Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

La région

Singapour a peur488

Éric Frécon

Texto completo

  • 488 Ce texte repose sur de nombreux entretiens informels, notamment au cours d’un séjour de cinq mois (...)
  • 489 Peur de perdre : une place de restaurant, dans une négociation ou lors d’un achat.

1On connaissait déjà le kiasu489, partie intégrante de l’identité singapourienne. De même, le pacte hobbesien, fondé sur la peur de l’autre (du terroriste, du virus, de la dengue), a longtemps été le principal ciment de la jeune nation singapourienne, véhiculé avec force par des affiches et annonces terrifiantes dans les transports en commun. La vulnérabilité de l’île-État fait elle aussi partie du champ lexical gouvernemental et continue à donner un cap aux politiques publiques. Quelles que soient ses formes — psychose, phobie, inquiétude, angoisse — la peur habite Singapour.

  • 490 Tom Pepinsky, « Singapore: from third world to first? », (http://tompepinsky.com/2015/03/23/singap (...)

2Mais jusqu’ici, la population s’abritait derrière Lee Kan Yew (1923-2015), père fondateur et protecteur de la nation, Premier ministre (1959-1990) puis Senior Minister (1990-2004) et Minister Mentor (2004-2011). Aussi son décès était-il redouté. The Hatchet Alan (L’homme à la hachette) — tel que surnommé par l’opposant historique Joshua Benjamin Jeyaretnam (1926-2008) — a tenu la nation à bout de bras, notamment lors de la séparation subie de la Malaisie en 1965. Ses larmes avaient alors ému la population et lancé le mythe : celui d’un pays jugé peu viable et pointant devenu l’un des Tigres asiatiques. Il airait ainsi tiré les Singapouriens de leurs cabanes et marécages pour bâtir une cité ultra-moderne, ce qui reste à nuancer. Au moment de sa mort, le 23 mars dernier, Torn Pepinsky a ainsi rappelé que le PIB par habitant sur lequel Lee Kuan Yew avait pu s’appuyer dès 1965 dépassait celui de la Malaisie490. Il n’empêche : sa disparition risquait de laisser un vide. Singapour allait-elle devenir orpheline ? Fallait-il s’attendre à un trauma national ?

3Les élections de 2011 marquées par une forte progression de l’opposition ont finalement eu l’avantage de préparer le terrain : Lee Kan Yew prit du recul ; son fils Lee Hsian Loong, Premier ministre depuis 2004, s’est émancipé et une nouvelle génération de leaders a émergé. A l’heure du décès le 23 mars 2015, Singapour avait ainsi déjà fait son Œdipe politique. Aussi les funérailles de l’homme d’État furent-elles à la hauteur du personnage — deuil national, processions devant le cercueil après 8 heures d’attente — mais la population est vite revenue à ses préoccupations du quotidien : problèmes dans les transports, inquiétude face aux travailleurs étrangers et célébrations du jubilé de Singapour le 9 août 2015, deuxième événement marquant de l’année.

4La peur n’a pas pour autant disparu de l’environnement singapourien ; elle est présente à tous les niveaux — personnel et collectif, intérieur et extérieur — et fut même au cœur des élections législatives de septembre 2015 et de la large victoire du Parti d’action populaire (PAP — People’s Action Party au pouvoir depuis 1959), autre événement marquant de l’année. Toutefois, discrètement, une prise de conscience semble émerger, issue d’univers parfois opposés. Cette séquence — décès de Lee Kan Yew, cinquantenaire de Singapour, victoire du PAP — pourrait-elle alors conclure la transition entamée avec les élections de 2011 ou en être son point d’orgue ?

Une peur multiforme

  • 491 Patrick Sagaram, « Living in Singapore’s material world », New Mandala, 14 septembre 2015, (http:/ (...)

5À la peur de l’ennemi, classique, héritage du pacte hobbesien, s’ajoute une peur de s’engager, sans doute résultat de ce sentiment de vulnérabilité exacerbé, à moins qu’elle ne résulte d’une situation de confort suffisante, voire anesthésiante491.

La peur de l’affrontement

6Les scènes aussi bien extérieures que domestiques fournissent pléthore d’ennemis susceptibles d’alimenter la psychose du micro-État.

Peurs vis-à-vis de l’extérieur

  • 492 Pont reliant Singapour et la Malaisie, vis respectivement Woodlands et Johor Bahru.
  • 493 Nuage de fumée provoqué par les feux de forêt consécutifs à la culture sur brûlis mal maîtrisée à (...)
  • 494 Sont essentiellement visés des navires arborant des pavillons sud-est-asiatiques.

7Certes, de nombreux exemples et sujets d’inquiétude chez les voisins, tel le chaos politique en Malaisie, ont interpellé les Singapouriens, dont beaucoup ont des attaches familiales ou professionnelles outre-Causeway492. Le même désordre pouvait-il toucher l’île-État ? Plus directement, Singapour a dû endurer le Haze493 deux mois dînant, même si les pics de PSI (Pollutant Standard Index) ont rarement dépassé les 200. Les Singapouriens ont dû vivre avec un air la plupart du temps qualifié de « dangereux » ou « très dangereux ». L’apparition d’El Nino, plus fort qu’en 1997, a expliqué en partie les sécheresses et la persistance du fléau. De plus, l’Indonésie a réclamé la gestion de l’espace aérien des îles Riau, en face de Singapour, alors que Jakarta avait longtemps délégué cette part de souveraineté à sa voisine du nord. Par ailleurs, la piraterie frappe aux portes de Singapour. Il s’agit de simple banditisme maritime au sud-ouest, à l’entrée du port, dans le Philippe Channel, entre les îles de Karimun et Pemping, où ont été rapportés près de 45 % des incidents relevés en Asie du Sud-Est : 80 attaques en janvier-septembre 2015, contre 48 en 2014. À l’est, plus grave, des pirates ont siphonné des cargaisons de pétrole raffiné, sans doute grâce à des informateurs et pour le compte de groupes criminels494. Enfin, la crise boursière en Chine, érigée jusqu’ici en modèle de réussite contre l’arrogant Occident, a ébranlé quelques certitudes autant que l’indice boursier singapourien : moins 20 % depuis avril, cinq mois de baisse consécutive en octobre, soit la plus longue période de chute depuis la crise de 2008.

Peurs vis-à-vis de l’intérieur

  • 495 « Les responsables de la City Harvest Church reconnus coupables de malversations financières », Ég (...)
  • 496 Par exemple, dans les six meilleures écoles primaires où les élèves les plus performants sont déjà (...)

8À tous ces risques extérieurs se sont ajoutées des préoccupations intérieures. Certes, les rats ont à nouveau attaqué. La dengue a également fait son retour par endroits. Mais la réelle « menace » identifiée est venue du fondamentalisme religieux. Côté musulman, Daech a fait parler de lui avec la crainte de recrutements jusque dans l’île. Un quinquagénaire a été arrêté en août pour avoir tenté de rejoindre les rangs de l’organisation de l’État islamique ; en septembre, deux autres personnes étaient à nouveau arrêtées dans le cadre de l’internai Security Act, donc sans jugement, pour autoradicalisation et possible départ vers le Moyen-Orient. Il faut noter que le gouvernement veille depuis que Daech, en mai dernier, a érigé Singapour au rang de cible potentielle. Côté christianisme, l’année a été marquée par le procès de l’équipe dirigeante de la City Harvest Chinch, symbole du phénomène des mega-churches évangélistes qui fleurissent à Singapour. L’ancien informaticien devenu révérend, Kong Hee, et ses acolytes avaient été arrêtés en 2012 pour abus de confiance et faux en écritures. Les six accusés ont finalement été condamnés en octobre 2015 après l’un des procès les plus chers de l’histoire judiciaire singapourienne495. Enfin, les pressions persistent dans le domaine de l’éducation, non seulement auprès des jeunes élèves, dès l’équivalent du certificat d’études, mais aussi auprès des parents. Un fait divers a de nouveau alerté les autorités, lorsque le suicide d’une brillante élève qui avait déçu après avoir passé l’équivalent du brevet des collèges a été suivi de celui de sa mère, laissant le père dans un état profondément dépressif. Il est vrai que tous ces examens intermédiaires restent décisifs pour intégrer les meilleures filières. Or, facteur aggravant, le système méritocratique montre ses limites en reconduisant les mêmes familles au sommet, ce dont s’est inquiété le principal de la Raffles Institution, un lycée incontournable pour qui rêve des hautes sphères du pouvoir496.

9À cette peur traditionnelle s’ajoute celle de prendre des initiatives et d’explorer de nouvelles voies. L’esprit « pionnier » dont se targuent les autorités semble s’être dilué dans la croissance. Preuve, a contrario, de cet esprit pusillanime : de simples quidams au comportement a priori quelconque deviennent facilement des héros nationaux ; ce fut le cas pour ce passager du métro qui prit la peine de répondre à un Occidental septuagénaire. Ce dernier s’en prenait vertement à un adolescent du fait d’une inscription vulgaire sur son T-shirt. Une vidéo de leur échange très vif circula sur Facebook ; le jeune homme devint aussitôt une célébrité sur la toile. Pour preuve, même le ministre de la Justice et des Affaires étrangères libéra deux heures de son temps pour dîner avec lui.

La peur de s’engager

10Comme l’exemple vient souvent du haut, surtout dans un pays marqué par la figure tutélaire du chef, la pusillanimité s’immisce en premier lieu dans les démarches gouvernementales, qu’elles soient nationales ou internationales, avant de toucher les individus.

Pusillanimité gouvernementale

  • 497 Office of the under-secretary for Civilian Security, Democracy and Human Rights, 2015, Trafficking (...)
  • 498 Singapour s’est engagée pour atteindre le pic des émissions de dioxyde de carbone seulement à l’ho (...)
  • 499 Malgré la mise en place d’une nouvelle académie du sport ; voir à ce sujet les travaux de Michael (...)

11À l’échelle diplomatique, tout d’abord, Singapour n’a pas toujours brillé par son zèle. Pour le trafic d’êtres humains, le département d’État américain classe chaque aimée — et encore en 2015 — Singapour parmi les « pays dont le gouvernement ne se conforme pas pleinement aux normes minimales du TVPA (Trafficking Victims Protection Act de 2000), mais qui déploie des efforts importants pour s’y conformer »497. Sous pression et fidèle à son habitude, le pays a certes adopté une loi entrée en vigueur en mars mais, comme pour la lutte contre les paradis fiscaux, le rapport s’inquiète des efforts encore minimes pour traduire les contrevenants en justice. Autre manque d’audace notable dans le cadre du Haze : Jakarta s’est émue des faibles moyens mis à disposition par sa voisine du nord pour combattre le fléau. De même, les autorités ont donné l’impression de tarder dans la recherche de responsabilités auprès des compagnies singapouriennes possiblement impliquées, même si ces dernières ont ensuite été l’objet d’appels au boycott. Le même constat s’impose pour les mesures relatives au réchauffement de la planète en général et à la COP 21 en particulier. Alors que la cité-État dispose de moyens financiers et intellectuels importants, concentrés sur une petite surface, les engagements n’ont été à la hauteur ni des attentes498, ni du discours prônant l’idée d’une cité verte. En mer aussi, les initiatives de façade cachent une prudence excessive. Au sein du ReCAAP (Regional Cooperation Agreement on Combating Piracy and Armed Robbery against Ships in Asia), par exemple, Singapour se montre surtout préoccupée par les enjeux diplomatiques et ses relations avec le Japon, principal contributeur. De même, au sein du Centre de synthèse du renseignement (IFC — Information Fusion Centre), la coopération n’est pas aussi fluide qu’annoncée entre les partenaires singapouriens et les officiers de liaison étrangers. Les échanges d’informations s’effectuent la plupart du temps dans un seul sens. Toutefois, le nouveau commandement singapourien, installé depuis l’été 2015, laisse augurer de nouvelles dynamiques pour oser un jeu plus collectif. Enfin, même à l’échelle sportive, les instances fédérales et nationales donnent l’impression de ne pas oser jouer la transparence ou la carte locale en privilégiant les talents importés, les cadres étrangers (six depuis 1993 dans l’équipe de football nationale), les athlètes fraîchement naturalisés, et les grands stades ou événements médiatiques — comme le Grand prix de Formule 1 — plutôt que les espoirs singapouriens. Avec en plus la priorité donnée aux émoluments des chaînes câblées plutôt qu’à la diffusion des matchs pour le plus large public, le risque est de se couper des supporters — et de perdre une occasion de créer du lien national499.

  • 500 Même à l’échelle de la cité-État, la mobilité géographique est une gageure, en partie à cause des (...)
  • 501 La croissance annuelle de la main-d’œuvre étrangère est passée de 144 500 personnes en 2007 à 34 0 (...)

12À l’échelle économique aussi le manque d’audace commence à se faire sentir. Les indicateurs économiques jouent le rôle d’alarmes. Certes, les financements directs étrangers demeurent très importants malgré la crise : 511 milliards de dollars en 2008 et encore 853 milliards de dollars en 2013. Mais sans doute n’est-ce qu’une illusion, qui s’expliquerait par la réputation de Singapour — jusqu’ici méritée — plus que par la réalité du monde économique insulaire. La question du chômage — évalué à 3,1 % pour le troisième trimestre 2015, soit le plus haut taux depuis 2012 — commence, en effet, à être soulevée, bien que dans des proportions très relatives. Quant à la croissance, le temps est loin des 14,7 % de 2010. Cette aimée, Singapour a même échappée de peu à la récession (deux trimestres consécutifs avec une croissance négative). Afin d’expliquer ce tassement, des analystes se sont succédé dans les colonnes spécialisées du Straits Times, mais seulement une fois les élections passées, fin septembre 2015. De toutes ces tribunes et de ces panels d’économistes est ressorti le manque de prise de risque à tous les niveaux. Les cycles économiques étant de plus en plus courts et les changements plus rapides, comme l’illustre l’émergence du gaz de schiste, difficile d’anticiper à long terme et de privilégier des niches précises comme a pu procéder Singapour dans le passé. À présent, le gouvernement semble, par exemple, avoir manqué l’étape du e-commerce. De même, en termes de productivité, les sociétés ont privilégié le court terme et les investissements technologiques plutôt que la formation, les transferts de compétences, l’innovation ou la recherche de nouveaux modèles. Les travailleurs eux-mêmes ne semblent pas assez enclins aux changements de postes ou d’emplois, alors que c’est la tendance qui se dessine500. Résultat : les prévisions annuelles de productivité espérées entre 2 et 3 % par le Comité des stratégies économiques de 2010 ne sont pas atteintes. Si l’on exclut 2010, la moyenne annuelle avoisine les 0,3 %. De plus, les économistes regrettent l’absence d’internationalisation et de marques nationales en pointe dans leur secteur d’activité ; « Creative Technologies a développé le MP3 avant Apple, n’est-ce pas ? Mais il n’est pas devenu Apple » regrette un parterre de spécialistes. Les conseillers économiques en général se concentrent encore trop sur la gestion de capital et non sur les affaires. Les jeunes talents ayant, par exemple, été dirigés en priorité vers la finance, le secteur mécanique manque aussi de main-d’œuvre qualifiée. Le gouvernement, de son côté, n’aurait pas suffisamment levé les obstacles administratifs qui nuisent à l’esprit d’entreprise. Quant aux restrictions gouvernementales concernant les travailleurs étrangers501, elles seraient mal ciblées et mal planifiées, si l’on observe par exemple le besoin dans le bâtiment.

13En creux se pose la question de la recherche. Les salaires et conditions de travail dans les universités et instituts singapouriens ont régulièrement été vantés — NUS (National University of Singapore) et NTU (Nanyang Technological University) ont été respectivement classées 12e et 13e au baromètre annuel de Quacquarelli Symonds (QS), fin 2015. Pointant, les travaux vers des voies peu explorées, en médecine comme en sciences humaines, n’y sont pas toujours les plus privilégiés.

  • 502 Chia Yan Min, « SMEs here not tapping region’s potential », The Straits Times, 21 septembre 2015, (...)

14En guise de prolongements, relèvent certains, c’est toute la culture de l’échec — voire de l’iconoclasme — qui doit être reconsidérée. Aussi beaucoup d’espoirs sont-ils placés dans les PME singapouriennes dont le jeu est encore trop prudent comme le soulignait un rapport du Boston Consulting Group : à le lire, « c’est tout un état d’esprit à changer, pour sortir de la zone de confort et profiter des opportunités régionales... ce que font les concurrents »502.

Pusillanimité individuelle

15Si le gouvernement se montre pusillanime, le monde des affaires risque de suivre cette pente. De façon plus générale, c’est même à l’échelle individuelle que les risques semblent les plus significatifs. Il n’est qu’à voir la politique de la famille à Singapour. Les chiffres sont pour l’heure alarmants : le pourcentage de femmes sans enfant (entre 40 et 49 ans) a presque triplé entre 1994 et 2014 (de 4,2 à 11,2 %). Des mesures ont été prises suite aux élections : allongement du congé paternité, réévaluation du baby bonus. Mais ces dispositions seront-elles suffisantes pour augmenter un taux de fécondité qui a stagné autour de 1,25 en 2014 ? Si le choix pour la parentalité demeure le meilleur reflet de l’esprit d’aventure ou d’entreprise, les matchs de la Premier League anglaise et le shopping dans les malls avoisinants semblent davantage préoccuper les couples à en croire les comptes Facebook et Instagram. Le faible engagement associatif des Singapouriens vient aussi étayer la tendance révélée par ces chiffres et impressions. Très peu profitent de la journée annuelle mise en place sur les lieux de travail pour permettre aux employés de s’adonner à une activité bénévole, souvent par crainte d’être mal considérés ou d’en pâtir professionnellement.

16Dans ces conditions, il n’est guère étonnant de constater le manque sinon d’engagement, au moins d’intérêt des jeunes pour la politique : non seulement sur la scène culturelle (voir le portrait de Shaiful Risan), mais aussi à l’université. Ainsi l’équipe rédactionnelle des jeunes journalistes du Chronicle à NTU a, par exemple, refrisé de commenter les élections de septembre 2015 à l’occasion d’un entretien, sans doute par crainte de leur enseignant superviseur.

Le cas des élections du 11 septembre

17Cette ambiance de crainte mâtinée de recherche perpétuelle de la solution de facilité a trouvé son paroxysme au cours des élections du 11 septembre 2015.

  • 503 Hoe Pei Shan, « Polling day during hungry ghost month? », The New Paper, 31 juillet 2015, p. 6.
  • 504 Chong Zi Liang et Rachel Au-Yong, « GE2015 spending: PAP candidates spent $ 5.3m while the eight o (...)

18La date choisie est en elle-même symptomatique : rappel inconscient de la menace terroriste mais aussi avant-dernier jour du festival des fantômes ; dans le calendrier chinois, ce mois-ci est dédié à la communication avec les ancêtres dont les esprits vont-et-viennent, y compris celui de Lee Kuan Yew, décédé six mois plus tôt. C’était ainsi une façon de s’attirer ses bonnes grâces. Surtout, le 12 était considéré par certains experts du Tong Shu (almanach chinois) comme un jour peu favorable503. Cette manipulation habile s’intègre dans un vaste arsenal de mesures, classique et légal à Singapour : circonscriptions redessinées (gerrymandering), quitte à aboutir à des inepties en matière de géographie urbaine, période électorale limitée à neuf jours, dispositions médites interdisant la participation de chefs de file politiques à des meetings d’autres partis que le leur, ce qui désavantageait la coalition informelle de l’opposition, des plafonds de dépenses réévalués, donc à l’avantage du parti le plus riche, le PAP504. Finalement, les résultats ont étonné les spécialistes par leur ampleur. Après le choc des élections de 2011, marquées par une poussée nette de l’opposition — 39,9 % des voix, six députés élus directement et une autre au cours d’une élection partielle en janvier 2013 — les analystes guettaient la transformation de l’essai. Les foules lors des meetings ainsi que l’activisme sur les réseaux sociaux les poussaient à de tels pronostics, de même que la répétition des perturbations dans les transports, sujet très sensible à Singapour.

  • 505 Ce parti, bien que structuré, n’a récolté que 3,76 % des voix à l’échelle nationale ; il n’a pesé (...)

19Cependant, c’était sous-estimer l’impact du décès de Lee Kuan Yew associé aux festivités pour les cinquante ans de Singapour. Les deux événements conjugués ont créé un sentiment d’union nationale favorable au pouvoir en place. Chaque soir, sous forme de reportages télévisés, de documentaires vantant le miracle singapourien — des kampung (villages malais) jusqu’aux gratte-ciel — et de discours de Lee Kuan Yew diffusés en boucle, dans les quatre langues officielles, le pouvoir en place martelait son message. Le contexte international à la fois menaçant (Haze, terrorisme en Indonésie) et représentatif des risques de chaos en cas de montée de l’opposition (manifestations en Malaisie, junte en Thaïlande) a permis de souligner le discours sécuritaire, ainsi que de jouer la carte du paternalisme politique. Le virage au centre-gauche du gouvernement, au gré de ses aides auprès des « pionniers » (seniors) ou pour l’accès au logement, même peu avant les élections, a également fait perdre à l’opposition la possible initiative de la réforme. À cela, il convient d’ajouter la démission du ministre des Transports comme signal fort envoyé à l’attention des électeurs. Ces derniers devaient, d’ailleurs, toujours être âgés d’au moins 21 ans, ce qui limitait l’éventuel stock de voix non conservatrices. Par ailleurs, l’opposition est apparue en rangs trop dispersés, souvent mal préparée et loin du professionnalisme du PAP. Elle a même été parfois désunie comme dans la circonscription de MacPherson, où se sont affrontés le PAP, le Parti des travailleurs (WP — Workers’Party) et le Parti de la solidarité nationale (NSP — National Solidarity Party). Enfin, l’opposition a pu aussi apparaître trop segmentante, comme dans le cas du Parti démocratique de Singapour (SDP — Singapore Democratic Party), malgré les récents efforts de son chef de file le Dr Chee Soon Juan pour s’accorder avec des préoccupations plus quotidiennes et moins droit-de-l’hommistes505.

  • 506 Housing and Development Board, la Commission en charge des logements sociaux.
  • 507 La une du New Paper Au 13 septembre 2015, le lundi suivant les élections, résumait parfaitement l’ (...)

20Surtout, l’élément décisif est à rechercher dans cette peur qui ne quitte guère l’électeur, en général, et l’élite, en particulier. Le premier a sûrement été sensible au discours qui annonçait le chaos en cas de victoire de l’opposition, alors que la marge était encore immense avant de ne pouvoir l’envisager. Il n’empêche, les derniers meetings du PAP ont mis l’accent sur cette éventualité, dans un ton volontiers dramatique, tandis que les premiers discours avaient ciblé la gestion douteuse de la plus grande circonscription aux mains du WP, celle d’Aljunied ; cette affaire de l’Aljimied-Hougang-Pimggol East Town Council (AHPETC) à propos de transfert d’argent et de sous-traitance avait ainsi rempli son rôle en parasitant le lancement de la campagne de l’opposition. D’un point de vue très pratique, de nombreux électeurs, encore peu au fait des enjeux nationaux d’une telle élection, en sont restés à leurs préoccupations du quotidien : gestion des ordures, nettoyage des barres d’immeubles (blocs de HdB506), sécurité, etc. Là où le WP a semble-t-il failli ou fait preuve de laxisme, le PAP excelle, grâce en sus à un réseau d’associations partenaires. La People’s Association maille, en effet, ces gigantesques quartiers d’habitations du Heartland, qui équivaut en Europe à la banlieue résidentielle. Le choix des mots compte : il est la preuve que l’enjeu local des élections — puisqu’il s’agit d’élire aussi des équipes de gestionnaires pour les quartiers — prend le pas sur la fonction nationale des MP (membres du Parlement) au sein du corps législatif : le « cœur » des problématiques reste dans les cages d’escalier ; à ce titre, élire un ministre ou haut fonctionnaire (du PAP) paraît toujours préférable pour ensuite espérer centre commercial ou station de métro dans le voisinage. Quant aux élites, elles ne se sont guère montrées plus braves. Bien que tentés, beaucoup ont hésité à faire le grand saut dans l’opposition pour ne pas risquer de se couper de possibles recrutements au sein du gouvernement, voire du PAP. « Attendre et voir », tel a semblé être le mot d’ordre507.

21L’instinct grégaire aidant, la bascule de l’élite vers le WP pourrait être plus soudaine qu’attendue ; il suffirait de seulement quelques-uns pour que collègues et amis suivent ensuite le mouvement, par mimétisme et peur — encore une fois — de rater une occasion de promotion. Toutefois, à trop patienter, cette élite risque de manquer l’opportunité de se faire remarquer puisque P évolution s’annonce peut-être plus rapide que prévue, sans attendre les prochaines élections. À nouveau, le Premier ministre Lee Hsien Loong se montre disposé à prendre les devants.

Des réactions gouvernementales à moyen terme

22Une clique, héritière de Lee Kuan Yew, et de la manière forte peut encore limiter la marge de manœuvre de Lee Hsien Loong ; aussi lui faut-il agir vite, dans les quatre ou cinq prochaines aimées, pour espérer installer le prochain Premier ministre dans les meilleures conditions.

L’éclipse des méthodes obsolètes

La politique made in Singapore

  • 508 Dans le cadre d’une interview au Time: Hannah Beech, « Exclusive: Singapore Prime minister Lee Hsi (...)

23Difficile d’effacer en cinq mois, après la disparition de la figure tutélaire, cinquante ans de pouvoir autoritaire. C’est ainsi qu’il a, par exemple, été envisagé d’envoyer l’armée en renfort dans les couloirs du métro en cas de dysfonctionnement des transports, preuve du niveau d’attention accordé à cette question cruciale sur le plan électoral. De même, la Fédération Singapourienne de football a été épinglée par la maison-mère, la FIFA (Fédération internationale de football association). Les instances internationales lui ont reproché le manque d’autonomie à F égard du gouvernement qui a pour habitude de nommer le président de sa fédération parmi les membres du PAP. Il fut ainsi question d’une possible suspension de la FIFA. Dans cette même veine interventionniste, lors du 170e anniversaire du Straits Times, le Premier ministre a demandé en termes ambigus à ce que le quotidien national soit « pro-Singapour ». De même, il a invité à ce que les critiques se fassent avec une certaine retenue (with constraints)508. Il s’agissait en l’espèce de réagir au cas de deux blogueurs, dont un mineur, poursuivis par le Premier ministre. Dans ces dossiers, à aucun moment Lee Hsien Loong n’a donné l’impression de céder aux pressions des ONG, quitte à susciter l’émoi au sein de la communauté internationale, incrédule face à tant d’acharnement pour deux activistes aussi peu charismatiques que brillants.

  • 509 John Wong, « Mixed report card on poverty eradication », The Straits Times 10 octobre 2015.
  • 510 Voir le texte du célèbre blogueur (poursuivi en octobre 2014 par le Premier ministre pour diffamat (...)
  • 511 Han Fook Kwang, « There is a haze twin that is more dangerous », The Sunday Times, 18 octobre 2015.

24De même, le manque de transparence reste prégnant, par exemple, quand il s’agit d’évoquer la pauvreté ; un rapport de la Banque mondiale a ainsi dressé un état des lieux détaillé de chaque pays de la région, excepté Singapour dont le modèle statistique serait spécifique509. Toutefois, des reportages et des recherches commencent à aborder le sujet pour contourner les non-dits510. Il en va de même pour les questions environnementales. Un éditorialiste osa évoquer métaphoriquement le Haze (haze, brouillard) qui sévit également au niveau des informations données dans ce domaine de plus en plus sensible511. Plus que jamais, la cité-État semble mériter sa 153e place au Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières.

25Enfin, une autre méthode (forte) tirée du passé a de nouveau fait ses preuves dans le quartier de Geylang réputé pour ses restaurants de fruits de mer, ses tripots de paris clandestins et ses bordels tolérés. En seulement quelques mois et en complément d’une politique migratoire particulièrement stricte, le quartier a été nettoyé et subitement déserté par les prostituées qui le peuplaient. Si les établissements chinois, dans des lieux connus des seuls initiés, ou à destination des expatriés comme à Orchard Towers, existent toujours, ceux à destination des basses classes sociales et des travailleurs étrangers ont disparu. Après l’alcool, le commerce du sexe est banni. Les prostituées ont-elles disparu ou migré vers le nord, à Woodlands ? Toujours est-il que le quartier de Geylang et ses richesses culinaires, voire architecturales, est appelé à disparaître au profit de malls et condominiums.

Vers les limites du recrutement des élites

  • 512 Malgré la nomination de la jeune avocate Rahayu Mahzam, 35 ans, dans la circonscription de jurong- (...)

26Dans le domaine de ses ressources humaines, le PAP a également eu recoins aux méthodes anciennes. Mais le résultat n’a pas été aussi positif qu’à l’accoutumée. En ce qui concerne, tout d’abord, les nouveaux candidats, les foyers habituels que sont la haute fonction publique et les officiers généraux semblent se tarir. À l’inverse de la « quatrième génération de leaders » et des « cinq fantastiques » en 2011, aucun nouveau visage du PAP n’a brillé par son charisme en 2015. Le recrutement a très classiquement ciblé les hommes et les fonctionnaires déjà expérimentés. L’âge moyen des candidats du PAP fut même le plus élevé de ces trente dernières aimées : 42,3 ans512.

  • 513 Alors que son père Lee Kuan Yew, plus sombre et méfiant, a longtemps douté de la survie de la cité (...)
  • 514 Respectivement (par ordre croissant dans le protocole) : le développement national, le développeme (...)

27Cette tendance se retrouve au sein du cabinet qui doit lancer Singapour vers le prochain centenaire, à croire le Premier ministre513. On peine à y deviner son successeur. C’est uniquement par défaut que Chan Chun Sing tient encore la corde ; il poursuit son apprentissage en se confrontant à la réalité du terrain comme secrétaire général du NTUC (National Trade Union Congress, l’unique syndicat singapourien), depuis le remaniement de mai 2015, mais aussi à la vie partisane par le biais de ses nouvelles responsabilités de secrétaire général adjoint du PAP. Lawrence Wong, Tan Chuan-Jin et Heng Swee Keat montent en gamme avec des portefeuilles plus étoffés514 mais, finalement, les vice-Premiers ministres demeurent inchangés : Tharman Shamnugaratnam et Teo Chee Hean.

28Ils gagnent même le titre de ministres coordinateurs, respectivement dans le domaine de la Finance et de la Sécurité. Ils sont rejoints à ce rang par Khaw Boon Wan, homme-à-tout-faire et de confiance du Premier ministre. En tant que nouveau ministre coordinateur pour les Infrastructures, il lui incombe la lourde tâche de remettre les transports en commun sur de bons rails. Enfin, une seule femme pointe au cabinet, Grace Fu, ministre de la Culture, de la Communauté et de la Jeunesse. Ses responsabilités partisanes au Parlement, au côté de la speaker Halimah Yacob ne font pas illusion ; la gente féminine demeure sous-représentée, de même que la population musulmane, toujours incarnée par le controversé Yaacob Ibrahim, reconduit dans ses fonctions de ministre en charge des Affaires musulmanes.

Des changements en cours

  • 515 Un article - et surtout une photo de Tharman, étudiant-poète en 1978 - a été particulièrement part (...)

29Dans ces conditions, les véritables vainqueurs des élections sont au nombre de deux. Tharman Shanmugaratnam, d’une part, incarne l’idée d’un possible consensus, à savoir une sorte de monopartisme 2.0, fondé certes sur le PAP mais dans un souci d’ouverture et d’égalité sociale à croire tous ses discours très appréciés lors de la campagne. Sa passion pour la poésie lui donne davantage d’épaisseur, voire d’humanité, que ses collègues souvent technocrates ou concentrés sur les indicateurs macro-économiques515. Sa popularité et ses compétences sont telles que beaucoup le voient comme Premier ministre de transition après le départ de Lee Hsien Loong.

  • 516 Lee Hsien Loong, « We have intimate relation with Indonesia », Tempo, 11 août 2015.

30Ce dernier, d’autre part, a donné de sa personne lors de la campagne en apparaissant sur tous les écrans et affiches. Le pari était risqué mais il est gagné, avec le meilleur résultat obtenu aux élections depuis 2001. Outre ses efforts sur le terrain, sans doute faut-il aussi lui reconnaître des prises de position qui semblent relever de l’émancipation politico-familiale. Pêle-mêle, on l’a ainsi vu vanter les mérites de l’aventure lors de son discours de politique générale annuel en août, malgré un accident qui a coûté la vie à des Singapouriens en Malaisie ; chose rare, il a appelé au dépassement de soi. Il a aussi évoqué la pénalisation de la sodomie en expliquant à des médias indonésiens qu’il n’y avait, en fait, plus de poursuites516. Le pays a également assoupli sa législation à propos des porteurs du VIH, certes toujours interdits de séjour mais, à présent, autorisés à transiter par Singapour. Il a aussi promu les dialectes, en les utilisant davantage en campagne, alors que son père les avait pourfendus. De même, les électeurs ont pu apprécier sa maîtrise du singlish (argot ou dialecte local), jusque dans ses discours officiels. Des extraits sortis de sa bouche ont même barré la une du tabloïd New Paper alors que Lee Kuan Yew traquait son usage jusque dans les médias afin de favoriser l’anglais — et les affaires — peut-être au détriment de l’identité — et de la nation.

31L’évolution du paysage audiovisuel singapourien confirme cette tendance au décloisonnement social : une série de 199 épisodes a été lancée le 1er juillet 2015 ; elle raconte l’histoire au quotidien de quatre familles issues de milieux ethniques différents : les Tong, les Bhaskar, les Rahman et les Lim. Enfin, l’émission de débat Talking Point a été redynamisée par le journaliste Steven Chia : durée augmentée, manches retroussées et interactivité développée avec les téléspectateurs ; les discussions s’animent à Singapour... C’est ici l’une des autres facettes de l’île-État, loin de l’image habituelle de la cité aseptisée.

  • 517 Entretien à Batam et Bintan (Indonésie) en août-septembre 2015.

32De même, bien que plus discrètement, à minuit passée, la forteresse insulaire ouvre ses portes jusqu’à environ 5 heures du matin, dans le Jurong Fishery Port, le long de la Jirrong River. Là, dans ce créneau horaire, les produits de la mer indonésiens s’échangent librement avec des produits d’occasion singapouriens, sans aucun paiement de taxes : à croire que la Communauté économique de l’Asean existe vraiment517 !

33Surtout, dernier signe des inflexions en cours, le Premier ministre a désigné l’une des étoiles montantes, le ministre des Finances Heng Swee Keat, pour diriger un comité en charge de réévaluer les stratégies économiques du pays. Dans la lignée des propos de Tharman Shanmugaratnam, partage et équité semblent à l’ordre du jour. L’opposition pourra se targuer d’avoir joué son rôle en faisant pression dans ce sens sur le gouvernement ; à moins que celui-ci ne soit pragmatique, voire sincère.

*

34Singapour a toujours su identifier des ennemis pour créer un sentiment de peur. De plus en plus s’ajoute en parallèle une crainte de s’engager, que ce soit à l’échelle gouvernementale ou individuelle. À ce titre, le résultat des élections du 11 septembre a été révélateur du climat ambiant. Pointant, deux hommes au pouvoir pourraient incarner un début d’inflexion : d’une part, le Premier ministre, qui demeure malgré tout contraint par des conseillers, et l’ancienne clique proche de son père, d’autre part Tharman Shanmugaratnam, le seul à faire l’unanimité parmi les Singapouriens. La poignée de main historique du 7 novembre 2015 à Singapour, entre les deux chefs d’État chinois de Pékin et Taipeh, respectivement Xi Jinping et Ma Ying Jeou, est-elle d’ailleurs le symbole de nouvelles initiatives, en l’espèce, diplomatiques ?

  • 518 Les quartiers paraissent identiques les uns aux autres à l’œil nu ; pourtant, les Singapouriens pr (...)

35Autour de ces questions d’engagement et de prise de risque, c’est l’idée de nation qui est en jeu : soit le pays continue à reposer sur l’hypothèse de départ d’une harmonie raciale, sans la vérifier et au risque de bâtir sur du sable, soit il ose interroger l’actuel pacte social et bousculer les certitudes. Dans ce dernier cas seulement, qui présuppose un courage intellectuel, Singapour pourra avancer dans sa construction nationale. Au rang des principales interrogations, demeure la place des Malais dans les hautes fonctions. Mais une autre opposition pourrait prendre le pas, non plus ethnique mais géographique, entre le Heartland — au sein duquel semble se développer la notion de quartiers518 — et le CBD (Central Business District), entre les logements sociaux du HdB et les condominiums, entre les chaînes publiques et celles câblées ; elle pourrait alors être le signe de l’émergence de la nation singapourienne.

Anexos

Fiche Singapour

Capitale : Singapour (cité-État)

Superficie : 719,1 km2 (718,3 km2 en 2014)

Population (2015) : 5 535 000 hab., dont 3 375 000 citoyens et 527 700 résidents permanents

Langues officielles : anglais, malais, mandarin, tamoul

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : parlementaire autoritaire

Suffrage : universel et obligatoire (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : président Tony Tan (depuis août 2011)

Premier ministre : Lee Hsien Loong (depuis 2004)

Ministre des Affaires étrangères : Vivian Balakrishnan (depuis le 1er octobre 2015)

Ministre-coordinateur pour la Sûreté nationale : Teo Chee Hean (depuis le 21 mai 2011)

Ministre de l’Intérieur : K Shanmugam (depuis le 1er octobre 2015)

Contentieux territoriaux et maritimes :

Indonésie : négociation à venir de la frontière maritime à l’est du détroit de Singapour

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (juin 2014, parmi les citoyens et résidents permanents) : Chinois (74,3 %), Malais (13,3 %), Indiens (9,1 %), autres (3,2 %)

Religions (2010) : bouddhistes (33,9 %), musulmans (14,3 %), taoïstes (11,3 %), autres chrétiens (11 %), catholiques (7,1 %), hindous (5,2 %), autres (0,7 %), aucune religion (16,4 %)

Taux de croissance démographique (2015) : 1,2 % (1 % pour les citoyens et 0 % pour les résidents permanents)

Espérance de vie (2014) : 82,8 ans

Indice de fécondité (2014) : 1,25

Taux de natalité (2014) : 9,8 ‰

Taux de mortalité (2014) : 4,7 ‰

Taux de mortalité infantile (2014) : 1,8 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2014) : 96,7 %

Indice de développement humain (2013) : 0,901 (rang 9)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar singapourien (1 euro = 1,53 dollar singapourien, 9 novembre 2014)

Balance des paiements courants (est. 2015) : 56,12 milliards $ US

Dette extérieure (2015) : 0 $ US

Réserves de change et d’or (septembre 2015) : 251,640 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita :

- en parité de pouvoir d’achat courant (est. 2015) : 66 786 $ US

- en dollars courants (est. 2015) : 53 348 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2015) : 3,72 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (est. 2014) : agriculture (0 %), industrie (25 %), services (75 %)

Inflation, variation moyenne des prix à la consommation (est. 2015) : 3 %

Taux de chômage (est. 2015) : 2,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté : n. c.

IDE entrant (flux) (2014) : 67,523 milliards $ US

IDE entrant (stock) (2014) : 912,355 milliards $ US

IDE sortant (flux) (2014) : 40,660 milliards $ US

IDE sortant (stock) (2014) : 576,396 milliards $ US

Valeurs des exportations et des importations :

- de marchandises (2014) : 798,177 milliards $ US

- des services (2014) : 281,992 milliards $ US

- de biens et de services (2014) : 1 080 169 milliards $ US

Chronologie

DÉCEMBRE 2014

1 er La SAF (Singapore Armed Forces) annonce le déploiement de 50 à 60 personnes en soutien à l’effort international contre les militants de l’organisation de l’État islamique en Irak et en Syrie.

3 Singapour perd deux places dans le classement de Transparency International qui évalue annuellement la corruption au sein des pays. En 2015, Singapour est le 7e pays le moins corrompu du monde.

6 Singapour signe le Traité international sur le commerce des armes et s’engage dans la lutte pour l’élimination des trafics d’armes illicites et contre leur détournement vers des utilisateurs finaux non autorisés.

JANVIER 2015

18 De hauts fonctionnaires américains rencontrent à Singapour le chef des négociations nord-coréen afin d’aborder le sujet sensible du programme nucléaire.

FÉVRIER 2015

6 Le blogueur Roy Ngerng, qui avait accusé le Premier ministre Lee Hsien Loong de malversations sur son blog The Heart Truths, paye les 29 000 $ US réclamés pour couvrir les frais de procédure du chef politique.

Deux blogueurs du site The Real Singapore sont arrêtés pour avoir posté des articles qui pourraient nuire à l’unité des différentes ethnies de Singapour.

15 Des preuves d’actes de malversation au sein du Parti AHPETC (Aljunied-Hougang-Punggol East Town Council) sont révélées.

MARS 2015

23 Le premier Premier ministre de la République de Singapour (1959-1990), Lee Kuan Yew, décède à 1 âge de 91 ans. 7 jours de deuil national sont décrétés.

30 Amos Yee, 17 ans, est arrêté pour avoir insulté Lee Kuan Yew et offensé la communauté chrétienne dans une vidéo postée sur YouTube.

AVRIL 2015

7 Ello Bello, un infirmier philippin de 28 ans, est accusé de sédition pour avoir posté des commentaires critiquant les Singapouriens et la religion. Il risque jusqu’à trois ans de prison.

MAI 2015

12 Amos Yee est reconnu coupable d’obscénité et d’avoir eu l’intention d’offenser la communauté chrétienne. Il doit être suivi par un officier de probation.

JUIN 2015

2 Amos Yee est placé en détention provisoire à la suite de son refus de rencontrer son officier de probation.

23 Le juge Kaur donne l’ordre de placer Amos Yee dans un hôpital psychiatrique pour deux semaines.

JUILLET 2015

12 Amos Yee est finalement condamné à 4 semaines de prison. Mais, ayant déjà passé 55 jours en détention provisoire, il est libéré immédiatement.

27 Du 27 au 31 juillet, Interpol reçoit au Complexe mondial pour l’innovation de Singapour des polices de onze pays (France, Pays-Bas, Suède, Finlande, Ghana, Sri Lanka, Singapour, Indonésie, Hong Kong, Japon et Australie) pour leur dispenser une formation sur les nouvelles technologies et la lutte contre la cybercriminalité.

AOÛT 2015

9 Près de 250 000 spectateurs assistent aux célébrations des 50 ans de l’indépendance de Singapour.

23 Lors de son discours annuel, le Premier ministre nomme les menaces potentielles contre Singapour : « les voisins, les terroristes, les virus et la division interne ».

25 Le Parlement est dissout à la veille des élections législatives du 11 septembre.

SEPTEMBRE 2015

11 Le Parti d’action populaire (PAP) sort grand vainqueur des élections et remporte 83 sièges sur 99.

21 Un infirmier philippin est condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir déclaré sur Facebook : « Nous allons virer tous les Singapouriens et Singapour sera le nouvel État philippin ».

OCTOBRE 2015

5 Singapour donne son accord de principe pour signer le Traité transpacifique.

6 Le ministre de la Communication et de l’Information annonce que 10 % du budget de la technologie sera alloué à la cybersécurité, sur le modèle de la Corée du Sud et d’Israël.

12 Le vice-Premier ministre chinois est en visite officielle à Singapour. L’un des buts de ce voyage est d’élargir les traités de libre-échange entre les deux pays.

21 Le fondateur de la communauté évangélique City Harvest Church, Kong Hee, et cinq de ses collaborateurs sont reconnus coupables d’avoir détourné 32 millions d’euros pour financer la carrière musicale de l’épouse du pasteur.

NOVEMBRE 2015

22 Barack Obama rencontre le Premier ministre singapourien pour traiter de « questions d’intérêt commun dont les relations bilatérales, la coopération économique, le renforcement de la sécurité dans la région, la lutte antiterroriste et les questions liées à la mer Orientale » (Le courrier du Vietnam).

28 Singapour n’envoie pas de représentant à Paris pour la COP21.

Portraits

Shaiful Risan519

Difficile de rencontrer de jeunes Singapouriens investis en politique ou concernés par les questions sociales. À défaut, ne reste que la communauté punk. Shaiful Risan, trentenaire bedonnant à la chevelure peroxydée, tente de la cornaquer au gré de spectacles qu’il organise. Aujourd’hui, entre une activité de spectacles comiques et des interventions à la faculté d’art, design et média de NTU, il anime avec dynamisme l’inattendue et méconnue scène artistique underground de la cité-État. Comme l’opposition au gré des élections, il cherche à unir les divers acteurs pour peser davantage : musiciens non seulement punk mais aussi de ska et hip-hop. Pour œuvrer, il sait louvoyer avec le pouvoir en place. Ce résident d’Aljunied, heureux d’y avoir vu le Workers’Party s’y maintenir, n’hésite pas à composer avec la très stricte Media Development Authority (Autorité pour le développement des médias) afin d’organiser ses concerts, même s’il lui faut parfois soumettre des paroles en avance.

Toutefois, ces artistes ne font généralement qu’effleurer les questions politiques pour privilégier l’approche esthétique, par exemple, à travers la danse. À défaut, Sliailul Risan cherche donc à aborder la question religieuse à travers des groupes essentiellement malais et en réaction à un mouvement skinhead, d’extrême-droite, venu de Malaisie et articulé autour du Malay Power. Il convient, par conséquent, d’envisager ce punk débonnaire comme l’un des rares catalyseurs politiques auprès d’une jeunesse qui, à ses yeux, souffre étonnamment d’un trop facile accès à Internet : hier, possibles vecteurs de politisation, les réseaux sociaux sont aujourd’hui sources de distraction. Selon lui, l’apathique génération en place est celle du First World (monde développé) tel que rêvé et atteint par Lee Kuan Yew dans les aimées 1990, tandis que celle des parents était plus impliquée, comme l’illustre l’œuvre d’un des plus vieux groupes punk singapouriens, The Bois ; la prochaine vague pourrait enfin ressusciter un esprit fondé sur la prise de position.

He Ting Ru

Nicole Seah, du Parti de la solidarité nationale (NSP), avait été l’égérie des élections générales de 2011, avant de quitter la scène politique trois ans plus tard. Qui pour lui succéder ? Au sein du NSP, Kevryn Lira, 26 ans, ancien mannequin, n’a pas soutenu la comparaison. De façon plus générale, le dernier scrutin n’a été pourvoyeur d’aucune jeune figure charismatique. Toutefois, il convient de rester attentif au futur parcours de He Ting Ru qui n’a été aidée ni par les résultats — seulement 36 % des voix sur sa circonscription de Marine Parade — ni par les caciques du parti, suspicieux face à l’arrivée de cette nouvelle vague de candidats qui ferait pâlir les recruteurs du PAP. Même Nicole Seah et le site très bourgeois-bohème mothership.sg l’avaient repérée bien avant sa nomination comme candidate. Car maître He remplit tous les critères du leader politique auquel le PAP a habitué les Singapouriens : engagée-associativement, sportive (kendo), avocate formée au Raffles Junior College, à Cambridge — sans bourse — puis à Tondres, avec dix ans d’expérience dans un cabinet anglais. Mais, comme le député Chen Show Mao, également avocat rapatrié, puis beaucoup d’autres en 2011, elle a été sensible à l’engouement suscité par le WP. Quatre ans plus tard, il n’est pas certain que les élections suscitent autant de vocations pour le parti.

Affiche politique

Fin de réunion publique du SDP (Singapore Democratic Party - Parti démocratique de Singapour) en septembre 2015, veille des élections législatives.
© Eric Frécon

Apparaissent sur l’affiche - et sur la scène, au centre et à droite - le secrétaire-général Chee Soon Juan ainsi que le numéro deux sur sa liste, le professeur Paul Tambyak. Bien que caution intellectuelle, ce dernier a peiné à confirmer les espoirs placés en lui. Quant à Dr Chee, il n’a pas hésité à lisser son image d’opposant parfois trop radical en s’affichant avec son épouse ainsi que ses trois enfants, sur la droite. Le succès populaire de ces meetings, largement relayé par les réseaux sociaux, était trompeur ; au total, la liste emmenée par Chee Soon Juan et Paul Tambyah n’a remporté que 33,4 % des voix dans la circonscription de Holland-Bukit Timah.

Notas

488 Ce texte repose sur de nombreux entretiens informels, notamment au cours d’un séjour de cinq mois à Singapour, de juin à octobre 2015.

489 Peur de perdre : une place de restaurant, dans une négociation ou lors d’un achat.

490 Tom Pepinsky, « Singapore: from third world to first? », (http://tompepinsky.com/2015/03/23/singapore-from-thirdworld-to-first/).

491 Patrick Sagaram, « Living in Singapore’s material world », New Mandala, 14 septembre 2015, (http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2015/09/14/living-in-singapores-material-world/).

492 Pont reliant Singapour et la Malaisie, vis respectivement Woodlands et Johor Bahru.

493 Nuage de fumée provoqué par les feux de forêt consécutifs à la culture sur brûlis mal maîtrisée à Sumatra et au Kalimantan.

494 Sont essentiellement visés des navires arborant des pavillons sud-est-asiatiques.

495 « Les responsables de la City Harvest Church reconnus coupables de malversations financières », Églises d’Asie, 27 octobre 2015.

496 Par exemple, dans les six meilleures écoles primaires où les élèves les plus performants sont déjà identifiés, 4 sur 10 vivent dans des logements sociaux du HdB, contre 8 sur 10 pour la moyenne nationale ; de même, dans les meilleurs collèges (avec des programmes gouvernementaux spécifiques pour les élèves les plus doués), plus de la moitié des enfants ont des parents diplômés de l’université, contre 1 sur 10 dans les collèges de quartier : voir Amelia Teng, « A hard look at averting elitism », The Straits Times, 5 août 2015, p. A2.

497 Office of the under-secretary for Civilian Security, Democracy and Human Rights, 2015, Trafficking in persons report 2015, Washington, Department of State, juillet, 382 p.

498 Singapour s’est engagée pour atteindre le pic des émissions de dioxyde de carbone seulement à l’horizon 2030 ; Audrey Tan, « Singapore opts for cleaner energy sources », The Straits Times, 21 juillet 2015, p. B4.

499 Malgré la mise en place d’une nouvelle académie du sport ; voir à ce sujet les travaux de Michael Ang, journaliste indépendant, et Daniel Cheng, « More funding needed for local sporting talent », The Sunday Times, 25 octobre 2015, p. BG.

500 Même à l’échelle de la cité-État, la mobilité géographique est une gageure, en partie à cause des structures familiales (importance des grands-parents pour la garde des petits-enfants ou pour l’hébergement dans le cadre d’un premier logement) et du fait des incitations financières pour l’acquisition d’un logement non loin de celui de ses parents.

501 La croissance annuelle de la main-d’œuvre étrangère est passée de 144 500 personnes en 2007 à 34 000 en 2014.

502 Chia Yan Min, « SMEs here not tapping region’s potential », The Straits Times, 21 septembre 2015, p. C1; Wong Siew Ying, « What’s in store for the S’pore economy? », The Sunday Times, 27 septembre 2015, p. B1; Rachel Au-Yong, « Ensuring that economic growth is more inclusive », The Sunday Times, 27 septembre 2015, p. B2; Chia Yan Min, « How Singapore can secure its economic future », The Sunday Times, 27 septembre 2015, p. B4.

503 Hoe Pei Shan, « Polling day during hungry ghost month? », The New Paper, 31 juillet 2015, p. 6.

504 Chong Zi Liang et Rachel Au-Yong, « GE2015 spending: PAP candidates spent $ 5.3m while the eight opposition parties’expenses totalled $ 1.8m », The Straits Times, 29 octobre 2015, (http://www.straitstimes.com/politics/ge2D15spending-pap-candidates-spent-53m-while-the-eight-opposition-parties-expenses).

505 Ce parti, bien que structuré, n’a récolté que 3,76 % des voix à l’échelle nationale ; il n’a pesé que pour 26,4 % des scrutins dans la circonscription de Bukit Batok.

506 Housing and Development Board, la Commission en charge des logements sociaux.

507 La une du New Paper Au 13 septembre 2015, le lundi suivant les élections, résumait parfaitement l’état d’esprit : « Young voters : we didn’t want to rock the boat », (Jeunes électeurs : nous ne voulions pas tout chahuter) ; entretien avec l’équipe éditoriale du site mothership.sgen octobre 2015.

508 Dans le cadre d’une interview au Time: Hannah Beech, « Exclusive: Singapore Prime minister Lee Hsien Loong speaks candidly with Time », Time, 23 juillet 2015.

509 John Wong, « Mixed report card on poverty eradication », The Straits Times 10 octobre 2015.

510 Voir le texte du célèbre blogueur (poursuivi en octobre 2014 par le Premier ministre pour diffamation) : Roy Ngerng, « 26% of Singaporeans live below poverty line in Singapore », The Heart Truths, 23 octobre 2015, (http://thehearttruths.com/2013/10/25/2G-of-singaporeans-live-below-poverty-line-in-singapore/) ; Justin Hui, « Six things you did not know about the homeless in Singapore », 30 septembre 2015, (https://www.youth.sg/Spotted/People/2015/9/Six-things-you-did-not-knowabout-the-homeless-in-Singapore).

511 Han Fook Kwang, « There is a haze twin that is more dangerous », The Sunday Times, 18 octobre 2015.

512 Malgré la nomination de la jeune avocate Rahayu Mahzam, 35 ans, dans la circonscription de jurong-Clementi. Voir : Rachel Chang, « The changing face of PAP’s new candidates », The Straits Timas, 29 août 2015, p. A4.

513 Alors que son père Lee Kuan Yew, plus sombre et méfiant, a longtemps douté de la survie de la cité-État.

514 Respectivement (par ordre croissant dans le protocole) : le développement national, le développement social et familial et les finances.

515 Un article - et surtout une photo de Tharman, étudiant-poète en 1978 - a été particulièrement partagé à ce sujet : Judith Tan, Catherine Robert, « His history, in poetry », The New Paper, 20 septembre 2015, p. 10.

516 Lee Hsien Loong, « We have intimate relation with Indonesia », Tempo, 11 août 2015.

517 Entretien à Batam et Bintan (Indonésie) en août-septembre 2015.

518 Les quartiers paraissent identiques les uns aux autres à l’œil nu ; pourtant, les Singapouriens prennent de plus en plus de plaisir à développer les différences entre est et ouest de l’île, d’un secteur à l’autre, chacun avec sa propre identité : Pasir Ris (et ses plages) la dilettante, Jurong (et ses usines) la besogneuse, Woodlands (et son Causeway la malaise ou malaisienne, etc.

519 Entretien avec Shaiful Risan en octobre 2015.

Índice de ilustraciones

Título Singapour
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 57k
Leyenda Fin de réunion publique du SDP (Singapore Democratic Party - Parti démocratique de Singapour) en septembre 2015, veille des élections législatives.© Eric Frécon
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2573/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 60k

Autor

Enseigne les relations internationales à l’École navale. Il coordonne également l’Observatoire Asie du Sud-est à Asia Centre. Il a auparavant été rédacteur en chef adjoint du bimestriel Diplomatie et research Jellow à la S. Rajaratnam School of International Studies, Singapour. Sa thèse a été soutenue à Sciences Po (Paris) et fut suivie d’un post-doctorat à l’Institut d’Asie orientale au sein de l’École normale supérieure de Lyon. Son dernier ouvrage s’intitule Chez les pirates d’Indonésie (Paris, Fayard, 2011).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site