Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Philippines. Année 2014 : entrée en période préélectorale

François-Xavier Bonnet

Texte intégral

1L’année 2014 est une année charnière pour les Philippines. Si l’économie est toujours aussi performante, la lutte contre la corruption, pierre angulaire de la politique de l’administration Aquino, est perçue, à tort ou à raison, de plus en plus comme une arme politique visant à décapiter l’opposition. Deux gros dossiers donneront l’occasion à cette administration d’affirmer son leadership : l’urgente reconstruction des provinces ravagées par le typhon Haiyan en novembre 2013 d’une part, et d’autre part, l’accélération du processus de paix à Mindanao dans un contexte de guerre au Moyen-Orient. L’intensification des relations militaires avec les États-Unis après la signature d’un accord renforcé de défense (EDCA) devrait être une opportunité, pour les Philippines, d’accélérer la modernisation de son armée. La visite récente du président Aquino à Paris, montre le développement spectaculaire des relations entre les deux pays depuis 2012. La France est devenue le deuxième partenaire européen des Philippines, après l’Allemagne.

1 - Une croissance économique spectaculaire… sans emplois ?

2Le 27 juillet 2014, les médias nationaux célébraient la naissance de la petite Jennalyn Sentino. Ce bébé, né dans la plus importante maternité des Philippines (24 000 accouchements par an), faisait passer symboliquement la population des Philippines à 100 millions d’habitants. Or, si l’événement était célébré dans la joie, l’ambivalence de ce symbole n’échappait à personne. Avec un taux de croissance démographique de 1,9 % par an de 2000 à 2010 et de 1,73 % par an entre 2010 et 2015, les Philippines ont une des populations les plus jeunes de l’Asie du Sud-Est. De fait, selon le dernier recensement de 2010, un Philippin sur trois a moins de 14 ans (11,3 % ont moins de 5 ans). La catégorie des 15-64 ans, celle en âge de travailler, forme 62 % du total de la population.

3Or, si la croissance économique du pays est toujours aussi forte (7,2 % en 2013 et probablement aux environs de 6,2 % à 6,5 % en 2014) et saluée par les banques, agences de notation et investisseurs étrangers, les Philippines font face à un défi majeur : générer des emplois viables pour la population.

  • 1 Jovan Cerda, « Unemployment rate drops as 1M jobs created over a year », Philippine Star, 10 septem (...)
  • 2 Banque mondiale, Philippine Economic Update, mars 2014, p. 48 (http://www.worldbank.org/content/dam (...)
  • 3 Banque mondiale, Philippine Economic Update, août 2014, p. 9 (http://www.worldbank.org/content/dam/ (...)

4Certes, le taux de chômage a légèrement diminué entre juillet 2013 et juillet 2014, passant de 7,3 % à 6,7 %. De même, durant cette même période, le taux de sous-emploi s’est aussi légèrement réduit (de 19,2 % à 18,3 %)1. Cependant, comme le montre une étude de la Banque mondiale, chaque année, de 2013 à 2016, environ 1,15 million de personnes vont entrer pour la première fois sur le marché du travail. Parmi ces nouveaux entrants, 500 000 ont un diplôme du supérieur. Sur ce total, 240 000 seront absorbés par le secteur formel (52 000 par les centres d’appels téléphoniques et activités connexes, et 20 000 par l’industrie manufacturière) et 200 000 trouveront du travail à l’étranger. Mais, pour les 650 000 nouveaux entrants n’ayant au mieux qu’un diplôme du secondaire, les perspectives d’emploi dans le secteur formel sont très faibles et la plupart rejoindront les 21 millions de compatriotes qui vivent de petits boulots dans le secteur informel (75 % des actifs Philippins)2. De plus, si environ 2,5 millions de Philippins sont sortis de la pauvreté entre 2012 et 2013 (une accélération spectaculaire par rapport aux années précédentes), ce n’est pas grâce à la création d’emplois, mais sans aucun doute dû aux premiers résultats de la politique du Conditional Cash Transfers développée par l’administration Aquino3.

2 - La lutte anticorruption : une vendetta politique ?

  • 4 Carmela Fonbuena, « Aquino’s ratings drop to lowest since 2010 », Rappler. com, 14 juillet 2014, (h (...)

5Alors que depuis son accession au pouvoir en 2010, le président Aquino jouissait d’une considérable cote de popularité dépassant encore les 70 % en 2013, l’année 2014 est marquée par une forte ambivalence et fluctuation de l’opinion publique. En effet, alors que le président était crédité d’un fort indice de satisfaction de 66 % en mars 2014 par la Social Weather Station (SWS), ce dernier chutait à 55 % en juin, atteignant son plus bas score depuis 2010, avant de remonter à 59 % en septembre4. Cette chute spectaculaire reflète le fait qu’un nombre croissant de Philippins sont indécis, voire, de plus en plus critiques quant aux performances réelles du président et de son administration.

  • 5 Chi Almario-Gonzalez, « 30 DAP projects in limbo », ABS-CBN, 27 septembre 2014, (http://www.abscbnn (...)
  • 6 Sur le scandale du pork barrel, voir François-Xavier Bonnet, 2014, Philippines : l’administration A (...)
  • 7 Malou Mangahas, « Pork redux? Districts of LP solons, allies get biggest slabs », Philippine Center (...)
  • 8 Chi Almario-Gonzalez, ibid.

6Ce sentiment croissant d’une partie de l’électorat s’est amplifié lorsqu’en juin, la Cour suprême déclarait anticonstitutionnel le programme de déboursement accéléré (Disbursement Acceleration Program ou DAP) mis en place par le gouvernement en 2011 afin d’accélérer les dépenses publiques du pays. Défendu avec vigueur par le président et son ministre du Budget Butch Abad, le DAP contribuait modestement, selon la Banque mondiale, à la croissance économique du pays en 20125. Cependant, à la suite du scandale et de l’abolition des fonds parlementaires (pork barrels) en 20136, de nombreux analystes et politiciens soupçonnaient que le DAP remplacerait, discrètement, les pork barrels. De fait, la plupart des bénéficiaires politiques (ainsi que 50 agences gouvernementales) de ce fonds étaient des membres du Parti libéral et des officiels proches du président7. Ainsi, le fonds servait, comme les pork barrels, à récompenser les alliés et acheter la loyauté de politiciens. Pire, la gestion de ce fonds semble avoir été plus que hasardeuse. En effet, selon les statistiques du Département du budget, sur 144 milliards de pesos déboursés (2,5 milliards d’euros) depuis 2011, 29 milliards de pesos (504 millions d’euros) semblent avoir disparu et moins de la moitié des projets a été réalisée8.

7Face à ces critiques, et une procédure d’impeachment sans lendemain contre le président, ce dernier a donné l’image du « protecteur » de ses amis et alliés, refusant, par exemple, de demander la démission de l’architecte du DAP, le ministre du Budget Butch Abad, et contestant violemment la décision de la Cour suprême au risque d’aboutir à une crise constitutionnelle.

8À l’inverse, la justice s’abattait sur l’opposition. Ainsi, à la fin juin, et faisant suite au scandale des pork barrels de 2013, trois sénateurs étaient arrêtés, accusés de pillage des fonds publics et d’avoir détourné 579 millions de pesos (10 millions d’euros). Or, ces trois sénateurs, Juan Ponce Enrile (ancien président du Sénat), Jose « Jinggoy » Estrada (fils de l’ancien président Joseph Estrada) et l’ancien acteur Ramon « Bong » Revilla, sont des alliés clés du vice-président Jejomar Binay, chef de file de l’opposition et le seul candidat déclaré officiellement pour les élections présidentielles de 2016. Jinggoy Estrada était d’ailleurs pressenti pour être son futur Vice-président.

9Pour renforcer l’idée du « deux poids deux mesures », et ce quelle que soit la force des différentes accusations, des sénateurs, alliés à l’administration Aquino, ont lancé une vaste enquête contre le vice-président Jejomar Binay lui-même et sa famille. Les témoignages d’anciens alliés devenus ennemis montrent un système implacable, à grande échelle, de détournement de fonds de la ville de Makati alors que le vice-président en était le maire. Ces pratiques mafieuses ont été poursuivies par sa femme et ses enfants qui lui ont succédé. Si l’enquête n’est pas achevée au moment où nous écrivons, les premiers résultats ont attiré l’attention de la ministre de la Justice, Leila de Lima, qui s’est dite prête à approfondir la question.

  • 9 « Binay numbers drop even after PICC speech », Rappler.com, 14 octobre 2014, (http://www.rappler.co (...)
  • 10 Carmela Fonbuena, « VP Binay’s lead in presidential poll drops », Rappler.com, 29 septembre 2014, ( (...)
  • 11 Jejomar Binay est un ami très proche de la famille Aquino. Certains membres de la famille Aquino se (...)

10Cependant, la conséquence immédiate de cette enquête sénatoriale est la chute relative de la popularité du vice-président. En effet, selon le dernier sondage du SWS, le taux de satisfaction du vice-président est passé de 82 % en mars 2014 à 70 % en septembre, avec une augmentation importante des personnes mécontentes (de 9 % à 17 %)9. De même, les sondages, auprès des électeurs, montrent une chute relative mais importante des intentions de vote pour les présidentielles. En effet, selon Pulse Asia, Binay remporterait aisément l’élection présidentielle en mars 2014 avec 41 % des intentions de vote (il n’y a qu’un tour), mais perdrait 10 % des voix lors du sondage de septembre10. Cette chute profitait essentiellement à l’actuel ministre de l’Intérieur, Mar Roxas, un rival du vice-président et possible candidat aux présidentielles de 2016 pour le Parti libéral. C’est d’ailleurs Mar Roxas qui est accusé, par l’opposition, d’orchestrer la décapitation du nouveau parti politique d’opposition, l’United Nationalist Alliance (UNA)11.

3 - Impacts humains et économiques du typhon Haiyan

  • 12 Ces mesures viennent du Joint Typhoon Warning Center (JTWC) basé à Hawai.
  • 13 L’onde de tempête est une surélévation du niveau de la mer provoquée par les vents qui soufflent su (...)

11Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan (nom local Yolanda) frappait le centre des Philippines (région des Visayas) et ravageait les provinces de Leyte et de Samar, ainsi que le nord des provinces de Cebu, Negros Occidental, Iloilo, Capiz et l’île de Coron (Palawan). Avec des vents atteignant 315 km/h près du centre cyclonique, et des rafales allant jusqu’à 380 km/h, le typhon Haiyan battait le record de 1969 détenu par le cyclone Camille dans l’Atlantique (la vitesse du vent près du centre cyclonique était alors de 305 km/h12). La puissance du typhon Haiyan était telle qu’une onde de tempête de 7 mètres de haut a déferlé sur les communautés côtières des provinces de Leyte (notamment dans la baie de Tacloban) et de Samar, détruisant tout sur son passage13.

  • 14 National Disaster Risk Reduction and Management Council (NDRRMC), Update: effects of typhoon Yoland (...)
  • 15 NDRRMC, ibid. p. 1.

12Malgré l’évacuation préventive de 792 000 personnes quelque temps avant l’arrivée du typhon, le bilan humain est lourd et faisait état de 6 300 morts, 28 689 blessés et 1 061 personnes disparues14. De plus, les agences gouvernementales estiment que 16 millions de personnes ont été affectées par ce typhon (3,4 millions de familles) dont 4,1 millions d’individus (1,7 million d’enfants, et 890 895 familles) ont été déplacés15.

  • 16 Center for Excellence in Disaster Management and Humanitarian Assitance (CFE-DMHA), Lessons from ci (...)

13Si la gestion de la phase d’extrême urgence par le gouvernement Philippin a été saluée par la communauté internationale16, les défis de la reconstruction sont considérables. Les retards s’accumulent, notamment dans la relocalisation, sur des sites permanents, des personnes déplacées. Certes, l’ampleur de la catastrophe explique en grande partie ces retards (plus d’un million de maisons ont été détruites partiellement ou en totalité), mais d’autres facteurs, récurrents lors des typhons précédents, apparaissent. En effet, des centaines de milliers de personnes (certaines sources parlent d’au moins 200 000 personnes) restent déplacées pour une période indéfinie par manque de terrains publics constructibles d’une part, et, d’autre part, par le long processus de démarcation des zones non constructibles.

14Le second axe prioritaire, après le logement, est le retour à des revenus stables. En effet, près de six millions de personnes ont perdu leurs sources de revenus durant la catastrophe (60 % sont des hommes). Sur ce total, 2,6 millions de personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté ou avaient un travail précaire avant l’arrivée du typhon. Les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de la forêt ont été les plus durement touchés. En six mois, de nombreuses personnes (plus de 100 000) ont pu obtenir de petits emplois de court terme ou un soutien pour le développement de micro-entreprises.

  • 17 FAO, « Six months after disaster, Philippine farmers bring in the harvest », fao. org, 7 mai 2014, (...)

15Selon la FAO, le typhon Haiyan a détruit 600 000 hectares de terres agricoles et un million de tonnes de riz qui venait d’être récolté ou planté (perte de 213 millions de dollars17). La FAO, les gouvernements norvégien et philippin ont réuni 44 000 familles de riziculteurs déplacés et leur ont fourni suffisamment de semences de riz pour la période de plantation de décembre-janvier. La récolte, en juillet, devait permettre à une famille de cinq personnes d’être autosuffisante pour un an.

  • 18 PIA, « BFAR builds 5000 “Bangkang Pinoy” for Yolanda affected fisherfolk », gov. ph, 16 juin 2014, (...)

16Selon le Bureau des pêches (BFAR), le secteur de la pêche, qui emploie 150 000 personnes dans la région, a été violemment frappé par le typhon et l’onde de tempête : 30 000 petits navires de pêche ont été détruits ou fortement endommagés. Par ailleurs, la plupart des entrepôts de stockage, ateliers de réparation des bateaux, usines de transformation des poissons, marchés, etc., ont été détruits. La perte pour le secteur de la pêche s’élèverait à 13,5 millions de dollars. En six mois, le BFAR a fourni 24 000 petits bateaux à 32 000 pêcheurs18, permettant à ces derniers de reprendre leur activité. Cependant, les débris portés par l’onde de tempête se sont déposés sur les fonds coralliens et empêchent le développement des poissons.

  • 19 FAO, ibid.

17Selon la Philippine Coconut Authority, environ 33 millions de cocotiers ont été déracinés ou endommagés par le typhon, affectant environ un million d’agriculteurs19. Les pertes du secteur sont estimées à 400 millions de dollars. La plupart de ces agriculteurs dépendaient uniquement des revenus des cocotiers. Or, il faut entre six et huit ans pour que l’arbre arrive à maturité et donne ses premiers fruits. Plusieurs ONG, dont Oxfam, demandent aux agences gouvernementales d’accélérer le nettoyage des parcelles afin de pouvoir vendre le plus rapidement le bois de coco et de replanter le plus tôt possible de nouveaux cocotiers. Ces agriculteurs sont les plus sinistrés et leur avenir à court et moyen terme est plus qu’incertain. La FAO favorise la diversification des cultures en fournissant des semences de légumes et des animaux (poulets, porcs, etc.).

  • 20 Felipe, Cecile, « Lacson eyes 90% completion of Yolanda rehab before Noy’s term ends », Philippine (...)
  • 21 Gouvernement des Philippines, Foreign Aid Transparency Hub (Faith), accès le 17 novembre 2014, (htt (...)

18La tâche à accomplir pour réhabiliter les régions dévastées par le typhon Haiyan est considérable. Peu d’observateurs croient le sénateur Lacson lorsque celui-ci explique que 85 à 90 % de la réhabilitation sera terminée à temps pour la fin du mandat du président Aquino en 201620. Cependant, la priorité devrait être donnée à la construction de logements en dur, permettant aux personnes déplacées de faire face aux prochains typhons. Cette accélération ne pourra se faire que si les promesses d’assistance financière de la communauté internationale se concrétisent : sur les 763 millions de dollars qui ont été promis, seuls 386 millions ont été effectivement reçus par le gouvernement philippin21.

4 - Mindanao : Un grand pas en avant… mais la route est encore longue

  • 22 Bangsamoro ou nation moro. Le terme moro englobe les 13 groupes linguistiques musulmans de Mindanao (...)

19L’événement le plus marquant de l’année 2014 aux Philippines est, sans aucun doute, la signature de l’accord sur la Bangsamoro22 (CAB - Comprehensive Agreement on the Bangsamoro), le 27 mars. Cet accord met fin à 17 années de discussions tendues entre le gouvernement philippin et le Moro Islamic Liberation Front (MILF), entrecoupées d’offensives militaires (en 1998, 2000, 2003 et 2008) et d’espoirs déçus (région autonome de la Bangsamoro Juridical Entity ou BJE, déclarée anticonstitutionnelle en septembre 2008).

20Cependant, le CAB, composé de quatre annexes (transition, partage des ressources naturelles et du pouvoir, désarmement, eaux territoriales) n’est que l’aboutissement de la première phase du processus de paix. Le CAB est en effet la source à partir de laquelle la Commission de transition de la Bangsamoro a élaboré la loi fondamentale de la Bangsamoro (BBL - Bangsamoro Basic Law). Cette « Constitution » de la Bangsamoro a été transmise, le 10 septembre 2014, après de nombreux mois de retard, au Parlement et au Sénat. Ces derniers doivent débattre, éventuellement amender, puis voter ce texte pour le mois de mars 2015.

  • 23 Christian Esguerra, « Moro law delayed; MILF upset over revisions », Philippine Daily Inquirer, 7 a (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Le texte original de la BBL n’est pas disponible et il est donc impossible de comparer les deux ver (...)

21Si la phase 1 du processus de paix était très largement sous le contrôle de l’administration Aquino et des négociateurs, la phase 2 (débats parlementaires et promulgation d’une loi sur la Bangsamoro) promet des débats houleux pouvant échapper à la présidence. En fait, dès le mois d’avril et jusqu’en août 2014, l’équipe présidentielle de juristes procédait, de manière unilatérale, à l’« amendement » et au « peaufinage » du texte original. Selon les négociateurs du MILF, les juristes du gouvernement auraient ainsi « transformé » ou corrigé près de 70 % du texte23. Pour l’administration Aquino, ces « corrections » étaient nécessaires afin de transformer un texte politique en un document juridique offrant le moins de prise possible aux critiques24. Néanmoins, les changements étaient tels que le MILF refusait le nouveau texte « peaufiné ». Il faudra quatre longues réunions d’urgence des négociateurs à Kuala Lumpur (Malaisie), et la menace de quitter les négociations, pour que les deux parties se retrouvent sur un texte commun25.

22Historiquement, le risque de voir le texte de la BBL tant amendé et transformé par les parlementaires qu’il en devienne méconnaissable est bien réel. En fait, les négociateurs du Moro National Liberation Front (MNLF) qui avaient signé le premier accord de paix (FPA - Final Peace Agreement) avec le gouvernement Ramos en 1996 en ont fait l’amère expérience. Le FPA, fortement ancré sur les accords de Tripoli de 1976, était méconnaissable une fois devenu une loi en août 2001 (RA 9054).

  • 26 Patricio Diaz, « Comment: FPA and BBL », Mindanews.com, 28 septembre 2014, (www.mindanews.com/minda (...)

23Si l’objectif du FPA était d’amender et transformer en profondeur la région autonome du Mindanao musulman (ARMM - Autonomous Region of Muslim Mindanao), créée en 1989 par la présidente Cory Aquino (mère de l’actuel président), la réalité était toute autre. En effet, comme l’a montré le journaliste Patricio Diaz, les parlementaires avaient éliminé, en 2001, les articles octroyant une réelle autonomie telle que proposée par le FPA. La loi 9054, issue du FPA, devenait ainsi une copie conforme de l’ARMM, avec toutes ses faiblesses26. Le MNLF refusait le texte 9054 et l’administration Macapagal, reconnaissant le fossé entre les deux textes, acceptait de renégocier certains articles (Tripartite review) sous l’égide de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à partir de 2007. La BBL va-t-elle subir le même sort que l’accord précédent et devenir une ARMM bis ?

24Les débats à l’Assemblée et au Sénat ont débuté fin septembre et se sont orientés, notamment, sur les relations entre le futur gouvernement de la Bangsamoro et ses propres collectivités locales (provinces, municipalités, barangay et villes). En effet, l’inquiétude monte, au sein des élus locaux et nationaux, quant au risque de voir la future région Bangsamoro renforcer son pouvoir au détriment des baronnies locales qui investissent traditionnellement les échelons inférieurs des collectivités locales. Dans le schéma actuel, l’ARMM ne peut dévier du Code des collectivités locales, promulgué en 1991 au niveau national. Par ailleurs, ces collectivités locales, par un système de redistribution national des impôts (IRA - Internal Revenue Allotment), bénéficient de plus grandes largesses de l’État. Ainsi, l’ARMM est impuissante face à ses composantes locales et ne sert qu’à employer des dizaines de milliers de fonctionnaires locaux.

  • 27 Conférence de Jose Lorena (Office of the Presidential Adviser on the Peace Process), Makati City, F (...)

25Le texte actuel de la BBL, semble remettre en cause l’ordre établi, en autorisant le futur Parlement de la Bangsamoro à promulguer son propre Code des collectivités locales lui permettant, par exemple, de diminuer les pouvoirs et fonctions des collectivités locales (Article VI27), créer ou abolir de nouvelles collectivités (Article V). Par ailleurs, les revenus des taxes du gouvernement central dérivés de l’exploration, du développement et de l’exploitation de toutes les ressources naturelles localisées dans la Bangsamoro seront alloués de la manière suivante (Article XII) :

  • Les revenus liés aux minerais non métalliques (sable, gravier, etc.) appartiendront à 100 % à la Bangsamoro et à ses collectivités locales.

  • Les revenus liés aux minerais métalliques seront partagés entre le gouvernement central (25 %) et la Bangsamoro (75 %).

  • Enfin, les revenus dérivés des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon et uranium) seront répartis de manière égale entre le gouvernement central et la Bangsamoro.

26Là encore, le Parlement de la Bangsamoro sera chargé de voter une loi détaillant la répartition des revenus liés aux ressources naturelles entre la région Bangsamoro elle-même et ses propres collectivités locales. Le futur Parlement de la Bangsamoro devrait donc, en théorie, avoir des prérogatives importantes (notamment en matière fiscale). Il ne serait pas étonnant qu’au cours des débats parlementaires à venir, certains députés tentent de limiter ces prérogatives (par exemple en imposant le Code des collectivités locales de 1991 comme référence).

27Autre sujet sensible abordé très tôt dans les débats : le statut des eaux territoriales de la Bangsamoro définies par deux zones distinctes. La première est délimitée depuis la région côtière des municipalités et s’étend au large jusqu’à 22 kilomètres. La seconde, appelée zone de coopération conjointe, est située en mer de Sulu et dans le Golf Moro. Cette zone de coopération, entre le gouvernement central et la future région autonome, aura pour objectif de protéger les zones de pêche traditionnelle, exploiter les ressources naturelles potentielles et renforcer la cohésion géographique de la Bangsamoro.

  • 28 Tuna industry wants unhampered operations in Bangsamoro waters », Mindanews, 23 septembre 2014, (ww (...)

28La BBL ne donne pas de détails sur ces eaux territoriales. Or, l’annexe 4 sur la démobilisation et le désarmement prévoit, à terme, le développement d’une police de la Bangsamoro. Qui patrouillera les eaux de la Bangsamoro, la police maritime nationale ou la police de la Bangsamoro ? La Bangsamoro aura-t-elle sa propre unité de garde-côtes ? Par ailleurs, les lobbies de la pêche au thon proposent, eux aussi, des amendements à la BBL. Pour Joaquin Lu, président de la Fédération de la pêche et autres industries connexes de la région Socsksargen, les parlementaires doivent impérativement écrire dans la nouvelle loi que la pêche, dans la zone de coopération, est autorisée pour tous les citoyens philippins, même ceux ne résidant pas dans la Bangsamoro. De plus, il demande que soit assuré le libre passage et en toute sécurité de tous les navires de pêche à travers la zone de coopération28.

  • 29 D.J. Yap, « Control over Bangsamoro waters resources raises concerns in some sectors », Philippine (...)

29C’est aussi la question de la gestion des eaux terrestres (notamment des lacs et des fleuves) qui est entrée rapidement en débat. Si l’annexe sur le partage des ressources naturelles et la BBL indiquent que les rivières et les lacs situés sur le territoire de la Bangsamoro appartiennent à celle-ci, qu’en est-il des fleuves qui traversent non seulement la Bangsamoro, mais aussi des provinces qui ne feront pas partie de cette nouvelle entité politique ? Et que deviendra le lac Lanao, bien situé dans la Bangsamoro (province de Lanao del Sur), mais dont les chutes d’eau alimentent les centrales hydroélectriques de l’Agus et fournissent une bonne partie de l’électricité de Mindanao ? L’accord semble s’acheminer vers l’établissement de deux entités juridictionnelles : le lac proprement dit serait géré par la Bangsamoro et la rivière Agus resterait sous la juridiction du gouvernement national. Pour le député de Zamboanga City, Celso Lobregat, connu pour ses positions très critiques contre le processus de paix, le lac Lanao appartient à l’État et non à une collectivité locale quelconque et ne peut donc pas être partagé avec la Bangsamoro29.

  • 30 Carolyn O. Arguillas, « Dureza: extend Bangsamoro transition period to 2019 », Mindanews, 15 septem (...)
  • 31 « MILF forms political party for 2016 », Philippine Daily Inquirer, 13 octobre 2014, (http://newsin (...)

30Les questions évoquées ci-dessus ne sont qu’un tout petit florilège des problèmes qui vont être soulevés durant les débats parlementaires et il serait fort surprenant que la loi soit votée avant le 15 mars 2015. Déjà, quelques voix s’élèvent, comme celle de l’ancien chef des négociateurs du gouvernement, Jesus Dureza, pour demander l’extension de la période de transition de la Bangsamoro de 2016 (élections présidentielles) à 2019 (élections locales)30. Cela n’empêche pas, cependant, le MILF de se préparer à conquérir politiquement la future région autonome en se transformant en un nouveau parti politique31.

31Si les députés et les sénateurs sont dans leur rôle, en débattant, questionnant et amendant le texte, ils devraient aussi suivre le conseil du président Aquino :

  • 32 « Speech of President Aquino at the turnover ceremony of the draft Bangsamoro Basic Law », Opapp. g (...)

« Pour notre Congrès : nous comprenons que vous ayez besoin d’ausculter très précisément cette proposition de loi. Nous vous demandons seulement, si vous le pouvez, de la voter très bientôt. De cette manière, nous pouvons donner à nos frères Moros suffisamment de temps pour préparer et nourrir les graines du changement que nous avons planté pour la gouvernance de la Bangsamoro32. »

  • 33 Sources personnelles.

32Ce conseil est d’autant plus opportun que les groupes armés rebelles, opposés aux accords de paix avec le gouvernement, tentent de surfer sur la nouvelle vague du radicalisme islamique international. Ainsi, le 23 juillet 2014, un important chef des Abu Sayyaf, Isnilon Hapilon, basé sur l’île de Basilan, faisait allégeance à l’État islamique et au califat de Syrie et d’Irak fondés par Abu Bakr al-Baghdadi. Le 15 août 2014, le porte-parole du Bangsamoro Islamic Freedom Fighter (BIFF), Abu Misry Mama, reconnaissait que son groupe avait lui aussi passé une alliance avec l’État islamique. D’autres groupes plus petits mais très violents, tels le Rajah Suleiman Movement (RSM, convertis radicaux) ou le Khilafah Islamiyah Movement (basé à Lanao del Sur) ont, eux aussi, fait allégeance au nouveau califat. En retour, combien de volontaires philippins sont partis combattre en Syrie et en Irak ? Selon certaines estimations33, la très grande majorité des Philippins combattants aux côtés des forces islamiques (100-150 personnes peut-être) seraient des résidents de longue date de Syrie et des pays voisins. À ce noyau dur, il faudrait ajouter, à cette date, quelques dizaines de personnes (estimées à 40-50 volontaires) qui auraient fait le voyage de Mindanao vers la Syrie ou l’Irak pour aller combattre auprès des radicaux.

  • 34 « MILF vows to stop spread of ISIS “virus” in PH », Rappler.com, 28 août 2014, (http://www.rappler. (...)
  • 35 Le complot Bojinka, organisé par Ramzi Yousef, visait à assassiner le pape Jean-Paul II en visite a (...)

33Face à cette menace, le MILF a promis d’aider à l’éradication du « virus » du jihadisme en Asie du Sud-Est et notamment à Mindanao, condamnant les actes barbares et sauvages des jihadistes de l’État islamique34. La coopération entre l’État philippin et le MILF est donc testée, notamment dans le partage de renseignements. Ceci est d’autant plus opportun que le pape Francois se rendra aux Philippines le 17 janvier 2015. C’est d’ailleurs en découvrant un complot contre le pape Jean-Paul II en visite à Manille en 1995, que le secteur du contreterrorisme a pris son essor aux Philippines35.

5 - Questions maritimes : le renforcement des alliances

  • 36 Paterno Esmaquel II, « Philippines, Indonesia seal historic maritime deal », Rappler.com, 23 mai 20 (...)

34Si, comme nous l’avons vu plus haut, des questions se posent sur le statut des eaux territoriales de la future Bangsamoro, il n’en est plus de même, à l’international, entre les Philippines et l’Indonésie. En effet, le 23 mai 2014, les deux pays signaient un accord, qualifié d’historique, sur les délimitations de leurs zones économiques exclusives respectives. Cet accord met fin à 20 ans de négociations et de nombreuses tensions entre les forces de l’ordre et les pêcheurs des deux pays36.

  • 37 La Chine proposait aux Philippines que les navires des deux pays quittent le Scarborough Shoal, et (...)
  • 38 Cet avant-poste est constitué d’un navire de guerre, le BRP Sierra Madre, échoué volontairement en (...)
  • 39 Ely Pamatong est connu pour ses coups d’éclat. Un ardent défenseur de l’idée que les Philippines de (...)
  • 40 Jaime Pilapil, « Anti-China group behind plot to bomb NAIA », The Manila Times, 2 septembre 2014, ( (...)

35À l’inverse, sur le front de la mer de Chine méridionale la situation n’est pas aussi positive. Malgré les tentatives de « conciliation » de la Chine en janvierfévrier, les Philippines déposaient leur dossier de plaidoirie au Tribunal international du droit de la mer le 30 mars 201437. La réponse de la Chine s’est manifestée, tout au long de l’année, par l’accroissement du harcèlement des navires de pêche philippins dans les Spratley, notamment ceux chargés de ravitailler l’avant-poste des marines et des garde-côtes sur le récif Ayungin (Second Thomas Shoal38). Si, face à ces « provocations » chinoises, la société civile des Philippines répondait, généralement, par des manifestations pacifiques (cf. photo en fin de chapitre), il n’en était pas de même pour tous les groupes. Ainsi, le 1er septembre, les agents du National Bureau of Investigation (NBI) arrêtaient cinq personnes qui préparaient un attentat dans le nouvel aéroport NAIA 3. Ce groupe, dirigé par Ely Pamatong39, ancien porte-parole du Moro National Liberation Front (MNLF), planifiait non seulement une attaque sur l’aéroport international, mais aussi sur les intérêts chinois (comme l’ambassade de Chine) ou sino-philippins (comme le centre commercial SM Mall of Asia, propriété de Henry Sy, l’homme le plus riche des Philippines selon le magazine Forbes). Dans le manifeste, découvert par les enquêteurs, le groupe considérait que les activités chinoises au large de Palawan étaient une intrusion intolérable dans la souveraineté des Philippines et que d’autres actions violentes antichinoises allaient suivre40.

36Les tensions en mer de Chine méridionale et la stratégie de repositionnement des États-Unis en Asie ont contribué au rapprochement militaire des deux pays. La visite du président Obama à Manille, les 29 et 30 avril 2014, s’est conclue par la signature d’un nouvel accord de défense. De fait, plus de 20 ans après la fermeture des bases américaines aux Philippines (Clarck Air Base et Subic Bay en 1991), les deux pays signaient, le 29 avril 2014, l’accord de défense intitulé Enhanced Defense Cooperation Agreement (EDCA). Cet accord, qui théoriquement ne nécessite pas l’approbation du Congrès philippin, vise à élargir la portée du traité de défense mutuelle signé en 1951 et les accords sur les forces invitées (VFA - Visiting Forces Agreement) et le support logistique mutuel (MLSA - Mutual Logistics Support Agreement,).

37L’EDCA permet aux troupes américaines, ainsi que leurs navires et avions, d’accéder, gratuitement et par roulement, aux équipements des forces armées des Philippines. De plus, l’EDCA autorise les militaires américains à construire de nouveaux équipements ou à les améliorer, ainsi que de stocker et prépositionner des équipements de défense dans des lieux convenus d’un commun accord. Or, si ces lieux ne peuvent être que dans des bases militaires philippines existantes, rien n’empêche les militaires philippins de construire de nouvelles bases afin d’accommoder les besoins des Américains. Ainsi, en théorie, les militaires américains pourraient s’installer à peu près partout sur le territoire de l’archipel.

38L’EDCA va-t-il protéger les intérêts Philippins dans la région de la mer de Chine méridionale ? Interrogé sur cette question, le président Obama exprimait son soutien à la position des Philippines visant à régler la question d’une manière pacifique par un tribunal international. Cependant, il réitérait dans le même temps la neutralité traditionnelle des États-Unis sur les mérites des revendications maritimes tout en réaffirmant la nécessité de respecter la liberté de navigation en mer de Chine méridionale. Peu d’analystes, à Manille, ont l’espoir que les États-Unis viendront en aide aux Philippines dans le contexte d’une confrontation localisée avec la Chine dans les Spratley ou le Scarborough Shoal. Les enjeux de coopération bilatérale, régionale et globale entre les deux superpuissances dépassent très largement les intérêts localisés des Philippines. Par ailleurs, EDCA repose sur le traité de défense mutuelle de 1951 qui ne prend pas en compte les territoires insulaires en mer de Chine méridionale, ces derniers n’ayant été revendiqués que plus tardivement. Enfin, le repositionnement des États-Unis en Asie risque d’être retardé, voire, limité, par la nouvelle donne au Moyen-Orient.

  • 41 Aileen S.P. Baviera, « Implications of the US-Philippines Enhanced Defense Cooperation Agreement »,(...)

39Ainsi, comme le dit l’universitaire Aileen Baviera, les Philippins, ne pouvant compter que sur eux-mêmes, devraient saisir l’opportunité offerte par l’EDCA pour moderniser leur armée afin d’atteindre l’objectif d’un minimum de crédibilité face à une menace extérieure41.

6 - Le président Aquino en France

  • 42 Il s’agit de la première visite d’un président philippin en France depuis 1994.

40Les relations bilatérales entre la France et les Philippines se sont renforcées un peu plus grâce à la visite42 du président Benigno Aquino III à Paris, du 17 au 19 septembre 2014. Cette visite était placée non seulement sous le thème de la sécurité régionale, mais aussi sous celui de la coopération économique, commerciale et culturelle (partenariat entre l’ENA et la Development Academy of the Philippines notamment).

  • 43 Cette visite était la première d’une personnalité de haut rang du gouvernement français depuis l’in (...)
  • 44 François-Xavier Bonnet, 2013, Philippines : Une année de croissance et… d’espoirs, in Jérémy Jammes (...)
  • 45 Delegation of the European Union in the Philippines, EU-Philippines trade and investment factfile 2 (...)

41De fait, depuis la visite historique43 du Premier ministre Jean-Marc Ayrault en octobre 2012, les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays se sont développés de manière spectaculaire, notamment grâce à la vente d’Airbus à la compagnie Philippine Airlines. Ainsi, en 2011, avec un volume commercial total d’un milliard d’euros, la France était le troisième partenaire européen des Philippines (11 % des échanges de l’Union européenne avec les Philippines), loin derrière l’Allemagne (2,8 milliards d’euros soit 32 %) et la Hollande (1,5 milliard d’euros soit 17 %)44. Deux ans plus tard, en 2013, la France prenait la seconde place avec un volume commercial total de 1,76 milliard d’euros (16 %), toujours loin derrière l’Allemagne (3,7 milliards d’euros, soit 34 % du total), mais légèrement devant la Hollande (1,71 milliard d’euros, 16 % du total45). L’excédent commercial, en faveur de la France depuis 2007, s’est creusé en 2013 (1,4 milliard d’euros d’exportation et 308 millions d’euros d’importation) et les importations en provenance des Philippines sont en baisse constante depuis 2011 (347 millions d’euros en 2011, 328 millions d’euros en 2012 et 308 millions d’euros en 2013).

42Le renouvellement de l’accord de défense entre les deux pays à la fin de l’année 2014, et la visite du président Hollande courant 2015 aux Philippines, devraient dynamiser encore un peu plus les relations entre la France et les Philippines.

Conclusion

43L’année 2014 a été caractérisée par un accroissement des scandales politico-financiers, qui iront probablement crescendo en 2015. La politique de lutte contre la corruption perd une partie de sa crédibilité car elle est perçue, à tort ou à raison, comme une arme pour neutraliser les chefs de l’opposition. Alors que les élites politiques à Manille s’accusent de détourner des millions d’euros, la reconstruction des provinces, ravagées par le typhon Haiyan, tarde et les promesses financières de la communauté internationale ne sont pas à la hauteur. La signature de l’accord sur la Bangsamoro et la transmission de sa « Constitution » (BBL) au Congrès sont les deux principaux événements de l’année, mais l’incertitude règne sur le futur texte de loi. La menace intérieure diminuant, l’administration Aquino devrait, notamment grâce à l’EDCA, saisir l’opportunité pour accélérer la modernisation de son armée. La France, dont les relations avec les Philippines sont de plus en plus dynamiques, pourrait apporter son savoir-faire.

Annexes

Régions et provinces

I Ilocos
1 Ilocos Norte
2 Ilocos Sur
3 La Union
4 Pangasinan

CAR (Cordillera Administrative Region)
5 Abra
6 Apayao
7 Benguet
8 Ifugao
9 Kalinga
10 Mountain Province

II Cagayan Valley
11 Batanes
12 Cagayan
13 Isabela
14 Nueva Vizcaya
15 Quirino

III Central Luzon
16 Zambales
17 Tarlac
18 Nueva Ecija
19 Pampanga
20 Bataan
21 Bulacan
22 Aurora

IVa CALABARZON
23 Rizal
24 Cavite
25 Laguna
26 Batangas
27 Quezon

IVb MIMAROPA
28 Mindoro
Occidental
29 Mindoro Oriental
30 Marinduque
31 Romblon
32 Palawan

V Bicol
33 Camarines Norte
34 Catanduanes
35 Camarines Sur
36 Albay
37 Sorsogon
38 Masbate

VI Western Visayas
39 Antique
40 Aklan
41 Capiz
42 Iloilo
43 Negros Occidental

VII Central Visayas
44 Oriental Negros
45 Cebu
46 Bohol
47 Siquijor

VIII Eastern Visayas
48 Northern Samar
49 Samar
50 Eastern Samar
51 Leyte
52 Southern Leyte
53 Biliran

IX Zamboanga Peninsula
54 Zamboanga del Norte
55 Zamboanga Sibugay
56 Zamboanga del Sur

X Northern Mindanao
57 Camiguin
58 Misamis Occidental
59 Misamis Oriental
60 Bukidnon
61 Lanao del Norte

XI Davao
62 Compostela Valley
63 Davao del Norte
64 Davao del Sur
65 Davao Oriental

XII SOCCSKSARGEN
66 Cotabato
67 Sarangani
68 South Cotabato
69 Sultan Kudarat

XIII CARAGA
70 Agusan del Norte
71 Agusan del Sur
72 Dinagat Islands
73 Surigao del Norte
74 Surigao del Sur

ARMM (Autonomous Region of Muslim Mindanao)
75 Lanao del Sur
76 Maguindanao
77 Basilan
78 Sulu
79 Tawi-Tawi

NCR (National Capital Region)
80 Metro Manila

Fiche Philippines

Capitale : Manille

Superficie : 299 764 km², 7 107 îles parmi lesquelles 2 773 portent un nom

Population (est. 2014) : 100 096 000 hab. (92 337 852, recensement 2010)

Langues officielles : filipino (depuis 1939) et anglais

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie présidentielle

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Benigno dit « Noynoy » Cojuangco Aquino III (depuis juin 2010)

Vice-président : Jejomar dit « Jojo » Cabauatan Binay Sr (depuis juin 2010)

Ministre des Affaires étrangères : Albert Ferreros del Rosario (depuis février 2011)

Échéances : élections générales en mai 2016

Contentieux territoriaux et maritimes : République populaire de Chine, Malaisie, Taiwan et Viêt Nam : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley République populaire de Chine et Taiwan : souveraineté sur le Scarborough Shoal Malaisie : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo République des Palaos (Micronésie) : négociations pour la délimitation de frontières maritimes

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2010) : Tagalog (28,1 %), Cebuano (13,1 %), llocano (9 %), Bisaya (7,6 %), Ilonggo (7,5 %), Bikol (6 %), Waray (3,4 %), autres (25,3 %)

Religions : catholiques romains (80,9 %), protestants et autres Églises chrétiennes (11,6 %), musulmans (5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2012) : 1,9 %

Espérance de vie (2011) : 72,2 ans (femme) et 65,5 ans (homme)

Indice de fécondité (2011) : 3,1

Taux de natalité (2011) : 24,8 ‰

Taux de mortalité (2011) : 5,8 ‰

Taux de mortalité infantile (2011) : 20,2 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2008) : 95,4 %

Taux d’urbanisation (2011) : 48,9 %

Indice de développement humain (2014) : 0,66 (rang 117)

Indicateurs économiques

Monnaie : peso (1 euro = 57,54 pesos, octobre 2014)

Dette extérieure (fin 2013) : 58,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2013) : 6 597 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2013) : 2 771 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2014) : 6,4 % (7,2 % en 2013)

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : agriculture (12,8 %), industrie (31,5 %), services (55,7 %)

Taux d’inflation (2013) : 3 %

Taux de chômage (2013) : 7,3 %

Taux de sous-emploi (2013) : 19,2 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 27,9 %

IDE entrant (cumulés ou stocks) (est. 2013) : 32,547 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (est. 2013) : 13,191 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Japon, États-Unis, République populaire de Chine, Singapour

Importations (2013) : 62,411 milliards $ US

Principaux produits importés (2013) : céréales ; minerais ; acier et fer ; plastiques ; machinerie-outils ; équipements de transport ; équipements de télécommunications ; énergies fossiles ; matériels électroniques

Exportations (2013) : 56,698 milliards $ US

Principaux produits exportés (2012) : pièces en métaux ; huile de noix de coco ; matériels électroniques ; composants automobiles et aéronautiques ; composants pour téléviseur ; textile ; mobilier ; thon ; banane ; semi-conducteurs

Portraits

Grace Poe

Née en septembre 1968, elle est la fille adoptive du fameux acteur et producteur de cinéma Fernando Poe Jr, alias FPJ, et de l’actrice populaire Susan Rocés. Grace étudie les sciences politiques à l’université des Philippines puis à l’université de Boston aux États-Unis. Enseignante dans le secondaire aux États-Unis, elle rentre aux Philippines après la mort de son père en 2004. Ce dernier s’était présenté, sans succès, aux élections présidentielles de 2004 contre la présidente Macapagal Arroyo.

Proche du président Aquino, Grace Poe se lance dans la politique et est élue sénatrice en mai 2013, faisant le meilleur score de tous les sénateurs en récoltant plus de 20 millions de votes46. Si, bien sûr, son nom de famille a attiré la sympathie et la bienveillance des électeurs, son programme visant notamment à lutter contre la corruption a sans doute aussi joué en sa faveur. C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’elle montre son courage politique et son indépendance en dirigeant la commission d’enquête sur les allégations de corruption contre le chef de la police nationale, le général Purisima, un allié du président Aquino.

L’avenir de Grace Poe en politique est en phase d’ascension d’autant plus que, depuis le début de l’année 2014, les rumeurs circulent sur sa candidature possible aux élections de 2016, soit au poste de président, soit à celui de la vice-présidence. Selon les premiers sondages, ses chances de gagner sont faibles face au candidat Jejomar Binay pour le poste de président, mais très sérieuses pour la vice-présidence.

Emmeline Aglipay-Villar

Emmeline Aglipay, née en 1982, est la fille du général Aglipay (ancien chef de la police nationale) et la petite-fille de l’ancien chef d’état-major des Armées, Manuel Yan. Après des études d’économie à l’université De La Salle (Philippines), et de droit à l’université des Philippines, la jeune avocate est élue députée en 2010, représentant le parti progressiste DIWA (Democratic Independant Worker’s Association) et défendant les droits des personnes les plus démunies. Elle est notamment l’auteure de la loi Kasambahay. Cette loi, mise en application en 2013, régule les relations entre les personnels de maison (cuisinières, jardiniers, nounous, blanchisseuses, etc.) et leurs employeurs. Dorénavant, les personnels de maison auront, pour la première fois, un contrat de travail, une assurance maladie, la sécurité sociale et un 13e mois payés par l’employeur.

L’avenir politique de la brillante avocate est en ascension, grâce à son mariage récent (juin 2014) avec le député Mark Villar, fils de l’ancien président du Sénat, Manuel Villar Jr, et de l’ancienne députée Cynthia Villar. La question qui se pose maintenant est de savoir si Emmeline Aglipay-Villar va continuer à défendre de telles causes au Sénat.

Affiche politique

Affiche politique

L’organisation des Philippins vivants aux États-Unis, U.S. Pinoys for Good Governance (USPGG), dirigée par Madame Loida Nicolas Lewis a organisé, le 24 juillet 2014, une manifestation internationale contre les activités chinoises en mer de Chine méridionale.
Sur cette affiche, on peut lire :
« Nous nous élevons contre la Chine qui tente de nous intimider sur notre propre mer ».
« Aucun envahisseur ne pourra fouler du pied notre récif sacré »

Notes

1 Jovan Cerda, « Unemployment rate drops as 1M jobs created over a year », Philippine Star, 10 septembre 2014, (http://www.philstar.com/business/2014/09/10/1367506/unemployment-ratedrops-1m-jobs-created-over-year)

2 Banque mondiale, Philippine Economic Update, mars 2014, p. 48 (http://www.worldbank.org/content/dam/Worldbank/document/EAP/Philippines/Philippine%20Economic%20Update%20March%202014.pdf)

3 Banque mondiale, Philippine Economic Update, août 2014, p. 9 (http://www.worldbank.org/content/dam/Worldbank/document/EAP/Philippines/Philippine%20Economic%20Update%20August%202014.pdf). Le Conditional Cash Transfers permet à des familles de recevoir de l’argent pour aider à l’éducation de leurs enfants, mais en échange les parents doivent assister à des ateliers de formation dans divers domaines.

4 Carmela Fonbuena, « Aquino’s ratings drop to lowest since 2010 », Rappler. com, 14 juillet 2014, (http://www.rappler.com/nation/63239-aquino-lowest-ratings)

5 Chi Almario-Gonzalez, « 30 DAP projects in limbo », ABS-CBN, 27 septembre 2014, (http://www.abscbnnews.com/focus/09/26/14/30-dap-projects-worth-p29-6-billion-limbo)

6 Sur le scandale du pork barrel, voir François-Xavier Bonnet, 2014, Philippines : l’administration Aquino à la croisée des chemins, in Jeremy Jammes et François Robinne (dir.), L’Asie du Sud-Est 2014, Bangkok-Paris, Irasec-Indes savantes, p. 272-275.

7 Malou Mangahas, « Pork redux? Districts of LP solons, allies get biggest slabs », Philippine Center for Investigative Journalism, 6 août 2014, (http://pcij.org/stories/pork-redux-districts-of-lp-solons-alliesget-http://www.rappler.com/nation/63239-aquino-lowest-ratingsbiggest-slabs/)

8 Chi Almario-Gonzalez, ibid.

9 « Binay numbers drop even after PICC speech », Rappler.com, 14 octobre 2014, (http://www.rappler.com/nation/71907-binay-numbers-after-speech)

10 Carmela Fonbuena, « VP Binay’s lead in presidential poll drops », Rappler.com, 29 septembre 2014, (http://www.rappler.com/nation/70474-vp-binay-lead-presidential-poll-drops)

11 Jejomar Binay est un ami très proche de la famille Aquino. Certains membres de la famille Aquino se sont d’ailleurs prononcés en faveur de la canditature du Vice-président. La Constitution interdit à un président de se présenter une seconde fois.

12 Ces mesures viennent du Joint Typhoon Warning Center (JTWC) basé à Hawai.

13 L’onde de tempête est une surélévation du niveau de la mer provoquée par les vents qui soufflent sur la surface autour du cœur cyclonique (définition simplifiée de Météo France, www.meteofrance.com). Selon la description des survivants, la plupart des victimes du typhon Haiyan ont été noyées par l’onde de tempête, soit successivement trois vagues déferlant sur la ville de Tacloban (la première vague fut la plus importante).

14 National Disaster Risk Reduction and Management Council (NDRRMC), Update: effects of typhoon Yolanda (Haiyan), Quezon City, Camp Aguinaldo, 17 avril 2014. (Il s’agit du dernier rapport du NDRRMC concernant ce typhon).

15 NDRRMC, ibid. p. 1.

16 Center for Excellence in Disaster Management and Humanitarian Assitance (CFE-DMHA), Lessons from civil military disaster management and humanitarian response to typhoon Haiyan (Yolanda), janvier 2014, (http://hhi.harvard.edu/sites/default/files/publications/Lessons%20from%20Civil%20Military%20Disaster%20Management.pdf)

17 FAO, « Six months after disaster, Philippine farmers bring in the harvest », fao. org, 7 mai 2014, (http//www.fao.org/news/story/en/item/231119/icode/)

18 PIA, « BFAR builds 5000 “Bangkang Pinoy” for Yolanda affected fisherfolk », gov. ph, 16 juin 2014, (http://news.pia.gov.ph/index.php?article=1781402830358)

19 FAO, ibid.

20 Felipe, Cecile, « Lacson eyes 90% completion of Yolanda rehab before Noy’s term ends », Philippine Star, 19 mai 2014, (http://www.philstar.com/headlines/2014/05/19/1324643/lacson-eyes-90-completion-yolanda-rehab-noys-term-ends)

21 Gouvernement des Philippines, Foreign Aid Transparency Hub (Faith), accès le 17 novembre 2014, (http://www.gov.ph/faith/)

22 Bangsamoro ou nation moro. Le terme moro englobe les 13 groupes linguistiques musulmans de Mindanao et Sulu.

23 Christian Esguerra, « Moro law delayed; MILF upset over revisions », Philippine Daily Inquirer, 7 août 2014, (http://newsinfo.inquirer.net/627025/moro-law-delayed-milf-upset-over-revisions)

24 Ibid.

25 Le texte original de la BBL n’est pas disponible et il est donc impossible de comparer les deux versions. Il semblerait cependant qu’il y ait, entre autres, des différences financières. Ainsi, le texte original octroyait à la commission de transition (préparant la mise en place de la nouvelle région autonome en 2016) un budget de 20 milliards de pesos (352 millions d’euros). L’administration Aquino, via le peaufinage, diminuait le budget à 500 millions de pesos (8,8 millions d’euros). Après les réunions d’urgence du mois d’août, le budget remontait à 1 milliard de pesos (17,6 millions d’euros).

26 Patricio Diaz, « Comment: FPA and BBL », Mindanews.com, 28 septembre 2014, (www.mindanews.com/mindaviews/2014/09/28/comment-fpa-and-bbl/)

27 Conférence de Jose Lorena (Office of the Presidential Adviser on the Peace Process), Makati City, Forum on Bangsamoro Basic Law, 24 septembre 2014.

28 Tuna industry wants unhampered operations in Bangsamoro waters », Mindanews, 23 septembre 2014, (www.mindanews.com/top-stories/2014/09/23/tuna-industry-wants-unhampered-operationsin-bangsamoro-waters/)

29 D.J. Yap, « Control over Bangsamoro waters resources raises concerns in some sectors », Philippine Daily Inquirer, 8 octobre 2014, (http://newsinfo.inquirer.net/643439/control-over-bangsamoro-waterresources-raises-concerns-in-some-sectors)

30 Carolyn O. Arguillas, « Dureza: extend Bangsamoro transition period to 2019 », Mindanews, 15 septembre 2014, (http://www.mindanews.com/peace-process/2014/09/15/dureza-extend-bangsamoro-transition-period-to-2019/). Il est prévu qu’en 2016 la Bangsamoro remplace l’ARMM et que le premier Parlement soit élu concomitamment aux élections présidentielles.

31 « MILF forms political party for 2016 », Philippine Daily Inquirer, 13 octobre 2014, (http://newsinfo.inquirer.net/644357/milf-forms-political-party-for-2016)

32 « Speech of President Aquino at the turnover ceremony of the draft Bangsamoro Basic Law », Opapp. gov. ph, 10 septembre 2014, (http://www.opapp.gov.ph/milf/news/speech-president-aquinoturnover-ceremony-draft-bangsamoro-basic-law)

33 Sources personnelles.

34 « MILF vows to stop spread of ISIS “virus” in PH », Rappler.com, 28 août 2014, (http://www.rappler.com/nation/67503-milf-stop-isis-ph)

35 Le complot Bojinka, organisé par Ramzi Yousef, visait à assassiner le pape Jean-Paul II en visite aux Philippines, faire exploser en vol 11 avions faisant route entre l’Asie et les États-Unis, et écraser un avion sur le quartier général de la CIA en Virginie. L’ensemble était financé par le beau-frère d’Osama Bin Laden, Jamal Khalifa, résident aux Philippines.

36 Paterno Esmaquel II, « Philippines, Indonesia seal historic maritime deal », Rappler.com, 23 mai 2014, (http://www.rappler.com/nation/58737-philippines-indonesia-eez-boundary-agreement)

37 La Chine proposait aux Philippines que les navires des deux pays quittent le Scarborough Shoal, et promettait aussi une augmentation des investissements. En échange, les Philippines devaient abandonner leurs actions devant le tribunal international. Voir Paterno Esmaquel II, « China offers carrot to quit case », Rappler. com, 26 février 2014, (http://www.rappler.com/nation/51558-china-derailphilippines-memorial-itlos)

38 Cet avant-poste est constitué d’un navire de guerre, le BRP Sierra Madre, échoué volontairement en 1999 pour surveiller la base construite par les Chinois sur le récif Mischief en 1995.

39 Ely Pamatong est connu pour ses coups d’éclat. Un ardent défenseur de l’idée que les Philippines devraient faire partie des États-Unis et un ancien candidat, déchu, aux élections présidentielles de 2003, n’avait pas hésité à faire mettre de gros clous sur le boulevard d’Epifanio de los Santos (EDSA), provoquant de nombreux accidents, afin de protester contre la décision de la Commission électorale. Son organisation est l’United States Allied Freedom Fighters of the East (USAFF).

40 Jaime Pilapil, « Anti-China group behind plot to bomb NAIA », The Manila Times, 2 septembre 2014, (http://www.manilatimes.net/anti-china-group-behind-plot-bomb-naia-mall/123635/)

41 Aileen S.P. Baviera, « Implications of the US-Philippines Enhanced Defense Cooperation Agreement », Asia Pacific Bulletin, no 262, 9 mai 2014, (http://www.eastwestcenter.org/sites/default/files/private/apb262.pdf)

42 Il s’agit de la première visite d’un président philippin en France depuis 1994.

43 Cette visite était la première d’une personnalité de haut rang du gouvernement français depuis l’indépendance des Philippines en 1946.

44 François-Xavier Bonnet, 2013, Philippines : Une année de croissance et… d’espoirs, in Jérémy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est, Bangkok, Irasec, p. 256.

45 Delegation of the European Union in the Philippines, EU-Philippines trade and investment factfile 2013, (http://eeas.europa.eu/delegations/philippines/documents/more_info/publications/trade_and_investment_factfile.pdf)

46 Les sénateurs sont élus au niveau national et non dans des districts.

Table des illustrations

Titre Les Philippines
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Affiche politique
Légende L’organisation des Philippins vivants aux États-Unis, U.S. Pinoys for Good Governance (USPGG), dirigée par Madame Loida Nicolas Lewis a organisé, le 24 juillet 2014, une manifestation internationale contre les activités chinoises en mer de Chine méridionale.Sur cette affiche, on peut lire :« Nous nous élevons contre la Chine qui tente de nous intimider sur notre propre mer ».« Aucun envahisseur ne pourra fouler du pied notre récif sacré »
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Géographe et chercheur associé de l’Irasec. Il travaille sur les interconnexions entre les conflits claniques (rido) et les insurrections musulmanes sur l’île de Mindanao. Il est l’auteur de trois chapitres dans la monographie nationale Philippines contemporaines (William Guéraiche (dir.), Les Indes savantes, 2013), ainsi que d’une série d’articles sur la géopolitique des Philippines, dont « Geopolitics of Scarborough Shoal », (Carnet de l'Irasec, no 14, 2012). Il est par ailleurs consultant pour différentes agences des Nations unies (notamment l’Unesco) et pour certaines municipalités de Mindanao ayant des conflits locaux à régler.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site