Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Timor-Leste. L’amorce d’une nouvelle ère ?

Christine Cabasset

Texte intégral

1L’année 2014 signe un nouveau tournant. Au plan politique d’abord, avec la perspective du retrait annoncé du Premier ministre Xanana Gusmão du gouvernement. Au plan économique ensuite, avec le démarrage de plusieurs grands projets de développement dans la région d’Oecussi et sur la côte sud, outre la capitale Dili. Au plan international enfin, le départ du gouvernement du président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono après dix ans de mandat fournissant l’occasion de dresser un bilan positif des relations entre les deux pays.

1 - Vers une transition politique : « Génération 75 » vs nouvelle génération

  • 1 « Xanana Gusmão deixa cargo de primeiro-ministro de Timor-Leste até 2015 », Agence de presse Lusa, (...)
  • 2 Outre Timor-Leste, l’Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Portugal, (...)
  • 3 « East Timor Gusmão: I'll stay as leader until 2015 », NZHerald News (de AP), 26 septembre 2014.
  • 4 « Leaders historiques » ou « Génération 75 » désignent les figures politiques présentes dans le pre (...)
  • 5 Front révolutionnaire pour l'indépendance du Timor-Oriental (FRETILIN – Frente Revolucionária de Ti (...)
  • 6 Les prochaines élections législatives et présidentielles auront lieu en 2017.
  • 7 Christine Cabasset, 2014, « Timor-Leste. Un an après le départ de la MINUT, un resserrement des for (...)
  • 8 Une association de 20 pays, dont la majorité en Afrique, à laquelle Timor-Leste est à l’initiative (...)
  • 9 Nom de guerre en tétoum donné à José Maria de Vasconcelos.

2La grande inconnue politique qui domina la première partie de l’année concerne la décision de démissionner du gouvernement de Xanana Gusmão, ancien chef de la résistance indépendantiste et de la guérilla armée, premier président de la République élu au tournant de l’indépendance (2002-2007), et Premier ministre des IVe et Ve gouvernements (2007-2012, 2012-2017). L’annonce initiale, faite le 11 novembre 20131, précisait qu’il partirait d’ici 2015, avant de déclarer, lors de communiqués ultérieurs qu’il quitterait le gouvernement après le Sommet de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP – Comunidade dos Países de Língua Portuguesa2), qui aurait lieu à Dili fin juillet 2014. En septembre 2014, la date de mi-2015 était à nouveau envisagée « du fait des disputes avec l’Australie et le géant américain Conoco Phillips concernant les revenus des hydrocarbures3 ». L’objectif affiché de ce retrait est « place aux nouvelles générations », Xanana soulignant qu’il resterait actif, continuant à aider le pays sous d’autres formes, et aux côtés d’autres leaders historiques4 comme Mari Alkatiri (ex-Premier ministre 2002-2006 et secrétaire général du parti Fretilin5) et José Ramos-Horta (ex-ministre des Affaires étrangères 2002-2006, Premier ministre 2006-2007, président de la République 2007-2012). Pour certains observateurs situés dans l’opposition, cette annonce était destinée à faire remonter sa cote de popularité pour mieux revenir au gouvernement. Pour d’autres cependant, conscients que la transition politique entre la génération des dirigeants historiques, âgée aujourd’hui de 60-65 ans, et une nouvelle génération politique n’allait pas de soi, il s’agissait d’une manière habile de préparer cette dernière hors des tensions inhérentes aux périodes électorales6. Une fois que le principe de son départ fut acquis, vint l’heure des questionnements sur « l’après Xanana » et, par voie de conséquence, sur son successeur. Il ne fait de doute pour personne que la vie politique et économique de Timor-Leste est dominée par ce dernier : il est devenu, notamment depuis 2007, l’autorité principale contrôlant les secteurs cruciaux du pays, en particulier la sécurité et la défense dont il est le ministre, mais aussi l’économie au titre d’orchestrateur majeur du Plan stratégique de développement national 2011-2030. Dans le domaine de la sécurité, si la restauration de la stabilité à la suite de la crise de 2006 a été le fait des moyens mis par le IVe gouvernement (2007-2012) dans l’apaisement des foyers de tensions7, des vétérans, aux réfugiés internes, aux plus démunis, celle-ci a été due également à l’autorité incontestable de Gusmão auprès des militaires et des vétérans notamment. La résistance, une force unitaire indéniable dans le pays, reste aussi une source de tensions potentielles comme l’ont montré plusieurs événements depuis l’indépendance. Dans ces conditions, même si certains secteurs des forces de sécurité ont acquis une plus grande maturité depuis 2006, l’identification d’un dirigeant susceptible de s’imposer aux milieux sociétaux, politiques, sécuritaires et économiques reste une gageure. C’est là tout l’enjeu d’une transition démocratique dans un pays sans doute encore fragile, où se maintiennent d’anciens clivages politiques et où les inégalités spatiales et sociales croissantes, alliées à la corruption, pourraient ajouter aux menaces d’instabilité. La réussite de cette étape est cruciale pour continuer à rassurer les Est-Timorais et la communauté internationale sur les capacités des institutions, comme avaient pu le faire le retour de la stabilité en 2008-2009 et son maintien depuis, y compris durant les élections de 2012, et après le départ de la mission de maintien de la paix des Nations unies à la fin de la même année. L’état de la sécurité dans le pays après 12 ans d’indépendance, assez inédit dans le monde, explique que Timor-Leste fasse souvent figure de proue dans ce secteur comme dans le champ de la démocratie parmi les pays en situation de postconflit, ceux de l’association G7+ par exemple8. Générant des doutes, ce prochain départ a aussi suscité nombre d’expectations concernant le successeur de Xanana Gusmão. Plusieurs noms ont circulé dont, au sein du parti politique qu’il a fondé, le CNRT, ceux d’Agio Pereira, actuel ministre d’État, porte-parole des IVe et Ve gouvernements, et homme de confiance de longue date ; Bendito Freitas, actuel ministre de l’Éducation ; ou encore, hors du parti, Rui de Araújo, membre du Fretilin et ancien ministre de la Santé (2002-2007) ; et, surtout, Taur Matan Ruak9, ancien commandant de la guérilla indépendantiste, général des forces armées jusqu’en 2011, et actuel président de la République. Si une trop grande proximité de Gusmão avec le gouvernement est redoutée dans un contexte où, en même temps qu’une transition politique, une dépersonnalisation du pouvoir est jugée par certains essentielle, la présence des hautes figures de la « Génération 75 » est aussi en mesure de jouer un rôle positif dans le maintien de la stabilité.

  • 10 « Rejignasaun La’e, Remodelasaun Sim [Démission non, remaniement oui] », Timor Post, 4 août 2014, p (...)

3À partir de début août, une autre source de fébrilité s’est emparée des membres du gouvernement du fait de l’annonce de remaniement, par le Premier ministre, lors du congrès du CNRT (2 au 3 août). Les membres du parti refusant la démission de Xanana du gouvernement, ce dernier décidait en effet de prolonger son mandat, mais à condition de remanier le gouvernement et, entre autres, de réduire le nombre de membres, de 50 actuellement, à 3010. En décembre, il n’y avait toujours pas eu de remaniement, et il était à prévoir qu’il n’y en ait pas avant les prochaines élections en 2017.

2 - S’affranchir de la dépendance pétrolière

4Suite au lancement, en 2011, du Plan stratégique de développement national 2011-2030, en 2014, le gouvernement, l’élite économique et les partenaires de développement sont plus que jamais tournés vers le développement économique, sous la forme notamment de gros projets et via l’attraction d’investisseurs nationaux et internationaux. De ce fait, certains déplacements à l’étranger du Premier ministre, accompagné de ministres et de Mari Alkatiri en charge du développement régional d’Oecussi, ont clairement un objectif économique : promotion est faite des nouveaux programmes initiés à Timor-Leste, comme ce fut le cas début avril en Malaisie, puis en Chine avec la visite de zones économiques spéciales.

  • 11 Communiqué de presse, porte-parole du Ve gouvernement de Timor-Leste, 8 mars 2014.
  • 12 « Heineken to Invest in Timor-Leste and will Create up to 1000 Jobs », Communiqué de presse du secr (...)
  • 13 Ce groupe est dirigé par Tommy Winata, entrepreneur connu en Indonésie, notamment à Bali, pour être (...)
  • 14 Concernant les projets AGP Square et l’aéroport, voir Agustinus Tetiro, « Waskita, PP in East Timor (...)
  • 15 Voir RDTL, Tibar Bay Port. Summary of Environment and Social Scoping Study, Gouvernement de Timor L (...)
  • 16 Un consortium luso-belge Mota-Engil Ambiente e Serviços, une société anglaise Peninsular and Orient (...)

5Plusieurs investissements conséquents sont en cours, comme celui de 500 millions $ US pour une cimenterie implantée par l’entreprise australienne BCG à Baucau, deuxième ville du pays, dont la construction devrait démarrer en janvier 201511, ou encore Heineken Singapore qui devrait investir 40 millions $ US dans la création d’une unité de production de boissons alcoolisées et non alcooli12. Dans le centre de Dili, l’AGP Square est un projet de 85 millions $ US de la société indonésienne Artha Graha Group13 qui devrait être construit sous deux ans par une autre société indonésienne, Pembangunan Perumahan. Cet édifice commercial (centre commercial, bureaux, appartements et hôtel), avec ses 26 étages prévus, est appelé à être le plus haut de Dili après le nouveau ministère des Finances (10 étages, construit par la même société, et en voie d’achèvement). Parallèlement, toujours à Dili, les travaux d’extension de l’aéroport international (allongement de la piste et construction d’un nouveau terminal) devraient être réalisés par la société indonésienne Waskita Karya pour un montant de près de 60 millions $ US financés par l’État est-timorais14. Les études préparatoires à la construction du nouveau port commercial, à Tibar, situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de la capitale et destiné à être opérationnel en 2016-2017, ont également connu des avancées en 2014. Avec cette infrastructure, l’objectif est de prendre le relais de l’unique port commercial international du pays, lequel, construit dans les années 1950, atteint ses limites, et qui, situé dans le centre de Dili, ne peut être agrandi. Seul le port de passagers restera à l’emplacement actuel, alors que les activités commerciales, aux capacités de chargement fortement augmentées, seront relocalisées au sud-ouest de la baie de Tibar, dans une aire sélectionnée pour limiter les dégâts environnementaux dans cette zone peuplée de mangroves. Le coût total, partagé entre le gouvernement et l’opérateur du port, est estimé à 300-400 millions $ US15. Quatre opérateurs ont été préqualifiés16 et ces derniers devraient rendre leurs propositions en début d’année 2015.

  • 17 Tasi Mane signifie, en tetum, mer masculine, et désigne la côte sud, tandis que Tasi Feto, mer fémi (...)
  • 18 Sur les questions d’aménagement, voir Christine Cabasset, 2014 , « L’aménagement du territoire à Ti (...)
  • 19 « TL implementa ZEESM Oe-Cussi », Timor Post, 27 mai 2014, p. 1 et 23.
  • 20 National Statistics Directorate, 2010, Timor-Leste population and housing census 2010, Preliminary (...)
  • 21 Communiqué de presse du Conseil des ministres, 13 août 2013 et entretien personnel en août 2013.

6Mais ce sont surtout les deux grands pôles de développement de l’enclave est-timoraise d’Oecussi, située à Timor-Ouest, dans la partie indonésienne de l’île de Timor, et de Tasi Mane17 sur la côte sud, particulièrement le pôle de Suai dans un premier temps, qui mobilisent toutes les attentions. Ces derniers sont destinés à rééquilibrer les activités économiques dans des régions excentrées qui en sont dépourvues et, via la création d’emplois, à freiner l’exode rural et notamment les migrations vers Dili18. Mais, outre ces caractéristiques, lesquelles, au final, sont peu ou prou équivalentes à ce qui prévaut dans l’ensemble du territoire national à l’exception de Dili, ces deux programmes ont pour particularité d’être situés dans des régions frontalières avec l’Indonésie. Ils concernent directement cette dernière et notamment Timor-Ouest qui, sous l’autorité administrative de la province de Nusa Tenggara Timur (NTT – Îles de la Sonde de l’Est), figure parmi les provinces les plus pauvres d’Indonésie. En mai, Xanana Gusmão avait d’ailleurs proposé d’inclure Atambua, deuxième plus grande ville de Timor-Ouest, dans le programme de développement d’Oecussi19. Implantés dans des espaces majoritairement ruraux, ces deux projets donnent l’opportunité à Timor-Leste, mais aussi éventuellement à l’Indonésie, d’agir sur des régions éloignées des pouvoirs centraux où peinent à arriver les bienfaits de l’État. Ils permettraient également de renforcer une armature urbaine qui, compte tenu de la primauté urbaine de Dili (plus de 20 % de la population totale), est encore faible. Dans l’ouest de Timor-Leste, les capitales de district et plus grandes « villes », comme Maliana (district de Bobonaro), Pante Macassar (Oecussi), et Suai (Covalima) n’hébergent respectivement que 15 800, 8 793 et 8 243 habitants20. Outre les coopérations bilatérales que les projets d’Oecussi et de Tasi Mane devraient entraîner, ces programmes sont également menés dans le cadre de l’accord tripartite Timor-Leste, Indonésie (de l’Est) et Australie (du Nord) initié récemment et dirigé officiellement depuis 2013, pour la partie timoraise, par João Gonçalves, ancien ministre de l’Économie (2007-2012)21.

  • 22 La Constitution a accordé à la région un statut spécial, statuant qu’elle « devrait être gouvernée (...)
  • 23 Voir RDTL, Jornal da República, Loi no 3/2014 du 18 juin 2014 sur la création de la région administ (...)

7Le projet de développement régional le plus médiatisé est celui d’Oecussi. En janvier 2013, Xanana Gusmão a chargé Mari Alkatiri du développement de la région, avec deux questions liées : l’établissement, d’une part, d’une région autonome tel qu’il est stipulé dans la Constitution (2002)22, d’autre part d’une zone économique spéciale, laquelle est devenue, au gré des travaux, une zone spéciale d’économie sociale de marché (connue sous l’acronyme portugais ZEESM – Zona especial de economia social de mercado). Le fait que Mari Alkatiri, secrétaire général du Fretilin, parti historique de la lutte pour l’indépendance, soit aux commandes du projet, permet d’associer au développement national, et à la vie politique en général, le principal parti d’opposition depuis 2007 et traditionnellement le grand rival du parti de Gusmão, le CNRT. Ce rapprochement a été l’un des facteurs bénéfiques à la stabilité. Le développement économique d’Oecussi (et de l’île d’Atauro, en face de Dili, qui lui est associé) a été érigé en projet national comme en témoigne la rapidité de la promulgation de la loi 3/2014 du 18 juin 201423.

  • 24 Oecussi. Special Economic Zones of Social Market Economy. First steps towards a new Oecussi. 2013-2 (...)
  • 25 Voir Kunil Engineering Co., Ltd (agence de consulting coréenne), 2014, A proposal of master plan of (...)
  • 26 Voir l’ONG est-timoraise Lao Hamutuk, (www.laohamutuk.org)

8Le développement d’Oecussi revêt une portée symbolique : située en territoire indonésien, l’enclave, assez mal reliée à la partie principale du pays, apparaît de prime abord comme une anomalie géographique. Mais, et outre le principe d’intégrité et de souveraineté nationales, elle est aussi le lieu réputé pour avoir été le premier, à Timor-Est, où sont arrivés les Portugais il y a 500 ans. À ce titre, il sera le siège, en 2015, d’importantes cérémonies célébrant le 500e anniversaire, pour lesquelles a été annoncée (à Timor-Leste) la venue du Pape. Des travaux sont déjà en cours pour permettre la tenue de ces célébrations (routes, hôtels, office de tourisme, centre de santé, amélioration du système électrique). Le district, d’une superficie de 814 km2 (5 % du territoire national), compte en 2013, selon les projections basées sur le recensement de 2010, une population totale de 70 351 habitants (6 % de la population nationale), mais dont on prévoit le doublement dans le cadre de la ZEESM, soit environ 140 000 habitants, à l’horizon 2025. Dans ce schéma, la capitale régionale, Pante Macassar, dont on estime qu’elle compte actuellement 10 000 habitants, soit 14 % de la population du département, devrait héberger 63 000 habitants, soit 45 % de la population régionale d’Oecussi, en 2030. Comme dans nombre de districts, l’activité économique est pour le moment dominée par l’agriculture de subsistance, la pêche artisanale et le commerce de bétail. L’objectif de la ZEESM est de désenclaver la région et d’en faire un pôle économique attractif, en veillant à en assurer la durabilité environnementale et sociale. Deux activités essentielles sont pressenties : le tourisme « intégré » et l’industrie chimique. L’aire désignée pour la zone économique spéciale couvrirait 1 400 hectares à Pante Macassar, et le coût de l’opération est estimé à 4,1 milliards $ US sur 20 ans, dont 67 % proviendraient d’investissements du secteur privé, et le reste du secteur public. La lecture du rapport 2013-2014 sur le développement de la ZEESM d’Oecussi24 révèle que les investissements publics prévus pour les trois phases – 2014-2018, 2019-2021, 2022-2025 – concernent les infrastructures de communication et de transport (aéroport, port commercial et de pêche, télécommunications), l’énergie (production et transmission électrique, électricité hydraulique, éolienne, photovoltaïque), réseaux d’eau, et une marina. Ils n’incluent pas de projets publics liés aux secteurs de la santé et de l’éducation, ces derniers étant laissés aux investissements privés, au même titre que les hôtels et resorts touristiques, les aires résidentielles, commerciales, logistiques, d’affaires et le pôle industriel. À l’exception de la réhabilitation de l’hôpital d’Oecussi, le rapport ne dit pas de quels soutiens et moyens bénéficieront les écoles, établissements d’éducation supérieure et centres de santé existants, quand bien même ce document souligne les conditions précaires de santé et d’éducation locales. Selon la proposition de Master Plan 2014 d’Oecussi25, Pante Macassar deviendrait le hub touristique de la région. Ce dernier reposerait sur l’établissement d’une enclave touristique nommée Paradise Beach resort, prévue dès la première phase 2014-2018, développée sur environ 320 hectares, dont un golf et deux marinas, et dont le plan d’aménagement n’est pas sans rappeler l’enclave touristique de Bali Pecatu Inda Resort sur la presqu’île au sud de Bali, ou d’autres élaborées récemment dans différents pays. Le grand degré d’autonomie politique et légale, économique et financière, dont va bénéficier la région d’Oecussi par rapport au reste du pays génère aussi des doutes, notamment sur la transparence26. Parallèlement, d’autres questions sont soulevées : L’industrie chimique est-elle compatible avec le tourisme, a fortiori avec un tourisme « durable » ? Enfin, des craintes s’expriment devant la rumeur persistante de l’implantation d’un casino.

  • 27 Entretien avec Januario Carvalho, chef de cabinet du ministre des Ressources naturelles en avril 20 (...)
  • 28 En Novembre, la société déclarait revoir sa position concernant ce sujet. Voir Aaron Sheldrick, « A (...)
  • 29 « Déclaration conjointe des combattants vétérans de la libération nationale du district de Covalima (...)

9Le deuxième grand projet « d’intérêt national », nommé Tasi Mane, concerne la côte sud du pays. Le ministère des Ressources naturelles, associé à la société nationale pétrolière Timor Gap établie en 2011 (Timor Gas e Petroleo EP), a en charge sa réalisation27. Son objectif est de profiter des activités pétrolières offshore en mer de Timor pour développer, le long de la côte sud, un réseau de pôles industriels : une base logistique et d’approvisionnement pétrolier à Suai, une raffinerie et un complexe pétrochimique à Betano, et une centrale électrique à Beaço. Dans chacune de ces trois villes, mais aussi à Viqueque, devrait voir le jour une ville nouvelle à l’écart des chefs-lieux existants – Novo Suai, Novo Betano, Novo Beaço, Novo Viqueque – reliées entre elles par une autoroute. Suai fait l’objet de la première phase, tant dans ses volets industriel, résidentiel, qu’éducatif avec la création d’une école polytechnique pour les métiers d’engineering. Le projet comprend également la création d’un aéroport dont la construction a été attribuée, en novembre 2013, à l’entreprise indonésienne PT Waskit Karya (67 millions $ US) qui réalise aussi, entre autres, l’aéroport de Dili. Tasi Mane a soulevé des doutes, en particulier car l’ensemble du projet (Suai, Betano, Beaço) repose sur l’arrivée par pipeline à Beaço du gaz naturel provenant du gisement Greater Sunrise. Or, ce dernier est non seulement l’objet de disputes entre Timor-Leste et l’Australie, mais la société australienne Woodside Petroleum n’a encore jamais accepté l’arrivée d’un pipeline à Timor-Leste, lui préférant l’implantation d’une raffinerie offshore28. D’autres questions se posent, comme celles concernant les conditions de relocalisation des populations concernées par les différents projets et de dédommagement financier par exemple. Des protestations ont eu lieu à Betano, le gouvernement ayant décidé d’accroître la superficie initialement prévue. Désireux de se démarquer de ce mouvement, les vétérans indépendantistes de Suai ont publié une annonce dans le journal Timor Post pour assurer le gouvernement de leur loyauté à l’égard de ce projet d’intérêt national29.

10Si les deux projets ZEESM et Tasi Mane motivent l’activité d’un grand nombre de personnes, ils sont aussi l’objet de critiques, particulièrement pour avoir été conçus comme des mégaprojets, disproportionnés par rapport aux réalités locales actuelles, pour avoir traité rapidement les études d’impact environnemental et pour n’avoir pas suffisamment consulté et informé les populations locales. Par ailleurs, la question du coût des programmes, évalué en regard de l’incertitude concernant le bénéfice réel pour les habitants et l’apport d’infrastructures collectives et services publics, est posée. Dans ces deux projets comme pour d’autres en cours, les équipes coordinatrices se concentrent davantage sur l’attraction d’investisseurs que sur la forme et le fond des programmes initiés.

  • 30 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolífero de Timor-Leste - Relatório Trimestral, vol. 10 XX (...)
  • 31 Pour les données chiffrées dans ce paragraphe, voir RDTL-Ministère des Finances, 2014, State Budget

11Des réticences à l’égard de ces projets proviennent également de la gestion du fonds pétrolier (créé en 2005 et géré par le ministère des Finances et la Banque centrale), lequel s’élevait au 30 juin à 16,6 milliards $ US30, dans la mesure où les ressources en hydrocarbures devraient, en l’état des connaissances actuelles, se tarir d’ici 2040, si ce n’est avant. Les revenus des hydrocarbures devraient totaliser 2,2 milliards $ US intérêts compris pour la seule année 2014, et les revenus internes (hors hydrocarbures) 166,1 millions $ US. Près de 80 % du budget de l’État sont issus du fonds pétrolier, reposant sur un prélèvement supérieur au revenu durable (ESI – Estimated Sustainable Income). L’excédent a été de 270,6 millions $ US en 2014 et il devrait continuer à s’accroître31.

Prévision budgétaire à Timor-Leste1 (2006/07-2015) (millions de dollars US)

2006/7

20072

2008

2009

2010

2011

2012

20133

20144

2015

Budget

230

108

601

681

838

1 306

1 674

1 647

1 500

1 570

1 - Hors financements des partenaires de développement
2 - Budget intermédiaire du nouveau gouvernement formé le 8 août 2007
3 - Selon le budget approuvé à l’unanimité par le Parlement le 18 février 2013
4 - Selon le budget approuvé à l’unanimité par le Parlement le 11 janvier 2014
5 - Selon le budget proposé par le Conseil des Ministres le 2 octobre 2014 et adopté dans sa généralité à l’unanimité par le Parlement le 4 décembre 2014
6 - Le budget total des dépenses prévu en 2014 est de 1 684,9 millions $ US, dont 1 500 millions provenant du gouvernement et 184,9 millions des partenaires de développement.

  • 32 Knut Ostby (Représentant résident des Nations unies à Timor-Leste), 2014, « Timor-Leste at a crossr (...)

12Parallèlement, il est à noter l’accélération de la baisse de l’aide au développement, celle-ci représentant 11 % du budget total en 2014, contre près de 13 % en 2013, et estimée peser moins de 4 % en 2015 et ultérieurement. Nombre de voix s’élèvent pour attirer l’attention sur la nécessité de gérer efficacement le fonds pétrolier, que celui-ci soit économisé ou qu’il soit utilisé, comme c’est le cas, pour développer une économie non pétrolière32.

Engagement financier des partenaires de développement (2012-2017) (millions de dollars US)

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Montant

253,6

244,8

184,9

75,6

50,8

1,6

  • 33 UNDP, Human development report 2014. Sustaining human progress: reducing vulnerabilities and buildi (...)
  • 34 Communiqués de presse du porte-parole du Ve gouvernement suite aux réunions extraordinaires du Cons (...)

13La stabilité et la croissance économique que le pays connaît depuis plusieurs années lui a permis d’enregistrer quelques avancées socio-économiques significatives dont témoignent l’augmentation de l’indice de développement humain en 2013 à 0,620 (128e rang) le faisant passer dans la catégorie de développement humain moyen33. Selon le même rapport du Pnud, l’espérance de vie a augmenté de 59,5 à 67,5 ans, soit 8 ans, entre 2000 et 2013. Le pays s’est également distingué dans la chute de plus de 75 % du taux de prévalence de la malaria entre 2000 et 2015. Les ressources financières dont le pays bénéficie lui ont permis aussi de venir en aide, en 2014, à divers pays comme le Portugal, victime de nombreux incendies en 2013 et auquel a été attribuée une aide de 500 000 $ US, l’archipel de Tonga, atteint par le cyclone Ian (250 000 $ US), l’Indonésie, victime d’inondations à Java Centre (500 000 $ US), et 2 millions $ US octroyés au G7+ début octobre pour la lutte contre Ebola34.

  • 35 Voir, par exemple, Loro Horta, « Timor-Leste : lessons of a failing state ? », Yale Global, 22 Mai (...)
  • 36 José Antonio Belo, « Bad news from Timor as media faces muzzles », The Sydney Morning Herald, 8 jui (...)

14Mais l’augmentation du budget de l’État depuis 2007, ainsi que les volumes financiers motivés par les grands projets en cours, ont généré une corruption croissante. Des articles font régulièrement état de l’enrichissement abusif d’une certaine élite35, bien que les analyses présentées permettent rarement d’en comprendre les modalités et la diversité des acteurs. Peu d’entre eux notent, par exemple, combien est sensible cette question due à l’implication de consultants et d’organismes étrangers dans la mise en place et l’exploitation, à leur profit personnel et contre les intérêts de Timor-Leste, de systèmes parallèles aux systèmes institutionnels est-timorais (voir infra). C’est aussi dans ce contexte qu’a été particulièrement mal vécue la nouvelle loi sur les médias approuvée par le Parlement le 6 mai (Décret no 10/III). Certains articles stipulant en effet que cette loi doit favoriser la stabilité nationale, elle a été jugée par les journalistes comme une limite à leur liberté d’expression, notamment lors d’enquêtes sur la corruption. Pour la première fois depuis le début de son mandat en 2012, le président de la République, Taur Matan Ruak, a saisi la Cour d’appel en juillet concernant cette affaire, celle-ci statuant, le 18 août, sur le caractère inconstitutionnel de la loi sur les médias36.

15Enfin, dans un contexte où il existe une vraie rupture socio-économique entre Dili et les districts, et où les populations rurales sont peu en prise avec la vie politique, les déplacements que Taur Matan Ruak effectue dans les districts sont très appréciés. Ces séjours, comme sur l’île d’Atauro en mars, à Oecussi en mai, et dans le district de Baucau en septembre, permettent de créer un lien direct avec les populations, d’écouter les témoignages et les soucis de la vie quotidienne – souvent liés à l’accès à la santé, à l’éducation, aux réseaux de communication – et d’informer les populations sur l’état national.

3 - International : espionnage pétrolier et normalisation des relations avec l’Indonésie

16Trois événements clés ont dominé l’activité internationale : des rebondissements dignes d’un roman d’espionnage concernant les ressources pétrolières, le 10e Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et la remise par le président indonésien sortant Susilo Bambang Yudhoyono de la plus haute distinction indonésienne au Premier ministre Xanana Gusmão.

  • 37 Pour un rappel plus précis des événements, voir Christine Cabasset, 2014, « Timor-Leste. Un an aprè (...)
  • 38 « Questions concernant la saisie et la détention de certains documents et données (Timor-Leste c. A (...)

17L’Australie et Timor-Leste avaient signé en janvier 2006 (ratifié le 23 février 2007) le traité CMATS ([on] Certain Maritime Arrangements in the Timor Sea [(sur) Certains arrangements maritimes dans la mer de Timor]) établissant le partage des recettes d’exploitation des gisements pétroliers et gaziers situés dans l’aire Greater Sunrise37. Ce traité prévoyait sa dénonciation possible, unilatéralement, dans le cas où les deux États n’aboutiraient pas à un accord concernant le plan de développement dans les six ans suivant la ratification du traité. Or, au 23 février 2013, aucun accord n’avait encore été trouvé. Peu après, en mai, ce traité se trouvait doublement remis en cause suite à l’accusation, par Timor-Leste, d’espionnage des négociations bilatérales de 2004 par la partie australienne. Timor-Leste s’est alors tourné vers la Cour internationale de justice (CIJ) des Nations unies à La Haye, l’arbitrage devant débuter le 5 décembre 2013. Deux jours avant, le 3 décembre, l’affaire a connu de nouveaux rebondissements sous la forme d’un raid, mené par les services secrets australiens, aux domiciles des avocats (australiens) représentant les intérêts de Timor-Leste pour y saisir les documents compromettants38. L’événement, abondamment relayé par les médias en décembre et en début d’année 2014, avait alors suscité une forte opposition, par voie de presse dans les deux pays et une manifestation à Dili devant l’ambassade d’Australie. Évalué à 40 milliards de $ US de ressources en hydrocarbures, l’enjeu économique est important, d’autant que selon le droit maritime international, non reconnu par l’Australie, ces dernières sont situées dans la zone exclusive économique de Timor-Leste. Un jugement intérimaire rendu le 3 mars par la CIJ « concernant les questions relatives à la prise et à la détention de certains documents et données (Timor-Leste c. Australie) » a permis de calmer les tensions. Le jugement statue, entre autres, que « les documents en question doivent rester scellés jusqu’à toute nouvelle décision du Tribunal », et qu’ils « n’interfèrent en aucune façon dans les communications entre Timor-Leste et ses conseillers légaux dans l’arbitrage en cours, dans les futures négociations bilatérales concernant les délimitations maritimes ou dans tout autre procédure entre les deux États concernant l’arbitrage en cours ». Via les médias, les deux parties ont fait savoir qu’elles étaient satisfaites de ce jugement, alors que des observateurs soulignaient d’une part, que le Tribunal n’avait pas accédé à la requête de Timor-Leste, à savoir que l’Australie restitue à la CIJ ou aux avocats de Timor-Leste les documents saisis, d’autre part, qu’il semblait difficile de croire qu’à aucun moment ces documents n’avaient été lus. Les relations se sont encore apaisées depuis, comme en témoigne la décision de Timor-Leste, le 5 septembre, de suspendre sa plainte contre l'Australie auprès du Tribunal international de justice pour lui préférer une résolution du litige à l’amiable et tenter de parvenir à un accord sous six mois.

18Une autre affaire pétrolière a également occupé le devant de la scène, suite à l’arrestation, le 19 juin 2014, par le FBI alerté par Timor-Leste en 2013, de Bobby Boye, consultant norvégien spécialiste des taxes pétrolières, pour avoir détourné 3,5 millions $ US. Recruté et rémunéré par l’aide norvégienne et employé par le Ministère des finances de Timor-Leste (2010-2013), le conseiller en question est accusé d’avoir profité de sa mission pour faire attribuer en 2012 plusieurs contrats juteux au cabinet de conseil Opus & Best Services LLC (à New-York), une société dont il était le seul membre et qu’il avait établi pour l’occasion. Le FBI révélant aussi que d’autres sociétés ou gouvernements avaient déjà été victimes d’escroqueries par le passé, l’affaire a mis dans l’embarras tant le gouvernement norvégien que la partie est-timoraise pour l’avoir recruté et employé sans vérifier ses données.

  • 39 Représentée par la ministre du Tourisme et de l’économie créative d’alors, Mari Pangestu.

19L’autre événement qui a dominé le premier semestre 2014 (du 17 au 23 juillet) a été l’organisation, pour la première fois à Dili, du 10e Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) que Timor-Leste préside pour deux ans, jusqu’en 2016. La promotion de l’événement a été axée sur la pertinence de la présidence de ce sommet par Timor-Leste, la localisation stratégique de ce dernier étant jugée favoriser une expansion de la CPLP vers l’Asie-Pacifique. Entre autres résultats, l’adhésion de la Guinée équatoriale comme 9e membre de la Communauté, ainsi que le statut de membre observateur pour la Géorgie, la Namibie, le Japon et la Turquie, ont été approuvés lors de ce sommet. Mais, plus encore peut-être que son contenu, l’organisation du sommet elle-même mérite quelques commentaires. Si des conférences internationales sont régulièrement organisées à Dili, c’est la première fois que le pays avait en charge d’organiser le transport – 350 voitures du gouvernement ont été réquisitionnées à cet effet – les sessions de travail, la sécurité, l’hébergement et la restauration pour 600 à 700 personnes venant de l’étranger. Une grande partie des délégués est venue des États membres de la CPLP, des pays observateurs, mais aussi d’autres pays comme l’Indonésie39, le Laos, le Vietnam, etc. Dans l’objectif de Timor-Leste de parvenir à une plus ample reconnaissance internationale, la démonstration de son savoir-faire dans ce domaine était importante. L’autre effet collatéral, assez spectaculaire de ce sommet, est qu’il a considérablement aidé à dynamiser divers travaux dans Dili : les rues du centre-ville, ou desservant l’aéroport ou le centre de conventions, ont été refaites, tout comme les trottoirs et l’ensemble des parcs et jardins, et la CPLP a donné son nom à un pont sur la route de l’aéroport. Rétrospectivement, le défi n’était pourtant pas gagné d’avance, certains groupes ayant menacé de manifester contre la tenue de ce sommet en raison de son coût. Il a fallu l’intervention télévisée du général Lere, ancien membre de la guérilla indépendantiste et actuel général des forces armées – et à sa suite, d’autres vétérans – rappelant le soutien des pays de la CPLP durant la lutte indépendantiste de Timor-Leste, pour convaincre ces groupes d’assurer le calme et la plus grande sécurité durant ce Sommet.

  • 40 « Prezidente SBY Vizita TL, Ohin Asina Akordu 9 [Le président SBY visite TL, aujourd’hui il signe 9 (...)
  • 41 SBY awards Adipurna Star to Aquino, Gusmão », The Jakarta Post, le 11 octobre 2014.
  • 42 « Timor-Leste e Indonésia continuam a consolidar a cooperação bilateral », Gouvernement de Timor-Le (...)
  • 43 « Acordo Timorenses aprendem com Indonésia como melhorar gestão do país », Agence de presse Lusa (v (...)
  • 44 Bagus BT Saragih, « Yudhoyono talks borders, ASEAN with Timor-Leste’s Gusmão », The Jakarta Post, 2 (...)
  • 45 « Indonesia, Portugal agree to jointly help Timor Leste development », Antara News, 19 septembre 20 (...)
  • 46 Sur cette question, voir Christine Cabasset, 2013, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année (...)

20Dans la mesure où il s’agissait de la dernière année de mandat du président de la République indonésienne Susilo Bambang Yudhoyono, et où Xanana Gusmão avait également annoncé son retrait du gouvernement, l’année 2014 est apparue comme un bilan du chemin parcouru durant la dernière décennie par les deux pays. Dans ce contexte, la dernière visite en tant que chef d’État de Yudhoyono à Dili, les 26 et 27 août40, tout comme la remise, par ce dernier, le 10 octobre, lors du Bali Democraty Forum (Forum de la démocratie de Bali), de la plus haute distinction indonésienne « Bintang RI Adipurna » à Xanana Gusmão pour son rôle dans l’établissement de bonnes relations entre les deux pays, ont revêtu une portée hautement symbolique de la normalisation des relations. 49 accords bilatéraux auraient déjà été signés41, et l’aide de l’Indonésie à Timor-Leste de 2009 et 2013 serait évaluée à six millions $ US dans des projets tels que la santé, l’industrie, l’agriculture, la sécurité et défense, la formation de fonctionnaires et les bourses d’études universitaires42. Parallèlement, nombre de consultants et de sociétés indonésiennes sont déjà présents dans le pays, impliqués dans les principaux projets d’aménagement ou pôles de développement économique. Cette évolution est encouragée par Timor-Leste, participant à ses efforts de normalisation des relations avec son grand voisin. Parallèlement, sur le plan économique, ce dernier constitue un partenaire majeur, assurant 34,6 % des importations totales (2013), et dominant celles-ci pour la masse de produits de consommation courante arrivant dans le pays. Les choix de collaborations sont parfois discutables, comme le montre l’accord signé en avril concernant la formation de fonctionnaires est-timorais à la gestion financière en Indonésie43, pays réputé pour l’inertie et la corruption de son administration. Par ailleurs, la promesse faite par Susilo Bambang Yudhoyono de régler, avant la fin de son mandat, les litiges frontaliers en suspens44 n’aura pas pu être réalisée. Mais l’ensemble des coopérations tissées depuis 2002, indéniablement dues aux dirigeants des deux États, témoignent de la restauration, rapide et plutôt inédite dans le monde, des relations entre deux anciens pays ennemis. Dans le même temps, cette période a également profité au rétablissement de liens avec le Portugal, lesquels avaient été suspendus en 1975. La première rencontre entre le président de la République portugaise Cavaco Silva et Yudhoyono en mai 2012 à Dili, à l’occasion des cérémonies des 10 ans de l’indépendance, et dans la foulée à Jakarta, tout comme la visite officielle de Yudhoyono à Lisbonne, le 19 septembre 2014, constituent des étapes importantes après 37 ans de froid diplomatique. Cette dernière réunion a donné l’occasion aux deux pays de déclarer « avoir des intérêts communs liés à la stabilité politique et au développement économique et social de Timor-Leste »45. Enfin, si au plan diplomatique Timor-Leste doit composer avec l’Indonésie quel que soit le président élu, dans la sphère privée, nombre d’Est-Timorais ont été soulagés de voir Joko Widodo « Jokowi » élu en juillet à la présidence de la République indonésienne, et non Prabowo, ex-général des forces armées inscrit sur la liste des Nations unies pour crimes contre l’humanité commis à Timor-Leste entre 1975 et 1999. La rencontre amicale entre les deux présidents Taur Matan Ruak et Jokowi lors de la cérémonie d’intronisation de ce dernier le 20 octobre a témoigné de la volonté des deux pays de maintenir de bonnes relations. Celles-ci devraient, entre autres, continuer à bénéficier de l’entrée prochaine de Timor-Leste dans l’Asean, l’Indonésie soutenant officiellement cette adhésion depuis la demande initiale formulée par Timor-Leste en mars 201246.

  • 47 « Secretary-General establishes eminent panel to review UN peace operations », UN News Center, 31 o (...)
  • 48 Communiqué de presse de la Présidence du Conseil des ministres, Dili, 24 novembre 2014.

21La nomination, fin octobre, par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, de José Ramos-Horta, à la présidence du « Panel indépendant de hautniveau sur les opérations de la paix » nouvellement établi47, participe indéniablement à la visibilité accrue de Timor-Leste sur la scène internationale, notamment sur la paix, thème sur lequel le pays souhaite se faire un nom. Cette nouvelle fonction est en lien avec la précédente mission de José Ramos-Horta comme représentant spécial des Nations unies en Guinée-Bissau et chef de la mission intégrée pour le processus électoral (février 2013 – juin 2014). Moins d’un mois après, fin novembre, le Conseil des ministres de Timor-Leste approuvait également la nomination de José Ramos-Horta comme représentant honoraire de la présidence timoraise de la CPLP en Guinée-Bissau et en Guinée équatoriale48.

Conclusion

22L’année 2014 a été riche en événements dans les domaines politique et économique qui traduisent clairement un pays en transition. Quelle que soit la date exacte du départ de Xanana Gusmão, avec José Ramos-Horta et Mari Alkatiri occupés à d’autres fonctions, le fait d’envisager aujourd’hui l’arrivée d’une nouvelle génération politique à la direction du pays signe bien une mutation, dans la mesure où un cercle restreint de personnalités, dont Gusmão et Horta, a longtemps été jugé réellement capable de gouverner le pays. Sur un autre plan, avec 70 % de la population âgée de moins de 30 ans, 41 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté et une économie dominée par les ressources pétrolières, le développement d’une économie non pétrolière est une priorité. Dans cet objectif, de grands chantiers ont été lancés, motivant des moyens financiers et humains importants, mais qui apparaissent pour le moment peu en prises avec les réalités locales. Dans le domaine diplomatique, l’année a également été intense, entre différends pétroliers, l’organisation du Sommet de la CPLP à Dili et surtout la normalisation des relations avec l’Indonésie.

Annexes

Fiche Timor Leste

Capitale : Dili

Superficie : 14 900 km²

Population (UNCTAD, 2014) : 1 152 000 hab.

Langues nationales : tetum, portugais (ainsi que deux langues de travail : indonésien et anglais)

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie parlementaire

Suffrage : universel (à partir de 17 ans)

Chef de l’État : président Taur Matan Ruak (depuis 2012)

Premier ministre : Kay Rala Xanana Gusmão (depuis 2007)

Ministre des Affaires étrangères : José Luis Guterres (depuis 2012)

Échéances : élections présidentielle et législatives en 2017

Contentieux territoriaux et maritimes : Indonésie : règlement définitif de la frontière terrestre (environ 3 % en suspend) et délimitation de l’intégralité de la frontière maritime Australie : délimitation de la frontière maritime en mer de Timor

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethnolinguistiques : trente-deux groupes dont Mambai et Tetum (famille de langue austronésienne), Macassai, Fataluku (famille de langue papou), plus minorités indonésienne, chinoise et autres étrangers

Religions (2010) : catholiques (96,9 %), protestants (2,2 %), musulmans (0,3 %), croyances traditionnelles (0,3 %), bouddhistes (0,05 %), hindouistes (0,01 %), autres (0,13 %) ; une grande partie de la population suit les croyances traditionnelles

Taux de croissance démographique (2013) : 2,8 %

Espérance de vie (2013) : 65,5 ans

Indice de fertilité (2009-2011) : 5,7

Taux de natalité (2013) : 36,4 ‰

Taux de mortalité (2013) : 8,37 ‰

Taux de mortalité infantile (2009-2010) : 45 ‰

Taux d’alphabétisation (personnes > à 15 ans ayant été à l’école) (2010) : 61,4 %

Taux d’urbanisation (UNCTAD, 2014) : 32,3 %

Indice de développement humain (2013) : 0,620 (rang 128)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar des Etats-Unis (1 € = 1,22 $ US en décembre 2014)

Balance des paiements courants (UNCTAD, 2013) : 2,1 milliards $ US

Dette extérieure : aucune jusqu’en 2011. Emprunts (JICA & BAD, en millions $ US) : 33,1 en 2012, 43,6 en 2013 ; 31,1 en 2014 ; 117,3 prévus en 2015

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2014) : 11 278 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2014) : 3 739 $ US (UNCTAD, estimation 2013 : 5 307 $ US)

PIB par habitant ou per capita en dollars courants sans les revenus pétroliers (Banque mondiale, 2011) : 896 $ US

Taux de croissance du PIB (UNCTAD, 2013) : 9,7 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (hors hydrocarbures) (2011) : agriculture, forêts, pêche (14,6 %), industrie et construction (24,4 %), services (58,3 %)

Taux d’inflation (UNCTAD, 2012) : 11,8 %

Taux de chômage (population active > 15 ans en activité) (2010) : 45,3 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010, chiffre 2009) : 41 %

Informations IDE (UNCTAD, 2013) : 230 millions $ US

Importations (Direction nationale des statistiques de Timor Leste 2013) : 528,8 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (importations en 2013) : Indonésie (34,6 %), Malaisie (15 %), Singapour (12 %), Vietnam (7,7 %), Chine (7,6 %), Taïwan (5,8 %)

Principaux produits importés (2013, en valeur) : combustibles, véhicules, matériel électrique, équipements industriels et mécaniques, textiles et vêtements, céréales, boissons, aciers et articles métalliques.

Exportations (UNCTAD, 2013) : 17 millions $ US (sans les réexportations)

Principaux produits exportés : café

Revenus pétrole et gaz (estimation ministère des Finances, 2014) : 1,4 milliard $ US

Portraits

Bety Reis

Bety Reis49 (31 ans) est la réalisatrice est-timoraise la plus connue, dans un pays dont l’industrie cinématographique est encore très embryonnaire. Personnage réservé et à la voix douce, sa ténacité lui a permis de s’imposer et d’imposer le 7e art dans un milieu qui manque cruellement de moyens et de visibilité. Dans les années qui ont suivies l’indépendance, Bety Reis s’est consacrée au théâtre dans la compagnie Bibi Bulak (chèvre folle en tetum) : la mission de cette dernière était consacrée à l’éducation (conflit et paix, etc.) dans un contexte où la majorité des populations rurales ne savait ni lire ni écrire. Elle a également enseigné le théâtre et l’écriture dans les écoles de Dili. En 2010, elle a cofondé Dili Film Works, une ONG qu’elle dirige, centrée sur les formations aux techniques de cinéma et à la recherche de financements pour la production de films. Elle a à son actif trois courts métrages, dont la comédie hilarante Vagabond qui dépeint un homme malheureux en amour parce qu’il tue des chiens pour les servir dans son restaurant. Mais elle est surtout connue pour être la première Est-Timoraise à avoir réalisé un film de fiction (98 mn), A Guerra da Beatriz (2013). L’autre performance est d’avoir réussi à le faire avec un budget très serré (200 000 $ US). Plus de 60 Est-Timorais ont joué dans ce film, certains, dont Bety, ayant déjà travaillé en 2008 dans la réalisation de Balibo (2009), de l’Australien Robert Conolly. Prenant appui sur l’histoire française de Martin Guerre, le film A Guerra da Beatriz raconte l’histoire récente de Timor-Leste au travers de l’exemple de Kraras dans lequel plus de 200 hommes du village avaient été tués par les soldats indonésiens (1983). Bety travaille actuellement à un autre long métrage, une « comédie rurale » et ambitionne de trouver une bourse lui permettant d’accéder à une formation en cinéma.

Ego Lemos

Ego Lemos50 (42 ans) est un musicien et un spécialiste de la permaculture réputée à Timor-Leste. Il a 3 ans au moment de l’invasion indonésienne (7 décembre 1975) et, comme l’immense majorité des Est-Timorais, il passe les quatre premières années de l’occupation (1975-1979) en fuite dans les montagnes avec sa famille. Son père et ses trois sœurs sont tués ou meurent durant la guerre. De retour à Dili, il débute sa scolarité tardivement, âgé de près de 10 ans, et ne cessera jamais de travailler parallèlement à ses études pour pourvoir à leur financement. Dès le lycée, il se passionne pour l’élevage animal et il poursuit des études d’agriculture à l’université. En 2002, il fonde et dirige deux ONG consacrées à la permaculture (Permatil) et à l’agriculture durable (Hasatil). Il fait parallèlement de la musique, influencée par sa mère qui jouait (et joue toujours) de l’harmonica, et il compose des chansons en tetum (l’une des deux langues nationales avec le portugais). Grâce à la musique, il aura l’occasion de voyager au Royaume-Uni, en Allemagne, au Japon, en Nouvelle-Zélande et en Australie. La bourse d’études qu’il obtient grâce à l’Aide internationale irlandaise pour un Master en développement communautaire à l’Université Victoria en Australie (2007-2009), lui ouvrira d’autres portes. Soutenu par un producteur, Ego sort son premier album, O Hele Le, en 2009. Fin 2008, il compose aussi la chanson Balibo pour le film du même nom pour laquelle il gagne le prix de la meilleure chanson originale de film au festival de musiques de film APRA-AMCOS 2009 (Nouvelles Galles du Sud-Australie). De retour à Timor-Leste en 2010, il poursuit ses activités dans la permaculture jusqu’en 2013, date à laquelle il est recruté par le ministère de l’Éducation pour l’élaboration de programmes scolaires sur l’art et la culture. Il assure également depuis 2011 un cours sur l’agriculture durable à l’Université nationale de Timor-Leste (UNTL). Invité avec son groupe de musique Cinco do Oriente à participer au festival du film de Douarnenez consacré à l’Indonésie, au Timor-Leste et à la Papouasie-Nouvelle-Guinée fin août 2014, il séjourne en Bretagne durant deux semaines où il donne plusieurs concerts.

Affiche politique

Affiche politique

Panneau de la campagne de sensibilisation des résidents de Timor-Leste à la déclaration de leur impôt sur le revenu avant le 31 mars 2014, menée par le ministère des Finances-Direction nationale des impôts.
En haut : « Soyez un bon citoyen, soyez un nouveau héros dans notre Nation »
En bas à droite (fond jaune) : « Payer ses impôts avec honnêteté contribue à notre développement national »
En bas : « Nos impôts pour notre Nation ! »

Notes

1 « Xanana Gusmão deixa cargo de primeiro-ministro de Timor-Leste até 2015 », Agence de presse Lusa, 11 novembre 2013.

2 Outre Timor-Leste, l’Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Portugal, São Tomé-et-Príncipe et, depuis juillet 2014, la Guinée équatoriale.

3 « East Timor Gusmão: I'll stay as leader until 2015 », NZHerald News (de AP), 26 septembre 2014.

4 « Leaders historiques » ou « Génération 75 » désignent les figures politiques présentes dans le premier gouvernement lors de l’indépendance unilatéralement déclarée le 28 novembre 1975, dont Mari Alkatiri et José Ramos-Horta, ou encore Xanana Gusmão, engagés dans la guérilla armée dès les premières années de l’occupation indonésienne.

5 Front révolutionnaire pour l'indépendance du Timor-Oriental (FRETILIN – Frente Revolucionária de Timor-Leste Independente).

6 Les prochaines élections législatives et présidentielles auront lieu en 2017.

7 Christine Cabasset, 2014, « Timor-Leste. Un an après le départ de la MINUT, un resserrement des forces politiques », in Jérémy Jammes, François Robinne (dir.), L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux, et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes Savantes, p. 347-368 ; et « Timor-Leste after Xanana Gusmão », 16 juillet 2014, IPAC Report No 12, 20 p., p. 3.

8 Une association de 20 pays, dont la majorité en Afrique, à laquelle Timor-Leste est à l’initiative et dont le siège est à Dili. Voir (www.g7plus.org) 9 Nom de guerre en tétoum donné à José Maria de Vasconcelos.

9 Nom de guerre en tétoum donné à José Maria de Vasconcelos.

10 « Rejignasaun La’e, Remodelasaun Sim [Démission non, remaniement oui] », Timor Post, 4 août 2014, p. 1 et 23.

11 Communiqué de presse, porte-parole du Ve gouvernement de Timor-Leste, 8 mars 2014.

12 « Heineken to Invest in Timor-Leste and will Create up to 1000 Jobs », Communiqué de presse du secrétariat d’État au soutien et à la promotion du secteur privé, 22 septembre 2014.

13 Ce groupe est dirigé par Tommy Winata, entrepreneur connu en Indonésie, notamment à Bali, pour être à la tête ou impliqué dans plusieurs projets touristiques controversés. Lancé en novembre 2013, en décembre 2014 le projet AGP Square n’avait pas encore avancé.

14 Concernant les projets AGP Square et l’aéroport, voir Agustinus Tetiro, « Waskita, PP in East Timor tenders », The Jakarta Globe, 23 novembre 2013.

15 Voir RDTL, Tibar Bay Port. Summary of Environment and Social Scoping Study, Gouvernement de Timor Leste, 23 novembre 2013, 33 p. et RDTL, Tibar Bay Port PPP. Information for the Tibar community 2014, 4. p.

16 Un consortium luso-belge Mota-Engil Ambiente e Serviços, une société anglaise Peninsular and Oriental Steam Navigation Company (P&O), International Container Terminal Services Inc. porté par les Philippines, et le groupe français Bolloré. Voir « Proposals for building port in Timor-Leste made public in November », Macauhub, 10 octobre 2014.

17 Tasi Mane signifie, en tetum, mer masculine, et désigne la côte sud, tandis que Tasi Feto, mer féminine,

désigne la côte nord.

18 Sur les questions d’aménagement, voir Christine Cabasset, 2014 , « L’aménagement du territoire à Timor-Leste : un enjeu récent entre héritage historique et internationalisation contemporaine », in Benjamim de Araújo e Corte-Real, Christine Cabasset, Frédéric Durand (dir.), Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes Savantes, p. 279-308. Sur la répartition et les migrations de populations, voir National Statistics Directorate – United Nations Population Fund, 2012, Timor-Leste population and housing census 2010. Census Atlas, Dili, National Statistics Directorate, 114 p., p. 10 et 18-19 et Aurélio Guterres, Benjamim Corte-Real et al., 2014, A country on the move: a profile of internal migration in Timor-Leste, Bruxelles, ACP Observatoire sur les migrations-Organisation internationale pour les migrations (IOM), 98 p.

19 « TL implementa ZEESM Oe-Cussi », Timor Post, 27 mai 2014, p. 1 et 23.

20 National Statistics Directorate, 2010, Timor-Leste population and housing census 2010, Preliminary Results, Dili, National Statistics Directorate, p. 12.

21 Communiqué de presse du Conseil des ministres, 13 août 2013 et entretien personnel en août 2013.

22 La Constitution a accordé à la région un statut spécial, statuant qu’elle « devrait être gouvernée selon une politique administrative et un régime économique spécial », et que l’île d’Atauro « devrait bénéficier d’un statut économique approprié », (art. 71, clause 2).

23 Voir RDTL, Jornal da República, Loi no 3/2014 du 18 juin 2014 sur la création de la région administrative spéciale d’Oecussi-Ambeno et l’établissement d’une zone spéciale d’économie sociale de marché, p. 7334-7341.

24 Oecussi. Special Economic Zones of Social Market Economy. First steps towards a new Oecussi. 2013-2014, Dili, Zonas Especiais de Economia Social de Mercado de Timor-Leste (ZEESM T-L), 86 p., p. 5 et 15. voir aussi le site de la ZEESM (www.zeesm.com).

25 Voir Kunil Engineering Co., Ltd (agence de consulting coréenne), 2014, A proposal of master plan of Oecussi, 24 janvier 2014, 41 p.

26 Voir l’ONG est-timoraise Lao Hamutuk, (www.laohamutuk.org)

27 Entretien avec Januario Carvalho, chef de cabinet du ministre des Ressources naturelles en avril 2014.

28 En Novembre, la société déclarait revoir sa position concernant ce sujet. Voir Aaron Sheldrick, « Australia's Woodside opens door to resolving E. Timor gas dispute », Reuters, 6 novembre 2014.

29 « Déclaration conjointe des combattants vétérans de la libération nationale du district de Covalima et du Lia Nain [Maître de la parole] (autorité traditionnelle) de la communauté affectée pour assurer la réalisation du projet Tase Mane concernant la base d’approvisionnement de Suai et le projet d’aéroport de Suai dans l’intérêt national », Timor Post, 7 octobre 2014, p. 19 (traduction de l’auteur).

30 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolífero de Timor-Leste - Relatório Trimestral, vol. 10 XXV, BCTL, 30 juin 2014, 12 p., p. 1.

31 Pour les données chiffrées dans ce paragraphe, voir RDTL-Ministère des Finances, 2014, State Budget

32 Knut Ostby (Représentant résident des Nations unies à Timor-Leste), 2014, « Timor-Leste at a crossroads », 24 septembre 2014, (http://www.tl.undp.org/content/timor_leste/en/home/)

33 UNDP, Human development report 2014. Sustaining human progress: reducing vulnerabilities and building resilience. Timor-Leste, juillet 2014, 5 p.

34 Communiqués de presse du porte-parole du Ve gouvernement suite aux réunions extraordinaires du Conseil des ministres des 3 février et 2 octobre 2014.

35 Voir, par exemple, Loro Horta, « Timor-Leste : lessons of a failing state ? », Yale Global, 22 Mai 2014.

36 José Antonio Belo, « Bad news from Timor as media faces muzzles », The Sydney Morning Herald, 8 juin 2014 et « Timor-Leste : tribunal de Recurso considera inconstitucional a Lei da Imprensa Díli », Jornal Digital, 18 août 2014.

37 Pour un rappel plus précis des événements, voir Christine Cabasset, 2014, « Timor-Leste. Un an après le départ de la MINUT, un resserrement des forces politiques », in Jérémy Jammes, François Robinne (dir.), L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux, et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes Savantes, p. 347-368.

38 « Questions concernant la saisie et la détention de certains documents et données (Timor-Leste c. Australie). Demande en indication de mesures conservatoires », Cour internationale de Justice, Ordonnance no 156 du 3 mars 2014, 16 p. ; « Questions relating to the seizure and detention of certain documents and data (Timor-Leste v. Australia) - The Court decides to grant the parties’request to postpone the oral proceedings due to open on 17 September 2014 », Cour internationale de Justice, Communiqué de presse no 2014/28, 5 septembre 2014 ; Caroline Lafargue, « Exploitation du gaz : Dili et Canberra tentent un arbitrage à l'amiable », ABC Radio Australia, 8 septembre 2014.

39 Représentée par la ministre du Tourisme et de l’économie créative d’alors, Mari Pangestu.

40 « Prezidente SBY Vizita TL, Ohin Asina Akordu 9 [Le président SBY visite TL, aujourd’hui il signe 9 accords] », Diariu Independente, 26 août 2014, p. 1 et 11.

41 SBY awards Adipurna Star to Aquino, Gusmão », The Jakarta Post, le 11 octobre 2014.

42 « Timor-Leste e Indonésia continuam a consolidar a cooperação bilateral », Gouvernement de Timor-Leste, 10 mars 2014, (http://timor-leste.gov.tl)

43 « Acordo Timorenses aprendem com Indonésia como melhorar gestão do país », Agence de presse Lusa (via Noticias ao minuto), 29 avril 2014.

44 Bagus BT Saragih, « Yudhoyono talks borders, ASEAN with Timor-Leste’s Gusmão », The Jakarta Post, 21 mars 2013.

45 « Indonesia, Portugal agree to jointly help Timor Leste development », Antara News, 19 septembre 2014, (www.antaranews.com) et Norbert, « Le Portugal et l'Indonésie d'accord sur une aide pour le Timor-Oriental », 20septembre2014, (French.china.org.cn)

46 Sur cette question, voir Christine Cabasset, 2013, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour sur l’échiquier géostratégique mondial », in J. Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013 : bilan, enjeux, et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes Savantes, p. 313-332 et « Timor-Leste, prochain membre de l’Asean ? Un objectif d’intégration régionale », Étude quadrimestrielle, no 2, cycle 2012-2013, Observatoire Asie du Sud-Est, Asia Centre, juillet 2013, p. 5-7, (www.centreaasia.eu)

47 « Secretary-General establishes eminent panel to review UN peace operations », UN News Center, 31 octobre 2014.

48 Communiqué de presse de la Présidence du Conseil des ministres, Dili, 24 novembre 2014.

49 Entretien à Dili en février et octobre 2014.

50 Entretien à Dili en février et décembre 2014.

Table des illustrations

Titre Le Timor-Leste
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Affiche politique
Légende Panneau de la campagne de sensibilisation des résidents de Timor-Leste à la déclaration de leur impôt sur le revenu avant le 31 mars 2014, menée par le ministère des Finances-Direction nationale des impôts.En haut : « Soyez un bon citoyen, soyez un nouveau héros dans notre Nation »En bas à droite (fond jaune) : « Payer ses impôts avec honnêteté contribue à notre développement national »En bas : « Nos impôts pour notre Nation ! »
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Chercheur associée de l’Irasec, est docteur en géographie et aménagement du territoire (université Paris IV-Sorbonne). Elle est actuellement consultante auprès du ministère de l’Éducation de Timor-Leste pour la refonte des programmes universitaires. Elle a codirigé East-Timor : how to build a new nation in Southeast Asia in the 21st century ? (Carnet de l’Irasec, no 9, 2009), ainsi que la mono graphie nationale Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation, (2014, Irasec-Les Indes savantes).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site