Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Singapour. Au nom du père déclinant, du fils héritier et de l’esprit national1 ?

Éric Frécon

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre repose sur des enquêtes de terrain menées en juillet-août 2014 à Singapour, sur des ent (...)
  • 2 Activiste arrêtée par l’Internal Security Department lors de l’opération Spectrum, contre la soi-di (...)

12011 : percée historique de l’opposition lors des élections législatives et démission de tous ses postes de Lee Kuan Yew, le père fondateur de Singapour ; 2012 : première grève depuis 1986 ; 2013 : élections partielles perdues pour le PAP (People’s Action Party ou Parti d’action populaire, au pouvoir depuis 1959) et premières émeutes depuis 1969. Qu’en a-t-il été pour 2014 ? L’année écoulée s’est-elle inscrite dans la lignée des précédentes ? C’est ce que laisseraient penser les tensions qui émergent aussi bien des commentaires d’intellectuels sur Facebook que du terrain lors des manifestations de plus en plus nombreuses au Speakers’Corner, un square du centre-ville dédié à la libre expression. Le trublion Alfian Sa’at a ainsi fait suivre sur les réseaux sociaux les conseils de Teo Soh Lung2 en cas d’interpellation par la police, afin que les activistes puissent faire valoir leurs droits. Interrogatoires et perquisitions deviendraient-ils aujourd’hui envisageables ? Cette ambiance de veillée d’armes a été confirmée le 27 septembre lorsque les manifestants, rassemblés par la blogueuse de 22 ans Han Hui Hui, sont allés perturber une réunion de charité voisine, où se trouvait un ministre et des enfants handicapés.

2Loin des clichés habituels, Singapour ne présente alors pas un intérêt que pour les urbanistes et économistes, souvent admiratifs du développement rapide de la ville et du port. L’île-État reflète les principales problématiques en cours en Asie du Sud-est, que ce soit en termes de direction politique, de société multiculturelle ou de réforme des armées face aux risques non traditionnels. Même la France voit en Singapour plus qu’un partenaire commercial, en l’occurrence le premier en Asie du Sud-Est et qui se classe au quatrième rang de ses excédents commerciaux, derrière le Royaume-Uni, Hong Kong et les Émirats arabes unis, malgré une baisse au second semestre 2014. Un partenariat stratégique avait en effet été signé en 2012. Dans sa lignée, on a noté des séjours en 2012, 2013 et 2014 du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à l’occasion de l’annuel Shangri La Dialogue, la visite officielle du Premier ministre Lee Hsien Loong à Paris en octobre 2013, et le déplacement de l’amiral français commandant des forces maritimes françaises dans le Pacifique, Anne Cullère, à Singapour en mars 2014. Les grandes écoles ne sont pas en reste : l’Essec disposera début 2015 d’un nouveau campus de cinq étages pour accueillir quelque 1 500 étudiants. Enfin, Français et Singapouriens se retrouvent autour des questions liées au vivre ensemble dans des contextes plurireligieux et des cadres séculiers. L’ambassade a ainsi organisé en septembre 2014 un séminaire sur la laïcité et la religion dans les deux pays.

3De plus en plus, des questionnements de fond surgissent en ce qui concerne l’avenir de Singapour. De nouveaux acteurs - surtout domestiques – apparaissent, sur de nouveaux médias et avec un nouvel agenda : non plus seulement économique ou sécuritaire, mais aussi politique. Dès lors, il convient de dépasser le tiraillement habituel entre cité globale et confort individuel pour envisager l’équilibre qui semble se dessiner autour de l’idée - intermédiaire ? - de nation. Construction nationale et transition politique sont en cours, au cœur d’une mégapole multiculturelle et d’un détroit de Malacca toujours aussi stratégique.

1 - Une île écartelée entre problématiques globales et locales

4La cité-État a longtemps joué de sa supposée vulnérabilité pour tisser autant de liens commerciaux, diplomatiques ou militaires que possible. De même, c’est pour parer à d’éventuels mécontentements que le bien-être des habitants a été soigné quitte, pour le gouvernement, à jouer les modestes agents municipaux, en plus d’être souvent qualifié de Singapore Inc. Aujourd’hui, ce modèle à deux niveaux semble montrer quelques limites.

Une présence globale étiolée

  • 3 « Singapore Q3 GDP misses forecasts », CNBC, 13 octobre 2014; Gaurav Raghuvanshi, Jake Maxwell Watt (...)

5Les succès économiques demeurent la grande fierté de Singapour, malgré des indicateurs qui ont marqué le pas ces derniers mois : la croissance pour le troisième trimestre 2014 n’était pas au niveau escompté, avec un taux de 2,4 %. Début octobre, le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014 : 3,3 % contre 3,4 % en juillet. Le dollar singapourien a temporairement montré des signes de faiblesse quand la Monetary Authority of Singapore s’est inquiétée de l’inflation. Dans ce contexte moins serein que par le passé, la Banque centrale maintient une politique monétaire ferme. Cahin-caha, l’économie singapourienne profiterait d’une croissance « lente » et « molle », à la moitié de ses capacités3. Même les travailleurs singapouriens s’affichaient comme les plus insatisfaits d’Asie pacifique dans un sondage commandé par l’agence d’intérim Randstad en janvier 2014.

  • 4 Anthony Fensom, « Size doesn’t matter for Asia’s influential cities », Forbes, 20 août 2014.

6Pour se rassurer, la Cité du lion (Singa Pura) rugit encore au travers des différents classements : meilleur pays où faire des affaires en 2014-2018 selon l’Economist Intelligence Unit le 17 juin 2014, ce qu’a confirmé la Banque mondiale dans son rapport Doing Business 2014. En août, Forbes classait Singapour comme la quatrième ville la plus influente au monde et la première en Asie ; le cabinet de conseil Roland Berger fait même de Singapour la destination privilégiée pour les entreprises européennes qui cherchent à s’établir en Asie pacifique4. En septembre 2014, le Global Financial Centres Index confirmait Singapour au quatrième rang des principales places financières au monde. Enfin, le 21 octobre, le guide de voyage Lonely Planet classait Singapour au premier rang des pays à visiter dans le monde en 2015.

  • 5 R. Srijith, « Singapour : le port s’agrandit », Construction Cayola, 17 juillet 2014.
  • 6 World Shipping Council, 2014, Top 50 world container ports, (http://www.worldshipping.org/aboutthe- (...)
  • 7 Sooruj Gupta, « A state of luxury », Southeast Asia Globe, 25 septembre 2014.

7Pour expliquer tous ces scores, sans doute faut-il évoquer, entre autres, les travaux portuaires qui viennent de débuter pour quatre ans. En juillet, un consortium composé de Hyundai, Samsung, Penta Ocean, Boskalis et Van Oord a remporté un contrat estimé à 960 millions d’euros ; ce dernier comprend des expansions, la remise en état des quais existants et la construction de 3,4 km de nouveaux quais, notamment vers Tuas, à l’ouest du pays5. Le port devrait donc libérer de précieux terrains non loin du centre-ville et doubler sa capacité (autour de 65 millions de containers) à l’horizon 2030 afin de repasser devant Shanghai, actuellement en tête du classement6. De même, l’aéroport de Changi - classé comme étant le meilleur au monde - a deux objectifs : quantitatif et qualitatif. Il vise tout d’abord à doubler sa capacité au cours des dix prochaines années grâce à la construction de deux nouveaux terminaux. L’idée est d’accueillir 5 % de voyageurs en plus par an. Un quatrième terminal sera donc construit en 2017 et pourra recevoir jusqu’à 16 millions de voyageurs chaque année. Un cinquième est prévu pour 2025. Ensuite, des boutiques de luxe s’y développent et sont rénovées pour augmenter les revenus de l’aéroport. D’ailleurs, l’accueil d’immigrants fortunés à Singapour ne se dément pas. Le marché de l’immobilier en profite et a ainsi crû de 94 % entre 2007 et 2012, en période de crise7. Forte de ces éléments, l’Union européenne peut se féliciter de l’Accord de partenariat et de coopération négocié avec Singapour et paraphé le 14 octobre 2013.

8Toutefois, ces succès sur la scène commerciale internationale n’ont pas été accompagnés de succès diplomatiques. Au contraire, la cité-État apparaîtrait presque plus vulnérable alors que le rôle habituellement dévolu à l’armée semble rediscuté.

  • 8 Entretien avec le Dr Alan Chong à Singapour, le 19 août 2014. Toutefois, le 25 novembre 2014 était (...)

9À en croire un associate professor singapourien, le bilan de la diplomatie singapourienne se révèle assez décevant : estimé à « B- ». Il est vrai qu’elle semble au point mort, tournée surtout vers les petits pays à travers ses engagements au sein du FOSS (Forum of Small States ou Forum des petits États), du 3G (Global Governance Group ou Groupe de gouvernance globale), de l’AOSIS (Alliance of Small Island States ou Alliance des petits États insulaires) et du SIDS (Small Island Developing States ou Petits États insulaires en voie de développement). Singapour n’a pas brillé comme force de proposition lors des dernières réunions de l’Asean, en particulier dans le cas de la mer de Chine méridionale8. Pire : des tensions sont apparues avec ses deux voisins.

  • 9 Un euro correspondait à 1,61 dollar singapourien le 14 octobre 2014.

10Avec l’Indonésie, tout est parti du nom envisagé par Jakarta, en février 2014, pour un nouveau bâtiment de guerre : celui de deux héros de l’armée qui s’étaient illustrés à l’occasion d’une attaque mortelle aux méthodes terroristes à Singapour, en 1965, lors de la Konfrontasi. Finalement, des excuses de l’Indonésie en avril ont calmé les esprits. Ensuite, épisodiquement, les pics de pollution dus aux feux de forêts de Sumatra et de Kalimantan ont à nouveau assombri les relations, bien que dans une mesure moindre que l’année précédente. Le Pollutant Standards Index a néanmoins souvent dépassé la barre des 100, comme en septembre et octobre, indiquant un danger pour la santé. Le gouvernement a donc pris dans l’année les devants en adoptant une loi qui permet d’infliger des amendes de 1,24 million d’euros9 contre toute entreprise mêlée à des feux incontrôlés. Avec la Malaisie aussi, les relations sont compliquées. En témoigne surtout la hausse subite du prix du péage sur le pont frontalier - le Causeway - entre Singapour et Johor Bahru en Malaisie, décidée par Kuala Lumpur en août 2014 ; il s’en est suivi une manifestation des bus malaisiens et un quasi-blocage du pont. Singapour a répliqué, en octobre 2014, en augmentant à son tour la taxe de passage. Les premières victimes se trouvent être les travailleurs transfrontaliers et l’impact commercial devra être jugé sur le long terme.

  • 10 ISC, 2014, Piracy and armed robbery against ships in Asia 1st January - 30th June 2014 half yearly (...)

11À ces errements diplomatiques s’ajoute un sentiment croissant de vulnérabilité : non plus fruit de la propagande gouvernementale, mais conséquence de brèches dans la forteresse nationale. À terre, deux véhicules ont réussi à passer à travers les mailles des services d’immigration en février et mars 2014, d’où un scandale et l’ire des autorités : l’idée du bastion ultra-sécurisé était mise à mal. De même, la piraterie et le banditisme maritime augmentent aux abords du port de Singapour. C’est surtout entre les îles indonésiennes de Karimun et de Batam que les pirates opèrent, au cœur du détroit de Singapour, près du mouillage de Nipah. Vingt-trois incidents y ont été rapportés entre janvier et juin 2014, contre six et trois en 2012 et 2013. Plus grave : le nombre de navires dont la cargaison de pétrole a été siphonnée s’est multiplié : onze opérations réussies entre 2011 et juillet 2014, dont sept en 2014, essentiellement aux abords des archipels des Riau en Indonésie et de Tioman en Malaisie, souvent contre des navires qui appareillaient de Singapour10.

  • 11 Jon Grevat, « Singapore announces SGD12.56 billion defence budget », IHS Jane’s, 24 février 2014.
  • 12 Sur le modèle du Japon voire des BPC (bâtiments de projection et de commandement) français.
  • 13 Wendell Minnick, « Is a light carrier in Singapore’s future? », Defense News, 1er mars 2014; Carl T (...)

12Difficile d’expliquer ces failles : le budget de la Défense n’a pas faibli. En 2014, le ministère concerné l’a estimé à 7,78 milliards d’euros, ce qui correspond tout d’abord à une augmentation de 3,2 % par rapport à 2013, ensuite à 3,3 % du PIB, contre 3,4 % l’année passée, et enfin à 22 % du total des dépenses gouvernementales11. Les ambitions concernant les prochaines générations de combattants, à l’horizon 2030, ciblent les équipements militaires sans pilote, drones ou robots - la mort de soldats au combat demeurant tabou à Singapour - et l’interopérabilité entre les différents milieux : terre, air et mer. Des questions se posent en ce qui concerne le remplacement des avions de combat. La priorité pourrait être donnée à la mobilité et à la profondeur stratégique. Concrètement, la fermeture de bases militaires pousserait à envisager l’acquisition de grands porte-hélicoptères, tel que l’Endurance-160, inspiré de l’Endurance-140 et dessiné par ST Marine12. L’objectif pourrait être d’y positionner des F-35 à décollage court ou vertical13. En parallèle à ces efforts budgétaires et d’équipements, les Singapore Armed Forces ne négligent pas la diplomatie de défense. Ainsi a-t-on vu la frégate suréquipée de la classe Formidable (ou Lafayette), RSS Intrepid, faire escale à la base navale chinoise de Ma Xie, au nord de l’île d’Hainan en mer de Chine méridionale.

13Malgré ces déploiements d’efforts, certains analystes chuchotent que le rôle de l’armée devra être revu à la baisse. Les risques deviennent « non traditionnels » selon le jargon des internationalistes. En témoigne, par exemple, le Centre de coordination et d’assistance humanitaire que Singapour héberge depuis le 12 septembre, à la suite d’une proposition formulée lors de la réunion États-Unis-Asean à Hawaï en avril 2014 ; aussitôt, l’officier de liaison français déjà en poste à l’Information Fusion Centre – en charge notamment de la lutte contre la piraterie – y a été attaché. Les missions des soldats pourraient changer de nature à court terme, au rythme des typhons et des tremblements de terre.

14À l’étiolement du rôle mondial et régional de Singapour, par le biais de sa diplomatie ou de son armée, malgré son dynamisme marketing, s’ajoutent des difficultés à l’échelle domestique.

Un insatisfaisant repli sur la scène domestique

15Le gouvernement a toujours travaillé sur deux échelles : globale pour le commerce, la prospérité et la sécurité externe de l’île, et locale pour s’assurer le soutien de la population et la contrôler. En 2014, plus que jamais, le cabinet de Lee Hsien Loong s’est concentré sur les revendications de la population. Les événements de 2011-2013 ont rappelé le gouvernement à ses premiers devoirs : il est temps de jouer collectif en prêtant attention au concitoyen qui signe ainsi son retour en force. Déjà, les élections de 2016 commencent à poindre dans les esprits.

16Plusieurs des mesures prises ont été annoncées à l’occasion du discours annuel prononcé par le Premier ministre peu après la fête nationale, en anglais, chinois et malais, avec force de présentations PowerPoint et de mises en scène. À cette occasion, le Premier ministre a lancé plusieurs projets. Le plus important a trait au développement urbain dans le quartier de Lakeside et de Jurong-East, à l’ouest du pays. Ce secteur est destiné à devenir le prochain CBD (Central Business District ou Quartier central des affaires) dans le but de décharger l’actuel centre-ville autour de Raffles Place. Il est vrai que les changements aux abords de la station de métro Jurong-East ont été impressionnants ces trois dernières années avec une nouvelle gare routière, de nouvelles voies de métro, un centre commercial rénové et deux autres construits, en attendant la prochaine édification d’un immense hôpital. Durant le National Day Rally 2014, le Premier ministre a également annoncé la réorganisation des services municipaux au sein d’une seule agence en charge de la coordination des actions menées. Sans surprise, ses rênes ont été confiées à Grace Fu, ministre pleine d’avenir et déjà promue lors des précédents remaniements. Ce MSO (Municipal Services Office ou Bureau des services municipaux) a officiellement vu le jour le 1er octobre 2014.

17En ce qui concerne les transports, un tronçon de la Downtown Line du métro, étendu sur six stations, a été inauguré en décembre 2013. D’autres suivront, de même que la sixième ligne de métro, baptisée « Thomson-East Coast Line » et annoncée en août 2014. Enfin, 450 bus ont été mis en service début octobre 2014 par le gouvernement, dans le cadre du Bus Service Enhancement Programme (Programme d’amélioration du service des bus). 550 autres sont attendus d’ici 2017 pour faire taire les mécontents.

18En plus du pain et des transports, la population souhaite des jeux. Le National Stadium a été inauguré en juin au sein du Singapore Sports Hub ; il dispose notamment d’un toit rétractable et a déjà été foulé par l’équipe de la Juventus de Turin ainsi que la Seleção brésilienne. Il a été construit par Bouygues (Dragages Singapour), dans le cadre du plus gros PPP (partenariat public-privé) sportif au monde

  • 14 AFP, « Singapore population growth hits 10-year low – government », Rappler, 25 septembre 2014.

19Enfin, le gouvernement s’assure du soutien de chaque couche de la population à l’aube de la période préélectorale. Des hausses de salaires ont été promises aux infirmières et policiers l’été dernier ; des mesures ont été annoncées pour encourager la formation permanente et le Pioneer Generation Package s’évertue à soigner les aînés par le biais d’avantages sociaux, essentiellement sous forme d’assurance maladie pour ceux nés avant 1950. Étant donné la pyramide des âges singapourienne, il s’agit d’une portion significative de l’électorat. D’ailleurs, fin septembre 2014, on apprenait que le taux de croissance démographique pour l’année écoulée avait été le plus faible des dix dernières années (1,3 %), avec un taux de fertilité de 1,19 enfant par femme en 2013, contre 1,29 en 2012 et encore très loin des 2,1 nécessaires pour le renouvellement de la population. Plus précisément, avec 3,34 millions de citoyens, en augmentation annuelle de seulement 0,9 %, sur une population totale de 5,47 millions d’habitants qui inclue résidents et non-résidents, se pose avec force la question de la nécessaire immigration, dans un climat xénophobe et politique de plus en plus agité14.

20Défié à l’échelon global et local, n’est-il pas temps pour Singapour de se concentrer sur sa construction ou son renforcement national, prochain point d’ancrage de l’île-État ?

2 - L’urgence du questionnement national

  • 15 Ministry of Defence, « Reply by Minister for Defence Dr Ng Eng Hen to parliamentary question on tra (...)
  • 16 Ong Yong Lock, 2014, Singapore on the couch, Singapour, Monsoon, 239 p.

21En 2014, Transparency International s’est inquiétée de l’opacité des marchés conclus à Singapour dans le domaine de la défense nationale : la cité-État a été rangée au même niveau que des pays comme l’Afghanistan et l’Irak15. Au classement de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, le pays ne cesse de dégringoler : il occupe cette année la 150e place sur 180, juste devant la République démocratique du Congo. Si l’on rappelle le risque de voir poindre un esprit de rente ou de profiteurs, loin des valeurs de travail et de sacrifices des aînés, l’heure du bilan s’impose, voire, de la psychanalyse selon l’un des succès littéraires de l’année16. Vers quel modèle s’orienter ? Et avec qui ?

La recherche d’un porteur de projet

  • 17 Michael Barr, 2014, The ruling elite of Singapore: networks of power and influence, Londres, I. B. (...)

22Au fil des années postélectorales, les enjeux se décantent et les lignes de force apparaissent. Le Premier ministre lui-même n’hésite pas à opérer des ajustements avec, en mai 2014, un troisième remaniement ministériel effectué depuis les élections générales de 2011. Loin d’opposer de façon simpliste gouvernement et opposition, trois tendances transversales se distinguent peu à peu et permettent d’envisager une grille de lecture pour les années à venir. Le travail a été initié par Michael Barr dans son dernier ouvrage qui traite des années 1959-201217 mais, en 2014, il s’agit de repositionner les acteurs du jeu politique non seulement autour de Lee Hsien Loong et de l’opposition, mais aussi de la société civile et de Lee Kuan Yew, dont les idées trouvent un écho favorable dans une certaine frange du pouvoir. Autour d’un centre de gravité prêt à s’entendre pour gouverner, opposons donc un pan de l’élite plus ouvert à l’alternance et un autre plus radical, c’est-à-dire peu enclin à la conciliation.

23Un premier groupe de politiciens rassemble aussi bien la clique proche de Lee Hsien Loong au sein du PAP que les anciens du WP (Workers’Party ou Parti des travailleurs), souvent critiqués pour leur compromission avec le pouvoir. Côté PAP, on retrouve ceux à qui le Premier ministre délègue des tâches de confiance comme, d’une part, la remise à niveau des transports – en l’espèce à Lui Tuck Yew, ancien chef d’état-major de la marine de 1999 à 2003 et ministre des Transports depuis les élections de 2011 – ou, d’autre part, la consultation nationale Our Conversation, considérée comme indispensable au lendemain des législatives. Cette opération a été confiée à Heng Swee Keat (Cambridge, Harvard), ministre de l’Éducation depuis 2011, considéré « sans relief » mais fiable et compétent. Il était auparavant à la tête de la MAS (Monetary Authority of Singapore ou Autorité monétaire de Singapour). Enfin, Khaw Boon Wan, ministre du Développement national aux allures de sage, haut fonctionnaire discipliné, habitué des ministères et non-idéologue, donne l’impression de tirer son épingle du jeu ; il gère sans accroc notoire un autre dossier particulièrement sensible à Singapour : celui du logement. À l’exception du ministre de la Justice ainsi que des Affaires étrangères K. Shanmugam, qui ne fait pas l’unanimité et au profil plus incertain, tous sont prêts à des ouvertures et à lâcher du lest. Ce fut le cas pour baisser les salaires des ministres, tabou absolu selon Lee Kuan Yew, mais de façon maîtrisée et parcimonieuse. Côté WP, la vieille garde apparaît comme le pendant de cette mouvance gouvernementale : un discours aux accents idéologiques limités et une volonté d’œuvrer efficacement au Parlement, sans confrontation. Avec Sylvia Lim, à la tête du parti, Low Thia Khiang est celui qui incarne le plus cette mouvance. Ce secrétaire général est membre du Parlement (MP) depuis 1991 et a eu le temps de se faire plus ou moins accepter du pouvoir.

24Toutefois, en 2011, d’autres membres du WP ont été élus députés. En août 2014, des élections internes ont renouvelé en partie le bureau politique pour deux ans. Chen Show Mao, avocat talentueux formé à Harvard et Oxford, citoyen singapourien depuis seulement 1986, a récolté le plus grand nombre de suffrages et est devenu trésorier. Pritam Singh, jeune tribun prometteur, a lui aussi intégré le Conseil exécutif central, ainsi que Gerald Giam, membre du Parlement sans être rattaché à une circonscription. Ces jeunes loups de la politique espéraient pouvoir montrer les dents, mais certains semblent subir les pesanteurs du système et perdre de leur superbe. Ils rappellent la branche plus libérale du PAP, animée d’intentions d’ouverture mais encore contrainte par le régime et s’en rapprochent. Il en va ainsi de Tharman Shanmugaratnam (London School of Economics, Cambridge, Harvard), vice-Premier ministre depuis 2011 et au passé sulfureux : il a fréquenté des activistes arrêtés lors de l’opération Spectrum en 1987 et a lui-même été interrogé par les services de la sécurité intérieure – avant d’être assimilé dans l’élite au pouvoir, comme le détaille Michael Barr dans son ouvrage paru en 2014. Il aurait pu en être de même pour Tan Chuan-Jin (London School of Economics, King’s College, National University of Singapore), ancien général, catholique et très apprécié de la population. Mais des promesses non tenues en 2012 dans le cadre de la destruction du cimetière chinois de Bukit Brown, le plus grand hors de Chine, ont donné un coup d’arrêt à sa carrière. Néanmoins, après un avertissement sous forme de rétrogradation lors du remaniement de septembre 2013, il semble avoir été réhabilité dans le cabinet mis en place en mai 2014 en obtenant sans réserve le portefeuille de l’Emploi (full minister). Lawrence Wong suit le pas ; lors de ce troisième remaniement, ce jeune haut fonctionnaire jugé prometteur et éclairé a lui aussi été promu ministre de plein exercice de la Culture, de la Communauté et de la Jeunesse, avec le Sport également sous sa tutelle.

  • 18 Il était indiqué sur l’invitation: « LGBT recruiting and networking dinner ».
  • 19 Wong Wei Han, « Foreign firms in S’pore must respect cultural norms: Chan Chun Sing », Today, 3 mai (...)

25Restent ceux aux aspirations plus radicales qui, d’une part, s’inquiètent du statu quo et qui, d’autre part, n’aspirent pas à une alternance à la fois policée et bipartisane. Dans l’opposition, il s’agit surtout du SDP (Singapore Democratic Party ou Parti démocratique de Singapour). Son indéboulonnable chef de file le Dr Chee Soon Juan multiplie les conférences à l’étranger – à Sydney en juin et à Tokyo à l’invitation de l’International Bar Association (Association internationale du barreau) en octobre 2014 – mais il peine à rassembler à Singapour. De la même manière mais à l’opposé du spectre politique, au sein du PAP ou dans sa mouvance, certains autres semblent tout aussi peu enclins au changement ou à l’évolution des mœurs politiques. Au gré d’entretiens et de tribunes dans le Straits Times, ils reprennent à loisir le discours hobbesien de Lee Kuan Yew sur la vulnérabilité du pays, sur sa survie en péril et sur l’obligation de ne pas relâcher la pression envers une population en état d’urgence permanent. Parmi eux, le vice-Premier ministre Teo Chee Hean, ancien chef d’état-major de la marine et actuel ministre de l’Intérieur, fait figure de gardien du temple. Le second ministre de la Défense et ministre pour le Développement social Chan Chun Sing, ancien chef d’état-major de l’armée de terre, semblait avoir pris un temps d’avance, comme fils spirituel de Lee Kuan Yew dans la course vers le sommet du pouvoir. Issu des basses classes sociales et titulaire de bourses gouvernementales, il apparaît comme un pur produit de la fabrique à élite de « LKY ». En mai 2014, il critiqua vertement un dîner organisé par le réseau homosexuel de Goldman Sachs à des fins de recrutement18 ; il appela au « respect des normes culturelles », demandant à ce que les compagnies privées ne sèment pas la « discorde » parmi la population19. Notons que ses propos en matière de défense n’ont pas toujours convaincu les spécialistes ; ceux-ci ont relevé des inexactitudes dans ses discours ou des manques de clairvoyance sur les tendances à venir en matière doctrinale.

26Dans l’attente d’y voir plus clair, la société civile fait figure de sas. Beaucoup s’y retrouvent avant de s’investir davantage en politique. D’anciens politiciens y retournent, peut-être déçus par les perspectives qui s’offrent à eux et par la teneur des débats : après le Dr Vincent Wijeysingha, anciennement du SDP, en août 2013, c’est Nicole Seah, 28 ans, qui a quitté l’opposition et le Parti de la solidarité nationale (National Solidarity Party) fin août 2014 ; durant les élections de 2011, elle avait été la coqueluche des médias et la deuxième personnalité la plus populaire sur Internet après Lee Kuan Yew. Ces deux anciens opposants n’ont cependant pas dit leur dernier mot et sauront revenir le moment opportun. Chez les Malais, le Dr Mohamed Nawab Mohamed Osman (cf. infra), voire, Sofiah Jamil, doctorante en Australie et membre du bureau de l’Association des jeunes professionnels musulmans (Young Association of Muslim Professionals), se montrent diserts. De même, les différentes autorités musulmanes tentent d’harmoniser leurs positions pour mieux coopérer et se faire entendre. Enfin, issu de la blogosphère, Roy Ngerng, né en 1981, s’est fait connaître en mai 2014 suite à des accusations contre le Premier ministre dans la gestion du Central Provident Fund (programme d’épargne obligatoire qui peut faire office de retraite). Lee Hsien Loong a aussitôt exigé des dommages et intérêts au fil d’une longue saga printanière, par avocats interposés ; son obstination a étonné et son image en a pâti, alors que Roy Ngerng n’a rien de charismatique ni même de dangereux.

  • 20 Simon Tay, « The emergence of strong leaders in fragile Asia », The Jakarta Post, 22 août 2014.
  • 21 Voir Han Fook Kwang, Warren Fernandez, Sumiko Tan, 1998, Lee Kuan Yew: the man and his ideas, Singa (...)

27C’est d’ailleurs l’une des principales leçons de cette année écoulée. Tandis que des chefs de file non seulement forts mais aussi réformistes s’imposent ailleurs en Asie20, Singapour peine à trouver un nouveau souffle. Aucun ne se détache, ce qui arrange Lee Hsien Loong ; c’est d’ailleurs lui qui avait obtenu le meilleur résultat lors des élections générales de 2011, avec 69 % des suffrages. Le manque de caractère autant que de bon sens, voire, de courage, a été particulièrement notable lors du carnaval humanitaire organisé fin septembre et perturbé par des activistes. À la différence de Lee Kuan Yew, surnommé « l’homme à la hachette » du fait de propos très durs qu’il tint au sujet de son ennemi juré Joshua Benjamin Jeyaratnam (1926-2008)21, le ministre d’État présent, Teo Ser Luck, mit du temps pour répliquer, et uniquement par l’entremise de Facebook. Ce dernier réseau se révèle être un atout autant qu’une solution de facilité, voire, pusillanime, dans le débat politique.

  • 22 Soit un mariage sur cinq selon une enquête publiée en juillet 2014 : Han Yeo, « Inter-ethnic marria (...)

28Toujours est-il qu’un cap peine à être défini, à moins que Lee Hsien Loong ne garde encore la main, quitte à infléchir certaines pratiques du pouvoir, possibles hier sous le sombre et très hobbesien Lee Kuan Yew, mais beaucoup moins aujourd’hui. En effet, à l’heure des mariages « interraciaux » qui ont doublé en dix ans22 et de l’Asean Community prévue pour 2015, les frontières et inimitiés sont appelées à tomber entre les « races » officielles à Singapour autant qu’entre les États en Asie du Sud-Est. Les postulats de la politique singapourienne s’en trouvent bouleversés et, dans le prolongement de la question cruciale du projet national à (re)dessiner, une autre se fait insistante : celle des personnes concernées et impliquées, aussi bien à Singapour que dans la région.

La difficile définition de la nation singapourienne

  • 23 « The plural society and its enemies », The Economist, 2 août 2014.

29L’idée de « sociétés plurielles », telles que définies par John Furnivall (1878-1960) suite aux politiques migratoires des colons, refait surface en Birmanie, en Malaisie, ainsi qu’à Singapour. Déjà au début du XXe siècle, ce fonctionnaire colonial et essayiste s’inquiétait de l’incapacité à non pas seulement cohabiter, mais vivre ensemble. Des pouvoirs forts, comme celui de Lee Kuan Yew, ont pu prolonger le modus vivendi colonial23, mais aujourd’hui, qui intégrer et comment ?

30La question linguistique, en premier lieu, traverse les années en alimentant continuellement les débats. En réponse à la promotion du chinois que relevait Michael Barr, rapportons le cas de ces jeunes Chinois qui, dans les jardins d’enfants, échangent dans un parfait anglais, sans accent sinon celui de la reine. De même, à la sortie des collèges, dans les bus, les élèves chinois discutent entre eux en anglais. La langue de Shakespeare s’impose de fait comme un vrai dénominateur commun. Des demandes pour sous-titrer en anglais les chaînes télévisées communautaires ont aussi été réitérées afin de faciliter les passerelles et interconnexions.

  • 24 Voir Adeline Koh, « To my dear fellow Singapore Chinese: shut up when a minority is talking about r (...)

31Parmi les différentes communautés, les Malais n’en finissent pas de se sentir en marge du projet national, surtout au regard des « privilèges » chinois24. Parmi eux, aucun chef de file ne se distingue ; Nawab Mohamed Osman, qui défend leur cause, est indien. Dans les candidatures collectives pour les législatives, au sein de certaines circonscriptions, les Malais semblent convoqués uniquement en raison des quotas ethniques imposés. Les mauvaises langues diront qu’il en est ainsi de Muhamad Faisal bin Abdul Manap, MP du Workers’Party. Son attitude est d’ailleurs symptomatique : il supporta en juin 2014 la campagne Wear White (Portez du blanc), en réaction contre la Pink Dot (Gay Pride) au succès non démenti. Cette prise de position, en phase avec le PAP, confirme l’alignement du WP sur le parti au pouvoir à propos de quelques sujets précis. Notons qu’un associate professor arabo-malais de la National University of Singapore avait quant à lui qualifié en mars l’homosexualité de « cancer de la société » via Facebook. Une pétition des étudiants avait ensuite poussé l’universitaire à retirer son commentaire. Des musulmans plus libéraux, souvent formés à l’étranger, tentent aussi de se faire entendre. Mais selon Nawab Mohamed Osman, la question de la formation en direction des Malais se pose urgemment. Il avouait même une inquiétude teintée d’insatisfaction face au manque de consistance intellectuelle et d’éducation des élus malais. Hélas, le système n’a de méritocratique que le nom : les élites, essentiellement chinoises, se reproduisent au détriment des Malais.

  • 25 Voir « Singapore on tier 2 of US State Department’s Human Trafficking Report », The Real Singapore,(...)
  • 26 Daniel P. S. Goh, « The Little India riot and spatiality of migrant labor in Singapore », Society a (...)

32Se pose ensuite la question des immigrés : les travailleurs étrangers en général et les maids (ou personnels domestiques) en particulier. Ces dernières sont 214 000, pour une population de 5,4 millions d’habitants. Un reportage d’Al Jazeera a pointé du doigt le commerce de ces aides à la maison. Il est vrai que le centre commercial de Bukit Timah, qui lui est dédié, provoque un étrange sentiment à la vue des étals de jeunes femmes sud-est asiatiques en démonstration dans les vitrines ou sur les écrans et en attente d’« acheteurs » ou « clients ». Le ministère de l’Emploi a dû rappeler le cadre juridique à respecter. Malgré tout, les Philippines ont fermé des agences singapouriennes sur leur territoire et la Birmanie a suspendu les migrations en septembre. Déjà pointé du doigt par les autorités américaines à cause du trafic d’êtres humains sur son territoire25, Singapour risque de voir confirmée son image d’État peu scrupuleux du strict respect des droits de l’Homme, et en l’occurrence de la Femme. La situation des travailleurs sud-asiatiques, mise en lumière suite aux émeutes de Little India fin 2013, va dans le même sens. Les travailleurs étrangers titulaires d’un permis de travail étaient 700 000 en décembre 2013, dont 320 000 dans le secteur du bâtiment. Mis à l’index par les discours xénophobes, surtout dans l’opposition, ils suscitent l’attention d’ONG soucieuses de leurs statuts précaires (menaces de rapatriement, retards de salaires, absence d’assistance médicale, mauvaises conditions d’hébergement). En réaction, le gouvernement a annoncé la construction de nouveaux dortoirs, dont le statut officieux est appelé à osciller entre camps de travail et « ghetto ». Le géographe Daniel Goh souligne en sus le manque d’intérêt aussi bien du WP, surtout soucieux des travailleurs locaux, ainsi que des intellectuels, face à ce qui reste un sujet sensible dans la construction nationale26.

  • 27 Voir le documentaire, (www.youtube.com/watch?v=G2NMoMceX9U),consultéle17octobre2014.

33Le cas d’autres franges de la société a été discuté en 2014. Les sans domicile fixe, par exemple, ont fait l’objet d’un film par des étudiants : Out in the cold. Habituellement célébrée pour ses réserves financières et son PIB par habitant (cf. infra), l’île-État ouvre progressivement les yeux sur une autre réalité27. De plus, il a été à nouveau question des homosexuels lorsque la bibliothèque nationale a accédé à la demande d’usagers de retirer de ses rayons des livres destinés aux enfants et mettant en scène des parents du même sexe. La polémique enfla et, finalement, les ouvrages ont été déplacés en section adulte. En juin 2014, ce fut au tour de la chanteuse taïwanaise A-Mei de voir sa chanson Rainbow censurée à cause des thèmes (homosexuels) abordés bien que de façon très discrète.

  • 28 Jim Sleeper, « Let Singapore’s apologists do their homework », The Huffington Post, 3 octobre 2014; (...)

34Enfin, le cas des exilés politiques a soudainement été soulevé à la suite du refus de diffusion du documentaire de Tan Pin Pin, To Singapore With Love, le 10 septembre par la Media Development Authority (Autorité de développement des médias). Selon les autorités qui se sont succédées sur les estrades et devant les micros, le point de vue serait partial ; il ferait abstraction du contexte de possible « insurrection » dans les années 1950-1960. Quant à la forme cinématographique plutôt que livresque, elle nuirait aussi à sa crédibilité. À défaut, beaucoup sont allés visionner les images à Johor Bahru, en Malaisie. Le campus singapourien rattaché à Yale proposa de diffuser le film, ce à quoi s’est opposée la réalisatrice afin de mettre le gouvernement en face de ses responsabilités. Il s’en suivit un débat au sein de l’institution de New Haven ainsi qu’une nouvelle tentative pour obtenir l’autorisation auprès du Film Appeals Committee (Comité cinématographique des appels)28.

  • 29 Lee Kuan Yew, 1961, The Battle for Merger, Singapour, Government Printing; Lee Kuan Yew, 2013, The (...)
  • 30 Il a toujours associé son histoire à celle de Singapour, comme en témoigne le titre du tome 1 de se (...)
  • 31 « New textbook reveals pre-colonial Singapore history to local teens », NUS News, 26 mai 2014, (htt (...)

35Plus largement – et dans la lignée du film Sandcastle – ce travail pose la question de l’histoire à Singapour : en dehors des courants officiels, elle est qualifiée de révisionniste. Le travail dans les archives risquerait-il d’aller à l’encontre du discours élaboré par Lee Kuan Yew ? Celui-ci, bien que très affaibli même s’il tint à se montrer vaillant lors des National Day Parades, n’en finit pas d’occuper le terrain et d’envahir les librairies : y sont actuellement vendues les retranscriptions et enregistrements des discours prononcés au début des années 1960 (The Battle for Merger), après la sortie de The Wit & Wisdom of Lee Kuan Yew en novembre 201329. Sur Facebook, Alfian Sa’at s’inquiète régulièrement de l’autonomie des historiens. Toutefois, en guise d’éclaircie, la révision des manuels d’histoire annoncée en février 2014, avec l’un d’eux intitulé Singapore : The Making of a Nation-state – 1300-1975, laisse plus de place à l’époque précoloniale ; à croire qu’à défaut de Lee Kuan Yew comme ciment30, il est temps d’anticiper le prochain vide idéologique lorsqu’il décédera et d’aller chercher dans l’histoire ancienne les racines d’un récit national31.

Conclusion

36Longtemps habituée à osciller entre problématiques globales d’une part, fidèle à sa position de hub au carrefour des voies commerciales, et, d’autre part, locales pour satisfaire ses concitoyens à la fois choyés et sous pression, Singapour doit à présent répondre à des aspirations nationales. Hier passées sous silence du fait de Lee Kuan Yew, de son charisme autant que du système mis en place, ces aspirations surgissent sous la double pression d’une élite en reformation et de divers marginaux candidats au rêve singapourien. À ce titre, l’année 2014 s’intègre dans une période charnière commencée en 2011. Les débats vont plus que jamais se déplacer sur le terrain neutre des nouveaux médias et autres réseaux sociaux.

37À la lecture de ces dynamiques, les événements en cours à Hong Kong ne peuvent laisser le gouvernement indifférent. Par la voix de son chef, il a répondu en soulignant les revendications strictement locales ainsi que la spécificité constitutionnelle de sa cousine septentrionale : non souveraine et privée d’élections même durant la colonisation. Il n’empêche : ici et ailleurs, les populations chinoises cherchent de plus en plus à se faire entendre. À Singapour, les nouveaux médias ainsi que les rares MP de l’opposition suffiront-ils à canaliser ce flux de revendications ?

Annexes

Fiche Singapour

Capitale : Singapour (cité-État)

Superficie : 718,3 km2 (716,1 km2 en 2013)

Population (juin 2014) : 5 469 700 hab., dont 3 343 000 citoyens et 527 700 résidents permanents

Langues officielles : anglais, malais, mandarin, tamoul

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : parlementaire autoritaire

Suffrage : universel et obligatoire (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : président Tony Tan (depuis août 2011)

Premier ministre : Lee Hsien Loong (depuis 2004)

Ministre des Affaires étrangères : K. Shanmugam (depuis mai 2011)

Ministre de l’Intérieur : Te Chee Hean (depuis mai 2011)

Contentieux territoriaux et maritimes : Indonésie : négociation à venir de la frontière maritime à l’est du détroit de Singapour

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (juin 2014, parmi les citoyens et résidents permanents) : Chinois (74,3 %), Malais (13,3 %), Indiens (9,1 %), autres (3,2 %)

Religions (2010) : bouddhistes (33,9 %), musulmans (14,3 %), taoïstes (11,3 %), autres chrétiens (11 %), catholiques (7,1 %), hindous (5,2 %), autres (0,7 %), aucune religion (16,4 %)

Taux de croissance démographique (2014) : 1,3 % (0,9 % pour les citoyens et-0,7 % pour les résidents permanents)

Espérance de vie (2013) : 82,5 ans

Indice de fécondité (2013) : 1,19

Taux de natalité (2013) : 9,3 ‰

Taux de mortalité (2013) : 4,6 ‰

Taux de mortalité infantile (2013) : 2 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2013) : 96,5 %

Indice de développement humain (2013) : 0,901 (rang 9)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar singapourien (1 euro = 1,61 dollar singapourien, 14 octobre 2014)

Balance des paiements courants (2014) : 56,86 milliards $ US

Dette extérieure (2013) : 0 $ US

Réserves de change et d’or (2012) : 259 094 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (est. 2014) : 64 447 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (est. 2014) : 52 050 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2014) : 3,59 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : agriculture (89 millions $ US), industrie (69,418 milliards $ US), services (190,183 milliards $ US)

Inflation, variation moyenne des prix à la consommation (est. 2014) : 4 %

Taux de chômage (est. 2014) : 2,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté : n. c.

IDE entrant (flux) (2013) : 63 772 milliards $ US

IDE entrant (stock) (2013) : 837 652 milliards $ US

IDE sortant (flux) (2013) : 26 967 milliards $ US

IDE sortant (stock) (2013) : 497 880 milliards $ US

Valeurs des exportations et des importations de marchandises (2013) : 410 250 milliards $ US

Valeurs des exportations et importations des services (2013) : 122 447 milliards $ US

Exportations et importations de biens et de services (2013) : 567 644 milliards $ US

Portraits

Dr Mohamed Nawab Mohamed Osman

Dans le petit monde musulman de Singapour, Nawab Osman devient incontournable. Cet Indien à l’islam libéral promeut la cause des Malais au gré de hautes responsabilités dans de multiples associations : l’Association of Muslim Professionals (Association des professionnels musulmans), le Muslim Expatriates Network (Réseau des expatriés musulmans) et la Jamiyah Singapore – la plus ancienne ONG musulmane dans la cité-État, davantage axée sur l’humanitaire. Ces engagements l’ont d’ailleurs conduit en 2014 à la frontière syro-turque. Sur le plan politique, il avance prudemment : il se dit quelque peu déçu par l’opposition et encore suspicieux à l’égard du PAP, ce qui le pousse vers la société civile. Pourtant, ses initiatives couplées avec un charisme évident et un parcours académique exemplaire laissent augurer un avenir politique à moyen terme pour ce jeune père de trois enfants. De l’histoire à la science politique, de la licence à NUS (National University of Singapore) jusqu’au doctorat à ANU (Australian National University) en 2012, cet assistant professor coordonne aujourd’hui le programme Malaisie à la RSIS (Rajaratnam School of International Studies). Au cœur de tous les réseaux, il a même été convié à une session parisienne de l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale).

Dr Shashi Jayakumar

Le jeune senior fellow de la RSIS et nouvellement vice-directeur du Centre of Excellence for National Security (Centre d’excellence pour la sûreté nationale) n’est pas que le fils de son père, Shunmugam Jayakumar, ancien ministre de l’Intérieur, de la Justice, des Affaires étrangères et même vice-Premier ministre. Ses études en histoire médiévale à Oxford, jusqu’au doctorat en 2001, témoignent des qualités de Shashi. Néanmoins, les parcours semblent parallèles : basculement rapide dans la sphère administrative avec une accointance pour les questions de sécurité intérieure. Ensuite, c’est l’entrée dans le cercle proche de Lee Kuan Yew, au moment du renouvellement des élites pour le père, dans les années 1980, puis dans les années 2010 pour le fils, en tant qu’assistant pour la rédaction des nombreux ouvrages de l’ancien Premier ministre. À l’entendre, Shashi Jayakumar se fait le porte-parole du message « leeien », osons le néologisme, par opposition aussi bien au PAP, qui semble faiblir face aux aspirations toujours plus grandes des concitoyens, qu’au WP, mis sur le même rang. Le manque de chef de file politique, la baisse des salaires des ministres et le mauvais niveau d’anglais l’inquiètent autant que la vulnérabilité de l’île. Avec deux tels pères – biologique et spirituel – gageons que s’il ne va pas à la politique, la politique viendra à lui.

Affiche politique

Affiche politique

Poster présenté par le ministère de la Défense lors des discussions budgétaires au Parlement le 6 mars 2014 à propos des Forces armées singapouriennes (SAF – Singapore Armed Forces) et de leur avenir. Trois objectifs s'en dégagent selon le ministre Ng Eng Hen : la « mobilité » due au manque de profondeur stratégique, le souci de faire face à un « large éventail de menaces » et la mise à l'abri des troupes (© Mindef - Pioneer).
Source: Ong Hong Tat, « Dr Ng showcases SAF 2030 at budget debate »,Cyber Pioneer, 7 mars 2014, http://www.mindef.gov.sg/​imindef/​resourcelibrary/​cyberpioneer/​topics/​articles/​news/​2014/​mar/​07mar14_news.html#.VH2UnclAlqI

Notes

1 Ce chapitre repose sur des enquêtes de terrain menées en juillet-août 2014 à Singapour, sur des entretiens, formels ou informels, notamment à la RSIS (S. Rajaratnam School of International Studies), ainsi que sur les compléments d’information de Thomas Bondiguel, Premier secrétaire à l’ambassade de France à Singapour (entretien par courrier électronique le 20 octobre 2014).

2 Activiste arrêtée par l’Internal Security Department lors de l’opération Spectrum, contre la soi-disant « conspiration marxiste » en 1987. Commentaire sur Facebook le 10 octobre 2014.

3 « Singapore Q3 GDP misses forecasts », CNBC, 13 octobre 2014; Gaurav Raghuvanshi, Jake Maxwell Watts, « Singapore third-quarter GDP up 1.2% on quarter », The Wall Street Journal, 13 octobre 2014.

4 Anthony Fensom, « Size doesn’t matter for Asia’s influential cities », Forbes, 20 août 2014.

5 R. Srijith, « Singapour : le port s’agrandit », Construction Cayola, 17 juillet 2014.

6 World Shipping Council, 2014, Top 50 world container ports, (http://www.worldshipping.org/aboutthe-industry/global-trade/top-50-world-container-ports)

7 Sooruj Gupta, « A state of luxury », Southeast Asia Globe, 25 septembre 2014.

8 Entretien avec le Dr Alan Chong à Singapour, le 19 août 2014. Toutefois, le 25 novembre 2014 était publié un RSIS Commentaries de Daniel Wei Boon Chua judicieusement intitulé : « The South China sea disputes : Singapore as an “honest broker” ? ».

9 Un euro correspondait à 1,61 dollar singapourien le 14 octobre 2014.

10 ISC, 2014, Piracy and armed robbery against ships in Asia 1st January - 30th June 2014 half yearly report, Singapour, ReCAAP, 67 p.; ISC, 2014, Special report on incidents of siphoning of fuel/oil at sea in Asia, Singapour, ReCAAP, 17 p.

11 Jon Grevat, « Singapore announces SGD12.56 billion defence budget », IHS Jane’s, 24 février 2014.

12 Sur le modèle du Japon voire des BPC (bâtiments de projection et de commandement) français.

13 Wendell Minnick, « Is a light carrier in Singapore’s future? », Defense News, 1er mars 2014; Carl Thayer, « Why Singapore wants the F-35 », The Diplomat, 10 mars 2014.

14 AFP, « Singapore population growth hits 10-year low – government », Rappler, 25 septembre 2014.

15 Ministry of Defence, « Reply by Minister for Defence Dr Ng Eng Hen to parliamentary question on transparency international’s government defence anti-corruption index », Official Releases, 17 février 2014, (www.mindef.gov.sg/imindef/press_room/official_releases/ps/2014/17feb14_ps.html#.VD-gcBZyNco)

16 Ong Yong Lock, 2014, Singapore on the couch, Singapour, Monsoon, 239 p.

17 Michael Barr, 2014, The ruling elite of Singapore: networks of power and influence, Londres, I. B. Tauris, xvii-200 p.

18 Il était indiqué sur l’invitation: « LGBT recruiting and networking dinner ».

19 Wong Wei Han, « Foreign firms in S’pore must respect cultural norms: Chan Chun Sing », Today, 3 mai 2014.

20 Simon Tay, « The emergence of strong leaders in fragile Asia », The Jakarta Post, 22 août 2014.

21 Voir Han Fook Kwang, Warren Fernandez, Sumiko Tan, 1998, Lee Kuan Yew: the man and his ideas, Singapour, Straits Times Press; Joshua Benjamin Jeyaretnam, 2003, The hatchet man of Singapore, Singapour, Select Books, 254 p.

22 Soit un mariage sur cinq selon une enquête publiée en juillet 2014 : Han Yeo, « Inter-ethnic marriages : love over colour ? », Youth. SG, 1er août 2014, (http//app.youth.sg/Home/Articles.aspx?id= 2920)

23 « The plural society and its enemies », The Economist, 2 août 2014.

24 Voir Adeline Koh, « To my dear fellow Singapore Chinese: shut up when a minority is talking about race », Medium, 31 août 2014, (https://medium.com/chinese-privilege/to-my-dear-fellow-singaporechinese-shut-up-when-a-minority-is-talking-about-race-48e00d7c7073), citant les travaux de Peggy McIntosh sur la notion de « privilège ».

25 Voir « Singapore on tier 2 of US State Department’s Human Trafficking Report », The Real Singapore, 22 juin 2014, (http://therealsingapore.com/content/singapore-tier-2-us-state-departments-humantrafficking-report).

26 Daniel P. S. Goh, « The Little India riot and spatiality of migrant labor in Singapore », Society and

Space, 8 septembre 2014, (http://societyandspace.com/2014/09/08/daniel-p-s-goh-the-little-india-riotand-

the-spatiality-of-migrant-labor-in-singapore-2/)

27 Voir le documentaire, (www.youtube.com/watch?v=G2NMoMceX9U),consultéle17octobre2014.

28 Jim Sleeper, « Let Singapore’s apologists do their homework », The Huffington Post, 3 octobre 2014; Jim Sleeper, « For Yale in Singapore, it’s deja-vu all over again », The Huffington Post, 26 septembre 2014.

29 Lee Kuan Yew, 1961, The Battle for Merger, Singapour, Government Printing; Lee Kuan Yew, 2013, The Wit & Wisdom of Lee Kuan Yew, Singapour, Didier Millet, 165 p.

30 Il a toujours associé son histoire à celle de Singapour, comme en témoigne le titre du tome 1 de ses mémoires : Lee Kuan Yew, 2012, Les mémoires : Tome 1, L’histoire de Singapour ; Tome 2, Du tiers-monde à la prospérité (1965-2000), Paris, Pacifique, 1 556 p.

31 « New textbook reveals pre-colonial Singapore history to local teens », NUS News, 26 mai 2014, (http://news.nus.edu.sg/highlights/7729-new-textbook-reveals-pre-colonial-history-to-local-teenswith-help-from-nus-don)

Table des illustrations

Titre Singapour
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Affiche politique
Légende Poster présenté par le ministère de la Défense lors des discussions budgétaires au Parlement le 6 mars 2014 à propos des Forces armées singapouriennes (SAF – Singapore Armed Forces) et de leur avenir. Trois objectifs s'en dégagent selon le ministre Ng Eng Hen : la « mobilité » due au manque de profondeur stratégique, le souci de faire face à un « large éventail de menaces » et la mise à l'abri des troupes (© Mindef - Pioneer).Source: Ong Hong Tat, « Dr Ng showcases SAF 2030 at budget debate »,Cyber Pioneer, 7 mars 2014, http://www.mindef.gov.sg/​imindef/​resourcelibrary/​cyberpioneer/​topics/​articles/​news/​2014/​mar/​07mar14_news.html#.VH2UnclAlqI
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Enseigne les relations internationales à l’École navale. Il coordonne également l’Observatoire Asie du Sud-est à Asia Centre. Il a auparavant été rédacteur en chef adjoint du bimestriel Diplomatie et research fellow à la S. Rajaratnam School of International Studies, Singapour. Sa thèse a été soutenue à Sciences Po (Paris) et fut suivie d’un post-doctorat à l’Institut d’Asie orientale au sein de l’École normale supérieure de Lyon. Son dernier ouvrage s’intitule Chez les pirates d’Indonésie (Paris, Fayard, 2011).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site