Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Malaisie. Drames aériens, désarroi et reprise en main politicienne. La Malaisie sous le choc malgré les bonnes nouvelles économiques

Elsa Lafaye de Micheaux

Testo integrale

12014 aura été une année particulièrement douloureuse pour la Malaisie, marquée par deux drames aériens ayant traumatisé la population et son personnel politique. Le mystère entourant la disparition du vol MH370 pour Pékin en mars et la violence de l’agression dont a été victime le vol MH17, abattu au-dessus de l’Ukraine, restent dans toutes les mémoires. Plusieurs mois après, des sanctuaires spontanés d’hommage aux victimes ponctuent encore le paysage quotidien, des bâtiments universitaires aux centres commerciaux, tandis que toutes les grandes compagnies nationales multiplient les messages de condoléances sur de grands écrans publicitaires dans la rue ou dans les journaux. Ces deux événements tragiques appellent toujours leur explication puisque la disparition du Kuala Lumpur-Pékin du 8 mars n’a pas été élucidée, ni les auteurs de l’explosion de l’Amsterdam-Kuala Lumpur du 17 juillet 2014 identifiés. Lorsque le ministre de la Défense Hishammuddin Hussein s’est rendu en Ukraine et en Russie en septembre 2014, il n’a reçu aucune réponse officielle à la question de savoir qui était responsable de cet acte de guerre, les autorités ukrainiennes comme russes, ainsi que les séparatistes prorusses en Ukraine, se renvoyant la responsabilité.

  • 1 Les 13e élections générales de 2013 renouvelaient 12 des 13 assemblées (sauf le Sarawak) des Parlem (...)

2Les deux drames semblent, dans un cas comme dans l’autre, ne pas relever de la responsabilité du gouvernement malaisien : pour autant ces coups du sort successifs ne pouvaient pas ne pas affaiblir symboliquement le Premier ministre Najib Razak, dépassé par une situation hors norme. Cet acharnement des « cieux » contre la nation malaisienne, le sentiment d’infortune collective dépourvue d’explications claires et officielles ont implicitement pesé sur la confiance que les Malaisiens placent dans ceux qui les gouvernent. La confiance et la légitimité, en ce qui concerne Najib, étaient déjà fortement écornées par les élections générales de 2013, remportées d’extrême justesse par le Barisan Nasional alors que l’opposition (le Pakatan Rakyat, coalition particulièrement composite) gagnait en soutiens et puissance1. Le Barisan Nasional est la coalition au pouvoir depuis l’Indépendance sous domination historique du parti malais conservateur UMNO, tandis que la coalition d’opposition, née du mouvement Reformasi enfanté par la crise de 1997, agglomère des forces politiques hétérogènes. Incarnant les espoirs de changement du pays et en particulier de la jeunesse face au parti UMNO, l’opposition du Pakatan Rakyat a recueilli 51 % des suffrages aux élections générales de 2013. Si le découpage électoral l’a privée d’une victoire en termes de siège, ces élections ont représenté un tournant extrêmement favorable pour l’opposition. Mais en raison de son caractère hétéroclite (alliant partis démocratiques et parti islamique), la question de sa capacité à gouverner malgré les différences de points de vue se pose. Or la déception et l’amertume d’une grande partie des Malaisiens au cours de 2014 ont aussi été alimentées par le fait que l’opposition n’a pas mis longtemps à afficher de profondes divisions internes. La « crise du Selangor » notamment a fait reculer la perspective d’une alternative politique crédible à laquelle la majorité des Malaisiens aurait aimé se rallier et qui semblait, fin 2013 encore, tout à fait ouverte.

1 - Une année de discorde : la crise de l’opposition et le raidissement postélectoral du parti au pouvoir (UMNO)

  • 2 Avec 47 % seulement des suffrages exprimés, mais bénéficiant d’un découpage électoral extrêmement f (...)

3Fortement polarisée depuis les élections générales de 2013 qui ont vu se préciser la possibilité d’une victoire historique de l’opposition2, la vie politique malaisienne a été chaotique et difficile pour les deux camps en 2014. La « crise du Selangor », dans laquelle l’opposition s’est enferrée au fil des mois, l’a divisée et très fortement affaiblie. La période qui a suivi les 13e élections générales s’est ainsi révélée beaucoup moins défavorable qu’on aurait pu l’imaginer pour l’UMNO. Mais son président, le Premier ministre en titre Najib, a semblé assommé par les événements, et les critiques auxquelles il a fait face au sein de son propre camp ont fini de défaire sa légitimité. Seules quelques bonnes nouvelles symboliques et largement inattendues (bons chiffres de la croissance, reprise des investissements étrangers, obtention du siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour l’année 2015) peuvent donner l’illusion d’une bonne conduite du pays.

La crise de l’opposition dans l’État du Selangor et les crispations du parti islamique (PAS)

4Tout a commencé par le Kajang move (Mouvement de Kajang), autrement dit la démission d'un élu du PKR, Lee Chin Cheh, dans la circonscription de Kajang, dans l'État du Selangor, le 27 janvier 2014. Cette démission a été suivie dès le lendemain par l’annonce de la candidature du leader charismatique du PKR, Anwar Ibrahim, aux élections partielles pour le remplacer. Un tel siège au Parlement local était en effet la condition légale pour lui ouvrir la voie au poste de Menteri Besar, autrement dit de chef de l'exécutif local de l'État (équivalent fonctionnel du Chief Minister des États dépourvus de sultan comme Penang ou Malacca). Le Selangor est l'État à la fois le plus riche et le plus peuplé de Malaisie. Cette élection était prévue pour le 23 mars avec clôture des dépôts de candidature au 11 mars. Alors que le 9 janvier 2012, la Haute Cour de Kuala Lumpur avait déclaré Anwar innocent de l'accusation de sodomie portée par un ancien employé (en 2008), son appel, fait par un avocat lié à l'UMNO, a soudain conduit à un nouveau procès le 7 mars 2014 devant la Cour d'appel (la demande de délai portée par une pétition de soutien à Anwar ayant été rejetée comme abus de procédure). Lors de ce nouveau procès, à la veille de la clôture des listes, il a été déclaré coupable et condamné à cinq ans de prison, portant un coup juridique fatal à la possibilité de conquérir le sommet de l'État du Selangor. Sa femme, Dr Wan Azizah l’a donc remplacé in extremis sur les listes de candidature et a remporté le scrutin de Kajang à une large majorité (16 741 votes contre 11 362 pour le BN), le 23 mars. L'érosion des votants par rapport aux élections générales de 2013 est cependant manifeste (taux de participation de 72 % contre 88 % en mai 2013), et le succès de Wan Azizah plus modeste que celui de l'élu « démissionnaire » (19 571 votes).

  • 3 Fathi Aris Omar, « How did PAS lose an exco seat in Selangor », Malaysiakini, 26 septembre 2014.
  • 4 Ram Anand, « Royal muscle - politicians come and go, sultan for life », Malaysiakini, 3 octobre 201 (...)
  • 5 « We won't hit the streets for you again, Anwar », Malaysiakini, 17 octobre 2014.

5Bien qu'elle ait affirmé le 23 mars que le poste de MB (Menteri Besar) n'était pas l'important, Wan Azizah a ensuite été désignée par son parti pour y prétendre. En effet, le Menteri Besar, Khalid Ibrahim, à la tête du Selangor depuis la victoire de l'opposition aux élections de 2008, a été à son tour écarté du pouvoir par le PR au motif d’une conduite trop solitaire des affaires, en particulier celles, complexes, entourant la renégociation politiquement cruciale des contrats relatifs à la production et la distribution de l’eau dans l’État. À la suite d’un vote défavorable du PR, Khalid a été obligé de présenter sa démission au sultan du Selangor, Sharafuddin Idris Shah (auquel il avait demandé audience durant l’été en vain) et, très amer, a donc libéré cette fonction le 26 août 2014. Une longue période de vacance du pouvoir au sommet du Selangor a suivi : ces semaines ont donné lieu à un suspense interminable quant au nom du MB qu’allait retenir le Sultan, comme le veut la Constitution malaisienne. Les partis alliés au sein du PR se sont déchirés sur la désignation des candidats. En effet, le Sultan demandait aux partis membres du PR de lui soumettre entre deux et quatre noms. Le DAP et le PKR n’en ont finalement présenté qu’un, au risque d’apparaître bien peu respectueux à l’égard du Sultan, celui de la femme d’Anwar. Le PAS, dont une partie s’est farouchement opposée à la nomination d’une femme (Wan Azizah) à la tête du Selangor, en a finalement proposé plusieurs, se distinguant des autres partis de la coalition. Les journaux proches du gouvernement ont amplement médiatisé les divisions et difficultés rencontrées lors de cette phase de crise devenant jour après jour plus aiguë. Le Sultan semblait « jouer la montre » et laisser grossir les dissensions. Les rumeurs de tractations avec l’UMNO, qu’elles concernent des membres du PAS ou du PKR, se sont multipliées. La crise ne s’est dénouée que le 23 septembre avec la nomination au poste de MB, non pas de Wan Azizah mais de son numéro deux, Azmin (voir portrait) jusque-là resté très discret. Sa prise de fonction a marqué l’épilogue d’une tragi-comédie dont aucun des partis de l’opposition en présence n’est sorti grandi, et surtout pas le PAS qui, dans l’opération, a perdu un siège au conseil exécutif du Selangor3. Personne, si ce n’est peut-être le sultan du Selangor, dont le pouvoir politique est apparu bien réel, « faiseur de roi » qui ne s’est pas privé de commenter l’épisode : « les politiciens vont et viennent, ils servent durant 5 ans et peuvent être remplacés aux élections suivantes ; je régnerai sur le Selangor jusqu’à la fin de ma vie4 ». L’opposition dans son ensemble ressort décrédibilisée de la crise : sa prétention à pouvoir partager le pouvoir malgré une hétérogénéité profonde ne résistera sans doute pas à ce fiasco. Anwar Ibrahim, l’icône politique de 1998 et du mouvement de la Reformasi, leader de facto du PKR, ne peut plus tenir le rôle de victime d’un pouvoir autoritaire – dont il est objectivement lui-même le produit – et, pour beaucoup, ne peut plus non plus y associer tout le mouvement d’opposition. C’est ce qui a été d’ailleurs très clairement exprimé par Ekhsan Bukharee, le coordinateur de Lensa Anak Muda Malaysia (Lensa), dans le cadre de la manifestation contre le Sedition Act du 17 octobre 2014 à Kuala Lumpur : « Anwar, nous sommes fatigués de vous »5. Mais son dernier procès en appel a néanmoins donné lieu à de fortes manifestations de soutien deux semaines plus tard, à Putrajaya car beaucoup pensent toujours qu’il est l’homme politique le plus dangereux pour l’UMNO.

6Le décès de Karpal Singh, juriste de très haut vol et grande figure morale malaisienne a renforcé les difficultés du Pakatan Rakyat. En effet, le DAP, souvent critiqué par l’UMNO dans son ambition postraciale comme étant un parti chinois au service de Chinois de Malaisie, se trouve ainsi brutalement privé de sa principale caution de parti multiethnique ; l’opposition y perd une de ses principales références intellectuelles et morales et l’un de ses cadres aux compétences les plus largement reconnues. Enfin, Anwar lui-même, dont Singh fut l’avocat à plusieurs reprises, voit disparaître avec ce décès, l’un de ses principaux soutiens au sommet du PR.

7De son côté, le PAS, parti islamique membre de la coalition d’opposition, a jonglé avec les moments et les annonces pour mettre à l’honneur ou, au contraire, laisser de côté son propre agenda politique, inchangé depuis des années : l’établissement d’un État islamique en Malaisie. Ainsi, courant 2014, la mise en pratique du hudud (partie de la charia relative aux crimes – blasphème, jeu, adultère, défaut de conduite vestimentaire, etc.) dans le Kelantan, l’État gouverné par le PAS était-elle tantôt annoncée, tantôt oubliée, ou du moins momentanément mise de côté. Le jour de l’annonce du budget 2015, le gouvernement du Kelantan annonçait la décision de mettre en œuvre le hudud au Kelantan, malgré l’opposition des non musulmans. Il précisait cependant que seuls les musulmans en relèveraient et, le lendemain, s’étonnait que ceux qui n’en relèveraient pas s’y opposent quand même. Le premier exemple donné d’application de la loi est le respect de la prière du vendredi : la peine encourue en cas de manquement délibéré serait de 1 000 RM (250 euros) ou un an d’emprisonnement, ou les deux. La création de brigades de femmes veillant à la bonne pratique de la prière du vendredi serait à l’étude. Dans le même registre, l’association de défense des libertés civiles des femmes musulmanes, Sisters in Islam, a fait l’objet d’une fatwa, car jugée « déviante » par le Conseil religieux islamique du Selangor (MAIS) pour motif de « libéralisme et pluralisme ». Là encore, les partis se sont divisés au sujet de cette fatwa : Azmin, au titre de MB du Selangor, s’est refusé à la commenter, alors que la Jeunesse du PAS critiquait la réaction en justice de l’ONG soutenue juridiquement par Zaid Ibrahim (PKR). Durant la crise du Selangor comme à l’issue de celle-ci, le PAS est apparu plus que jamais clivé par une ligne de fracture au sein de son assemblée (muktamat) entre les pro-Hadi, l’actuel président du parti, conservateurs et pro-oulémas, et les libéraux ayant souvent rejoint le PAS suite à l’éviction d’Anwar, se dénommant eux-mêmes « Erdogan » pour souligner leurs aspirations réformatrices. Ces éléments soulignent à l’échelle du Selangor les difficultés que rencontre objectivement la coalition d’opposition (PAS, DAP, PKR) pour se partager le pouvoir et gouverner. Alors qu’elle est très attendue sur ce terrain, tant par ses partisans - majoritaires, on l’a dit, aux dernières élections – que par l’UMNO guettant ses premiers faux pas. Dans une sortie rhétorique durant la crise du Selangor, le parti malais a eu beau jeu de donner en exemple la pratique « harmonieuse » de sa propre coalition, le Barisan Nasional, au record de longévité.

8Mais si l’opposition a subi sa première crise politique en 2014, l’UMNO semble aussi divisée. Le Premier ministre, son président, sort diminué du cours chaotique de l’année. Son incapacité à redonner ordre et sens à la succession des événements, autrement que par la mise en application de lois liberticides, affaiblit encore la confiance des Malaisiens en leur gouvernement et pourrait peser sur son propre avenir politique.

Unité nationale fragilisée et usage du Sedition Act

9Najib Razak a été victime d’un malaise à l’annonce du deuxième drame aérien, le premier ayant déjà donné lieu à une vague de critiques sur la communication et la gestion de la crise. À la suite du drame, la grande compagnie aérienne nationale, la MAS, est apparue en sursis. Les négociations avec l’Ukraine et la Russie se sont très mal engagées et la société en est restée traumatisée. Qui plus est, Mahathir Mohamad, l’ancien puissant Premier ministre (1981-2003) a multiplié les critiques à l’égard de la politique de Najib, ouvrant une large brèche au sein de l’UMNO pour permettre à une opposition interne de voir le jour. Ainsi, sur de très nombreux plans, le pouvoir a semblé affaibli et désorienté. Cela s’est traduit à la fois par une incapacité à rassembler la nation, par une position qui a longtemps tardé à se clarifier vis-à-vis de l’État islamique, mais également par un abus du Sedition Act, une loi héritée de la colonisation (1948) répressive envers les libertés fondamentales.

10La fin du communalisme, autrement dit de la représentation dominante de la société comme divisée entre communautés ethniques, était envisageable pour beaucoup au moment des élections de 2013. Au contraire de quoi, le maintien au pouvoir d’un Najib affaibli a ouvert la porte à tous les dérapages. Des accusations portées publiquement à l’encontre des autres communautés, agitant le spectre des dissensions ethniques, ce qu’on nomme racial bullying en Malaisie, remontent à la surface. En vrac, les partis extrémistes malais (PERKASA, ISMA) et les personnalités politiques de l’UMNO ou du PAS n’hésitent plus à attaquer l’« arrogance des non-Malais », à définir par le terme d’« intrus » (intruders), les non-Malais, en particulier les Chinois de Malaisie, à remettre en cause les écoles en langue chinoise, voire, à interpréter la présence d’une élue à la fête de la bière comme « une offense au parti islamique ». Les étrangers, très nombreux, notamment au niveau des travailleurs peu qualifiés, sont criminalisés.

  • 6 « Nancy: I never supported Ibrahim and its religious views », The Star, 17 octobre 2014.

11Au même moment, le débat judiciaire non résolu sur l’interdiction de la reprise du nom d’Allah dans la Bible (nom dont l’usage devrait, selon certains oulémas, être réservé aux musulmans) a donné lieu à de nouveaux développements et permet à l’UMNO de poursuivre son jeu politicien, surfant sur les pommes de discorde intercommunautaires en s’alignant sur le parti islamique. Nancy Shukry, ministre au sein du cabinet du Premier ministre et de facto ministre de la Justice, paraissait début octobre justifier Ibrahim, le leader de PERKASA, association d’extrême droite proche de l’UMNO, qui menaçait de brûler les exemplaires de la Bible maintenant la mention d’Allah. Le thème des bibles brûlées est revenu en boucle dans les débats sur Internet comme dans les journaux, avant que la ministre ne se rétracte6.

  • 7 Mouvement citoyen anticorruption né en 2006 durant l’ouverture politique sous Abdullah Badawi. Voir (...)
  • 8 F. Zolkepli, N. Rodzi, « 14 suspected militants held », The Star, 16 octobre 2014.

12Cette image de bibles (chrétiennes) brûlées par les islamistes prenait une tonalité toute particulière dans le contexte international de guerre contre l’État islamique (EI). Au moment où les États-Unis se sont engagés dans une intervention aérienne en Syrie en septembre 2014, la politique consistant à ne pas se couper des références à l’islam, mais au contraire à surenchérir régulièrement en direction du parti islamique d’opposition, a amené le gouvernement à une position très peu claire, voire, longtemps douteuse sur les terroristes de l’État islamique. En effet, en juin 2014, le Premier ministre malaisien saluait l’action de l’Armée de libération islamique en Irak dont la communauté internationale s’alarmait des exactions, en particulier commises à l’égard des chrétiens. Soumis à une forte critique du mouvement citoyen Bersih7 qui a immédiatement médiatisé le dérapage au niveau international, le gouvernement s’est ensuite bien gardé de s’exprimer sur le sujet. Ce n’est que le 26 septembre, lors de la tribune de Najib à New York sur la « modération malaisienne », que le chef du gouvernement s’est véritablement exprimé pour condamner les exactions des jihadistes, à un moment où il espérait obtenir les soutiens de l’Assemblée générale de l’ONU pour un siège au Conseil de sécurité. La veille du vote à l’ONU, le gouvernement annonçait d’ailleurs une vague d’arrestations de présumés terroristes, dont le plus jeune était âgé de 14 ans, parmi lesquels « trois personnages clés du recrutement pour l’EI en Malaisie »8.

  • 9 N. Fau, 2013, « Malaisie. L’Année des “promesses tenues” ? », in J. Jammes (dir.), Asie du Sud-Est (...)
  • 10 Dont celle, atypique, d’Abdullah Zaik, chef d’ISMA, une association d’extrême droite malaise.

13Alors que la population aspire à l’unité et au recueillement quelques semaines après le second drame aérien et tandis que les restes des victimes arrivent sur le sol malaisien, la tension et la crispation politiques ont entouré les deux journées de fête nationale, d’abord la fête de l’Indépendance, Merdeka Day, le 31 août, puis la fête de la Malaisie. Lors des célébrations de l’indépendance du pays à Georgetown (Penang), plus de 150 personnes ont ainsi été arrêtées. Elles participaient officiellement au cortège, au titre de la Voluntary Patrol Unit (PPS), institution locale créée par le gouvernement d’opposition de Lim Guan Eng (DAP), mais non enregistrée au registre des sociétés. Arrêté après avoir pourtant ouvert le cortège en compagnie du sultan du Perak, l’élu parlementaire du DAP, conseiller en charge du Bien-être, du Travail social et de l’Environnement et responsable de cette association, Phee Booh Poh, a passé la nuit en prison. La journaliste malaisienne Susan Loone (Malaysiakini), qui l’avait interviewé, s’est trouvée elle aussi arrêtée et interrogée par la police le lendemain. Des manifestations internationales de soutien (notamment de Reporters sans frontières) ont médiatisé cette affaire. À travers ces deux cas, les libertés fondamentales apparaissent clairement mises à mal en Malaisie. On constate ici que les promesses électorales de Najib, en 2011 et 2012, annonçant une ouverture sur le plan de la liberté d’expression et des droits civiques, étaient bel et bien en trompe-l’œil9, et n’ont pas été tenues malgré la promulgation du Security Offense Bill (2012) et l’annonce de la préparation du National Harmony Act en lieu et place respectivement de l’Internal Security Act (1960) et du Sedition Act (1948) toujours en vigueur. Il en va de même des libertés étudiantes et de la liberté académique : maître de conférences en droit public à l’Université de Malaya, Azmi Sharom (voir portrait) est accusé de sédition après avoir répondu en cours sur la constitutionnalité de la procédure de désignation du Menteri Besar. Il encourt pour cela trois ans de prison et 5 000 RM d’amende : il a cependant demandé un examen de la constitutionnalité de la loi antisédition au motif qu’elle date d’avant la Constitution malaisienne. La Haute Cour se prononcera sur ce point le 5 novembre, et d’ici là les audiences des autres procès pour sédition10 sont suspendues. Le 16 octobre, une grande manifestation pour l’abolition du Sedition Act s’est tenue, à l’initiative des avocats du barreau, rassemblant plus d’un millier de participants. Le Sedition Act, aux contours flous laissant une très large part à l’arbitraire, semble en effet être devenu au fil des semaines l’arme de défense d’un pouvoir en perte de légitimité. Un subtil partage des rôles semble s’opérer alors entre le Premier ministre Najib, ayant promis l’abolition de cette loi en 2011, singulièrement muet sur les cas soulevés, et les deux grands utilisateurs de la loi, le chef de la police et le procureur général conduits à mettre en accusation nombre de personnalités, au premier rang desquelles des parlementaires de l’opposition. Mais à l’Assemblée générale du parti, le 26 novembre 2014, c’est en tant que Président de l’UMNO que Najib assume un spectaculaire revirement et annonce le maintien du Sedition Act, et son renforcement concernant les médias et les bloggeurs.

  • 11 Interdire l’évocation de la séparation des États de Bornéo ainsi que le manque de respect à la roya (...)

14Autre occasion ratée de rassemblement populaire, le Malaysia Day du 16 septembre peine à trouver son sens. À l’initiative de Najib, il célèbre la naissance de la Fédération (1963) dans sa forme biterritoriale actuelle, c’est-à-dire la Péninsule malaise (hors Singapour expulsé en 1965) et les deux États, Sabah et Sarawak, de Bornéo. Mais cette année, la question de la scission de Sarawak et Sabah a été évoquée après qu’un leader de l’opposition a, sous forme de boutade, parlé de les expulser. En effet, ces deux États ont permis la victoire du Barisan Nasional (BN) en 2013 : l’opposition aurait pu souhaiter leur sortie de la Fédération. Là encore, reprise plus que de raison, l’évocation de cette pseudoexpulsion est venue alimenter les dissensions nationales11. La fête de la Malaisie s’est tenue à Miri, dans l’État du Sarawak, sans que l’on puisse dire que cette cérémonie ait porté une grande signification et un nouvel élan à la nation, épuisée par les drames et les tensions politiques.

2 - L’Année de l’amitié Malaisie-Chine endeuillée par le drame du MH370

15L’année 2014 s’annonçait pourtant sous de bons auspices sur le plan de la politique étrangère, avec l’annonce des célébrations des 40 ans de relations Malaisie-Chine lors de la venue du président chinois Xi Jinping à Kuala Lumpur en octobre 2013. Ces manifestations d’une amitié privilégiée – le premier pays non communiste de l’Asean à reconnaître la République populaire de Chine fut la Malaisie de Tun Adbul Razak, père de l’actuel Premier ministre, en 1974 – sont apparues fortement valorisantes pour la diplomatie malaisienne. De fait, les visites officielles se sont poursuivies durant l’année 2014, le second pont de Penang (pont fédéral), prouesse technique de 24 km, financé et construit par la Chine, a été inauguré le 1er mars 2014 par le Premier ministre et la Chine a prêté deux pandas au zoo de Kuala Lumpur pour dix ans.

  • 12 Pour une analyse plus extensive des différents aspects de leur relation économique, voir E. Lafaye (...)
  • 13 Chine et Malaisie s’accordent pour se prêter mutuellement des montants équivalents de devises. Ils (...)

16Cette longue et précieuse amitié affichée symboliquement au plus haut niveau par les dirigeants respectifs recouvre un tissu de relations étroites et variées, qui se sont nettement densifiées au cours de la dernière décennie12. Au premier rang de ces relations, le volet commercial : depuis la fin de la décennie 2000, la Malaisie est devenue le premier partenaire de la Chine au sein de l’Asean avec 63,4 milliards $ US d’échanges bilatéraux en 2013. Ses exportations vers la Chine ont augmenté d’un tiers entre 2005 et 2011. Réciproquement, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de la Malaisie depuis 2009. Cette nouvelle position a des incidences monétaires et explique que les deux Banques centrales se sont liées depuis 2009 par des accords de swap de devises13 et que les autorités chinoises ont baissé en 2013 les restrictions à l’usage du yuan (transactions commerciales, dépôts bancaires) en Malaisie, dans un contexte général d’internationalisation progressive de la monnaie chinoise.

  • 14 Si l’on prend les données de stocks d’IDE entrants, l’Union européenne (29 milliards $ US) est deva (...)
  • 15 En 2011 les IDE chinois vers la Malaisie s’élevaient à 2 millions de $ US, en 2012, à 73 millions, (...)
  • 16 296 millions $ US d’IDE malaisiens sortants vers la Chine en 2011, contre 73 millions en 2012 (CNUC (...)

17Concernant les investissements directs étrangers (IDE), la situation est beaucoup moins équilibrée. Bien que les données nationales portant sur ces investissements montrent qu’ils se sont fortement accrus au cours des dix dernières années, ils ne portent que sur des montants faibles côté chinois. Et leur dynamique, certes impressionnante, ne doit pas faire perdre de vue la profondeur des liens industriels avec les grands partenaires historiques : Singapour, Japon, États-Unis, Union européenne14. En effet, les flux d’IDE chinois en Malaisie ont été multipliés par cinquante entre 2003 et 2011 selon le MOFCOM chinois, mais ils atteindraient à peine 100 millions $ US en 2011. Ils restent minces à côté des volumes d’IDE chinois vers le Vietnam, le Cambodge ou le Laos, pays plus proches et beaucoup moins développés d’Asie du Sud-Est15. Dans l’autre sens, les IDE malaisiens vers la Chine s’élèvent à dix fois plus16.

18En 2014, le gouvernement malaisien a incité les Chinois à venir investir en Malaisie. Parmi les grands projets de développement en cours, le plus politique de tous est sans doute le développement du parc industriel de Kuantan. Ce parc, jumeau d’un parc industriel ouvert en Chine à Quinzhou en 2012, est développé conjointement par les Chinois et les Malaisiens, dans une joint-venture à 49-51 %. Le gouvernement chinois a choisi ce lieu à la demande du Premier ministre désirant dynamiser une côte est encore à l’écart économiquement, et en premier lieu, servir l’État d’où il est élu, le Pahang. Les premiers investissements seraient au rendez-vous, avec 3,5 milliards de RM déjà engagés par l’aciérie Alliance Steel, filiale malaisienne de l’entreprise chinoise Guangxi Beibu Gulf Iron and Steel Investment. Malgré la rumeur de son abandon par les investisseurs chinois fin mars 2014, la poursuite du projet de parc industriel semble donc engagée. Pour autant, les autorités chinoises auraient regretté la faiblesse des avancées et implications économiques côté malaisien lesquelles, pour le moment, se limitent aux investissements publics dans des infrastructures. Enfin, le développement du port de Kuantan peut également poser question au moment où la Chine engage la Malaisie dans son projet de Maritime Silk Road (2013) qui, en toute logique géographique, ne peut concevoir le passage par Kuantan que comme un détour. La volonté chinoise de poursuivre les investissements à Kuantan doit être ainsi lue comme un véritable signe politique en direction du Premier ministre et de l’UMNO, bien plus qu’en termes de stratégie commerciale ou industrielle.

  • 17 Dans même ordre de grandeur que l’immobilier, l’industrie a représenté 35,1 % des investissements c (...)
  • 18 Ng Bei Shan, « China-Malaysia developers plan 5,000-acre man-made island off Johor », The Star, 16 (...)

19Alors que les investissements industriels chinois restent modestes dans l’État de Johor, celui-ci, face à Singapour, inspire des projets spectaculaires dans le domaine immobilier17. Ainsi, en 2014 Guangzhou R & F a acquis un grand nombre de terrains à Johor Bahru, capitale de l’État de Johor (1,3 milliard $ US, 47 hectares, surface commerciale de 3,5 millions de m2). Ce projet dépasserait de très loin le précédent record d’achat de terres par Country Garden (23 hectares, environ 250 millions $ US) auprès d’Iskandar Waterfront en 2012 (Danga Bay). Mais un autre projet conjoint, toujours plus ambitieux, est déjà sur les rails : Forest City, le nouveau « mégaprojet » de Country Garden, prévoit le développement de plus de 2 000 hectares sur 30 ans, dont un lotissement luxueux sur une énorme île artificielle18. Pour des raisons environnementales notamment, Forest City a fait l’objet en 2014 d’une enquête publique. Les rumeurs vont bon train sur l’intérêt stratégique pour la Chine de disposer d’une île « dans les eaux malaisiennes », située à une encablure de Singapour dans la partie la plus resserrée du détroit de Malacca.

  • 19 Cité par l’agence de presse officielle Bernama: « Malaysia-China trade, investment cooperation unaf (...)
  • 20 Pamela Boykoff et Chan Kok Leong, « Lucrative China-Malaysia relations not derailed by search for M (...)

20Tout ceci figure donc dans le cadre d’un schéma global d’interdépendance à la Chine, à tonalité positive, à l’égard duquel les positions sceptiques sont rares. La disparition du MH370 a donné lieu à de très vives critiques de la part des médias chinois vis-à-vis des faiblesses et erreurs de communication du gouvernement malaisien. Mais, quelques mois plus tard, ce sont les parents et proches de victimes chinoises, toujours sans nouvelles des disparus qui sont menacés de répression par les autorités chinoises, tandis que les deux gouvernements rappellent que les relations Malaisie-Chine sont positives et que rien ne doit venir entacher cette belle amitié. Quelques semaines après le drame, le ministre du Commerce extérieur malaisien rassurait l’opinion sur l’absence de conséquences commerciales de cet accident19 tandis que l’ambassadeur de Chine en Malaisie s’opposait aux critiques de familles qui « ne représentent pas les vues du peuple chinois et du gouvernement chinois20 ». Au fil des mois, des articles ont souligné la continuité des dynamiques d’investissement et des relations commerciales malgré l’accident.

  • 21 « Malaisie : des ONG locales veulent empêcher le rapatriement forcé de 155 réfugiés ouighours en Ch (...)
  • 22 Selon des sources officielles, ils auraient bien quitté le territoire malaisien depuis lors, mais s (...)
  • 23 E. Lafaye de Micheaux, 2014, « Chine-Malaisie (vue de Malaisie) », op. cit.

21C’est dans ce contexte que l’on doit comprendre la volonté du gouvernement d’expulser, à la demande de la Chine, 155 Ouighours (dont 76 enfants) réfugiés dans deux appartements de la capitale et découverts par les autorités au début du mois d’octobre. Cette mesure, bien que juridiquement permise par le fait que la Malaisie n’a pas signé la convention de l’ONU sur le statut des réfugiés (1951), va à l’encontre des recommandations du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et des organisations locales comme internationales des droits de l’Homme. Les Ouighours, musulmans, étant accusés de terrorisme par Pékin, et l’été 2014 étant marqué par le début du consensus international contre l’État islamique, cet épisode a pu apparaître comme l’occasion pour le gouvernement malaisien de jouer sur les deux tableaux. À ce titre, selon l’agence de presse Bernama, l’État entendait ainsi protéger ses ressortissants et ne pas devenir une région de transit pour des « réseaux de combattants du jihad voulant se rendre dans l’État islamique »21. Elle signale surtout que le gouvernement malaisien pourrait avoir ainsi à payer le prix de sa « précieuse relation » avec la Chine22. La relation de l’UMNO au Parti communiste chinois, lui-même systématiquement légitimiste, offre ainsi au pouvoir politique malaisien non seulement des bénéfices économiques et commerciaux appréciables, mais également un appui politique de grande importance dans un contexte de forte dégradation du soutien électoral à l’égard du parti au pouvoir depuis l’indépendance23.

3 - La Malaisie sortirait-elle déjà du piège des revenus intermédiaires ?

  • 24 E. Lafaye de Micheaux, 2014, « La Malaisie aux prises avec le middle-income trap ? 2003-2013 : ince (...)
  • 25 Voir l’introduction de P. Salama au dossier « Émergents, le temps des désillusions », Revue Tiers M (...)
  • 26 Khor Yu Leng, « The Tough Task of narrowing Malaysia’s fiscal deficit », ISEAS Perspective, no 56, (...)
  • 27 FMI, « Malaysia », Country Report 14/80, mars 2014, p. 7.
  • 28 Discours budgétaire du Premier ministre et ministre des Finances devant l’Assemblée nationale (Dewa (...)

22La Malaisie a pu être classée comme un pays à revenu intermédiaire coincé dans une situation d’entre-deux, dite du middle-income trap24. Cette catégorie discutable souligne cependant les difficultés propres à l’ambition de devenir un pays pleinement développé à l’horizon 2020, ambition énoncée dès 1993 par Mahathir et au cœur du 10e Plan malaisien en cours. Les doutes quant à la capacité de maintenir une trajectoire de croissance jusqu’à pouvoir passer au stade de pays à hauts revenus sont légitimes et concernent la plupart des pays émergents actuellement25. D’autre part, rançon du comportement pour partie rentier du gouvernement malaisien et conséquence de politiques contra-cycliques volontaristes, l’endettement public s’est accumulé depuis la crise de 1997. Il est devenu un problème politique plus récemment, en particulier à la fin 2013, après la dégradation de perspective par l’agence Fitch26. Partie d’un déficit de 6,6 % du PIB en 2009 (soit au lendemain de la crise de 2008), la Malaisie est parvenue à le ramener à 3,9 % en 2013 et ambitionne d’atteindre un déficit de 3,5 % en 2014, ce qui semble à sa portée27. Les mesures fiscales prises pour compresser le déficit public sont la diminution des subventions à l’essence (soit + 20 sen par litre, octobre 2014, inscrite au budget 2015) et la TVA de 6 % (GST, introduite au 1er avril 2015, inscrite au budget 2015). Pour gommer leur aspect directement régressif (dans la mesure où elles touchent plus que proportionnellement les ménages les plus modestes), une série d’exemptions a été publiée, vidant substantiellement de son contenu l’outil fiscal, mais permettant à Najib d’afficher son souci du peuple28. Néanmoins, la GST risque d’entraîner une poussée de l’inflation en fin du premier semestre 2015 selon Chan Quan Min, journaliste à Kinibiz. Celle-ci est estimée à 5 % par l’Economic Report 2014-2015. Elle viendrait alors peser sur un coût de la vie perçu comme en augmentation, notamment en raison de la montée rapide des prix de l’immobilier dans les grandes villes (Kuala Lumpur, Penang, Klang Valley).

  • 29 « We’ll be “high-income nationˮ by 2020 thanks to our policies, says Pemandu chief », The Malaysian (...)

23À en croire Idriss Jala, promoteur des réformes pro-marché et procompétitivité de l’économie malaisienne, député, ministre des Technologies et directeur de l’Agence gouvernementale Pemandu chargée de la modernisation de son appareil public, la Malaisie pourrait bien être en mesure d’atteindre son objectif de pays à hauts revenus (15 000 $ US) en 2020 « sinon avant »29. En effet, en 2009, le PIB par habitant était de 7 000 $ US, en 2013 il atteint 10 000 $ US soit une hausse de 42 % en 4 ans. De plus, la croissance du PIB, régulière de 2009 à 2013 (où elle s’est élevée à 4,7 %) s’est accélérée en 2014, en particulier au 2e trimestre qui a enregistré + 6,4 % en rythme annuel. Aussi, à l’automne, le gouvernement pouvait-il annoncer une réévaluation à la hausse de la croissance annuelle pour 2014 : entre 5,5 et 6 % contre 5-5,5 % pour la fourchette précédente. Les objectifs d’investissements fixés par le 10e Plan ont été remplis et, en 2013, les investissements approuvés avaient atteint 216,5 milliards de RM (67 milliards $ US), avec une part du privé en forte augmentation (elle aurait triplé depuis la mise en œuvre de l’Economic Transformation Programme en 2010).

  • 30 Même si cet excédent se réduit :-44 % en en partie en raison de la baisse du prix du pétrole. L’exc (...)
  • 31 En 2013, elle pesait 14 % du commerce malaisien ; en 2014 elle resterait encore au premier rang dev (...)

24D’autre part, la Malaisie reste une nation fortement extravertie, excédentaire dans ses échanges30 et à la dynamique commerciale positive (+4,5 % par rapport à l’année précédente pour août 2014), pour laquelle la Chine semble être devenue durablement le premier partenaire commercial, supplantant Singapour, le Japon, les États-Unis et l’Union européenne31.

  • 32 (http://minimumwages.mohr.gov.my)

25Sur le front de l’emploi, le taux de chômage officiel reste à 3 %, ce qui semble être la valeur de référence du chômage malaisien depuis des décennies, l’utilisation des travailleurs étrangers jouant le rôle de variable d’ajustement à l’activité. La grande innovation concerne l’introduction du salaire minimum. Évoqué dès 2010 comme l’un des instruments de la politique du gouvernement, au sein du New Economic Model (NEM), il devait assurer une « croissance inclusive », c’est-à-dire une croissance économique entraînant les plus pauvres dans son sillage. Le portail officiel rappelle que 150 pays dans le monde garantissent un salaire minimum32. Après plusieurs années de consultations et débats, l’arrêté a été pris en 2012 pour une mise en application initialement fixée à début 2013. Mais il est entré en vigueur le 1er janvier 2014, après une période d’amendements et d’aménagements. La rémunération mensuelle minimale est fixée à 900 RM dans la Péninsule (et 800 RM à Sabah et Sarawak). Elle est devenue obligatoire pour toutes les branches (sauf personnel domestique), toutes les entreprises quelle qu’en soit la taille et pour toutes les catégories de travailleurs (nationaux ou étrangers). Cette mesure de progrès social est introduite pour répondre à des considérations diverses. Inspirée de discussions menées avec l’Organisation internationale du travail (qui défend le concept de travail décent), elle permet de lutter contre la situation de travailleur pauvre. Selon le rapport de la Banque nationale sur le salaire minimum rapportant une étude de 2009, 33 % des salariés du privé seraient dans ce cas, soit 3,2 millions de personnes travaillant en particulier dans les PME pour un salaire inférieur à 700 RM. D’autre part, le contexte malaisien y est favorable avec un taux de chômage de 3,3 % en moyenne depuis 20 ans, une faible inflation : une croissance de la productivité du travail de 5 % par an en moyenne, contre une progression des salaires de 2,4 % par an en moyenne depuis 10 ans. Dans une perspective de croissance par la demande, l’introduction d’un salaire-plancher dans tout le pays devrait, par le biais de la redistribution des revenus aux catégories de la population ayant la plus forte propension à consommer, jouer un rôle positif en stimulant l’activité via l’augmentation de la consommation privée. Enfin, l’introduction du salaire minimum est cohérente avec l’ambition malaisienne de devenir un pays pleinement développé conjuguant forte productivité et salaires élevés. L’évaluation de l’application effective de cette mesure, tout comme celle de ses effets sur le niveau de vie des salariés les plus modestes, sur la consommation, sur l’activité, sur les prix ou sur l’investissement nécessiteront quelques semestres pour pouvoir être précisément appréciés.

26On peut néanmoins rappeler qu’en termes de partage de la valeur ajoutée entre masse salariale et capital, la Malaisie rémunère très largement le capital (de l'ordre de 60 % contre 40 % pour le travail), soit beaucoup plus qu'au Brésil (environ 50/50), ou encore qu'au sein des pays développés comme les États-Unis ou l’Europe (entre 2/3 et 60 % en faveur du travail contre 1/3-40 % vers le capital) : sa marge dans la répartition des fruits de la croissance en faveur du travail reste donc très large avant de pouvoir prétendre avoir rejoint le stade de pays industrialisé, sur le plan des structures les plus profondes de l’économie.

  • 33 A. Wong, « Labour Department to handle unpaid migrant workers », Malaysiakini, 15 octobre 2014.

27Enfin, les conditions réelles de rémunération et de travail des étrangers, en particulier à Johor, semblent poser question si l’on se réfère au rapport sur l’électronique à Johor ou lorsque le Congrès des syndicats malaisiens, le Malaysian Trade Union Congress (MTUC) fait état de la situation de 500 travailleurs étrangers affamés après deux mois sans paie et laissés dans des limbes administratives en raison d’un non-suivi des permis de travail à la suite de la fermeture de l’usine qui les employait33.

28Véritable maillon faible, désormais reconnu du système économique malaisien, les défaillances du système éducatif sont apparues en plein jour à plusieurs reprises cette année. On peut mentionner ainsi la polémique sur l’introduction d’un examen d’anglais à l’université censé contribuer à élever le niveau des étudiants malaisiens, mais butant de fait sur la faible qualification en la matière, du corps enseignant, bien incapable de l’enseigner en amont de ces fameux examens. Le gouvernement a fait preuve d’une grande énergie pour trouver les coupables de fuites aux examens du secondaire survenues à la rentrée de septembre (CRDPS Leaks). Mais la colère du public s’est vite détournée de la recherche des personnes ayant transmis les sujets vers les responsables politiques d’un système éducatif très dégradé, peu fiable. En effet, le système éducatif est le plus pur produit des politiques de l’UMNO, depuis la grande réforme éducative de Razak (père de Najib) en 1974 jusqu’à l’Education Blueprint de 2013. Ce dernier n’est en aucun cas à la mesure des problèmes du pays dans le domaine, ceux-ci pèsent pourtant sur les capacités d’innovation et la place de la Malaisie dans l’Asie du Sud-Est de demain.

4 - Un espace public saturé de conflictualité

29Maintenue au pouvoir sans élan et sans gloire, cramponnée à son agenda promalais au sein d’une société multiethnique jeune, éduquée et connectée, l’UMNO n’a pas su tirer parti des dissensions ayant éclaté au sein de l’opposition à l’occasion de la crise ouverte par le Kajang Move conduisant à la nomination d’un nouveau Menteri Besar dans le Selangor. Impuissant, le Premier ministre semble comme écrasé sous les coups du sort et, n’étaient les bonnes surprises d’une conjoncture économique plus favorable qu’on ne pouvait l’espérer, l’année 2014 illustre une gestion du pays sans souffle. Najib est apparu incapable de contrer les pulsions autoritaires nationalistes qui émanent de la droite du parti malais conservateur comme les récriminations du parti islamique. À tous les niveaux de l’UMNO, les critiques contre l’inertie de la gouvernance du Premier ministre et envers son épouse, considérée comme exerçant une influence pour le moins controversée sur la conduite des affaires publiques, sont assez vives, même si elles restent encore largement tues par crainte de rétorsions. Les polémiques sur la place des non-Malais en Malaisie, les étrangers, les susceptibilités religieuses et les critiques ad hominem se sont multipliées en revanche dans l’espace public (médias traditionnels ou en ligne). Émanant du parti au pouvoir et relayées par la presse officielle, destinées au commentaire et à la rumeur, ces éruptions verbales sont souvent d’expression violente. Éphémères et sans cesse remplacées par d’autres, les attaques politiciennes tous azimuts recouvrent le présent de la citoyenneté malaisienne d’une agressivité politique récurrente à l’égard de ces minorités. Ces alternances d’attaque et de défense font diversion, masquant le vide des réponses apportées par la classe politique aux défis majeurs du pays et aux attentes de sa jeunesse, concernant l’affermissement de la démocratie, la place de la religion, le statut des femmes, le partage des revenus. Elles témoignent de l’incapacité des élites dirigeantes, y compris de l’opposition, à faire évoluer un système politique et social obsolescent dont ils sont le produit. Droits de l’Homme et harmonie nationale en sont les premiers perdants comme on l’a vu avec la remise à l’honneur du Sedition Act. La maigreur des progrès de la démocratie, alors même que le Premier ministre s’était publiquement engagé sur ce front depuis 2011, tout comme la fragilité des droits sociaux et leur faible niveau de politisation déçoivent les intellectuels du pays. Nombreux sont les jeunes diplômés, en particulier non-Malais, à quitter le pays et les universitaires profitent des invitations à l’étranger pour faire une pause. Malgré la croissance soutenue et le faible taux de chômage, le pays estime à 2,5 millions le nombre de Malaisiens expatriés et développe depuis 2011 un programme d’incitation au retour de ses diplômés (Talent Corp). Les liens consolidés avec la Chine, les heureuses surprises sur le front économique, le maintien d’un soutien américain à la candidature au conseil de sécurité de l’ONU en dépit des préoccupations fortes exprimées relatives aux droits de l’Homme et à l’État islamique, permettront-elles au gouvernement de Najib de réaffirmer sa légitimité et d’apaiser les tensions qui traversent la société ?

Allegati

Fiche Malaisie

Capitale : Kuala Lumpur

Superficie : 329 847 km²

Population (2014) : 29 950 000 hab.

Langue officielle : malais

Données politiques

Nature de l’État : monarchie fédérale

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : le Yang di-Pertuan Agong sultan Abdul Halim Mu’adzan Shah (depuis avril 2012)

Premier ministre : Mohamed Najib bin Abdul Razak (depuis 2009)

Ministre des Affaires étrangères : Anifah Aman

Ministre de l’Intérieur : Datuk Seri Dr Ahmad Zahid Hamidi

Échéances : 14e élections générales (2018)

Contentieux territoriaux et maritimes : Brunei : contentieux maritime au nord de Bornéo (Louisa Reef) réglé par l’accord de mars 2009 sur les frontières, mis en œuvre en septembre 2010. Indonésie : dans la mer des Célèbes autour du plateau continental Ambalat et délimitation des frontières maritimes situées aux larges des îles Sipadan et Ligitan, reconnues malaisiennes en 2002 par la Cour internationale de justice. Philippines : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo. République populaire de Chine, Philippines, Taiwan et Vietnam : souveraineté insulaire revendiquée dans les îles Spratley (îles d’Amboyna Cay, Barque Canada Reef, Commodore Reef et Royal Charlotte Reef).

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2010) : sur la population totale (29 millions), le recensement distingue au sein des citoyens malaisiens (27 millions) les Bumiputera34 (67 %), Chinois (24 %), Indiens (7 %) ou autres (2 %). Les noncitoyens (2,1 millions) représentent 7 % de la population totale du pays.

Religions (2000) : musulmans (60,4 %), bouddhistes (19,2 %), chrétiens (9,1 %)

Taux de croissance démographique (2013) : 1,4 %

Espérance de vie (2013) : 74,6 ans

Indice de fécondité (2013) : 2,1

Taux de natalité (2013) : 17,2 ‰

Taux de mortalité (2013) : 4,7 ‰

Taux de mortalité infantile (2012) : 6 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2012) : 93,1 %

Taux d’urbanisation (2012) : 73,68 %

Indice de développement humain (2012) : 0,758 (rang 64)

Indicateurs économiques

Monnaie : ringgit (1 euro = 4,15 ringgit, novembre 2014)

Balance des paiements courants (2013) : 14,5 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2010) : 72, 6 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2013) : 23 160 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2013) : 10 457 $ US

Taux de croissance du PIB (2013) : 4,7 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2011) : agriculture (12 %), industrie (41 %), services (48 %)

Taux d’inflation (2013) : 1,6 %

Taux de chômage (2013) : 3,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 1,7 %

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2013) : 151,04 millions $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (2013) : 139,04 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (2013) : Chine, Singapour, Moyen-Orient, Japon, Union européenne, États-Unis.

Importations (2013) : 206 milliards $ US

Principaux produits importés : électronique, machinerie, plastiques, véhicules, produits pétroliers, production métallique (fer-acier), produits chimiques

Exportations (2013) : 228 milliards $ US

Principaux produits exportés : biens électroniques (semi-conducteurs) et appareils électriques, pétrole et produits pétroliers, huile de palme, gaz naturel liquéfié, produits chimiques, produits optiques et équipement scientifique, textile, bois, caoutchouc

Portraits

Azmi Sharom

Né en 1968, Azmi Sharom est un enseignant-chercheur en droit public à l’Université de Malaya depuis plus de vingt ans. Juriste formé en Angleterre, docteur de la School of Oriental and African Studies, il travaille sur les conflits de législations, les lois de l’environnement (internationales et malaisiennes) et mène la critique des fondements juridiques de la citoyenneté des peuples indigènes en Malaisie. En 2011, il codirigeait un ouvrage collectif sur les droits de l’Homme en Asie du Sud-Est. Membre de l’association académique Human Rights Studies Network, le cours de sa vie illustre le caractère toujours sensible des thèmes de ses recherches. Intellectuel public, ses écrits dans les journaux malaisiens (en particulier le premier quotidien de langue anglaise, The Star) lui ont déjà valu par le passé des brimades de son université. Un cours de droit public où il s’est permis d’utiliser le cas concret du changement de Menteri Besar (chef de l’exécutif local) dans le Perak et le Selangor pour illustrer les ambiguïtés de la Constitution malaisienne a conduit à sa mise en accusation pour sédition, le 2 septembre 2014. Son cas est devenu emblématique du durcissement du pouvoir politique à l’égard de la critique, qu’elle émane du champ politique, journalistique ou académique. Des manifestations de soutien à Azmi Sharom ont été organisées à Kuala Lumpur (Université de Malaya) et à Penang (USM), signifiant moins une défense de sa personne qu’un soutien collectif – unissant dans le défilé de l’University de Malaya syndicats du personnel et mouvements étudiants, une rareté dans l’histoire syndicale de l’université malaisienne – au principe de liberté d’expression et de pensée, et en particulier de liberté académique. L’accusation de sédition a donné lieu à un premier procès le 4 octobre. La question de constitutionnalité soumise par Azmi Sharom auprès de la Haute Cour, vient enrichir le débat sur l’obsolescence du Sedition Act dans le droit malaisien.

Azmin Ali

Nouveau Menteri Besar du Selangor (équivalent de Premier ministre à l’échelle de l’État) au titre du parti d’opposition PKR dont il est vice-président, Azmin Ali, né en 1964, a été désigné à ce poste par le sultan du Selangor. Cette nomination a été l’épilogue attendu d’une sévère crise politique de la coalition d’opposition (PR), la première depuis ses bons scores aux élections générales de 2013.

Formé à l’enseignement des mathématiques et de l’économie aux États-Unis, Azmin Ali était entré en politique (à l’UMNO) en 1987 aux côtés d’Anwar Ibrahim alors ministre de l’Éducation, dont il devint le secrétaire personnel en 1993. C’est en suivant Anwar Ibrahim et en réaction à sa violente éviction politique par Mahathir Mohamad, qu’Azmin Ali a quitté l’UMNO en 1998. Anwar emprisonné, Azmin a ensuite contribué à fonder le PKR aux côtés de Wan Azizah, la femme d’Anwar et présidente du parti. Il a été élu une première fois à l’assemblée générale du Selangor sur une étiquette d’opposition au Barisan Nasional en 1999. Député du Parlement fédéral pour l’opposition en 2008, il a été réélu dans sa circonscription de Gombak en 2013.

Le plus souvent au second plan derrière Anwar, cet homme de 50 ans, plutôt discret, semble s’être tenu jusque-là en dehors des collusions politico-économiques. Il fait figure de personnalité consensuelle à la fois pour l’opposition qui s’est ralliée à sa nomination de manière unanime, ainsi que pour l’UMNO, où il est resté respecté, voire, apprécié par ses anciens condisciples. Il atteint ainsi le 23 septembre 2014, et de manière très médiatisée, un sommet politique au sein de l’opposition en tant que Menteri Besar de l’État le plus riche de Malaisie. Certains proches de Khalid, l’ancien MB du Selangor rendus amers par son départ forcé durant l’été, lui prêtent la conception féodale du pouvoir de Mahathir Mohamad (dureté vis-à-vis des adversaires, gratification des amis) et, ironiquement, de ce fait, un long et brillant avenir au sommet de l’État en Malaisie.

Affiche politique

Affiche politique

Un panneau lumineux d'affichage des horaires de trains de banlieue (daté du 4 octobre) invitant, à côté d'une vidéo sur les fonds marins de Sabah, à prier pour les âmes du MH370, disparues en mars.

Note

1 Les 13e élections générales de 2013 renouvelaient 12 des 13 assemblées (sauf le Sarawak) des Parlements des États fédérés de Malaisie, ainsi que les 222 députés élus au Parlement (Dewan Rakyat). Le Front national (BN – Barisan Nasional), coalition dominée par le parti malais (UMNO – United Malay National Organisation) mais comprenant 13 autres partis dont les partis historiques des communautés chinoise (MCA – Malaysian Chinese Association), indienne (MIC – Malaysian Indian Congress) ou encore le parti de l’État du Sarawak (PBB – Pesaka Bumiputra Bersatu), s’opposait à l’Alliance du peuple (PR – Pakatan Rakyat), coalition d’opposition rassemblant le Parti d’action démocratique, (DAP – Democratic Action Party), le Parti islamique malaisien (PAS – Parti Islam Se-Malaysia) et le Parti de la justice nationale (PKR – Parti Keadilan Rakyat).

2 Avec 47 % seulement des suffrages exprimés, mais bénéficiant d’un découpage électoral extrêmement favorable, le Barisan Nasional occupe 60 % des sièges au Parlement. Au niveau des États, il a reconquis l’État du Kedah, a conservé la majorité absolue (2/3 des sièges) dans 6 États (Perlis, Pahang, Negeri Sembilan, Melaka, Johor et Sabah) et conservé une majorité simple au Perak et au Terengganu. L’opposition qui avait remporté 4 États en 2008 n’en a plus que trois (Penang, le Selangor et le Kelantan), mais y détient la majorité absolue et dispose globalement d’un plus grand nombre de sièges au Parlement avec un total de 229 (contre 195 en 2008). Voir N. Fau, 2014, « Malaisie. Continuité politique dans un pays en mutation », in J. Jammes et F. Robinne (dir.), Asie du Sud-Est 2014, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, p. 245-267.

3 Fathi Aris Omar, « How did PAS lose an exco seat in Selangor », Malaysiakini, 26 septembre 2014.

4 Ram Anand, « Royal muscle - politicians come and go, sultan for life », Malaysiakini, 3 octobre 2014.

5 « We won't hit the streets for you again, Anwar », Malaysiakini, 17 octobre 2014.

6 « Nancy: I never supported Ibrahim and its religious views », The Star, 17 octobre 2014.

7 Mouvement citoyen anticorruption né en 2006 durant l’ouverture politique sous Abdullah Badawi. Voir B. Welsh et J. Chin, 2013, Awakening, the A. Badawi years in Malaysia, SIRD, p. liii-lv. Voir aussi l’interview par B. Welsh d’un de ses artisans (DAP), Liew Chin Tong, op. cit., p. 294-311.

8 F. Zolkepli, N. Rodzi, « 14 suspected militants held », The Star, 16 octobre 2014.

9 N. Fau, 2013, « Malaisie. L’Année des “promesses tenues” ? », in J. Jammes (dir.), Asie du Sud-Est 2013, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, cf. section 2, « Des réformes démocratiques en trompe-l’œil ».

10 Dont celle, atypique, d’Abdullah Zaik, chef d’ISMA, une association d’extrême droite malaise.

11 Interdire l’évocation de la séparation des États de Bornéo ainsi que le manque de respect à la royauté sont les deux justifications évoquées pour justifier le maintien du Sedition Act en novembre 2014.

12 Pour une analyse plus extensive des différents aspects de leur relation économique, voir E. Lafaye de Micheaux, « Chine-Malaisie (vue de Malaisie) : menace ou relation consensuelle inscrite dans la continuité ? », Revue de la régulation, no 15, juin 2014, (http://regulation.revues.org/)

13 Chine et Malaisie s’accordent pour se prêter mutuellement des montants équivalents de devises. Ils sont ensuite à disposition des importateurs afin de leur éviter de passer par le dollar pour régler leurs transactions entre la Malaisie et la Chine. Cette solution est adoptée par la Chine qui contrôle toujours la convertibilité de sa monnaie. Voir sur ce point l’article de J.R. Chaponnière dans L’Asie du Sud-Est 2014, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, p. 36-37.

14 Si l’on prend les données de stocks d’IDE entrants, l’Union européenne (29 milliards $ US) est devant Singapour (22), le Japon (20) et les États-Unis (15). La Chine est à l’origine d’un stock d’IDE de 715 millions $ US en Malaisie. Ces données indiquent de grandes tendances, elles sont à manipuler avec précaution, notamment en raison du rôle intermédiaire joué par Hong Kong (stock de milliards $ US) et Singapour entre la Chine et la Malaisie. Les paradis fiscaux (îles Caïmans et îles Vierges) sont aussi à l’origine de stocks d’IDE s’élevant à plusieurs milliards (8 milliards $ US en 2012).

15 En 2011 les IDE chinois vers la Malaisie s’élevaient à 2 millions de $ US, en 2012, à 73 millions, soit bien peu de choses comparé aux flux vers le Cambodge, systématiquement supérieurs à 500 millions $ US depuis 2009, alors que vers le Vietnam, ces flux dépassent le milliard de $ US (CNUCED, 2014).

16 296 millions $ US d’IDE malaisiens sortants vers la Chine en 2011, contre 73 millions en 2012 (CNUCED, 2014).

17 Dans même ordre de grandeur que l’immobilier, l’industrie a représenté 35,1 % des investissements cumulés à Iskandar de 2006 à 2012. Iskandar Regional Development Authority, 2012, Annual Report, p. 43. Mais parmi eux, la part des investissements industriels chinois est très faible (entre 2 et 8 millions $ US). Sur Iskandar, voir Nathalie Fau, « Iskandar Malaysia : a new megaproject in Malaysia », Malaisie Contemporaine, Irasec (dir.), à paraître en 2015.

18 Ng Bei Shan, « China-Malaysia developers plan 5,000-acre man-made island off Johor », The Star, 16 juin 2014.

19 Cité par l’agence de presse officielle Bernama: « Malaysia-China trade, investment cooperation unaffected by MH370 incident », Bernama, 31 mars 2014.

20 Pamela Boykoff et Chan Kok Leong, « Lucrative China-Malaysia relations not derailed by search for MH370 », CNN, 7 avril 2014.

21 « Malaisie : des ONG locales veulent empêcher le rapatriement forcé de 155 réfugiés ouighours en Chine », Églises d’Asie, 6 octobre 2014.

22 Selon des sources officielles, ils auraient bien quitté le territoire malaisien depuis lors, mais sans pour autant avoir été déportés en Chine comme cette dernière le demandait.

23 E. Lafaye de Micheaux, 2014, « Chine-Malaisie (vue de Malaisie) », op. cit.

24 E. Lafaye de Micheaux, 2014, « La Malaisie aux prises avec le middle-income trap ? 2003-2013 : incertitudes du présent et crispations politiques », Dynamiques Internationales, no 9, p. 3-22.

25 Voir l’introduction de P. Salama au dossier « Émergents, le temps des désillusions », Revue Tiers Monde, no 219, juillet-septembre 2014, p. 7-18.

26 Khor Yu Leng, « The Tough Task of narrowing Malaysia’s fiscal deficit », ISEAS Perspective, no 56, Singapour, octobre 2013.

27 FMI, « Malaysia », Country Report 14/80, mars 2014, p. 7.

28 Discours budgétaire du Premier ministre et ministre des Finances devant l’Assemblée nationale (Dewan Rakyat), « Budget 2015, people economy », 14 octobre 2014.

29 « We’ll be “high-income nationˮ by 2020 thanks to our policies, says Pemandu chief », The Malaysian Insider, 23 août 2014.

30 Même si cet excédent se réduit :-44 % en en partie en raison de la baisse du prix du pétrole. L’excédent s’élevait à 70 milliards de RM (soit environ 23 milliards de $ US) en 2013, contre 100 milliards de RM en 2011 et 120 en 2010 (Economic Planning Unit (EPU), comparaison annuelle en août 2014, Malaysia at a glance, 2014).

31 En 2013, elle pesait 14 % du commerce malaisien ; en 2014 elle resterait encore au premier rang devant Singapour (13,6 %) qui représente à lui seul la moitié des échanges malaisiens avec l’Asean. Le commerce avec l’Union européenne et le Japon arrive ensuite : 9,8 et 9,6 % du commerce bilatéral malaisien. Puis les USA (7,4 %), alors que ces derniers représentaient encore près de 20 % des exportations malaisiennes en 2005. Department of Statistics, « Malaysia External Trade Statistics », Press Release, août 2014.

32 (http://minimumwages.mohr.gov.my)

33 A. Wong, « Labour Department to handle unpaid migrant workers », Malaysiakini, 15 octobre 2014.

34 Bumiputera est une catégorie administrative regroupant les populations indigène et malaise, considérées comme « fils du sol » ; les Malais seuls représentent environ 50 % de la population.

Indice delle illustrazioni

Titolo La Malaisie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2534/img-1.jpg
File image/jpeg, 108k
Titolo Affiche politique
Legenda Un panneau lumineux d'affichage des horaires de trains de banlieue (daté du 4 octobre) invitant, à côté d'une vidéo sur les fonds marins de Sabah, à prier pour les âmes du MH370, disparues en mars.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2534/img-2.jpg
File image/jpeg, 150k

Autore

Maître de conférences en économie à l'université Rennes 2 et chercheur en délégation à l'Irasec (2014-2015), affiliée à l'university of Malaya, Kuala Lumpur. Elle étudie la trajectoire de développement et les institutions du capitalisme malaisien depuis sa thèse sur le rôle de l'éducation dans la croissance malaisienne (2000). Elle a publié Malaisie, un modèle de développement souverain ? (Paris, ENS, 2012) et prépare, en co-direction avec N. Fau et D. Delfolie, la publication de l'ouvrage Malaisie contemporaine.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site