Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

Les dossiers de l’année

Les zones communes de développement : une solution au conflit en mer de Chine méridionale ?

Nathalie Fau

Texte intégral

  • 141 Barry Desker, « China’s conflicting signals on the South China sea », RSIS Commentaries, 24 août 20 (...)
  • 142 Prashanth Parameswaran, « Malaysia responds to China’s South China sea intrusion », The Diplomat, 9 (...)
  • 143 Depuis la troisième conférence des Nations unies sur le droit de la mer (1982), la zone économique (...)

1À la période d’accalmie et d’apaisement des aimées 1990-2000 succède depuis 2008 une reprise des tensions en mer de Chine méridionale (MCM). Les dernières aimées ont notamment été marquées par une recrudescence des confrontations directes entre Pékin, les Philippines et le Vietnam141. Elles ont atteint un point paroxystique en mai 2014, suite à l’installation à proximité des îles Paracels et à seulement 240 km de la côte vietnamienne, de la plate-forme de forage chinoise HYSY 981. Ce qui est considéré par le gouvernement vietnamien comme une atteinte directe à sa souveraineté nationale s’est traduit dans les faits par des confrontations violentes en mer et par une vague violente de ressentiments anti-chinois au Vietnam. Les opérations chinoises de remblaiement menées depuis janvier 2015 autour de Pilot de Mischief, situé à seulement une centaine de kilomètres de Pile de Palawan, ont également provoqué un regain de tension entre Manille et Pékin. Les incursions répétées, depuis 2013, de la marine chinoise au large du Sarawak ont même eu raison de l’attitude habituellement conciliante du gouvernement malaisien. En juin 2015, après une nouvelle inclusion ostentatoire à 150 km au large du Sarawak d’une imité des garde-côtes chinois, Kuala Lumpur est sorti de sa traditionnelle réserve et a dénoncé officiellement et médiatiquement cette nouvelle intrusion. Même si la protestation diplomatique n’est pas allée jusqu’à une condamnation explicite des agissements de Pékin, la publicité donnée à cet événement atteste d’un durcissement de la politique malaisienne142. Quant à l’Indonésie, habituée jusqu’alors à jouer un rôle d’intermédiaire entre les différents plaignants, elle est désormais impliquée dans un différend territorial l’opposant au Vietnam et à la Chine pour la souveraineté de l’espace maritime adjacent aux îles Natuna où a été découvert un important gisement de gaz naturel. Bien que ce gisement se trouve sans contestation possible dans la zone économique exclusive (ZEE)143 indonésienne, Pékin et Hanoi le revendiquent en se fondant sur les espaces maritimes auxquels ils auraient le droit si leur souveraineté était reconnue sur les plus méridionales des îles Spratley. Durant sa campagne électorale, Jokowi a réaffirmé la neutralité de l’Indonésie en mer de Chine méridionale mais les incursions répétées de la Chine l’ont poussé à renforcer la nouvelle base militaire de Natuna et la présence de la marine indonésienne dans les eaux environnantes.

  • 144 Zhao Hong, 2015, China’s new maritime silk road: implications and opportunities for Southeast Asia, (...)

2Et pourtant, lors du sommet Chine-Asean de Brunei en octobre 2013, le Premier ministre chinois Li Keqiang prônait « une mer méridionale de paix » et exhortait les membres de P Asean à « coopérer pour que la mer de Chine du Sud devienne une mer de paix, d’amitié et de coopération ». Depuis le printemps 2013, la Chine a, en effet, relancé une politique « de bon voisinage » et impulsé une nouvelle « diplomatie avec les pays de sa frontière méridionale »144. Cette politique vise à faire comprendre aux dirigeants d’Asie du Sud-Est le bénéfice mutuel qu’ils retireraient d’un rapprochement économique. Preuve encore de cette volonté de coopération avec l’Asie du Sud-Est, le lancement par la Chine en 2013 de la « route maritime de la soie » (RMS), un terme faisant référence aux expéditions maritimes du XVe siècle menées par l’amiral Zheng He. L’objectif annoncé de la RMS est ainsi de renforcer la coopération maritime entre la Chine et les pays de l’Asean. Le China-ASEAN Maritime Cooperation Fund devrait permettre de financer des projets d’infrastructures portuaires, mais aussi des programmes de recherche sur l’environnement maritime et sur la pêche et des projets de collaboration dans la sécurisation de la MCM et du détroit de Malacca.

  • 145 Clive Schofield, 2014, « Defining areas for joint development in disputed waters » in S. WU et N. H (...)

3C’est dans ce souci d’apaisement que le gouvernement chinois présente la création de zones commîmes de développement (ZCD pour l’anglais JDA — Joint Development Area) comme un outil de règlement des tensions en MCM. Mettre en place des ZCD pour résoudre un conflit n’est ni une idée nouvelle, ni une idée chinoise. À l’échelle mondiale, la première ZCD a été créée en janvier 1958 entre Bahrein et l’Arabie Saoudite145. Cet accord bilatéral avait pour objectif de faciliter la délimitation de la frontière maritime entre les deux pays. Si des ZCD existent donc bien avant l’adoption de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM), ratifiée le 30 avril 1982 à Montego Bay, elles se sont en revanche multipliées depuis. Deux raisons principales expliquent cet engouement pour les ZCD. La première est que la CNUDM donne pour la première fois une définition et un cadre juridiques des ZCD dans son article 74, paragraphes 3 et 83, paragraphe 3 où il est stipulé que lorsque les pays dont les juridictions se chevauchent ne parviennent pas à conclure un accord de délimitation du plateau continental ou de la ZEE, « ils doivent faire tout leur possible pour conclure des arrangements provisoires de caractère pratique » et que « dînant cette période de transition, ils ne doivent pas compromettre ou empêcher la mise en place d’un accord final ». Par ailleurs, « cet accord ne doit pas porter préjudice à la décision finale ». La seconde raison est liée à l’introduction dans la convention du concept de ZEE. La création de la ZEE a, en effet, incité les États côtiers à revendiquer des zones maritimes de plus en plus vastes. Cette volonté politique des États riverains de se projeter de plus en plus loin vers le large et d’étatiser les espaces maritimes a ainsi conduit à la multiplication des zones de chevauchement et de litige.

4En dépit de cette mise au point juridique, un certain flou demeure quant à la définition précise d’une ZCD. Comme le souligne Hasjim Djalal, spécialiste du droit maritime et ancien diplomate indonésien pour les Affaires étrangères, « beaucoup de monde met en avant ce concept de ZCD mais personne n’en connaît véritablement le sens. En fait, les ZCD signifient des choses différentes pour des personnes différentes ». Or, il faut d’emblée noter que le gouvernement chinois joue habilement de ces confusions pour proposer des ZCD dont les limites ou les offres d’exploitation commune sont parfois inacceptables pour les autres États plaignants. L’objectif de cette contribution est de définir d’une part, les ZCD et leurs spécificités au regard du droit maritime international et de confronter, d’autre part, les diverses interprétations qu’en donnent la Chine, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et Brunei. Une telle démarche permet de finalement mesurer les possibilités réelles d’implanter des ZCD en MCM et leurs usages géostratégiques.

Les zones communes de développement (ZCD) : une solution temporaire et pragmatique aux conflits frontaliers maritimes

  • 146 Didier Ortolland, Jean Pierre Pirat, 2010, Atlas géopolitique des espaces maritimes, Paris, Édition (...)

5Une zone commune de développement est une forme de coopération qui permet aux États côtiers d’explorer et d’exploiter en commun des ressources maritimes situées soit des deux côtés de la frontière soit dans une zone de chevauchement des revendications territoriales146. Dans ce dernier cas, elle permet le partage et l’exploitation conjointe des ressources naturelles avant même la délimitation officielle d’une frontière maritime. Les ZCD entrent parfaitement dans l’esprit et le cadre de la Convention de 1982 qui fait obligation aux États riverains des mers fermées ou semi-fermées comme la mer de Chine méridionale de coopérer afin de coordonner la gestion, la conservation, l’exploration et l’exploitation des ressources biologiques en mer. Notons que la création d’une ZCD ne préjuge en aucun cas du partage de la zone concernée.

  • 147 Robert Beckman, Clive Schofield, Ian Townsend-Gault, Tara Davenport et Leonardo Bernard, 2013, « Fa (...)
  • 148 Mark J. Valencia, « Whither the South China sea disputes », 23 janvier 2011, (http://nghiencuubiend (...)

6Le recours à des ZCD se justifie pleinement tant sur le plan politique et sécuritaire que sur le plan économique et environnemental147. Les ZCD sont un moyen de maintenir de bonnes relations politiques entre les pays dont les revendications se chevauchent et d’éviter des conflits liés à l’exploitation unilatérale des ressources maritimes. Elles favorisent un règlement à l’amiable des conflits frontaliers tout en évitant de recourir à une juridiction internationale. Elles permettent par ailleurs, comme dans le cas de ZCD pour l’exploitation pétrolière, de mener une exploration approfondie des zones contestées et de supprimer ce que certains comme Marc Valencia148 appellent le syndrome de l’Alaska, c’est-à-dire la crainte de voir un gisement important être découvert dans une zone perdue lors d’un compromis trop hâtivement accordé. De plus, l’exploitation pétrolière demandant énormément de capitaux, il est peu envisageable pour des compagnies privées d’investir dans des zones disputées et de courir le risque, comme cela s’est déjà passé plusieurs fois en mer de Chine méridionale, d’être contraintes d’abandonner le projet en dépit des investissements déjà réalisés. En l’absence d’accords de coopération, les ressources maritimes risquent donc de demeurer inexploitées. Enfin la préservation de l’environnement et la gestion des ressources halieutiques nécessitent une réponse commune. Seule une politique conjointe de contrôle des captures pourrait ainsi permettre l’exploitation raisonnée d’un espace maritime pour l’instant menacé de surpêche et de surexploitation et éviter une crise sociale de grande ampleur.

7Cette idée de créer des ZCD en Asie orientale a été proposée dès la fin des aimées 1970 par Deng Xiaoping dans le cadre du rapprochement diplomatique entre la Chine et l’Asie du Sud-Est ; il souhaitait « mettre de côté les conflits et favoriser le développement conjoint ». Depuis, tous les gouvernements chinois ont repris cette idée. L’ancien Premier ministre chinois Li Peng en visite en Malaisie en 1990 ou encore Wu Bangguo, le président de l’Assemblée nationale populaire lors de son déplacement aux Philippines en 2003 ont tenu des discours et fait des propositions très similaires : ils ont ainsi affirmé que les ressources naturelles en mer de Chine du sud étaient suffisamment conséquentes pour être partagées entre tous les prétendants. De même, la déclaration de conduite ratifiée en 2002 par la Chine et l’Asean mentionne cette même nécessité de « développement d’activités conjointes ». Enfin, le gouvernement de Xi Jinping multiplie depuis 2013 les déclarations en faveur des ZCD, perçues comme une solution durable pour pacifier les relations de la Chine avec les États d’Asie du Sud-Est.

Les ZCD : des solutions déjà bien implantées en Asie du Sud-Est

  • 149 David M. Ong, 2013, « Implications of recent Southeast Asian State practice for the international l (...)

8Les pays d’Asie du Sud-Est se sont également emparés de cette idée en la mettant en pratique dés la fin des aimées 1970149 : la première ZCD a été mise en place en 1979 dans le golfe de Thaïlande dans la zone de chevauchement des revendications de la Malaisie et de la Thaïlande. Même si des différends politiques ont freiné jusqu’en 1994 son exploitation réelle, elle est désormais une vraie réussite économique : une autorité commune gère l’exploration et l’exploitation des ressources minières et répartit les coûts et les bénéfices entre les deux pays. Plus de 200 puits ont été forés et la ZCD contribue pour 20 % à l’alimentation en gaz de la Thaïlande. En 1993, la Malaisie et le Vietnam ont également approuvé la formation d’une autre ZCD dans le golfe de Thaïlande à la suite de la découverte de gisements d’hydrocarbures dans une zone revendiquée par les deux pays. Cinq ans seulement après la ratification d’un accord entre les compagnies pétrolières des deux pays, l’extraction a débuté avec l’exploitation du gisement de Bunga Kewa. L’accord commercial entre Petrolam Nasional Berhad (Petronas) et Vietnam National Oil and Gas Group (PetroVietnam) intègre la création d’un comité de direction et de coordination nommé par les deux compagnies dont le rôle est de fixer les grandes lignes des opérations. Petronas conduit toutes les activités de développement, les bénéfices et les coûts étant partagés à parts égales. De même, le différend frontalier entre la Malaisie et Brunei a été résolu en 2009 par un accord de type ZCD dont les termes exacts n’ont cependant pas été rendus publics. Cet accord est très particulier : il reconnaît au sultanat de Brunei des droits souverains pour l’exploration et l’exploitation des ressources biologiques ou non biologiques des eaux qui surplombent le plateau continental alors que cette zone est également revendiquée par Kuala Lumpur. En contrepartie néanmoins, un accord a été trouvé pour l’exploitation économique conjointe de ses eaux pendant 40 ans par les deux compagnies pétrolières nationales. En revanche, la frontière maritime n’est toujours pas délimitée. Cette ZCD résulte directement de l’impossibilité pour les deux États de mener de façon unilatérale des opérations exploratoires. En 2003, lorsque les deux pays avaient délivré des permis rivaux sur deux blocs de la zone litigieuse, les compagnies pétrolières, régulièrement menacées par des patrouilles maritimes de l’autre État, avaient été contraintes d’arrêter leur activité. Cette ZCD, censée rapporter des milliards de dollars à chaque pays, est ainsi présentée comme un modèle de pragmatisme économique mettant de côté la question de la souveraineté nationale. Les succès ne sont cependant pas toujours au rendez-vous : la ZCD créée en 1982 entre le Vietnam et le Cambodge dans la zone désignée sous le nom « d’eaux historiques » a certes permis d’apaiser les tensions mais n’a toujours pas été suivie d’une exploitation commune des réserves d’hydrocarbures.

Quel bilan des premières ZCD entre la Chine et les pays d’Asie du Sud-Est ?

La ZCD du golfe du Tonkin : les doutes du Vietnam

  • 150 Vasco Becker-Weinberg, 2011, « Joint development arrangement in Northeast Asia and the gulf of Tonk (...)
  • 151 Li Jian Wei et Ramses Amer, 2015, « Managing tension in South China sea: comparing the China-Vietna (...)

9En Asie du Sud-Est, le Vietnam a fait des choix très spécifiques concernant l’implantation des ZCD : il est le seul à avoir développé ces zones pour exploiter en commun les ressources halieutiques et il est le seul à avoir réellement mis en place une ZCD avec la Chine. Suite à un réchauffement diplomatique, le Vietnam et la Chine ont, en effet, ratifié le 2 5 décembre 2000 un accord historique sur la délimitation des frontières maritimes dans le golfe du Tonkin et sur la gestion de la pêche dans une ZCD150. La zone commune de pêche, à cheval sur les deux ZEE des deux pays est gérée par un comité sino-vietnamien où les deux parties sont représentées. Ce comité émet des autorisations de pêche, détermine les quantités annuelles et le nombre de prises possibles d’après des études réalisées en commun sur les ressources halieutiques. Ce comité peut également être délimitation des frontières maritimes dans le golfe amené à gérer les conflits liés à la pêche illégale de petits pêcheurs. L’accord comporte enfin une clause stipulant que le Vietnam et la Chine s’engagent à explorer ensemble les fonds marins et à trouver un accord pour exploiter en commun les ressources en hydrocarbures et les partager de façon équitable. Les deux pays se sont par ailleurs engagés à coopérer pour assurer la gestion des ressources biologiques du golfe. La ratification de ces accords a fait naître l’espoir d’un futur règlement pacifique des litiges en mer de Chine méridionale151.

10Cependant, ce développement d’une ZCD avec la Chine n’a pas complètement convaincu le gouvernement vietnamien de poursuivre dans cette direction. À la différence des ZCD mises en place par la Chine avec le Japon ou la Corée, la ZCD du golfe du Tonkin fait coexister des flottes dont les capacités de pêche sont dissymétriques. La province de l’île de Hainan, par exemple, qui étend en théorie sa juridiction sur l’ensemble des Spratley et des Paracels, déploie depuis 2013 le Hainan Baosha 00l, l’un des 4 plus grands bateaux-usines du monde : d’une capacité de 32 000 tonnes à bord duquel 600 ouvriers traitent le poisson sur l’une des 14 lignes de production, il est capable de mener des campagnes en mer de 9 mois. De l’autre côté, et en dépit du programme de modernisation de la flotte de pêche, les bateaux de pêche vietnamiens ne sont guère en mesure de concurrencer la pêche industrielle chinoise. Par ailleurs, l’accord n’a pas mis fin aux arrestations et aux conflits dans la zone commune de pêche. Notons néanmoins une avancée avec la création en mai 2013 d’une ligne directe entre le Vietnam et la Chine pour informer l’autre dans les 48 heures de la détention de pêcheurs ou de navires de pêche. Enfin, qu’ils soient vietnamiens ou chinois, les chercheurs regrettent l’absence de coopération scientifique et de gestion des ressources tout en se renvoyant la balle pour expliquer les raisons de la surexploitation des ressources. Pour les chercheurs chinois, la surexploitation des ressources est directement liée au fait que les municipalités du Vietnam ne limitent pas le nombre de permis délivrés aux pêcheurs. Côté vietnamien, la raison est plutôt à chercher dans l’encouragement fait aux pêcheurs par les régions côtières de Hainan, du Guangxi et du Guangdong de moderniser leurs navires et de les équiper de systèmes de navigation par satellite et, dans la politique d’attribution prioritaire de licences de pêche aux chalutiers les plus gros. Cette absence de gestion commune est encore plus manifeste avec la décision unilatérale de la Chine de restreindre la pêche en mer de Chine méridionale : depuis 1999, le gouvernement chinois impose une interdiction annuelle de pêche de trois mois, en général de mai à août, dans la partie nord de la mer de Chine méridionale. Tous les navires de pêche dans cette zone doivent s’acquitter d’une amende et leur matériel est confisqué. Or, cette zone intègre dans sa délimitation non seulement une portion de la ZEE du Vietnam — et des Philippines-, mais aussi la zone commune de pêche, alors que les accords signés prévoient une gestion en commun de la zone et rejettent les décisions unilatérales.

  • 152 Carl Thayer, « China-ASEAN joint development overshadowed by South China sea », The Diplomat, 25 oc (...)

11En dépit de ces doutes et de la recrudescence des heurts maritimes avec la Chine depuis 2008, de nouveaux pourparlers sont en cours et, lors de la visite de Li Keqiang au Vietnam en octobre 2013152, les deux gouvernements ont décidé de créer un groupe de travail afin de discuter de la création d’une nouvelle ZCD. Le Vietnam et la Chine n’ont cependant pas la même interprétation quant au lieu de localisation de cette ZCD. Si, pour la Chine, cette zone peut naturellement être créée sur le plateau vietnamien, lequel est situé dans la zone revendiquée par la Chine, pour le Vietnam une ZCD ne pourra être réalisée que dans les zones disputées identifiées en accord avec les lois internationales et la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982. C’est pour cette raison que le Vietnam n’est absolument pas favorable à la création d’une ZCD dans le banc de Vanguard car il est bien trop proche des côtes vietnamiennes. Par ailleurs, le Vietnam refuse de développer une ZCD avec la Chine qui empiéterait sur les zones maritimes revendiquées par les autres pays d’Asie du Sud-Est.

Les divergences de conception des ZCD entre la Chine et les Philippines

  • 153 Thomas Grieder, 2014, « Bridge over troubled waters: energy cooperation in the South China sea and (...)

12En mars 2005, la Chine, le Vietnam et les Philippines signent un accord afin de mener en commun des campagnes d’exploration et de relevés sismiques en mer de Chine méridionale. L’« accord d’entreprise commune d’étude sismique marine » (JMSU — Joint Marine Seismic Undertaking), ratifié dans un premier temps en 2004 uniquement par la Chine et les Philippines, entre en application le 1er juillet 2005153. Cet accord entre les trois compagnies pétrolières de chacun des pays, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) pour la Chine, PetroVietnam pour le Vietnam et la Philippine National Oil Corporation (PNOC) pour les Philippines, est historique dans la mesure où il permet de mener en commun des recherches sur les ressources pétrolières potentielles en MCM. Cette première étape, perçue comme une formidable avancée diplomatique pour la paix et la sécurité de la région, devait logiquement aboutir à la création d’une zone d’exploitation en commun des hydrocarbures. En juin 2008, le gouvernement philippin s’est cependant opposé au prolongement de cet accord.

  • 154 Lucio Blanco Pitlo III, « The Philippines and the West Philippine sea », The Diplomat, 8 octobre 20 (...)
  • 155 Ralph Emmers, 2013, Resource management and contested territories in East Asia, Basingstoke, Palgra (...)

13Ce refus est lié en grande partie au changement de présidence et de perception de cet accord154. La ZCD avec la Chine a été signée sous la présidence de Gloria Arroyo Macapagal, c’est-à-dire à un moment de rapprochement diplomatique et économique entre les deux pays. Entre 2004 et 2005, la Chine a multiplié les aides au développement (ODA), elle est même devenue le 5e pays donateur et a accordé des prêts pour des projets de construction ferroviaire. Pour le président Benigno Aquino III, le JMSU était une contrepartie à des investissements chinois douteux et teintés de corruption qui a mis en danger, voire soldé, la souveraineté nationale. Le JMSU n’aurait pas dû être ratifié par les Philippines car il est anticonstitutionnel. L’article 12, section 2, de la Constitution des Philippines de 1987 fait en effet obligation à l’État de protéger les richesses de ses eaux archipélagiques, de sa mer territoriale et de sa ZEE, comme d’en réserver l’usage et la jouissance exclusivement aux citoyens philippins. Il précise également que l’État doit être investi du plein contrôle et de la pleine supervision de l’exploration, du développement et de l’exploitation des ressources naturelles. Il est donc anticonstitutionnel d’autoriser d’autres pays, en particulier les États voisins qui contestent les revendications maritimes des Philippines, à s’impliquer dans l’exploration de la ZEE155.

14Le congrès philippin a été ainsi chargé de mener une investigation concernant les circonstances de la ratification de cet accord et de questionner le lien entre la ratification d’une ZCD et la sécurité nationale. La zone du JMSU, 142 886 km2 à l’ouest de Palawan (Reed Bank), est directement située sur le plateau continental philippin et est à 80 % dans la zone économique exclusive des Philippines. Le risque de cet accord est donc de donner une légitimité aux revendications chinoises et vietnamiennes. Afin d’éviter un renouvellement de cette situation, le Congrès a promulgué, en février 2010, le Archipelago Baseline Act qui délimite les frontières maritimes du pays et qui restreint les possibilités pour le gouvernement d’entrer dans une ZCD du type de celle du JMSU sans la mise en place d’une procédure claire et transparente.

  • 156 Christopher Len, « Reed Bank: South China sea flashpoint », Asia Times, 3 juin 2014 et Simone Orend (...)
  • 157 Ritchie A. Horario, « Govt halts explorations in South China sea », The Manilla Times, 24 février 2 (...)

15Le gouvernement philippin n’a pas pour autant renoncé à la création de ZCD, mais il veut reprendre la main en imposant ses propres règles. Ainsi, le 10 août 2014, tout en protestant officiellement contre les navires chinois patrouillant aux alentours de Reed Bank, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Charles Jose, indique que les Philippines sont en train de considérer les possibilités d’une ZCD avec la Chine, mais que cette coopération « devra être menée selon [ses] propres conditions, en conformité avec [sa] propre loi et en accord avec la constitution des Philippines ». Cette Constitution protège les ressources maritimes de la ZEE en stipulant qu’elles sont réservées à l’usage et aux besoins des citoyens philippins. Les discussions en coins depuis 2013 portent sur le champ gazier de Sampaguita situé dans la zone conflictuelle du banc de Reed, à proximité de la côte ouest de la grande île de Palawan, et considéré par les Philippines comme appartenant à sa ZEE156 En avril 2013, la société pétrolière nationale philippine Philex Petroleum a déclaré que les résultats de ses forages les plus récents lui permettaient d’estimer à plus de 556 milliards de mètres cubes les réserves disponibles, soit six fois plus que ce que laissaient présager les premiers forages en 2006. Depuis, l’entreprise Forum Energy, détenue à 60,45 % par Philex Petroleum, est en pourparlers avec la compagnie pétrolière chinoise CNOOC afin d’exploiter conjointement ce champ. Il s’agit, en fait, davantage d’un partenariat commercial entre les deux compagnies nationales que d’une véritable ZCD. L’objectif pour Forum Energy est de bénéficier de l’expertise de CNOOC en forage en eaux profondes. En théorie, il pourrait donc entrer en partenariat avec une autre compagnie étrangère comme il le fait pour l’exploitation du champ gazier de Malampaya avec Shell. En pratique, une autre solution est peu envisageable car toutes les tentatives d’exploitation par Forum Energy en 2011-2012 se sont soldées par des mouvements d’intimidation de la part de la marine chinoise, décourageant ainsi toutes les autres entreprises potentielles. Les négociations sont cependant au point mort car la Chine refuse de se soumettre à la Constitution des Philippines. Face à cette impasse et à la montée des réactions nationalistes intérieures sur ce sujet, Forum Energy a annoncé en septembre 2014 sa volonté d’exploiter unilatéralement le champ de Sampaguita. Simple effet d’annonce pour tenter d’influencer la décision de la Chine ou volonté d’entrer dans un bras de fer direct avec la Chine ? En effet, la mise en exploitation sera immédiatement arrêtée par la Chine comme elle le fut encore en mars 2013 pour forcer les Philippines à accepter « un développement conjoint ». En fait, comme le souligne fort justement le ministre philippin à l’Énergie, Jericho Petilla, la seule alternative à ne pas entrer dans un partenariat commercial avec la Chine « c’est de ne pas forer, et sûrement pour toujours157 ». La seule solution pour mettre en place une ZCD serait donc d’amender la Constitution des Philippines, un geste politique que le gouvernement Aquino est loin d’envisager.

Position des autres pays d’Asie du Sud-Est et de l’Asean

La Malaisie : favorable en discours mais opposée en pratique

16Le gouvernement malaisien a toujours été un ardent défenseur des ZCD. Il en a ainsi ratifié avec 3 pays d’Asie du Sud-Est (Brunei, Vietnam et Thaïlande). Sa stratégie est très claire et pragmatique : mieux vaut mettre de côté les querelles frontalières que d’être contraint d’importer du pétrole dans quelques aimées et de risquer de remettre en cause sa sécurité énergétique. Pour inciter ses partenaires à la ratification de ces accords, il privilégie les accords commerciaux entre compagnies nationales et met en avant ses compétences technologiques. Ainsi, la mise en place de la ZCD entre la Malaisie et le Vietnam a été facilitée par le manque d’expertises de PetroVietnam et par la législation déficiente du Vietnam concernant les activités pétrolières. Petronas mène ainsi toutes les activités d’exploration et d’extraction au nom de PetroVietnam tout en permettant un transfert de technologies et de connaissances. La création de la ZCD a également été favorisée par les bonnes relations entre la Malaisie et le Vietnam : la ratification de l’accord a eu lieu quand le Vietnam a entamé les procédures pour intégrer l’Asean.

  • 158 Ian Storey, 2011, Southeast Asia and the rise of China. The search for security, London et New York (...)
  • 159 « Najib echoes Beijing’s call for joint development », The South China Morning Post, 5 juin 2013.

17Dans ce contexte, il n’est guère surprenant que le gouvernement malaisien soutienne officiellement les appels du gouvernement chinois au développement de ZCD. Les premières déclarations officielles entre les deux pays concernant la mer de Chine méridionale ont eu lieu en mai 1999 entre le ministre des Affaires étrangères malaisien, Datuk Seri Syed Hamid Albar, et son homologue chinois, Tang Jiaxuan. Cette déclaration commune fixant un accord-cadre de la coopération entre les deux pays précise ainsi que « les deux parties doivent maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale et résoudre les conflits par des consultations bilatérales amicales menées dans le cadre des lois internationales et de la Convention de 1982158 ». Depuis 2011, les officiels malaisiens multiplient leur soutien aux ZCD lors des réunions multilatérales et autres événements diplomatiques. Ils les présentent comme un moyen de résoudre de façon bilatérale les conflits. Lors du Shangri-La Dialogue de 2011, le ministre de la Défense malaisien, Dato Seri Dr Ahmad Zahid Hamidi, propose ainsi de mettre en place des groupes de concertation pour mieux définir les zones de développement conjointes. En juin 2013, le Premier ministre malaisien lui-même, Najib Razak, soutient officiellement les propositions de la Chine de développement de ZCD en mer de Chine méridionale. Son argumentaire est d’ailleurs très similaire à celui du gouvernement chinois : « Accepter de partager la prospérité plutôt que de la laisser nous diviser est infiniment préférable comme choix159 », et d’ajouter que « le développement de coopérations dans le cadre de ZCD permet d’écarter les puissances extrarégionales du conflit en mer de Chine méridionale et de régler entre pays asiatiques cette question ». Il conclut son intervention en déclarant : « Au lieu de laisser aux générations futures une mer agitée, nous devrons nous efforcer de leur laisser une mer plus calme ». Ce discours favorable envers les ZCD est surtout à mettre en lien avec la stratégie malaisienne de non-confrontation avec la Chine sur la question de la mer de Chine méridionale. À la différence des Philippines et du Vietnam, il n’y a jamais eu d’incidents notables ni de confrontations directes entre les marines malaisienne et chinoise. Par ailleurs, Pékin n’a encore jamais remis en cause les droits d’exploration et d’exploitation pétrolière de la Malaisie en mer de Chine méridionale ni occupé des îles revendiquées par la Malaisie dans le sud des Spratley. La position du gouvernement malaisien au sein de l’Asean et des réunions multilatérales a toujours été de modérer les propositions les plus belliqueuses envers la Chine.

18En dépit de ses déclarations, la Malaisie n’envisage en aucune manière de développer elle-même une zone commune de développement avec la Chine. Cette possibilité, annoncée en octobre 2013, lors de la visite officielle de Hishamuddin Hussein en Chine, n’a connu aucune suite. En coulisse, la position de la Malaisie est plutôt d’envisager des ZCD avec tous les pays asiatiques, sauf avec la Chine. La raison est exactement la même que celle des autres pays : le flou des revendications chinoises et les risques de remise en cause des droits malaisiens sur sa zone économique exclusive (ZEE). Pour Kuala Lumpur, même si la formation de ZCD est en soi une bonne chose, elle doit s’appuyer sur les lois internationales et, en particulier, sur la Convention de 1982. La Malaisie n’entend nullement répondre aux pressions amicales chinoises qui cherchent à la contraindre de participer à la formation de ZCD sur le plateau continental malaisien.

Brunei : confusion entre ZCD et investissement conjoint

  • 160 Ian Storey, 2011, Southeast Asia and the rise of China. The search for security. London et New York (...)

19Comme la Malaisie, Brunei n’a jamais eu de conflits directs avec la Chine et bénéficie même de la bienveillance intéressée de la Chine. De plus, les revendications maritimes de Brunei, chevauchant en grande partie celles de la Malaisie, sont davantage perçues par le gouvernement de Brunei comme un problème potentiel avec la Malaisie plutôt qu’avec la Chine. Or, selon Ian Storey, la Chine s’intéresse de plus en plus à Brunei depuis les aimées 2000, attirée par l’importance de ses ressources en hydrocarbures160. Brunei entre dans la politique chinoise de diversification de ses sources d’approvisionnement. En novembre 2000, le président Jiang Zemin est le premier chef de l’État chinois à se rendre officiellement à Brunei. Suite à cette visite, un accord est passé entre China International United Petroleum and Chemical Company et Brunei Shell Petroleum Company pour l’achat de 10 000 barils de pétrole brut par jour, puis de 20 000 barils depuis 2004, soit 10 % de la production journalière du Brunei. En 2011, les deux pays ont réaffirmé leurs liens de coopération mutuelle en signant un memorandum of understanding (MOU) de coopération dans le secteur énergétique. En octobre 2013, lors de la visite de Li Keqiang à Brunei, les deux pays ont décidé d’approfondir leurs relations bilatérales et de promouvoir une coopération maritime. En avril 2013, le sultanat de Brunei et la Chine signent un accord de coopération maritime et créent une entreprise conjointe d’exploration et d’extraction gazière et pétrolière regroupant les deux entreprises pétrolières nationales (la CNOOC et Petroleum Brunei). Brunei ne renonce pas pour autant à sa souveraineté et l’accord stipule ainsi que « la coopération n’affectera pas les droits maritimes et les intérêts des deux pays ». Selon Carl Thayer, spécialiste australien des espaces maritimes asiatiques, il s’agit seulement d’une première étape et la réalité de la coopération est bien moindre que celle médiatisée par la presse chinoise, d’autant que le sultan de Brunei a affirmé que la ZCD devait avant tout respecter la législation de Brunei. Il ne s’agit donc pas d’une ZCD telle que la souhaiterait la Chine, et la position de Brunei n’est donc pas très différente de celle des Philippines.

La position de l’Asean : les ZCD, un outil de règlement des conflits seulement entre les pays d’Asie du Sud-Est

20L’Asean considère les ZCD comme une première étape de règlement des contentieux en mer de Chine méridionale et non comme un simple moyen de gestion des litiges. Les ZCD sont en parfaite conformité avec la déclaration de Manille de 1992, première déclaration officielle sur les tensions en MCM, qui appelle à une résolution pacifique des différends, à la « retenue », à la négociation d’un « code de conduite international » et à la prise de mesures de coopération permettant d’instaurer un climat de confiance. Cette déclaration demeure la base de la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale (DOC - Declaration on the conduct of parties in the South China sea) qui reprend notamment cette idée de mener des projets de coopération conjoints afin d’améliorer le climat de confiance. En 2011, l’Asean et la Chine ont même convenu des grandes orientations à suivre pour l’application de la DOC et se sont mises d’accord sur les cinq domaines prioritaires de mise en place de projets conjoints que Pékin a promis de financer : la protection de l’environnement marin, la recherche scientifique marine, la sécurité de la navigation et des communications en mer, les opérations de recherche et de sauvetage et la lutte contre la criminalité transnationale.

21Néanmoins, si elle est favorable à la multiplication de ces accords entre les pays d’Asie du Sud-Est, elle considère en revanche que le recours à des ZCD avec la Chine risque d’affaiblir les solidarités entre les pays de l’Asean car chacun sera tenté de négocier bilatéralement avec la Chine au lieu de trouver une solution commune. Certains craignent même que les pays d’Asie du Sud-Est risquent d’entrer en compétition afin d’obtenir le meilleur accord possible. Le JMSU a été ainsi perçu comme une manœuvre diplomatique du gouvernement chinois pour diviser l’Asean et éteindre les revendications des deux États (Vietnam et Philippines) pointant jusque-là les plus revendicatifs. En effet, même si Pékin reconnaît le litige autour des îles Spratley, il le considère comme un problème bilatéral et exclut toute approche multilatérale de règlement. Du fait du déséquilibre dans les rapports de forces, si les États du Sud-Est asiatique sont désunis, ils risquent d’être contraints d’accepter des conditions désavantageuses. La stratégie bilatérale semble d’ailleurs avoir fonctionné un temps puisque le rattachement du Vietnam au JMSU 6 mois après sa création n’est pas dû à des tergiversations des autorités à Hanoi mais à un manque de transparence dans la mise en place du JMSU. Le gouvernement vietnamien a ainsi critiqué le fait d’avoir été mis devant le fait accompli.

*

22Les États d’Asie du Sud-Est, individuellement et collectivement, ne veulent pas mettre en place de ZCD avec la Chine car toutes les propositions faites se situent, non pas dans des zones que les États plaignants considèrent comme disputées, mais dans leur propre zone économique exclusive. Les limites des ZCD proposées par la Chine ne sont ainsi pas conformes à la définition des ZCD formulée dans la Convention de 1982. Approuver ces zones serait concéder à la Chine que les zones maritimes sur les plateaux continentaux qui n’ont pourtant pas lieu d’être des espaces contestés au regard du droit international, le sont en fait. Par ce tour de passe-passe, la Chine pourrait justifier a posteriori ses droits en mer de Chine méridionale. La volonté chinoise de relance de ZCD ne signifie absolument pas qu’elle renonce à ses revendications sur la zone, bien au contraire : les ZCD sont un moyen de s’approprier l’espace maritime. Pour mettre en place des ZCD, les parties prenantes doivent au préalable tomber d’accord sur la nature des litiges en mer de Chine méridionale et délimiter avec précision les zones contestées. Or, l’ambiguïté de la démarcation chinoise à « neuf tirets », non conforme à la Convention des Nations unis sur le droit de la mer de 1982, ne permet pas de mettre en place des résolutions réelles. Dans un tel contexte, les autres pays parties prenantes sont, en effet, peu disposés aux compromis et aux concessions. Si la Chine cherche à étendre le plus possible les zones concernées par les ZCD, les États d’Asie du Sud-Est cherchent au contraire à les réduire, voire à les éviter ; notons qu’ils sont, par ailleurs, tous d’accord sur ce point quelle que soit la nature de leurs tensions avec la Chine. Pékin possède, en fait, sa propre définition des ZCD, qui n’est absolument pas en accord avec le droit international et qui mélange dans les faits le concept de ZCD avec celui d’investissements conjoints pour l’exploitation des ressources. Pour les pays d’Asie du Sud-Est, le dilemme est grand : accepter de créer des ZCD avec la Chine, c’est faire allégeance, mais refuser, c’est se priver de ressources en hydrocarbures et en produits halieutiques dont tous ont de plus en plus besoin.

23Les discussions autour des ZCD n’ont pas permis de calmer le jeu en mer de Chine méridionale mais ont, au contraire, directement participé à la montée des nationalismes. Que ce soit en Chine, aux Philippines ou au Vietnam, la population les interprète avant tout, non pas comme un geste de coopération, mais comme un aveu de faiblesse profitant à l’autre État plaignant. Or, le refus de développer des ZCD au nom de la crainte de perdre sa souveraineté est la preuve d’une mauvaise compréhension des enjeux des ZCD. En effet, la convention de Montego Bay sur le droit de la mer (1982) précise explicitement que l’exploitation conjointe de ressources maritimes dans les zones disputées n’implique nullement de renoncer à des revendications de souveraineté ni d’autoriser des actions unilatérales pour changer le statu quo de la zone. Le blocage autour des ZCD est cependant préjudiciable pour tous car, non seulement il ne permet pas d’exploiter des ressources dont tous les pays riverains ont besoin, mais il retarde aussi un peu plus les possibilités de coopération pour mieux connaître les spécificités de l’environnement marin de la mer de Chine méridionale. De plus en plus conscients des risques sociaux liés à la surpêche et à la dégradation de l’environnement, les gouvernements et les instituts de recherche multiplient néanmoins depuis le milieu des aimées 2000 les appels à la création d’un réseau d’aires maritimes protégées en mer de Chine méridionale. Le consensus autour de cette question semble déjà acquis mais il manque encore la volonté politique de mettre en place de telles mesures.

Annexes

Chronologie Asean

DÉCEMBRE 2014

16 Un groupe de 82 ONG régionales et internationales dont Amnesty International ou encore Asia-Pacific Solidarity Coalition signent un communiqué où elles demandent aux nations de l’Asean d’abandonner le principe de non-interférence afin d’agir de façon « responsable en tant que membres de la communauté internationale ».

JANVIER 2015

1er Le traité Ciel ouvert (Open Skies) prend effet. Il prévoit la libéralisation du transport aérien.

FÉVRIER 2015

11 Lors du 12e Congrès informatique des chefs de la défense (ACDFIM-12), un représentant du Vietnam propose de renforcer l’échange d’informations et de créer une base de données commune afin d’affronter les menaces sécuritaires non traditionnelles.

MARS 2015

28 Lancement de l’année de la coopération maritime Chine-Asean.

AVRIL 2015

4 Le Vietnam renouvelle son engagement envers l’Asean et déclare se préparer à devenir le coordinateur entre l’Asean et l’Inde pour la période de juillet 2015 à juillet 2018.

26 Lors du 26e Sommet de l’Asean, le secrétaire philippin aux Affaires étrangères demande aux membres de l’Asean de confronter Pékin sur sa politique en mer de Chine.

27 Le 26e Sommet de l’Asean se conclut sur l’adoption de trois déclarations, dont la déclaration de Kuala Lumpur sur un Asean « pour les peuples » (Declaration on a People-Oriented, People-Centred ASEAN).

MAI 2015

25 Le vice-président des États-Unis, Joe Biden, déclare que la Chine déstabilise le principe de résolution pacifique des différents dans la région. Il déclare aussi que la politique extérieure des États-Unis va évoluer vers une présence militaire accrue dans la région. D’ici 2020, 60 % des forces navales américaines devraient être présentes dans la région.

JUIN 2015

21 Le 30e Forum Asean-Japon se tient à Phnom Penh (Cambodge).

JUILLET 2015

2 Rencontre entre les représentants de l’Asean et de F Union européenne à Bruxelles pour « œuvrer à l’établissement d’un partenariat stratégique » dans les domaines de la sécurité maritime, du terrorisme, du renforcement des liens commerciaux et des investissements, et de l’écologie.

3 Sous la pression internationale, les pays de l’Asean conviennent de créer un fonds d’aide aux migrants rohingya.

6 Le porte-parole de l’Asean annonce le lancement d’un nouveau programme de coopération avec F Australie pour lutter contre la traite des êtres humains (AAPTIP — Australia-Asia Program to Combat Trafficking in Persons).

29 Neuvième réunion à Tianjin des hauts responsables de la Chine et de l’Asean pour l’élaboration d’un nouveau « code de conduite » en mer de Chine.

31 L’Asean et la Chine mettent en place un téléphone rouge pour régler un conflit éventuel en mer de Chine.

AOÛT 2015

1er La 48e Conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Asean consacrée à la mer de Chine s’ouvre à Kuala Lumpur en présence du chef de la diplomatie américaine, John Kerry. Également présent, son homologue russe, Sergueï Lavrov, insiste sur l’importance des relations commerciales entre la Russie et l’Asean (20 milliards $ US par an) et invite ses partenaires à participer au premier Forum économique oriental qui aura lieu du 3 au 5 septembre à Vladivostok.

10 Déclaration commune de l’Asean et de l’envoyé du Saint-Siège, le cardinal Petro Parolin, en faveur de la liberté religieuse.

19 Le PIB de l’Asean enregistre une croissance globale de 4,6 %.

SEPTEMBRE 2015

5 Le président égyptien, Abdel Al Sisi rencontre le secrétaire général de l’Asean à Jakarta. Il souligne le potentiel économique de l’Égypte et 1’intérêt qu’il porte à davantage de coopération avec les pays du Sud-Est asiatique.

19 L’institut des experts-comptables d’Angleterre et du Pays de Galles (ICAEW — Institute of Chartered Accountants of England and Wales) estime que les investissements directs de la Chine, des États-Unis, du Japon et de l’Inde dans l’Asean sont à 50 % en faveur de Singapour.

30 L’Asean +3 se réunit à Kuala Lumpur pour la 7e Conférence interministérielle sur la criminalité internationale.

OCTOBRE 2015

1er Les différents ministres en charge de la Sécurité de T Asean et du Japon se réunissent à Kuala Lumpur pour « renforcer leur coopération contre la cybercriminalité ».

20 Réunies à Jakarta, T Asean et l’Union européenne initient une coopération sur trois ans de gestion et sécurisation des frontières de T Asean.

NOVEMBRE 2015

4 Forum de défense de l’Asean à Kuala Lumpur pour traiter de la question de la mer de Chine. Aucune déclaration commune n’est signée contrairement à ce que demandaient les États-Unis.

21 Le 27e Sommet de l’Asean s’ouvre à Kuala Lumpur en présence de Barack Obama. Les deux sujets principaux sont le Partenariat transpacifique et les tensions en mer de Chine.

22 Le 27e Sommet se conclut sur la signature de la Déclaration de Kuala Lumpur qui finalise la création de la Communauté de l’Asean prévue pour le 31 décembre 2015.

La seconde déclaration « Asean 2025 : progressons ensemble » est une feuille de route du développement de l’Asean à long terme.

Notes

141 Barry Desker, « China’s conflicting signals on the South China sea », RSIS Commentaries, 24 août 2015 et Sumathy Perumal, 2015, « South China sea maneuverings: more of the same in 2015? », MIMA Commentary, no 2.

142 Prashanth Parameswaran, « Malaysia responds to China’s South China sea intrusion », The Diplomat, 9 juin 2015.

143 Depuis la troisième conférence des Nations unies sur le droit de la mer (1982), la zone économique exclusive ou ZEE est un territoire maritime qui s’étend au-delà de la mer territoriale, une frange d’eau côtière de 12 milles marins maximum et jusqu’à 200 milles des côtes. L’État côtier y exerce des droits souverains pour l’exploration et l’exploitation des ressources.

144 Zhao Hong, 2015, China’s new maritime silk road: implications and opportunities for Southeast Asia, Trends in Southeast Asia, Singapour, ISEAS.

145 Clive Schofield, 2014, « Defining areas for joint development in disputed waters » in S. WU et N. Hong (dir.), Recent developments in the South Chine see end prospects for joint development p. 78-98.

146 Didier Ortolland, Jean Pierre Pirat, 2010, Atlas géopolitique des espaces maritimes, Paris, Éditions Technip. Jean-Pierre Pirat est ingénieur divisionnaire des travaux géographiques et cartographiques de l’État, formé à l’Institut géographique national pour lequel il a fait de nombreuses missions géodésiques en France, en Afrique (Côte d’ivoire, Centrafrique), Arabie Saoudite, Guyane, aux Antilles, au Vanuatu et à l’île de Sainte-Hélène. Depuis 2001, il est ingénieur-cartographe à la division géographique du ministère des Affaires étrangères et européennes.

147 Robert Beckman, Clive Schofield, Ian Townsend-Gault, Tara Davenport et Leonardo Bernard, 2013, « Factors conducive to joint development in Asia - lessons learned for the South China sea », in Robert C. Beckman (dir.) Beyond territorial disputes in the South China sea, p. 291-311.

148 Mark J. Valencia, « Whither the South China sea disputes », 23 janvier 2011, (http://nghiencuubiendong.vn/en/conferencesand-seminars-/502-whither-the-south-china-sea-disputes-by-mark-j-valencia).

149 David M. Ong, 2013, « Implications of recent Southeast Asian State practice for the international law on offshore joint development », in Beckman Robert (dir.), Beyond territorial disputes in South China sea, p. 181-217 et Tara Davenport, 2012, « joint development in Asia: some valuable lessons learned », in Clive Schofield (dir.), Maritime energy resources in Asia. Legal regimes and cooperation, p. 129-160.

150 Vasco Becker-Weinberg, 2011, « Joint development arrangement in Northeast Asia and the gulf of Tonkin » in Robert C. Beckman (dir.), Beyond territorial disputes in South China sea, p. 218-247.

151 Li Jian Wei et Ramses Amer, 2015, « Managing tension in South China sea: comparing the China-Vietnam and the China-Philippines approaches », in Tran Truong Thuy, Le Thuy Trang (dir.), Power, law, and maritime order in the South China sea, p. 243-267.

152 Carl Thayer, « China-ASEAN joint development overshadowed by South China sea », The Diplomat, 25 octobre 2013.

153 Thomas Grieder, 2014, « Bridge over troubled waters: energy cooperation in the South China sea and the gulf of Thailand », in Shicun Wu et Keyuan Zou (dir.), Non-traditional security issues and the South China sea. Shaping a new framework for cooperation, Farnham, Asghate, p. 225-241.

154 Lucio Blanco Pitlo III, « The Philippines and the West Philippine sea », The Diplomat, 8 octobre 2013 et « Searching for China’s concept of joint development in the South China’s sea », Eurasiareview, 1er novembre 2012.

155 Ralph Emmers, 2013, Resource management and contested territories in East Asia, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

156 Christopher Len, « Reed Bank: South China sea flashpoint », Asia Times, 3 juin 2014 et Simone Orendain, « South China sea dispute tests Philippines’ ties with China », 17 septembre 2014.

157 Ritchie A. Horario, « Govt halts explorations in South China sea », The Manilla Times, 24 février 2015.

158 Ian Storey, 2011, Southeast Asia and the rise of China. The search for security, London et New York, Routledge, p. 223.

159 « Najib echoes Beijing’s call for joint development », The South China Morning Post, 5 juin 2013.

160 Ian Storey, 2011, Southeast Asia and the rise of China. The search for security. London et New York, Routledge.

Auteur

Docteur en géographie, maître de conférences à l’université Paris VII. Elle est chercheure au laboratoire CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques) ainsi que chercheure associée à l’Irasec et au Maritime Institute of Malaysia (MIMA). Ses travaux se focalisent sur les espaces maritimes et les processus d’intégration régionale en Asie du Sud Est. Elle a co-édité l’ouvrage Transnational Dynamics in Southeast Asia : the Greater Mekong Subregion and Malacca Straits Economic Corridors (avec Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard, Singapour, ISEAS, 2014.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site