (...)

2Depuis la restauration de l’indépendance en 2002, le pays a connu plusieurs élections démocratiques, en 2002, 2007 et 2012, dans lesquelles les leaders historiques544 ont occupé une place fondamentale. Xanana Gusmão, ex-dirigeant de la résistance, a ainsi été successivement président (2002-2007), puis Premier ministre (2007-2012, 2012-2015). À partir de fin 2013, ce dernier avait annoncé son retrait du gouvernement pour « laisser la place aux jeunes ». Le Congrès national de reconstruction de Timor (CNRT), parti politique qu’il a fondé pour les élections de 2007 et qu’il présidait depuis lors, ayant refusé, lors du Congrès d’août 2014, son départ du gouvernement, Xanana Gusmão avait annoncé un remaniement de ce dernier. La restructuration du 16 février 2015, à mi-mandat du gouvernement formé en 2012, a répondu à deux objectifs attendus par de nombreux Est-Timorais : réduire le nombre de membres du gouvernement, ces derniers passant de 54 à 38, et nommer les ministres davantage en fonction de leurs compétences plutôt que de leur étiquette politique. De façon inédite, ce changement s’est également traduit par l’entrée au gouvernement, à des postes importants545, de quatre personnalités du Fretilin, principal parti d’opposition à l’alliance politique formée en 2012. C’est le cas notamment du nouveau Premier ministre Rui Maria de Araujo, personnalité consensuelle qui s’était illustrée comme ministre de la Santé lors du premier gouvernement Fretilin (2002-2007). Ce choix, destiné à poursuivre les objectifs de paix sociale et politique du Ve gouvernement, a été fortement suggéré et soutenu par Xanana Gusmão et José Ram os-Horta546. Son discours d’investiture a mis en relief quelques-unes des préoccupations et priorités du VIe gouvernement, comme la pauvreté et l’inclusion sociale, l’amélioration du système éducatif et la réforme d’une administration trop bureaucratique547. Il reste néanmoins que la tâche est ample, d’une part, compte tenu du court délai (deux ans et demi) dont bénéficiait à cette date le VIe gouvernement d’ici les prochaines élections présidentielles et législatives en 2017, et, d’autre part, en raison de la permanence des conditions générales de réalisation de la gouvernance, notamment celles afférentes aux ressources humaines. Quelques mois après la formation du nouveau gouvernement, plusieurs articles de presse pointaient la faiblesse des avancées du nouvel exécutif, ainsi que le manque de réel pouvoir du nouveau Premier ministre en raison de la permanence dans le jeu politique de Xanana Gusmão et Mari Alkatiri548.

3La liste des membres du VIe gouvernement révèle par ailleurs la permanence, voire le renforcement, de l’ancrage de l’élite politique dans la résistance dont est issue une grande partie des personnalités en poste. Une dizaine d’entre elles, âgées de 15 à 20 ans de moins que les dirigeants historiques, incarne la « nouvelle génération » ou « génération indonésianophone ». Elle est constituée d’ex-membres des réseaux clandestins pro-indépendance qui opéraient à Timor-Est ou, pour la plupart, en Indonésie où ils étaient étudiants. Il est à noter, par ailleurs, l’arrivée de trentenaires, non directement associés à la résistance, comme le montrent les nominations de Leovigildo Hornai au poste de secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, et de Helder Lopes comme vice-ministre des Finances. Enfin, loin de se retirer du gouvernement, Xanana Gusmão a pris la direction du ministère nouvellement créé, et stratégique s’il en est, de la Planification et des Investissements stratégiques. Pure coïncidence sans doute, l’édifice qui l’abrite, construit il y a plusieurs aimées, est situé à quelques mètres du ministère de la Défense qu’il avait en charge auparavant. Si la restructuration opérée a permis un renouvellement de l’élite gouvernementale, la question de la distribution des plus hauts postes (président et Premier ministre notamment) lors des prochaines élections reste entière, spécialement concernant Xanana Gusrnâo, l’actuel président Taur Matan Ruak, et l’actuel Premier ministre Rui Araujo.

4Contrairement à quelques rumeurs circulant sur de possibles tensions liées à ces différents changements, cette restructuration politique a fait figure de non-événement. Les décès et funérailles nationales de deux personnalités, religieuse et politique, Dom Ricardo da Silva et Fernando Lasama de Araujo, ont indéniablement constitué les deux événements majeurs de l’année, faisant dire à certains que la mort — et les nombreuses cérémonies et joins fériés qui l’accompagnent — motive bien davantage les Est-Timorais que les vivants et les affaires courantes.

  • 549 Avec les secrétariats d’État à la Promotion et à l’Égalité et à la Jeunesse et aux Sports, outre l (...)
  • 550 Pendant quelques mois, suite à l’attentat en février 2008 contre le Premier ministre, Xanana Gusmà (...)
  • 551 Il a été remplacé à ce poste le 10 août par Antonio da Conceiçào, alors ministre du Commerce, de l (...)

5La disparition soudaine, le 2 juin, du ministre d’État, coordinateur des Affaires sociales549, et ministre de l’Éducation Fernando Lasama de Araujo, lors d’un voyage professionnel à Suai, au Sud-Est du pays, a, en effet, bouleversé les Est-Timorais. Âgé de 53 ans, il constituait une figure emblématique de la résistance et de la « nouvelle génération ». Alors étudiant à Bali (Indonésie), il avait été l’un des principaux fondateurs en 1988 et dirigeant du réseau clandestin « Résistance nationale des étudiants de Timor-Leste » (Renetil). En 2001, dînant l’administration transitoire du pays par les Nations unies (fin 1999-mai 2002), il avait créé le Parti démocratique (PD) dont il est resté le président jusqu’à son décès. Depuis l’indépendance, Fernando Lasama de Araujo avait notamment occupé les fonctions de président du Parlement national (2007-2012), président de la République intérimaire (2008)550, vice-Premier ministre (2012-2015), avant d’être nommé lors de la restructuration de février aux Affaires sociales et à l’Éducation551. Là encore, sa succession à la présidence du PD constitue un enjeu politique fort dans la perspective des élections générales de 2017. La représentativité du troisième parti le plus voté dans les trois élections depuis 2002, présent dans les coalitions gouvernementales depuis 2007, reste cependant à voir : le décès de son membre le plus emblématique, le rapprochement étroit opéré entre le CNRT et le Fretilin, et la création d’un nouveau parti dirigé par Taur Matan Ruak en vue des prochaines élections, pourraient, en effet, avoir raison d’une bonne partie de son électorat.

Puissance de l’Église catholique

6Deux mois auparavant, le 2 avril, la disparition de l’évêque Dom Alberto Ricardo da Silva, avait constitué un premier choc, les Est-Timorais se préparant alors à célébrer Pâques, la fête religieuse majeure du pays. Dom Ricardo était connu de tous les Est-Timorais, comme évêque de Dili depuis 2004, mais aussi, comme nombre d’autres prêtres, pour son rôle lors de l’occupation indonésienne. Ayant officié la messe à l’église de Motael (Dili) le jour du massacre du cimetière de Santa Cruz, le 12 novembre 1991, puis protégé les blessés et autres jeunes pourchassés par l’armée dans les jours suivants, il fut interrogé à plusieurs reprises par cette dernière.

  • 552 Entretiens de l’auteur avec plusieurs prêtres à ce sujet.
  • 553 Date symbolique qui coïncide avec la proclamation unilatérale de l’indépendance en 1975.
  • 554 Lequel établit le cadre légal des relations entre Timor-Leste, le Vatican et l’Église catholique.
  • 555 Gouvernement de Timor-Leste, Conseil extraordinaire des ministres, 19 août 2015.
  • 556 Voir, par exemple, le discours d’investiture du 16 février du Premier ministre Rui Maria de Araujo (...)

7Les foules qu’ont motivées les deux funérailles nationales de l’année ont ainsi rappelé le rôle majeur joué par l’Église dans ce pays qui compte 97 % de catholiques. D’autres événements y ont concouru, comme la Cruz Joven. L’événement, annuel, avait cette aimée revêtu une importance particulière du fait de sa circulation dans toutes les paroisses du pays552. Organisée par l’Église catholique, la pérégrination de la croix d’une communauté à l’autre était valorisée comme un symbole de paix et de cohésion nationale, outre les valeurs de la foi catholique. Affublée d’étoffes tissées (tais) et autres apparats traditionnels, elle fut la source de nombreux travaux communautaires — décoration des itinéraires et entrées des lieux d’étapes (religieux le plus souvent, mais aussi civils), organisation et sécurité des cortèges — que seule la religion réussit à motiver avec une telle ampleur. Elle fut également l’objet d’une véritable dévotion. Selon le jour et le lieu, des centaines ou des milliers de personnes ont formé de longs cortèges, plaçant sur le passage de la croix des étoffes, bouteilles d’eau, figurines et objets divers destinés à être bénis. L’envergure exceptionnelle de l’événement a également été conditionnée par la perspective des célébrations, le 28 novembre553, dans l’enclave d’Oecussi, des 500 ans de l’arrivée des Portugais et du catholicisme dans le territoire. On notera au passage que les célébrations commémorant « l’arrivée des Portugais » — prévues depuis 2013 — ayant souvent fait grincer les dents, en 2015, c’est bien davantage la célébration des « 500 ans de la formation d’une nouvelle identité timoraise » qui a été mise en avant. La visite dans le pays (du 13 au 16 août) du cardinal et secrétaire d’État du Vatican, Pietro Parolin, a constitué le point d’orgue des festivités religieuses de l’année, marquant la date anniversaire des 500 ans par une messe donnée à Taci Tolu le 15 août. Il s’agissait, d’une part, de la première visite d’un haut dignitaire de l’Église catholique depuis le court séjour effectué par le Pape Jean-Paul II en 1989, d’autre part, du premier accord554 signé par le Vatican hors de ses frontières. Bien que les principes de liberté religieuse et de séparation de l’Église et de l’État aient été réaffirmés555, les événements religieux procurent à chaque fois l’occasion de valoriser le rôle et le poids du catholicisme en tant que l’un des éléments constitutifs forts de l’identité nationale556.

  • 557 Entretien de l’auteur avec des prêtres jésuites en février 2015.

8L’autre rôle social reconnu de tous est celui joué par l’Église catholique dans le champ de l’éducation : dînant la colonisation portugaise, dans un contexte où seul un nombre limité d’enfants a pu être scolarisé, les écoles catholiques fournissaient de loin la meilleure éducation comparé à l’école publique. Ainsi, parmi les membres des différents gouvernements, nombre d’entre eux sont identifiés par l’éducation qu’ils ont reçue aux séminaires de Dare ou de Soibada, à l’externat Sao José, ou dans d’autres places fortes historiques de l’éducation catholique557. Aujourd’hui, face à la lenteur des avancées qualitatives à l’école publique, certains vont même jusqu’à suggérer que ce secteur soit intégralement pris en charge par l’Église. Certains ordres, comme les jésuites, ont d’ailleurs repris avec ardeur la construction d’établissements scolaires, de l’enseignement de base au secondaire et tertiaire.

Défis socio-économiques : la polémique de la « pension à vie »

  • 558 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolifero de Timor-Leste - Relatorio Trimestral vol. 11, n(...)

9Le budget de l’État provient à plus de 80 % des revenus tirés des hydrocarbures, avec un fonds pétrolier qui atteint 16,4milliards $ US au 30 septembre 2015558, en recul par rapport à l’année précédente (16,6 milliards $ US en juin 2014) et même par rapport à juin 2015 (16,8 milliards $ US) du fait de la baisse conjuguée du prix du brut et de la production des gisements Bayu-Undan et Kitan. Les revenus des hydrocarbures pour la seule aimée 2015 devraient totaliser 2,2 milliards $ US intérêts compris (1,6 milliard prévus en 2016).

  • 559 1,284 milliard $ US sont financés par le Fonds pétrolier, avec 545 millions $ US prélevés du reven (...)

10Le budget total combiné de l’État en 2016, de 1,7 milliard $ US, est composé du budget des dépenses du gouvernement (1,56 million $ US559), globalement équivalent à celui de 2015, des revenus internes (171 millions $ US, impôts et taxes), des emprunts (107 millions $ US), et de l’aide au développement (143,4millions $ US).

Prévisions budétaires à Timor-Leste1 (2006/2007 - 2016) (millions $ US)

Prévisions budétaires à Timor-Leste1 (2006/2007 - 2016) (millions $ US)

1 Hors financements des partenaires de développement
2 Budget intermédiaire du nouveau gouvernement formé le 8 août 2007
3 Selon le budget proposé par le gouvernement au Parlement le 29 octobre 2015

  • 560 Les chiffres ci-dessus sont issus de : RDTL-ministère des Finances, 2015, State budget 2016. Budge (...)

11Avec 475,4 millions $ US en 2016, le plus gros poste de dépenses est celui des transferts publics, dont près de 46 % sont attribués à la région administrative spéciale d’Oecussi et à la zone spéciale d’économie sociale de marché d’Oecussi et de l’île d’Atauro, et 30,3 % au ministère de la Solidarité sociale pour les transferts sociaux en direction des vétérans, des personnes et des personnes vulnérables. Les deux autres postes de dépenses importants sont 470 millions $ US pour les biens et services et 418 millions $ US pour le capital de développement560.

  • 561 Le troisième recensement démographique depuis l’indépendance après ceux de 2004 et 2010, qui a eu (...)
  • 562 Programme du IVe gouvernement de Timor-Leste, 20 avril 2015.
  • 563 Pour des informations sur ces projets, voir Christine Cabasset, 2015, « Timor-Leste. L’amorce d’un (...)
  • 564 James Scambary, 2015, « In search of white elephants: the political economy of resource income exp (...)
  • 565 Sam Carroll-Bell, 2015, « Development alternatives in Timor-Leste. Recasting modes of local engage (...)

12Le Timor-Leste a réussi à maintenir depuis 8 ans maintenant une bonne stabilité politique et sociale que les élections générales de 2012, le retrait de la force de maintien de la paix des Nations unies en décembre de la même aimée, la restructuration gouvernementale lourde de 2015 et des incidents internes n’ont pas affectée. Cette condition est, bien sûr, indispensable au développement national et elle a, en partie, été permise par l’instauration, à partir de 2008, de mesures sociales significatives comme la gratuité des visites et soins médicaux dans les établissements publics, une éducation de base de 9 ans (à effectuer entre l’âge de 6 ans et de 17 ans) gratuite et universelle et de larges transferts sociaux, en particulier, à destination des vétérans et des personnes vulnérables. Il reste, cependant, beaucoup à faire pour desservir les populations en services de base, et de qualité, dans les secteurs tels que l’éducation, la santé, les transports, les communications561, et les critiques sont régulières concernant l’utilisation des ressources de l’État provenant du pétrole et du gaz. À cet effet, le programme du Ve gouvernement562 met l’accent sur la gouvernance afin de permettre à « l’ensemble de la population de profiter des bénéfices du développement économique et social, au travers notamment d’une utilisation efficace, effective et responsable des ressources publiques ». Et il s’inscrit dans la continuité du programme du Ve gouvernement et du Plan stratégique de développement national 2011-2030, notamment via la réalisation de grands projets menés à Dili, Oecussi et Suai563. Il reste que, dans un contexte marqué par la faiblesse d’une gouvernance publique encore en formation, par la corruption et le clientélisme cultivés par une élite accusée de faire main basse sur les ressources564, et par les retards observés dans la mise en place des services publics565, les inégalités sociales se renforcent.

  • 566 Voir la loi du Parlement 1/2007 du 18 janvier 2007 concernant la pension à vie des députés et autr (...)
  • 567 Par exemple : « Hamenus Pensaun Vitalisia, Hasa’e salariu minimu » [Réduire la pension à vie, Augm (...)
  • 568 Le salaire mensuel des membres concernés est indexé (de 65 à 90 % selon la fonction) sur celui du (...)
  • 569 Par exemple, le droit au traitement médical dans le pays ou à l’étranger, de disposer d’un bureau, (...)
  • 570 Devant les critiques croissantes, le principal parti gouvernemental, le CNRT, dirigé par Xanana Cu (...)
  • 571 « MUTE ameasa boikota eleisaun jeral 2017 » [Ce Mouvement universitaire de Timor-Ceste menace de b (...)

13Dans ce cadre, la loi de 2007 concernant la pension à vie566 pour les membres dirigeants des organes étatiques est devenue, en 2015, un sujet médiatique récurrent567. Cette loi accorde en effet aux présidents, ministres et parlementaires ayant assumé leur fonction durant au moins 42 mois et se retrouvant sans emploi, le droit de percevoir à vie 100 % de leur salaire568, ainsi que divers avantages pour eux et leur famille569. Devant les critiques soulignant les inégalités que cette loi entraîne, des personnalités politiques comme le président de la République reconnaissent régulièrement que cette loi mérite d’être revue. Les membres du Parlement mettent en avant le nombre de lois en attente pour justifier leur retard à revenir sur cette question. Mais il semble que les bénéficiaires dans leur ensemble ne soient pas prêts à lâcher prise sur ce traitement qui leur est si favorable570, mais qui est en mesure d’attiser les risques sociaux571. Cependant, comme le font remarquer certains observateurs, les montants consacrés à cette mesure sont minimes comparés à ceux consacrés aux grands projets de développement économique.

13 ans après l’indépendance, cap sur les délimitations frontalières terrestres et maritimes

14En 2015, la priorité a été donnée au règlement des questions frontalières avec l’Indonésie et l’Australie. Il est, bien sûr, question de souveraineté nationale, mais aussi d’accès et de contrôle des ressources halieutiques et pétrolières fondamentales à l’économie nationale.

15Dès 2000-2002, le Timor-Leste et l’Indonésie ont fait de nombreux efforts dans la restauration des liens et l’établissement de bonnes relations, prétendant aujourd’hui incarner un modèle de paix entre deux anciens pays ennemis. Les coopérations entreprises dans nombre de secteurs, comme l’éducation, la santé, l’agriculture, les travaux publics et la sécurité (armée et police), se sont développées d’année en année, avec une nette accélération depuis 2008. Rompant avec la posture marquant l’exceptionnalité de la relation avec le Timor-Leste, que ses prédécesseurs Abdurrahman Wahid « Gus Dur » (1999-2001) et Susilo Bambang Yudhoyono (2004-2014) avaient adoptée, le président Joko Widodo « Jokowi » n’a pas effectué sa première visite en tant que chef d’État à Timor-Leste, mais en Chine.

  • 572 Christine Cabasset, 2013, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute e (...)
  • 573 L’immense majorité d’entre eux est revenue avant 2004.
  • 574 Antonio Sampaio, « Burocracia indonésia isola ainda mais enclave timorense de Oecusse », agence de (...)

16Les frontières terrestres ont été délimitées à 97 % entre 2000 et 2005, les segments restant à fixer concernant tous l’enclave d’Oecussi située dans la partie occidentale, indonésienne, de l’île de Timor. En mars 2013, l’ex-président Susilo Bambang Yudhoyono s’était engagé à résoudre ce différend frontalier avant la fin de son mandat (octobre 2014), mais ce dossier est resté en suspens, à l’exception du point Diliunil-Memo résolu en 2013. Il reste donc à ce jour, deux segments des frontières terrestres à fixer, à Citrana et Bijaum Sunan. Le bénéfice principal attendu du règlement de cette affaire est une clarification territoriale jugée par l’État central importante pour les populations locales comme pour l’implantation d’infrastructures locales, dans la mesure où des conflits communautaires ont eu lieu par le passé572. Pour autant, localement, l’affaire est plus complexe qu’il n’y paraît : comme souvent dans le monde, les frontières sont des lieux de vie et d’échanges commerciaux légaux ou illégaux, où la frontière politique est loin d’avoir la même signification pour les résidents. De plus, à Timor-Leste, dans ces lieux qui lurent très troublés en 1999 avec le déplacement par les forces indonésiennes ou le départ de 300 000 Timorais de l’Est vers Timor-Ouest (Indonésie)573 et le maintien sur place d’une partie d’entre eux, la question de la nationalité et de la résidence est parfois aléatoire. Par ailleurs, il s’agit pour l’État est-timorais de collaborer avec l’Indonésie pour faciliter le transport des hommes et véhicules, en particulier, pour rejoindre l’enclave d’Oecussi, qui occasionne complications et coûts pour les Est-Timorais. En effet, si les Indonésiens peuvent bénéficier d’un visa à l’arrivée (30 $ US par personne) délivré par les postes frontaliers terrestres pour se rendre à Timor-Leste, l’inverse n’est pas vrai : personnes et véhicules venant de Timor-Leste sont soumis à l’obtention d’un visa (100 $ US par personne pour un passage à Timor-Ouest dans les deux sens + environ 50 $ US pour un véhicule, et plus s’il s’agit d’un véhicule ou camion commercial) acquis, avec plus d’une semaine de délai, à l’ambassade d’Indonésie à Dili. Traditionnellement, l’unique moyen qui permettait de relier directement Dili à l’enclave d’Oecussi était le ferry public, en une nuit de navigation, deux fois par semaine, pour 8 $ US par personne + 180 $ US pour un véhicule574. En 2015, deux nouveaux moyens de transport ont vu le jour pour desservir Oecussi : à partir d’août, une navette rapide (environ 4 h) d’une société privée et à partir de fin octobre, un avion de 19 places, acheté par le gouvernement. Néanmoins, le transport routier, souvent privilégié pour une raison de coût, reste handicapé, d’autant plus dans le contexte du programme de développement économique de la région administrative spéciale.

  • 575 « Chefes da diplomacia timorense e indonésia priorizam definiçào de fronteiras », agence de presse(...)
  • 576 Outre le Premier ministre, le ministre du Planning et des Investissements stratégiques, Xanana Gus (...)
  • 577 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Indonesia to participate in developing Timor-Leste’s infrastruc (...)

17Depuis l’indépendance, plusieurs instances bilatérales travaillent à l’avancement du dossier, comme le Comité pour la démarcation et la régulation des frontières dépendant de leur ministère des Affaires étrangères respectif. S’agissant d’un dossier prioritaire pour 2015 et 2016, plusieurs rencontres ont eu lieu cette aimée, dont celle en avril, entre le nouveau ministre des Affaires étrangères est-timorais, Hernani Coelho, et son homologue indonésien, Retno Marsudi575. Quelques mois plus tard, une importante délégation576 emmenée par le Premier ministre Rui Araujo, dont c’était la première visite officielle, s’est rendue à Jakarta fin août 2015 pour y rencontrer le Président Jokowi. Les deux gouvernements se sont entendus pour aboutir à la délimitation des frontières terrestres et maritimes d’ici la fin de l’année577. D’autres réunions ont suivi en septembre et octobre, tant sur les frontières terrestres que maritimes. Compte tenu des bonnes relations que les deux pays entretiennent, et de la complexité incontestablement supérieure du litige frontalier opposant Timor-Leste à l’Australie, il paraît probable que celui opposant le Timor-Leste et l’Indonésie soit résolu le premier.

  • 578 Les tensions diplomatiques entre les deux États n’ont jamais eu d’incidence sur la présence austra (...)
  • 579 Conflit entre deux options pour l’implantation d’une raffinerie : offshore selon la partie austral (...)

18Les relations entre Timor-Leste et l’Australie sont, en effet, tendues578 depuis plusieurs aimées du fait des frontières maritimes et des ressources pétrolières, et elles se sont encore envenimées depuis 2013. L’Australie et le Timor-Leste ont, en effet, signé en janvier 2006 (ratifié en février 2007) un traité « Certains arrangements maritimes dans la mer de Timor » (CMATS — Certain Maritime Arrangements in the Timor Sea) établissant le partage en parts égales des recettes d’exploitation des gisements pétroliers et gaziers situés dans l’aire de Greater Sunrise, en échange de quoi toute négociation sur les frontières était gelée pendant 50 ans. En mai 2013, ce traité se trouvait doublement remis en cause, d’une part, car 6 ans après sa ratification, un accord concernant l’exploitation579 n’avait toujours pas été trouvé, et, d’autre part, suite à l’accusation, par Timor-Leste, d’espionnage des négociations bilatérales de 2004 par la partie australienne. Timor-Leste s’est alors tourné vers la Cour internationale de justice (CI J) des Nations unies à La Haye, l’arbitrage devant débuter le 5 décembre 2013. Deux joins avant, le 3 décembre, les services secrets australiens ont mené un raid aux domiciles des avocats (australiens) représentant les intérêts de Timor-Leste pour y saisir les documents compromettants, entraînant des remous diplomatiques. Un jugement intérimaire a été rendu le 3 mars 2014 par la CIJ « concernant les questions relatives à la prise et à la détention de certains documents et données (Timor-Leste c. Australie) » statuant que « les documents en question doivent rester scellés jusqu’à toute nouvelle décision du tribunal ». Afin d’apaiser les relations, début septembre 2014, Dili a décidé de suspendre sa plainte contre l’Australie auprès de la CIJ pour lui préférer une résolution à l’amiable du litige. En mai 2015, la partie australienne a finalement restitué les documents volés au Timor-Leste, lequel a retiré sa plainte concernant cette affaire. Mais il a déposé une nouvelle plainte auprès de la CIJ pour les faits d’espionnage des négociations de 2004. Plusieurs éléments motivent la ténacité dont fait preuve le Timor-Leste dans cette affaire : tout d’abord, sa volonté de fixer définitivement les frontières maritimes avec l’Australie, alors qu’il y a dix ans, à l’heure de la négociation du CMATS, sa priorité était de bénéficier le plus rapidement possible de recettes pétrolières ; et ensuite, l’enjeu financier de la délimitation de cette frontière selon le droit maritime international, évalué pour le Greater Sunrise à 40 milliards $ US en ressources hydrocarbures, auxquels il faut ajouter les pertes liées à la pêche illégale (environ 40 millions $ US pour l’ensemble du pays). Le Timor-Leste a adhéré début 2013 à 1’UNCLOS (Convention des Nations unies sur la loi de la mer), alors que l’Australie s’en est retirée en 2002, afin de se soustraire au droit maritime international en mer de Timor et suivre le principe de la plateforme continentale qui l’avantage, et non celui de l’équidistance entre les côtes des deux pays.

  • 580 Décret-loi No 2/2015, du 14 janvier 2015.
  • 581 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Timor-Leste initiates arbitration proceedings under the Timor s (...)
  • 582 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Timor-Leste represented at International Seminar and Workshop o (...)
  • 583 Tom Allard, « Labor backs talks on new maritime boundary with East Timor », The Sydney Morning Her (...)

19Pour tenter d’avancer sur ce dossier, a été créé en début d’année 2015, au sein du cabinet du Premier ministre, un Conseil pour la délimitation définitive des frontières maritimes580, dont la vocation est la négociation d’un traité avec l’Australie. Outre le Premier ministre qui le préside, le Conseil est composé notamment des ex-présidents de la République, des ex-Premiers ministres et des ex-présidents du Parlement national, autant dire de l’ensemble des leaders historiques. Le dossier risquant de s’enliser (et avec lui les recettes manquées d’une exploitation à venir), fin septembre, l’État est-timorais a décidé de soumettre un autre cas à l’arbitrage de la CIJ concernant les taxes jugées dues par l’oléoduc gazier qui relie un gisement en exploitation, Bayu-Undan en mer de Timor, à Darwin. Le pays soumet ainsi à la justice internationale le litige lié à l’interprétation du Traité de la mer de Timor ratifié par les deux pays en 2002581. En attendant, Timor-Leste porte ce sujet sur la scène internationale, comme ce fut le cas en août, lors de deux séminaires internationaux sur les délimitations maritimes, organisés à Bali et, en octobre, lors du séjour du Premier ministre à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies582. L’issue de ces litiges reste aujourd’hui incertaine. Mais, d’une part, l’opposition australienne, le Parti travailliste, s’est engagé en juillet à renégocier les frontières maritimes avec Timor-Leste selon le droit maritime international en cas de victoire électorale en 2016583, et, d’autre part, Tony Abbott, le chef du gouvernement australien, a quitté le pouvoir sous la pression de son propre parti (Libéral) en septembre. Néanmoins ce dossier ne devrait pas connaître d’évolutions significatives, ne serait-ce qu’en raison du court délai dont dispose le nouveau Premier ministre, Malcom Turnbull, avant les prochaines élections australiennes.

*

  • 584 « Vulnerable nations launch “V20” to fight climate change », SPH digital news, 9 octobre 2015.
  • 585 Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mozambique, Portugal, São Tomé-et-Pri (...)
  • 586 Brunei, Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande.

20En 2015, l’attention politique était déjà tournée vers les élections de 2017, et le jeu devrait se préciser l’an prochain. Au plan international, l’énergie déployée par l’État est-timorais dans la délimitation des frontières est proportionnelle à son souci d’accéder aux ressources auxquelles il juge avoir droit, et d’atteindre à une plus ample reconnaissance internationale. Dans cette perspective, son insertion régionale et, plus globalement internationale, se confirme. Il est membre observateur spécial (depuis 2002) du Forum des îles du Pacifique. Par ailleurs, étant toujours l’un des piliers de l’association G7 + dont il a soutenu la création en 2010 et qu’il a présidée jusqu’en 2014, le pays a intégré un nouveau groupement en octobre 2015, le V20, aux côtés de 19 autres pays les plus vulnérables au changement climatique584. Ce thème constitue un nouvel axe de sa politique internationale, comme le reflète la participation de José Ramos-Horta au Forum régional sur le changement climatique à Bangkok (juillet) comme key-note speaker, et comme chef de la délégation est-timoraise à la COP21 à Paris (décembre). Par ailleurs, assumant la présidence de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)585 pendant deux ans (2014-2016), le pays a vu se multiplier les événements à Dili en 2015. Timor-Leste s’appuie également sur son savoir-faire acquis depuis l’indépendance dans le domaine électoral pour promouvoir son expertise à l’international. Faisant suite à l’assistance prêtée à la Guinée-Bissau en 2014, une nouvelle mission est en cours pour aider la Commission nationale des élections de São Tomé-et-Principe en vue des élections de 2016. Enfin, l’adhésion à l’Asean reste à l’étude par le secrétariat de F organisation régionale depuis sa demande officielle en 2011, et c’est une délégation malaisienne qui est chargée de la dernière évaluation sur les questions socioculturelles. En 2016, Timor-Leste finalisera l’ouverture d’une ambassade dans chacun des pays de l’Asean, et cinq pays ont déjà une ambassade à Dili586.

Annexes

Fiche Timor-Leste

Capitale : Dili

Superficie : 14 900 km2

Population (UNCTAD, 2015, proj. 2016) : 1 194 000 hab.

Langues nationales : tetum, portugais (et 2 langues de travail : indonésien et anglais)

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie parlementaire

Suffrage : universel (à partir de 17 ans)

Chef de l’État : président Taur Matan Ruak (depuis 2012)

Premier ministre : Rui Maria de Araujo (depuis 2015)

Ministre des Affaires étrangères : Hernani Coelho (depuis 2015)

Échéances : élections présidentielle et législatives en 2017

Contentieux territoriaux et maritimes :

Indonésie : règlement définitif de la frontière terrestre (environ 2 % en suspens) et délimitation de la frontière maritime ; Australie : délimitation de la frontière maritime en mer de Timor

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethnolinguistiques : trente-deux groupes dont Mambai et Tetum (famille de langue austronésienne), Macassai, Fataluku (famille de langue papou), plus minorités indonésienne, chinoise et autres étrangers

Religions (2010) : catholiques (96,9 %), protestants (2,2 %), musulmans (0,3 %), croyances traditionnelles (0,3 %), bouddhistes (0,05 %), hindouistes (0,01 %), autres (0,13 %) ; une grande partie de la population suit les croyances traditionnelles

Taux de croissance démographique : 1,81 % (Résultats préliminaires du recensement national 2015)

Espérance de vie (2013) : 65,5 ans

Indice de fertilité (2009-2011) : 5,7

Taux de natalité (2013) : 36,4 ‰

Taux de mortalité (2013) : 8,37 ‰

Taux de mortalité infantile (2009-2010) : 45 ‰

Taux d’alphabétisation (personnes > à 15 ans ayant été à l’école) (2010) : 61,4 %

Taux d’urbanisation (UNCTAD, 2015, proj. 2016) : 33,4 %

Indice de développement humain (2013) : 0,620 (rang 128)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar des États-Unis (1 euro = 1,06 en décembre 2015)

Balance des paiements courants (FMI, 2015) : 1,5 milliard $ US

Dette extérieure (Ministère des Finances, Budget 2016) : aucune jusqu’en 2011. Emprunts (Agence japonaise de coopération internationale-JICA et Banque asiatique de développement-BAD), en millions $ US) : 70 en 2015, 107 en 2016

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI 2015) : 12 325 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2015) : 4 203 $ US

Taux de croissance du PIB (UNCTAD, 2013) : 5,41 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (hors hydrocarbures) (2011) : agriculture, forêts, pêche (14,6 %), industrie et construction (24,4 %), services (58,3 %)

Taux d’inflation (FMI, 2015) : 8 %

Taux de chômage (population active >15 ans en activité) (2010) : 45,3 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010, chiffre 2009) : 41 %

Informations IDE (UNCTAD, 201 3, stock entrant): 230 millions $ US

Importations 553,6 millions $ US selon la Direction nationale des statistiques de Timor-Leste 2014

Principaux partenaires commerciaux (Direction nationale des statistiques de Timor-Leste, importations en 2014) : Indonésie (28,7 %), Singapour (22,6 %), Chine (7,5 %), Hong Kong (6,5 %), Malaisie (6,5 %)

Principaux produits importés (2014, en valeur) : combustibles ; véhicules ; céréales ; équipements industriels et mécaniques ; matériel électrique

Exportations (UNCTAD, 2014) : 23 millions (sans les réexportations) ; (Statistiques de Timor-Leste, 2014) : 13,8 millions (sans les réexportations)

Principaux produits exportés : café

Revenus pétrole et gaz (estimation ministère des Finances 2015) : 2,2 milliards $ US avec les intérêts

Chronologie

JANVIER 2015

19 Le Parlement demande une nouvelle fois l’arrestation du révolutionnaire Paulino Gama, alias Mauk Moruk et de ses affidés. Leader du Conseil révolutionnaire Maubere (KRM), il est accusé de déstabiliser la sécurité dans l’Est du pays.

FÉVRIER 2015

9 Xanana Gusmao, le Premier ministre du Timor, héros de P indépendance, démissionne de son poste.

10 Le président de la République promeut P ancien ministre de la Santé, Rui Araujo, au poste de Premier ministre. Il dirigera un gouvernement composé de presque tous les partis existants. L’ancien Premier ministre Xanana Gusmao se place lui-même à la tête d’un nouveau ministère : celui de la Planification économique et stratégique.

MARS 2015

4 Mauk Moruk déclare ne pas reconnaître le sixième gouvernement du Timor car il estime que celui-ci a été formé illégalement.

17 L’évêque timorais, Mgr Bailio Nacimento, appelle le gouvernement à faire usage de la force contre les personnes ou les groupes qui chercheraient à déstabiliser le pays.

AVRIL 2015

20 L’Asean reconnaît les progrès du Timor oriental dans sa volonté d’intégration.

MAI 2015

6 La communauté des pays de langue portugaise et le Timor oriental signent la Déclaration de Tibar contre le travail des enfants au Timor.

12 L’Australie restitue au Timor oriental tous les documents qu’elle avait saisis en décembre 2013 chez l’avocat Bernard Colleary. Ils contiennent les preuves des manœuvres d’espionnage de l’Australie lors de la négociation du traité de délimitation des frontières maritimes entre les deux pays (CMATS).

22 Le Timor oriental demande officiellement à l’Australie de s’engager dans le processus de délimitation de leurs frontières maritimes communes. L’Indonésie et le Timor oriental s’engagent également à entreprendre la délimitation de leurs frontières maritimes après avoir achevé la délimitation de leurs frontières terrestres.

JUIN 2015

3 Le Premier ministre timorais affirme être disposé à clore l’affaire des documents compromettants qui avaient été saisis par P Australie puisque celle-ci les a rendus.

Cependant, il souhaite réactiver la demande d’arbitrage du tribunal de La Haye au sujet des activités d’espionnage de l’Australie pendant la négociation du traité CMATS.

16 Le Portugal s’engage à mener une étude afin de déterminer les types de richesses que comporterait la mer du Timor.

17 Le Conseil des ministres approuve une loi dotant le président de la République du pouvoir d’amnistie.

29 Le rapport annuel du secrétaire d’État américain John Kerry accable le gouvernement du Timor. Il l’accuse entre autres d’abus de pouvoir et de ne pas appliquer efficacement la loi au profit, notamment, des trafiquants d’êtres humains.

Le brigadier général Filomeno Paixao déclare que l’opération spéciale (Joint Operation Force KOK) a capturé depuis sa création 468 partisans de Mauk Moruk, dont 50 femmes.

JUILLET 2015

28 L’ambassadeur de Chine à Dili affirme que son pays continuera à soutenir le développement de ce « pays-frère ».

AOÛT 2015

8 Mauk Moruk est tué lors d’un échange de tirs avec l’armée timoraise dans le Nord-Est du pays.

13 Le président timorais appelle à la réconciliation nationale après la mort de Mauk Moruk.

15 Le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin, représentant du Saint-Siège, est à Dili pour participer aux célébrations du 5e centenaire de l’évangélisation du pays. Dans son sermon, il souligne « la foi joyeuse du peuple timorais ».

26 Un cocktail Molotov est lancé sur le bâtiment de l’ONG World Vision Office à Bidau Santana sans faire de blessés.

SEPTEMBRE 2015

1 er Le Timor et l’Indonésie conviennent d’un accord de coopération économique et d’investissement. Le traité concerne particulièrement la vente de produits agricoles timorais en Indonésie.

6 Cinquante pêcheurs indonésiens arrêtés par la marine timoraise sont extradés vers l’Indonésie.

7 L’Église catholique s’oppose au gouvernement timorais sur la campagne pour le préservatif. Elle dit craindre une « dé responsabilisation » de la population.

11 Singapour supprime l’obligation de visa pour les ressortissants timorais.

Les ministres de la Défense portugais et timorais se sont rencontrés afin de renforcer leur coopération « historique ».

12 Malaisie et Timor s’engagent à lutter ensemble contre la corruption à travers leurs agences respectives, le MACC (Malaysian Anti-Corruption Committee) pour la Malaisie et le CAC (Timorese Anti-Corruption Commission) pour le Timor.

OCTOBRE 2015

9 La Corée du Sud offre près de 150 ordinateurs au ministère timorais de l’Enseignement, ainsi que plusieurs bourses d’études.

12 Xanana Gusmao estime que l’Australie spolie le Timor de ses richesses.

NOVEMBRE 2015

16 À l’Assemblée nationale, le vice-ministre des Communications affirme que seule 10 % de la population timoraise n’a pas accès à l’électricité.

28 Le Timor n’envoie pas de représentant à Paris pour la COP21. Timor fait partie des douze pays ayant refusé tout engagement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Portrait

Rui Maria de Araùjo587

Le 16 février 2015, Rui Maria de Araújo est devenu, à 51 ans, le nouveau Premier ministre du VIe gouvernement. Il a 11 ans lors de l’invasion indonésienne et il passe les trois premières aimées d’occupation en fuite dans la montagne comme la plupart des Est-Timorais. Il effectue ses études secondaires à l’école catholique Externat São José, à Dili. Bénéficiaire d’une bourse, il part en 1985 étudier la littérature anglaise à l’université Satya Wacana à Java-Centre (Indonésie), avant de s’inscrire en médecine l’année suivante à l’école médicale Sultan Agung à Semarang (Indonésie). En 1989, il change pour la Faculté de médecine de l’université Udayana à Bali, et c’est à cette époque qu’il devient membre du Renetil — Résistance étudiante nationale de Timor-Leste. Entre 1990 et 1992, Araujo sert d’agent de liaison à Bali pour le commandant en chef de la guérilla armée, Xanana Gusmão, pour José Ramos-Horta, représentant de la résistance à l’étranger et pour d’autres organisations588. Docteur en médecine en 1994, Araujo repart à Timor-Est, où il travaillera pendant quatre ans à l’hôpital, avant d’obtenir une bourse pour préparer un master en santé publique à l’université Otago en Nouvelle-Zélande, avec un mémoire consacré à l’établissement d’un système de santé à Timor-Leste (2001). Aux commandes du système de santé dès l’administration transitoire des Nations unies (2000-2002), il est renommé à ce poste par le Fretilin lors de la formation du premier gouvernement, qu’il conservera jusqu’aux élections de 2007. Nommé membre du Conseil d’État formé par le président de la République d’alors, José Ramos-Horta, il a également été conseiller au ministère de la Santé (2007-2008), puis auprès du ministère des Finances. Rui Maria de Araújo est devenu formellement membre du Fretilin en 2010 et a été élu comme membre du Comité central en 2011.

Affiche politique

Affiche gouvernementale, Dili, novembre 2015 : « Commémorations des 40 ans de la proclamation de l’indépendance, le 28 novembre 2015, des 500 ans de l’interaction entre deux civilisations, le Timor-Leste et le Portugal, et de l’affirmation de l’identité timoraise. »
© Christine Cabasse

Pour des raisons pratiques, le gouvernement a choisi de commémorer, le même jour, deux anniversaires différents : la proclamation de l’indépendance du pays en 1975 et les premiers contacts avec le Portugal. Les célébrations des 500 ans des premiers contacts avec le Portugal étaient prévues depuis deux ans et les messages diffusés pour les annoncer ont évolué au fur et à mesure que l’on s’en rapprochait, au gré des acteurs politiques et religieux. Du côté gouvernemental, l’expression mettant en avant les « 500 ans de l’arrivée des Portugais », d’abord retenue, a été remplacée, en 2015, par la formule « 500 ans de l’interaction entre deux civilisations (au sens de cultures) et de l’affirmation de l’identité timoraise ». Certains slogans de l’Église catholique célébraient quant à eux les « 500 ans d’évangélisation et de la formation d’une nouvelle identité timoraise ».

Notes

544 « Leaders historiques » ou « Génération 75 » désignent les figures politiques, lusophones, de la génération politique de 1975, comme Mari Alkatiri, José Ramos-Horta, Xanana Gusmão.

545 Outre le Premier ministre, sont dans ce cas Estanislau Da Silva, ministre d’État, coordinateur des Affaires économiques et ministre de l’Agriculture et des Pêches, Hernani Coelho, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération et Inacio Moreira, vice-ministre des Travaux publics, Transports et Communications.

546 Représentant de la résistance est-timoraise à l’étranger durant l’occupation indonésienne et prix Nobel de la paix en 1996, José Ramos-Horta a été entre 2002 et 2012 successivement ministre des Affaires étrangères, Premier ministre et président de la République. Il travaille depuis 2013 pour les Nations unies, comme chef de la Mission de maintien de la paix en Guinée-Bissau (2013-2014), président du Panel de haut niveau sur les opérations de la paix (2014-2015) et co-président de la Commission internationale sur le multilatéralisme (réforme des Nations unies, en cours).

547 Voir le « Discours d’investiture du Premier ministre du VIe gouvernement », 16 février 2015, p. 6.

548 Voir « Remodelasaun ala Xanana falla », Timor Post, 27 août 2015, p. 1 et 23. Représentant de la résistance est-timoraise au Mozambique, Mari Alkatiri a occupé les fonctions de Premier ministre (2002-2006). Il est secrétaire général du parti Front révolutionnaire pour l’indépendance de Timor-Leste (Fretilin). Il préside depuis 2014 l’autorité qui dirige la région administrative spéciale et la zone spéciale d’économie sociale de marché (ZEESM) dans l’enclave d’Oecussi.

549 Avec les secrétariats d’État à la Promotion et à l’Égalité et à la Jeunesse et aux Sports, outre les deux vice-ministres de l’Éducation, sous sa responsabilité.

550 Pendant quelques mois, suite à l’attentat en février 2008 contre le Premier ministre, Xanana Gusmào, et le président de la République, José Ramos-Horta, dans lequel ce dernier avait été blessé et hospitalisé en Australie.

551 Il a été remplacé à ce poste le 10 août par Antonio da Conceiçào, alors ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Environnement.

552 Entretiens de l’auteur avec plusieurs prêtres à ce sujet.

553 Date symbolique qui coïncide avec la proclamation unilatérale de l’indépendance en 1975.

554 Lequel établit le cadre légal des relations entre Timor-Leste, le Vatican et l’Église catholique.

555 Gouvernement de Timor-Leste, Conseil extraordinaire des ministres, 19 août 2015.

556 Voir, par exemple, le discours d’investiture du 16 février du Premier ministre Rui Maria de Araujo, p. 6.

557 Entretien de l’auteur avec des prêtres jésuites en février 2015.

558 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolifero de Timor-Leste - Relatorio Trimestral vol. 11, no30, BCTL, 30 septembre 2015, p. 1.

559 1,284 milliard $ US sont financés par le Fonds pétrolier, avec 545 millions $ US prélevés du revenu Fonds durable estimé (ESI - Estimated Sustainable Incorne), auxquels s’ajoutent 739 millions $ US excédant l’ESI. Le gouvernement prévoit des prélèvements supérieurs à l’ESI jusqu’à 2026 et justifie sa politique par son besoin de doter le pays d’infrastructures prioritaires.

560 Les chiffres ci-dessus sont issus de : RDTL-ministère des Finances, 2015, State budget 2016. Budget overview. Book 1. Dili, ministère des Finances.

561 Le troisième recensement démographique depuis l’indépendance après ceux de 2004 et 2010, qui a eu lieu en juillet 2015, devrait permettre d’avoir un tableau actualisé de la situation nationale.

562 Programme du IVe gouvernement de Timor-Leste, 20 avril 2015.

563 Pour des informations sur ces projets, voir Christine Cabasset, 2015, « Timor-Leste. L’amorce d’une nouvelle ère ? », in Abigaël Pesses et François Robine, L’Asie du Sud-est 2015, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, p. 293-314.

564 James Scambary, 2015, « In search of white elephants: the political economy of resource income expenditure in East Timor », Critical Asian Studies, vol. 47, no 2, p. 283-308.

565 Sam Carroll-Bell, 2015, « Development alternatives in Timor-Leste. Recasting modes of local engagement », Bijdragen tot de Taal-, Land-en Volkenkunde, vol 171, no 2-3, p. 312-345.

566 Voir la loi du Parlement 1/2007 du 18 janvier 2007 concernant la pension à vie des députés et autres avantages (Pensâo Mensal Vitalicia dos Deputados e Outras Regalias), complétée notamment parla loi du Parlement 7/2007 du 25 juillet 2007 sur le statut des titulaires des organes de souveraineté (art. 16 et 31 entre autres).

567 Par exemple : « Hamenus Pensaun Vitalisia, Hasa’e salariu minimu » [Réduire la pension à vie, Augmenter le salaire minimum], Timor Post, 2 mai 2015, p. 1 et 23 ; « Abaixo a Pensâo Vitalicia » [À bas la pension à vie], Timor Post, 30 septembre 2015, p. 19.

568 Le salaire mensuel des membres concernés est indexé (de 65 à 90 % selon la fonction) sur celui du président de la République : 2 500 $ US, auxquels s’ajoute le même montant pour des frais de représentation, soit 5 000 US $ au total. Voir la loi NO 14/2009 du 21 octobre 2009 sur les rémunérations des titulaires de charges politiques.

569 Par exemple, le droit au traitement médical dans le pays ou à l’étranger, de disposer d’un bureau, d’employés, d’une voiture, d’une sécurité, l’ensemble de ces frais étant pris en charge par l’État.

570 Devant les critiques croissantes, le principal parti gouvernemental, le CNRT, dirigé par Xanana Cusmao, s’est engagé à réunir le consensus du Parlement pour réviser cette loi avant les élections de 2017. Voir « Lei pensaun Vitalisia. Antes Eleisaun mak CNRT altera », Timor Post, 5 octobre 2015, p. 1 et 23.

571 « MUTE ameasa boikota eleisaun jeral 2017 » [Ce Mouvement universitaire de Timor-Ceste menace de boycotter les élections générales de 2017], Timor Post, 3 octobre 2015, p. 1.

572 Christine Cabasset, 2013, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour sur l’échiquier géostratégique mondial », in jérémy Jammes, L’Asie du Sud-Est 2013, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, p. 322.

573 L’immense majorité d’entre eux est revenue avant 2004.

574 Antonio Sampaio, « Burocracia indonésia isola ainda mais enclave timorense de Oecusse », agence de presse Lusa, 21 septembre 2015.

575 « Chefes da diplomacia timorense e indonésia priorizam definiçào de fronteiras », agence de presse Lusa, 17 avril 2015.

576 Outre le Premier ministre, le ministre du Planning et des Investissements stratégiques, Xanana Gusmão, ainsi que les ministres des Affaires étrangères et de la Coopération, de la Défense, des Affaires sociales et de l’Éducation, de l’Économie, de l’Agriculture et des Pêches, des Finances, des Travaux publics, des Transports et des Communications.

577 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Indonesia to participate in developing Timor-Leste’s infrastructure », Antara News, 26 août 2015 et « Prime minister and delegation return from successful official visit to Indonesia », communiqué de presse du 30 août 2015.

578 Les tensions diplomatiques entre les deux États n’ont jamais eu d’incidence sur la présence australienne à Timor-Leste.

579 Conflit entre deux options pour l’implantation d’une raffinerie : offshore selon la partie australienne - Woodside Petroleum ou sur la côte sud est-timoraise, selon Timor-Leste.

580 Décret-loi No 2/2015, du 14 janvier 2015.

581 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Timor-Leste initiates arbitration proceedings under the Timor sea Treaty », communiqué de presse du 24 septembre 2015 ; Zoe Reynolds, « Australia-Timor maritime dispute widens », IHS Maritime, 2 octobre 2015.

582 VIe gouvernement de Timor-Leste, « Timor-Leste represented at International Seminar and Workshop on Maritime Delimitation », communiqué de presse du 26 août 2015 ; et Rui Maria de Araujo, « Timor-Leste, hiding in plain sight on the world map. Though new and small, the Southeast Asian nation needs clear maritime boundaries », The Washington Times, 7 octobre 2015.

583 Tom Allard, « Labor backs talks on new maritime boundary with East Timor », The Sydney Morning Herald, 27 juillet 2015.

584 « Vulnerable nations launch “V20” to fight climate change », SPH digital news, 9 octobre 2015.

585 Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mozambique, Portugal, São Tomé-et-Principe, Timor-Leste.

586 Brunei, Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande.

587 Voir le site officiel du gouvernement, (www.timor-leste.gov.tl).

588 Ses activités l’amènent en 1991 à assister l’équipe de Yorkshire Television qui vient faire un reportage à Timor-Leste, alors qu’a lieu le massacre du cimetière de Santa Cruz (Dili) le 12 novembre.

Table des illustrations

Titre Le Timor-Leste
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Prévisions budétaires à Timor-Leste1 (2006/2007 - 2016) (millions $ US)
Légende 1 Hors financements des partenaires de développement2 Budget intermédiaire du nouveau gouvernement formé le 8 août 20073 Selon le budget proposé par le gouvernement au Parlement le 29 octobre 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Affiche gouvernementale, Dili, novembre 2015 : « Commémorations des 40 ans de la proclamation de l’indépendance, le 28 novembre 2015, des 500 ans de l’interaction entre deux civilisations, le Timor-Leste et le Portugal, et de l’affirmation de l’identité timoraise. »© Christine Cabasse
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteur

Chercheur associée de l’Irasec, est docteur en géographie et aménagement du territoire (université Paris IV-Sorbonne). Elle est actuellement consultante auprès du ministère de l’Éducation de Timor-Leste pour la refonte des programmes universitaires. Elle a codirigé East-Timor : how to build a new nation in Southeast Asia in the 21st century ? (Carnet de l’Irasec, no 9, 2009), ainsi que la monographie nationale Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation, (2014, Irasec-Les Indes savantes).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site