Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Indonésie. L’année de tous les changements ?

Sarah Anaïs Andrieu

Texte intégral

  • 1 L’hebdomadaire Courrier international titrait son numéro spécial sur l’Indonésie du 3 au 9 juillet (...)

12014 restera une année importante pour l’Indonésie, marquée par des élections législative et présidentielle, alors que le président sortant, Susilo Bambang Yudhoyono, n’est plus éligible après deux mandats. La campagne a été particulièrement suivie par les citoyens indonésiens, ainsi que par la presse internationale qui voit dans ce pays à majorité musulmane l’émergence d’une des plus grandes démocraties au monde1. Malgré un processus électoral placé sous haute surveillance, les votes du 9 avril et du 9 juillet se sont déroulés sans incident majeur. L’élection de Joko Widodo comme président semble apporter un point d’orgue au processus de démocratisation du pays.

  • 2 Arfianto Purbolaksono, « Measuring the preparedness of the 2014 elections », The Indonesian Update,(...)
  • 3 The Indonesian Institute, (www.theindonesianinstitute.com); Centre for Strategic and International (...)
  • 4 Voir le site, (www.antikorupsi.org)
  • 5 Sous la forme de dons en espèces (généralement autour de 50 000 roupies par personne, soit 4,14 dol (...)
  • 6 À ceci s’ajoute l’apparente indifférence des partis quant à leur responsabilité en matière de trans (...)

2Néanmoins, de nombreux défis restent à relever, notamment en termes de logistique dans cet État archipélagique qui joue la carte de la décentralisation depuis le début des années 2000 (distribution du matériel électoral et surtout établissement d’un registre fiable des électeurs, déterminant par ailleurs les coûts, la préparation et la légalité des élections2). De plus, plusieurs think-tank3 ont mis en évidence un accroissement inquiétant de la « politique de l’argent » (achat de voix), systémique et à tous les niveaux, ainsi qu’une tolérance grandissante de la population à cet égard. Indonesian Corruption Watch4 enregistrait une augmentation de 100 % des cas d’achat de voix par rapport aux élections précédentes (2009), soit 313 cas rapportés5. Les analystes y voient une pollution des principes démocratiques : les candidats distribuent de l’argent plutôt que de proposer des programmes politiques conséquents, ce qui génère des campagnes extrêmement onéreuses et élimine d’emblée du champ politique les candidats non fortunés, tout en déniant aux électeurs la faculté de penser de façon critique et sélective6.

  • 7 Voir le site, (www.ti.or.id)
  • 8 Arfianto Purbolaksono, « Notes on political corruption in Indonesia 2013 », The Indonesian Update, (...)

3La lutte contre la corruption politique constitue également un enjeu majeur de la démocratisation, alors que Transparency International7 montre qu’en 2013, l’appareil législatif était la seconde institution la plus corrompue après la police. Les partis politiques, entachés de plusieurs scandales, arrivent en quatrième position8. Enfin, des enjeux sociaux tels le respect des droits de l’Homme, l’endiguement de l’islam radical et la solidarité, ou encore le développement économique allié à l’augmentation des inégalités ainsi que la gestion des importantes ressources naturelles du pays restent plus que jamais d’actualité.

1 - Des élections législatives à la présidentielle : la marche de Joko Widodo vers la victoire

L’« effet Jokowi »

  • 9 En Indonésie, le pouvoir législatif est assuré par le Parlement (MPR – Majelis Permusyawaratan Raky (...)
  • 10 Arfianto Purbolaksono, « The Decision of the Constitutional Court (MK) on Presidential Treshold (PT (...)

4Baromètre des avancées de la démocratie depuis la fin du régime autoritaire du général Suharto (appelé l’Ordre nouveau) en 1998, les élections au suffrage direct (Pemilu) des représentants du peuple9 (Pilihan legislatif, abrégé Pileg) et du couple président/vice-président de la République (Pilihan presiden, abrégé Pilpres), pour les cinq années à venir, étaient particulièrement attendues. Ces deux élections sont étroitement liées dans le système politique indonésien : l’article 9 de la loi n ° 42/2008 stipule qu’un candidat présidentiel ne peut être nommé que par un parti politique ou une coalition de partis ayant obtenu au moins 20 % du nombre total de sièges au Parlement ou 25 % des votes valides aux élections nationales des membres du Parlement10. Les élections législatives dessinent donc la carte des coalitions politiques pour la campagne présidentielle.

  • 11 Tom Pepinsky, « The key to understanding Indonesia’s upcoming elections? The Jokowi Effect », The W (...)
  • 12 Arfianto Purbolaksono, « Observing Jokowi’s nomination: among the people and the elite », The Indon (...)

5Le 14 mars, une journée avant le début officiel de la campagne des élections législatives, la dirigeante du PDI-P (Parti démocratique indonésien de lutte), Megawati Sukarnoputri, présentait l’actuel gouverneur de Jakarta, Joko Widodo (populairement appelé Jokowi), comme candidat présidentiel du parti. L’effet de cette annonce fut spectaculaire, on parle même de l’« effet Jokowi », pour qualifier un impact temporaire positif sur le marché, avec une augmentation des indices boursiers et de la valeur de la roupie indonésienne11, alors que les intentions de vote pour le PDI-P augmentaient12.

  • 13 Arfianto Purbolaksono, « Notes from 2014 legislative elections », The Indonesian Update, vol. VIII, (...)
  • 14 Résultats publiés par la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/952014_Perolehan_suara_parpol.pdf)

6Au 9 avril 2014, le nombre de bureaux de vote s’élevait à 546 278 et près de 186 millions d’électeurs étaient recensés13. Les élections législatives ont enregistré un taux de participation de 75,11 %. Les résultats, en faveur du PDI-P, n’ont pourtant pas été à la hauteur des espérances initiées par l’« effet Jokowi » : le parti a obtenu 18,95 % des voix exprimées, soit 109 sièges au DPR, suivi par le Golkar (Coalition des groupes fonctionnels – 14,75 % – 91 sièges) et Gerindra (Mouvement pour la Grande Indonésie – 11,81 % – 73 sièges). Le PD (Parti démocrate), parti du président sortant, n’a obtenu que 10,19 % des voix et 61 sièges14.

  • 15 Arfianto Purbolaksono, « Observing the plan on the coalition of Islamic political parties », The In (...)
  • 16 Série télévisée Mahabharat (267 épisodes), diffusée en Inde sur Star Plus (septembre 2013-août 2014 (...)

7Aucun parti n’ayant atteint le seuil présidentiel de 20 % des voix, des coalitions se sont formées. Un observateur de l’Indonesian Institute souligne la hausse des votes accordés aux partis de l’islam politique, ainsi qu’aux partis de masse basés sur des valeurs musulmanes : le PKS (Parti de la justice et de la prospérité), le PAN (Parti du mandat national), le PPP (Parti pour l’unité et le développement), le PKB (Parti de l’éveil national), et le PBB (Parti du croissant et de l’étoile) obtenaient 25,94 % du total des votes exprimés en 2009 et 31,9 % des voix en 2014, ce qui aurait pu favoriser la formation d’une coalition des partis musulmans. Ce ne fut néanmoins pas le cas, en raison notamment de la faible popularité de leurs dirigeants et du manque de ressources financières et médiatiques. Ces partis ont choisi de s’associer à d’autres coalitions plutôt que de risquer de n’être pas du tout représentés dans le cas (probable) d’un échec face à des figures à la popularité croissante issues des grands partis, tels Prabowo Subianto et Joko Widodo15. Ainsi, ce sont deux autres coalitions – la « Coalition rouge et blanche » (Koalisi Merah Putih), avec à sa tête Prabowo Subianto, et la coalition « Super Indonésie », menée par Joko Widodo – qui ont dominé la scène politique des élections et ont enflammé la nation indonésienne, en rupture avec le consensus politique traditionnellement valorisé. L’affrontement entre les deux candidats semblait faire écho aux batailles opposant les héros (cousins) de l’épopée du Mahabharata qui continue de capter l’imaginaire des Indonésiens, aussi bien à travers les performances de marionnettes (wayang), qu’à travers la récente série télévisée d’origine indienne du même nom dont l’audience ne cesse d’augmenter depuis 201316.

La coalition Prabowo-Hatta, avec pour mot d’ordre : la « fermeté »

  • 17 Programme officiel en ligne sur le site de la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/Visi_Misi_PRA (...)
  • 18 Visible sur YouTube : (https://www.youtube.com/watch?v=ZCbMFo1d6x0) et au sein de l’article du Time(...)
  • 19 Yenni Kwok, « This Indonesian nazi video is one of the worst pieces of political campaigning ever » (...)
  • 20 Le régime du général Suharto (1966-1998), l’Ordre nouveau, s’est construit entre 1965 et 1966 sur l (...)

8D’un côté, Prabowo Subianto, ex-militaire et dirigeant du parti Gerindra (voir portrait) choisit pour colistier Hatta Rajasa, ministre de l’Économie depuis 2009 et dirigeant du PAN. Hatta Rajasa a rempli plusieurs fonctions sous les gouvernements précédents (secrétaire d’État 2007-2009, ministre des Transports 2004-2007, ministre de la Recherche et de la Technologie 2004). Le couple Prabowo-Hatta conduisit la Koalisi Merah-Putih (KMP – la Coalition rouge et blanche, en référence au drapeau indonésien), avec les partis PAN, PKS, PBB et PPP. Le Golkar, pourtant en bonne position aux élections législatives, décida de ne pas présenter de candidat et, à la suite de son dirigeant Aburizal Bakrie, rejoignit également la coalition KMP à condition d’obtenir un poste de Premier ministre en cas de victoire. Le PD a quant à lui annoncé qu’il soutenait Prabowo sans pour autant s’impliquer dans la coalition. Le programme des candidats insistait sur les enjeux de la sécurité, du soutien de l’économie locale et de l’éducation, déclinés autour du slogan principal de la fermeté (à travers l’emploi récurrent de l’adjectif tegas, « ferme »)17. La campagne du camp Prabowo-Hatta a par ailleurs comporté quelques ratés, en particulier une vidéo de soutien diffusée sur la Toile à l’initiative du chanteur Ahmad Dani, se mettant lui-même en scène habillé en costume nazi et plagiant une chanson du groupe anglais Queen18. La séquence provoqua un véritable tollé international19 alors que son auteur revendiquait la liberté d’expression. L’équipe de Prabowo elle-même riposta aux protestations, estimant que l’Indonésie n’avait rien à voir avec le nazisme et que par conséquent l’utilisation du costume nazi était fortuite et sans signification particulière. En revanche, la même équipe insista sur le danger que représentait à ses yeux le communisme dans l’histoire de la nation indonésienne20 et s’en servit pour accuser le camp de Jokowi de communisme latent, notamment à propos de la « révolution des mentalités ».

La coalition Jokowi-JK (Jusuf Kalla) pour une « Super Indonésie »

  • 21 Programme officiel en ligne sur le site de la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/Visi_Misi_JOK (...)
  • 22 L’Indonésie compte plus de 6 millions de km2 de Zone maritime Economique Exclusive et est un État a (...)
  • 23 « Strategi maya pendulang suara », Tempo, no 4319, 6 juillet 2014, p. 122-123.

9De l’autre côté, Joko Widodo (voir portrait) s’est associé à Jusuf Kalla pour former la coalition Indonesia Hebat (Super Indonésie), qui rassemble le PDI-P, le NasDem (National Démocrate), le PKB et Hanura (Parti de la conscience du peuple). Muhammad Jusuf Kalla, surnommé « JK », est un entrepreneur, cadre du Golkar qu’il refusa cependant de représenter, le parti étant traversé de tensions intestines. Actuellement directeur de la Croix-Rouge indonésienne, il est actif au sein de la vie politique indonésienne depuis la chute du général Suharto : il a été tour à tour ministre du Commerce (1999-2000), ministre des Affaires sociales (2001-2004), et vice-président lors du premier mandat de Susilo Bambang Yudhoyono (2004-2009). Leur programme alliait des réformes sociales – basées sur la tolérance, l’aide mutuelle (gotong-royong) et l’éradication de la corruption – au projet de construire une économie indépendante et forte21. Tout en prônant la diplomatie, son objectif était de redonner à l’Indonésie son statut de puissance maritime mondiale, en tirant profit de ses vastes eaux territoriales22, tant comme ressource à gérer et exploiter que comme espace marchand mondial incontournable. La campagne était axée sur des échanges directs avec la population et relayée par une stratégie de communication à travers les médias sociaux23. Joko Widodo prônait une véritable « révolutions des mentalités » comme nécessité préalable pour libérer l’Indonésie de ses démons, et particulièrement de la corruption, envisagée comme la conséquence d’esprits considérant l’État comme une puissance coloniale (pour qui piller les fonds publics et les ressources naturelles ne s’apparente pas à un méfait).

Une campagne en clair-obscur

10La campagne présidentielle a été marquée par la mise en place d’une forte logistique démocratique, gérée par la Commission des élections générales (KPU) sous le contrôle du Bawaslu (Bureau de supervision des élections), avec de grands efforts de transparence. Dans le mois précédent le scrutin présidentiel, la KPU a en effet organisé cinq débats thématiques officiels, diffusés le samedi soir en direct sur les chaînes télévisées privées et publiques (chacune à son tour). Les débats impliquaient soit les couples de candidats présidents– vice-présidents, soit les seuls candidats présidents ou encore les seuls candidats vice-présidents. Chaque débat était organisé selon un scénario strict divisé en six étapes chronométrées minutieusement, dont les règles étaient clairement énoncées à chaque début d’émission par le médiateur (un expert universitaire du domaine abordé).

  • 24 Arfianto Purbolaksono, « Highlighting the rise of black campaign in the 2014 presidential elections (...)
  • 25 Istman MP, « Kampanye hitam, Jokowi diiklankan meninggal », Tempo, 8 mai 2014. Bagja Hidayat, Karti (...)

11En parallèle, toute une série d’attaques consistant à faire circuler des rumeurs sur des faits plus ou moins avérés concernant les concurrents à la présidentielle sont venues envenimer la campagne. Ces stratégies, visant à dégrader l’image et la réputation du candidat adverse, ont participé à la « campagne obscure24 » (kampanye hitam), telle que l’ont qualifiée les médias indonésiens. Le couple Jokowi-JK en a ainsi souvent été la cible, sur la base d’informations erronées25, comme par exemple l’affaire Obor Rakyat. Ce tabloïd, diffusé dans les écoles coranique de Java, affirmait que Joko Widodo était d’origine chinoise et de religion catholique. Les motifs de cette rumeur rappelant au passage que les critères d’appartenance ethnique et religieuse demeurent des catégories particulièrement discriminatoires en Indonésie.

  • 26 « DKP Nilai Prabowo Coreng Kehormatan Negara dan TNI », Tempo, 11 juin 2014. Anton Septian, « Dewan (...)

12Quant à Prabowo Subianto, il a régulièrement été attaqué sur son passé militaire et des faits relatifs aux violations des droits de l’Homme, notamment à travers la publication, le 9 juin 2014 sur les médias sociaux, de la lettre du Conseil d’honneur des officiers de l’armée qui sanctionna son licenciement alors qu’il était lieutenant général. Cette lettre, datée du 21 août 1998, a été authentifiée peu de temps après sa diffusion par Fachul Razi, l’un des signataires du document. Prabowo y était accusé de désobéissance et d’avoir ordonné à ses subordonnés d’enlever et torturer neuf activistes (avant de les relâcher) militant pour la démocratie en 1998, à la chute du général Suharto (dont il était alors le gendre26).

  • 27 « Tergerus propaganda gelap », Tempo, no 4317, 29 juin 2014, p. 37.
  • 28 Stanley Adi Prasetyo, « Obor Rakyat dan kampanye hitam », Tempo, n ° 4317, 29 juin 2014.

13Outre l’origine du financement de telles actions – le coût de l’affaire Obor Rakyat a par exemple été estimé à 500 millions de roupies – les retombées de ces tentatives de discrédit sur la popularité des candidats27 suscitèrent des questions. Les analystes estimèrent en effet que si l’impact de ces attaques s’avérait quasi nul sur le vote des électeurs qui auraient déjà choisi leurs candidats, elles seraient en revanche davantage susceptible d’infléchir les électeurs indécis ou de les inciter à voter blanc (dit golongan putih ou golput, le groupe blanc), lequel vote n’est pas pris en compte dans les résultats28.

  • 29 Anton Septian, Muhammad Muhyiddin, Agustina Widiarsi, « Medan kedua purnawirawan », Tempo, no 4316, (...)
  • 30 Les bintara pembina desa, grade le plus bas dans l’armée indonésienne, sont les militaires présents (...)
  • 31 Kartika Candra, Ananda Teresia, Muhammad Muhyiddin, Nanang Sutisna, « Pendata suara dari Barak », T (...)
  • 32 Muhammad Muhyiddin, Anwar Siswadi, Pribadi Wicaksono, « Bawaslu : Surat Prabowo untuk Guru Langgar (...)

14Enfin, ces élections ont également interrogé le supposé devoir de neutralité de l’armée et des fonctionnaires. En effet, les quelque 434 140 militaires que compte l’Indonésie n’ont pas le droit de vote, cette restriction des droits démocratiques étant légitimée par la nécessité de leur neutralité. Néanmoins, la position des militaires est restée ambiguë tout au long de la campagne présidentielle jusqu’à en devenir un élément-clé. Chaque camp a en effet bénéficié du soutien de généraux à la retraite, qui ont mené campagne pour leurs favoris respectifs selon des réseaux de solidarités distincts29. Si pour Prabowo il s’agit des relations essentiellement établies lors de sa carrière militaire (jusqu’en 1998), pour Jokowi ce sont plutôt des relations de loyauté à Megawati, chef du parti du candidat, le PDI-P, en tant qu’ancienne chef d’État et fille du premier président de la République indonésienne Soekarno. Au niveau local, des militaires de proximité30 ont été accusés d’intimider et/ou d’encourager les électeurs à voter pour un candidat « ferme » (en référence au slogan du camp Prabowo-Hatta31). D’autre part, l’impératif de neutralité des fonctionnaires (qui ont néanmoins le droit de vote) a été enfreint par une lettre de Prabowo, adressée aux maîtres d’école et enseignants du secondaire à Java32. Parallèlement, le 22 juin, la chaîne de télévision TVOne diffusait l’information selon laquelle les enseignants de Java Ouest soutenaient le candidat Prabowo.

Résultats électoraux et contestation par la Coalition rouge et blanche

  • 33 Résultats publiés par la KPU, (http://kpu.go.id/koleksigambar/PPWP_-_Nasional_Rekapitulasi_2014_-_N (...)

15Dès la fermeture des bureaux de vote le 9 juillet, les estimations ont fait rage dans les médias. Les résultats totalement divergents ont soulevé la question de la partialité des instituts de sondage et des groupes médiatiques auxquels ils appartiennent, dont les propriétaires étaient eux-mêmes impliqués dans la campagne. Huit instituts de sondage annonçaient la victoire de Jokowi-JK, tandis que quatre autres annonçaient, à dix minutes d’intervalle, celle de Prabowo-Hatta. Le jour de l’annonce officielle des résultats par la KPU, le 22 juillet, alors que le pays craignait des manifestations violentes, Prabowo Subianto déclarait qu’il se retirait de la course à la présidence, estimant que les élections étaient truquées. Il somma également les témoins de sa coalition, présents au sein de la KPU, de quitter la salle. Quelques heures plus tard, la Commission des élections annonçait la victoire du couple Joko Widodo-Jusuf Kalla, avec 53,15 % des voix (contre 46,85 % pour leurs adversaires, soit une différence de 8 421 389 voix), avec une participation nationale de 69,58 %33.

  • 34 Hans Nicholas Jong, « Prabowo’s camp fires on all legal cylinders », The Jakarta Post, 4 août 2014; (...)
  • 35 Anton Septian, Elik Susanto, Rusman Paraqbueq, Wayan Agus Purnomo, RIdho Jun Prasetyo, Indra Wijaya (...)

16L’équipe perdante saisit aussitôt la Cour constitutionnelle (MK) en refusant ces résultats, avec une allégation de fraudes et de manipulations « structurelles, massives et systématiques » du processus électoral, mettant en doute l’indépendance et l’intégrité de la KPU34. Le 22 août, la Cour constitutionnelle rendait son verdict, rejetant une par une les allégations de Prabowo, faute de preuves suffisantes35. Celui-ci reporta alors son attention sur le Parlement.

Cohabitation entre le Parlement et le pouvoir exécutif

  • 36 Cette clause a notamment été à l’origine d’une plainte déposée devant la Cour constitutionnelle par (...)
  • 37 Rangga Pandu Asmara Jingga, « KMP kompak usung Setya Novanto Ketua DPR », Antara News, 2 octobre 20 (...)
  • 38 Zul Sikumbang, « Zulkifli Hasan terpilih sebagai Ketua MPR-RI 2014-2019 », Antara News, 8 octobre 2 (...)
  • 39 Zul Sikumbang, « Fahri bantah upaya halangi pelantikan Jokowi », Antara News, 10 octobre 2014.

17La prise de fonction des députés élus a eu lieu le 1er octobre. En application de la nouvelle Loi No. 17/2014 à propos des institutions parlementaires (dite la Loi UU MD3, votée en juillet), les dirigeants du parlement ont été élus à la majorité alors que jusque-là ces responsabilités incombaient au parti ayant obtenu la majorité des sièges36. Bien que le PDI-P ait obtenu la plus grande proportion de sièges, la coalition Super Indonésie n’a en tout que 207 sièges sur 560 au Conseil représentatif du peuple (DPR), et ce sont donc des membres de la Coalition rouge et blanche qui ont été élus. Le 2 octobre, Setya Novanto (Golkar) est choisi comme chef du DPR RI37 et Zulkifli Hasan (PAN) prend la tête du MPR-RI le 8 octobre, avec 347 voix contre 33038. Une cohabitation entre le Parlement et le pouvoir exécutif s’est ainsi mise en place. Les rumeurs d’une action du législatif pour empêcher la prise de fonctions du président élu le 20 octobre se mirent à circuler, aussitôt démenties par le Parlement39.

  • 40 Bagja Hidayat, Ananda Teresia, « Tangan Mega kantor Jokowi », Tempo, no 4324, 17 août 2014, p. 33-3 (...)
  • 41 Anton Septian, Agustina Widiarsi, Ananda Teresia, Linda Trianita, Jayadi Supriadin, « Dapur kabinet (...)
  • 42 Arfianto Purbolaksono, « Highlighting the establishment of the transition house of Jokowi-JK », The (...)

18De son côté, dès la publication des résultats en juillet, Joko Widodo mit en place une équipe de transition dirigée par Rini Soemarno (PDI-P). En réunissant des professionnels, des politiciens et des universitaires40, cette équipe avait notamment pour fonction de déterminer l’architecture et les membres du cabinet à venir, avec l’engagement que la sélection s’effectuerait selon les compétences et non les appartenances à des partis (refusant donc le principe des promesses de sièges)41. Cette « nouvelle tradition42 » a été saluée par les analystes comme une étape de la maturation du processus de démocratisation en Indonésie, en contraste avec les transitions jusque-là difficiles dans l’histoire du pays, entre bains de sang, départs forcés et froideur politique. Le 20 octobre, Joko Widodo et Jusuf Kalla étaient ainsi officiellement investis de leurs fonctions au Parlement placé sous haute sécurité.

  • 43 « Jokowi batal umumkan cabinet di Tanjung Priok », BBC Indonesia, 22 octobre 2014.
  • 44 Ina Parlina and Hasyim Widhiarto, « Jokowi's Cabinet announced, here is the lineup », The Jakarta P (...)

19L’annonce de la constitution du nouveau gouvernement, prévue le 22 octobre 2014, a été retardée de quatre jours, différents candidats ministériels étant encore évalués par la Commission pour l’éradication de la corruption43. Le nouveau cabinet (Kabinet Kerja, le cabinet de travail), comprend 34 ministères à la nomenclature renouvelée, dont un nouveau ministre coordinateur des Affaires maritimes. L’Éducation quant à elle a été divisée en deux ministères : ministère de la Culture et de l’Enseignement primaire et secondaire et ministère de la Recherche, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur. Le cabinet compte des politiciens, des universitaires et des professionnels, parmi lesquels huit femmes dont, pour la première fois dans l’histoire de l’Indonésie, la ministre des Affaires étrangères (Retno Lestari Priansari Marsudi, ancienne ambassadeur aux Pays-Bas, voir portrait44).

2 - Les grands défis de la construction démocratique

20Le processus de démocratisation du pays reste néanmoins confronté à des défis majeurs, interrogeant à la fois les institutions et les mécanismes démocratiques en soi, le système politique décentralisé favorisant la corruption des dirigeants locaux, ainsi que les droits mêmes des citoyens.

Réformes législatives

  • 45 M. Faisal aminuddin, « Law on legislative bodies VS presidential system », The Jakarta Post, 26 aoû (...)
  • 46 Prio Hari Kristanto, « KPK dan DPD kompak tolak UU MD3 », Tempo, 23 juillet 2014.
  • 47 Riky Ferdianto, « Kado akhir tahun yang manis buat koalisi Jokowi », Tempo, 6 juillet 2014.
  • 48 Ina Parlina and Margareth S. Aritonang, « SBY issues Perppu to annul Pilkada Law », The Jakarta Pos (...)
  • 49 « MK diminta percepat pengujian UU Pilkada », Antara News, 10 octobre 2014.

21L’adoption en juillet de la loi relative aux institutions parlementaires (dite loi UU MD345, déjà évoquée) transforme le rôle de la chambre basse du Parlement en instance de recommandation auprès du gouvernement tout en accordant une immunité parlementaire à ses membres. La loi a suscité la colère des citoyens (à travers des manifestations) mais également le refus de la Commission d’éradication de la corruption et de la chambre haute (DPD-RI) qui estime ne pas avoir été suffisamment impliquée dans sa réalisation46. Une révision de la loi a finalement été adoptée le 5 décembre en séance plénière ; elle accorde, entre autre, un siège supplémentaire au poste de direction47. Par ailleurs, le vote de la loi sur les élections régionales (UU Pilkada) en septembre a également suscité de nombreuses protestations. Ce texte, notamment soutenu par la fraction Gerindra dans le but de réduire les dépenses liées à l’organisation des élections et de limiter la corruption (envisagées comme des conséquences de la décentralisation), a été jugé comme un recul des droits démocratiques par ses nombreux détracteurs. Il institue en effet que les dirigeants régionaux – gouverneurs de province (gubernur), chefs de départements ou régents (bupati) et maires de ville (wali kota) – élus au suffrage direct depuis 10 ans, devront de nouveau être élus de façon indirecte via le Parlement. La loi a été votée alors que la fraction du Parti démocratique quittait l’assemblée. Montré du doigt par les détracteurs du texte, le président sortant a émis début octobre une Réglementation appelant à reconsidérer la loi48 qui était en cours d’évaluation par la Cour constitutionnelle au mois d’octobre49.

Lutte contre la corruption

  • 50 La KPK a notamment l’autorité de détenir les suspects, d’imposer des interdits de sortie du territo (...)
  • 51 Aradila Caesar Ifmaini Idris, « Emergency alert for the Corruption Court », The Jakarta Post, 25 ao (...)

22La lutte contre la corruption, quant à elle, se poursuit. La KPK (Commission pour l’éradication de la corruption), institution créée en 2002, a pour fonction d’enquêter et de poursuivre en justice les personnes suspectées de corruption tout en contrôlant la gouvernance de l’État50. Indonesian Corruption Watch (ICW) a montré qu’entre janvier et juin 2014, 261 suspects (pour au moins 210 affaires) ont comparu devant la justice, parmi lesquels 241 personnes ont été reconnues coupables. Néanmoins, ICW met en évidence que les sanctions ont été minimales, alors que l’estimation totale des pertes causées pour l’État est remarquablement haute par rapport aux années précédentes, soit 3,86 billions de roupies (330,66 milliards de dollars). Or, les amendes exigées de 139 inculpés n’excédaient pas 25 à 50 millions de roupies (2 100 à 4 200 de dollars) et les sentences d’emprisonnement étaient en moyenne de 2 ans et 9 mois51. En 2014, ont ainsi été rendus les jugements de quelques grandes affaires de corruption engagées en 2013 et auparavant, alors que de nouvelles affaires éclataient, incriminant essentiellement des personnages politiques, pas moins de cinq dirigeants locaux (chefs de départements et gouverneurs) et trois ministres, et des institutions religieuses.

Des tentatives pour limiter l’islam radical

  • 52 Hermawan Satyanto, Evan, « Ini Rekan jejak perilaku FPI », Tempo, 10 octobre 2014.
  • 53 Abdul Malik, « Polda Metrojaya beri rekomendasi bubarkan FPI », Antara News, 9 octobre 2014.
  • 54 Taufik Ridwan, « FPI kembali demo tolak Ahok jadi Gubernur », Antara News, 10 octobre 2014.

23L’année 2014 a également été marquée par des tentatives pour limiter les mouvements de l’islam radical dans ce pays à la plus forte population musulmane du monde. Le 9 octobre, la police de Jakarta, puis le chef de la police nationale, demandent au ministère de l’Intérieur de dissoudre l’organisation du FPI (Front Pembela Islam, le Front des défenseurs de l’islam52)53, peu après que l’un de ses membres, Habib Noval Bamukmin, se soit rendu à la police. Celui-ci était recherché, en tant qu’instigateur et coordinateur de la manifestation violente du 3 octobre devant le Parlement pour refuser la nomination de Basuki Tjahaya Purnama (Ahok) au poste de gouverneur de Jakarta (Joko Widodo étant élu président), car étant d’origine chinoise et chrétien54.

  • 55 « Scholar warns Muslims of ISIS influence in Indonesia », The Jakarta Post, 4 août 2014. Yuliasri P (...)
  • 56 Yuliasri Perdani, « ISIL content still accessible despite ban », The Jakarta Post, 6 août 2014.
  • 57 Yuliasri Perdani, « With Iraq gains, ISIS finds traction with Indonesian hard-liners », The Jakarta (...)
  • 58 Oyos Saroso, « Two alleged ISIL supporters arrested in Lampung », The Jakarta Post, 24 août 2014.
  • 59 « ISIS supporters could lose citizenship, says BNPT », The Jakarta Post, 1er août 2014.

24Le pays est par ailleurs activement engagé dans la lutte contre le terrorisme depuis les attentats de Bali en 2002, traquant et condamnant les responsables. Néanmoins, la problématique de l’État islamique (EI) est aujourd’hui sensible en Indonésie. Si les grandes organisations musulmanes du pays55 appellent à la vigilance et au rejet de l’EI, le contrôle et le blocage des documents circulant sur la Toile, pourtant exigé par le président Susilo Bambang Yudhoyono, semble avoir échoué56. Alors que certaines communautés isolées prêtent allégeance à l’EI et que 30 à 50 individus sont déjà partis au Moyen-Orient aux côtés de combattants malaisiens57, le gouvernement redoute le retour de ces personnes, annonçant une nouvelle vague de radicalisme, peut-être plus violente que celle initiée par le retour des hommes formés en Afghanistan dans les années 1990, sans pour autant avoir les moyens d’empêcher ces recrutements. Le 24 août, deux supporters de l’EI étaient arrêtés à Lampung (Sumatra Sud)58. L’Agence nationale contre de terrorisme (BNPT) ayant établi que ces idées et actions s’opposent à la Constitution indonésienne et au principe national de Bhinneka Tunggal Ika (l’Unité dans la diversité), ils pourraient être déchus de leur nationalité indonésienne59.

Les droits de l’Homme en question

  • 60 Yuliawati, Devy Ernis, Ishomuddin, « Aborsi menuai kontroversi », Tempo, no 4326, 31 août 2014, p.  (...)
  • 61 Yuliawati, « Karena berbeda terbentur aturan », Tempo, no 4328, 14 septembre 2014, p. 92-93. Ina Pa (...)
  • 62 Affaire de viol à la Jakarta International School en avril 2014. Voir « Six-year-old allegedly abus (...)
  • 63 « More than 21 million child abuse cases reported in Indonesia since 2010 », The Jakarta Post, 23 o (...)
  • 64 Lola Amelia, « The need to oppose child labor practices », The Indonesian Update, vol. VIII, n ° 12 (...)

25Enfin, les droits de l’Homme restent un enjeu important en Indonésie, comme en témoignent plusieurs affaires qui ont suscité des polémiques. Ce fut en particulier le cas de la réglementation n ° 61/2014 autorisant l’avortement en cas de viol ou d’urgence médicale. En pratique l’avortement n’en est pas moins considérée comme illégal, quand bien même 2 à 2,6 millions d’avortements sont effectués chaque année en Indonésie60. De même, la question des mariages interreligieux (non reconnus depuis la loi n ° 1/197461) et la protection de l’enfance62 ont été au centre d’importants débats de société. La Commission nationale de protection de l’enfance (Komnas PA) a ainsi publié un rapport montrant que plus de 21 millions de cas d’abus sur mineurs avaient été rapportés depuis 201063. Les statistiques montrent également que l’Indonésie compte au moins 4,7 millions d’enfants qui travaillent comme domestiques, mineurs, ouvriers dans l’industrie ou employés sur des navires dans des conditions précaires et mettant en danger leur sécurité. Le gouvernement indonésien s’est fixé pour objectif l’élimination totale du travail des enfants d’ici 202064.

3 - Solidarité et économie : de nouvelles mesures aux impacts concrets

La mise en place d’un système de sécurité sociale

  • 65 Selon le Bureau national des statistiques (BPS), cité par Lola Amelia, « Questioning the increasing (...)
  • 66 « Jalan Dahulu, bongkar pasang kemudian », Tempo, no 4316, 22 juin 2014, p. 64-68.

26Tandis que l’Indonésie poursuit son développement économique, qui a connu cette année une croissance de 5,7 % malgré la dépréciation de la roupie indonésienne l’an dernier, de nouvelles mesures liées à la lutte contre la pauvreté et l’accès à la santé ont marqué les débats sociaux. Au 1er janvier 2014, le gouvernement indonésien lançait officiellement un programme de sécurité sociale nationale (Jaminan Kesehatan Nasional, abrégé Jamskesnas), géré par le Bureau de réalisation de la sécurité sociale (BPJS) et regroupant tous les autres programmes existant dans ce domaine. Il s’agit de subventionner l’accès des citoyens aux centres de soin de proximité (centres de santé sociaux Puskesmas, ou clinique) ou aux hôpitaux sur recommandation du centre de proximité. Or, les infrastructures et les ressources humaines, du ressort des gouvernements régionaux, ne sont pas encore en place pour accueillir la population, qu’il s’agisse d’équipements médicaux, du nombre de chambres ou de médecins pratiquants. De même, les droits des bénéficiaires, les structures accréditées, le montant des subventions accordées n’ont pas encore été clairement présentés, laissant les patients, comme les structures d’accueil, déconcertés. Selon le gouvernement, l’Indonésie compte 86,4 millions de personnes « pauvres et défavorisées65 ». Seuls 98 kabupaten (circonscriptions similaires au département en France) sur les 511 que compte le pays ont rejoint le BPJS. Au mois d’avril 2014, 119,4 millions de citoyens étaient inscrits. L’objectif est que toute la population ait accès à la Jamkesnas d’ici 201966.

Infrastructure et carburants : des décisions tant économiques que politiques

  • 67 Angga Sukma Wijaya, Nurochman Arrazie, « Belak-Belok tol Sumatra », Tempo, no 4323, 10 août 2014, p (...)

27L’amélioration des infrastructures devenant inévitable pour le développement du pays, le début des travaux de l’autoroute trans-Sumatra, qui reliera Banda Aceh à Bakauheni (Lampung, Sumatra Sud), soit 2 771 km, a été lancé début octobre. Ce projet monumental, plusieurs fois reporté, représente un investissement de 200 billions de roupies (16,6 milliards de dollars), et a été confié à l’entreprise PT Hutama Karya. Le changement de gouvernement fait néanmoins craindre une modification du budget et surtout de sa provenance (gouvernementale ou non)67.

  • 68 Akbar Nikmatullah Dachlan, « The disease of fuel subsidy and a premature policy », The Indonesian U (...)
  • 69 Mohamad Ikhsan, « Mengapa bukan substitusi kenaikan harga BBM », Tempo, no 4327, 7 septembre 2014, (...)
  • 70 La dernière augmentation, de 44,45 %, avait eu lieu en juin 2013.

28Cependant, c’est la problématique des carburants subventionnés, rediscutée chaque année au Parlement, qui continue à préoccuper les citoyens et les analystes. Bien que le budget qui y est alloué soit toujours plus important (246,49 billions de roupies en 2014 (20,43 milliards de dollars), soit une augmentation de 25 % par rapport à 2013), le gouvernement réalise que ce système de subvention des carburants n’est plus approprié. D’une part, la consommation dépasse désormais la production domestique, contraignant l’Indonésie à importer des hydrocarbures depuis 2004. D’autre part, une enquête a montré que 40 % des bénéficiaires de subventions correspondent aux 10 % des personnes ayant les revenus les plus importants68. Entre juillet et septembre 2014, le gouvernement a imposé des limitations à la consommation et l’augmentation des prix des carburants, mesure extrêmement impopulaire pourtant nécessaire et préconisée par les experts69, a finalement été appliquée le 18 novembre 2014. Le litre d’essence est ainsi passé de 6500 roupies (0,53 dollar) à 8500 roupies (0,69 dollar), soit une augmentation de près de 31 %70.

Du nouveau dans la gestion des ressources naturelles

  • 71 Akbar Nikmatullah Dachla, « Larangan Ekspor Mineral sebagai langkah tepat? », The Indonesian Instit (...)
  • 72 La réglementation gouvernementale PP. no 45/2003 fait passer les redevances à 3,75 % pour l’or et 4 (...)
  • 73 Raras Cahyafitri, Satria Sambijantoro, « Lame duck SBY slips in Freeport deal », The Jakarta Post, (...)
  • 74 Raras Cahyafitri, « Blockade on access to Freeport’s Grasberg mine lifted », The Jakarta Post, 4 oc (...)

29Surtout, 2014 semble être une année de reprise en main des nombreuses ressources naturelles du pays par le gouvernement indonésien, alors que celles-ci sont majoritairement exploitées par des entreprises multinationales bénéficiant de concessions depuis plusieurs décennies. La publication de la réglementation gouvernementale PP. n ° 1/2014 venant renforcer la loi n ° 4/2009 sur les minerais et le charbon, oblige à présent le raffinement des matières premières à l’intérieur du pays et interdit l’exportation des matières non raffinées71. Ceci est venu durcir les relations avec les entreprises étrangères présentes sur le territoire indonésien, particulièrement dans le domaine des ressources minérales. C’est le cas de Freeport-McMoran Copper and Gold, géant de l’or et du cuivre implanté dans la mine de Grasberg (plus grande réserve d’or au monde) en Papouasie occidentale depuis 1965 et dont le contrat arrive à échéance en 2021. Alors que l’entreprise enregistrait un bénéfice de 15,2 milliards de dollars en 2013, de nombreux ministres estiment que l’entreprise ne bénéficie pas assez au pays. Freeport a ainsi dû accepter de construire une fonderie d’ici 2017, en versant une caution de 115 millions de dollars pour un investissement représentant 2,3 milliards de dollars, de réduire sa superficie d’exploitation à « seulement » 122 000 hectares, d’employer une main-d’œuvre jusqu’à 100 % locale, et de développer un projet de mine souterraine (15 milliards de dollars). En revanche, l’entreprise demande un contrat jusqu’en 2041 et un désinvestissement de 30 % au profit des investisseurs indonésiens qui passera graduellement à 51 %, alors que la question de l’augmentation des redevances a soulevé de vives protestations72. Un protocole d’accord, signé le 25 juillet 201473, l’autorise finalement à exporter des matières non raffinées (et notamment du concentré de cuivre) jusqu’à la réalisation complète de la fonderie avec une taxe d’exportation allégée à 7,5 % (plutôt que 20 à 25 % pour les entreprises ne possédant pas d’usine de raffinement). Enfin, Freeport a accepté les redevances réclamées. Or, cet accord a été signé avec l’administration de Susilo Bambang Yudhoyono à moins de trois mois du changement de gouvernement, ce qui, légalement, pourrait l’invalider. Joko Widodo a déclaré le jour même que le que le contrat s’arrêterait, pour l’instant, en 2021. À noter, de nombreux et graves accidents se produisent régulièrement à Grasberg (le dernier date de fin septembre), questionnant régulièrement les conditions de travail et de sécurité74.

  • 75 Jajang J., Ayu P., R. Rikang R.W., Jayadi S., Fransisco R., Supriyantho K., « Memukul si anak nakal (...)

30Les contrats des autres entreprises minières dans tout le pays ont ainsi été soumis aux mêmes négociations, mais les réactions ont été variées. Ainsi, l’entreprise Newmont Nusa Tenggara a déposé plainte contre le gouvernement indonésien, le 27 juin 2014, auprès de l’International Center for Settlement of Investment Disputes (ICSID). Pour le gouvernement indonésien, cela a signifié l’arrêt immédiat des négociations, estimant que la société ne respecte pas le droit national du pays où elle est pourtant implantée depuis 2000. Début août, le gouvernement envisageait de porter plainte contre Newmont devant la Commission des Nations unies pour les lois du commerce international (Uncitral)75.

Un vent nouveau souffle-t-il sur l’archipel ?

312014 est donc une année de changement pour l’Indonésie : fin du consensus politique traditionnellement valorisé, la présidentielle ayant contribué à diviser la nation entre deux camps, implication croissante de la population dans les affaires du pays, entre manifestations et soutien aux candidats. Joko Widodo, le président élu, marque lui-même une rupture avec l’élite politique traditionnellement au pouvoir en Indonésie (militaires, élite politique issue de l’Ordre nouveau ou élite religieuse) : d’origine modeste, il a fondé sa campagne sur son expérience politique passée, basée sur une relation directe avec la population et une évaluation immédiate des problèmes à travers des visites inattendues. Il apporte donc l’espoir d’une Indonésie où la classe sociale ne détermine pas entièrement la vie des individus et où le travail permet d’atteindre les objectifs fixés. 2014 marque également le début d’une réelle cohabitation politique entre le Parlement et l’exécutif. Les années à venir révéleront aux Indonésiens si ces changements restent à l’état d’idéaux ou se concrétisent, mais, en attendant, il souffle un vent de nouveauté sur l’archipel qui le fait avancer parmi les pays les plus puissants du monde.

Annexes

Fiche Indonésie

Capitale : Jakarta

Superficie : 1 904 569 km²

Population (FMI, est. 2014) : 251 490 000 hab.

Langue officielle : indonésien

Données politiques

Nature de l’État : république

Nature du régime : présidentiel

Suffrage : universel (à partir de 17 ans)

Chef de l’État : président Joko Widodo (prise de fonction le 20 octobre 2014)

Vice-président : Jusuf Kalla (élu en 2014)

Ministre des Affaires étrangères : Retno Lestari Marsudi

Ministre de l’Intérieur : Tjahjo Kumolo

Échéances : élections présidentielle et législatives en 2019

Contentieux territoriaux et maritimes : Chine : les îles Natuna en mer de Chine du Sud (risque latent)

Malaisie : dans la mer des Célèbes autour du plateau continental Ambalat et délimitation des frontières maritimes situées aux larges des îles Sipadan et Ligitan reconnues malaisiennes en 2002 par la Cour internationale de justice Palaos : contentieux sur l’extension de la Zone économique exclusive (CEE) de l’Indonésie

Singapour : délimitation de la frontière maritime au nord de l’île de Batam (mer de Chine du Sud)

Timor-Leste : règlement définitif de la frontière terrestre (environ 3 % en suspens) et délimitation de l’intégralité de la frontière maritime

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2000) : Javanais (40,6 %), Soundanais (15 %), Madourais (3,3 %), Minangkabau (2,7 %), Betawi (2,4 %), Bugis (2,4 %), Bantenais (2 %), Banjar (1,7 %), autres (29,9 %)

Religions (2000) : musulmans (86,1 %), protestants (5,7 %), catholiques (3 %), hindous (1,8 %), bouddhistes (1 %), autres (2,4 %)

Taux de croissance démographique : 1 %

Espérance de vie (PNUD 2012) : 70,8 ans

Indice de fécondité (UNICEF 2012) : 2,4

Taux de natalité (UNICEF 2012) : 19,2 ‰

Taux de mortalité (UNICEF, 2012) : 6,3 ‰

Taux de mortalité infantile (PNUD, 2013) : 31 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (PNUD, 2013) : 92,8 %

Taux d’urbanisation (PNUD 2013) : 52,2 %

Indice de développement humain (PNUD, 2013) : 0,684 (rang 108)

Indicateurs économiques

Monnaie : rupiah = roupie indonésienne (1 euro = 15 340 roupies indonésiennes, au 10 octobre 2014)

Balance des paiements courants (UNCTAD 2013) : - 28, 45 milliards $ US

Dette extérieure (UNCTAD 2012) : 172, 327 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI est. 2014) : 5 611,85 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI est. 2014) : 4723, 69 $ US

Taux de croissance du PIB (FMI 2013) : 5,7 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (UNCTAD 2012) : agriculture (14,44 %), industrie (46,95 %), services (38,61 %)

Taux d’inflation (FMI est. 2014) : 4, 9 %

Taux de chômage (FMI est. 2014) : 6 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (PNUD 2012) : 16,2 %

IDE entrant (stocks) (UNCTAD est. 2013): 230,344 milliards $ US

IDE sortant (stocks) (UNCTAD est. 2013) : 16,07 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux (2012) : Singapour, États-Unis, Japon, Chine, Australie, Corée du Sud

Importations (UNCTAD 2013) : 187,294 milliards $ US

Principaux produits importés : machines et équipements, produits chimiques, carburants, denrées alimentaires

Exportations (UNCTAD 2013) : 183, 344 milliards $ US

Principaux produits exportés : pétrole, gaz, huile de palme, charbon, appareils électriques, contreplaqué, textile, caoutchouc

Portraits

Joko Widodo – Jokowi, le président des 13 466 îles

Joko Widodo, est sans conteste l’icône de l’année 2014. Âgé de 53 ans, ce fils d’un marchand de meubles, originaire de Solo (Java Centre) est devenu le septième président de la République d’Indonésie le 20 octobre 2014. De son origine à son programme, en passant par son attitude, tout en lui contraste avec ses prédécesseurs. Premier dirigeant sans lien avec l’élite politique issue de la dictature de l’Ordre nouveau du général Suharto qui s’est effondrée en 1998, Joko Widodo est aussi le premier président qui ne soit pas le dirigeant de son parti, le Parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P). Il a gagné sa popularité en tant que maire de Solo (Java Centre, 540 000 habitants) de 2005 à 2012 où il a été réélu avec près de 90 % des votes. Élu gouverneur de la capitale Jakarta en 2012 (9,8 millions d’habitants intra-muros, plus de 28 millions pour la métropole), il a consolidé son image d’homme de terrain en institutionnalisant la pratique du blusukan (néologisme désignant ses visites impromptues « sur le terrain », auprès de la population) afin de mieux cerner les besoins de ses administrés et de s’assurer du travail de ses subordonnés. Il a engagé de grands travaux et mis en place des aides sociales dans les domaines de l’éducation et de la santé. Pariant sur les nouvelles technologies, il a développé un système électronique de gouvernement permettant aux citoyens de bénéficier de prestations sociales sans avoir à faire des transactions en liquide, limitant ainsi les risques de corruption. Début octobre, le président élu recevait la visite de Mark Zuckerberg et demandait son aide pour une utilisation des médias sociaux, notamment Facebook (plus de 70 millions d’utilisateurs indonésiens), dans le but de développer les petites et moyennes entreprises en Indonésie et d’élargir l’accès à Internet. Joko Widodo prône la « révolution mentale » comme une nécessité pour changer les mentalités afin de libérer l’Indonésie de ses démons, notamment la corruption, et a fait le pari de rendre au pays un statut de puissance maritime pour le positionner sur la scène mondiale.

Prabowo Subianto, un homme « ferme »

Prabowo Subianto appartient à l’élite politique issue du régime autoritaire du général Suharto (1967-1998). Issu d’une famille aisée, Prabowo Subianto était promis à une brillante carrière militaire avant d’être démis de ses fonctions pour désobéissance en 1998, peu après la chute du général Suharto, son beau-père à l’époque. Accusé par le Conseil d’honneur des officiers d’avoir agi sans autorisation de ses supérieurs, on lui reproche notamment l’enlèvement de manifestants opposants au régime en 1998, mais aussi lors de ses missions antérieures dans les régions à velléités indépendantistes (Aceh, Papouasie, Timor oriental). Selon ses partisans, Prabowo Subianto incarne la force, l’autorité teintée de paternalisme, nécessaire à leurs yeux pour gouverner et redresser un pays aussi étendu et varié que l’Indonésie. Tegas, « ferme », était le maître-mot de sa campagne électorale. Pour beaucoup d’autres, Prabowo fait peur et on se souvient des années 1990 et du régime finissant du général Suharto, où les opposants politiques disparaissaient ou étaient menacés de l’être par des groupes armés, dont celui qu’il commandait à cette époque. Il s’est retiré de la course à la présidence quelques heures avant l’annonce des résultats qui officialisaient la victoire de son opposant, Joko Widodo. Pourtant, à cette annonce, il est allé contester ces résultats en portant plainte devant la Cour constitutionnelle pour manipulations et fraudes « structurelles, massives et systématiques » des élections. La Cour constitutionnelle a rejeté toutes ses allégations le 22 août 2014.

Retno Lestari Priansari Marsudi, première femme ministre des Affaires étrangères

Retno Lestari Priansari Marsudi (Retno Marsudi) est la première femme en Indonésie à être nommée au poste de ministre des Affaires étrangères. Avant d’obtenir cette fonction au sein du « Cabinet de Travail » du nouveau président de la République indonésienne Joko Widodo, cette diplomate de 52 ans était l’ambassadrice de la République d’Indonésie à La Haye aux Pays-Bas (depuis 2012). Diplômée de l’université Gadjah Mada de Yogyakarta, elle a été la secrétaire du service économique de l’ambassade d’Indonésie aux Pays-Bas entre 1997 et 2001. Elle y devient la directrice des relations pour l’Europe et l’Amérique en 2001, puis directrice pour l’Europe occidentale en 2003 et obtient un diplôme en droit européen à l’université des sciences appliquées de La Haye en 2003. Elle devient ambassadeur pour la Norvège et l’Islande en 2005, où elle est la première Indonésienne à recevoir l’Ordre du mérite des mains du roi de Norvège en 2011. Retno Lestari Priansari Marsudi est rappelée en Indonésie pour devenir directrice des relations avec l’Europe et l’Amérique. Elle a également dirigé des négociations multilatérales et des consultations bilatérales avec l’Union européenne, au sein de l’ASEM (Asia-Europe Meeting) ou encore du FEALAC (Forum for East Asia-Latin America Cooperation).

Affiche politique

Affiche politique

Sanur, Bali, 22 juin 2014.
La campagne présidentielle bat son plein. Sur l’île de Bali, fief du Parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P) en Indonésie, le soutien au candidat Joko Widodo (Jokowi) avec son colistier Jusuf Kalla (JK) est massif. Ici, trois affiches qui délivrent des informations multiples, insistant sur la proximité du candidat avec ses électeurs.
À gauche : « Choisissez le no 2 ! (Ce numéro est attribué à l’équipe par la Commission aux élections générales (KPU), en début de campagne) – Regarder avec nos yeux – Entendre avec nos oreilles – Parler avec notre voix. Le dirigeant du peuple né du peuple ». Au milieu, l’annonce d’un concert de rock en soutien à Jokowi (en photo, habillé de sa légendaire chemise à carreaux), qui est connu pour apprécier ce genre musical. Sur l’affiche de droite, une énonciation des qualités du candidat : « Jokowi-JK, président de la République d’Indonésie 2014-2019. Honnête, près du peuple, simple. »

Notes

1 L’hebdomadaire Courrier international titrait son numéro spécial sur l’Indonésie du 3 au 9 juillet 2014 « Indonésie. Là où s’invente l’Asie de demain », Courrier International, no 1235.

2 Arfianto Purbolaksono, « Measuring the preparedness of the 2014 elections », The Indonesian Update, vol. V III, no 4, The Indonesian Institute, novembre 2013, p. 7-10.

3 The Indonesian Institute, (www.theindonesianinstitute.com); Centre for Strategic and International Studies(CSIS), (www.csis.org); Demos Indonesia (www.demosindonesia.org)

4 Voir le site, (www.antikorupsi.org)

5 Sous la forme de dons en espèces (généralement autour de 50 000 roupies par personne, soit 4,14 dollars), de biens (aliments, vêtements) ou de services. Voir Annas Syaroni, « Money politics will still happen in the 2014 elections », The Indonesian Update, vol. VIII, no 8, The Indonesian Institute, mars 2014, p. 13-17.

6 À ceci s’ajoute l’apparente indifférence des partis quant à leur responsabilité en matière de transparence des fonds destinés aux campagnes politiques. Voir Arfianto Purbolaksono, « Early report on campaign funds », The Indonesian Update, vol. VIII, no 6, The Indonesian Institute, janvier 2014, p. 2-5.

7 Voir le site, (www.ti.or.id)

8 Arfianto Purbolaksono, « Notes on political corruption in Indonesia 2013 », The Indonesian Update, vol. VIII, no 6, The Indonesian Institute, janvier 2014, p. 23-26. Annas Syaroni, « Voter turnout tends to decrease », The Indonesian Update, vol. VIII, no 7, The Indonesian Institute, février 2014, p. 22-25.

9 En Indonésie, le pouvoir législatif est assuré par le Parlement (MPR – Majelis Permusyawaratan Rakyat), bicaméral depuis les élections de 2004. Depuis cette date également, le président de la République est élu au suffrage universel direct, alors qu’il était auparavant élu par le MPR. Le DPR-RI : Dewan Perwakilan Rakyat Republik Indonesia, le Conseil représentatif du peuple, constitue la chambre basse du Parlement. Les 560 membres sont élus à la proportionnelle dans 77 circonscriptions électorales. Le DPD-RI : Dewan Perwakilan Daerah – Republik Indonesia, le Conseil représentatif des régions, est la chambre haute du Parlement, créée en 2004. Les 132 membres sont élus à raison de 4 par province (l’Indonésie compte 33 provinces). Par ailleurs, les électeurs choisissaient aussi leurs représentants au niveau régional (Dewan Perwakilan Rakyat Daerah, DPRD), soit 2 112 sièges à pourvoir dans les Parlements de province répartis dans 259 districts électoraux et 16 895 sièges au niveau du département (kabupaten) ou de la ville (kota).

10 Arfianto Purbolaksono, « The Decision of the Constitutional Court (MK) on Presidential Treshold (PT), the 2014 elections and the coalition map », The Indonesian Update, vol. VIII, no 9, The Indonesian Institute, avril 2014, p. 9-11.

11 Tom Pepinsky, « The key to understanding Indonesia’s upcoming elections? The Jokowi Effect », The Washington Post, 17 mars 2014. Yenni Kwok, « The “Jokowi Effectˮ could be the most important thing in Indonesia’s elections », Time, 9 avril 2014.

12 Arfianto Purbolaksono, « Observing Jokowi’s nomination: among the people and the elite », The Indonesian Update, vol. VIII, no 9, The Indonesian Institute, avril 2014, p. 2-5.

13 Arfianto Purbolaksono, « Notes from 2014 legislative elections », The Indonesian Update, vol. VIII, n ° 10, mai 2014, p. 2-5.

14 Résultats publiés par la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/952014_Perolehan_suara_parpol.pdf)

15 Arfianto Purbolaksono, « Observing the plan on the coalition of Islamic political parties », The Indonesian Update, vol. VIII, no 10, The Indonesian Institute, mai 2014, p. 6-9.

16 Série télévisée Mahabharat (267 épisodes), diffusée en Inde sur Star Plus (septembre 2013-août 2014) et diffusée dans sa version doublée sur la chaîne indonésienne ANTV (depuis septembre 2013 également).

17 Programme officiel en ligne sur le site de la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/Visi_Misi_PRABOWO-HATTA.pdf)

18 Visible sur YouTube : (https://www.youtube.com/watch?v=ZCbMFo1d6x0) et au sein de l’article du Time mentionné ci-dessous.

19 Yenni Kwok, « This Indonesian nazi video is one of the worst pieces of political campaigning ever », Time, 25 juin 2014.

20 Le régime du général Suharto (1966-1998), l’Ordre nouveau, s’est construit entre 1965 et 1966 sur le massacre de 500 000 à 1 million de citoyens indonésiens sur la base de leur affiliation réelle, supposée ou éloignée au Parti communiste Indonésien (PKI), alors en passe d’accéder au gouvernement. Ces assassinats auraient été perpétrés par des milices de citoyens, encouragés par certains éléments de l’armée et des organisations religieuses. Jusqu’à ce jour, cette période n’a fait l’objet d’aucun débat public de fond en Indonésie, malgré des tentatives internes et externes, comme les récents films du réalisateur Joshua Oppenheimer : The Act of killing (2012) et The Look of silence (2014).

21 Programme officiel en ligne sur le site de la KPU, (http//www.kpu.go.id/koleksigambar/Visi_Misi_JOKOWI-JK.pdf)

22 L’Indonésie compte plus de 6 millions de km2 de Zone maritime Economique Exclusive et est un État archipélagique selon le droit de la mer.

23 « Strategi maya pendulang suara », Tempo, no 4319, 6 juillet 2014, p. 122-123.

24 Arfianto Purbolaksono, « Highlighting the rise of black campaign in the 2014 presidential elections », The Indonesian Update, vol. VIII, no 11, The Indonesian Institute, juin 2014, p. 2-4.

25 Istman MP, « Kampanye hitam, Jokowi diiklankan meninggal », Tempo, 8 mai 2014. Bagja Hidayat, Kartika Candra, Mahbub Junaidi, Sohirin, Anwar Siswadi, « Propaganda kelam Obor Rakyat », Tempo, no 4317, 29 juin 2014, p. 34-36.

26 « DKP Nilai Prabowo Coreng Kehormatan Negara dan TNI », Tempo, 11 juin 2014. Anton Septian, « Dewan pencabut pangkat Prabowo », Tempo, no 4316, 22 juin 2014, p. 40.

27 « Tergerus propaganda gelap », Tempo, no 4317, 29 juin 2014, p. 37.

28 Stanley Adi Prasetyo, « Obor Rakyat dan kampanye hitam », Tempo, n ° 4317, 29 juin 2014.

29 Anton Septian, Muhammad Muhyiddin, Agustina Widiarsi, « Medan kedua purnawirawan », Tempo, no 4316, 22 juin 2014, p. 34-39.

30 Les bintara pembina desa, grade le plus bas dans l’armée indonésienne, sont les militaires présents au niveau des villages. Ils ont pour fonction d’éviter les conflits au niveau des localités, de recueillir des données démographiques, de décrire la situation sociale, de collecter des informations et d’intervenir en cas de catastrophe naturelle (y compris dans la gestion des populations déplacées).

31 Kartika Candra, Ananda Teresia, Muhammad Muhyiddin, Nanang Sutisna, « Pendata suara dari Barak », Tempo, no 4315, 15 juin 2014, p. 50.

32 Muhammad Muhyiddin, Anwar Siswadi, Pribadi Wicaksono, « Bawaslu : Surat Prabowo untuk Guru Langgar Aturan », Tempo, 27 juin 2014.

33 Résultats publiés par la KPU, (http://kpu.go.id/koleksigambar/PPWP_-_Nasional_Rekapitulasi_2014_-_New_-_Final_2014_07_22.pdf)

34 Hans Nicholas Jong, « Prabowo’s camp fires on all legal cylinders », The Jakarta Post, 4 août 2014; Asrul Ibrahim Nur, « Delegitimation of presidential elections », The Indonesian Update, vol. IX, no 1, The Indonesian Institute, août 2014, p. 5-7.

35 Anton Septian, Elik Susanto, Rusman Paraqbueq, Wayan Agus Purnomo, RIdho Jun Prasetyo, Indra Wijaya, « Rencana baru koalisi sang jenderal », Tempo, no 4326, 31 août 2014, p. 32-35. Rusman Paraqbueq, « Dok… dok… dok… Sah », Tempo, no 4326, 31 août 2014, p. 36.

36 Cette clause a notamment été à l’origine d’une plainte déposée devant la Cour constitutionnelle par le PDI-P qui argumentait que la configuration des dirigeants du Conseil Représentatif du Peuple se devait de refléter la configuration qui résultait des élections générales. La Cour constitutionnelle a rejeté la plainte fin septembre. Voir Joko Susilo, « MK tolak gugatan PDI-P soal UUMD3 », Antara News, 29 septembre 2014.

37 Rangga Pandu Asmara Jingga, « KMP kompak usung Setya Novanto Ketua DPR », Antara News, 2 octobre 2014.

38 Zul Sikumbang, « Zulkifli Hasan terpilih sebagai Ketua MPR-RI 2014-2019 », Antara News, 8 octobre 2014.

39 Zul Sikumbang, « Fahri bantah upaya halangi pelantikan Jokowi », Antara News, 10 octobre 2014.

40 Bagja Hidayat, Ananda Teresia, « Tangan Mega kantor Jokowi », Tempo, no 4324, 17 août 2014, p. 33-35.

41 Anton Septian, Agustina Widiarsi, Ananda Teresia, Linda Trianita, Jayadi Supriadin, « Dapur kabinet Sang pemenang », Tempo, no 4323, 10 août 2014, p. 33-36.

42 Arfianto Purbolaksono, « Highlighting the establishment of the transition house of Jokowi-JK », The Indonesian Update, vol. IX, no 01, The Indonesian Institute, août-septembre 2014, p. 13-15.

43 « Jokowi batal umumkan cabinet di Tanjung Priok », BBC Indonesia, 22 octobre 2014.

44 Ina Parlina and Hasyim Widhiarto, « Jokowi's Cabinet announced, here is the lineup », The Jakarta Post, 26 octobre 2014.

45 M. Faisal aminuddin, « Law on legislative bodies VS presidential system », The Jakarta Post, 26 août 2014.

46 Prio Hari Kristanto, « KPK dan DPD kompak tolak UU MD3 », Tempo, 23 juillet 2014.

47 Riky Ferdianto, « Kado akhir tahun yang manis buat koalisi Jokowi », Tempo, 6 juillet 2014.

48 Ina Parlina and Margareth S. Aritonang, « SBY issues Perppu to annul Pilkada Law », The Jakarta Post, 3 octobre 2014. « In lieu of democracy », Tempo, 8 octobre 2014.

49 « MK diminta percepat pengujian UU Pilkada », Antara News, 10 octobre 2014.

50 La KPK a notamment l’autorité de détenir les suspects, d’imposer des interdits de sortie du territoire, d’exiger des informations financières liées aux personnes suspectées et de geler des transactions financières.

51 Aradila Caesar Ifmaini Idris, « Emergency alert for the Corruption Court », The Jakarta Post, 25 août 2014.

52 Hermawan Satyanto, Evan, « Ini Rekan jejak perilaku FPI », Tempo, 10 octobre 2014.

53 Abdul Malik, « Polda Metrojaya beri rekomendasi bubarkan FPI », Antara News, 9 octobre 2014.

Anita Permata Dev., « Kapolri rekomendasikan FPI dibubarkan », Antara News, 10 octobre 2014.

54 Taufik Ridwan, « FPI kembali demo tolak Ahok jadi Gubernur », Antara News, 10 octobre 2014.

55 « Scholar warns Muslims of ISIS influence in Indonesia », The Jakarta Post, 4 août 2014. Yuliasri Perdani, « MUI joins nationwide campaign against ISIL », The Jakarta Post, 8 août 2014. 56Yuliasri Perdani, « ISIL content still accessible despite ban », The Jakarta Post, 6 août 2014.

56 Yuliasri Perdani, « ISIL content still accessible despite ban », The Jakarta Post, 6 août 2014.

57 Yuliasri Perdani, « With Iraq gains, ISIS finds traction with Indonesian hard-liners », The Jakarta Post, 14 juin 2014; Zakir Hussain, Shannon Teoh, « ISI fighters from M’sia, Indonesia form militar unit », The Strait Times, 26 septembre 2014.

58 Oyos Saroso, « Two alleged ISIL supporters arrested in Lampung », The Jakarta Post, 24 août 2014.

59 « ISIS supporters could lose citizenship, says BNPT », The Jakarta Post, 1er août 2014.

60 Yuliawati, Devy Ernis, Ishomuddin, « Aborsi menuai kontroversi », Tempo, no 4326, 31 août 2014, p. 94-98.

61 Yuliawati, « Karena berbeda terbentur aturan », Tempo, no 4328, 14 septembre 2014, p. 92-93. Ina Parlina, « FPI rejects interfaith marriage at MK », The Jakarta Post, 15 octobre 2014; « Muslims told to avoid interfaith marriage », The Jakarta Post, 23 octobre 2014.

62 Affaire de viol à la Jakarta International School en avril 2014. Voir « Six-year-old allegedly abused at int’l school », The Jakarta Post, 15 avril 2014; « International school urged to take responsibility », The Jakarta Post, 16 avril 2014.

63 « More than 21 million child abuse cases reported in Indonesia since 2010 », The Jakarta Post, 23 octobre 2014.

64 Lola Amelia, « The need to oppose child labor practices », The Indonesian Update, vol. VIII, n ° 12, The Indonesian Institute, juillet 2014, p. 15-16.

65 Selon le Bureau national des statistiques (BPS), cité par Lola Amelia, « Questioning the increasing number of poor people, The Indonesian Update, vol. VIII, no 7, février 2014, p. 32-34.

66 « Jalan Dahulu, bongkar pasang kemudian », Tempo, no 4316, 22 juin 2014, p. 64-68.

67 Angga Sukma Wijaya, Nurochman Arrazie, « Belak-Belok tol Sumatra », Tempo, no 4323, 10 août 2014, p. 84-86.

68 Akbar Nikmatullah Dachlan, « The disease of fuel subsidy and a premature policy », The Indonesian Update, vol. IX, no 01, The Indonesian Institute, août 2014, p. 2-4.

69 Mohamad Ikhsan, « Mengapa bukan substitusi kenaikan harga BBM », Tempo, no 4327, 7 septembre 2014, p. 98-99.

70 La dernière augmentation, de 44,45 %, avait eu lieu en juin 2013.

71 Akbar Nikmatullah Dachla, « Larangan Ekspor Mineral sebagai langkah tepat? », The Indonesian Institute, 14 février 2014.

72 La réglementation gouvernementale PP. no 45/2003 fait passer les redevances à 3,75 % pour l’or et 4 % pour le cuivre (au lieu des 1 % et 3,5 % appliqués). Voir Gustidha Budiartie, Angga Wijaya, « Renegosiasi aman, Freeport nyaman », Tempo, no 4316, 22 juin 2014, p. 102-106.

73 Raras Cahyafitri, Satria Sambijantoro, « Lame duck SBY slips in Freeport deal », The Jakarta Post, 26 juillet 2014.

74 Raras Cahyafitri, « Blockade on access to Freeport’s Grasberg mine lifted », The Jakarta Post, 4 octobre 2014.

75 Jajang J., Ayu P., R. Rikang R.W., Jayadi S., Fransisco R., Supriyantho K., « Memukul si anak nakal », Tempo, no 4322, 3 août 2014, p. 80-85.

Table des illustrations

Titre L’Indonésie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2530/img-1.png
Fichier image/png, 502k
Titre Affiche politique
Légende Sanur, Bali, 22 juin 2014.La campagne présidentielle bat son plein. Sur l’île de Bali, fief du Parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P) en Indonésie, le soutien au candidat Joko Widodo (Jokowi) avec son colistier Jusuf Kalla (JK) est massif. Ici, trois affiches qui délivrent des informations multiples, insistant sur la proximité du candidat avec ses électeurs.À gauche : « Choisissez le no 2 ! (Ce numéro est attribué à l’équipe par la Commission aux élections générales (KPU), en début de campagne) – Regarder avec nos yeux – Entendre avec nos oreilles – Parler avec notre voix. Le dirigeant du peuple né du peuple ». Au milieu, l’annonce d’un concert de rock en soutien à Jokowi (en photo, habillé de sa légendaire chemise à carreaux), qui est connu pour apprécier ce genre musical. Sur l’affiche de droite, une énonciation des qualités du candidat : « Jokowi-JK, président de la République d’Indonésie 2014-2019. Honnête, près du peuple, simple. »
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

Auteur

Anthropologue, chercheur associée à l’Irasec. Sa thèse de doctorat, publiée en 2014 sous le titre Corps du bois, souffle humain. Le théâtre de marionnettes wayang golek de Java Ouest (Presses Universitaires de Rennes), a reçu en 2012 le 1er prix commun UQAM-Respatrimoni en études patrimoniales. Elle poursuit actuellement ses recherches à propos des pratiques culturelles et leur reconnaissance/patrimonialisation aux niveaux national et international, en s’attachant particulièrement aux problématiques politiques et identitaires qui leur sont liées.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site