Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

La région

Singapour a peur488

Éric Frécon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Singapour

Image

On connaissait déjà le kiasu489, partie intégrante de l’identité singapourienne. De même, le pacte hobbesien, fondé sur la peur de l’autre (du terroriste, du virus, de la dengue), a longtemps été le principal ciment de la jeune nation singapourienne, véhiculé avec force par des affiches et annonces terrifiantes dans les transports en commun. La vulnérabilité de l’île-État fait elle aussi partie du champ lexical gouvernemental et continue à donner un cap aux politiques publiques. Quelles que soient ses formes — psychose, phobie, inquiétude, angoisse — la peur habite Singapour.

Mais jusqu’ici, la population s’abritait derrière Lee Kan Yew (1923-2015), père fondateur et protecteur de la nation, Premier ministre (1959-1990) puis Senior Minister (1990-2004) et Minister Mentor (2004-2011). Aussi son décès était-il redouté. The Hatchet Alan (L’homme à la hachette) — tel que surnommé par l’opposant historique Joshua Benjamin Jeyaretnam (1926-2008) — a tenu la nation ...

Auteur

Enseigne les relations internationales à l’École navale. Il coordonne également l’Observatoire Asie du Sud-est à Asia Centre. Il a auparavant été rédacteur en chef adjoint du bimestriel Diplomatie et research Jellow à la S. Rajaratnam School of International Studies, Singapour. Sa thèse a été soutenue à Sciences Po (Paris) et fut suivie d’un post-doctorat à l’Institut d’Asie orientale au sein de l’École normale supérieure de Lyon. Son dernier ouvrage s’intitule Chez les pirates d’Indonésie (Paris, Fayard, 2011).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540