Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

La région

Birmanie. Les douze saisons d’une année électorale

Bénédicte Brac de la Perrière

Texte intégral

1Depuis la remise du pouvoir par les militaires à un gouvernement partiellement civil, en mars 2011, les observateurs d’abord incrédules se sont accordés pour voir dans les prochaines élections générales, promises en 2015, le véritable test de la transition politique de la Birmanie vers un régime démocratique. Bien qu’il n’ait pas manqué non plus de voix pour souligner qu’il ne suffirait pas d’un scrutin crédible, selon les critères internationaux, pour faire du pays un modèle de démocratie, il n’en reste pas moins que ces élections ont constitué pour l’ensemble du pays un véritable défi dont la perspective a déterminé l’actualité tout au long de l’année.

2Les Birmans ont finalement pu s’exprimer librement le 8 novembre 2015, selon la promesse du gouvernement Thein Sein. Ils ont vécu avec enthousiasme cette expérience de la démocratie, nouvelle pour eux, en votant massivement pour le principal parti d’opposition, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD — National League for Democracy) dans une élection extrêmement polarisée. Ce faisant, c’est Aung San Suu Kyi, la première opposante du pays, qu’ils ont plébiscitée bien que celle-ci reste constitutionnellement exclue du mandat de la présidence. Il reste à voir comment, dans ces conditions, la remise du pouvoir — prévue à la fin de mars 2016 — se fera.

3Le scrutin ne constitue qu’une simple étape, aussi nécessaire soit-elle. Son déroulement satisfaisant est cependant une heureuse surprise, y compris pour l’opinion birmane qui, jusqu’au dernier moment, s’est interrogée sur la possibilité d’élections libres et justes. L’actualité des derniers mois a, en effet, été marquée par le renforcement des nœuds de tension plutôt que par leur relâchement. La question « Rohingya » et la montée du nationalisme religieux bouddhique, l’échec des négociations de cessez-le-feu global avec les armées des groupes minoritaires et la reprise des conflits ouverts, la montée de la répression des journalistes et des activistes, l’écrasement des mouvements populaires et étudiants et, surtout, les difficultés croissantes des couches populaires, constituent autant de crispations. Ni le train de réformes : de la presse, de l’éducation, du droit foncier, etc., ni la croissance économique soutenue dont les signes se multiplient pointant chaque jour, ne suffisent à résoudre les tensions actuelles.

Des affaires qui en disent long sur l’état de la gouvernance

4Fin 2014, alors que la transition démocratique commence à être prise au sérieux par la communauté internationale, une série de drames « mutiles » réactive dans l’opinion le spectre des méthodes de la junte. Le 4novembre, est annoncée la mort par balles, en détention, de Ko Phar Kyi : le journaliste avait été arrêté alors qu’il couvrait la reprise du conflit avec les Karen du Tenasserim. Sa femme signale sa disparition et son corps est retrouvé enfoui aux alentours du poste de police, troué de balles. L’événement survient après une série d’arrestations de journalistes, pour divulgation d’informations qui se sont révélées fausses, et suggère un resserrement de la liberté de presse nouvellement acquise mais surtout, une mesure d’intimidation.

5En décembre, une femme meurt d’une balle dans la tête lors des affrontements qui opposent les villageois de Letpaudauug aux forces de l’ordre, pour résister à l’extension de la mine de cuivre exploitée par la compagnie chinoise Wunbao aux dépens de leurs terres et de leur environnement. L’affaire suscite des manifestations dans différentes villes, et notamment à Yangon, devant l’ambassade de Chine, où un certain nombre d’activistes sont arrêtés. Cela, et le démantèlement définitif du camp de protestation des victimes d’expropriation de Mikyaungkan, qui depuis des mois campent en plein centre de Yangon, devant le jardin de l’Indépendance, a contribué à réduire considérablement la visibilité et le niveau effectif de mobilisation des activistes, à son plus haut depuis le début de la transition.

6En novembre, un mouvement est lancé par les étudiants contre la loi sur l’éducation qui passe au Parlement sans tenir compte de leurs demandes — ils réclament notamment une meilleure représentation dans l’administration des universités et le droit de se syndiquer. Ce mouvement prend de l’ampleur et s’organise en marches à travers tout le pays, ravivant le souvenir de celles historiques des aimées 1930. Le 10 mars, ce mouvement pacifiste est écrasé brutalement à Letpadan — au nord de Yangon — et plus d’une soixantaine d’étudiants sont arrêtés suscitant une vive émotion.

7Toutes ces affaires, et d’autres encore, sont judiciarisées dans des conditions qui exposent le fonctionnement partial de la justice au regard public : le 12 mai les deux soldats accusés d’avoir tué le journaliste pendant sa garde à vue bénéficient d’un non-lieu par un tribunal militaire ; le 15 mai les six activistes interpellés lors des manifestations liées à l’affaire de Letpandaung sont condamnés à des peines de 4 ans et 4 mois de prison. Certains des étudiants arrêtés à Letpadan en mars ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur traitement par la justice. À la veille des élections, des voix s’élèvent contre les nouvelles incarcérations de prisonniers politiques — il y en aurait plus de 90 — et la vieille antienne : « ce gouvernement n’assure pas l’État de droit », résonne plus que jamais, faisant douter de la possibilité d’élections libres. Comment expliquer ces affaires « mutiles », selon une opinion répandue en Birmanie, autrement que par la volonté de susciter un climat d’insécurité peu propice à la sérénité du scrutin ? La revendication d’un « État de droit » est certainement au cœur de la volonté de changement des Birmans.

Un pacte national excluant - La nationalité contre la citoyenneté

8Quoi qu’il en soit, ces affaires n’éclipsent pas les questions majeures laissées pendantes par la gouvernance Thein Sein, et qui nuisent à l’image internationale de la transition birmane : la reprise des conflits armés au lendemain du changement pour un régime parlementaire et l’impossibilité d’aboutir à un cessez-le-feu global ; et la question qu’on peut résumer sous le label de « Rohingya ».

La question des minorités

  • 199 Jane M. Ferguson, 2015, « Ethnonationalism and participation in Myanmar. Views from Shan State and (...)

9La signature d’un cessez-le-feu national (NCA — Nationwide Ceasefire Agreement) est une des promesses de Thein Sein qu’il n’aura pas réussi à concrétiser. Le processus visant à un accord global concernant 21 groupes armés est entamé début 2013 selon le principe : « un cessez-le-feu, d’abord, pour des négociations politiques, ensuite », un cessez-le-feu global, obligeant les parties à la négociation politique, qui ferait la différence avec la série de cessez-le-feu bilatéraux signés un à un dans les aimées 1990 par Khin Nyunt, à la tête du State Law and Order Restauration Council (SLORC). Cette série est à l’origine de la situation actuelle avec des zones spéciales (SAZ ou SAD) administrées par les groupes correspondants, Naga, Danu, Pa-O, Wa, Palaung (Ta’ang) et Kokang199.

10Depuis 2013, aucun effort n’a été épargné pour aboutir à un résultat et montrer à la face du monde que le pouvoir birman est sérieux dans sa détermination à régler la question. L’Union européenne a contribué à cet effort à travers sa participation au Myanmar Peace Center (MPC) fondé en 2012. Deux aimées de négociations, plus de 300 réunions : il ne s’agit de rien moins que de trouver une solution politique au statut des groupes minoritaires, les « races nationales », selon la traduction en cours du terme birman. La question sape les fondements du pays depuis son indépendance dans la mesure où les minorités considèrent que le pacte inaugural de Panglong, signé en 1947 avec Aung San et qui prévoyait une mesure de dévolution de pouvoir au bout de dix aimées, a été trahi.

11Malgré les efforts, les négociations sont interrompues à l’automne 2014 par le front des groupes armés refusant de signer un accord dont sont exclus les trois groupes alors encore en conflit ouvert (Ta’ang, Kokang et Arakanais). Après une aimée supplémentaire de tractations, le gouvernement Thein Sein finit par signer en grande pompe, à Naypyidaw, le 15 octobre dernier, un accord ne concernant que 8 groupes armés, ceux qui ont accepté de se désolidariser des autres, sur un total de 21. Entre-temps les opérations militaires ont repris sur plusieurs fronts, notamment dans la zone Kokang où la loi martiale est décrétée, le 17 février, dans une opération qui est alors analysée par l’éditorialiste de The Irrawaddy comme une démonstration de force du chef d’état-major de l’année nationale, Min Aung Hlaing. Récemment encore, à la veille des élections, les forces gouvernementales ont engagé des actions dans le nord de l’État Shan forçant la population de 6 villages bombardés à s’enfuir. Le conflit s’est envenimé depuis. Ainsi, alors que d’un côté le gouvernement poursuivait ses négociations de cessez-le-feu, de l’autre côté, l’année rouvrait des fronts contre les groupes non-signataires.

  • 200 Maxime Boutry, 2015, « How far from national unity? Dealing with the concealed diversity of Myanmar (...)

12Bien que salué par le gouvernement et les instances internationales comme un premier pas, l’accord signé est vu comme un acte semant la division dans leur front par les groupes non-signataires qui se sont réunis le 31 octobre, pour la seconde fois cette aimée, à Panbsang, capitale du pays Wa. À l’issue de la réunion, le front des non-signataires a annoncé qu’il était prêt à reprendre les négociations politiques après les élections, avec un gouvernement NLD. Le devenir de ces négociations est un enjeu majeur du transfert du pouvoir à un gouvernement démocratique. Au-delà de la solution constitutionnelle du fédéralisme, qui est celle généralement imaginée, la question qui se pose de manière plus profonde est celle du conflit entre nationalité et citoyenneté ouvert par une construction de la nation exclusive à laquelle répond la construction ethnique réifiante des groupes minoritaires, l’une comme l’autre ignorant les identités multiples, complexes et changeantes que l’on observe sur le terrain200.

La question « Rohingya »

13Le conflit entre nationalité et citoyenneté sous-tend de manière encore plus claire la question « Rohingya », question épineuse s’il en est, qui reste une source d’incompréhension majeure entre la communauté internationale et la Birmanie. Lin décembre 2014, les Nations unies adoptent une résolution pour demander aux autorités d’accorder la citoyenneté birmane aux musulmans d’Arakan identifiés comme « Rohingya », afin de leur permettre de se déplacer librement dans le pays et d’accéder aux mêmes soins et services que les autres citoyens.

  • 201 Jacques Leider, 2015, « Competing identities and the hybridized history of the Rohingyas », in Rena (...)

14Mais la Birmanie ne reconnaît pas les Rohingya parmi les 135 identités ou « races nationales » qui donnent accès à la citoyenneté. Elle voit ces musulmans d’Arakan comme une population d’immigrants du Bangladesh lesquels sont réduits au statut d’apatride s’ils ne peuvent pas prouver que leurs ancêtres sont arrivés en Arakan avant la colonisation de cette région, en 1822 — ce qui leur donnerait la citoyenneté selon la loi adoptée sous le régime Ne Win, en 1982, lors d’une des crises « Rohingya » qui ont ponctué l’histoire de la Birmanie indépendante. Ces musulmans, estimés à un million de personnes environ, vivent retranchés au nord de l’Arakan, frontalier avec le Bangladesh, où ils sont majoritaires. Jacques Leider, historien de l’Arakan, a montré comment, dans sa grande majorité, cette population est arrivée dans la région à l’époque coloniale du fait de l’appel de main-d’œuvre et de l’absence de frontière au sein de l’empire britannique jusqu’en 1937. Elle s’est retrouvée du mauvais côté au moment de la partition entre l’Inde et la Birmanie201. Revendiquant depuis l’indépendance (1948) une zone autonome dans l’État arakanais bouddhiste dont ils ne voulaient pas dépendre, ces musulmans ont cherché, à partir des aimées 1960, à se conformer au modèle birman de l’ethnicité en construisant leur identité comme « Rohingya », produisant un discours historique unitaire dont la force politique et sociale ne s’est affirmée qu’au prix de la coupure du reste de la communauté musulmane de Birmanie et du Bangladesh.

15Depuis l’accès de violence antimusulmane qui a éclaté dans cette région en juin 2012, 140 000 Rohingya sont réfugiés dans une grande précarité, dans des camps qui dépendent en grande partie de l’aide internationale. Après plusieurs mois d’interdiction d’exercer dans l’État d’Arakan, à la suite d’un incident révélant à quel point la société arakanaise voit d’un mauvais œil la focalisation de l’aide internationale sur les musulmans, Médecins sans Frontières est autorisée à revenir en janvier. En février, la question du droit de vote des Rohingya est soulevée au Parlement dans le contexte d’un éventuel référendum sur la réforme de la Constitution. En 2010, les Rohingya détenteurs d’une « carte blanche » leur servant de titre de séjour provisoire avaient voté et Thein Sein a suggéré qu’ils puissent le faire à nouveau à cette occasion, soulevant un tollé général. La proposition fut alors soumise au tribunal constitutionnel qui délivra un avis négatif et Thein Sein décida qu’à compter du 31 mars toutes les « cartes blanches » seraient périmées et devraient être restituées par leurs détenteurs, environ un million et demi de personnes dont 700 000 Rohingya. C’est ainsi que les Rohingya ont perdu cette aimée leur droit de vote. Un nouveau type de « carte verte » leur a été attribué qui n’autorise toutefois pas à circuler en dehors des camps.

16L’absence complète de perspective pousse de plus en plus les Rohingya à s’enfuir soit vers le Bangladesh, où ils seraient environ 500 000 et où ils ne sont pas les bienvenus, soit par la mer. Pendant la saison de navigation, des embarcations surchargées croisent vers la frontière entre la Thaïlande et la Malaisie où des réseaux de trafiquants se sont mis en place. Au mois de mai, un charnier de migrants est découvert près de la frontière malaisienne. Les autorités thaïlandaises interpellées par la communauté internationale prennent alors des mesures contre les trafiquants, ce qui pousse ces derniers à abandonner leurs cargaisons humaines en mer d’Andaman et provoque une véritable crise de boat people. Les autorités thaïlandaises appellent les autorités birmanes à prendre leur responsabilité, l’UNHCR (United Nations High Commissariat for Refugees) et l’IOM (International Organization for Migration) ayant déclaré que sur les 25 000 personnes ayant pris la mer pour migrer pendant le premier trimestre 2015, la majorité était des Rohingya. Les Birmans refrisent cependant que la crise soit imputée à la situation des Rohingya en Birmanie et le 29 mai, la marine birmane arraisonne au large de ses côtes un bateau surchargé de boat people dont certains, identifiés comme Bangladais seront renvoyés dans leur pays. Le ministre des Affaires étrangères birman, Wunna Maung Lwin, n’accepte de participer au sommet régional réuni à Bangkok le 29 mai, pour traiter de la situation, qu’à la condition que les boat people soient appelés des migrants et non des Rohingya. Shwe Mann, à son tour, publie une lettre ouverte au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, demandant aux organisations internationales d’arrêter de déformer la situation et d’attiser les tensions intercommunautaires dans le pays.

17En Birmanie, la situation des musulmans d’Arakan s’appuie sur un discours antimusulman plus général, à la radicalisation duquel elle a largement contribué et dont la force fait que, pour toutes les parties, la reconnaissance de l’identité « Rohingya » et l’attribution de la citoyenneté à cette population reste une question explosive. Fin octobre, différents rapports sont publiés, notamment celui de Human Rights Clinic de l’université de Harvard, qualifiant la situation des Rohingya en Arakan de génocidaire et une action a été entreprise par un tribunal fédéral américain impliquant la responsabilité du président Thein Sein. De fait, la question « Rohingya » alimente un conflit latent entre les instances internationales et la Birmanie. Autant le gouvernement Thein Sein a tout fait pour convaincre de sa détermination dans la résolution des conflits armés avec les minorités, sans arriver à convaincre ces dernières, autant la situation des musulmans d’Arakan est restée taboue. Attribuer la citoyenneté à ces derniers n’a pas été mis à l’agenda de son gouvernement et rien n’est moins certain que cela le soit dans une gouvernance rénovée si l’on en croit les déclarations de Aung San Suu Kyi en réaction aux accusations de génocide portées contre Thein Sein, invitant la communauté internationale à plus de mesure.

La place publique du religieux ou l’incertain horizon séculier

  • 202 Sur cette question, voir Bénédicte Brac de la Perrière, 2014, « La question religieuse dans la Birm (...)

18Le discours antimusulman, dont la violence ne saurait être minimisée, est alimenté par la montée du nationalisme bouddhique qui est un des développements socioculturels les plus frappants de ces derniers mois202. Dans la vague des émeutes antimusulmanes qui, après l’Arakan, a frappé la Birmanie centrale au printemps 2013, les leaders monastiques appellent, le 6 mai 2013, à une convention générale de moines, au monastère Ywama (Insein-Yangon), pour traiter des violences interconfessionnelles. Ce qui en résulte, de manière surprenante, est la fondation d’un mouvement se donnant pour objectif la défense du bouddhisme, la religion de la majorité birmane, que cette assemblée juge menacé par la situation. Deux ans plus tard, le Ma Ba Tha, acronyme sous lequel ce mouvement est désormais connu, a envahi l’espace public, pesant de plus en plus sur les affaires et imposant ses agendas à l’actualité.

L’irrépressible montée en puissance du nationalisme bouddhique

  • 203 Amyo batha thathana saung shauk yay aphwe. Bénédicte Brac de la Perrière, 2015, « Ma Ba Tha. Les tr (...)

19L’intitulé complet du Ma Ba Tha confond dans un même syntagme trois formes d’appartenances différentes, la nation/race, la confession religieuse et les institutions bouddhiques203. La traduction anglaise de cet intitulé privilégie le concept de « race » pour rendre le terme birman de amyo dont le champ sémantique est pourtant beaucoup plus large que cela. On peut le rendre, de manière moins caricaturale, par « Association pour la protection de la nation et de la religion (bouddhique) ». Il s’agit d’un organisme mixte, à forte composante de religieux qui appartiennent à l’ordre monastique officiel, le Sangha, et exercent la fonction de guides des laïcs. Dans son état actuel, cet organisme double dans une certaine mesure l’administration officielle du Sangha, le Sangha Maha Nayaka, dont l’autorité semble remise en cause par l’existence même du mouvement Ma Ba Tha. C’est sans doute pour cela que les responsables du Ma Ba Tha disent qu’ils ne font qu’assister le Sangha Maha Nayaka, dans une tâche que ce dernier ne pourrait mener à bien, selon eux, celle de faire promulguer un ensemble de lois dites « lois pour la protection de la nation et de la religion » afin de défendre le bouddhisme comme religion de la majorité.

20Mais si la promulgation de ces lois a motivé la fondation du mouvement, la charte du Ma Ba Tha ne se limite pas à cet objectif. De fait, les contours du mouvement sont extensibles à tout ce qui concerne la défense de la religion bouddhique et il est associé à d’autres organes chargés de fonctions spécifiques, comme la mise en place des Dhamma Skul ou écoles du dimanche, où la culture bouddhique est enseignée aux enfants, la propagation des enseignements du Bouddha à travers l’organisation de prêches publics de plus en plus nombreux, l’action sociale, etc. Tes comités semblent se développer au fur et à mesure des besoins, de manière tentaculaire. Il y aurait aujourd’hui 250 bureaux du Ma Ba Tha, dans tout le pays, qui se sont montrés très actifs tout au long de l’année, faisant l’actualité à plusieurs reprises.

  • 204 Le délit de blasphème est défini dans la loi birmane (article 295) comme une « insulte à la religio (...)

21Un domaine où leur action fut décisive est celui de retentissantes affaires de blasphème204. La première a concerné l’utilisation publicitaire de l’image de la tête du Bouddha avec des écouteurs. Diffusée à l’automne 2014 sur des flyers par le gérant néo-zélandais et le manager birman d’un bar de Yangon, le V-Gusto, elle a été postée sur Facebook suscitant la fureur du comité Ma Ba Tha local. Ce dernier est alors intervenu auprès des autorités locales pour qu’une action soit ouverte dans le cadre de l’article 295 de la loi qui interdit l’usage irrévérencieux des symboles religieux, autrement dit, le blasphème. Inculpés, le gérant et le manager ont été immédiatement incarcérés et condamnés, le 17 mars, à deux aimées de travaux forcés.

22La seconde affaire éclate à la suite d’une réunion littéraire dans une ville de la division de Sagaing, Myirunu. En octobre 2014, Htin Lyin Oo qui est, à l’époque, un des porte-parole de la NLD rappelle dans son allocution que les discriminations raciales et religieuses sont incompatibles avec les principes du bouddhisme qui, d’ailleurs, a son origine en Inde. Ces déclarations sont jugées insupportables par les membres du Ma Ba Tha présents qui demandent aux autorités locales d’intervenir au nom de l’article 295. Htin Lyin Oo sera exclu de la NLD et condamné à deux ans de travaux forcés le 2 juin 2015. Il est à noter que, bien que l’article 295 concerne l’usage irrévérencieux des symboles de la religion en général, les cas de blasphème ouverts ne concernent que le bouddhisme. Et aussi, que la NLD a préféré ne pas intervenir et écarter son porte-parole plutôt que de risquer la confrontation avec le Ma Ba Tha.

23Mais c’est sans doute dans l’affaire de la suspension du projet immobilier au pied de la pagode Shwedagon que le Ma Ba Tha a fait la démonstration la plus éclatante de sa nouvelle influence. Ce projet agite les ONG de sauvegarde du patrimoine culturel depuis des mois : en effet, prévu sur les terrains militaires situés au pied du sanctuaire le plus vénéré de Birmanie, le projet immobilier risque d’occulter la vue et de mettre en danger le site. Un rapport préoccupant sur l’impact d’un tel projet sur le sous-sol vient de sortir. Mais rien n’y fait, jusqu’à ce que, le 1er juillet, les moines du Ma Ba Tha lancent une campagne de lobbying intitulée « Save the Shwedagon », au nom de la défense « de la nation et de la religion ». Le 6 juillet, le gouvernement recule et annonce sa décision de dénoncer le contrat avec les promoteurs.

24Ces exemples suffisent à montrer la place qu’occupe aujourd’hui le mouvement sur la scène publique et la puissance de sa rhétorique de défense « de la nation et de la religion ». Toute l’année, les moines du Ma Ba Tha ont occupé les titres de la presse. La figure controversée de Wirathu, l’une des plus visibles du mouvement, a particulièrement fait couler l’encre. Morne aux discours anti-musulmans virulents, d a été emprisonné de 2003 à 2010 pour incitation à la haine lors d’un épisode de violence contre les musulmans. En juillet 2013, d a fait la couverture du Time Asia avec la légende : The face of buddhist terror, pour dlustrer un dossier sur le nationalisme religieux dans le bouddhisme du Theravada. Cette aimée encore, on a vu Wirathu sur les fronts les plus extrêmes, allant jusqu’à insulter, en janvier, l’envoyée des Nations unies, Yanghee Lee, en visite en Arakan.

25Bien que les leaders du mouvement prennent le plus souvent leurs distances par rapport aux déclarations provocantes et aux prises de position extrémistes de Wirathu, rien ne semble avoir été fait pour ramener ce dernier à davantage de modération. Derrière la figure de Wirathu, se profile en effet l’énorme instrument de propagande et de lobbying qu’est devenu le Ma Ba Tha. Rien d’étonnant donc à ce que cet instrument ait été utilisé dans la campagne électorale au coins de laquelle se sont cristallisées les tensions entre le Ma Ba Tha et la NLD. L’implication croissante des moines nationalistes dans les affaires du moment a été pleinement mise en lumière à cette occasion, cela alors que, ni leur statut, défini par la règle monastique ou Vinaya, ni la loi électorale formulée dans la Constitution ne le permettent. En Birmanie, comme en Thaïlande, les moines sont exclus du droit de vote et de l’action politique du fait de leur statut de renonçant. La loi électorale, quant à elle, interdit l’usage de la religion à des fins politiques.

« Les lois pour la protection de la nation et de la religion »

26Le plus grand succès du Ma Ba Tha a sûrement été, cette aimée, l’adoption par le Parlement des lois « pour la protection de la nation et de la religion ». Au nombre de 4, ces lois régissent de façon restrictive les conversions et les mariages mixtes, régulent la natalité de certains groupes et imposent la monogamie. Elles sont conçues explicitement pour empêcher l’extension de l’islam, en espaçant les naissances dans certaines communautés et en protégeant les femmes bouddhistes des hommes musulmans. Elles sont condamnées notamment par les groupes de femmes qui estiment qu’elles portent atteinte à leurs droits et par ceux des juristes qui considèrent qu’elles sont incompatibles avec la disposition constitutionnelle garantissant la liberté de conscience. Cependant, en janvier, elles ont été présentées devant la Chambre haute puis discutées et adoptées par le Parlement pour finalement, le 30 août, être promulguées par le président Them Sem lors de la dernière session parlementaire avant les élections. Force est de constater que le processus de passation des lois a été particulièrement rapide.

27Satisfait de ce succès, le leader du Ma Ba Tha (Tilawka Biwuntha) lance le 1er septembre une série de rassemblements dans tout le pays, pour célébrer les lois, alors que la campagne électorale démarre juste. Au coins de ces célébrations les moines nationalistes se livrent à des commentaires de plus en plus explicites sur la campagne. Des tracts sont même distribués qui accusent la NLD d’être antinationaliste et d’avoir boycotté la séance du Parlement pendant laquelle les lois de protection de la « nation et de la religion » ont été votées. Wirathu, de son côté, lance un programme d’éducation des électeurs, demandant aux laïcs de s’interroger sur qui défendrait leur religion avant de faire leur choix. Aung San Suu Kyi réagit en se prononçant contre l’utilisation de la religion en politique. Une plainte est finalement déposée par la NLD auprès de la commission électorale qui la repousse au motif que son mandat ne concerne que les politiciens faisant campagne, pas les religieux.

28La tension monte entre la NLD et le Ma Ba Tha, les responsables du mouvement religieux se défendent d’avoir appelé à voter contre la NLD et de rouler pour un parti en particulier, plaidant que leur action vise seulement à promouvoir les lois protégeant le bouddhisme comme religion de la majorité. Le 1er octobre, à la veille de la dernière célébration Ma Ba Tha qui doit avoir lieu à Yangon, dans le stade de Thuwana, et qui promet d’être le point d’orgue de ces célébrations, Tin Oo, un des hiérarques de la NLD, rencontre Wirathu et d’autres moines influents du Ma Ba Tha, à Mandalay, dans une tentative d’apaisement.

29Le 4 octobre, le rassemblement de Thuwana est massif. L’orateur invité pour parler à la foule de moines et de laïcs nationalistes est l’abbé de Sitagu, un morne connu internationalement que sa réputation place au-dessus de la dispute et qui n’appartient pas au Ma Ba Tha. Il s’est déjà prononcé contre l’implication des moines dans la politique dans une déclaration éloquente qui a été postée sur Facebook et a largement circulé. Ce jour-là, il se lance dans une allocution ambiguë dans laquelle il compose avec la possibilité que certains religieux s’investissent dans l’action politique lorsque la situation l’exige. Il cite de nombreux exemples historiques à travers le monde, mais réitère aussi ses réserves de manière voilée à travers une allégorie obscure. Enfin, rebaptisant les nouvelles lois « lois interconfessionnelles », il appelle les différentes communautés religieuses à vivre dans la tolérance. Son intervention n’a cependant pas suffi à arrêter les petites phrases d’être échangées entre les deux parties, le Ma Ba Tha et la NLD, jusqu’aux élections. La rumeur a fini par filtrer, des rangs du Ma Ba Tha, que les responsables du mouvement s’étaient d’abord adressé à la NLD lorsqu’ils avaient cherché des soutiens au Parlement pour faire passer leurs lois, au début de l’année. Devant l’absence d’intérêt de la part du parti de l’opposition, ils se seraient alors retournés vers le parti gouvernemental, l’USDP (Union Solidarity and Development Party), qui, ayant anticipé la profonde insatisfaction de l’opinion à son égard, aurait décidé de jouer cette carte, accélérant le processus d’examen des lois contre le soutien du Ma Ba Tha dans la campagne.

30Quoi qu’il en soit, il est clair que l’agenda législatif du Ma Ba Tha au nom de la protection du bouddhisme comme religion de la majorité birmane a largement empiété sur l’espace public par la célébration de ses lois pendant la campagne électorale. Cependant, il ne semble pas avoir pesé sur les résultats du vote comme l’avait peut-être escompté l’USDP. Que l’électorat birman n’ait pas suivi les recommandations du Ma Ba Tha lors des élections est un fait important de ce scrutin et interroge sur la nature de l’influence du mouvement auprès de l’opinion birmane. Une conséquence de l’intrusion des moines nationalistes dans le débat politique a été d’obliger la NLD et Aung San Suu Kyi, à sortir de leur réserve et à critiquer publiquement, pour la première fois, P instrumentalisation politique du bouddhisme par le Ma Ba Tha, ouvrant une brèche pour une discussion sans doute nécessaire du rôle des religieux dans une Birmanie démocratique.

Le scrutin du 8 novembre : une ordalie birmane

31Pendant toute l’année, l’actualité politique a été suspendue aux élections générales, un processus compliqué étant donné la structure du pays en Divisions, dans la partie centrale à majorité birmane, et en États, dans les parties périphériques. Le régime est bicaméral, avec une Chambre haute dite « nationale » pour laquelle chaque circonscription élit un représentant et une Chambre basse dite « populaire » pour laquelle chaque région a 12 représentants. Chaque région a, par ailleurs, son assemblée pour laquelle les circonscriptions élisent leur représentant. En tout, ce sont plus de 1 176 sièges qui sont à pourvoir. Après les élections, les Chambres haute et basse réunies en assemblée plénière procéderont au choix du président et de ses deux vice-présidents qui formeront le gouvernement, à l’exception des trois ministères réservés au chef d’État-major. La loi électorale prévoit un scrutin uninominal à un tour, à la majorité simple, dont la répartition, qui s’aligne sur la structure administrative des circonscriptions, implique des disparités de représentation allant de 1 à 330, selon la densité de population. Cela donne au vote « ethnique », par exemple, plus de poids qu’au vote des villes les plus peuplées du centre. À l’automne 2014, le gouvernement tente d’introduire la proportionnelle pour corriger ces disparités, mais il retire sa proposition devant les vives protestations de l’opposition et la complication que représenterait ce changement à quelques mois des élections.

32Les élections sont organisées par une commission électorale (UEC — Union Election Commission) mise en place en 2010, dirigée par Tin Aye. Cet ancien militaire, qu’on dit proche du président Thein Sein, multiplie les déclarations d’indépendance tout au long de l’année. L’enjeu des élections est important : il s’agit d’assurer qu’elles soient reconnues par la communauté internationale comme libres et justes afin de valider, enfin, la transition démocratique. Pour assurer la reconnaissance du processus électoral, la commission obtient le concours de divers organismes internationaux et d’observateurs de la Commission européenne. L’une des conditions d’un scrutin crédible est l’établissement de registres de votants exacts. La Birmanie ne disposant pas de registre centralisé, elle fait appel à une fondation américaine, International Organisation for Electoral Systems, pour informatiser les listes existantes. La question de l’exactitude de ces listes a été l’objet d’inquiétudes persistantes. La procédure de vérification par les électeurs eux-mêmes auprès des bureaux de vote locaux, mise en place en août, fait apparaître des lacunes importantes, notamment à Hlainthaya une banlieue populeuse de Yangon. Tin Aye déclare le 25 septembre qu’il ne peut garantir la conformité des listes qu’à hauteur des 30 % de votants les ayant effectivement contrôlées. Jusqu’au dernier moment, les bureaux de vote ont travaillé aux rectifications et, bien qu’ils ne soient sûrement pas arrivés à la perfection, ils ont fait en sorte que les citoyens puissent dans l’ensemble, exercer leur droit de vote.

33Mais l’affaire de l’année, en matière de processus électoral, a été la question de la levée de la disposition constitutionnelle empêchant les candidats ayant dans leur famille des ressortissants étrangers, comme Aung San Suu Kyi dont les fils sont citoyens britanniques, de briguer la présidence. Cette disposition visant de toute évidence la première opposante du pays a fait de la réforme constitutionnelle une question centrale pour la NLD, alors que les 25 % de sièges réservés aux militaires dans les deux chambres sont assortis d’un veto portant précisément sur la Constitution. La NLD a organisé en 2014 une pétition réclamant une réforme constitutionnelle, en même temps que le Ma Ba Tha lançait sa propre pétition sur les lois pour la protection de la « nation et de la religion ». La pétition NLD aurait recueilli 5 millions de signatures, forte de quoi Aung San Suu Kyi réclame à l’automne une réunion quadripartite, avec le président Thein Sein, le chef du Parlement Shwe Mann et le chef d’état-major Min Aung Hlain, pour discuter de ces questions. Cette réunion lui est refrisée, au profit d’une réunion élargie à 18 parties qui examine le 14 janvier l’éventualité d’un référendum sur la réforme constitutionnelle. Début avril, alors que rien ne s’est encore concrétisé, Aung San Suu Kyi envisage la possibilité, devant des journalistes de Reuters, que la NLD boycotte les élections, comme en 2010. Le 7 avril, à la veille de la période festive du nouvel an birman, le gouvernement Thein Sein propose une réunion à 6. Finalement, une série d’amendements à la Constitution est mise à la discussion, au Parlement, en juin, à l’insistance de Shwe Mann, qu’on dit se rapprocher de Aung San Suu Kyi. Les parlementaires militaires votent en bloc contre ces amendements, utilisant leur veto. S’en est fini des espoirs de présidence pour l’opposante birmane qui déclare, dans sa dernière conférence de presse avant les élections, qu’en cas de victoire NLD, elle dirigerait quoi qu’il en soit les affaires du pays en se plaçant au-dessus du président.

34Il est possible que le soutien de Shwe Mann à Aung San Suu Kyi lui ait valu son limogeage de la direction du parti gouvernemental, l’USDP. En effet, la commission électorale annonce la date des élections générales le 8 juillet et fixe au 8 août la clôture des candidatures. Le 11 juillet, Aung San Suu Kyi déclare que la NLD y participera et le 1er août publie sa liste de candidats. À la surprise générale, elle en écarte plusieurs personnalités populaires, notamment la jeune garde issue du mouvement Génération 88 avec lequel des accords avaient pointant été passés. Ces décisions suscitent des protestations sur leur caractère non démocratique et certains protestataires sont exclus du parti. Mais le 13 août au matin est annoncé le coup de force qui a eu lieu dans la nuit au sein du parti gouvernemental. Le siège du parti a été investi par l’armée alors que Shwe Mann, considéré comme l’un des présidentiables, est retenu chez lui. Ce dernier est démis de ses fonctions de président de l’USDP et remplacé par Htay Oo, un proche de Thein Sein qui reprend ainsi les rênes du parti et se positionne dans la course à la présidentielle. La mesure sera suivie d’un renflouement des rangs de l’USDP par un groupe de militaires défroqués pour qu’ils se lancent en politique. Shwe Mann reste le président de la Chambre basse, malgré une tentative de procédure d’empêchement, et membre de l’USDP pour lequel il candidatera, sans succès, à un siège dans sa circonscription natale de Phyu. Ainsi, des deux côtés, l’USDP et la NLD, la composition des listes électorales est l’occasion d’un resserrement des rangs selon des procédés autocratiques qui suscitent parfois l’incompréhension, notamment dans les rangs de l’opposition.

35La commission électorale a, de son côté, examiné les candidatures et prononce le rejet de 124 d’entre elles. La plupart des musulmans sont exclus dont certains avaient été élus en 2010 — le plus souvent pour des questions de citoyenneté. La NLD ne présente aucun musulman. La privation des droits de vote des Rohingya et l’effacement presque complet des musulmans de l’échiquier politique comptent parmi les failles du processus électoral. Par ailleurs, les combats qui continuent dans le nord de l’État Kachin et qui viennent de reprendre au nord de l’État Shan font que de nombreux villages ne pourront participer au scrutin. Ée 13 octobre encore, Tin Aye, le directeur de la commission électorale, propose aux représentants des partis réunis dans ce but le report du scrutin, à cause de ces difficultés et de celles liées aux inondations catastrophiques qui ont frappé le pays au mois d’août. Mais devant le désaccord des partis d’opposition, il recule et confirme dans la journée que les élections auront bien lieu le 8 novembre.

36La campagne électorale, ouverte le 8 septembre, se déroule sans trouble majeur, malgré les incidents signalés et notamment le harcèlement de certains candidats de la NÉD. C’est une campagne très polarisée opposant les cortèges rouges des partisans du symbole du paon combattant, celui de la NÉD, aux cortèges verts des partisans du lion mythique de l’USDP. Les arguments sont simples. Pour la NÉD : « Le vrai changement c’est nous ! », alors que pour l’USDP : « Avec nous, le changement est déjà là ! ». La couverture de la presse se focalise nettement sur la campagne de la « Dame », qui circule dans tout le pays pour introduire les candidats de la NÉD et rencontre l’enthousiasme des foules. En face, le président Thein Sein se déplace aussi, accompagné du chef d’état-major pour mobiliser les forces militaires. Les déclarations gouvernementales assurant que les résultats de l’élection seront respectés se multiplient. Rien n’y fait. À la veille des élections les Birmans ne croient toujours pas que les militaires laisseront les élections se dérouler librement et qu’ils respecteront le résultat s’il ne leur est pas favorable.

37Et pointant, le scrutin a bien eu lieu et il fut historique. Le 8 novembre a été une journée tout à fait particulière dans la vie des Birmans. Dès la veille au son, la circulation s’est raréfiée au centre de Yangon, les vendeurs de rue ont disparu, les beer stations ont baissé leurs rideaux et les voies publiques libérées de leurs encombrements quotidiens ont laissé la place aux périmètres de sécurité autour des bureaux de vote. Un calme étrange, surréel, s’est installé sur la capitale qui s’étirera jusqu’à la fermeture des bureaux de vote, le lendemain à 16 heures, et jusqu’à la fin du décompte. Les Birmans sont allés aux urnes dans un enthousiasme discipliné.

38Malgré la lenteur avec laquelle la commission électorale a publié les résultats dans les joins qui ont suivi, les estimations ont très vie donné la NLD gagnante. Les chiffres définitifs publiés le 2 décembre montrent que 69 % des Birmans ont voté à 59 % pour la NLD, ce qui, du fait du scrutin à la majorité simple, assure au parti de Aung San Suu Kyi près de 80 % des sièges éligibles, c’est-à-dire la large majorité dont elle a besoin pour former le gouvernement. Une victoire de masse saluée rapidement par les chefs d’État du monde entier autant que par les adversaires malheureux. Nul doute, les hommes au pouvoir ont joué le jeu démocratique et la commission électorale a fait son travail en dépit des aléas divers. Nul doute, non plus, les Birmans ont voté contre le gouvernement qui les a maintenus dans la pauvreté et l’isolement pendant des décennies et pour leur « Dame ». Enfin libres de s’exprimer, ils l’ont fait fièrement, dans un mouvement de réconciliation avec eux-mêmes. Le scrutin du 8 novembre est surtout la victoire de tout un pays qui s’est prouvé à lui-même qu’d pouvait accéder à la démocratie. Une ordalie.

39Mais, ainsi que les observateurs de tout bord l’ont souligné : « La dame a gagné ! Le plus dur reste à faire. »

Annexes

Fiche Birmanie

Capitale : Naypyidaw

Superficie : 676 578 km2

Population (est. 2014) : 51 420 000 hab.

Langue officielle : birman

Données politiques

Nature de l’État : union fédérale

Nature du régime : présidentiel avec Parlement bicaméral, sous contrôle des forces armées

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Thein Sein (depuis mars 2011)

Vice-présidents : Nyan Tun (depuis août 2012) et Sai Mauk Kham (depuis mars 2011)

Ministre des Affaires étrangères : Wunna Maung Lwin

Ministre de l’Intérieur : Lieutenant-général Ko Ko

Échéances : élections parlementaires nationales et locales en 2015

Contentieux territoriaux et maritimes :

Bangladesh : négociations pour la délimitation de frontières maritimes

République populaire de Chine et Inde : délimitation de la trijonction Inde-Chine - Birmanie en suspens du fait du contentieux territorial sino-indien

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Birmans (69 %), Shan (8,5 %), Karen (6,2 %), Arakanais (4,5 %), Môn (2,4 %), Chin (2,2 %), Kachin (1,4 %)

Religions : bouddhistes (89,4 %), chrétiens (4,9 %), musulmans (3,9 %), animistes (1,2 %), hindous (0,5 %), autres (0,1 %)

Taux de croissance démographique (2012) : 1,03 %

Espérance de vie (2013) : 65,7 ans Taux de fertilité (2013) : 2,23

Taux de natalité (2012) : 18 ‰ (rural)/14 ‰ (urbain)

Taux de mortalité (2012) : 8,6 ‰ (rural)/7,6 ‰ (urbain)

Taux de mortalité infantile (2012) : 29 ‰ (rural)/28,2 ‰ (urbain)

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2011) : 94 %

Taux d’urbanisation (2013) : 29 %

Indice de développement humain : 0,524 (rang 149 en 2013), 0,380 (rang 172 en 2000)

Indicateurs économiques

Monnaie : kyat (1 euro = 1 262 kyat au 6 novembre 2014)

Balance des paiements courants (2013) : — 3 milliards $ US

Dette extérieure (2012) : 4,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2013) : 1 492 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2013) : 1 113 $ US

Taux de croissance du PIB (2013) : 6,8 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : primaire (35,4 %), secondaire (27 %), tertiaire (37,6 %)

Taux d’inflation (2013) : 6,6 %

Taux de chômage (2013) : 5,2 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 25 %

IDE entrant (flux) (201 3) : 2 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2012) : 11 milliards $ US

IDE sortant (flux) : n. c.

IDE sortant (cumulés ou stocks) : n. c.

Principaux partenaires commerciaux (2013) : Chine, Thaïlande, Singapour, Inde

Importations (2012) : 9,2 milliards $ US

Principaux produits importés (2012) : pétrole raffiné, machines, équipements de transport, matériaux de construction, huiles végétales

Exportations (2012) : 8,9 milliards $ US

Principaux produits exportés (2012) : gaz naturel, pois et légumineux, teck et autres bois précieux, vêtements, produits de la mer

Chronologie

DÉCEMBRE 2014

12 Le gérant néo-zélandais et le manager birman d’un bar, le V-Gusto, qui ont utilisé pour leur publicité l’image du Bouddha avec des écouteurs sur la tête sont inculpés de blasphème par les autorités locales de Bahan (Yangon).

23 Selon le Comité de défense des journalistes, la liberté de la presse se dégrade nettement en 2014, avec au moins 10 journalistes emprisonnés pour « complot contre l’État » et la mort d’un reporter indépendant, Par Gyi, au cours de sa garde à vue.

27 Premières élections municipales à Yangon depuis soixante ans. Seuls 400 000 habitants sur 5 millions y participent en raison de critères d’enregistrement très stricts. Pour la première fois depuis longtemps, des femmes se présentent.

29 Les Nations unies adoptent une résolution par consensus demandant explicitement à la Birmanie d’accorder la nationalité birmane aux musulmans d’Arakan s’identifiant comme Rohingya.

JANVIER 2015

8 L’abbé de Sitagu, figure éminente du clergé bouddhiste birman, visite Téhéran à l’invitation des autorités religieuses iraniennes pour discuter des relations interconfessionnelles.

12 Un accord est signé entre P Organisation internationale pour les migrations (IOM) et le gouvernement du Bangladesh prévoyant une aide de 18 millions $ US pour les quelque 500 000 Rohingya qui auraient immigré clandestinement dans ce pays.

14 Réunion de 18 partis du gouvernement et de l’opposition, à Naypyidaw, pour discuter d’un référendum sur la réforme constitutionnelle. Aung San Suu Kyi, chef du principal parti d’opposition, la National League for Democracy (NLD) réclame en vain, depuis plusieurs semaines, que ces discussions se tiennent à quatre ou à six parties.

17 Un ensemble de quatre lois pour « la protection de la race et de la religion » présenté par le mouvement nationaliste bouddhiste Ma Ba Tha est adopté en première lecture par la chambre haute, avec seulement 8 voix contre. Ces lois régissent de façon restrictive les conversions et les mariages mixtes, régulent la natalité de certains groupes et imposent la monogamie.

20 Le mouvement étudiant protestant contre la loi sur l’éducation passée à l’automne lance une marche pacifique Mandalay-Yangon.

22 L envoyée des Nations unies, Yanghee Lee, émet des réserves concernant les lois pour « la protection de la race et de la religion », ce qui lui vaut d’être insultée publiquement par U Wirathu, une des figures les plus en vue du mouvement Ma Ba Tha.

FÉVRIER 2015

2 Le Parlement prévoit de donner le droit de vote aux détenteurs de la carte d’identité provisoire, dite « carte blanche », dans l’éventualité d’un référendum sur P amendement de la Constitution.

17 La loi martiale est déclarée dans la région du Kokang, au nord de l’État Shan, alors que les combats ont repris depuis une semaine entre l’armée birmane et la Kokang Myanmar National Democratic Alliance Army (MNDAA), faisant 47 morts dans les troupes gouvernementales.

17 Après les protestations des représentants de l’État d’Arakan et des groupes de l’opposition (dont le parti d’Aung San Suu Kyi), le tribunal de la Cour constitutionnelle rend un avis selon lequel l’attribution du droit de vote aux détenteurs de la « carte blanche » serait anticonstitutionnelle.

23 Des discussions engagées par la Commission pour la loi sur l’éducation aboutissent à un accord de principe sur la nécessité de modifier le projet de loi. Mais une circulaire annule les effets de cet accord d’autant que la plus haute autorité religieuse s’oppose à la formation de syndicats étudiants dans ses écoles.

MARS 2015

10 A la veille de la période des examens, le mouvement des étudiants est violemment réprimé, à Yangon et à Letpadan. La photo d’un étudiant s’enfuyant sous les coups fait le tour des médias et des réseaux sociaux. Plus de cent étudiants, tenus pour responsables de l’émeute, sont arrêtés et soixante-neuf d’entre eux seront inculpés pour actes de violence perpétrés contre les forces de l’ordre et rassemblement illégal. Ils risquent une peine de trois ans de prison.

17 L’aviation birmane, à la poursuite des rebelles Kokang réfugiés en Chine, lâche une bombe, par erreur, en territoire chinois, faisant des victimes. Les journaux font leur une sur 1’armée birmane qui défend ses frontières.

AVRIL 2015

1er Signature d’un accord provisoire entre le gouvernement et les ethnies représentées à la Conférence pour la paix. Ce texte est présenté comme historique par les autorités bien qu il doive encore être entériné par les chefs des ethnies.

Un abbé, le Shwe Nya Wa Hsayadaw, est interdit de prêche par les autorités monastiques pour avoir critiqué la répression du mouvement étudiant.

7 La réunion à six demandée depuis des mois par Aung San Suu Kyi pour discuter des amendements à la Constitution est finalement annoncée pour le vendredi 10. La dirigeante de la NLD venait de menacer de boycotter les élections.

MAI 2015

12 Les deux soldats accusés d’avoir tué le journaliste Par Gyi pendant sa garde à vue sont acquittés par un tribunal militaire.

15 Cent vingt-cinq Birmans retenus depuis des années sur les bateaux de pêche thaïlandais et exploités de manière abusive sont rapatriés après avoir été libérés par les autorités thaïlandaises.

24 Le président Thein Sein approuve l’une des quatre lois pour « la protection de la race et de la religion ». Ce texte oblige certaines femmes dans les régions à fort taux de natalité à espacer la fréquence de leurs grossesses, tous les trois ans au minimum. La minorité musulmane s’y oppose.

JUIN 2015

2 Un ancien porte-parole de la NLD, Htin Lyn Oo, est condamné à deux ans de prison et aux travaux forcés pour des propos jugés blasphématoires prononcés en octobre 2014. Arguant que les discriminations de race et de religion sont incompatibles avec les principes du bouddhisme, il avait alors rappelé que cette religion est originaire de l’Inde. Ces déclarations avaient entraîné son inculpation par les autorités locales et son exclusion du parti.

3 Le bureau de l’immigration annonce que les anciens détenteurs de la carte d’identité temporaire, dite « carte blanche », vont pouvoir obtenir une nouvelle « carte turquoise », valable deux ans. Cette carte leur permet d’être identifiés en attendant que leur demande de naturalisation soit prise en compte, mais ne leur donne toujours pas le droit de se déplacer en dehors de 1’État d Arakan.

19 Le Parlement adopte la loi sur l’éducation, à l’origine du mouvement des étudiants en mars, sans tenir les engagements passés avec ces derniers.

20 La deuxième des quatre lois du Ma Ba Tha pour la « protection de la race et de la religion » est discutée devant le Parlement. Elle concerne les mariages interconfessionnels qu elle entend limiter au maximum, notamment entre hommes musulmans et femmes bouddhistes.

25 L’assemblée législative vote contre la plupart des amendements à la Constitution, en raison du veto opposé par les parlementaires militaires, ce qui a pour effet de maintenir l’interdiction faite à Aung San Suu Kyi de briguer la présidence de l’Union après les prochaines élections générales.

JUILLET 2015

8 La Commission électorale annonce la date des élections générales, fixée au 8 novembre 2015.

11 L’opposante Aung San Suu Kyi annonce la participation de la NLD aux prochaines élections législatives.

30 Le président birman amnistie 6 966 prisonniers de droit commun pour « bonne conduite » parmi lesquels 153 Chinois condamnés le 22 juillet à la prison à vie pour trafic de bois dans le nord du pays. Treize prisonniers politiques et 5 journalistes sont également libérés.

31 Le cyclone Komen frappe le Bangladesh provoquant d’importantes inondations et glissements de terrain dans le nord-ouest de la Birmanie. Trois États déclarent l’état d’urgence.

AOÛT 2015

1er La NLD publie sa liste de candidats. Elle en écarte plusieurs personnalités populaires issues, notamment, du mouvement Génération 88 avec lequel un accord avait pourtant été passé préalablement, ainsi que tout candidat musulman.

7 Le bilan des inondations dans le nord-ouest s’aggrave avec désormais plus de 100 morts, plus de 350 000 personnes évacuées et plus d’un million de personnes concernées. Les Nations unies allouent à la Birmanie, qui a fait appel à l’aide internationale l’avant-veille, 9 millions $ US du Fonds central d’intervention d’urgence.

8 Date limite pour les candidatures aux élections prévues le 8 novembre. 32 millions de Birmans sont appelés aux urnes et 92 partis politiques ont enregistré des candidats.

13 Le siège de l’USDP est investi de nuit, par l’armée, alors que le chef de ce parti et président de la chambre basse du Parlement, Shwe Mann, est retenu chez lui. Ce dernier est démis de ses fonctions de président de l’USDP mais reste membre du parti pour lequel il se présentera dans sa circonscription natale de Phyu.

27 Le ministre de la Culture réaffirme son opposition totale à l’influence des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) qu’il juge « inacceptable » après la parution d’un rapport montrant 1’importance de la pédophilie homosexuelle.

31 Après l’adoption en session parlementaire des deux dernières lois du Ma Ba Tha portant sur la conversion religieuse et la polygamie, le président Thein Sein promulgue les quatre lois pour « la protection de la race et la religion ».

SEPTEMBRE 2015

1er Le leader du Ma Ba Tha (U Tilawka Birwonsa) se déclare satisfait de l’adoption des lois et annonce le début d’un mois de célébrations dans tout le pays.

La Birmanie instaure un salaire minimum de 2,80 $ US par journée de 8 heures pour les sociétés de plus de quinze employés. La Banque mondiale estime que cette mesure ne devrait bénéficier qu’à un quart de la population, les 75 % restants travaillant dans des structures familiales ou informelles.

2 Visite du président Thein Sein à Pékin où il rencontre son homologue Xi Jinping.

8 Début officiel de la campagne électorale.

9 Ultime réunion préalable à la signature, prévue le 15 octobre, des accords de cessez-le-feu avec les huit groupes armés qui en ont accepté le principe, sur les dix-sept concernés.

10 L’archevêque de Yangon condamne les quatre lois « sur la race et la religion », les qualifiant de « résultat de la haine ».

11 La Commission électorale (UEC) annonce le rejet de 124 candidatures aux élections générales, parmi lesquelles 17 candidatures sur 18 du parti musulman DHRP en raison des dispositions sur la citoyenneté.

17 La Banque mondiale accorde à la Birmanie un prêt sans intérêt de 400 millions $ US pour soutenir son « plan national d’électrification ».

19 La Commission électorale rend un avis favorable pour douze candidats sur les dix-huit ayant fait appel de leur disqualification aux élections générales. Deux candidats sur les dix-sept du parti musulman DRHP sont réintégrés, permettant à ce parti de rester enregistré.

19 Quarante mille policiers sont embauchés pour la durée des législatives afin d’en garantir la sécurité. Ils doivent n appartenir à aucun parti politique, être majeurs et avoir un casier vierge.

21 La NLD dépose plainte contre le Ma Ba Tha, auprès de la Commission électorale, pour utilisation illégale de la religion dans la campagne électorale.

26 A la demande de la Commission électorale, l’Union européenne envoie une mission de neuf observateurs pour suivre les élections du 8 novembre.

OCTOBRE 2015

4 Dernier rassemblement du Ma Ba Tha pour célébrer les lois sur « la protection de la race et de la religion » dans le stade de Thuwana, à Yangon, devant une foule importante.

5 Une cour fédérale des États-Unis convoque le président Thein Sein et plusieurs ministres du gouvernement pour violation des droits de T Homme dans l’affaire des Rohingya.

7 En campagne électorale, Aung San Suu Kyi déclare : « Quel que soit le président, je dirigerai le gouvernement si la NLD gagne les élections ! » 12 Six cents villages seront exclus du processus électoral, soit à cause de la catastrophe climatique de l’été, soit à cause des affrontements dans les États Shan et Kachin.

13 Tin Aye, le directeur de la Commission électorale, prévoit le report du scrutin à cause des inondations mais devant le désaccord des partis d’opposition, recule et confirme la tenue des élections le 8 novembre.

19 L’USDP désigne Thein Sein comme son candidat à la présidence si le parti gouvernemental remporte les élections.

NOVEMBRE 2015

8 Élections législatives. Avant même les résultats officiels, l’USDP reconnaît sa défaite. La NLD est donnée largement vainqueur.

12 Le général en chef de l’armée birmane, Min Aung Hlaing, déclare dans un discours aux hauts responsables militaires que « l’armée fera de son mieux, en coopération avec le nouveau gouvernement ».

13 Le parti d’Aung San Suu Kyi est officiellement déclaré vainqueur avec 348 sièges obtenus sur les 450 disponibles. Cependant, le nouveau Parlement n’entrera en fonction que début 2016.

21 Un glissement de terrain dans une mine de jade de la région de Hpakant fait au moins 115 morts.

28 Le président birman se rend au Sommet de la COP21 à Paris mais ne prononce pas de discours.

DÉCEMBRE 2015

7 Les États-Unis annoncent un assouplissement des sanctions contre la Birmanie suite aux élections.

Portrait

Uthu Mingala, un retour programmé sur la scène publique ?

Le 13 novembre, à Hmawbi, l’abbé de Shwe Nya Wa fêtait ses 50 ans. L’événement fut l’occasion de sortir de l’ombre pour lui et son collègue le plus proche, Uthu Mingala, l’abbé du Mingala Taik, un contemporain venu en voisin et que l’on voit à ses côtés, couper le gâteau, sur un cliché qui, un mois après, figure toujours sur les pages électroniques des journaux. L’événement peut paraître futile. Il prend une autre dimension quand on considère qu’il met en scène, au lendemain de la victoire de la NLD, des personnalités religieuses dont la liberté de parole a été réduite, sous la présidence Thein Sein, par l’interdiction qui leur a été faite de prêcher en public. La prédication de l’abbé de Shwe Nya Wa a été fermée par les autorités ecclésiastiques en mars, après sa critique de la répression du mouvement étudiant à Letpadan. Celle de Uthu Mingala a été interdite dans la région de Rangoun dès novembre 2011, après qu’il y a commencé une série de sermons sur la bonne gouvernance bouddhique.

Le 13 novembre, s’adressant à l’assistance nombreuse venue pour l’anniversaire, Uthu Mingala renoue avec sa verve anti-junte. Le morne est un prédicateur brillant du lignage de l’abbé de Mogok, qui s’est fait connaître pour la clarté de son expression dans la région de Mandalay où il a débuté. Il arrive à Rangoun en avril 2008 au moment du cyclone Nargis, pour participer à la levée de fonds de secours par sa prédication. Il s’est alors installé dans son monastère indépendant de Hmawbi, au nord de Rangoun, formant sa propre fondation humanitaire financée par les donations recueillies lors de ses prêches. Son éloquence est telle, dit-on, qu’elle permet à tous de saisir les concepts les plus difficiles de la doctrine bouddhique. Elle va droit au cœur. Cette éloquence, Uthu Mingala l’a alors mise au service de la réforme de la morale générale du public dans une position résolument antagoniste au pouvoir militaire. Etouffée depuis 2011, alors que se propageait comme un brasier le discours du nationalisme bouddhique Ma Ba Tha, la victoire du NLD pourrait autoriser le retour de cette voix singulière, parmi d’autres, au sein du Sangha.

Affiche politique

Sur la une du quotidien Mandalay Ahlin Newspaper du 21 septembre 2015, en pied de page, l’annonce de l’exhortation d’un moine Ma Ba Tha à ne pas voter NLD.

Notes

199 Jane M. Ferguson, 2015, « Ethnonationalism and participation in Myanmar. Views from Shan State and beyond » in Renaud Egreteau et François Robinne (dir), Metamorphosis. Studies in social and political change in Myanmar, Singapour, NUS Press-Irasec, p. 127-150.

200 Maxime Boutry, 2015, « How far from national unity? Dealing with the concealed diversity of Myanmar », in Renaud Egreteau et François Robinne (dir), op. cit, p. 103-126.

201 Jacques Leider, 2015, « Competing identities and the hybridized history of the Rohingyas », in Renaud Egreteau et François Robinne (dir), op. cit., p. 151-178.

202 Sur cette question, voir Bénédicte Brac de la Perrière, 2014, « La question religieuse dans la Birmanie en transition », IFRI, Asie, Visions 73.

203 Amyo batha thathana saung shauk yay aphwe. Bénédicte Brac de la Perrière, 2015, « Ma Ba Tha. Les trois syllabes du nationalisme religieux birman », in Abigaël Pesses et François Robinne (dir.), 2015, L’Asie du Sud-Est 2015. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, p. 31-44.

204 Le délit de blasphème est défini dans la loi birmane (article 295) comme une « insulte à la religion » (thathana saw ka) et n’a pas souvent été invoqué jusqu’à ces affaires récentes. Le terme utilisé pour religion (thathana) désigne plus précisément les enseignements du Bouddha, ce qui a pour effet de limiter son usage au bouddhisme.

Table des illustrations

Titre La Birmanie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Sur la une du quotidien Mandalay Ahlin Newspaper du 21 septembre 2015, en pied de page, l’annonce de l’exhortation d’un moine Ma Ba Tha à ne pas voter NLD.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Anthropologue, spécialiste de la Birmanie où elle a fait son premier terrain en 1981, de nouveau en poste à Yangon, pour l’Irasec (CNRS, ministère des Affaires étrangères) depuis septembre 2014. Elle a étudié les rituels et les pratiques religieuses, tout particulièrement le culte des Trente-Sept Seigneurs, mais aussi les cultes aux weikza et la manière dont le champ religieux s’articule en différents domaines de pratiques qui évoluent dans le temps.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site