Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Vietnam. La nouvelle donne géopolitique

Laurent Gédéon et François Guillemot

Texte intégral

1Trois domaines se sont avérés particulièrement marquants pour le Vietnam au cours de l’année écoulée. Tout d’abord, la géopolitique a largement dominé l'actualité vietnamienne en 2014, la tension sino-vietnamienne atteignant son apogée entre les mois de mai et d’août. Ces événements, largement médiatisés, devraient amener à terme le Vietnam à reconsidérer son positionnement géopolitique ainsi que sa relation avec la Chine. Sur le plan économique ensuite, le Vietnam a continué à donner des signes de bonne santé grâce à une conjoncture plus favorable que celle qui avait dominé au cours des années précédentes. On a ainsi noté une amélioration générale caractérisée par une croissance satisfaisante, une inflation et une balance des paiements stabilisées et un accroissement des réserves de devises qui atteignent aujourd’hui près de 35 milliards $ US. Enfin, la situation des droits de l’Homme a continué d’être une source de préoccupation, marquée par de nombreuses arrestations suivies de condamnations mais aussi, et ce progrès est à souligner, par des libérations d’opposants. Cette dernière évolution est peut-être à mettre en lien avec le réchauffement des relations entre le Vietnam et les États-Unis et la levée partielle de l’embargo américain sur les armes, vieux de près de quarante ans. On peut également ajouter que 2014 a été ponctuée par quelques commémorations importantes, en premier lieu celle du 60e anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu qui mit fin à la guerre d’Indochine.

1 - La nouvelle donne géopolitique

Une plate-forme pétrolière indésirable

  • 1 Ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la République populaire de Chine le 7 juin 1996.

2L’année 2014 a été marquée par d’importants développements géopolitiques menant à un conflit de basse intensité entre la République populaire de Chine (RPC) et le Vietnam. Ces incidents ont eu pour théâtre la mer de Chine méridionale (mer de l’Est [Biển Đông] pour les Vietnamiens) et se sont concentrés plus précisément autour de l’archipel des Paracels (Hoàng Sa en vietnamien, Xisha en chinois). En effet, le 2 mai 2014, la société d’État chinoise, la China National Petroleum Corporation (CNPC) a procédé à l’installation de la plateforme de forage Hai Yang Shi You 981 (Hải Dương-981 en vietnamien) à 15 degrés 29 minutes 58 secondes de latitude Nord et 111 degrés 12 minutes 06 secondes de longitude Est, soit à environ 17 milles marins de l’île de Tri Tôn (Zhōngjiàn Dǎo en chinois) située au sud-ouest de l’archipel. Cet emplacement la situait à environ 130 milles marins de la côte vietnamienne et 180 milles marins de celle de l’île de Hainan. Cette action a été fermement condamnée par le Vietnam qui a accusé les autorités chinoises d’empiéter sur la zone économique exclusive du pays et d’avoir placé la plate-forme du côté vietnamien de la ligne médiane séparant les plateaux continentaux des deux pays tels que définis par la Convention des Nations unies pour le droit de la mer (UNCLOS) de 19821.

  • 2 AFP et Reuters, « Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois en mer de Chine », Fran (...)
  • 3 On peut noter ici qu’un atelier de réflexion a été organisé dès le 24 mai par les auteurs à l’Insti (...)

3L’acheminement de la plate-forme a donné lieu à une importante démonstration de force de la part de la marine de l’Armée populaire de Libération qui a déployé pas moins de quatre-vingt-dix unités à cette occasion. Des heurts ont rapidement opposé les navires chinois aux bâtiments dépêchés par les autorités vietnamiennes. Cette « bataille navale » a été marquée par des affrontements à coups de canons à eau, des abordages notamment de navires vietnamiens dont plusieurs ont été endommagés et l’arrestation régulière de pêcheurs vietnamiens accusés par les autorités chinoises de pêche illégale dans leurs eaux territoriales. Au moins un navire de pêche vietnamien a été coulé à la suite d’un accrochage, le 26 mai, sans que le naufrage ne fasse cependant de victimes2. D’autres incidents de ce type sont intervenus dans les semaines qui ont suivi3.

  • 4 « Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi », Vietnam +, 18 juin 2014, (http://fr.vietnamplus. (...)

4Toutefois, en dépit de la gravité de la crise, les canaux diplomatiques n’ont pas été coupés et une trentaine de rencontres ont eu lieu entre divers représentants des deux pays dont une entre Phạm Bình Minh, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et son homologue chinois, Yang Jiéchi, le 18 juin à Hanoi4. Ces rencontres ont permis de canaliser le processus en cours et d’éviter un dérapage qui aurait été difficilement contrôlable. La crise a finalement pris fin avec le retrait de la plate-forme le 15 juillet, soit un mois avant la date indiquée précédemment par l’Administration de la sécurité maritime de Hainan. L’annonce de ce retrait a été faite par la CNPC via un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle chinoise Xinhua. Dans ce communiqué, la CNPC annonçait que les opérations de forage et de prospection de pétrole étaient dorénavant achevées et que les étapes suivantes dépendraient de l’évaluation des données recueillies.

Des manifestations antichinoises qui dégénèrent

5L’animosité manifestée par la population vietnamienne à l’égard de la politique de la Chine - qui n’a fait que croître avec la multiplication des incidents, aussi bien dans les Spratley qu’aux Paracels, depuis le début des années 2010 - s’est à nouveau manifestée par de très nombreuses marches de protestation notamment à Hanoi, Hô Chi Minh-Ville, Đà Nẵng ou encore Cần Thơ.

  • 5 France 24 et Reuters, « Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Camb (...)

6Parmi ces manifestations, certaines ont donné lieu à de sérieux débordements, en particulier le 11 mai dans la province de Hà Tĩnh et les 13 et 14 mai dans celles de Bình Dương et Đồng Nai où plusieurs entreprises chinoises, mais aussi taïwanaises, singapouriennes, sud-coréennes et même japonaises, ont fait l’objet d’actes de vandalisme et où des ouvriers chinois ont été l’objet de violences. Ces émeutes, qui ont eu lieu dans des zones industrielles, ont entraîné la mort d’au moins deux Chinois et provoqué la fuite de centaines d’entre eux hors du pays. Ainsi, dès le 15 mai, on dénombrait le passage de plus de six cents d’entre eux vers le Cambodge voisin via le poste-frontière de Bavet5. Si les causes premières de ces manifestations semblent évidentes, il faut également les replacer dans le contexte économique difficile que connaissent ces régions, marqué par une sévère concurrence entre usines vietnamiennes et étrangères, principalement asiatiques. La police ayant procédé à près de cinq cents interpellations, les autorités ont rapidement repris la main. Il n’en demeure pas moins que la situation a semblé leur avoir un moment échappé. Ce fait mérite d’être souligné dans un pays où les formes d’expression populaire sont très encadrées et démontre les limites du rôle d’exutoire des facteurs géopolitiques extérieurs face à la multiplication des tensions et des frustrations internes. Il est à noter que la diaspora vietnamienne s’est, elle aussi, largement mobilisée et de nombreuses manifestations de soutien au Vietnam ont été organisées de par le monde, notamment en Europe et aux États-Unis, ainsi qu’en Australie et au Canada.

7Ces manifestations et, surtout, les violences qui s’en sont ensuivies à l’égard des Chinois, ont été fermement condamnées par Pékin qui a exhorté les autorités vietnamiennes à mettre tout en œuvre pour protéger les intérêts des entreprises chinoises présentes au Vietnam.

Une stratégie chinoise en « dix traits »

  • 6 Voir page « South China Sea », U.S. Energy Information Administration, 7 février 2013, (http://www. (...)

8L’analyse de la crise intervenue en mai montre que les réserves en hydrocarbures ne sont pas la principale motivation de la politique de Pékin dans les Paracels. Le rapport émis en février 2013 par l’EIA (US Energy Information Administration) indique en effet que les recherches menées n’ont pas permis d’y déceler des champs importants de pétrole et de gaz, et ne permettent pas de déduire l’existence de réserves prouvées ou probables. Ce rapport ajoute que les preuves géologiques suggèrent que la région des Paracels n'a pas de potentiel important en termes d'hydrocarbures conventionnels6. De ce fait, Pékin se place donc clairement sur un plan stratégique plutôt qu’économique et les événements survenus au cours du mois de mai laissent penser que la stratégie chinoise visait à tester les capacités de réaction des autorités vietnamiennes, ainsi que le positionnement de leurs alliés directs ou indirects au premier rang desquels figurent les États-Unis.

  • 7 « The PRC's territorial land includes the mainland and its offshore islands, Taiwan and the various (...)

9Bien que la position de Pékin par rapport à la mer de Chine méridionale ait connu une inflexion significative depuis quelques années avec, en point d’orgue, les événements de mai 2014, la revendication chinoise sur cet espace n’est pas nouvelle. La Chine a, en effet, réaffirmé sa souveraineté sur tous les archipels et îles énumérés dans l'article 2 de la loi de 1992, adoptée le 25 février 1992, par le Congrès national du Peuple. Cette loi sur la mer territoriale et la zone contiguë stipule que le territoire terrestre de la Chine inclut le continent, ses îles côtières ainsi que d'autres groupes d'îles et parmi ceux-ci, les Xisha (Paracels) et les Nansha (Spratley)7.

  • 8 The Diplomat, 1er juillet 2014, (http://thediplomat.com/2014/07/chinas-10-red-lines-in-the-south-ch (...)

10On peut mettre en lien les événements de mai avec la publication par les éditions cartographiques du Hunan, le 25 juin, de la nouvelle carte représentant la Chine continentale et son domaine maritime. Sur ce document, la limite sud de l’espace maritime chinois est représentée par dix traits (10-dash line map)8 qui englobent, de fait, l’ensemble de la mer de Chine méridionale. Si cette carte a, bien sûr, été dénoncée par les États riverains dont le Vietnam, elle n’en demeure pas moins révélatrice du regard et des ambitions nourries par la RPC sur son voisinage maritime.

La question de la note diplomatique Phạm Văn Đồng du 14 septembre 1958

  • 9 Xinhua, « La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha », Xinhua, 9 juin 20 (...)

11Dans la bataille juridique qui oppose Hanoi et Pékin, outre les arguments réciproques arguant d’un droit d’antériorité lié à la fréquentation historique supposée des Paracels par des pêcheurs chinois ou vietnamiens, les dirigeants chinois ont à plusieurs reprises fait référence à la note diplomatique écrite le 14 septembre 1958 par Phạm Văn Đồng, alors Premier ministre de la République démocratique du Vietnam (RDVN). Dans cette lettre, il prenait note et approuvait la déclaration du 4 septembre de la même année du gouvernement de la République populaire de Chine relative aux eaux territoriales. Cette déclaration chinoise statuait que la largeur des eaux territoriales devait être de douze milles marins et indiquait que cette disposition concernait tout le territoire de la République populaire de Chine, y compris les îles Xisha9.

  • 10 Nguyen Toan Thang, « Un usage abusif… », VOV 5, 27 juin 2014, (http://vovworld.vn/fr-ch/Chronique-d (...)

12Bien évidemment, les Vietnamiens contestent l’interprétation chinoise et soulignent que la déclaration du 4 septembre 1958 portait sur les eaux territoriales. De leur point de vue, Phạm Văn Đồng, tout en prenant note de l’officialisation d’une distance de 12 milles marins à partir des côtes, ne reconnaissait pas pour autant la souveraineté à la Chine sur quelque territoire que ce soit. La partie vietnamienne considère en outre que l’établissement d’une distance de référence à fin de délimitation d’une zone maritime et les questions de souveraineté territoriale sont deux points distincts10.

Le rapprochement entre le Vietnam et les États-Unis

  • 11 Comments by Secretary Clinton in Hanoi, Vietnam, Discusses U.S.-Vietnam relations, ASEAN Forum, Nor (...)

13Face à cette tension croissante avec la Chine et dans un contexte d’asymétrie évidente, le Vietnam a amorcé un net rapprochement avec les États-Unis. Si cette dynamique n’est pas nouvelle et remonte au début des années 2000 marquées par le réchauffement entre Hanoi et Washington à l’époque de George W. Bush, elle s’est considérablement amplifiée avec l’arrivée au pouvoir de Barack Obama pour prendre la forme d’un véritable partenariat stratégique. Dès l’année 2010, par la voix d’Hillary Clinton, le gouvernement américain a implicitement pris position en faveur du Vietnam dans la dispute qui l’opposait à la Chine au sujet des Spratley. À l’occasion d’une visite à Hanoi lors du Forum régional de l’Asean, la secrétaire d’État avait en effet affirmé que les États-Unis s’opposaient à l’usage de la force par n’importe quelle partie, ajoutant que « les États-Unis ont un intérêt national dans la liberté de navigation, le libre accès aux biens communs maritimes en Asie et le respect du droit international dans la mer de Chine méridionale11 ».

14De fait, l’accroissement du partenariat et de la coopération entre les deux pays, souligné par Hillary Clinton, témoigne d’une convergence d’intérêt croissante dans un contexte marqué par l’affirmation de plus en plus explicite des ambitions chinoises sur la mer de Chine méridionale, ambitions jugées menaçantes. Depuis 2003 déjà, des manœuvres conjointes ont lieu entre les marines des deux pays alors que des navires américains visitent régulièrement les ports vietnamiens à l’instar du porte-avions USS George Washington, en août 2010.

15Les relations bilatérales se sont progressivement structurées grâce à la mise en place de mécanismes tels que le Dialogue politique, de sécurité et de défense (US-Vietnam Political, Security, and Defense Dialogue - (PSDD) dont la 6e édition a eu lieu à Washington le 1er octobre 2013 ou encore le Defence Policy Dialogue (DPD) dont la 4e édition s’est déroulée les 28 et 29 octobre 2013 à Washington, co-présidée par le ministre adjoint de la Défense Nguyễn Chí Vịnh et le sous-secrétaire adjoint américain à la Défense pour le Sud et l'Asie du Sud-Est Vikram Singh. Outre ces contacts institutionnels, les rencontres entre responsables politiques se sont poursuivies de manière régulière dans la foulée de la visite du président Trương Tấn Sang aux États-Unis en juillet 2013 : visite du secrétaire d’État John Kerry au Vietnam en décembre 2013, rencontre entre le secrétaire d’État à la Défense, Chuck Hagel, avec son homologue vietnamien, le général Phùng Quang Thanh, à Singapour le 31 mai en marge du Dialogue Shangri-La, visite du chef d’état-major de l’armée américaine, le général Dempsey, à Hanoi à la mi-août et enfin, la rencontre intervenue les 1er et 2 octobre à Washington entre John Kerry et le ministre vietnamien des Affaires étrangères Phạm Bình Minh.

La levée de l’embargo américain sur les armes

  • 12 Ankit Panda, « United States lifts Vietnam arms embargo (with a catch) », The Diplomat, 3 octobre 2 (...)

16Cette dynamique a connu son point d’orgue avec l’annonce officielle, le 2 octobre, de la levée partielle de l’embargo américain sur les armes à l’occasion de la rencontre entre John Kerry et Phạm Bình Minh. Cette levée partielle porte sur des équipements de défense létaux, mais uniquement destinés à des fins de sécurité maritime comme, par exemple, des torpilles, des canons de marine, des bateaux-patrouilleurs armés ou encore des technologies de surveillance maritime et aérienne. Les ventes seront réalisées « au cas par cas » du côté américain. En revanche, toute autre livraison d'équipements de défense au Vietnam restera prohibée tant que le bilan des droits de l'Homme ne connaîtra pas de franche amélioration. En outre, et afin de ne pas accroître les tensions avec Pékin, la partie américaine a insisté sur la vocation « défensive » des armes livrées12.

17Cet élément, joint à d’autres, montre combien la mer de Chine méridionale est à présent devenue un enjeu central dans la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine. Conscient que c’est sur ce terrain que se joue une partie du rapport de force, Washington tend à aider ses alliés à améliorer leurs capacités en termes de défense maritime, notamment le Vietnam dont les récents événements ont mis en lumière le sous-équipement dans ce domaine. Un meilleur équilibre des forces pourrait en effet contribuer à limiter les risques de dérapage.

2 - Une amélioration sur le plan économique

Maintien d’une croissance forte et réduction de la pauvreté

  • 13 On note cependant que l’industrie reste toujours très dépendante de quelques grands groupes publics (...)

18Au cours de l’année écoulée la situation économique du Vietnam a continué à donner des signes de bonne santé grâce à une conjoncture plus favorable. La production et le commerce de biens et de services se sont améliorés, en particulier dans l’industrie de la transformation. Alors que la situation apparaît globalement bonne, le gouvernement a poursuivi ses efforts pour mettre en œuvre un programme de restructuration de l’économie. Cette politique dite des « trois chantiers structurels sur le moyen et long terme » a été initiée en 2011 par le gouvernement vietnamien pour soutenir l’économie du pays et vise en priorité le développement des infrastructures, la formation des jeunes et la modernisation des institutions. Pour atteindre ces objectifs, il était nécessaire de réformer prioritairement les entreprises publiques, de développer le secteur privé, de moderniser le système bancaire et de réhabiliter les infrastructures13. Ce programme de restructuration de l’économie est toujours en cours et commence à porter ses fruits.

  • 14 170 milliards en $ US courants en 2013.
  • 15 Jacques Delorme, « Vietnam : “La persévérance apporte la fortuneˮ (tiré du “Hi King ˮ) », Les Échos (...)

19La croissance vietnamienne a conservé sa vigueur au cours de l’année écoulée, dopée notamment par le commerce extérieur et les investissements étrangers qui ont représenté à eux seuls les deux tiers du PIB14. De manière générale, elle a été moins affectée par la crise mondiale que d’autres pays, ses exportations étant principalement orientées vers les États-Unis, la Chine et le Japon et ses importations provenant de Chine, de Corée du Sud et du Japon, quatre pays relativement moins touchés par la crise15.

20Le Vietnam a enregistré lors des trois premiers trimestres de l’année sa croissance la plus rapide depuis 2011, malgré des émeutes antichinoises du mois de mai. C’est ainsi que le PIB a augmenté de 5,62 % entre janvier et septembre, contre 5,14 % sur la même période en 2013 et 4,73 % sur la même période en 2012. On note cependant que cette croissance est variable selon les secteurs, les plus dynamiques étant la production industrielle, la production de textiles, d'équipements électroniques et de produits de la mer. Cela étant, les perspectives de croissance pour l'année 2014 restent parmi les plus élevées d'Asie (5,5 %).

  • 16 VNA/CVN, « Changement positif de la situation socioéconomique depuis janvier », Le Courrier du Viet (...)

21Conséquences des différentes réformes, le niveau de vie des habitants s’est considérablement amélioré au cours de la dernière décennie. Le pourcentage de la population vivant avec moins d'un dollar par jour a ainsi baissé de façon significative et est maintenant moins important qu'en Chine, en Inde ou aux Philippines. Le taux de pauvreté est passé de 58 % à 14 % au cours des quinze dernières années. Cependant, le taux de chômage urbain a augmenté donnant le sentiment à la population que l’embellie ne la concerne pas encore. Il n'a été que de 2,1 % en 2013 (après 4,5 % en 2012), mais le sous-emploi, estimé à 30 %, reste conséquent. Le gouvernement vietnamien espère néanmoins que les efforts en cours auront des effets positifs en 2015, notamment sur le plan de la pauvreté où les autorités escomptent une réduction de 1,7 à 2 % des foyers pauvres, avec quelque 1,6 million d'emplois créés16. Cette dynamique devrait être favorisée par l’augmentation des salaires minimums mensuels prévue par un arrêté du gouvernement, un accroissement de 250 000 à 400 000 đồng selon les régions.

Des points de vigilance

  • 17 Fiche « Vietnam, données générales », Le Moci, (http://www.lemoci.com/pays/vietnam/)

22Bien que de sérieux progrès aient été effectués, des améliorations restent nécessaires sur plusieurs plans, notamment en ce qui concerne l’inflation et la dette publique. L’inflation, tout d’abord, reste un point de vigilance car même si on ne parle plus aujourd’hui d’inflation à deux chiffres, elle demeure élevée mais en retrait sensible (de 18,7 % en 2011 à 12,6 % en 2012 puis 8,8 % en 201317).

Taux d’inflation du Vietnam (octobre 2013-septembre 2014)

Taux d’inflation du Vietnam (octobre 2013-septembre 2014)

Source: General Statistics Office of Vietnam, www.tradingeconomics.com

  • 18 « La dette publique du Vietnam en deçà du plafond autorisé », Vietnam +, 2 juin 2014, (http://fr.vi (...)
  • 19 Voir fiche « Vietnam » du groupe Coface, (http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-etrisque-pays (...)

23La dette publique, qui représentait 56,2 % du PIB national en 2013, contre 55,7 % en 2012 et 54,9 % en 2011, reste également un sujet de préoccupation, notamment du fait qu’une grande partie de cette dette a été contractée par des conglomérats étatiques sous forme de créances douteuses. Or plus de quatre cents entreprises publiques, sur les trois mille environ que compte le pays, ont fait faillite ou ont été dissoutes en 2013. Cette situation continue à impacter de manière négative le système bancaire en raison de la forte exposition des banques publiques aux entreprises publiques. Par ailleurs, bien que le Vietnam maintienne des marges de sécurité en matière d’endettement, les dettes étant réglées à leur échéance18, le risque souverain reste élevé. En effet, outre le manque de transparence des comptes publics, la dette publique reste très vulnérable au risque de change, car elle est libellée à plus de 60 % en devises. De plus, les engagements contingents pourraient remettre en cause sa soutenabilité à moyen terme, en cas de défauts d’entreprises publiques ayant un impact sur les grandes banques, à l’instar de Vinashin19.

  • 20 « Trente ans de prison pour un ancien magnat de la banque au Vietnam », Le Monde, 9 juin 2014, (htt (...)
  • 21 « Vietnam : deux ex-responsables du transport maritime condamnés à mort pour corruption », Marine (...)

24C’est dans ce contexte qu’on peut évoquer la condamnation, le 9 juin, à trente ans de prison de Nguyễn Đức Kiên, un des hommes les plus puissants du Vietnam et ancien dirigeant de l'Asia Commercial Bank (ACB). Arrêté en août 2012, cet ancien magnat de la banque était impliqué dans un scandale de plusieurs millions de dollars qui avait ébranlé l'ensemble du secteur bancaire vietnamien20. Sur la même problématique, on peut rappeler la condamnation à mort pour détournement de fonds, le 15 décembre 2013, de Dương Chí Dũng, ancien haut dirigeant du groupe vietnamien de transport maritime Vinalines, une compagnie publique exploitant une flotte de pétroliers, de porte-conteneurs et d'autres navires21. Ces affaires montrent que la corruption reste encore très présente à des niveaux élevés, ce qui pourrait hypothéquer le développement économique, car elle est susceptible de diminuer l’attractivité du Vietnam aux yeux des investisseurs étrangers.

3 - Droits de l’Homme : une évolution sous surveillance

Des libérations anticipées de prisonniers

  • 22 Voir le rapport en ligne : Universal periodic review second cycle – Viet Nam, United Nations Human (...)
  • 23 Voir le rapport en ligne: Public insecurity. deaths in custody and police brutality in Vietnam, Hum (...)

25Le 12 novembre 2013, le Vietnam rejoignait avec la Chine, Cuba, la Russie et l’Arabie Saoudite le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. Bien que critiquée - le pays étant classé à la 172e place du Classement mondial de la liberté de la presse 2012-2013 publié par Reporters sans frontières - cette adhésion du Vietnam a permis de médiatiser la situation particulièrement préoccupante dans ce domaine. Des personnalités issues de la société civile ont vu dans cette élection une opportunité pour tester leurs dirigeants et les obliger à assouplir la politique envers les blogueurs et les dissidents. La RSVN a pu exposer ses vues en matière de droits de l’Homme lors du premier Examen périodique universel (EPU ou UPR) à Genève, du 3 au 5 février 201422. Cet exercice, qui consiste à interroger les réalisations et les avancées de 47 États membres de l’ONU dans le domaine des droits de l’Homme, a proposé un constat en demi-teinte. En effet, tout en effectuant des libérations de prisonniers connus, l'appareil judiciaire et policier vietnamien a, tout au long de l’année, intensifié la répression. Les rapports de Human Rights Watch (URW) et Freedom House publiés en janvier ont à chaque fois mis en avant cette situation paradoxale. Des efforts sont faits, mais la répression contre la dissidence continue. Au mois de septembre 2014, HRW a publié un rapport illustré éloquent sur l'augmentation de la violence policière en RSVN entre 2010 et 201423. Revenons plus en détails sur les libérations anticipées. Il s’agit pour la plupart de dissidents emblématiques, de notoriété internationale, mais également de prisonniers oubliés depuis des décennies.

26Pour le premier cas de figure, signalons la libération et l’exfiltration vers les États-Unis de l’avocat dissident Cù Huy Hà Vũ, le 7 avril 2014. Quelques jours plus tard, le 12 avril, est intervenue la libération de Vi Đức Hồi, ancien membre du PCV à Lạng Sơn, emprisonné depuis 2010 pour ses positions en faveur de la démocratie et du multipartisme. Elle fut suivie le même jour par celle de Nguyễn Tiến Trung, l’étudiant de l’INSA de Rennes, membre fondateur de « l’Association de la jeunesse démocratique » (Tập hợp Thanh niên Dân chủ). Enfin, la syndicaliste Đỗ Thị Minh Hạnh a été libérée le 27 juin. En cours d’année, d’autres libérations concernant les jeunes catholiques des diocèses de Vinh et de Thanh Hóa, arrêtés en 2011, ont eu lieu comme celle des jeunes Chu Mạnh Sơn, Ant, âgé de 25 ans et Đậu Văn Dương, âgé de 26 ans. On peut enfin mentionner celle du célèbre blogueur Điếu Cày (Nguyễn Văn Hải), intervenue le 21 octobre et envoyé immédiatement aux États-Unis, ainsi que celle de Đậu Văn Dương, jeune militant catholique emprisonné depuis 2011 et libéré le 2 octobre.

  • 24 Voir son entretien en ligne : « Cựu tù chính trị Lê Văn Tính được thả trước thời hạn [L’ancien pris (...)
  • 25 « La mort du militant Dinh Dang Dinh doit servir de signal d'alarme au Vietnam », Amnesty Internati (...)

27Pour le second cas de figure, mentionnons la libération le 21 mars 2014 de celui que l’on a nommé « le prisonnier du siècle », Nguyễn Hữu Cầu, un ancien officier de l’armée sudiste cumulant 37 ans de prison sous le régime communiste, et celle de Trần Tư, membre du Liên đảng Cách mạng Việt Nam (Coalition des partis révolutionnaires du Vietnam), arrêté le 5 mars 1993 et libéré le 24 septembre 2014 après 21 ans de prison. Lê Văn Tính, un ancien député du régime de Saigon a bénéficié d’une libération anticipée fin septembre. S’exprimant sur son expérience de prisonnier, il a rappelé l’existence d’une quarantaine, voire, une cinquantaine de militants de divers partis politiques qu’il a eu l’occasion de croiser24. De son côté, l'écrivain Nguyễn Xuân Nghĩa a retrouvé la liberté après avoir purgé une peine de six années d'emprisonnement. Un autre prisonnier d’opinion a eu moins de chance, atteint d’un cancer à l’estomac, le professeur Đinh Đăng Định, militant écologiste, libéré le 21 mars, devait décéder deux semaines plus tard à l’âge de cinquante ans, le 3 avril 2014, soulevant l’indignation et les mises en garde d’Amnesty International25.

Un calendrier judiciaire bien chargé

  • 26 « Vietnam : le blogueur Truong Duy Nhat condamné à deux ans d’emprisonnement en appel », Fédération (...)
  • 27 « 15 mois de prison pour Pham Viet Dao, le Vietnam s’enfonce dans la dictature », Reporters sans fr (...)
  • 28 « La blogueuse Bui Thi Minh Hang condamnée à trois ans de prison », Reporters sans frontières, 29 a (...)

28Ces libérations successives qui témoignent de l’efficacité de la pression internationale (notamment américaine) n’ont malheureusement pas eu d’incidence sur le calendrier judiciaire très chargé. Un certain nombre de blogueurs et d’activistes connus ont été jugés et condamnés à des peines de prison ferme. Le dissident et avocat Lê Quốc Quân, malgré un soutien international grandissant, a vu sa peine de 30 mois de prison confirmée en appel le 18 février. Le blogueur Trương Duy Nhất, responsable du blog Một cái nhìn khác (Un autre regard), arrêté le 26 mai 2013, a été jugé le 4 mars 2014 à Đà Nẵng en vertu de l’article 258 du Code pénal et condamné à deux ans de prison ferme pour « abus des libertés démocratiques nuisant aux intérêts de l’État26 ». Cette peine a été confirmée lors de l'audience en appel du 26 juin. Le journaliste Phạm Viết Đào, quant à lui, arrêté le 13 juin 2013 et condamné le 19 mars 2014 à 15 mois de prison pour avoir « créé une mauvaise image du Parti communiste et du gouvernement », a été remis en liberté le 13 septembre après avoir purgé sa peine27. Le 16 avril, le jeune contestataire Đinh Nhất Huy, arrêté le 15 juin 2013, a été jugé en appel. Le 5 mai, le célèbre blogueur Nguyễn Hữu Vinh (alias Ba Sàm) et Nguyễn Thị Minh Thúy ont été arrêtés par la Sécurité publique, alors que les premières nouvelles de l’installation d’une plate-forme pétrolière chinoise parvenaient au Vietnam. Lors d’un procès expéditif, l’activiste Bùi Thị Minh Hằng, arrêtée le 11 février, a été condamnée à trois ans de prison le 16 août en compagnie de deux autres militants (Nguyễn Văn Minh et Nguyễn Thị Thúy Quỳnh), jugés en même temps pour « troubles à l’ordre public »28.

  • 29 François Guillemot, « Lê Hiếu Đằng (1944-2014). De la lutte anti-américaine à la dissidence antichi (...)

29D'autres personnalités ont été régulièrement inquiétées ou harcelées, voire, brutalisées par la police. Ce fut le cas de la famille de Huỳnh Ngọc Tuấn, père de la jeune activiste Huỳnh Thục Vy, et de quelques jeunes dissidents. Nguyễn Bắc Truyển, membre du Parti démocratique populaire (Đảng Dân chủ Nhân dân) interdit, a été arrêté le 9 février puis relâché 24 heures plus tard. Quelques jeunes à Hô Chi Minh-Ville et à Hanoi, au plus fort de la crise sino-vietnamienne, ont exprimé leurs sentiments patriotiques avec humour en offrant gratuitement de l’eau (nước) aux passants en indiquant qu’eux, ils ne vendaient pas le pays ([đất] nước). D’une façon générale, de nombreux jeunes activistes ont fait l’objet d’une surveillance accrue de la police secrète. Pour clore ce chapitre peu rassurant sur la situation des droits de l’Homme, Lê Hiếu Đằng, l’ancien leader étudiant des années 1960 et co-signataire de la déclaration des 72 intellectuels pour la refonte de la Constitution en janvier 2013, devait s’éteindre à l’âge de 7 ans le 22 janvier à l’hôpital 115 à Hô Chi Minh-Ville29.

La dissidence s’organise

  • 30 Lê Thăng Long, co-fondateur du Mouvement pour la voie vietnamienne, anime encore aujourd’hui le sit (...)
  • 31 Voir le site de l’organisation, (www.laodongviet.org) et le communiqué du 9 juin 2014 signé du prés (...)
  • 32 Voir le site du journal en ligne de cette association, (www.ijavn.org/)

30L’année a commencé par une déclaration étonnante de l’ex-dissident Lê Thăng Long, libéré de prison le 4 juin 2012, qui a demandé à adhérer au PCV pour pouvoir y exposer ses idées de réforme politique (Phong trào Con Đường Việt Nam)30. Elle s’est poursuivie avec l’apparition de trois nouvelles organisations de la société civile. La première, intitulée « Comité d’action des associations des démunis du Vietnam » (Ban Vận Động Hiệp Hội Dân Oan Việt Nam) a été créée par Mme Lê Hiền Đức le 31 décembre 2013 (voir portrait). Exprimant la voix des sans voix, Mme Lê Hiền Đức, malgré ses 83 ans, entend intensifier son combat contre la corruption et les injustices. Les 17 et 18 janvier, un syndicat libre vietnamien a été mis sur pied à Bangkok sous l’appellation de Confédération vietnamienne du travail (Liên Đoàn Lao Động Việt Tự Do-Free Viet Labor Federation) et a fait sa première apparition publique au Vietnam au mois de juin31. Une troisième association a vu le jour le 4 juillet lorsque Phạm Chí Dũng (voir portrait) annonça la création officielle de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam (Hội Nhà báo Độc lập Việt Nam)32. Ces trois créations, toutes issues de la société civile, portent en elles les problématiques sérieuses auxquelles sont confrontées les autorités : lutte contre la corruption (notamment liée aux questions foncières touchant de plein fouet les paysans pauvres), organisation et défense du monde ouvrier par un syndicalisme indépendant et enfin, liberté de la presse et droit à l’information. Ce début d’organisation ne semble pas pour l’heure troubler l’État-parti au regard de la grande désaffection des Vietnamiens pour la chose politique. Ceci a pu se vérifier en partie lors d’une campagne lancée en décembre 2013 par la dissidence appelant les membres du Parti communiste vietnamien (PCV) à quitter le parti. Seule une dizaine de défections ont été rendues publiques comme celles de Lê Hiếu Đằng (alité à l’hôpital pour un cancer), du journaliste Phạm Chí Dũng (cité plus haut), du docteur Nguyễn Đắc Diên, ou encore de Nguyễn Thái Sơn, un responsable technique. La campagne n’eut pas vraiment l’effet escompté.

  • 33 Texte en ligne : « Thư ngỏ gửi BCH Trung ương và toàn thể đảng viên Đảng CSVN [Lettre ouverte au Co (...)
  • 34 Texte en ligne : « Kiến nghị của một số cựu sĩ quan Lực lượng vũ trang nhân dân gửi Lãnh đạo Nhà nư (...)
  • 35 Voir leur fiche en ligne sur le site de Reporters sans frontières : « Le Ngoc Thanh », (http://hero (...)

31Néanmoins, chaque année voit désormais son lot d’anciens membres du Parti pétitionner auprès du Politburo pour exiger une démocratisation du régime. Ainsi, le 28 juillet, 61 membres du PCV ont exprimé à travers une lettre ouverte « au Bureau politique et à tous les membres du Parti » la nécessaire réforme politique, l’abandon du communisme pour une voie nationale et démocratique33. Le 2 septembre, jour de la fête nationale, 20 anciens militaires ont cosigné un texte exprimant quatre « recommandations » (kiến nghị) au pouvoir face à la menace chinoise. Ils ont insisté dans le point 4 de leur texte sur la nécessité de déclassifier les documents signés à Beijing en 1990 avec la Chine populaire, lors du « sommet » de Chengdu sur la normalisation des relations entre les deux pays (Hội nghị Thành Đô34). Cependant, la défection la plus remarquée fut celle, le 4 février, à l’approche de l’UPR, de l'ancien ambassadeur de la RSVN à Genève, Đặng Xương Hùng. Rappelons que, malgré le fort mécontentement interne, le PCV rassemble actuellement environ 3,6 millions de membres. Enfin, le 8 avril, le principal mouvement pro-démocratie, le Bloc 8406, a fêté ses huit ans d’existence. De son côté, Lê Ngọc Thanh, un prêtre rédemptoriste a été classé par RSF dans la sélection annuelle des « 100 héros de l’information » tout comme le journaliste Phạm Chí Dũng35. Si la dissidence s’organise de plus en plus, l’impact de son action reste faible sur l’ensemble de la population et s’inscrit plutôt sur le long terme.

Des religions mal intégrées, des ethnies revendicatives

  • 36 Sur le fait religieux en Asie du Sud-Est, voir le débat « Asie du Sud-Est, terre de missions des ég (...)

32Malgré les efforts indéniables que la RSVN a faits pour réintégrer dans son sein les religions traditionnellement hostiles au communisme, un certain nombre de problèmes persistent avec les bouddhistes Hòa Hảo, les protestants et les chrétiens d’origine hmong36. Cette année encore, des tensions importantes ont été constatées entre disciples Hòa Hảo du delta du Mékong et les autorités policières locales. En effet, la commémoration annuelle de la mort du fondateur, Huỳnh Phú Sổ, assassiné au Sud par le Viêt-Minh en 1947 pose toujours problème. Par ailleurs, au mois de juin, dans la nuit du 9 au 10, des dizaines de fidèles de l’Église mennonite de la province de Bình Dương ont été brutalisés par la police.

  • 37 Sur cette affaire, voir le rapport très détaillé en ligne, The 25-year persecution of the Hmong's D (...)

33Au Nord du pays, les Hmong ont fait l’actualité en organisant une marche protestataire le 18 mars dans la province de Tuyên Quang pour exiger la fin de la persécution de la « voie Dương Văn Mình » créée en 1989, pratique réformiste religieuse du nom d’un des chefs de leur communauté. Ce dernier est en effet considéré par les autorités comme le fondateur d’une religion illégale et « perverse » qui s’apparente à un messianisme. Il propose à ses milliers de fidèles de modifier les rites funéraires ancestraux pour éviter le gaspillage et remédier au manque d’hygiène, sa « voie » est le fruit d'un syncrétisme entre les croyances animistes et le christianisme. Ces nouvelles pratiques cultuelles ont été systématiquement contrées par les autorités locales lors d’affrontements violents avec les Hmong ralliés à cette « nouvelle religion » et la destruction de leurs maisons funéraires (funérarium commun où sont vénérés les défunts pendant 24 heures avant d’être enterrés). Le tour de force de cette année - l’affaire ayant connu il y a un an ses premières complications avec des arrestations - avec le pouvoir a débouché sur des poursuites judiciaires contre des jeunes Hmong le 30 juillet et le procès en appel le 15 octobre de trois d’entre eux. La cohésion des Hmong autour de leur chef persécuté laisse entendre que cette affaire pourrait connaître de nouveaux rebondissements si un compromis n’est pas trouvé ces prochains mois37.

34Autre dissidence ethnique à signaler, la commémoration, par les Khmers Krom du Cambodge voisin, du 65e anniversaire de la création de leur organisation (4 juin 1949, date de la réintégration de la Cochinchine dans l’État associé du Vietnam). Manifestation de l’ultranationalisme khmer, on a pu ainsi voir le drapeau national vietnamien brûlé à Phnom Penh sur la place publique malgré les pressions de Hanoi.

4 - Commémorer les victoires

Commémorer sans réconcilier

  • 38 Voir l’appel en ligne sur son blog : « Lời kêu gọi [Appel] », Le Hien Duc 2013, 1er octobre 2014, ( (...)

35Le début de l’année 2014 a été ponctué par quelques commémorations importantes. Parmi celles-ci, le souvenir de la bataille perdue face à la République populaire de Chine des îles de l’archipel de Hoàng Sa le 19 février 1974. Ce type de commémoration affiche de plus en plus clairement l’émergence d’un transnationalisme vietnamien sur la question de l’intégrité du territoire national. Cette commémoration fut suivie quelques mois plus tard par celle de la bataille de Gạc Ma, livrée également contre la Chine en 1988. Au début du mois de mai, le 60e anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu (7 mai 1954) a été célébré avec emphase et de façon très médiatique avec la diffusion à la télévision d’un feuilleton intitulé Đường lên Điện Biên (Le chemin menant à Điện Biên). Cette fresque épique, coûteux projet, a d’ailleurs provoqué quelques remous sur la blogosphère en ces temps de crise économique. Au mois de juillet, ce fut le tour des Accords de Genève d’être célébrés comme une grande victoire de la RDVN. Après les vacances d’été, l’État-Parti et son bras armé de la propagande, le Ban Tuyên giáo (Comité d’éducation et de propagande) ont offert au public une exposition commémorative sur les bienfaits de la réforme agraire radicale des années 1950. Le contenu de l’exposition et le discours y attenant ont été rapidement critiqués par des historiens et des intellectuels. Quelques paysans sans terre montés à la ville ont ajouté une certaine pression autour de l’événement poussant les autorités à suspendre l’exposition, par précaution, jusqu’à nouvel ordre. Enfin, dernière commémoration en date, celle du 60e anniversaire de la « libération de Hanoi » pour célébrer le retour du Viêt-Minh dans la capitale le 10 octobre 1954. Celle-ci, dispendieuse en deniers publics, a été fortement contestée par Lê Hiền Đức, figure emblématique de la lutte contre la corruption, dans un appel au peuple38. Que penser de ces commémorations officielles ? Elles contribuent fortement à légitimer le rôle directeur du PCV dans la guerre de réunification et à inscrire dans l’imaginaire national que seule cette voie fut la bonne. Elle contribue ainsi à minimiser le rôle de tous les autres acteurs de la lutte pour l’indépendance, voire, à leur dénier ce rôle.

  • 39 EDA/JM, « Saigon : chrétiens et bouddhistes fêtent les vétérans de l’armée du Sud-Vietnam », Église (...)

36Du côté des anciens vaincus, signalons-le car ce fut une première, quelques centaines de soldats mutilés de l’ancienne Armée de la République du Vietnam (sud), opposée au communisme pendant la guerre, ont été réunis par l’Église rédemptoriste de Hô Chi Minh-Ville lors d’un repas collectif amical39. Ce moment rare se déroula sous les couleurs de l’ancien drapeau sudiste et ne fut pas officiellement interdit. Il démontre une fois de plus que la République socialiste du Vietnam (RSVN) devra faire ce pas vers une réconciliation nationale officielle qui n’a toujours pas été proclamée quarante ans après la fin de la guerre. L’ensemble de ces commémorations engendre d’autres processus non maîtrisés par les autorités politiques, mais bien pris en main par les groupes dissidents informels à travers des questionnements sur le véritable rôle du Parti, sa connivence avec la Chine, le choix de la réunification par la force et l’utilisation de violence révolutionnaire à des périodes clés de l’histoire du pays.

« Nous voulons savoir »

  • 40 Voir le site de l’AGEVP, (http://www.agevp.com/wordpress/fr/)
  • 41 Pour un aperçu des activités proposées, voir le site Année France Vietnam, (www.anneefrancevietnam. (...)

37En effet, en revisitant l’histoire officielle, les blogueurs et dissidents exigent plus généralement un droit à l’information sur la conduite des affaires par le PCV. Une campagne intitulée « Nous voulons savoir » (Chúng tôi muốn biết) a vu le jour à partir du 2 septembre sur la blogosphère pour exiger des autorités des éclaircissements sur la conférence secrète sino-vietnamienne de 1990, sur la réforme agraire et sur la conduite de la guerre. Autant de sujets sensibles sur lesquels le pouvoir reste muet. Certaines de ces questions ont été dévoilées au mois d’août avec la parution des mémoires de Trần Đĩnh (Đèn Cù), ancien biographe de Hô Chi Minh, offrant des détails sur les anciens hauts responsables de la RDVN. En France, une autre commémoration fut très suivie par la communauté vietnamienne de la région parisienne : l’Association générale des étudiants vietnamiens de Paris (AGEVP) fêtait ses 50 ans d’existence, un record pour une association étudiante40. Ce fut l’occasion de rappeler l’histoire de cette association anticommuniste entrée en crise depuis quelques années. Du côté de la France, l’année consacrée au Vietnam a vu fleurir de très nombreuses expositions, colloques ou rencontres participant de ce renforcement des relations entre les deux pays sur le plan culturel41. Alors que l’on apprenait le décès soudain du chanteur et activiste Việt Dzũng aux États-Unis, le 20 décembre 2013, la grande chanteuse Khánh Ly, autre figure emblématique de la communauté vietnamienne américaine, a pu se produire en concert au Vietnam aux mois de mai et d’août à Hanoi et à Đà Nẵng pour la première fois depuis 1975.

38On ne peut terminer ce rappel commémoratif sans évoquer la volonté du PCV d’inscrire dans l’histoire nationale le rôle de l’homme fort du Parti de 1960 à 1986, l’ancien secrétaire général Lê Duẩn. Un sanctuaire érigé en son nom a été inauguré par les autorités le 18 janvier dans la province de Hà Tĩnh, province natale de Hô Chi Minh. Cette sanctuarisation relance le débat interne au PCV sur les rôles respectifs des deux dirigeants de la RDVN dans la conduite de la guerre de réunification.

Conclusion

39Ainsi, l’année 2014 a été particulièrement mouvementée tant sur le plan intérieur que sur celui des relations extérieures, les deux aspects ayant été très liés. La mer de Chine méridionale est clairement devenue un enjeu central dans la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine. Dans ce contexte, un meilleur équilibre des forces pourrait, tant du point de vue de Washington que de Hanoi, contribuer à la fois à limiter les risques de dérapage d’une zone considérée par les experts comme hautement sensible et à mettre un frein à un expansionnisme chinois jugé de plus en plus menaçant. Conscient de la complexité d’une situation où il apparaît crucial de maintenir le lien avec Pékin tout en limitant ses ambitions, l’État-parti a joué les équilibristes pendant de longs mois déployant un discours nationaliste très prononcé pour satisfaire la population et désamorcer la multiplication des manifestations tout en ménageant la Chine et en gardant un contact, jamais rompu, afin de rechercher une solution pacifique. Le pacifisme militant de Hanoi a eu de toute évidence un impact positif dans le règlement de cette crise. Malgré cela, l’année 2014 a démontré que désormais le Vietnam devait compter sur ses propres forces pour exister et se détacher d’une influence trop prégnante de son grand voisin du Nord.

40En dépit des aléas politiques, le Vietnam semble malgré tout engagé sur une bonne voie au plan économique, à condition que le gouvernement persévère dans les efforts accomplis et que les risques géopolitiques régionaux ne viennent pas altérer la dynamique en cours. Cette confiance envers l’action du Parti a été illustrée par le vote de confiance de l’Assemblée nationale le 15 novembre dans le cadre de la 8e session de sa XIIIe législature. Si le contexte demeure favorable, le pays devrait donc poursuivre son développement de manière harmonieuse et voir s’ouvrir des perspectives nouvelles avec les importants accords de commerce international actuellement en négociation, tels le Partenariat transpacifique (Trans-Pacific Partnership) ou l’accord de libre-échange Vietnam-Union européenne.

41Notons enfin que l’année 2015 sera marquée par l’achèvement des travaux visant à transformer la physionomie du centre-ville d’Hô Chi Minh-Ville afin de célébrer les quarante ans de la chute de Saigon et la fin de la guerre. Ces commémorations pourraient représenter également un moment clé de la réconciliation nationale en cours et officialiser un processus débuté depuis quelques années déjà. La « leçon chinoise » de cette année pousse désormais les autorités vietnamiennes à imaginer, inventer et construire une nouvelle voie politique pour leur pays.

Annexes

Fiche Vietnam

Capitale : Hanoi

Superficie : 330 951,1 km²

Population (est. 2014) : 92 571 000 hab.

Langue officielle : vietnamien

Données politiques

Nature de l’État : république socialiste

Nature du régime : communiste, parti unique

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Secrétaire général du PCV : Nguyễn Phú Trọng

Chef de l’État : Trương Tâń Sang

Premier ministre : Nguyễn Tấn Dũng

Ministre des Affaires étrangères : Phạm Bình Minh

Ministre de la Sécurité publique : Trần Đại Quang

Ministre de la Défense nationale : Phùng Quang Thanh

Président de l’Assemblée nationale : Nguyễn Sinh Hùng

Échéances : XIIe congrès du PCV et élection de la nouvelle Assemblée nationale en 2016

Contentieux territoriaux et maritimes : République populaire de Chine, Malaisie, Philippines et Taiwan : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley (Trường Sa)

République populaire de Chine et Taiwan : souveraineté sur les îles, atolls et récifs de l’archipel des Paracel (Hoàng Sa)

Cambodge : délimitation en cours des frontières territoriales et maritimes

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Việt ou Kinh (85,7 %), Tai (1,9 %), Thai (1,8 %), Muong (1,5 %), Khmers (1,4 %), Hmong (1,2 %), Chinois (1,1 %), Nung (1,1 %)

Religions : bouddhistes (50 %), catholiques (8 %), Hòa Hảo (1,5 %), caodaïstes (1,5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2012) : 1,06 %

Espérance de vie (est. 2011) : 72,18 ans

Indice de fécondité (est. 2012) : 2,05

Taux de natalité (est. 2012) : 16,9 ‰

Taux de mortalité (est. 2012) : 7 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2012) : 15,4 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 94 %

Taux d’urbanisation (2012) : 31,9 %

Indice de développement humain : 0,572 (rang 113)

Indicateurs économiques

Monnaie : đồng (1 euro = 27 120 đồng, octobre 2014)

Balance des paiements courants (est. 2012) : 9,1 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2013) : 39,1 milliards $ US

PIB (est. 2014) : 165 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (est. 2014) : 1 782 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2014) : 5,5 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (est. 2012) : agriculture (19,7 %), industrie/bâtiment (38,6 %), services (41,7 %)

Taux d’inflation (oct. 2014) : 3,62 % (est. pour 2014 : 5,43 %)

Taux de chômage (est. 2014) : 4,47 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté42 (est. 2012) : 11,1 %

IDE entrant (est. 2012) : 16,3 milliards $ US

IDE sortant (est. 2012) : 1,5 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Chine, Taiwan, Corée du Sud, États-Unis, Japon, Union européenne

Importations (est. 2013) : 71,0 milliards $ US

Principaux produits importés : machinerie et équipements ; produits pétroliers ; engrais ; produits en acier ; coton ; blé ; ciment ; motos ; alimentation animale ; produits pharmaceutiques ; fibres textiles ; produits électroniques

Exportations (est. 2013) : 77,9 milliards $ US

Principaux produits exportés : pétrole brut ; produits de la mer ; caoutchouc ; riz ; café ; thé ; vêtements ; chaussures ; objets en plastique ; bois ; acier ; ordinateurs ; téléphones

Portraits

Phạm Chí Dũng, figure du nouveau journalisme indépendant

Phạm Chí Dũng est aujourd'hui une personnalité incontournable des médias vietnamiens. Il s'est imposé par ses prises de position pour la liberté de la presse et ses analyses géopolitiques largement relayées sur les sites d'information vietnamiens de l'étranger lors de la crise sinovietnamienne de cette année.

Journaliste indépendant, né en 1966 et originaire du Nord, il est membre de l'Association des journalistes de Hô Chi Minh-Ville (HCM-Ville). Ancien membre du Parti communiste vietnamien (PCV), il quitta le Parti le 5 décembre 2013, après vingt ans de services rendus, avec une certaine publicité pour tenter d'attirer dans son sillon d'autres futurs démissionnaires. Il connaît bien les arcanes du régime communiste, ayant été lui-même l'un de ses maillons en officiant notamment dans le Comité de sécurité de la politique intérieure du Comité d'HCM-Ville. Son père, Phạm Văn Hùng, fut également très lié aux affaires de la grande métropole du Sud en tant qu'ancien responsable du Comité d'organisation d'HCM-Ville.

Docteur en économie, Phạm Chí Dũng, est diplômé de l'Institut technologique militaire et c'est à ce titre qu'il put intégrer le cercle restreint des membres des Comités de sécurité de la politique de l'État parti. Malgré ce pedigree sans reproche pour le régime, il mit sa plume au service d'une toute autre cause. Depuis 1986 (date de la mise en place du Renouveau), il exprime ses vues, sous de nombreux pseudonymes, sur la situation politique et économique de la RSVN. Auteur de nombreux articles et d'analyses pertinentes, il ne mâche pas ses mots pour critiquer les orientations des dirigeants mais aussi réclamer la liberté de la presse, dénoncer les mécanismes de la corruption ou alerter l'opinion sur le danger potentiel que représente le poids des groupes d'intérêts politico-financiers (nhómlợi ích) pour l'économie du pays. Il explique son désarroi face à ces phénomènes lorsque dans les années 2007 et 2008 il vit des amis journalistes condamnés pour leurs articles dénonçant la corruption.

Ses prises de position lui ont valu des ennuis avec la Sécurité publique en 2012. Accusé de propagande antiétatique et d’avoir voulu « renverser le gouvernement populaire », il fut arrêté le 17 juillet et maintenu en détention pendant six mois avant d’être relâché. En 2014, il rejoint la liste des « 100 héros de l’information » dans le classement de Reporters sans frontières. Invité par les Nations unies pour participer à la réunion annuelle de l’UPR (Examen périodique universel du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU), il fut retenu à l’aéroport d’HCM-Ville et son passeport confisqué. Cela ne l’empêcha pas d’exprimer son point de vue sur la situation des droits de l’Homme au Vietnam en visioconférence avec Genève.

Le 4 juillet 2014, il annonça la création de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam, association dont il prit la présidence. Depuis, cette association s’est dotée d’une tribune officielle avec la mise sur pied du Việt Nam Thời Báo, quotidien en ligne dirigé par le triumvirat d’écrivains Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy et Bùi Minh Quốc. Dũng est l’auteur de plusieurs nouvelles littéraires et de deux romans. Âgé de 48 ans, Phạm Chí Dũng est l’un des rares journalistes sur les 17 000 que compte le pays à prendre le chemin de la dissidence et à envisager son métier en toute indépendance. Pour lui, chaque journaliste est semblable à un couteau dont la pointe de la lame incarne l'esprit de liberté, la volonté politique et la critique intellectuelle.

Source : « “Anh hùng thông tin” Phạm Chí Dũng : Tại sao báo chí Nhà nước cầm giữ im lặng », RFI, 30 avril 2014, (http//vi.rfi.fr/viet-nam/20140430-% C2%AB-anh-hung-thong-tin-%C2%BB-pham-chi-dung-moi-nha-bao-la-mot-mui-dao/) Site du Việt Nam Thời Báo : www.ijavn.org

Page Facebook de Phạm Chí Dũng : https://vi-vn.facebook.com/​pham.chidung.96

Lê Hiền Đức, l'irréductible citoyenne contre la corruption

Mme Lê Hiền Đức (née Phạm Thị Dung Mỹ), une vieille femme, sèche et dynamique, a lancé sur son blog le 1er octobre dernier un appel à ses compatriotes pour manifester contre les dépenses, véritable gaspillage à son goût, liées à la commémoration des 60 ans de la « libération de la capitale (Hanoi) » le 10 octobre 2014. Cette femme, activiste à 83 ans, est connue depuis quelques années pour son engagement militant contre la corruption. Son parcours est étonnant.

Issue d'une famille nombreuse (12 frères et sœurs) dont elle est la cadette, elle naquit le 12 décembre 1932 dans la province de Bắc Ninh. Son grand-père et son père étaient mandarins, préfets de province tout en restant très concernés par les injustices. Elle fut témoin de la terrible famine qui fit un ou deux millions de morts à l'automne-hiver 1944. C'est ce spectacle dantesque qui la poussa, à l'âge de treize ans, à rejoindre le front Viêt-Minh. Lorsqu'éclate la révolution d'août, conquise par le mot d'ordre du mouvement indépendantiste « la terre à celui qui la laboure », avec cette idée qu’il mettra en œuvre une réforme agraire et une répartition plus juste des richesses. En 1946, elle devint agente de liaison du Viêt-Minh, spécialisée dans le cryptage des messages, travaillant au sein de la nouvelle Police de la République démocratique du Vietnam (RDVN) puis en tant qu'agent secret pour le Bureau de la Sécurité publique à Hanoi. À 17 ans, en 1949, elle poursuivit ses activités dans le maquis du Việt Bắc au sein du Bureau central de la Sécurité publique. Elle y officia comme agent spécialisé dans le codage des messages du Viêt-Minh pour le service de renseignement de l'armée populaire. Elle reprit ses dangereuses missions, cette fois-ci en liaison avec le Bureau de la Présidence, c'est-à-dire auprès de Hô Chi Minh. C'est à cette époque qu'elle prend pour pseudonyme le nom de Lê Đức, que le président Hô Chi Minh en personne transforma en Lê Hiền Đức dans un souci de différenciation des sexes, Lê Đức étant très masculin. Elle resta ainsi six ans, de 1946 à 1951, au sein de la police.

Elle fut envoyée pendant trois ans en Chine populaire, de 1951 à 1953, pour y suivre une formation d'enseignante avant de revenir à Hanoi en octobre 1954, peu après que la capitale de la RDVN ne soit reprise à l'État associé du Vietnam. Maîtrisant parfaitement le français et le chinois et ayant appris l'anglais par elle-même, elle servit alors au sein de l'Éducation nationale comme enseignante et traductrice menant une carrière sans une ombre jusqu'à sa retraite en 1984. Elle avait alors 52 ans et, dans la force de l'âge, se transforma en une redoutable activiste sociale. Victime elle-même d'un abus de pouvoir et témoin de violences contre une marchande ambulante, elle décida de mettre ses modestes moyens au service de la défense des petites gens frappées par l'injustice, notamment foncière, en les conseillant et en les aidant à se défendre. Cette action lui valut dans les années 2000 des menaces de mort mais, reconnue pour sa ténacité, elle poursuivit ses actions envers et contre tous en ne ménageant ni sa santé ni celle des cadres corrompus qu'elle n'hésitait pas à traquer. Cette détermination lui a valu un certain nombre de sobriquets de la part de ses détracteurs (« la vieille qui fait des histoires » ; « la vertueuse cruelle » ; « la vieille pénible ») mais aussi l'admiration des plus humbles (« la vieille femme intègre »).

Il faut en effet du courage pour se dresser devant l'appareil politico-étatique de son pays et faire face aux menaces de la police. En 2007, son action fut récompensée au plan international par le prix de l'Intégrité de l'ONG Transparency International le jour même de ses 75 ans. Depuis, elle poursuit avec toujours autant de ferveur son action du côté des plus démunis, en particulier aux côtés des paysannes expropriées. Elle se déplaça souvent sur le terrain des conflits et fit plusieurs apparitions dans des manifestations de paysans indignés à Hanoi. En janvier 2013, elle cosigna la déclaration des 72 intellectuels favorable à la révision de la Constitution. Son appel du 1er octobre 2014 comporte une condamnation sans appel du régime : « La capitale libérée, hein ? Le pays indépendant, hein ? Que peuvent bien signifier ces choses alors que nous n'avons ni la liberté, ni le bonheur ». Et elle avertit ses compatriotes : « Si jamais je devais m'effondrer, poursuivez la lutte ! ».

Son blog : (http://lehienduc2013.blogspot.fr/​)

À lire en complément : « Symbole du refus de la corruption : bà Lê Hiền Đức », entretien avec Dominique Foulon, Carnets du Viêt Nam, no 38, janvier 2014, p. 4-6.

Affiche politique

Affiche politique

Lors de la crise sino-vietnamienne, le Parti communiste vietnamien et le gouvernement de la RSVN ont organisé de nombreuses expositions sur la thématique de l’intégrité territoriale du Vietnam. L’affiche photographiée ici présente l’une de ces expositions, organisée en plein air au Parc du 23 septembre à Hô Chi Minh-Ville. Mise sur pied sous l’égide du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et du Comité populaire de la ville, l’exposition a été inaugurée le 11 juillet 2014 et s’inscrivait dans le cadre d’une campagne nationale appelée « Lutter par la propagande ». L’intitulé de l’affiche est à ce titre explicite : « Exposition d’images de propagande : Soyons résolus à maintenir fermement la souveraineté des frontières, de la mer et des îles vietnamiennes ».
© François Guillemot (photo du 11 juillet 2014)

Notes

1 Ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la République populaire de Chine le 7 juin 1996.

2 AFP et Reuters, « Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois en mer de Chine », France 24, 27 mai 2014, (http://www.france24.com/fr/20140527-bateau-peche-vietnam-coule-navirechinois-mer-chine-meridionale-zone-disputee/)

3 On peut noter ici qu’un atelier de réflexion a été organisé dès le 24 mai par les auteurs à l’Institut d’Asie Orientale (École normale supérieure de Lyon) afin de faire un point sur les graves développements qui se déroulaient dans cette région, (http://iao.hypotheses.org/1136)

4 « Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi », Vietnam +, 18 juin 2014, (http://fr.vietnamplus.vn/Home/Entretien-entre-Pham-Binh-Minh-et-Yang-Jiechi/20146/42801.vnplus)

5 France 24 et Reuters, « Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge », France 24, 15 mai 2014, (http://www.france24.com/fr/20140515-violences-chinoisvietnam-fuient-cambodge-morts-projet-forage/)

6 Voir page « South China Sea », U.S. Energy Information Administration, 7 février 2013, (http://www.eia.gov/countries/regions-topics.cfm?fips=scs)

7 « The PRC's territorial land includes the mainland and its offshore islands, Taiwan and the various affiliated islands including Diaoyu Island, Penghu Islands, Dongsha Islands, Xisha Islands, Nansha (Spratly) Islands and other islands that belong to the People's Republic of China », (http://www.un.org/depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/CHN_1992_Law.pdf)

8 The Diplomat, 1er juillet 2014, (http://thediplomat.com/2014/07/chinas-10-red-lines-in-the-south-china-sea/)

9 Xinhua, « La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha », Xinhua, 9 juin 2014, (http://french.xinhuanet.com/chine/2014-06/09/c_133394789.htm)

10 Nguyen Toan Thang, « Un usage abusif… », VOV 5, 27 juin 2014, (http://vovworld.vn/fr-ch/Chronique-du-jour/Un-usage-abusif/250415.vov)

11 Comments by Secretary Clinton in Hanoi, Vietnam, Discusses U.S.-Vietnam relations, ASEAN Forum, North Korea, 23 juillet 2010, ( http://iipdigital.usembassy.gov/st/english/texttrans/2010/07/20100723164658su0.4912989.html#axzz3FqIvoOcv)

12 Ankit Panda, « United States lifts Vietnam arms embargo (with a catch) », The Diplomat, 3 octobre 2014, (http://thediplomat.com/2014/10/united-states-lifts-vietnam-arms-embargo-with-a-catch/)

13 On note cependant que l’industrie reste toujours très dépendante de quelques grands groupes publics, par exemple dans les secteurs du textile, de la plasturgie ou encore des équipements électroniques.

14 170 milliards en $ US courants en 2013.

15 Jacques Delorme, « Vietnam : “La persévérance apporte la fortuneˮ (tiré du “Hi King ˮ) », Les Échos, 8 avril 2014, (http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-95231-vietnam-la-perseverance-apporte-la-fortune-tire-du-hi-king-1000497.php)

16 VNA/CVN, « Changement positif de la situation socioéconomique depuis janvier », Le Courrier du Vietnam, 29 septembre 2014, (http://lecourrier.vnanet.vn/lecourrier/fr-fr/details/6/investissement/119392/changement-positif-de-la-situation-socioeconomique-depuis-janvier.aspx)

17 Fiche « Vietnam, données générales », Le Moci, (http://www.lemoci.com/pays/vietnam/)

18 « La dette publique du Vietnam en deçà du plafond autorisé », Vietnam +, 2 juin 2014, (http://fr.vietnamplus.vn/Home/La-dette-publique-du-Vietnam-en-de %C3 %A7a-du-plafond-autorise/20146/42264.vnplus)

19 Voir fiche « Vietnam » du groupe Coface, (http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-etrisque-pays/Viet-Nam)

20 « Trente ans de prison pour un ancien magnat de la banque au Vietnam », Le Monde, 9 juin 2014, (http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/06/09/trente-ans-de-prison-pour-un-ancienmagnat-de-la-banque-au-vietnam_4434829_3216.html)

21 « Vietnam : deux ex-responsables du transport maritime condamnés à mort pour corruption », Marine & Océans, 16 décembre 2013, (http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/6804-vietnamdeux-ex-responsables-du-transport-maritime-condamnes-a-mort-pour-corruption)

22 Voir le rapport en ligne : Universal periodic review second cycle – Viet Nam, United Nations Human Rights, février 2014, (http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/UPR/Pages/VNSession18.aspx)

23 Voir le rapport en ligne: Public insecurity. deaths in custody and police brutality in Vietnam, Human Rights Watch, 16 septembre 2014, (http://www.hrw.org/reports/2014/09/16/public-insecurity-0)

24 Voir son entretien en ligne : « Cựu tù chính trị Lê Văn Tính được thả trước thời hạn [L’ancien prisonnier politique Le Van Tinh a bénéficié d’une libération anticipée] », Radio Free Asia (RFA), 16 octobre 2014, (http://www.rfa.org/vietnamese/in_depth/poli-pris-le-v-tinh-relea-10162014055950.html)

25 « La mort du militant Dinh Dang Dinh doit servir de signal d'alarme au Vietnam », Amnesty International, 4 avril 2014, (http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/La-mort-du-militant-Dinh-Dang-Dinh-doit-servir-de-signal-alarme-au-Viet-Nam-11353)

26 « Vietnam : le blogueur Truong Duy Nhat condamné à deux ans d’emprisonnement en appel », Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), 30 juin 2014, (http://www.fidh.org/fr/asie/vietnam/15682-vietnam-le-blogueur-truong-duy-nhat-condamne-a-deux-ans-d-emprisonnement)

27 « 15 mois de prison pour Pham Viet Dao, le Vietnam s’enfonce dans la dictature », Reporters sans frontières, 19 mars 2014, (http://fr.rsf.org/vietnam-15-mois-de-prison-pour-pham-viet-19-03-2014,46017.html)

28 « La blogueuse Bui Thi Minh Hang condamnée à trois ans de prison », Reporters sans frontières, 29 août 2014, (http://fr.rsf.org/vietnam-la-blogueuse-bui-thi-minh-hang-29-08-2014,46859.html)

29 François Guillemot, « Lê Hiếu Đằng (1944-2014). De la lutte anti-américaine à la dissidence antichinoise », Mémoires d’Indochine, 23 janvier 2014, (http://indomemoires.hypotheses.org/13134)

30 Lê Thăng Long, co-fondateur du Mouvement pour la voie vietnamienne, anime encore aujourd’hui le site de ce projet politique, (http:s//conduongvietnam.org/)

31 Voir le site de l’organisation, (www.laodongviet.org) et le communiqué du 9 juin 2014 signé du président du syndicat, Trần Ngọc Thành, et de sa vice-présidente, l’avocate Lê Thị Công Nhân, ancienne prisonnière d’opinion.

32 Voir le site du journal en ligne de cette association, (www.ijavn.org/)

33 Texte en ligne : « Thư ngỏ gửi BCH Trung ương và toàn thể đảng viên Đảng CSVN [Lettre ouverte au Comité central et à l’ensemble des membres du PCV] » (du 28 juillet 2014), Ba Sàm (Blog), 29 juillet 2014, (http://anhbasam.wordpress.com/2014/07/29/thu-ngo-gui-bch-trung-uong-va-toan-the-dang-viendang-csvn/)

34 Texte en ligne : « Kiến nghị của một số cựu sĩ quan Lực lượng vũ trang nhân dân gửi Lãnh đạo Nhà nước và Chính phủ CHXHCN Việt Nam [Recommandations de quelques anciens officiers des Forces armées populaires adressées aux dirigeants de l’État et du gouvernement de la RSVN] » (du 2 septembre 2014), Bauxite Việt Nam (Blog), 4 septembre 2014, (http://boxitvn.blogspot.fr/2014/09/kien-nghi-cua-mot-socuu-si-quan-luc.html)

35 Voir leur fiche en ligne sur le site de Reporters sans frontières : « Le Ngoc Thanh », (http://heroes.rsf.org/fr/le-ngoc-thanh/) ;» Pham Chi Dung »(http://heroes.rsf.org/fr/pham-chi-dung/)

36 Sur le fait religieux en Asie du Sud-Est, voir le débat « Asie du Sud-Est, terre de missions des églises évangéliques », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), 2012, L’Asie du Sud-Est 2012, Paris-Bangkok, Irasec-Les Indes savantes, p. 75-88.

37 Sur cette affaire, voir le rapport très détaillé en ligne, The 25-year persecution of the Hmong's Duong Van Minh religion, Veto ! Human’s Right Defenders’ Network, 2014, (http:s//democraticvoicevn.files.wordpress.com/2014/07/140430_vn_suppressionduongvanminhreligion-veto_report_to_srrfen.pdf)

38 Voir l’appel en ligne sur son blog : « Lời kêu gọi [Appel] », Le Hien Duc 2013, 1er octobre 2014, (http://lehienduc2013.blogspot.fr/2014/10/loi-keu-goi.html)

39 EDA/JM, « Saigon : chrétiens et bouddhistes fêtent les vétérans de l’armée du Sud-Vietnam », Églises d’Asie, 2 mai 2014, (http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/vietnam/2014-05-02-saigon-chretiens-et-bouddhistes-fetent-les-veterans-de-l2019armee-du-sud-vietnam)

40 Voir le site de l’AGEVP, (http://www.agevp.com/wordpress/fr/)

41 Pour un aperçu des activités proposées, voir le site Année France Vietnam, (www.anneefrancevietnam.com)

42 Ce seuil est fixé à 530 000 đồng en zone rurale et 660 000 đồng en zone urbaine.

Table des illustrations

Titre Taux d’inflation du Vietnam (octobre 2013-septembre 2014)
Légende Source: General Statistics Office of Vietnam, www.tradingeconomics.com
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Le Vietnam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2540/img-2.png
Fichier image/png, 556k
Titre Affiche politique
Légende Lors de la crise sino-vietnamienne, le Parti communiste vietnamien et le gouvernement de la RSVN ont organisé de nombreuses expositions sur la thématique de l’intégrité territoriale du Vietnam. L’affiche photographiée ici présente l’une de ces expositions, organisée en plein air au Parc du 23 septembre à Hô Chi Minh-Ville. Mise sur pied sous l’égide du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et du Comité populaire de la ville, l’exposition a été inaugurée le 11 juillet 2014 et s’inscrivait dans le cadre d’une campagne nationale appelée « Lutter par la propagande ». L’intitulé de l’affiche est à ce titre explicite : « Exposition d’images de propagande : Soyons résolus à maintenir fermement la souveraineté des frontières, de la mer et des îles vietnamiennes ».© François Guillemot (photo du 11 juillet 2014)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteurs

Géopolitologue, maître de conférences à l'université catholique de Lyon et chercheur à l'Institut d'Asie orientale (IAO, CNRS). Il a publié un ouvrage Les Hoa au Vietnam (Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2001) ainsi que divers articles sur ce sujet. Il travaille actuellement sur les questions géopolitiques concernant l'Asie du Sud-Est ainsi que sur les enjeux liés à la géostratégie maritime de la Chine. Parmi ses dernières publications : « Vietnam : vers un nouveau positionnement stratégique ? » (Grands dossiers de Diplomatie, no 9, juin-juillet 2012).

Historien, ingénieur de recherche au CNRS à l'Institut d'Asie orientale (IAO, CNRS). Il est notamment l’auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt Nam. L'échec de la troisième voie, 1938-1955 (Paris, Les Indes savantes, 2012) ; Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L'autre moitié de la guerre (Paris, Les Indes savantes, 2014). Il a codirigé avec Agathe Larcher-Goscha La colonisation des corps. De l'Indochine au Viet Nam (Paris, Vendémiaire, 2014). Il mène des recherches sur la guerre civile vietnamienne, les mouvements nationalistes et les bataillons féminins des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Vietnam.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site