Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

La région

Les Philippines. L’année 2015 : premiers bilans, incertitudes électorales, défis planétaires

François-Xavier Bonnet

Texte intégral

1L’année 2015 est une année de bilan aux Philippines. Après cinq ans au pouvoir, le président Aquino reste toujours aussi populaire et l’économie du pays confirme sa résilience. Le ralentissement de la croissance chinoise, qui inquiète la plupart des pays de l’Asean, ne devrait pas avoir un impact important, pour des raisons structurelles, sur l’économie des Philippines. Le successeur de Benigno Aquino, parmi les quatre candidats qui s’affronteront lors des élections présidentielles du 9 mai 2016, héritera de dossiers hautement sensibles et non réglés par l’administration actuelle : d’une part, le processus de paix sur Mindanao totalement bloqué depuis le « massacre de Mamasapano », du 25 janvier 2015, et d’autre part, le renforcement des positions chinoises en mer de Chine méridionale, notamment dans les Spratley. Enfin, les Philippines, très exposées aux risques naturels et au changement climatique, ont joué un rôle important lors de la COP 21 et au-delà.

Un président populaire, une croissance économique encore forte mais qui ralentit

  • 467 « Aquino’s satisfaction rating highest in 18 months - SWS », Rappler.com., 17 septembre 2015, (htt (...)
  • 468 Natashya Gutierrez, « Satisfaction with Aquino lowest after Mamasapano - SWS », Rappler.com, 6 avr (...)

2Après cinq aimées au pouvoir, le président Aquino reste un homme populaire. Le dernier sondage de la Social Weather Station (SWS), publié le 17 septembre 2015, montre que 6 Philippins sur 10 (64 %) sont satisfaits des performances du président, 22 % sont insatisfaits et 15 % sont indécis467. Ces très bons résultats, notamment dans la région des Visayas (67 %) et parmi les classes aisées (69 %), semblent avoir effacé la chute spectaculaire de popularité du président au début de l’année 2015. De fait, à la suite de l’opération antiterroriste de Mamasapano (Mindanao) qui s’était soldée par la mort de 44 policiers d’élite le 25 janvier 2015 (cf. infra), seuls 47 % des Philippins étaient satisfaits des performances du président contre 36 % d’insatisfaits et 17 % d’indécis468.

3Avec une croissance économique de 6,1 % en 2014 (la seconde après la Chine en Asie) et une prévision de 5,6 % à 5,7 % pour l’année 2015, les Philippines démontrent, une fois de plus, la résilience de leur économie. Le ralentissement de la croissance de la Chine devrait avoir des impacts différentiels sur les Philippines. En effet, l’influence économique de la Chine aux Philippines est grandissante (malgré les conflits maritimes), mais moins disproportionnée que dans la plupart des autres pays de l’Asean. En 2013, la Chine était le 3e partenaire commercial des Philippines (15,1 milliards $ US d’échanges commerciaux, soit 12,7 % du commerce extérieur des Philippines) derrière le Japon et les États-Unis. En 2014, la Chine prenait la seconde place (18,3 milliards $ US d’échanges, soit 14,3 % du total) derrière le Japon (19,1 milliards $ US, soit 15 % du total) mais devant les États-Unis (14,9 milliards $ US, 11,2 % du total).

  • 469 Chris Schnabel, « China’s economic slowdown: a double-edged impact on PH », Rappler.com, 20 févrie (...)
  • 470 L’industrie du BPO correspond à une grande variété d’activités depuis les centres d’appels télépho (...)
  • 471 En 2014, les expatriés philippins ont renvoyé 26,93 milliards S US à leurs familles soit 8,5 % du (...)
  • 472 Voir François-Xavier Bonnet, 2013, « Philippines : une année de croissance et...d’espoirs », in Je (...)

4Selon les économistes, l’impact du ralentissement de l’économie chinoise pourrait être plus indirect, lié à la baisse de la demande chinoise et donc des prix de ces produits, telles les matières premières. Ainsi, le secteur minier philippin, exportateur de fer, cuivre, nickel, or, etc. pourrait être impacté par la baisse des coins mondiaux des métaux469. Cependant, les deux secteurs qui tirent la croissance économique des Philippines n’ont que peu de liens avec la Chine. Il s’agit, d’une part, du Business Process Outsourcing (BPO)470 qui est devenu la plus grande source d’emplois privés du pays (plus d’un million de personnes en 2015 en emplois directs) et le second contributeur de devises étrangères (après les envois d’argent des expatriés) et, d’autre part, la consommation des ménages soutenue par les envois financiers des expatriés471. L’année 2016 est aussi une aimée d’élections générales. Or, grâce aux dépenses considérables de la campagne électorale, les aimées d’élections sont des aimées de forte croissance472.

Les candidats aux élections de 2016 entrent dans la danse

  • 473 Pour être candidat aux présidentielles, il suffit d’être Philippin de naissance, avoir au moins 40 (...)

5Les candidats aux élections nationales et locales du 9 mai 2016 avaient jusqu’au 16 octobre 2015 pour se présenter à la Commission électorale (Comelec). Au total, 180 personnes se sont inscrites pour briguer la présidence, contre 99 aux élections de 2010473. Bien sûr, au-delà du folklore et de l’ambiance festive de la période d’enregistrement, la plupart des candidats dits « de nuisance » seront écartés par la Comelec, ne laissant que les plus « sérieux », c’est-à-dire ceux ayant une chance de gagner. En réalité, les élections prochaines ne verront s’opposer que quatre candidats potentiels pour le poste de président et six candidats pour celui de vice-président.

  • 474 UNA est issue de la coalition du parti de Jejomar Binay, le Partido Demokratiko Pilipino-Lakas ng (...)
  • 475 Le sénateur Escudero vient du parti politique Nationalist People’s Coalition (NPC) créé par Eduard (...)

6Le système politique des Philippines se caractérise, d’une part, par la faiblesse des partis politiques, « la valse » des alliances et, d’autre part, l’ultra-personnalisation de la politique. Les élections de 2016 n’échappent pas à ces règles et en sont même une caricature. En effet, si le Parti libéral, actuellement au pouvoir a pu sélectionner Mar Roxas (actuel ministre de l’Intérieur) comme candidat à la présidence et la députée Leni Robredo à la vice-présidence, il n’en n’est pas de même pour les autres partis. Ainsi, le manque de discipline et de procédure de sélection ont permis à plusieurs sénateurs du Parti nationaliste (Partido Nacionalista) de briguer la présidence et la vice-présidence : la sénatrice Miriam Defensor-Santiago vise pour la troisième fois la présidence et aura comme partenaire le sénateur Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr (fils de l’ancien dictateur), candidat à la vice-présidence. Mais, deux autres sénateurs du Nacionalista se présentent aussi à la vice-présidence : Peter Alan Cayetano et Antonio Trillanes. Entre « l’unité » du Parti libéral (Partido Liberal) et la désunion totale du Parti nationaliste, on peut noter la création du parti United Nationalist Alliance (UNA)474 afin de promouvoir la candidature de Jejomar Binay (actuel vice-président) comme président et du sénateur Gringo Honassan pour le poste de vice-président. Enfin, la sénatrice Grace Poe et le sénateur Francis Escudero, qui se présentent en tandem respectivement pour la présidence et la vice-présidence, se déclarent indépendants de tout parti politique475.

  • 476 Gringo Honassan fut l’un des leaders du RAM (Reform the Armed Forces Movement), organisation milit (...)

7Si les partis politiques sont des coquilles vides qui servent à lancer des personnalités, les programmes sont eux aussi inexistants. La plupart des candidats ont promis, par exemple, de poursuivre le programme de l’administration Aquino, le Matuwid na Daan (la Voie vertueuse) c’est-à-dire le programme de lutte contre la corruption. De fait, il était difficile d’en être autrement puisque chacun des candidats a soutenu P administration Aquino depuis 2010 : Mar Roxas, en tant que successeur désigné, défend la politique du gouvernement ; Grace Poe fut nommée, par le président, à la tête de l’Agence de régulation de l’audiovisuel avant d’être élue sénatrice en 2013 et le vice-président Jejomar Binay soutenait les programmes du gouvernement jusqu’à sa démission en juin 2015. Enfin, Miriam D. Santiago était une alliée du président. La présence de deux anciens militaires/rebelles, spécialistes des coups d’État, les sénateurs Honassan et Trillanes476, devrait irriguer les débats sur la sécurité nationale tant du point de vue des relations avec la Chine que de celui du processus de paix avec le Moro Islamic Liberation Front (MILF).

8Ainsi, s’il n’y a pas de différences très nettes entre les différents candidats, ils ont tous de sérieux points faibles. Longtemps favoris des sondages, le vice-président Jejomar Binay est depuis plus d’un an englué dans des accusations de corruption, notamment de détournements massifs de fonds de la ville de Makati, lorsqu’il en était maire. Depuis le mois de septembre, Grace Poe a dépassé le vice-président dans les sondages. Si l’honnêteté de la sénatrice n’est pas remise en cause, c’est sa citoyenneté philippine qui est questionnée. Pour certains de ses opposants, le fait que l’on ne connaisse pas les parents biologiques de la candidate (elle fut abandonnée puis adoptée par Fernando Poe et Suzan Roces) ne lui permet pas d’être considérée comme une philippine de naissance mais comme naturalisée. Par ailleurs, pour des raisons professionnelles, elle renoncera par deux fois à sa nationalité philippine pour obtenir la nationalité américaine. La jeune sénatrice est donc soupçonnée de ne pas être assez nationaliste. De son côté, Mar Roxas, en troisième position, est le candidat des hommes d’affaires tant Philippins qu’étrangers. Le petit-fils du premier président des Philippines indépendantes, Manuel Roxas, est un spécialiste de la finance et de l’économie (il fut aussi le ministre des Finances du président Estrada), et il rassure l’establishment de Makati. Son point faible est sa difficulté d’établir une communication avec la majorité de la population pauvre qui le considère souvent comme arrogant, impatient, froid, distant et trop conscient de sa classe. Enfin, Miriam Defensor-Santiago est sans doute la sénatrice la plus populaire actuellement. Cette juriste de haut niveau, nommée à la Cour internationale de justice de la Haye, est reconnue pour son franc-parler, son courage et sa croisade contre la corruption lorsqu’elle était au gouvernement de Cory Aquino. Cependant, une bonne partie de la classe moyenne qui forme son électorat traditionnel a exprimé son indignation, via les réseaux sociaux, quant à son choix de « Bongbong » Marcos Jr comme vice-président. Ce choix inquiète d’autant plus l’électorat que la sénatrice avait annoncé, il y a un an, qu’elle était atteinte d’un cancer des poumons de stade IV. Mais, en juillet 2015, elle annonçait avoir gagné la bataille contre la maladie. Certains médecins sceptiques ont aussitôt demandé à voir les dossiers médicaux de la candidate car, disent-ils, le mandat d’un président est de six ans mais la durée moyenne de vie d’un patient atteint d’un cancer des poumons de stade IV est de moins de cinq ans. Le risque de voir la famille Marcos revenir au plus haut niveau de l’État n’est donc pas nul, même si les électeurs peuvent choisir un président et un vice-président n’appartenant pas au même « ticket ». L’un des thèmes qui reviendra certainement dans les débats est sans aucun doute la place du processus de paix avec le MILF et notamment la création de la région autonome musulmane, la Bangsamoro.

Le processus de paix à Mindanao en danger ?

  • 477 François-Xavier Bonnet, 2015, « Philippines. Année 2014, entrée en période préélectorale », in Abi (...)

9Le 27 mars 2014, le gouvernement philippin et le MILF signaient l’accord historique sur la Bangsamoro (CAB — Comprehensive Agreement on the Bangsamoro). Cet accord met fin à 17 aimées de négociations tendues entre les deux parties, entrecoupées d’offensives militaires (en 1998, 2000, 2003 et 2008) et d’espoirs déçus (région autonome de la Bangsamoro Juridical Entity ou BJE, déclarée anticonstitutionnelle en septembre 2008)477.

10Cependant, le CAB, composé de quatre annexes (transition, partage des ressources naturelles et du pouvoir, désarmement et eaux territoriales) n’est que l’aboutissement de la première phase du processus de paix. Le CAB est, en effet, la source à partir de laquelle la Commission de transition de la Bangsamoro a élaboré la loi fondamentale de la Bangsamoro (BBL — Bangsamoro Basic Law). Cette « Constitution » de la Bangsamoro fut transmise, le 10 septembre 2014, après de nombreux mois de retard, au Parlement et au Sénat. Ces derniers devaient débattre, éventuellement amender, puis voter ce texte pour le 17 mars 2015. C’est dînant cette période extrêmement sensible qu’est intervenue la mission secrète Oplan Exodus qui visait à éliminer deux terroristes cachés sur l’île de Mindanao.

11Le 25 janvier 2015, plus de 300 policiers des forces spéciales (SAF — Special Action Force) participaient à une mission secrète qui visait à capturer deux terroristes dans la municipalité de Mamasapano (province de Maguindanao, Mindanao). Ces deux terroristes, le Malaisien Zulkifli bin Hir alias Marwan et son partenaire local Abdul Basit Usman, faisaient l’objet d’une chasse à l’homme depuis 2010 et leurs têtes étaient mises à prix respectivement 5 millions $ US et 1 million $ US par le Département de la justice américain.

12Le commando parvint à neutraliser l’une des cibles, Marwan, mais fut pris au piège par différents groupes armés au moment de quitter les lieux. Après des heures de combat intense, le bilan était extrêmement lourd : 44 policiers de la SAF, 18 combattants du MILF et quatre civils dont un enfant huent tués. Par ailleurs, ces combats ont déplacé 1 500 personnes et quatre écoles ont été temporairement fermées (affectant 5 000 élèves et 124 enseignants).

13Surnommé le « massacre de Mamasapano » par les médias, la mort au combat des 44 policiers de l’unité d’élite SAF, a provoqué une vague d’indignation et une émotion considérable non seulement au sein des sphères dirigeantes, mais aussi au cœur du peuple. L’indignation et la colère étaient d’autant plus intenses que les groupes armés qui avaient combattu les SAF n’étaient pas seulement des groupes opposés au processus de paix entre le gouvernement Aquino et le MILF (tel le BIFF — Bangsamoro Islamic Freedom Fighter) mais aussi des factions du MILF lui-même, comme le 118e Base Command dirigé par le commandant Wahid Timdok, censées soutenir ce même processus.

14Se sentant trahie par le MILF, l’opinion publique exprimait un certain rejet du processus de paix avec le groupe rebelle. Ce retournement de l’opinion publique philippine vis-à-vis du processus de paix, qui pourrait n’être que passager et lié à l’émotion et à la colère du moment, s’est accompagné d’un blocage total des discussions sur la BBL au Sénat et au Parlement.

15À la suite du fiasco de Mamasapano, le sénateur Ferdinand R. Marcos Jr et le député Rufus Rodriguez, tous deux présidents des comités respectifs en charge de discuter la loi sur la BBL, déclaraient l’arrêt total des débats tant que la lumière ne serait pas faite sur le drame. Cependant, au-delà de la nécessaire enquête sur le fiasco et l’établissement des responsabilités, les parlementaires prenaient en otage le processus de paix, et justifiaient la nécessité d’amender et d’éliminer purement et simplement certains articles.

  • 478 Cilles Cabacungan, « Committee vote on BBL begins Monday in House », Philippine Daily inquirer, 11 (...)

16Ainsi, sur 221 sections formant la BBL, 60 seraient marquées pour amendement ou élimination, les autres seraient acceptées478. Sur les 60 sections en jeu, au moins huit d’entre elles devraient disparaître dont cinq qui limitent l’indépendance d’institutions (Commission of Audit et Commission of Elections), deux qui affectent les opérations militaires et policières dans la future région et une qui autorise l’agrandissement de la future région sans limite dans le temps. Au total, entre les 52 amendements et les 8 retirés, la nouvelle région Bangsamoro pourrait avoir une autonomie plus faible que celle de Factuelle région autonome (ARMM Autonomous Region of Muslim Mindanao).

  • 479 Citizen’s Peace Council, Report of the Peace Council on the Bangsamoro Basic Law, 27 avril 2015, p (...)

17Face au blocage institutionnel et à l’urgence de poursuivre le processus de paix, le président Aquino invitait, en avril, cinq personnalités hautement respectées de la société civile afin de créer une commission chargée d’étudier en profondeur la BBL et d’aider à clarifier les zones d’ombre. Après la consultation de 136 personnalités d’horizons divers, le comité concluait que : « D’une manière générale, nous reconnaissons que la BBL est très largement acceptable et devrait avoir le soutien de tous les Philippins. Sur les quelques sections qui ont besoin d’être peaufinées, nous offrons des recommandations.479 »

18Au total, le comité se concentrait sur les 20 sections les plus litigieuses, considérées par le Parlement comme anticonstitutionnelles, contraires aux lois existantes et inacceptables. Sur ces 20 sections, une seule était recommandée pour être retirée par le comité (section sur l’extension sans limite dans le temps de la région). Les 19 autres devraient être soit légèrement amendées, soit peaufinées.

19Les retards accumulés notamment par les blocages des travaux parlementaires (fin janvier à début octobre) ont réduit considérablement la période dite de « transition », c’est-à-dire, l’établissement d’un gouvernement provisoire dirigé par le MILF. Cette période, à l’origine d’une durée de deux ans, devrait s’étendre jusqu’en mai 2016 et faire coïncider l’élection présidentielle avec la première élection de la Bangsamoro.

  • 480 Carolyn 0. Arguillas, « Dureza: extend Bangsamoro transition period to 2019 », Mindanews, 15 septem (...)

20Le scénario le plus probable est que le processus de paix se poursuive avec la nouvelle administration élue en mai 2016. En effet, les législateurs n’ont plus qu’une toute petite « fenêtre de tir », un calendrier très serré, entre le 3 novembre et le 18 décembre 2015 ainsi qu’entre le 19 janvier et le 5 février 2016, pour voter la BBL. A partir du 9 février 2016, les sénateurs entreront en campagne électorale, puis ce sera au tour des députés le 25 mars 2016. En admettant, comme le pensent encore certaines personnes très optimistes au gouvernement, que le texte soit adopté avant la fin de l’année, ce sera au tour de la Comelec d’entrer dans le processus. De fait, il faudra environ trois mois à la Comelec pour organiser le référendum dans la région de la BBL. Ainsi l’organisation du référendum va interférer avec l’organisation des élections présidentielles et locales et être perçue comme politisée. Par ailleurs, le MILF acceptera-t-il de siéger dans un gouvernement provisoire de quelques mois ? L’hypothèse la plus vraisemblable est que le MILF demande l’extension de la période de transition de la Bangsamoro. Un ancien chef des négociateurs du gouvernement, Jesus Dureza, proposait que cette extension corresponde aux élections locales de 2019480.

21Cependant, au-delà de ces questions cruciales de calendrier, le processus de paix est encore vulnérable. De fait, le flou réside quant aux modifications du texte de la BBL. Pour la commission pour la paix, les législateurs doivent avoir une interprétation libérale de la Constitution et prendre en compte les particularismes historiques, politiques, etc. de la Bangsamoro. Le sénateur Marcos et le député Rodriguez insistent à l’inverse sur l’inconstitutionnalité de certains articles. Quelle interprétation prévaudra à l’issu du vote final ? Le MILF acceptera-t-il une version galvaudée de la BBL ?

22Les événements violents de Mamasapano ont cassé la formidable dynamique de paix impulsée par l’administration Aquino et le MILF depuis 2011-2012. La lutte antiterroriste peut, à tout moment, faire déraper les négociations et le processus de paix si elle est mal gérée. La détermination sans faille du président Aquino d’aboutir à la Bangsamoro permet de contrebalancer le camp des sceptiques. Une interprétation libérale de la Constitution, telle que prônée par la commission prévaudra-t-elle au Congrès ?

La poldérisation des Spratley

23Dès 2010, le haut magistrat de la Cour suprême, Antonio Carpio, proposait au président fraîchement élu, Benigno Aquino III, de demander au Tribunal international du droit de la mer (TIDM) d’arbitrer les litiges maritimes avec la Chine sur le récif de Scarborough et les récifs des Spratley. L’idée faisait son chemin en 2011 lorsqu’un navire philippin effectuant des mesures sismiques sur le banc de Reed fut expulsé par des navires de surveillance chinois. Cependant, c’est à la suite des événements de 2012 sur le récif de Scarborough que le gouvernement Aquino décidait de lancer la procédure auprès du TIDM. La procédure d’arbitration contre la Chine a été lancée en janvier 2013.

  • 481 International Crisis Croup, Stirring up the South China sen (III) : a fleeting opportunity for cal (...)

24Face à cette demande d’arbitrage demandée par les Philippines, la Chine a refusé systématiquement de s’impliquer dans la procédure. Selon l’International Crisis Group, la République populaire de Chine n’a jamais accepté l’intervention d’un tiers dans une dispute de souveraineté et a toujours insisté sur des négociations bilatérales. La Chine a peur que si elle répondait aux Philippines dans cette question d’arbitrage, cela risque de créer un précédent pour d’autres pays tels que le Vietnam, l’Indonésie et la Malaisie qui suivraient l’exemple des Philippines481.

25En guise de réponse et alors que la décision du tribunal pourrait intervenir fin 2015 ou début 2016, la Chine a accéléré son programme de poldérisation des récifs et atolls qu’elle occupe. Dès le 15 mai 2014, les Philippins présentaient à la presse une série d’images satellite montrant les activités de poldérisation de récif de Johnson du Sud (partie des bancs de l’Union), transformant celui-ci en une véritable île artificielle. Quelques mois plus tard, des images satellite diffusées par les médias internationaux montraient des activités similaires sur les récifs de Gaven (partie du banc de Tizard), récif de Hugues (ou récif de McLennan, partie des bancs de l’Union), récifs de Cuarteron (partie des récifs de Londres), récif de Mischief et le récif de Fierry Cross.

  • 482 Mary Fides A. Quintos, Artificial islands in the South China sea and their impact on regional (in) (...)

26Si la plupart des pays qui ont installé des garnisons sur les Spratley ont très largement altéré la morphologie des récifs afin de créer des îles et îlots artificiels, ce que les analystes notent c’est la rapidité et l’amplitude des constructions chinoises. Ainsi, le journaliste de la BBC, Rupert Wingfield-Hayes décrivait les activités sur le récif de Johnson du Sud de la manière suivante : « Des millions de tonnes de rocher et de sable ont été pompés des fonds marins jusque dans l’atoll afin de créer une nouvelle terre. Il y a un va et vient de camions transportant le ciment, de nombreuses et larges grues, de larges tuyaux d’acier »482. L’un des navires qui opèrent au récif de Johnson du Sud est le Tian Jing Hao, un dragueur long de 127 mètres. Les roches et le sable sont acheminés par un pipeline ou via des barges.

27D’un point de vue strictement légal, les îles artificielles ne peuvent générer des zones maritimes car elles ne possèdent pas le statut d’îles naturelles (à l’exception d’une zone de sécurité de 500 mètres). Cependant, elles peuvent avoir un rôle très significatif pour la Chine en termes militaires et stratégiques.

Les Philippines face au réchauffement climatique

  • 483 II s’agit de la première visite d’un chef d’État français aux Philippines depuis son indépendance.

28L’archipel philippin, composé de 7 107 îles, plus de 34 000 km de côtes et peuplé de plus de 100 millions d’habitants, est très exposé aux risques naturels, dont certains climatiques. Selon la liste, établie par la Banque mondiale, des 12 pays les plus exposés au changement climatique, les Philippines figurent en tête dans la catégorie des tempêtes fréquentes et intenses. Présidant le groupe des 20 pays les plus vulnérables au changement climatique, les Philippines furent un partenaire important pour le succès de la COP 21 et la mise en œuvre des solutions après la conférence. La visite historique483 du président Hollande aux Philippines, les 25 et 26 février 2015, a consacré ce partenariat.

  • 484 World Bank, A strategic approach to climate change in the Philippines, 16 avril 2010, p. 6, (http: (...)

29Les Philippines sont considérablement exposées aux risques liés à des événements météorologiques (typhons, inondations, etc.). La Banque mondiale évalue l’impact des catastrophes naturelles à plus de 0,5 % du PNB du pays chaque aimée. De plus, les désastres météorologiques comptent pour 78 % des personnes décédées et 98 % des personnes affectées par l’ensemble des catastrophes naturelles484. Depuis 2009, quatre typhons sont à l’origine de 10 000 morts et de dommages évalués à au moins 18,6 milliards $ US.

30Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan (nom local Yolanda) frappait le centre des Philippines (région des Visayas) et ravageait les provinces de Leyte et de Samar. Avec des vents atteignant 315 km/h et des rafales allant jusqu’à 380 km/h, Haiyan battait le record de 1969 détenu par le cyclone Camille dans l’Atlantique. Le bilan humain fut lourd avec 6 300 morts, 28 689 blessés et plus de 4 millions d’individus déplacés (dont 1,7 million d’enfants).

  • 485 PAGASA, Climate change in the Philippines, février 2011, (https://pubfiles.pagasa.dost.gov.ph/clim (...)

31Le typhon Haiyan, phénomène climatique extrême aujourd’hui, pourrait-il devenir la norme dans quelques décennies, dans le contexte du réchauffement climatique global ? Selon les études les plus récentes de l’agence de météorologie nationale (PAGASA Philippine Atmospheric, Geophysical and Astronomical Services Administration), les Philippines auraient connu une augmentation de la température moyenne de 0,65°C entre 1951 et 2010 (période de référence). Cette augmentation moyenne s’est traduite par une augmentation des températures maximales (dans la journée) et minimales (la nuit) respectivement de 0,36°C et 1°C485.

32Cependant, si les scientifiques n’ont pu mettre en valeur un accroissement de la fréquence des typhons (20 typhons en moyenne traversent chaque aimée les Philippines) sur cette période de 60 ans, ils ont pu, néanmoins, montrer un accroissement très net du nombre des typhons dont les vents dépassent les 150 km/h durant les aimées où sévissent des épisodes d’El Niño.

33Les projections réalisées par PAGASA prévoient une augmentation de la température de 0,9°C à 1,1°C jusqu’en 2020 et de 1,8°C à 2,2°C en 2050. Cette augmentation de la température moyenne pourrait s’accompagner, d’une part, d’une augmentation du nombre de jours dépassant les 35°C et, d’autre part, d’une augmentation du nombre de jours de sécheresse (moins de 2,5 mm de pluie par jour) mais aussi de précipitations extrêmes (plus de 300 mm par jour).

34Afin de faire face au changement climatique, l’Archipel s’est doté d’un arsenal juridique qualifié d’avant-gardiste par les spécialistes. Dès 1991, les Philippines établissaient un Comité interdépartemental sur le changement climatique dirigé par le Département de P environnement et des ressources naturelles (DENR). Mais, c’est en 2009 qu’a été votée la loi sur le changement climatique, permettant la création d’une Commission sur le changement climatique. Cette commission, indépendante et ayant le statut d’agence nationale, a pour objectif de coordonner, surveiller et évaluer tous les programmes gouvernementaux ayant un impact sur le changement climatique.

35La commission fut chargée d’élaborer le plan stratégique national sur le changement climatique 2010-2022, reposant sur les deux notions clefs d’adaptation et de réduction du risque. En 2011, le plan d’action national sur le changement climatique était adopté. Ce plan identifie sept priorités stratégiques pour réduire l’impact du changement climatique entre 2011 et 2028 : la sécurité alimentaire, la suffisance en eau, la stabilité écologique et environnementale, la sécurité humaine, l’énergie durable et la connaissance climatologique.

36La loi de 2009 a la particularité d’intégrer le changement climatique dans tous les niveaux de décision administratifs. Ainsi, les collectivités locales deviennent la pierre angulaire du dispositif. Ces dernières sont chargées, avec le soutien de la commission, d’élaborer des plans locaux d’action et d’adaptation au changement climatique, intégrés au plan national d’action. Afin d’aider financièrement, et sur le long terme, les collectivités locales (municipalités et provinces), la loi de 2009 fut amendée en 2011, créant le Fonds pour la survie du peuple (People’s Survival Fund). En théorie, ce fonds devrait cc doté d’au moins un milliard de pesos (21 millions $ US) par an et être distribué aux collectivités locales cherchant à mettre en place des mesures d’adaptation afin de combattre les impacts des catastrophes naturelles. Les municipalités et provinces désireuses d’obtenir ces aides doivent présenter un plan détaillé des mesures à mettre en œuvre. Cependant, dans la pratique, ce fonds était inexistant de 2012 à 2015. Il apparaît pour la première fois dans le budget 2016 et fut l’une des annonces de la délégation des Philippines lors de la COP 21.

37Les municipalités disposent de peu de moyens financiers propres pour faire face à leurs nouvelles responsabilités en matière de changement climatique. Les fonds d’urgence en cas de catastrophes naturelles, équivalents à 5 % de leur budget, sont principalement utilisés pour l’achat de matériels de réponse à l’urgence (des Zodiac, etc.) plutôt que de prévention des risques. Or, le budget 2015 de la Commission sur le changement climatique est lui aussi très modeste (78 millions de pesos soit 1,7 milliard $ US). La moitié de ce budget (834 000 $ US) est alloué à l’aide d’une centaine de municipalités à s’adapter au changement climatique et à réduire l’impact des risques naturels. Au total, pour la période 2015-2016, l’administration Aquino prévoit un soutien à 300 municipalités.

38Le projet prioritaire de la commission est d’aider les municipalités à réaliser leur plan détaillé d’utilisation du sol afin de définir les zones à risque en termes d’inondations, glissements de terrain, montées des eaux marines, etc. Ces cartes doivent aussi déterminer quelles parcelles de terres agricoles peuvent accueillir des cultures adaptées au réchauffement climatique. Enfin, ces cartes font l’inventaire des ressources naturelles de la ville, dont les ressources en eau et la biodiversité.

39La cartographie des risques et vulnérabilité des municipalités n’est que la première phase d’un processus qui comprend 5 étapes. De fait, les 18 projets pilotes, dirigés par la commission, appelés ecotowns, ont pour objectif de transformer des municipalités vulnérables aux risques naturels actuels en des communautés résilientes à l’horizon 2028. Pour ce faire, ces villes pilotes ont identifié des programmes d’adaptation au changement climatique. Ainsi, la ville de San Vicente, sur la côte ouest de Palawan, par exemple, propose la construction de stations météorologiques automatiques, de petits équipements d’irrigation, de digues et d’un système d’alerte de typhons et d’onde de mer, etc. Par ailleurs, les planificateurs de cette même ville ont réfléchi à l’introduction de nouveaux types de riz, hybrides et résistants, afin d’accroître la tolérance des plantes aux nouvelles conditions de température et humidité. En partenariat avec le Département de l’agriculture, la ville de San Vicente a établi des écoles pour les agriculteurs afin de leur enseigner de nouvelles méthodes agricoles intégrant les variables du réchauffement climatique dans leurs pratiques. La gestion des zones côtières, de la pêche et des mangroves ont fait aussi l’objet d’une mise à plat systématique.

40Ainsi, grâce au soutien technique et financier des agences gouvernementales et du secteur privé (notamment des ONG), l’ensemble des activités économiques a été repensé et la ville de San Vicente est aujourd’hui la municipalité des Philippines qui se rapproche le plus du concept de « communauté résiliente » ou ecotown. Cependant, toute la difficulté consistera à diffuser cette expérience auprès des 1 600 autres municipalités de l’Archipel.

41Si les Philippines sont principalement victimes du réchauffement climatique global et ont, à ce titre, pris le leadership de l’organisation des 20 pays les plus vulnérables, le pays contribue, aussi, bien que très modestement, au réchauffement climatique. En effet, l’Archipel ne contribue qu’à hauteur de 0,31 % des émissions globales de gaz à effet de serre.

42Le 1er octobre 2015, le gouvernement philippin soumettait aux Nations unies sa promesse de contribution à la réduction des émissions de carbone. Cette promesse vise à réduire de 70 % les émissions de carbone à l’horizon 2030. Si cette proposition fut saluée par de nombreuses ONG et organisations environnementales et qualifiée d’ambitieuse, la plupart des spécialistes la considère peu réaliste. Ce scepticisme repose sur le fait que, d’une part, le gouvernement Aquino a bien spécifié que cet effort de réduction devra être totalement financé par l’aide internationale et, d’autre part, le secteur agricole, second contributeur de gaz à effet de serre, est exclu de cet effort.

  • 486 British Chamber of Commerce in the Philippines, 2014, Energy and power opportunities in the Philip (...)

43Mais le défi majeur est celui de l’énergie, premier secteur d’émission des gaz à effet de serre (42 % du total). La production d’électricité est dominée par le charbon (39 %) et les hydrocarbures (gaz naturel 27 % et pétrole 6 %). L’énergie renouvelable, variant autour de 28-30 % selon les aimées, est la plus importante de l’Asie du Sud-Est, mais concentrée sur l’hydroélectricité (14 %) et la géothermie (14 % et deuxième producteur mondial après les États-Unis). L’énergie solaire, éolienne et la biomasse ne forment qu’une partie infime du mix énergétique du pays486.

  • 487 Climate Change Commission, 2014 Philippine climate change assessment (PhilCCA) initial key finding (...)

44Or, sur la période 2000-2013 la consommation d’électricité du pays a augmenté en moyenne de 4 % par an (61 566 GWh consommés en 2013). Selon les scientifiques de la commission sur le changement climatique, si rien n’est fait pour réduire la dépendance au charbon du secteur électrique, les émissions de gaz à effet de serre des Philippines pourraient augmenter de 400 % d’ici à 2030 (par rapport à son niveau de 2007)487. Cette augmentation spectaculaire irait à l’encontre, non seulement de l’ambition formulée le 1er octobre 2015 auprès des Nations unies, mais aussi de la loi sur l’air pur (Clean Air Act), votée en 1999, et qui comprend des sections sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

45La loi sur les énergies renouvelables, votée en 2008, est à l’origine d’un accroissement spectaculaire des projets « d’énergie verte ». Ainsi, de 2009 à 2015, pas moins de 650 contrats ont été signés avec le Département de l’énergie comprenant 404 projets hydroélectriques, 68 projets d’énergie solaire, 54 projets éoliens, 43 projets de biomasse, 41 projets d’énergie géothermale et 5 projets d’énergie marémotrice. Au total, ces contrats concernent une puissance installée de 2500 MW. Pour l’aimée 2015, 166 nouveaux contrats d’une puissance installée totale de 697 MW sont en cours d’évaluation.

46Cet engouement pour les énergies solaire et éolienne est en grande partie lié aux subventions autorisées par la loi de 2008. Cependant, les prix élevés soutenus par l’État, permettant aux producteurs d’être rapidement rentables, sont répercutés aux consommateurs. Ces subventions de l’électricité verte sont l’une des raisons du coût très élevé de l’électricité, l’une des plus chères d’Asie, juste derrière le Japon. Ainsi, comme le dit le directeur de l’Agence nationale des énergies renouvelables, le gouvernement doit, d’une part, arbitrer entre la volonté d’organiser la transition énergétique du pays et la viabilité financière des projets et, d’autre part, limiter l’impact des coûts sur les consommateurs.

*

47La popularité du président est toujours aussi élevée, malgré sa chute momentanée après le « massacre de Mamasapano ». L’économie du pays est toujours aussi résiliente et ne devrait pas trop souffrir du ralentissement de la croissance chinoise. D’ailleurs, l’année 2016 étant une aimée d’élections générales, les économistes prévoient une forte croissance. Le 9 mai 2016, quatre binômes vont s’affronter pour les postes de président et vice-président. La probabilité que deux femmes dirigent le pays n’est pas nulle. De même, on ne peut écarter l’idée d’un retour de la famille Marcos au pouvoir. Comment ces candidats perçoivent-ils les questions sur le processus de paix à Mindanao ou sur les relations diplomatiques et militaires avec la Chine ? Ces deux dossiers sensibles viendront hanter la prochaine administration. Un autre dossier, non moins brûlant, est celui de l’impact du réchauffement climatique sur l’Archipel. Si les Philippines ont joué un rôle important pour la réussite de la COP 21 en décembre 2015, les candidats à la présidentielle ont jusqu’à présent été muets sur la question.

Annexes

Fiche Philippines

Capitale : Manille

Superficie : 299 764 km2, 7 107 îles parmi lesquelles 2 773 portent un nom

Population (est. 2014) : 100 096 000 hab. (92 337 852, recensement 2010)

Langues officielles : filipino (depuis 1939) et anglais

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie présidentielle

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Benigno dit « Noynoy » Cojuangco Aquino III (depuis juin 2010)

Vice-président : Jejomar dit « Jojo » Cabauatan Binay Sr (depuis juin 2010)

Ministre des Affaires étrangères : Albert Ferreros del Rosario (depuis février 2011)

Échéances : élections générales en mai 2016

Contentieux territoriaux et maritimes :

République populaire de Chine, Malaisie, Taiwan et Vietnam : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley

République populaire de Chine et Taiwan : souveraineté sur le Scarborough Shoal

Malaisie : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo

République des Palaos (Micronésie) : négociations pour la délimitation de frontières maritimes

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2010) : Tagalog (28,1 %), Cebuano (13,1 %), llocano (9 %), Bisaya (7,6 %), Ilonggo (7,5 %), Bikol (6 %), Waray (3,4 %), autres (25,3 %)

Religions : catholiques romains (80,9 %), protestants et autres Églises chrétiennes (11,6 %), musulmans (5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2012) : 1,9 %

Espérance de vie (2011) : 72,2 ans (femme) et 65,5 ans (homme)

Indice de fécondité (2011) : 3,1

Taux de natalité (2011) : 24,8 ‰

Taux de mortalité (2011) : 5,8 ‰

Taux de mortalité infantile (2011) : 20,2 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2008) : 95,4 %

Taux d’urbanisation (2011) : 48,90 o

Indice de développement humain (2014) : 0,66 (rang 117)

Indicateurs économiques

Monnaie : peso (1 euro = 52,62 pesos, octobre 2015)

Dette extérieure (fin 2014) : 77,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita

- en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, est. 2015) : 4 851 $ US

- en dollars courants (FMI, est. 2015) : 2 886 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2015) : 5,6 % (6,1 % en 2014)

Répartition du PIB par secteur d’activité (2014) : agriculture (10,03 %), industrie (33,25 %), services (56,72 %)

Taux d’inflation (2014) : 4,1 %

Taux de chômage (2014) : 6,6 %

Taux de sous-emploi (2014) : 18,4 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 27,90 o

IDE entrant (cumulés ou stocks) (est. 2014) : 57,093 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (est. 2014) : 35,603 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Japon, États-Unis, République populaire de Chine, Singapour

Importations (2014) : 69,16 milliards $ US

Principaux produits importés (2014) : céréales, minerais, acier et fer, plastiques, machines-outils, équipements de transport, équipements de télécommunications, énergies fossiles, matériels électroniques

Exportations (2014) : 61,81 milliards $ US

Principaux produits exportés (2014) : pièces en métaux, huile de noix de coco, matériels électroniques, composants automobiles et aéronautiques, composants pour téléviseurs, textile, mobilier, thon, banane, semi-conducteurs

Chronologie

DÉCEMBRE 2014

5 Le Bangsamoro Islamic Freedom Fighters (BIFF) revendique une série d’attaques perpétrées contre des positions stratégiques de l’armée. Leur porte-parole déclare qu’il y aura une riposte pour chaque attaque de la part des militaires.

18 Trois ports du clan Abu Sayyaf sont découverts par les autorités. Ils y trouvent du matériel de fabrication de bombes artisanales.

22 Arrestation d’un des leaders présumés d’Abu Sayyaf, Bon Sarapbil, impliqué dans une série d’enlèvements de 2009 à 2011.

24 Des modérés du BIFF sont invités à participer à F élaboration de la loi de Bangsamoro.

31 Une bombe explose au cœur d’un marché au nord de Cotabato, faisant 20 blessés et deux morts.

JANVIER 2015

8 Deux des trois hommes du groupe Abu Sayyaf qui avaient décapité sept agriculteurs en 2009 dans la province de Sulu sont arrêtés.

15 Arrivée du pape François aux Philippines.

21 Un officiel philippin et le diplomate américain Daniel Russel déclarent que les activités de la Chine pourraient aggraver les tensions et violer un accord de 2002 destiné à empêcher le recours à un conflit armé sur les îles et les bandes de corail.

Deux factions du MNLF (Front Moro de libération nationale) participent à la rédaction de la loi sur la Bangsmoro.

24 Une voiture piégée par un membre d’Abu Sayyaf fait plus de trente blessés et un mort dans la ville de Zamboanga. Cette attaque est considérée comme une tentative de déstabiliser le processus de paix de Mindanao.

25 Quarante-quatre commandos sont tués lors d’un affrontement avec les insurgés musulmans du MILF et du BIFF à Mamasapano dans le Sud du pays. La cible, le terroriste malai sien Zulkifli bin Hir, alias Marwan, est tuée.

28 Un bataillon militaire de plusieurs centaines d’hommes est redéployé à Maguindanao après 1 attaque des 44 commandos. Le président espère tout de même que cet incident n’entachera pas le processus de paix.

FÉVRIER 2015

14 Les forces de sécurité sont activement à la recherche du fabricant de bombes Abdul Basit Usman et de ses hommes, contre qui l’opération de Maguindanao était dirigée.

23 Au moins 20 rebelles du BIFF sont tués lors d’un échange de coups de feu avec les autorités à Pikit.

Des membres de la société civile et de groupes religieux se réunissent et réclament que la lumière soit faite sur l’opération de Mamasapano qui a mené 44 soldats à la mort.

Environ 200 000 professeurs font grève pour réclamer une hausse des salaires.

27 Le renouveau des affrontements entre les groupes armés (BIFF, MILF et l’armée) pousse 30 000 personnes à quitter leur maison afin de trouver refuge dans des centres d’évacuation.

MARS 2015

8 Des centaines de membres du MILF se font enregistrer sur les listes électorales afin de pouvoir voter.

9 Une nouvelle marche pour la justice est organisée par les familles des 44 commandos de la S AF (Special Action Force) tués à Mamasapano en janvier. Elle réunit des milliers de personnes dans plusieurs villes du pays.

Des parlementaires cherchent à connaître le rôle qu’ont joué les États-Unis lors de l’incident de Mamasapano.

AVRIL 2015

30 Mary Jane Veloso, retenue en Indonésie pour trafic de drogue, évite la peine de mort après que sa recruteuse se soit rendue à la police.

MAI 2015

3 Le terroriste le plus recherché des Philippines, Adbul Basit Usman, est tué. Des allégations affirment qu’il aurait été assassiné par ses propres gardes du corps afin d’obtenir la récompense de 1 million $ US offerte par le département d’État américain. Mais l’identité des tueurs est inconnue à ce jour.

15 Le gouvernement des Philippines demande au gouvernement américain de porter urgemment son attention sur les développements récents en mer de Chine du Sud.

31 Quinze personnes sont blessées lors de détonations successives de bombes dans une mosquée sur l’ile de Sulu.

Quatre-vingt-cinq commandants du MILF déclarent qu’ils ne soutiendront pas la loi du Bangsamoro, étant donné qu’ils n’ont pas été inclus dans le processus de création de cette loi. Ils se désolidarisent par la même occasion de leur chef autoproclamé Ebrahim Murad pour avoir forgé secrètement un accord de paix avec le gouvernement sans les consulter.

JUIN 2015

1 er Un premier sondage montre qu’une majorité de Philippins est contre la loi de Bangsamoro, y compris ceux qui vivent à Mindanao et qui sont supposés en bénéficier.

10 Le passage de la loi Bangsamoro est ajourné.

13 Des djihadistes malaisiens affiliés à l’organisation de l’État islamique sont vus en compagnie de bandits d’Abu Sayyaf à Mindanao.

24 La Cour suprême rejette une pétition visant à remettre en cause la légalité de la loi de Bangsamoro mais reconnaît deux tentatives pour déclarer les deux accords de paix, passés entre le gouvernement et le MILF, inconstitutionnels.

JUILLET 2015

9 Les juristes musulmans de Mindanao affirment que la liberté religieuse sera respectée dans la loi de Bangsamoro.

15 La Chine demande aux Philippines de revenir sur sa décision de demander un arbitrage international dans le conflit qui les oppose en mer de Chine afin de pacifier leur relation.

18 Les Philippines annoncent la réouverture de F ex-base américaine de Subic Bay au nord-ouest de Manille pour y stocker leur propre matériel militaire.

20 Selon un rapport du Social Weather Stations, le taux de sous-nutrition est de 12,7 % de la population philippine au deuxième quart de l’année 2015.

27 Le président Aquino III s’est exprimé pour la dernière fois devant le peuple philippin lors du traditionnel discours à la Nation qui se tient chaque dernier lundi de juillet. Son mandat de 6 ans s’achève le 30 juin 2016 et la Constitution lui interdit d’en briguer un second.

AOÛT 2015

11 Selon la Banque centrale des Philippines, les investissements étrangers directs chutent de 42 % par rapport au premier semestre 2014, passant de 2,82 milliards à 1,64 milliards $ US.

12 L’otage philippin Rodolfo Boligao, retenu par Abu Sayyaf depuis mai, est retrouvé décapité à Jolo (Sulu).

21 Le typhon Goni frappe le Nord des Philippines faisant au moins 26 morts.

27 Iglesia ni Cristo manifeste à Manille pour demander la séparation entre les Églises et l’État après que l’ancien rédacteur en chef de sa revue officielle a dénoncé la corruption à 1 intérieur de la secte, et porté plainte à ce sujet au ministère de la Justice.

28 L’épiscopat philippin réaffirme son opposition au mariage homosexuel dans une lettre pastorale destinée aux fidèles catholiques.

29 La croissance philippine est de 5,6 % au deuxième trimestre alors que les estimations étaient autour de 7 %.

31 Iglesia ni Cristo met fin aux manifestations qui ont duré cinq jours et rassemblé jusqu’à 15 000 personnes selon la police, les négociations avec le gouvernement ayant été jugées « satisfaisantes ».

SEPTEMBRE 2015

12 L’archevêché de Lipa reconnaît officiellement les apparitions mariales qui y seraient survenues en 1948. L’enquête avait été suspendue en 1951 et rouverte en 2005.

14 Séoul et Manille signent un accord relatif aux informations militaires classifiées pour faciliter leur coopération.

17 Le Vietnam remporte le marché philippin et sera en charge d’y exporter 450 000 tonnes de riz.

22 Plus de dix enlèvements sont attribués à Abu Sayyaf ce mois-ci, dont ceux de deux Canadiens et d’un Norvégien.

OCTOBRE 2015

1 er Manille propose de réduire ses émissions carbone de 70 % d’ici 2030, en échange d’un soutien financier des pays développés.

3 Le typhon Mujigae touche le Nord des Philippines. Plus de 100 pêcheurs et 23 embarcations sont portés disparus.

10 La Conférence des évêques philippins appelle les fidèles à ne pas voter pour un candidat ayant été condamné pour corruption.

13 La sénatrice Miriam Defensor Santiago annonce qu’elle sera candidate à P élection présidentielle.

30 La Cour permanente d’arbitrage (CPA) se déclare « compétente » pour étudier le recours déposé par Manille contre l’occupation chinoise des atolls de Scarborough et Mischief (Spratley).

NOVEMBRE 2015

1 er Enlevé en janvier par Abu Sayyaf, le Coréen Hong Nwi-Seong est retrouvé mort sur l’île de Jolo.

18 L’otage malaisien, Bernard Then, est exécuté par Abu Sayyaf. Il était détenu depuis le mois de mai.

28 Le président philippin se rend au Sommet de la COP21 à Paris. Dans son discours, il appelle les pays riches à aider les pays pauvres et rappelle que les Philippines sont très exposées aux catastrophes naturelles.

Portraits

Heidi Mendoza :

Heidi Mendoza est née le 3 novembre 1962 dans la province de Quezon (à l’est de Luzon). Après des études de comptabilité, elle est entrée à la Commission on Audit (COA) et devient une spécialiste des enquêtes contre la fraude et la corruption des fonctionnaires. En 2011, elle est propulsée dans les médias lorsqu’elle expose la corruption qui sévit dans l’armée. Elle témoigna, entre autre, contre le général Carlos Garcia, accusé d’avoir détourné 303 millions de pesos (5 millions d’euros). Nommée à la tête du COA par le président Aquino, Mendoza devint la pierre angulaire du programme de lutte contre la corruption. Elle devint une experte témoin dans la procédure d’impeachment du chef de la Cour suprême, Renato Corona, en 2012, ainsi que pour le jugement d’Elenita Binay, femme du vice-président Jejomar Binay, pour des anomalies financières lorsqu’elle était maire de Makati. Son courage, sa compétence et sa ténacité ont été reconnus au-delà de l’Archipel, si bien que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, l’a nommée en charge des services internes. Pendant cinq ans, elle traquera donc la fraude et la corruption, mais cette fois-ci chez les fonctionnaires des Nations unies.

Marvic Leonen :

Marvic Leonen est né le 29 décembre 1962 à Baguio. Après des études d’économie et de droit à l’Université des Philippines, il se spécialise dans le droit des peuples indigènes des Philippines et fonde le Legal Rights and Natural Resources Inc, un think tank qui donne aussi des conseils juridiques aux populations défavorisées des montagnes. En 2008, il devient le doyen du département de droit de l’Université des Philippines. Cependant, il se révèle une figure médiatique à partir de 2010, lorsque le président Aquino le nomme chef de l’équipe des négociateurs du gouvernement dans le cadre du processus de paix avec le MILF. Il exerce cette fonction jusqu’en 2012 avant d’être nommé juge associé (Associate Justice) à la Cour suprême. Certaines de nos sources considèrent qu’il pourrait bien devenir le plus jeune chef de la Cour suprême.

Affiche politique

Travaux de surélévation
© François-Xavier Bonnet

Le Département des travaux publics s’est lancé dans de très importants projets de contrôle des inondations. Sur cette photo, la route principale d’une ville de la banlieue de Manille est surélevée de plus d’un mètre, en certains points névralgiques perpétuellement inondés lors de fortes pluies.

Notes

467 « Aquino’s satisfaction rating highest in 18 months - SWS », Rappler.com., 17 septembre 2015, (http://www.rappler.com/nation/106202-aquino-satisfaction-highest-september-2015).

468 Natashya Gutierrez, « Satisfaction with Aquino lowest after Mamasapano - SWS », Rappler.com, 6 avril 2015, (http://www.rappler.com/nation/89051-mamasapano-aquino-ratings-lowest-sws).

469 Chris Schnabel, « China’s economic slowdown: a double-edged impact on PH », Rappler.com, 20 février 2015, (www.rappler.com/business/features/84361-china-economy-slowdown-impact-ph).

470 L’industrie du BPO correspond à une grande variété d’activités depuis les centres d’appels téléphoniques jusqu’à des services sophistiqués comme des bureaux d’ingénierie, d’architecture ou autres travaillant à distance. Ces Philippines sont devenues le centre mondial de cette industrie, dépassant l’Inde.

471 En 2014, les expatriés philippins ont renvoyé 26,93 milliards S US à leurs familles soit 8,5 % du PIB.

472 Voir François-Xavier Bonnet, 2013, « Philippines : une année de croissance et...d’espoirs », in Jeremy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est2013, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, p. 244.

473 Pour être candidat aux présidentielles, il suffit d’être Philippin de naissance, avoir au moins 40 ans et avoir résidé aux Philippines au moins durant les dix années précédant l’élection. Lors de ces élections, 12 sièges de sénateurs seront à pourvoir (sur 24 ; les sénateurs sont élus pour 6 ans), tous les sièges de députés (293 ; les députés sont élus pour 3 ans, mandat renouvelable 3 fois de suite au maximum). Au niveau local, tous les postes de gouverneurs et vice-gouverneurs de province, ainsi que les conseillers de province (81 provinces, 772 sièges de conseillers) seront à pourvoir. Il en est de même des maires, adjoints au maire et conseillers municipaux (144 « cities », 1490 municipalités) ainsi que des élus de la région autonome musulmane (ARMM - Autonomous Region of Muslim Mindanao : 1 gouverneur, 1 vice-gouverneur et 24 représentants de l’assemblée régionale). Seules les élections des barangay (villages) se dérouleront en octobre 2016.

474 UNA est issue de la coalition du parti de Jejomar Binay, le Partido Demokratiko Pilipino-Lakas ng Bayan (PDP-Laban), et le Pwersa ng Masang Pilipino (PMP), le parti de l’ancien président Joseph Estrada.

475 Le sénateur Escudero vient du parti politique Nationalist People’s Coalition (NPC) créé par Eduardo Cojuangco, un oncle du président Aquino.

476 Gringo Honassan fut l’un des leaders du RAM (Reform the Armed Forces Movement), organisation militaire à l’origine de la révolution pacifique d’Edsa en 1986, visant à renverser le dictateur Ferdinand Marcos. Puis il fut l’instigateur de plusieurs coups d’État contre Cory Aquino. Son mentor est le sénateur Ponce Enrile, ancien ministre de la Défense de Marcos et aujourd’hui accusé de haute corruption. Le sénateur Trillanes, dont le mentor fut longtemps Gringo Honassan, est à l’origine de plusieurs coups d’État contre la présidente Gloria Macapagal-Arroyo. Il fut élu sénateur alors qu’il était encore en prison.

477 François-Xavier Bonnet, 2015, « Philippines. Année 2014, entrée en période préélectorale », in Abigaël Pesses et François Robinne (dir.), L’Asie du Sud-Est 2015. Bilan enjeux et perspectives Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, p. 237.

478 Cilles Cabacungan, « Committee vote on BBL begins Monday in House », Philippine Daily inquirer, 11 mai 2015, (http://newsinfo.inquirer.net/690512/committee-vote-on-bbl-begins-monday-in-house).

479 Citizen’s Peace Council, Report of the Peace Council on the Bangsamoro Basic Law, 27 avril 2015, p. 4, (www.opapp. gov.ph/sites/default/files/peace-council-report-bbl.pdf).

480 Carolyn 0. Arguillas, « Dureza: extend Bangsamoro transition period to 2019 », Mindanews, 15 septembre 2014, (http://www.mindanews.com/peace-process/2014/09/15/dureza-extend-bangsamoro-transition-period-to-2019/).

481 International Crisis Croup, Stirring up the South China sen (III) : a fleeting opportunity for calm, Asia report no 267, 7 mai 2015, p. 17.

482 Mary Fides A. Quintos, Artificial islands in the South China sea and their impact on regional (in)security, Center for International Relations and Strategic Studies, FSI Insights, vol. 2, no 2, mars 2015, p. 2, (www.fsi.gov.ph/wp-content/uploads/2015/03/2015-0305-Vol-2-No-2-FSHnsights-Artificial-lslands-in-the-South-China-Sea-Quintos.pdf).

483 II s’agit de la première visite d’un chef d’État français aux Philippines depuis son indépendance.

484 World Bank, A strategic approach to climate change in the Philippines, 16 avril 2010, p. 6, (http://siteresources.worldbank.org/INTPHILIPPINES/Resources/PH_CC_Strategy_AprilJ9_2010.pdf).

485 PAGASA, Climate change in the Philippines, février 2011, (https://pubfiles.pagasa.dost.gov.ph/climps/climateforum/ClimatechangeinthePhilippines.pdf).

486 British Chamber of Commerce in the Philippines, 2014, Energy and power opportunities in the Philippines, Department of Energy Investment Promotion Office, p. 5, (www.britcham.org.ph/images/2014/11/Energy-Webinar.pdf).

487 Climate Change Commission, 2014 Philippine climate change assessment (PhilCCA) initial key findings poster, 9 juillet 2014, (https://drive.google.eom/file/d/0BzbudTixMEIZRFRkV2VScmdlcEpfQIFaeDFxZkNiRng4bHJB/edit).

Table des illustrations

Titre Les Philippines
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Travaux de surélévation© François-Xavier Bonnet
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Géographe et chercheur associé de l’Irasec. Il travaille sur les interconnexions entre les conflits claniques (rido) et les insurrections musulmanes sur l’île de Mindanao. Il est l’auteur de trois chapitres dans la monographie nationale Philippines contemporaines (William Guéraiche (dir.), Les Indes savantes, 2013), ainsi que d’une série d’articles sur la géopolitique des Philippines, dont « Geopolitics of Scarborough Shoal », (Carnet de l’Irasec, no 14, 2012). Il est par ailleurs consultant pour différentes agences des Nations unies (notamment F Unesco) et pour certaines municipalités de Mindanao ayant des conflits locaux à régler.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site