Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2016 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses

Les dossiers de l’année

La Chine en Asie du Sud-Est : entre pré carré et rivalités géopolitiques grandissantes

Barthélémy Courmont, Frédéric Lasserre e Éric Mottet

Testo integrale

  • 30 Jeffrey Reeves, 2013, « China’s unraveling engagement strategy », The Washington Quarterly, vol. 3 (...)
  • 31 Gilbert Rozman, 2010, Chinese strategic thought toward Asia, New York, Palgrave McMillan.
  • 32 Hugues Tertrais (dir.), 2011, La Chine et la mer. Sécurité et coopération régionale en Asie orient (...)

1La montée en puissance de la Chine, tant dans sa dimension économique que stratégique, est une réalité déjà bien consommée en Asie du Sud-Est, et la création de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) au printemps 2015 n’en est que la plus récente manifestation. L’engagement grandissant de Pékin sur la scène internationale, qui ne fait désormais plus l’objet du moindre doute30, se double en Asie du Sud-Est d’une proximité géographique et culturelle, de l’implication de grandes puissances rivales et des difficultés pour les pays de l’Asean à définir une « politique chinoise » cohérente et commune. S’ajoute à cela une tentation hégémonique alimentée par les succès de Pékin au coins des trois dernières décennies31. Le poids grandissant de la Chine dans cette région se heurte cependant à des résistances et à la persistance de différends territoriaux et maritimes32 sur lesquels s’appuient les rivaux de Pékin pour justifier la mise en place de partenariats stratégiques. L’Asie du Sud-Est s’impose ainsi désormais comme le pré carré de la Chine et est paradoxalement, dans le même temps, la région dans laquelle sa stratégie expansionniste rencontre les plus fortes résistances.

L’Asie du Sud-Est, un enjeu majeur pour la Chine

  • 33 Barthélémy Courmont, 2010, La Tentation de l’Orient. Une nouvelle politique américaine en Asie-Pac (...)

2La mise en place d’une multitude d’accords bilatéraux entre, d’une part, l’Asean, et d’autre part, les grandes puissances étrangères confirme que l’Asie du Sud-Est constitue l’un des nœuds géographiques de l’Asie, la région apparaissant comme un pivot stratégique entre le monde chinois, l’aire indienne et l’Asie-Pacifique, zone en cours de transformation depuis le redéploiement de la politique étrangère américaine en direction de l’Asie33. La situation géographique de l’Asie du Sud-Est, qui partage avec les grandes puissances des milliers de kilomètres de frontière maritime et terrestre, ouvre à ces dernières des perspectives stratégiques, commerciales et énergétiques importantes. De par sa proximité géographique, le poids de l’histoire et les liens tissés par sa diaspora, la Chine est la puissance désormais la plus présente dans l’Asean, à la fois dans les échanges commerciaux et dans les investissements. C’est d’ailleurs cette région qui justifia la création de l’AIIB, qui se présente comme la rivale de la Banque asiatique de développement (BAD), créée à l’initiative du Japon en 1965 et basée à Manille. Par son emplacement stratégique, ses ressources et ses débouchés, l’Asie du Sud-Est est une cible prioritaire pour Pékin.

Un carrefour continental et maritime incontournable pour Pékin

  • 34 Rodolphe de Koninck, 2005, L’Asie du Sud-Est. Paris, Armand Colin, p. 25. Lire aussi Éric Frécon, (...)

3Le territoire maritime (9,3 millions de km2) occupe une place considérable dans la géographie de la région sud-asiatique. Qu’il s’agisse de la grande mer de Java (550 000 km2) ou du dédale de mers intérieures des Philippines, tous ces plans d’eau sont reliés entre eux par des passages qui se succèdent ou se juxtaposent. Parmi les détroits qui constituent autant de voies de circulation et d’accès à des espaces faisant partie intégrante de la région, certains revêtent une importance stratégique considérable, notamment les détroits de Malacca, de la Sonde ou de Lombok, de loin les plus importants34.

  • 35 Pierre Royer, 2012, Géopolitiques des mers et des océans. Oui tient la mer tient le monde Paris, P (...)
  • 36 Alfred Mahan (1840-1914), stratège naval américain, insistait sur la nécessité pour les États-Unis (...)

4Compte tenu de l’intensité des flux générés entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie du Nord-Est, les détroits de Malacca, de la Sonde et de Lombok qui relient la mer d’Andaman à la mer de Chine méridionale, sont devenus l’une des voies maritimes les plus empruntées au monde, sinon la première, voyant passer 30 à 40 % du trafic mondial total, dont 40 % du pétrole35. Véritables « autoroutes maritimes » susceptibles de déclencher une guerre de nécessité, les détroits de la région doivent être sûrs. En effet, la condamnation brutale des détroits de la région — actes de piraterie, conflits géopolitiques, etc. — aurait des conséquences catastrophiques. La moitié de la flotte mondiale devrait alors rallonger ses trajets de plusieurs jours, ce qui l’obligerait à une longue navigation dans des mers et océans où les vents sont particulièrement violents et la mer formée, notamment les Quarantièmes rugissants au large de la mer de Tasmanie. Autre conséquence possible, la fermeture des voies maritimes du Sud-Est asiatique provoquerait l’augmentation importante des prix du transport. Enfin, une telle déviation pourrait remettre en cause la position stratégique de Singapour, dont le développement s’appuie sur sa vocation de hub régional, affaiblissant du même coup la quatrième puissance économique de l’Asie du Sud-Est. Il est clair que si les détroits de Malacca, de la Sonde et de Lombok devaient être bloqués, cela affecterait en profondeur les échanges commerciaux intra-régionaux, régionaux et mondiaux. La Chine, premier exportateur mondial et importateur incontournable de matières premières, en serait la principale victime. C’est pourquoi le développement des capacités navales chinoises s’inscrit dans une vision empruntée à Mahan36 de sécurisation des voies d’accès maritimes, et les détroits en Asie du Sud-Est sont à ce titre une priorité.

  • 37 Lire Guy Faure, 2007, « La Banque asiatique de développement et l’intégration régionale en Asie »,(...)
  • 38 Éric Mottet, 2015, « La Chine et le Laos : entre visées géostratégiques et coopération économique  (...)

5Au-delà des flux maritimes mondialisés transitant par les détroits du Sud-Est asiatique, le développement des échanges terrestres régionaux repose principalement sur la construction de « corridors économiques » dont la mise en place passe, au préalable, par le développement des infrastructures de transport et la libéralisation des échanges transfrontaliers. Ces corridors, principalement orientés nord-sud et est-ouest, sont nombreux et font partie intégrante du programme du Grand Mékong, projet porté par la BAD37 et la Chine qui voit dans l’édification de ces corridors un moyen de pénétrer la région, via la Birmanie et le Laos38, en direction de la partie méridionale de l’Asie du Sud-Est. Ils visent notamment à faciliter le franchissement des frontières, à développer le commerce et les investissements privés.

6À terme, ces corridors de communication relieront les principales villes de la région, et surtout, les corridors de développement terrestres soulignent l’importance stratégique de l’Asie du Sud-Est comme voie de passage entre l’Asie du Nord-Est et les mers du Sud, tout en étant une alternative viable au transport maritime.

7La Chine est au cœur de ces investissements et des retombées économiques et commerciales qui devraient les accompagner. L’objectif de Pékin est de mettre en place de nouvelles routes commerciales, généralement qualifiées de « nouvelles routes de la soie », transitant vers l’Asie centrale et le Moyen-Orient, le sous-continent indien et l’Asie du Sud-Est, à la fois par voie terrestre et en développant les échanges par voie maritime (qui constituent la vaste majorité des échanges commerciaux). En disposant d’un nouveau levier, l’AIIB, et de sommes considérables injectées dans des projets d’infrastructures, Pékin se positionne comme le maître d’œuvre du développement des échanges à l’intérieur de l’Asean et en relation avec la Chine et le reste du monde.

Une puissance démographique et un marché en devenir

  • 39 Gabriel Leost, 2009, « Les économies de l’Asean à l’épreuve de la crise économique et financière i (...)

8L’Asie du Sud-Est, forte de ses quelque 622 millions d’habitants, plus que l’Amérique du Nord (530 millions) et l’Union européenne (514 millions), a un potentiel de développement économique encore largement en devenir39. Après s’être relevées de la crise monétaire de 1997-1998, et malgré une succession d’événements défavorables (éclatement de la bulle Internet (2000), ralentissement économique mondial après le 11 septembre 2001, la crise du SRAS (2004) et le tsunami de 2005), les économies de la région ont connu une période de développement accéléré entre 2000 et 2014, développement engendré par une demande extérieure soutenue et des investissements directs étrangers (IDE) importants.

  • 40 Ces statistiques ne prennent pas en compte la Birmanie.
  • 41 Pour Brunei, le taux moyen annuel se situe à 1,2 %, Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/tab (...)
  • 42 Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/table/4.2).
  • 43 Banque mondiale, (http://data.worldbank.org/indicator/NY.CDP.PCAP.CD).
  • 44 Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/table/4.2).

9Entre 2000 et 201440, le taux de croissance de l’Asean, compris entre 3,9 % et 7,5 %, s’est maintenu à un niveau très élevé41. Cela a permis à l’ensemble de la zone de passer d’un PIB de 604 milliards $ US en 2000 à 2 415 milliards $ US en 201442. Au coins de cette période, le PIB par habitant est passé de 5 116 $ US (2000) à 12 593 $ US (2014)43, faisant reculer la pauvreté dans la région tout en fabriquant une nouvelle classe moyenne urbaine synonyme d’importantes opportunités d’affaires pour les grandes puissances et/ou les blocs régionaux, dont la Chine. En 201444, le PIB des nations de l’Asie du Sud-Est représentait 16,3 % du PIB des pays de la zone Asie-Pacifique et 3,20 % du PIB mondial. Ces chiffres relativisent le poids actuel et futur de l’Asie du Sud-Est dans l’économie mondiale.

  • 45 Thaïlande, Singapour, Indonésie, Malaisie, Brunei, Philippines.
  • 46 Daniel Auffray et Alain Guillerm, 2006, L’ASEAN+3 (Chine, japon, Corée du Sud) : un espace en voie (...)

10Néanmoins, afin de rendre la région plus compétitive et intégrée à l’économie mondiale, l’AFTA (Asean Free Trade Agreement) vise à mettre en place un « marché commun » asiatique, sur le modèle européen, au sein de l’Asean. Cet accord améliore les procédures douanières et réduit les droits de douane sur la majorité des produits à l’importation (environ 0,05 %) et à l’exportation d’ici à fin 2015 pour les pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Birmanie et Viet-nam), alors qu’il est en application depuis le 1er janvier 2010 dans les six autres pays de l’Asean ou Asean-645. Après la crise financière de 1997-1998 qui a sévèrement touché les pays d’Asie du Sud-Est, en particulier la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines, et révélé que la Chine était un partenaire plus fiable que les États-Unis et le FMI, les pays de l’Asean ont décidé de resserrer leurs liens économiques avec la Chine, tout en veillant à contrebalancer sa domination en intégrant le Japon et la Corée du Sud dans le processus dénommé Asean+346. Cela a abouti à la signature de l’ACFTA (ASEAN-China Free Trade Area) en 2002, qui vise à construire le plus grand espace de libre-échange au monde, regroupant près de deux milliards d’habitants. Le calendrier de mise en application des accords est en phase avec celui de l’AFTA. L’ACFTA prévoyait notamment la réduction des barrières tarifaires chinoises de 9,8 % à 0,1 % sur les produits provenant de l’Asean. Pour les pays de F Asean-6, les tarifs douaniers imposés aux produits chinois sont désormais de 0,6 % (2010), alors que le Laos, le Cambodge, la Birmanie et le Vietnam ont jusqu’à fin 2015 pour abaisser leurs barrières tarifaires à 0,6 % sur l’importation des produits chinois (ADB, 2012).

Des ressources halieutiques et naturelles abondantes

  • 47 Rodolphe de Koninck, op. cit., p. 27.

11L’Asie du Sud-Est est également un territoire riche en ressources. Les espaces maritimes sud-est asiatiques sont en effet particulièrement bien dotés en ressources halieutiques. Cette richesse est en bonne partie due à la convergence de trois facteurs : la présence d’une vaste plate-forme continentale, de grandes quantités d’eaux chargées de matières nutritives déversées par les grands fleuves de la région, en partie ceux de la péninsule (Irrawaddy, Salouen, Mékong, fleuve Rouge, Chao Phraya) et, enfin, des eaux uniformément chaudes tout au long de l’aimée. Ces conditions favorables permettent d’entretenir, en quantité, de multiples variétés de crustacés et de poissons, lesquels font l’objet de la convoitise des flottes locales tout comme celle des chalutiers étrangers47.

  • 48 Frédéric Lasserre et Emmanuel Conon, 2008, Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des terri (...)

12L’exploitation des ressources fossiles (pétrole, gaz, minerais) occupe une place sans cesse grandissante dans F économie des pays de la région. Les pays exportateurs d’hydrocarbures, c’est-à-dire l’Indonésie, la Malaisie et Brunei, retirent des profits substantiels de leurs ventes d’hydrocarbures, mais voient celles-ci se réduire du fait d’une augmentation rapide des besoins en énergie48. Principalement enfouies dans les fonds marins (marges continentales), ces ressources renforcent l’intérêt que les pays peuvent nourrir à F égard de gisements en mer.

  • 49 Voir Éric Mottet, Frédéric Lasserre et Barthélémy Courmont, 2015, La Géopolitique des ressources m (...)
  • 50 Les investisseurs chinois sont très actifs en Indonésie (charbon, nickel), en Malaisie (fonderies (...)
  • 51 Voir Jean-Yves Carfantan, 2014, Le Défi chinois. Les Nouvelles Stratégies d’un géant, Paris, Seuil (...)

13La Chine, en position de force en Asie du Sud-Est absorbe d’ores et déjà une part essentielle des minerais et métaux exportés par l’Asean49. Au vu des moyens financiers très importants mobilisés par Pékin pour investir dans le secteur minier sud-asiatique, cette tendance devrait s’intensifier dans l’avenir. En Asie du Sud-Est, la Chine a créé une base régionale d’approvisionnement solide en minerais et métaux pour lesquels la production domestique est insuffisante (fer, cuivre, nickel, zinc, charbon, etc.)50. Cette sécurisation des approvisionnements fonctionne à travers la mise en place de systèmes contractuels51 qui lient l’entreprise exportatrice — asiatique ou pas — et l’industriel chinois propriétaire de fonderies, raffineries, alumineries généralement situées sur le littoral chinois facilement accessible depuis les ports de Shanghai, Tianjin ou Qingdao.

  • 52 Hughes Tertrais, 2012, La Chine et la met de Chine. Sécurité et coopération régionale en Asie du S (...)
  • 53 Poon Kim Shee, 2011, « An anatomy of China’s “sting of pearls” strategy », The Hikone ronso, no 38 (...)
  • 54 Anthony H. Cordesman et al, 2013, Chinese Military Modernization and force development, Washington (...)
  • 55 Jean-Pierre Cabestan, 2010, La Politique internationale de ia Chine, Paris, Sciences Po., Les Pres (...)

14L’accès aux ressources minières de l’Asie du Sud-Est est donc pour Pékin une préoccupation majeure qui influe sur tous les aspects de la politique étrangère envers l’Asean et ses pays membres. En effet, il ne suffit pas de sécuriser l’accès aux matières minérales dans les pays riches en ressources, encore faut-il les acheminer vers les ports chinois. La sécurisation des artères maritimes traversant l’Asie du Sud-Est, comme les détroits (Malacca, Sonde, etc.) et les passages, ainsi que la mer de Chine méridionale, constitue une priorité stratégique majeure. Ceci explique en partie, d’une part, l’intransigeance de la Chine dans les différends territoriaux en mer de Chine méridionale52 et sa stratégie du « collier de perles53 », notamment en Birmanie, et, d’autre part, la modernisation rapide de sa marine de guerre et sa transformation progressive en flotte de haute mer54. En outre, l’investissement massif de la Chine dans les ressources minérales des pays de l’Asean est le fruit d’une coopération stratégique qui dépasse largement le cadre de la sécurisation des approvisionnements et constitue une forme de protection politico-stratégique contre l’influence américaine dans la région55.

15Néanmoins, la perception répandue selon laquelle la mer de Chine méridionale abriterait de grandes quantités d’hydrocarbures, même si elle semble de moins en moins avérée, est une source importante de tensions entre plusieurs États de l’Asie du Sud-Est et la Chine.

Conflits en mer de Chine méridionale

16La tension dans le litige opposant la Chine à plusieurs États d’Asie du Sud-Est continue en effet de se développer. La perspective d’un affrontement armé s’est estompée depuis la vive altercation qui a opposé des navires gouvernementaux chinois et philippins en 2012 autour du récif Scarborough, mais les protagonistes gardent à l’esprit l’affrontement direct entre les forces navales chinoises et vietnamiennes de 1988 et l’installation d’une garnison chinoise sur le récif Mischief, au cœur du dispositif philippin, en 1994.

  • 56 Le soft power est un concept utilisé en science politique qui décrit la capacité d’un acteur étati (...)
  • 57 Lin Chong-Pin, 2015, « Behind rising east asian maritime tensions with China : struggle without br (...)

17Plusieurs éléments sont venus détériorer subitement la gestion du conflit depuis 2008 alors que cette aimée semblait marquer le triomphe du soft, power56 et de plusieurs démarches diplomatiques chinoises. En mai, le président Hu Jintao s’est rendu à Tokyo pour y conclure un accord de coopération avec le Japon, complété par un accord sur le développement conjoint des gisements d’hydrocarbures en mer de Chine de l’Est. Le 21 juillet, un accord final sur le tracé frontalier entre Russie et Chine était conclu. Les derniers travaux de démarcation de la frontière terrestre entre Chine et Vietnam furent achevés le 31 décembre, concluant une aimée marquée par la vitrine mondiale que constituaient les Jeux olympiques de Pékin57.

  • 58 Carlyle A. Thayer, 2010, « The United States and Chinese assertiveness in the South China sea », S (...)
  • 59 Malaisie et république socialiste du Vietnam, 2009, Joint Submission to the commission on the limi (...)
  • 60 Notes CML/17/2009 et CML/18/2009, CLPC, (www.un.org/Depts/los/clcs_new/submissions_files/mysvnm33_ (...)
  • 61 Îlies Paracels nommées îles Nansha par les Chinois.
  • 62 « Vietnam boat sinks after collision with Chinese vessel », BBC News, 27 mai 2014.
  • 63 « Chinese oil rig moved away from disputed waters off Vietnam », Reuters, 16 juillet 2015.
  • 64 Leszek Buszynski, 2015, « Why China’s South China sea strategy will fail », The Diplomat, 13 mai 2 (...)

18En mai 2009, la Chine annonçait un moratoire unilatéral sur la pêche dans l’espace maritime avec le Vietnam, répété et appliqué chaque aimée depuis, qui permit à Pékin de justifier l’arraisonnement de nombreux chalutiers vietnamiens et l’arrestation de leurs équipages58. Le moratoire a été promulgué par Pékin en 1999, mais demeurait purement théorique : 2009 marque la première aimée de sa mise en œuvre musclée par des navires gouvernementaux chinois. En mai 2009 encore, le Vietnam et la Malaisie déposèrent auprès de la Commission pour les limites du plateau continental des Nations unies (CLPC) une demande conjointe d’extension de leurs plateaux continentaux59, ce qui déclencha une vive réaction de la Chine, qui déposa auprès de la CLPC par le biais de deux notes60, une carte de la mer de Chine méridionale affichant la fameuse ligne des « neuf tirets », officialisant ainsi indirectement cette revendication ambiguë. Dans une note plus récente, en avril 2011, la Chine soulignait que « les îles Nansha61 sont pleinement investies d’un droit à des eaux territoriales, zone économique exclusive et plateau continental étendu », indiquant que la Chine considère que les îlots de mer de Chine méridionale donnent droit à l’ensemble des espaces maritimes. En mai 2011, un navire de surveillance et un chalutier chinois harcelèrent un navire d’exploration sismique vietnamien et rompirent ses câbles dans une zone située entre la côte vietnamienne et les Paracels. D’avril à juillet 2012, une crise opposa les Philippines à la Chine autour du récif Scarborough, aboutissant à la prise de contrôle de celui-ci par les navires gouvernementaux chinois. Cette crise poussa les Philippines à déposer unilatéralement une plainte contre la Chine, en saisissant, le 22 janvier 2013, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, afin de forcer Pékin à préciser ses intentions derrière la ligne des « neuf tirets » et à faire invalider ce que Manille considère comme des revendications excessives. En mai 2014, la Chine installa une plate-forme d’exploration pétrolière, Hayang Shiyou 981, au sud des Paracels et à 120 miles des côtes vietnamiennes. Dans les frictions navales qui s’ensuivirent, plusieurs collisions entre navires vietnamiens et chinois, et le naufrage d’un chalutier vietnamien, le 27 mai, soulignèrent le niveau de tension62. Le geste déclencha de très violentes manifestations anti-chinoises au Vietnam, et la crise ne s’apaisa que lorsque la Chine décida de retirer la plate-forme en juillet63. Depuis septembre 2014, des bâtiments chinois viennent régulièrement croiser près des îlots revendiqués par la Malaisie64.

  • 65 Carlyle A. Thayer, 2012, « Asean’s code of conduct in the South China sea : a litmus test for comm (...)
  • 66 Frédéric Lasserre, 1996, Le Dragon et la Mer. Stratégies géopolitiques chinoises en mer de Chine d (...)

19Cette multiplication des incidents et cette crispation qui se transpose désormais sur le terrain du droit international avec les poursuites engagées par Manille et dont l’instruction se développe (ce que certains auteurs qualifient de combat juridique, lawfare) n’a pas éteint le dialogue. Celui-ci s’est poursuivi, notamment à travers les forums de l’Asean. Les pays de l’Asean, collectivement impliqués dans le conflit de mer de Chine méridionale depuis la déclaration de Manille de 1992, s’efforcent, depuis la prise du récif Mischief par la Chine en 1994, d’amener Pékin à convenir d’un gel des gestes unilatéraux par le biais d’un code de conduite, proposé dès 199965. Face au refus chinois de signer un texte contraignant issu d’une négociation multilatérale — la Chine insiste sur le caractère primordial des négociations bilatérales comme méthode de résolution du conflit66 — les parties convinrent de signer en 2002 une Declaration on conduct of parties in the South China sea (DOC). L’Asean reprit alors son travail diplomatique en proposant en août 2005, lors d’une rencontre de l’ASEAN-China Jouit Working Group, un projet de Guidelines to implement the DOC - Directives préliminaires visant à mettre en œuvre la DOC - se heurtant encore une fois à l’objection chinoise de la nécessité de négociations bilatérales.

20En réalité, la Chine joue sur les divisions internes à l’Asean. Deux de ses membres, les Philippines et le Vietnam, sont directement opposés aux revendications chinoises en mer de Chine méridionale et militent activement en faveur d’une prise de position ferme de l’Association contre la politique chinoise. Les revendications chinoises chevauchent les prétentions de Brunei et de la Malaisie mais ces derniers ont adopté une position plus conciliante. L’Indonésie et Singapour ne sont pas directement impliquées mais craignent l’affirmation de la puissance chinoise dans la région. En revanche, la Thaïlande et le Laos affichent une neutralité très bienveillante envers Pékin, tandis que la Birmanie et le Cambodge ne cachent pas leur penchant pro-chinois dans ce dossier. De fait, en juillet 2012, lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’Asean (AMM) à Phnom Penh, si les partenaires parvinrent à un accord concernant un projet de code de conduite à soumettre à la Chine, ils furent incapables de convenir d’un communiqué commun, le Cambodge refusant toute mention du conflit en mer de Chine méridionale.

  • 67 Leszek Buszynski, op. cit.
  • 68 Barry Desker, « China’s conflicting signals on the South China sea », Brookings Southeast Asia Vie (...)
  • 69 48th Asean Foreign ministers meeting, Joint communique, Kuala Lumpur, Malaisie, 4 août 2015, p. 25

21En août 2015, le communiqué final de l’AMM tenue à Kuala Lumpur appelait à la conclusion d’un code de conduite formel et contraignant. Si la Chine a cherché à minimiser le clivage entre elle et certains pays de l’Asean, il est certain que la découverte de travaux majeurs de remblaiement et de construction de bases chinoises dans les Spratleys au cours de l’été 201467 a contribué à renforcer le sentiment, chez plusieurs membres de l’Asean, que la Chine ne vise qu’à gagner du temps sans rechercher véritablement un accord durable en mer de Chine méridionale68. Ce que traduit probablement l’expression peu diplomatique de « définition accélérée » du code de conduite (« we reiterated the importance of expeditious establishment »)69. Il reste à voir si le front commun tout récemment restauré au sein de l’Asean se maintiendra, d’autant que la Cour permanente d’arbitrage de La Haye s’est déclarée le 29 octobre 2015 compétente pour statuer sur certaines revendications territoriales présentées par les Philippines contre la Chine.

L’Asie du Sud-Est, convergence des rivalités des grandes puissances

  • 70 Jean-Pierre Cabestan, op. cit.

22Les grandes puissances voient leur rivalité s’affirmer en Asie du Sud-Est, en marge des implications grandissantes de la Chine, de son développement économique teinté de risques hégémoniques70, et des multiples différends territoriaux et maritimes dans lesquels sont impliqués plusieurs États de la région. Les autres puissances asiatiques, Japon, Corée du Sud et Inde sont de plus en plus impliquées dans le développement des économies régionales et s’appuient sur des partenariats bilatéraux incluant un volet sécuritaire. Mais ce sont surtout les États-Unis, sous la présidence de Barack Obama, qui ont vu leur implication s’affirmer en Asie du Sud-Est.

Les avancées de Pékin

  • 71 Fergus Hanson et Andrew Shearer, 2009, China and the world. Public opinion and foreign policy, Syd (...)
  • 72 Sheng Ding, 2008, « To build a “harmonious world”: China’s soft power wielding in the global south (...)
  • 73 Voir Danielle Tan et Caroline Grillot, 2014, L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois », Bangkok (...)
  • 74 À l’échelle de la planète, on estime la diaspora chinoise à 50 millions d’individus, voir à ce pro (...)
  • 75 Eric Teo Chu Cheow, « China-Southeast Asia relations blossom », The japan Times, 1er février 2004.
  • 76 Brian Harding, « The role of the Chinese diaspora in sino-indonesian relations », China Brief, vol (...)

23Proximité géographique et culturelle oblige, Pékin s’est depuis le début des aimées 1980 tournée vers ses partenaires en Asie du Sud-Est en marge de son développement économique et de son poids grandissant dans les affaires mondiales, en s’appuyant sur quatre principes : la coopération sud-sud (nan-nan hezuo), une stratégie tournée vers l’extérieur (zou chuqu zhanlue), une politique de bon voisinage (mulin youhao) et un nouveau concept de sécurité (xin anquan guan). Comme l’indiquent les études conduites par le Pew Research Center qu’on ne saurait soupçonner de connivence avec Pékin et un ouvrage publié en Australie71, la Chine bénéficie généralement d’une bonne image en Asie du Sud-Est. Cette région fut même, de Lavis de certains analystes chinois, le laboratoire de la mise en place du soft power chinois dans les pays du Sud72. L’Asie du Sud-Est est également la région du monde qui compte la plus importante diaspora chinoise73 On estime un total supérieur à 32,7 millions de membres de cette diaspora dispersés dans les différents pays de la région74, dont 7, 5 millions en Indonésie (3 % de la population), 6 millions en Thaïlande (14 %), 7,1 millions en Malaisie (26 %) et 2,8 millions à Singapour (74 % de la population de la cité-État !). En tant que relais des échanges commerciaux que la Chine entretient avec les pays de la région, la diaspora profite très largement de la montée en puissance progressive de la Chine continentale. Ainsi, comme l’expliquait en 2004 l’expert du Singapore Institute of International Affairs (SIIA), Eric Teo Chu Cheow, les communautés chinoises en Asie du Sud-Est, plus influentes que par le passé, « accompagnent l’émergence de la Chine et de son soft power75 ». Les « Chinois de loutre-mer », appellation utilisée par Pékin, sont de fait un véhicule de la culture et de la langue chinoises. Ils sont ainsi perçus comme une opportunité de se rapprocher de la Chine76.

  • 77 Sur cette question, lire David Shambaugh, 2013, China goes global. The Partial Power, Oxford, Oxfo (...)

24Par le biais d’accords de libre-échange, mais aussi simplement par l’attractivité de son économie, la Chine s’est par ailleurs érigée en « aimant commercial » autour duquel gravite les économies de sa périphérie et ce, quels que soient les agendas politiques de leurs gouvernements respectifs. Dans ces conditions, et compte tenu des défis auxquels est confrontée la stratégie de soft power de la Chine dans son environnement régional77, Pékin met davantage en avant le caractère incontournable de ses investissements, y compris dans des pays comme le Vietnam et les Philippines qui se positionnent comme des rivaux stratégiques et dont les sociétés ne portent pas sur la Chine un regard aussi positif que les autres pays de la région. Ces deux pays ont néanmoins, comme l’ensemble de l’Asean, adhéré à l’AIIB dès sa création et marqué ainsi l’ancrage des investissements pilotés par la Chine dans la région. La capacité d’investissement de la Chine (ainsi que l’aide), jamais défaillante, est difficile à refuser.

Les puissances asiatiques rivales en embuscade

  • 78 Jiang Yuechun, 2013, Asia-Pacific regional economic cooperation and China-Japan-South Korea cooper (...)

25Le Japon, la Corée du Sud et l’Inde sont également de plus en plus impliqués en Asie du Sud-Est, en particulier sur les questions économiques et commerciales. Au-delà des ressources naturelles citées précédemment, la dynamique économique des marchés sud-est asiatiques incite les puissances à se positionner. L’ouverture récente de la Birmanie est révélatrice. Aussitôt, des pays comme l’Inde et la Corée du Sud ont mis en avant leurs productions à bas prix afin d’inonder un marché naissant dans le domaine de la téléphonie et de l’automobile notamment. Le Japon, investisseur depuis plusieurs décennies, joue de son côté la carte de son modèle économique et social (ce en quoi Tokyo est désormais imité par Séoul) pour tenter de s’inviter dans la relation économique grandissante que ces pays entretiennent avec Pékin. Pour autant, ces pays sont également des partenaires économiques de premier plan de la Chine, aussi leur marge de manœuvre est-elle limitée par les retombées éventuelles d’une rivalité commerciale trop marquée en Asie du Sud-Est78.

  • 79 Barthélémy Courmont et Colin Geraghty, 2013, « India and Australia : an emerging partnership in th (...)

26Sur un plan stratégique, les milieux conservateurs de retour au pouvoir au Japon depuis décembre 2012 n’ont pas totalement abandonné leur projet d’« arc de la stabilité », incluant de l’Inde au Japon des États soucieux d’endiguer la progression du modèle autoritaire chinois. Les fortes tensions entre Tokyo et Pékin sont révélatrices du bras de fer auquel se livrent les deux puissances, en dépit d’une interdépendance économique grandissante, et les implications en Asie du Sud-Est sont l’une des dimensions de cette rivalité. L’Inde observe également avec inquiétude la place grandissante de la Chine dans son voisinage, et il n’est pas anodin de noter que la stratégie du « collier de perles », désignant les partenariats chinois dans l’océan Indien, a été très fortement relayé dans les cercles stratégiques indiens79. Malgré de sérieux handicaps, New Delhi continue de se rêver en rival stratégique numéro un de Pékin.

Hésitations américaines et rivalité avec Pékin

  • 80 APAC, 2008, « The Obama administration : the east asian factor », APAC Journal.
  • 81 Le 11 juillet 2012, Hillary Clinton fut la première secrétaire d’État américaine à se rendre en vi (...)

27Au tournant du millénaire, la Chine a consolidé ses partenariats en Asie du Sud-Est, profitant de l’absence de Washington et soucieuse de renforcer son influence dans son voisinage en vertu de la ligne officielle du parti. Le professeur Buehler de la Columbia University estimait ainsi en 2008 que « la proximité entre la Chine et les pays d’Asie du Sud-Est augmente au détriment de l’influence américaine dans la région80 ». L’arrivée au pouvoir de Barack Obama modifia la donne et réactiva l’intérêt de Washington pour cette région. Le fait qu’Hillary Clinton se soit rendue en Indonésie lors de sa première tournée officielle en février 2009 (après le Japon) fut un indicateur de ce qui fut défini comme la « stratégie du pivot81 ». À peine réélu pour un second mandat, Barack Obama effectuait une tournée en Asie du Sud-Est, visitant successivement la Birmanie, la Thaïlande et le Cambodge, trois États symboliques du nouvel engagement américain en Asie-Pacifique, et trois partenaires privilégiés de Pékin. Si cette tournée s’inscrivait dans le cadre d’un sommet de l’Asean, elle traduisait aussi la volonté de la Maison Blanche d’inaugurer la seconde administration de la même manière que la première, en faisant de P Asie-Pacifique une priorité, et en visant des États proches de la Chine, et dans sa sphère d’influence géographique et culturelle.

  • 82 Brian P. Klein, « How not to invest in Myanmar », Foreign Affairs, 25 juillet 2012, (https://www.f (...)

28Washington cherche également à profiter du contexte politique et le cas de la Birmanie est à ce titre le plus éclairant, à la fois des succès américains, mais aussi des limites de ce que certains observateurs qualifient d’« endiguement », déjà exprimé sous l’administration Bush. Tes évolutions politiques spectaculaires dans ce pays, saluées unanimement, offrent à Washington l’opportunité de se positionner, de promouvoir les avancées démocratiques et de chercher à contrebalancer la présence chinoise82.

  • 83 Robert S. Ross, 2012, « The problem with the pivot », Foreign Affairs, vol. 91, no 6.
  • 84 Carl Baker et Brad Glosserman, 2013, Doing more and expecting less : the future of US alliances in (...)
  • 85 Groupe informel de discussion et de partenariat économique entre les États-Unis et la Chine.
  • 86 Du Lan, 2012, « Comments on U.S. strategy for promoting trans-pacific partnership », China Interna (...)

29Le Vietnam, bien que considéré comme un rival de la Chine, ne peut de son côté se permettre de s’engager dans un bras de fer dont il ferait les frais, sans compter que le soutien de Washington ne lui est pas assuré et qu’il ne se traduit pas par des perspectives économiques et commerciales exceptionnelles. Pékin reste, de loin, le principal partenaire économique en Asie du Sud-Est et les récents accords de libre-échange entre la Chine et l’Asean confortent cette offensive économique que Washington ne peut pas contrer. La « stratégie du pivot » de Barack Obama se heurte ainsi non seulement aux difficultés budgétaires que rencontrent actuellement les États-Unis, mais aussi et surtout à la réception de cette stratégie, que les pays concernés pourraient percevoir comme une opportunité plus qu’un véritable engagement aux côtés de Washington et, dans le même temps, face à la Chine83. Plus généralement, et malgré de nombreuses critiques aux États-Unis quant à ses objectifs84, Barack Obama a compris que, dans la rivalité qui l’oppose à la Chine, l’option du G285 semble moins appropriée que la recherche de partenariats solides dans le voisinage direct de Pékin. Sa définition du réengagement américain en Asie-Pacifique repose donc sur l’intensification de ces partenariats, la création de nouveaux et, de manière à peine voilée, la volonté d’encercler la Chine, ce que Pékin n’apprécie que très modérément86.

  • 87 Voir le site de l’APEC, (www.apec.org).
  • 88 Yves Boyer, 2013, « La stratégie de rééquilibrage des États-Unis vers l’Asie-Pacifique et la Chine (...)

30Afin de comprendre l’engagement croissant de Washington en Asie-Pacifique en général et en Asie du Sud-Est en particulier, il convient également de regarder la réalité économique. Les sommets de l’APEC rassemblent chaque aimée des États comptant aujourd’hui pour la moitié de l’économie mondiale, 40 % de la population mondiale et 44 % du commerce international87. L’Asie-Pacifique représenterait par ailleurs 23,5 % des exportations américaines ainsi que 32,2 % des importations en 201088. Un rapport du FMI mis en ligne le 21 janvier 2014 met de son côté l’accent sur la dynamique dans laquelle sont engagés les pays d’Asie du Sud-Est : l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande, le Vietnam, la Malaisie, la Chine et l’Inde seront les principaux moteurs de la croissance économique dans le continent asiatique.

  • 89 Song Guoyou et Yuan Wenjin, 2012, « China’s free trade agreement strategies », The Washington Quar (...)

31De nombreux pays asiatiques souhaiteraient assister à un apaisement des relations sino-américaines. Les sommets de l’Asean sont l’occasion pour ses pays membres d’exprimer à la fois leur inquiétude concernant la dépendance croissante de leurs économies à l’égard des décisions de Pékin et leur soutien continu de la présence américaine sur cette région de l’Asie. Cela n’a pas empêché l’Asean de conclure un accord de libre-échange avec la Chine en 2002 (voir supra), dans le cadre d’une stratégie chinoise de développement des zones de libre-échange89.

32C’est à travers la promotion d’organisations régionales que les États promeuvent leurs ambitions. L’administration Obama a pris acte de l’ascendance économique de l’Asie de l’Est à travers le parrainage du projet dit du « TPP » (Trans-Pacific Partnership) en cours de négociation et qui a pour double objectif de créer une zone de libre-échange entre les pays signataires, mais aussi de promouvoir des réglementations d’ordres divers (essentiellement relatives au respect de P environnement, de la propriété privée et des droits sociaux). Les négociations concernent actuellement douze économies localisées aux deux extrémités de l’océan Pacifique, dont Brunei, la Malaisie, Singapour et le Vietnam.

  • 90 Lire Jeffrey Bader, 2012, Obama and China’s rise. An insider’s account of America’s Asia strategy,(...)

33L’administration Obama a fait du succès de ce partenariat une condition sine qua non de sa stratégie de rééquilibrage. Un projet rassemblant la signature d’un maximum d’États permettrait à la fois d’encourager la création d’emplois aux États-Unis, de promouvoir l’avènement de normes commerciales dans le respect desquelles l’Asie-Pacifique évitera de se renfermer sur elle-même et de garder une place importante à l’économie américaine dans la région. Cela garantirait aux alliés traditionnels des États-Unis une certaine « protection » face à cette dépendance commerciale vis-à-vis de Pékin qu’ils expérimentent depuis quelque temps. Cela permettrait aussi d’« adoucir » la vision essentiellement militariste de la « stratégie du pivot90 ». Mais dans les faits, et au-delà des déclarations d’intentions, la marge de manoeuvre de Washington se réduit en Asie du Sud-Est tandis que le poids de Pékin ne cesse de se renforcer à la Lueur d’une interdépendance de plus en plus marquée.

*

34Malgré sa présence grandissante et les perspectives qu’offre l’AIIB, l’influence de la Chine en Asie du Sud-Est n’est pas sans limites. Il serait même très exagéré de faire de cette région un simple satellite chinois. Certes, la Chine possède de nombreux leviers économiques et politiques pour pousser les pays du Sud-Est asiatique à une plus grande ouverture, mais il apparaît que ceux-ci ne sont pas suffisamment puissants. L’Asie du Sud-Est cherche à éviter une dépendance excessive vis-à-vis de la Chine, en développant des liens politiques et économiques avec l’Inde, le Japon, la Corée du Sud, l’Union européenne, la Russie, etc. Si les acteurs économiques chinois investissent dans de nombreux projets, ils se trouvent généralement à côté ou en concurrence avec de nombreux acteurs étatiques ou privés. Cette coopération à tous crins entre l’Asie du Sud-Est et les puissances étrangères autres que la Chine illustre en partie la politique des pays de la région afin, entre autres, de contrebalancer l’omniprésence chinoise. Les États-Unis ont bien conscience que les politiques de quasiabsence de relations diplomatiques avec un certain nombre de pays de la région contribuent à rapprocher ces derniers de la Chine, en dépit des contrepoids indien, coréen et japonais. Plus globalement, l’administration Obama a pris note de l’influence croissante de Pékin dans les pays de l’Asie du Sud-Est et a tenté — avec des résultats contrastés — un retour dans la région en partie négligée sous les administrations Clinton et Bush. Les visites successives d’Hillary Clinton, de Barack Obama et de John Kerry sont symboliques de cette priorité diplomatique de Washington qui semble également répondre à un désir d’une partie des pays de la région méfiants et inquiets des prétentions chinoises sur les territoires et les ressources (Indonésie, Philippines, Vietnam). L’Asie du Sud-Est pourrait donc redevenir le lieu d’une lutte géopolitique entre la Chine et les États-Unis, à moins que le fonctionnement multipolaire de la région et sa capacité à rapprocher des acteurs en conflit inspirent Pékin et Washington afin de s’entendre sur un partenariat constructif et profitable à tous.

Note

30 Jeffrey Reeves, 2013, « China’s unraveling engagement strategy », The Washington Quarterly, vol. 36, no 4, p. 139-149.

31 Gilbert Rozman, 2010, Chinese strategic thought toward Asia, New York, Palgrave McMillan.

32 Hugues Tertrais (dir.), 2011, La Chine et la mer. Sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du sud-est, Paris, L’Harmattan.

33 Barthélémy Courmont, 2010, La Tentation de l’Orient. Une nouvelle politique américaine en Asie-Pacifique. Québec, Éditions du Septentrion.

34 Rodolphe de Koninck, 2005, L’Asie du Sud-Est. Paris, Armand Colin, p. 25. Lire aussi Éric Frécon, 2012, « Singapour, gardienne de ses détroits », Monde chinois, nouvelle Asie. no 30, p. 29-36.

35 Pierre Royer, 2012, Géopolitiques des mers et des océans. Oui tient la mer tient le monde Paris, Presses universitaires de France, p. 143.

36 Alfred Mahan (1840-1914), stratège naval américain, insistait sur la nécessité pour les États-Unis de développer une marine puissante sur le modèle du sea power de l’Empire britannique.

37 Lire Guy Faure, 2007, « La Banque asiatique de développement et l’intégration régionale en Asie », Études internationales, vol. 38, no 2, p. 230.

38 Éric Mottet, 2015, « La Chine et le Laos : entre visées géostratégiques et coopération économique », in Éric Mottet, Barthélémy Courmont et Frédéric Lasserre (dir.), La Chine et le Monde. Quelles nouvelles relations, quels nouveaux paradigmes ?, Québec, PUQ, p. 207-228.

39 Gabriel Leost, 2009, « Les économies de l’Asean à l’épreuve de la crise économique et financière internationale », in Arnaud Leveau (dir.), L’Asie du Sud-Est. Les événements majeurs de l’année 2009, Bangkok, Irasec, p. 41-56.

40 Ces statistiques ne prennent pas en compte la Birmanie.

41 Pour Brunei, le taux moyen annuel se situe à 1,2 %, Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/table/4.1).

42 Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/table/4.2).

43 Banque mondiale, (http://data.worldbank.org/indicator/NY.CDP.PCAP.CD).

44 Banque mondiale, (http://wdi.worldbank.Org/table/4.2).

45 Thaïlande, Singapour, Indonésie, Malaisie, Brunei, Philippines.

46 Daniel Auffray et Alain Guillerm, 2006, L’ASEAN+3 (Chine, japon, Corée du Sud) : un espace en voie d’intégration en Asie de l’Est, Paris, CIRPES.

47 Rodolphe de Koninck, op. cit., p. 27.

48 Frédéric Lasserre et Emmanuel Conon, 2008, Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires Paris, Armand Colin, p. 115.

49 Voir Éric Mottet, Frédéric Lasserre et Barthélémy Courmont, 2015, La Géopolitique des ressources minières en Asie du Sud-Est Trajectoires plurielles et incertaines Québec, PUQ.

50 Les investisseurs chinois sont très actifs en Indonésie (charbon, nickel), en Malaisie (fonderies d’aluminium et d’acier), aux Philippines (cuivre) et au Laos (or, cuivre, argent).

51 Voir Jean-Yves Carfantan, 2014, Le Défi chinois. Les Nouvelles Stratégies d’un géant, Paris, Seuil, p. 31.

52 Hughes Tertrais, 2012, La Chine et la met de Chine. Sécurité et coopération régionale en Asie du Sud-Est, Paris, L’Harmattan ; Frédéric Lasserre, 1996, Le Dragon et ia Mer. Stratégies géopolitiques chinoises en mer de Chine du Sud, Montréal/Paris, L’Harmattan.

53 Poon Kim Shee, 2011, « An anatomy of China’s “sting of pearls” strategy », The Hikone ronso, no 387, p. 22-39.

54 Anthony H. Cordesman et al, 2013, Chinese Military Modernization and force development, Washington D.C., Center for Strategic and International Studies.

55 Jean-Pierre Cabestan, 2010, La Politique internationale de ia Chine, Paris, Sciences Po., Les Presses, p. 241-247 ; Barthélémy Courmont, 2010, La Tentation de l’Orient. Une Nouvelle Politique américaine en Asie-Pacifique, Québec, Éditions du Septentrion, p. 27-99.

56 Le soft power est un concept utilisé en science politique qui décrit la capacité d’un acteur étatique (ou non étatique) à influencer le comportement d’un autre acteur.

57 Lin Chong-Pin, 2015, « Behind rising east asian maritime tensions with China : struggle without breaking », Asian Survey, vol. 55, no 3, p. 478-501.

58 Carlyle A. Thayer, 2010, « The United States and Chinese assertiveness in the South China sea », Security Challenges, vol. 6, no 2, p. 69-84 ; Ramses Amer, 2014, « China, Vietnam and the South China sea : disputes and dispute management », Ocean Development and International Law, vol. 45, no 1, p 17-40.

59 Malaisie et république socialiste du Vietnam, 2009, Joint Submission to the commission on the limits ofthe continental shelf pursuant to article 76, paragraph 8 of the United Nations convention on the law of the sea 1982in respect to the southern part of the South China sea. Part I : executive summary. Malaysia and Socialist Republic of Vietnam.

60 Notes CML/17/2009 et CML/18/2009, CLPC, (www.un.org/Depts/los/clcs_new/submissions_files/mysvnm33_09/chn_2009re_mys_vnm_e.pdf) et (www.un.org/Depts/los/clcs_new/submissions_files/vnm37_09/chn_2009re_vnm_c.pdf).

61 Îlies Paracels nommées îles Nansha par les Chinois.

62 « Vietnam boat sinks after collision with Chinese vessel », BBC News, 27 mai 2014.

63 « Chinese oil rig moved away from disputed waters off Vietnam », Reuters, 16 juillet 2015.

64 Leszek Buszynski, 2015, « Why China’s South China sea strategy will fail », The Diplomat, 13 mai 2015; Vijay Sakhuja, 2015, « China may lose friends in Southeast Asia », Asia Maritime Transparency Initiative, P juillet 2015.

65 Carlyle A. Thayer, 2012, « Asean’s code of conduct in the South China sea : a litmus test for community-building? », The Asia-Pacific Journal, vol. 10, no 4.

66 Frédéric Lasserre, 1996, Le Dragon et la Mer. Stratégies géopolitiques chinoises en mer de Chine du Sud, Montréal/Paris, L’Harmattan ; Avery Goldstein, 2005, Rising to the challenge. China’s grand strategy and international security, Stanford, Stanford University Press ; Carlyle A. Thayer, 2014, « China’s information warfare campaign and the South China sea : bring it on ! », The Diplomat, 10 juin 2014.

67 Leszek Buszynski, op. cit.

68 Barry Desker, « China’s conflicting signals on the South China sea », Brookings Southeast Asia View, no 4, 29 juillet 2015; Cindsay Murdoch, « South China sea island-building tensions rise at Asean talks », Sydney Morning Herald 5 août 2015; Shannon Tiezzi, « Southeast asian countries warm to US-proposed freeze on South China sea land reclamation », The Diplomat, 5 août 2015.

69 48th Asean Foreign ministers meeting, Joint communique, Kuala Lumpur, Malaisie, 4 août 2015, p. 25.

70 Jean-Pierre Cabestan, op. cit.

71 Fergus Hanson et Andrew Shearer, 2009, China and the world. Public opinion and foreign policy, Sydney, Lowy Institute for International Policy.

72 Sheng Ding, 2008, « To build a “harmonious world”: China’s soft power wielding in the global south », Journal of Chinese Political Science, vol. 13, no 2, p. 193-213.

73 Voir Danielle Tan et Caroline Grillot, 2014, L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois », Bangkok, Irasec.

74 À l’échelle de la planète, on estime la diaspora chinoise à 50 millions d’individus, voir à ce propos Amy Chang, 2013, Beijing and the Chinese diaspora in Southeast Asia : to serve the people, NBR Special Report, Seattle, Washington D.C., The National Bureau of Asian Research.

75 Eric Teo Chu Cheow, « China-Southeast Asia relations blossom », The japan Times, 1er février 2004.

76 Brian Harding, « The role of the Chinese diaspora in sino-indonesian relations », China Brief, vol. 8, no 16, 1er août 2008.

77 Sur cette question, lire David Shambaugh, 2013, China goes global. The Partial Power, Oxford, Oxford University Press.

78 Jiang Yuechun, 2013, Asia-Pacific regional economic cooperation and China-Japan-South Korea cooperation, Pékin, China International Studies, mars/avril.

79 Barthélémy Courmont et Colin Geraghty, 2013, « India and Australia : an emerging partnership in the Indian ocean? », The Korean Journal of Defense Analysis vol. 25, no 2.

80 APAC, 2008, « The Obama administration : the east asian factor », APAC Journal.

81 Le 11 juillet 2012, Hillary Clinton fut la première secrétaire d’État américaine à se rendre en visite officielle au Caos depuis John Foster Dulles en 1955.

82 Brian P. Klein, « How not to invest in Myanmar », Foreign Affairs, 25 juillet 2012, (https://www.foreignaffairs.com/articles/asia/2012-07-25/how-not-invest-myanmar) ; Sebastian Strangio, « What Obama wants from Myanmar », Foreign Affairs, 19 novembre 2012, (https://www.foreignaffairs.com/articles/burma-myanmar/2012-11-19/what-obama-wants-myanmar).

83 Robert S. Ross, 2012, « The problem with the pivot », Foreign Affairs, vol. 91, no 6.

84 Carl Baker et Brad Glosserman, 2013, Doing more and expecting less : the future of US alliances in the Asia Pacific, Washington DC, CSIS.

85 Groupe informel de discussion et de partenariat économique entre les États-Unis et la Chine.

86 Du Lan, 2012, « Comments on U.S. strategy for promoting trans-pacific partnership », China International Studies, no 35; Wu Xinbo, 2012, « The Obama administration’s Asia-Pacific strategy », China International Studies no 34.

87 Voir le site de l’APEC, (www.apec.org).

88 Yves Boyer, 2013, « La stratégie de rééquilibrage des États-Unis vers l’Asie-Pacifique et la Chine », note no 13/13, Paris, FRS.

89 Song Guoyou et Yuan Wenjin, 2012, « China’s free trade agreement strategies », The Washington Quarterly, vol. 35, no 4, p. 107-119.

90 Lire Jeffrey Bader, 2012, Obama and China’s rise. An insider’s account of America’s Asia strategy, Washington, Brookings ; Ashley Tellis, 2013, « Balancing without containment : a U.S. strategy for confronting China’s rise », The Washington Quarterly, vol. 36, no 4, p. 109-124; Barthélémy Courmont, 2014, Une guerre pacifique. La confrontation Pékin-Washington, Paris, ESKA.

Autori

Docteur en sciences politiques (Paris VII). Professeur en sciences politiques à 1’université Hallym (Chuncheon, Corée du Sud) et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, Paris), il est également directeur associé de la Chaire Raoul Dandurand (université du Québec à Montréal). Co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois, nouvelle Asie, il est par ailleurs l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur les questions géopolitiques. Il a récemment publié Une guerre pacifique. La confrontation Pékin-Washington (Paris, EKSA, 2013).

Professeur au département de géographie de l’université Laval (Québec) et chercheur à l’Institut québécois des Hautes études internationales (HEI). Parmi ses publications les plus récentes sur l’Asie : Eric Mottet, Frédéric Lasserre et Barthélémy Courmont (dir.), Géopolitique des ressources minières en Asie du Sud-Est (PUQ-Irasec, 2015) ; Huang Linyan, Frédéric Lasserre et Olga Alexeeva : « Is China’s interest for the Arctic driven by Arctic shipping potential ? » (Asian Geographer, 2014).

Professeur de géopolitique au département de géographie de l’université du Québec à Montréal (UQAM). Ses recherches portent plus particulièrement sur les ressources naturelles et énergétiques ainsi que les processus de régionalisation. Il a publié, entre autres (avec Barthélémy Courmont et Frédéric Lasserre), La Chine et le Monde. Quelles nouvelles relations, quels nouveaux paradigmes ? (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015) et Géopolitique des ressources minières en Asie du Sud-Est (PUQ-Irasec, 2015).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site