Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

Les dossiers de l’année

L’Inde et l’Asie du Sud-Est, une relation proche mais lointaine

Jean-Raphaël Chaponnière

Texte intégral

1Conçue par l’armée américaine pendant la seconde guerre mondiale, la notion d’Asie du Sud-Est (ASE) désigne une région au sud de la Chine et à l’est de l’Inde et qui, dans la suite de l’article, recouvre les dix pays associés au sein de l’Asean (10) - Brunei, Birmanie, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam. Historiquement liée au continent indien, l’ASE lui tourne le dos depuis le XIXe siècle. Si elle a renforcé les relations économiques avec l’Asie de l’Est, et notamment avec la Chine, l’inflexion de la diplomatie économique (« Look East Policy ») engagée par Delhi en 1992 n’a pas suffi à intensifier ses relations avec l’ASE. Culturellement proche de l’ASE, l’Inde en reste lointaine sur le plan économique.

2Après avoir rappelé l’empreinte culturelle de l’Inde sur l’ASE et survolé l’histoire de leurs relations politiques depuis les indépendances, l’article présente son empreinte humaine qui s’exerce à travers les communautés indiennes. L’empreinte économique fait l’objet de la troisième partie qui analyse les échanges entre l’Inde et l’ASE depuis la période coloniale jusqu’à maintenant au regard de l’évolution des relations entre l’ASE et la Chine.

Empreinte culturelle et relations diplomatiques

  • 91 Suvarnadvipa : Malaisie, Suvarnabhumi : Birmanie et Thaïlande, Yavadvipa : Java.
  • 92 Jusqu’au 18e siècle, le sous-continent indien était 10 fois plus peuplé que l’ASE ; en 1820, l’Inde (...)
  • 93 George Coedès, 1948, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris, De Boccard, (Histoire (...)

3Les appellations données par le Ramayana (épopée indienne qui date du IIIe siècle av. J.-C.) aux contrées qui forment l’ASE — « péninsule dorée » pour la Malaisie, « terre d’or » pour la Birmanie et la Thaïlande et « l’île d’or et d’argent » pour Java et Sumatra91 — témoignent de la fascination exercée par cette région, longtemps beaucoup moins peuplée92 que l’Inde, sur les habitants du sous-continent. Depuis la publication de l’ouvrage de George Coedès93 sur les États hindouisés de l’ASE, les historiens insistent davantage sur l’autonomie des sociétés de l’ASE qui, au cours de leur histoire, ont multiplié les emprunts à la culture indienne : au sanskrit, aux langues dravidiennes, aux thèmes des textes sacrés hindous. L’Inde est à l’origine des grands courants religieux qui se sont diffusés dans l’ASE, depuis l’hindouisme, qui subsiste à Bali, en passant par le bouddhisme theravada très présent en Birmanie, au Cambodge, au Laos, en Thaïlande et au Vietnam jusqu’à l’islam amené par les marchands gujarati et qui domine aujourd’hui dans le monde malais.

  • 94 Après s’être implantés à Penang en 1785, les Britanniques ont profité de l’éclipse néerlandaise pou (...)
  • 95 Sir Thomas Raffles, fondateur de Singapour et gouverneur de Java entre 1811 et 1815, y aurait intro (...)

4À partir du XVIe siècle, l’irruption européenne a créé de nouveaux liens entre l’Inde et l’ASE : Goa était la capitale de l’Empire portugais des Indes qui s’étendait de l’Afrique de l’Est à Batavia (Jakarta). Calcutta était le siège de l’East Indian Company (Compagnie britannique des Indes) qui administrait Penang, Malacca, Singapour et Labuan (Straits Settlements) jusqu’en 186794 et, une fois conquise, la Birmanie a été rattachée à l’Inde jusqu’en 1937. Les Britanniques se sont parfois inspirés de leur expérience indienne pour administrer l’ASE95.

  • 96 Roger Beaumont, 1999, The hidden truth : a tribute to the Indian independence movement in Thailand (...)

5Les luttes pour l’indépendance ont rapproché les leaders des colonies : Nehru a rencontré Hô Chi Minh au « Congrès des nations oppressées » à Bruxelles (1927) ; des hommes politiques d’ASE ont participé aux réunions du Parti du Congrès indien. Curieusement, l’indépendance indienne a été proclamée pour la première fois à Singapour en 1943 par Subhas Chandra Bose. Ancien dirigeant du Parti du Congrès et partisan de la lutte armée, il avait été accueilli par les Allemands, puis par les Japonais et, forte de 16 000 soldats recrutés parmi les prisonniers indiens, son armée s’est battue contre les troupes britanniques96.

  • 97 Les Américains se sont opposés à la participation des délégués japonais et les Pakistanais ont refu (...)
  • 98 Max jean Zins, 2006, « La politique de non-alignement », in Christophe Jaffrelot (dir.), Linde cont (...)
  • 99 Mohan Ram, « Mending a few fences, India hopes for both economic and diplomatic spin off from new e (...)

6En mars 1947, quinze mois avant l’indépendance de l’Inde, deux cent cinquante délégués de vingt-cinq nations asiatiques97 ont participé à la conférence des relations asiatiques qui aurait été l’acte fondateur de la politique étrangère de Nehru98. Critique des Hollandais qui s’opposaient à l’indépendance indonésienne, le pandit a refusé d’appuyer le Vietminh ; en 1954, l’Inde a présidé l’International Control Commission créée pour suivre l’application des accords de Genève conclus à la fin de la guerre d’Indochine. En 1955, Indiens et Chinois ont coorganisé la conférence des nations afro-asiatiques de Bandung et, six ans plus tard, la création du mouvement des pays non-alignés a marqué l’apogée de la diplomatie asiatique de l’Inde. Ensuite, sa défaite face à la Chine en 1962, son alignement sur Moscou et son entrée dans le club des puissances nucléaires en 1974 ont modifié sa perception par les gouvernements d’ASE qu’inquiétaient le renforcement de la marine indienne et la construction de bases dans l’archipel Andaman. Le soutien indien à Hanoi a accentué la suspicion de cinq pays de l’ASE (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thaïlande) qui, redoutant la menace vietnamienne, ont créé l’Asean (5) en 1967. Les relations se sont détériorées après la reconnaissance par Delhi du gouvernement cambodgien d’Heng Samrin en 1980 : invité à une conférence de l’Asean en juin 1980, Narasimha Rao, ministre des Affaires étrangères, s’est décommandé au dernier moment.99.

  • 100 Moham Ram, ibid.
  • 101 Isabelle Saint-Mézard, 2006, Eastward bound, India’s new positioning in Asia, New Delhi, Manohar, C (...)
  • 102 Institute of Peace and Conflict Studies (IPCS), 2009, India-ASEAN FTA: the toad ahead, New Delhi, S (...)

7L’attitude de l’Inde vis-à-vis de l’ASE s’est infléchie après le périple d’Indira Gandhi en Asie (Corée du Sud, Indonésie et Malaisie100) en 1981, trois ans après la première visite de Deng Xiaoping à Singapour. Quelques aimées plus tard, Rajiv Gandhi aurait envisagé un rapprochement entre l’Inde et les pays de l’Asean (5) peu intéressés par cette proposition101. Le véritable tournant date de 1990. Confronté successivement à l’effondrement du bloc socialiste avec lequel l’Inde réalisait 15 % de son commerce, à la naissance du grand marché européen, à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et enfin à l’annonce de l’Asean Free Trade Agreement, le gouvernement indien a réagi en 1992 en réorientant vers l’Est sa diplomatie économique (« Look East Policy »). Évoqué dès 1995, l’Accord de libre-échange (ALE) entre l’Inde et l’Asean qui s’était élargie à neuf pays n’a commencé à être négocié qu’en 2003, au lendemain de l’annonce d’un ALE entre l’Asean102 et la Chine.

  • 103 Jean Raphael Chaponnière, 2014, « L’ASEAN entre le Japon et la Chine », in Jérémy Jammes et Françoi (...)

8Entre-temps, la Chine avait fait un retour spectaculaire dans l’ASE où son attitude pendant la crise asiatique (1997-1998) avait totalement modifié sa perception par les pays de la région. En refusant de dévaluer le yuan qui s’était fortement apprécié vis-à-vis des monnaies des pays en crise, Pékin ne s’est pas engagé dans une stratégie de dévaluation compétitive qui aurait été très dommageable pour l’ASE à laquelle il a apporté une aide financière103. Commencé avant la crise asiatique, le basculement des échanges de l’ASE vers la Chine s’est fortement accéléré après l’adhésion chinoise à l’OMC en 2001. La Chine est depuis le premier partenaire commercial des pays de l’ASE.

9Les négociations entre l’Inde et l’Asean qui s’était élargie à 10 pays, ont abouti à la signature d’un accord en 2009.

Empreintes humaines : migrations et communautés indiennes

  • 104 Irudaya Rajan, 2014, India migration report 2014. Diaspora and development, Londres, Routledge.

10En même temps qu’il a réorienté sa diplomatie économique vers l’Asie, le gouvernement de Delhi s’est inspiré de la politique de Pékin vis-à-vis des Chinois d’outre-mer, et a modifié son attitude vis-à-vis de la diaspora indienne. Il a créé une haute commission pour associer les non-résidents indiens (NRI) et les personnes d’origine indienne (POI) au développement de l’Inde104. Dans le cas des communautés indiennes résidant dans l’ASE, l’Inde a privilégié les NRI sur les POI, alors que ces derniers sont historiquement les plus nombreux.

  • 105 Adapa Satyanarayana, 2001, « Birds of passage ». Migration of South Indian labour communities to So (...)
  • 106 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, Power and plenty trade. War and the world economy in the se (...)
  • 107 Robert Bousquet, Les esclaves et leurs maîtres à Bourbon (La Réunion), au temps de la Compagnie des (...)
  • 108 Jean Louis Margolin et Claude Markovits, 2015, op. cit„ p. 532-534.
  • 109 Dans l’indenture, mot d’origine anglaise (traduit par « engagisme » par Margolin), les travailleurs (...)
  • 110 Jean Louis Margolin et Claude Markovits, 2015, op. cit., p. 539.

11Dès le début des relations maritimes entre l’Inde et P ASE, des « oiseaux de passage105 » — commerçants gujarati ou de la communauté des Chulia, prêteurs sur gage de la communauté Chettiar — se sont établis dans les ports de la région. La composition des communautés indiennes a été modifiée par l’arrivée massive de travailleurs à partir du XVIIIe siècle. Jusqu’alors, les esclaves avaient formé l’essentiel des migrations de main-d’œuvre106 dans le monde et en Inde, où des mauvaises récoltes obligeaient de jeunes agriculteurs à se vendre comme esclaves dans les ports indiens d’où ils étaient envoyés dans l’île Maurice et en Asie du Sud-Est107. Comme le souligne Margolin108, l’abolition de l’esclavage (1834) n’a pas sonné la fin mais la transformation du trafic d’êtres humains avec l’apparition de nouvelles formes contractuelles de recrutement (indenture et kangani)109 de travailleurs. Ces systèmes ont été abandonnés dès 1913 en Malaisie et pendant la grande crise économique de 1929 dans les Indes néerlandaises. Entre-temps les États-Unis avaient proscrit l’importation de marchandises fabriquées sur la base d’un travail forcé110.

  • 111 Ainsi, les Sindi, hindous fuyant le Pakistan pour Hong Kong et la Thaïlande. Voir Claude Markovits, (...)
  • 112 Voir le site de l’IOM, (www.iom.int), consulté le 15 mai 2015.

12Entre 1846 et 1950, 30 millions d’indiens (et 19 millions de Chinois) ont quitté leurs pays pour s’établir quelques aimées dans l’ASE. Faibles rapportés à la population indienne, ces flux étaient importants à l’aime des populations des pays d’accueil. La crise de 1929 puis les indépendances ont provoqué des retours tandis que la partition du sous-continent suscitait de nouveaux départs111. L’émigration indienne a repris après le premier choc pétrolier en direction des pays du Golfe, de Singapour et de la Malaisie où apparaissaient des pénuries de main-d’œuvre. Dans les aimées 2000, selon l’International Organisation for Migration (IOM)112, 20 000 travailleurs indiens ont émigré chaque aimée vers la Malaisie où ils seraient 106 000 (moins nombreux que les Bangladeshis), 31 000 en Birmanie, 24 000 en Thaïlande et 5 700 aux Philippines.

Graphique 1 - Diaspora indienne : Birmanie, Fédération de Malaisie (en million et % de la population)

Graphique 1 - Diaspora indienne : Birmanie, Fédération de Malaisie (en million et % de la population)

Sources : à partir de J. M. Gullick, 1969, Malaysia, New York, Frederik A. Praeger Publisher ; K. Kesavapany, A. Mani et P. Ramasamy (dir.), 2008, Rising India and Indian communities in East Asia, Singapour, ISEAS ; N. V. Sovani, 1949, Economic relations with South-East Asia and the Far East, New Delhi, Oxford University Press et Brij V. Lal, 2008, Encyclopédie de la diaspora indienne, Paris, Les Editions du Pacifique.

13Selon l’Atlas de la diaspora, il y aurait une vingtaine de millions d’indiens à l’étranger, dont près de 4 millions dans l’ASE.

  • 113 N. V. Sovani, 1949, Economic relations with South-East Asia and the Far East, New Delhi, Oxford Uni (...)
  • 114 Ragayah Haji Mat Zin, 2012, « Poverty eradication and income distribution », in Hall Hill, Tham Sie (...)
  • 115 Carl Vadivella Belle, 2015, Tragic orphans. Indians in Malaysia, Singapour, ISEAS.

14Forte de 2 millions (8 % de la population de la péninsule), la communauté indienne de Malaisie est la plus importante au monde. Elle est en majorité formée de Tamouls venus travailler dans les plantations de canne à sucre et de café de la province Wellesley (Penang) puis, après 1900113, dans celles d’hévéa (« l’or blanc »). Surmontant sa forte hétérogénéité, cette communauté composée de musulmans et d’hindous, de travailleurs et de prêteurs, de policiers et de militaires s’est rassemblée dans la Central Indian Association of Malaya en 1936. Dix ans plus tard, on recensait 600 000 Indiens — dont une moitié née en Malaisie - qui formaient 10 % de la population. Le déclin de l’agriculture de plantation, l’exode rural et les mesures de discrimination positive au profit des Bumiputera (les « fils du sol »), Malaisiens d’origine malaise) adoptées par la New Economy Policy (NEP) ont affaibli la position relative des Indiens. Dans les aimées 2000, les investissements dans les nouvelles technologies — ainsi, l’essor du Super Corridor Multimedia - ont attiré des ingénieurs indiens. En dépit de ces nouvelles migrations, les disparités internes à la communauté ont peu augmenté tandis que l’écart entre Indiens et Bumiputera s’est réduit114. Par ailleurs concurrencés par les Indonésiens et les Bangladais, les travailleurs indiens sont nombreux à vivre en dessous du seuil de pauvreté. La NEP qui avait établi des objectifs de répartition du capital entre Chinois, Malais et étrangers, a ignoré les Indiens dont la part au capital national a augmenté de 0,9 % à 1,6 %. Le neuvième plan veut la porter à 3 % en 2020115, un pourcentage qui reste toutefois inférieur à leur poids relatif dans la population.

  • 116 Allégements de dette des agriculteurs (1946) et restriction de la citoyenneté birmane aux Indiens a (...)
  • 117 Brij V. Lal, 2008, Encyclopédie de la diaspora indienne, Paris, Les Éditions du Pacifique ; Renaud (...)

15Recrutés par l’administration coloniale britannique pour défricher les terres et développer la riziculture, des paysans indiens se sont établis en Birmanie au XIXe siècle, suivis par des marchands, prêteurs et fonctionnaires venus avec leurs familles. Cette communauté— 1 million en 1941, soit 7 % de la population - était la plus importante de l’ASE avant l’indépendance. Les Indiens qui représentaient plus de la moitié des citadins, dominaient le commerce et les finances. La saisie de terres par les prêteurs indiens pendant la crise de 1929 a provoqué les premiers heurts intercommunautaires. Ensuite, les mesures prises à l’indépendance116 et les nationalisations des aimées 1960 ont provoqué des départs massifs qui ont ramené la communauté à 547 000 en 1973 (1,9 % de la population). En l’absence de recensement, on estime que cette communauté serait comprise entre 1 et 2 millions qui résident dans les grandes agglomérations et n’ont accès ni à la fonction publique ni à l’année117.

  • 118 Jayati Bhattacharya, 2011, Beyond the myth. Indian business communities in Singapore, Singapour, IS (...)

16Les premiers Indiens qui ont débarqué à Singapour pendant la première moitié du XIXe siècle n’avaient pas choisi de s’y installer118 : condamnés aux travaux forcés par l’administration de l’Inde britannique, ils ont construit les premières infrastructures. Cette communauté a quintuplé entre 1860 et 1941 (76 000) et depuis l’indépendance son poids relatif a légèrement augmenté (de 8 à 9 %). En 2010, pour la première fois, le recensement a distingué les Indiens résidents permanents (110 000) des citoyens (237 000 soit 7,3 %). La composition de la communauté s’est modifiée avec l’arrivée d’indiens qualifiés qui a été facilitée par un accord, le Comprehensive Economic Cooperation Agreement (CECA). Cette transformation a contribué à la forte hausse du pourcentage d’Indiens à l’université (de 4 % à 16 %).

  • 119 Selon une légende, en 1884, un marchand sikh a offert un cheval au roi du Siam qui l’a remercié en (...)

17Au Siam, en ouvrant le royaume aux échanges, le traité de Bowring (1851) a favorisé l’immigration d’indiens — dont de nombreux sikhs119 — recrutés par des filiales d’entreprises britanniques. Cette communauté a prospéré dans le textile, l’immobilier et l’hôtellerie. La partition entre l’Inde et le Pakistan a provoqué de nouvelles entrées et la communauté indienne est évaluée à 80 000.

18Beaucoup moins importante que la diaspora chinoise, la diaspora indienne de l’ASE joue un rôle économique modeste. Très présents dans les professions libérales, les Indiens sont rarement à la tête de grandes entreprises locales : la compagnie aérienne malaisienne Air Asia faisant figure d’exception.

Empreintes économiques

  • 120 Anthony Reid, 1993, South East Asia in the age of commerce, 1450-1680, New Haven, Yale University P (...)
  • 121 Selon la description de Marco Polo, pour une nef chargée de poivre quittant Malacca pour Alexandrie (...)
  • 122 Ville du Gujarat.

19Découverte par les marins indiens au Ier siècle, l’alternance des vents des moussons soufflant six mois vers le sud, six mois vers le nord a fait de l’ASE un carrefour des échanges maritimes entre la Chine, l’Inde et le Moyen-Orient. S’étendant du sud de la Birmanie jusqu’au Cambodge et contrôlant le transbordement des marchandises à travers l’isthme de Kra, le royaume de Funan a été le premier à bâtir sa prospérité sur ces échanges. Des concurrents ont ensuite émergé au Cambodge, en Birmanie, à Sumatra et au sud du continent indien avec le royaume du Chola qui, ayant détruit Srivijaya au XIIIe siècle, a contribué à l’émergence de l’empire de Majapahit basé à Java. Ce dernier a prospéré pendant la période de « l’âge d’or » du commerce qui, selon Anthony Reid120, débute avant l’irruption des Européens en Asie. Ces derniers — Portugais suivis par les Hollandais — se sont insérés dans le commerce « d’Inde à Inde »121 dominé par les marchands gujarati : selon la description de Tomé Pires en 1516, « Cambay122 » étend deux bras, l’un touche Aden et l’autre Malacca.

Le commerce du textile et de l’opium pendant la période coloniale

  • 123 Giorgio Riello, 2013, Cotton, the fabric that made the modem world, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 124 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, op. cit, p. 422.
  • 125 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, op. cit. p. 416. Progressant plus lentement que les exporta (...)

20Jusqu’au XIXe siècle, l’Inde habillait le monde et ses tissus s’imposaient en Europe et en Afrique où ils s’échangeaient contre des esclaves et jusqu’en Amérique du Nord où les bandanas indiens étaient prisés des cowboys123. À la fin du XVIIIe siècle, les textiles représentaient la moitié des expéditions de l’East India Company vers l’Europe, et seulement un quart 100 ans plus tard : entre-temps, l’artisanat indien avait été ruiné par la concurrence britannique et le relais pris par l’industrie textile qui, née pendant la seconde moitié du XIXe siècle, se classait au quatrième rang mondial à la veille de la guerre de 1914-1918124. Entre 1883 et 1913, la croissance des exportations de l’Inde a été la plus lente en Asie125.

Graphique 2 - Partenaires asiatiques de l’Inde, de 1 840 à 2015 (% du commerce extérieur indien)

Graphique 2 - Partenaires asiatiques de l’Inde, de 1 840 à 2015 (% du commerce extérieur indien)

Sources : à partir des données disponibles sur les sites de la Digital South Asia Library, (http://dsal.uchicago.edu/statistics/), consulté le 2 mai 2015, et du FMI, Direction of Trade statistics (http://elibrary-data.imf.org/​DataExplorer.aspx), consulté en août 2015.

  • 126 L’Inde absorbait 60 % des exportations de la Birmanie (pétrole, kérosène, bois et la moitié du riz) (...)
  • 127 Où toutefois, comme le signale Margolin, les navires britanniques étaient plus fréquents que les na (...)

21Disponibles depuis 1850, les statistiques de l’East India Company signalent la réorientation du commerce de l’Inde britannique au XIXe siècle avec la baisse de la part de la Chine et la montée du Japon. Elles révèlent la stabilité relative du commerce entre l’Inde et l’ASE jusqu’en 1937. L’augmentation qui a précédé la seconde guerre mondiale s’explique par le changement de statut de la Birmanie qui, devenue une colonie détachée de l’Inde, a été l’un de ses principaux partenaires126. Parmi les pays de l’ASE, les échanges avec les Straits Settlements, Java et Sumatra, étaient beaucoup plus important qu’avec le Siam, l’Indochine et les Philippines127 jusqu’en 1937.

  • 128 David Bulbeck, Anthony Reid, Lay Cheng Tan et Yiqu Wu, 1998, South East Asian exports since the 14t (...)
  • 129 Claude Markovits (dir.), 1994, Histoire de l’Inde moderne, 1480-1950, Paris, Fayard, p. 24

22Avant l’arrivée des Britanniques, l’ASE achetait des mousselines du Bengale, des toiles du Coromandel, des imprimés du Gujarat ; l’Inde importait des clous de girofle des Moluques128, du benjoin et du musc de Pégu et du Siam, du bois de santal de Timor129. La colonisation a modifié la composition de ces échanges avec la forte progression de l’opium et du textile.

  • 130 Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, 2014, A history of Thailand, 3e édition, Cambridge, Cambridge Un (...)

23Confronté au refus de l’empereur de Chine d’ouvrir son marché aux artefacts britanniques à la fin du XVIIIe siècle, le Royaume-Uni, déficitaire dans ses échanges avec la Chine, a encouragé la culture du pavot dans le Bihar (alors rattaché à la province du Bengale). Entre 1894 et 1919, l’opium représentait 30 % des exportations indiennes vers la Chine, autant vers les Straits Settlements, un peu plus vers Java, et un pourcentage considérable (90 %) vers l’Indochine. Au Siam, l’interdiction d’importer l’opium130 a tardé à être mise en vigueur tant les profits étaient considérables.

Tableau 1 - L’opium et le textile dans les exportations de l’Inde britannique vers l’ASE

Tableau 1 - L’opium et le textile dans les exportations de l’Inde britannique vers l’ASE

Sources : à partir des données disponibles sur le site de la Digital South Asia Library, (http://dsal.uchicagoedu/​statistics/​), consulté le 10 mai 2015.

24Le textile qui dominait les exportations indiennes vers l’ASE avant le XIXe siècle occupait la seconde place : entre 1913 et 1919, il assurait un cinquième des exportations vers les Straits Settlements et le Siam ; les tissus indiens entraient en concurrence avec les textiles japonais sur les marchés de l’ASE.

25L’ASE exportait des produits agricoles et miniers vers l’Inde. Découvert à la fin du XIXe siècle, le pétrole de Sumatra assurait 90 % des importations indiennes et Java était son principal fournisseur de sucre. À partir de 1937, la Birmanie est devenue, avec le Siam, ses fournisseurs de riz.

Tableau 2 - Principaux États indiens et pays de l’ASE

Tableau 2 - Principaux États indiens et pays de l’ASE

Sources : Nations unies, 2015, Rapport sur le développement humain 201 4 ; AA. H. Suryanarayana, Ankush Agrawal et K. Seeta Prabhu, 201 1, Inequality-adjusted human development index for India’s states, New Delhi, UNDP.

L’Inde indépendante et l’ASE

  • 131 Jean-Raphaël Chaponnière, Marc Lautier, 2014, Les Économies émergentes d’Asie, Paris, Armand Colin, (...)

26Assez forte dans les aimées qui ont suivi l’indépendance en 1947, la croissance de l’économie indienne a ralenti et, entre 1960 et 1996, son rythme a été inférieur de moitié à celui des économies de l’ASE. La crise asiatique de 1997-1998 a épargné l’Inde qui, depuis, connaît une croissance plus rapide que l’ASE. Parmi les différences les plus notables entre les structures économiques de l’Inde et de l’ASE, il y a le poids du secteur manufacturier dans le PIB. Paradoxalement, alors que l’Inde était plus industrialisée que l’ASE à l’indépendance et que l’industrie était sa priorité131, la part du secteur manufacturier dans le PIB est aujourd’hui plus faible que dans l’ASE et, mesurée en $ US courants, la valeur ajoutée manufacturière indienne (250 milliards $ US en 2015) est inférieure à celle de l’ASE (400 milliards $ US).

27En 2015, mesuré en parité de pouvoir d’achat, le revenu indien est inférieur à celui de l’ASE. Une comparaison qui n’est guère pertinente tant ces moyennes sont trompeuses car si les écarts de revenus sont élevés entre les pays de l’ASE, ils le sont aussi entre les États de l’Union indienne. Ainsi évalués à l’aime de l’indice de développement humain (IDH), les pays de l’ASE se situent entre 0,5 (Birmanie) et 0,9 (Singapour), et les États indiens entre 0,37 (Bihar) et 0,78 (Kerala).

Graphique 3 - Taux de croissance du PIB par habitant (1991 2011), part du secteur manufacturier dans le PIB et population (taille des cercles) en 2014

Graphique 3 - Taux de croissance du PIB par habitant (1991 2011), part du secteur manufacturier dans le PIB et population (taille des cercles) en 2014

Sources : à partir du Handbook of statistics of the Indian economy, (http://dbie.rbi.org.in), consulté le 5 juillet 2015 et des données de la Banque Mondiale, (http://data.worldbank.org/​data-catalog/​world-development-indicators).

28Le graphique 3 situe les grands états de l’Union indienne et les économies de l’ASE en fonction du taux de croissance du PIB ($ US constants) par habitant, de la part du secteur manufacturier dans leur PIB et de la taille de leur population (taille des cercles). Le Gujarat (54 millions d’habitants), gouverné par Narendra Modi jusqu’en 2014, est l’état le plus industrialisé et le plus dynamique, et la part du secteur manufacturier dans son PIB, inférieure à la moyenne de celle de l’ASE, est proche de celle de l’Indonésie. À l’autre extrémité, le Bihar, peuplé de 83 millions d’habitants, est moins industrialisé que la Birmanie. L’Uttar Pradesh (180 millions), l’état le plus peuplé est peu industrialisé.

La composition des échanges

29En 1948, l’Inde et les économies de l’ASE pesaient du même poids, autour de 3 %, dans le commerce mondial. La part de l’Inde a diminué jusqu’à 0,6 % en 1990 et s’est ensuite redressée (1,8 % en 2014) tout en restant inférieure à celle de l’ASE (6,2 %) et de la Chine (12 %). Les structures d’exportation de l’ASE et de l’Inde sont très différentes : le matériel électrique, l’électronique, le textile et l’automobile représentent plus de 60 % des exportations de l’ASE et moins de 10 % des exportations indiennes dominées par le pétrole, les produits agricoles, les pierres précieuses, les équipements, les biens intermédiaires (acier, ciment, produits chimiques) et la pharmacie.

30Appréciée à partir des 10 premiers postes (nomenclature à 2 chiffres), la structure du commerce bilatéral de l’Inde avec l’ASE (Tableau 3) signale une assez grande complémentarité. Il montre que les exportations indiennes vers l’ASE sont moins concentrées que ces importations d’ASE (les dix premiers postes représentent respectivement 66 % et 79 %).

  • 132 Gerhard Prinsloo, Yury Spektorov et Olya Linde, 2011, The global diamond industry. Lifting the veil (...)
  • 133 Meenu Tewari, C. Veeramani, Manjeeta Singh, 2015, The potentiel for involving India in regional pro (...)
  • 134 Des biens assemblés comme une voiture, une motocyclette ou un téléviseur.

31L’économie indienne est peu insérée dans les chaînes globales de valeur à l’exception notable de celle des pierres précieuses qui représentent près d’un cinquième des importations et des exportations totales de l’Inde. Spécialisée dans la taille, la ville de Surat (Gujarat) occupe une place importante le long de cette chaîne qui s’étend de l’Afrique du Sud à Anvers, en passant par la Chine et Bangkok également spécialisée dans la taille132. À partir d’une désagrégation très fine (nomenclature douanière à 6 chiffres) des exportations de l’Inde et des pays de l’Asean (10), Meenu Tewari et alii133 ont mesuré la part des « produits réseaux », définis comme étant les produits finis résultant d’un assemblage134 et leurs composants. Entre 2000 et 2011, la part de ces produits avait doublé (de 6 à 12 %) dans les exportations indiennes, tout en restant bien inférieure à la part qu’ils occupent dans les exportations de l’Asean où elle avait été ramenée de 65 % à 48 %.

Tableau 3 - Inde : dix premiers postes des importations d’ASE et des exportations vers l’ASE en 2014

Tableau 3 - Inde : dix premiers postes des importations d’ASE et des exportations vers l’ASE en 2014

Source : statistiques Intracen, (http://www.trademap.org/​tradestat/​Bilateral_TS.aspx).

  • 135 Cet indicateur qui mesure le cosinus de l’angle que forment les vecteurs représentant les structure (...)

32Du fait de ces différences structurelles, l’Inde et l’ASE ne « jouent pas dans les mêmes catégories » sur le marché mondial. C’est ce que mesure l’indicateur de similitude des exportations qui varie de 0 (dissemblance totale) à 1 (similarité totale)135. Le tableau 4 fait apparaître un très faible degré de similarité entre les exportations indiennes, birmanes, indonésiennes, vietnamiennes et cambodgiennes, et un degré un peu plus élevé avec les exportations malaisiennes et thaïlandaises. C’est avec ces deux derniers pays que la similitude s’est le plus renforcée entre 2003 et 2014.

Tableau 4 - Indice de similarité des exportations de l’Inde et des pays d’ASE en 2003 et 2014

2003

2014

Inde- Thaïlande

0,22

0,45

Inde- Indonésie

0,11

0,08

Inde- Malaisie

0,06

0,36

Inde- Philippines

0,04

0,05

Inde- Vietnam

0,11

0,07

Inde- Birmanie

nd

0,01

Inde- Cambodge

0,08

0,06

Inde- Laos

0,03

0,03

Source : calculé à partir des statistiques Intracen, (www.trademap.org/Bilateral_TS.aspx).

33Alors que le commerce extérieur de l’ASE est orienté vers l’Asie de l’Est et les États-Unis, le commerce indien était jusqu’en 1990 plus tourné vers l’Europe et les pays du bloc socialiste. Expliquée par les échanges avec la Birmanie, la part assez élevée de l’ASE dans les aimées 1950 (Graphique 1, supra) a diminué pour remonter jusque dans les aimées 1990. La Chine est le premier partenaire de l’Inde depuis 2013.

34La part de l’ASE dans le commerce extérieur indien s’est stabilisée à 5 % et la part de l’Inde dans le commerce de l’ASE a triplé de 1 à 3 %. L’ASE a toujours dégagé un excédent structurel dans son commerce avec l’Inde. Vu de l’ASE, si l’Inde est un débouché assez important pour la Birmanie (12,6 % de ses exportations en 2014) et l’Indonésie (7 %), elle occupe une place bien plus modeste que la Chine dans le commerce extérieur de la plupart des pays.

Graphique 4 - Poids des échanges entre l’ASE et l’Inde : vu d’Inde et de l’ASE Pourcentage de l’Inde (et ASE) dans le commerce extérieur de l’ASE (Inde)

Graphique 4 - Poids des échanges entre l’ASE et l’Inde : vu d’Inde et de l’ASE Pourcentage de l’Inde (et ASE) dans le commerce extérieur de l’ASE (Inde)

Source : à partir des données FMI, (http: //elibrary-data.imf.org/), consulté le 28 août 2015

35Le fait que la Chine soit le principal partenaire des pays de l’ASE n’a rien de surprenant car elle est le premier acteur du commerce mondial. La mesure de l’intensité des échanges offre un éclairage différent. Elle rapporte la part de l’Inde (ou de la Chine) dans les exportations des pays de l’ASE à la part de l’un ou l’autre sur le marché mondial. On constate ainsi que Brunei, la Birmanie, l’Indonésie, la Malaisie et Singapour sont caractérisés par une intensité d’exportation relativement plus forte vers l’Inde que vers la Chine (Tableau 5).

36Vu de l’Inde, la part de l’ASE dans ses importations (9 à 10 %) a peu évolué entre 2003 et 2014, et l’Indonésie et la Malaisie sont à l’origine de la moitié devant Singapour et le Vietnam.

Tableau 5 - Exportations et intensité des exportations de l’ASE vers l’Inde et la Chine

Tableau 5 - Exportations et intensité des exportations de l’ASE vers l’Inde et la Chine

Sources : base de données CHELEM en 2000 et Comtrade (Brunei, Birmanie, Cambodge, Laos).

Impact du traité de libre-échange

37Entré en rigueur en 2010, l’Accord de libre-échange entre l’Inde et l’Asean (10) prévoit des baisses de tarifs douaniers selon des calendriers variables avec les produits : les tarifs ont été ramenés à zéro en 2013 pour 70 % des lignes tarifaires et ils le seront pour 9 % des lignes supplémentaires en 2016. L’accord exclut des produits agricoles (dont le riz) et il limite les baisses pour les « produits sensibles », dont les composants automobiles, et maintient des tarifs élevés (40 %) pour le thé, le café, le poivre, l’huile de noix de coco et le caoutchouc. Les tarifs douaniers des pays de l’ASE étant en moyenne beaucoup moins élevés que ceux de l’Inde, l’ALE aura moins d’impact sur les exportations indiennes vers l’ASE que sur les exportations de l’ASE vers l’Inde.

  • 136 (http://indianexpress.com/article/business/economy/commerce-industry-secys-speak-in-different-tones (...)

38Au cours des quatre aimées qui ont précédé la ratification de l’ALE, la croissance indienne avait dynamisé les exportations de l’ASE vers l’Inde. Depuis, la mise en œuvre de l’accord n’a pas compensé les conséquences du ralentissement de la croissance indienne. A l’occasion d’un discours à la Confédération des industries indiennes, le secrétaire d’État au Commerce a déclaré136 que le taux d’utilisation de l’ALE était de 17 % (22 % dans le cas de l’accord avec le Japon et 25 % avec la Corée du Sud). Quel a été son impact sur la composition des exportations de l’ASE vers l’Inde ?

39Entre 2003 et 2014, la part de l’Inde dans les exportations de Malaisie a augmenté et sa part dans les importations a doublé. Ce sont les exportations de ressources naturelles (pétrole, huile de palme et bois) qui ont été les plus dynamiques et, parmi les importations, les produits vivriers et la viande. Dans le cas de l’Indonésie, l’ALE s’est accompagné d’une forte poussée des exportations de charbon, d’huile de palme et de caoutchouc et d’importations de maïs, arachides et quelques produits chimiques. Entre 2003 et 2014, la part de l’Inde dans les exportations de Thaïlande (de 0,8 % à 2,5 %) et du Vietnam (0,3 à 1,8 %) a augmenté. Dans l’un et l’autre cas, cela s’est accompagné d’une assez forte progression des exportations de composants — automobile et télécommunications — qui illustrent l’insertion de l’Inde dans les réseaux de l’industrie automobile japonaise et de l’industrie électronique coréenne (Samsung au Vietnam).

  • 137 En 2014, au classement Tholons des meilleures localisations pour les Business Processing Outsourcin (...)

40L’ASE exporte plus de services que l’Inde qui s’est, en revanche, imposée sur le marché des services informatiques, un marché dans lequel la Malaisie souhaite entrer et où les Philippines ont percé. Une bonne maîtrise de l’anglais et un accent américain expliquent le succès des Philippines137 qui occupent la première place mondiale dans les centres d’appel, l’activité la moins sophistiquée des services informatiques. Alors que la compétitivité manufacturière chinoise freine la montée en gamme des industries de l’ASE, la compétitivité indienne dans les services informatiques limite les possibilités de l’ASE sur ce marché.

Perspectives

  • 138 En 2011, Singapour était la quatrième destination des investissements indiens à l’étranger. Ainsi, (...)
  • 139 Plusieurs procès ont exposé la fonction de paradis fiscal de Maurice alors que Singapour avait ajou (...)

41Depuis 2000, les investissements indiens à l’étranger augmentent rapidement vers l’Europe et les États-Unis, lentement vers l’Asie. Fournissant 4 % des importations de l’Asean (10), l’Inde est à l’origine de seulement 1 % des investissements directs étrangers (IDE) dans cette région, moins que la Corée (2 %), la Chine (6 %) et le Japon (19 %). Ces flux sont faibles et polarisés sur Singapour, tant au niveau des IDE entrants que sortants : la ville-État est une alternative à l’île Maurice qui joue pour l’Inde un rôle analogue à celui de Hong Kong pour la Chine. L’introduction d’une clause sur la double imposition dans l’accord CECA a suscité une forte hausse des IDE indiens dans la ville-État qui leur sert de tremplin138. En 2011-2014139 Singapour a été le premier investisseur étranger en Inde avec 25 % des entrées devant Maurice. L’Inde est le 7e investisseur étranger en Malaisie où l’on recense une centaine d’entreprises et la Malaisie le 21e investisseur étranger en Inde entre 1991 et 2007 (création de logiciels, aquaculture, matériel électrique et équipements de télécommunications).

  • 140 Jean-Raphaël Chaponnière, Marc Lautier, « By chance or by virtue? The regional economic integration (...)

42L’intensification des échanges intra-ASE, commerce « Sud-Sud », a été une conséquence de l’entrée des IDE « Nord-Sud » qui ont fait de l’ASE un véritable circuit intégré140 : les composants de l’industrie électrique et électronique assurent près de 60 % des échanges intra-ASE. L’intensification des échanges entre l’ASE et la Chine a été la conséquence de l’élargissement à la Chine des chaînes de valeur qui s’étaient mises en place dans l’ASE. L’intensification des échanges entre l’ASE et l’Inde attendra l’intégration de l’Inde dans les chaînes de valeur qui structurent le commerce intra-asiatique.

43Si l’Inde regarde vers l’Est depuis 1992, l’ASE regarde plus rarement vers l’Ouest. L’exception a été la Thaïlande du gouvernement Thaksin qui avait adopté une « Look West Policy » remise à l’honneur en 2011 par sa soeur Yingluck, et le Vietnam qui entretient traditionnellement de bonnes relations diplomatiques avec l’Inde. Un rapprochement politique avec l’Inde est souhaité par les pays de l’ASE, confrontés aux ambitions chinoises dans les mers du Sud. Mais, faute d’avoir profité de l’éclipse chinoise entre 1949 et 1978 pour intensifier ses relations commerciales avec l’ASE, l’Inde qui demeure un partenaire économique très modeste ne peut pas servir de contrepoids à la Chine.

Notes

91 Suvarnadvipa : Malaisie, Suvarnabhumi : Birmanie et Thaïlande, Yavadvipa : Java.

92 Jusqu’au 18e siècle, le sous-continent indien était 10 fois plus peuplé que l’ASE ; en 1820, l’Inde était 7 fois plus peuplée que l’ASE et quatre fois plus au début du 20e siècle, selon Maddisson, (http://www.ggdc.net/MADDISON/oriindex.htm).

93 George Coedès, 1948, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris, De Boccard, (Histoire du Monde, vol. 8).

94 Après s’être implantés à Penang en 1785, les Britanniques ont profité de l’éclipse néerlandaise pour occuper Malacca et Java qui ont été rétrocédées aux Pays-Bas en 1815. En 1819, ils ont acheté Singapour au sultan de Johor.

95 Sir Thomas Raffles, fondateur de Singapour et gouverneur de Java entre 1811 et 1815, y aurait introduit une taxe foncière calquée sur celle pratiquée en Inde. Voir Jean Louis Margolin et Claude Markovits, 2015, Les Indes et l’Europe. Histoires connectées XVe-XXIe siècles, Paris, Gallimard, Folio histoire, p. 386.

96 Roger Beaumont, 1999, The hidden truth : a tribute to the Indian independence movement in Thailand Londres, Minerva Press.

97 Les Américains se sont opposés à la participation des délégués japonais et les Pakistanais ont refusé de participer.

98 Max jean Zins, 2006, « La politique de non-alignement », in Christophe Jaffrelot (dir.), Linde contemporaine de 1950 à nos jours, Paris, Fayard/CERI, p. 172.

99 Mohan Ram, « Mending a few fences, India hopes for both economic and diplomatic spin off from new efforts to court Malaysia, Indonesia and the Philippines », Far Eastern Economic Review, vol. 114, no 44, p. 23-29, octobre 1981.

100 Moham Ram, ibid.

101 Isabelle Saint-Mézard, 2006, Eastward bound, India’s new positioning in Asia, New Delhi, Manohar, Centre de sciences humaines.

102 Institute of Peace and Conflict Studies (IPCS), 2009, India-ASEAN FTA: the toad ahead, New Delhi, Special Report no 83, septembre.

103 Jean Raphael Chaponnière, 2014, « L’ASEAN entre le Japon et la Chine », in Jérémy Jammes et François Robinne (dir.), L’Asie du Sud-Est 2014, Ces Indes savantes-Irasec, Paris-Bangkok.

104 Irudaya Rajan, 2014, India migration report 2014. Diaspora and development, Londres, Routledge.

105 Adapa Satyanarayana, 2001, « Birds of passage ». Migration of South Indian labour communities to South-East Asia 19-20th Centuries, A.D., CLARA Working Paper, no 11, International Institute for Asian Studies (HAS).

106 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, Power and plenty trade. War and the world economy in the second millenium, Princeton, Princeton University Press, p. 407.

107 Robert Bousquet, Les esclaves et leurs maîtres à Bourbon (La Réunion), au temps de la Compagnie des Indes. 1665-1765.

108 Jean Louis Margolin et Claude Markovits, 2015, op. cit„ p. 532-534.

109 Dans l’indenture, mot d’origine anglaise (traduit par « engagisme » par Margolin), les travailleurs étaient engagés pour trois ans et, au terme de cette période, ils devaient rembourser leur voyage ou signer un nouveau contrat. Dans le système kangany (terme d’origine malaise), le recrutement était le fait d’un travailleur qui touchait une commission. Voir Ian Goldin, Geoffrey Cameron et Meera Balarajan, 2011, Exceptionnalpeople. How migration shaped our world and will define our future, Princeton, Princeton University Press.

110 Jean Louis Margolin et Claude Markovits, 2015, op. cit., p. 539.

111 Ainsi, les Sindi, hindous fuyant le Pakistan pour Hong Kong et la Thaïlande. Voir Claude Markovits, 2000, The Global world of Indian merchants, 1750-1947. Traders of Sind from Bukhara to Panama, Cambridge, Cambridge University Press, p. 277-297.

112 Voir le site de l’IOM, (www.iom.int), consulté le 15 mai 2015.

113 N. V. Sovani, 1949, Economic relations with South-East Asia and the Far East, New Delhi, Oxford University Press, p. 48.

114 Ragayah Haji Mat Zin, 2012, « Poverty eradication and income distribution », in Hall Hill, Tham Siew Yean et Ragayah Haji Mat Zin (dir.) Malaysia’s development challenges. Graduating from the middle, Londres, Routledge, p. 243.

115 Carl Vadivella Belle, 2015, Tragic orphans. Indians in Malaysia, Singapour, ISEAS.

116 Allégements de dette des agriculteurs (1946) et restriction de la citoyenneté birmane aux Indiens attestant de la présence de leurs familles avant 1823.

117 Brij V. Lal, 2008, Encyclopédie de la diaspora indienne, Paris, Les Éditions du Pacifique ; Renaud Egreteau et Larry Jagan, 2013, Soldiers and diplomacy in Burma : understanding the foreign relations of the Burmese praetorian state, Singapour, NUS Press.

118 Jayati Bhattacharya, 2011, Beyond the myth. Indian business communities in Singapore, Singapour, ISEAS.

119 Selon une légende, en 1884, un marchand sikh a offert un cheval au roi du Siam qui l’a remercié en lui donnant un éléphant. Le marchand a ensuite offert cet éléphant au maharadja du Cachemire qui lui a donné les moyens d’établir une société commerciale au Siam. Sikh Manjit Singh Sidhu cité par Bertil Lintner, 1955, « Bangkok’s little india », Far Eastern Economic Review, vol. 158, no 11, 16 mars.

120 Anthony Reid, 1993, South East Asia in the age of commerce, 1450-1680, New Haven, Yale University Press.

121 Selon la description de Marco Polo, pour une nef chargée de poivre quittant Malacca pour Alexandrie, une centaine partait vers Canton et les navires vers l’Inde étaient également nombreux.

122 Ville du Gujarat.

123 Giorgio Riello, 2013, Cotton, the fabric that made the modem world, Cambridge, Cambridge University Press.

124 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, op. cit, p. 422.

125 Ronald Findlay et Kevin O’Rourke, 2009, op. cit. p. 416. Progressant plus lentement que les exportations des Indes néerlandaises, de l’Indochine ou du Siam, les exportations de l’Inde britannique étaient en outre handicapées par l’adoption du Gold Standard en 1898 qui a remplacé une monnaie basée sur l’argent.

126 L’Inde absorbait 60 % des exportations de la Birmanie (pétrole, kérosène, bois et la moitié du riz) et la moitié des importations de la Birmanie provenait d’Inde (voir à ce propos : N. V. Sovani, 1949, Economic relations with South-East Asia and the Far East, New Delhi, Oxford University Press, p. 55). Cette asymétrie plaçait la Birmanie dans une situation délicate car elle n’avait pas d’alternative pour ses exportations.

127 Où toutefois, comme le signale Margolin, les navires britanniques étaient plus fréquents que les navires espagnols

128 David Bulbeck, Anthony Reid, Lay Cheng Tan et Yiqu Wu, 1998, South East Asian exports since the 14thcentury: cloves, pepper, coffee and sugar, Data paper series, Leiden, Pays Bas, KILTV Press.

129 Claude Markovits (dir.), 1994, Histoire de l’Inde moderne, 1480-1950, Paris, Fayard, p. 24

130 Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, 2014, A history of Thailand, 3e édition, Cambridge, Cambridge University Press, p. 38-39.

131 Jean-Raphaël Chaponnière, Marc Lautier, 2014, Les Économies émergentes d’Asie, Paris, Armand Colin, Collection U.

132 Gerhard Prinsloo, Yury Spektorov et Olya Linde, 2011, The global diamond industry. Lifting the veil of mystery. Bain and Company report, Antwerp World Diamond Centre (AWDC), disponible au lien (www.bain.com/publications/articles/globaldiamond-industry-lifting-veil-of-mystery.aspx).

133 Meenu Tewari, C. Veeramani, Manjeeta Singh, 2015, The potentiel for involving India in regional production networks. Analyzing vertically specialized trade patterns between India and ASEAN, Working Paper, New Delhi, Indian Council for Research on International Economic Relations.

134 Des biens assemblés comme une voiture, une motocyclette ou un téléviseur.

135 Cet indicateur qui mesure le cosinus de l’angle que forment les vecteurs représentant les structures d’exportation a été calculé à partir de la base Comtrade (3 chiffres) soit une désagrégation en 1 258 postes.

136 (http://indianexpress.com/article/business/economy/commerce-industry-secys-speak-in-different-tones-on-fta-impact).

137 En 2014, au classement Tholons des meilleures localisations pour les Business Processing Outsourcing, Manille était à la seconde place après Bangalore et devant Bombay, et Cebu était à la huitième place.

138 En 2011, Singapour était la quatrième destination des investissements indiens à l’étranger. Ainsi, le rachat de Corus par Tata en 2007-13 milliards de $ US, une des plus grandes acquisitions - a été financé par Tata Steel UK et Tata Steel Singapour.

139 Plusieurs procès ont exposé la fonction de paradis fiscal de Maurice alors que Singapour avait ajouté un article à son accord avec l’Inde qui imposait aux entreprises des conditions relatives de résidence, Times of India, 25 mai 2014.

140 Jean-Raphaël Chaponnière, Marc Lautier, « By chance or by virtue? The regional economic integration process in South-East Asia », in Bruno Jetin et Mia Mikic (dir.), ASEAN economic community. A model for Asia-wide regional integration, Londres, Palgrave Macmillan, à paraître en janvier 2016.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Diaspora indienne : Birmanie, Fédération de Malaisie (en million et % de la population)
Légende Sources : à partir de J. M. Gullick, 1969, Malaysia, New York, Frederik A. Praeger Publisher ; K. Kesavapany, A. Mani et P. Ramasamy (dir.), 2008, Rising India and Indian communities in East Asia, Singapour, ISEAS ; N. V. Sovani, 1949, Economic relations with South-East Asia and the Far East, New Delhi, Oxford University Press et Brij V. Lal, 2008, Encyclopédie de la diaspora indienne, Paris, Les Editions du Pacifique.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2 - Partenaires asiatiques de l’Inde, de 1 840 à 2015 (% du commerce extérieur indien)
Légende Sources : à partir des données disponibles sur les sites de la Digital South Asia Library, (http://dsal.uchicago.edu/statistics/), consulté le 2 mai 2015, et du FMI, Direction of Trade statistics (http://elibrary-data.imf.org/​DataExplorer.aspx), consulté en août 2015.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 1 - L’opium et le textile dans les exportations de l’Inde britannique vers l’ASE
Légende Sources : à partir des données disponibles sur le site de la Digital South Asia Library, (http://dsal.uchicagoedu/​statistics/​), consulté le 10 mai 2015.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2 - Principaux États indiens et pays de l’ASE
Légende Sources : Nations unies, 2015, Rapport sur le développement humain 201 4 ; AA. H. Suryanarayana, Ankush Agrawal et K. Seeta Prabhu, 201 1, Inequality-adjusted human development index for India’s states, New Delhi, UNDP.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 3 - Taux de croissance du PIB par habitant (1991 2011), part du secteur manufacturier dans le PIB et population (taille des cercles) en 2014
Légende Sources : à partir du Handbook of statistics of the Indian economy, (http://dbie.rbi.org.in), consulté le 5 juillet 2015 et des données de la Banque Mondiale, (http://data.worldbank.org/​data-catalog/​world-development-indicators).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3 - Inde : dix premiers postes des importations d’ASE et des exportations vers l’ASE en 2014
Légende Source : statistiques Intracen, (http://www.trademap.org/​tradestat/​Bilateral_TS.aspx).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 4 - Poids des échanges entre l’ASE et l’Inde : vu d’Inde et de l’ASE Pourcentage de l’Inde (et ASE) dans le commerce extérieur de l’ASE (Inde)
Légende Source : à partir des données FMI, (http: //elibrary-data.imf.org/), consulté le 28 août 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 5 - Exportations et intensité des exportations de l’ASE vers l’Inde et la Chine
Légende Sources : base de données CHELEM en 2000 et Comtrade (Brunei, Birmanie, Cambodge, Laos).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2558/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Auteur

Économiste associé à Asie 21 (Futurible) et à Asia Centre, a été économiste Asie à l’AFD, conseiller économique auprès de l’ambassade de France en Corée et en Turquie, ingénieur de recherche au CNRS, chercheur invité à l’ISEAS (Singapour) et à l’Insead. Publication récente avec M. Lautier : Les économies émergentes d’Asie, entre État et marché (Collections U, Armand Colin, 2014).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site