Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Brunei boycott, buzz et bisnes

Marie-Sybille de Vienne

Texte intégral

  • 1 Une première avancée en faveur de la généralisation du droit islamique avait déjà été effectuée en (...)

1Contrairement à son habitude et aux desiderata du sultan, Brunei Darussalam s’est retrouvé sous les feux de la rampe le 1er mai 2014, avec l’entrée en vigueur du code pénal islamique promulgué le 23 octobre 20131 : une première étape dans une mise en œuvre censée s’étaler sur deux ans, qui consiste à appliquer les dispositions relatives aux seules infractions vénielles, passibles d’amendes ou d’emprisonnement.

1 - Hudud et boycott occidental

  • 2 « Syariah law allows discretionary cases », Brunei Times, 17 novembre 2013.
  • 3 Brunei Times, 20 avril 2014.

2Les délits y sont classés en trois catégories, selon leurs sanctions pénales : 1 °) ta’zir (corruption, trahison, vandalisme de bien publics, usure, etc.), infractions non mentionnées dans le Coran, pour lesquels les juges ont toute liberté de déterminer une sentence « équitable » ; 2 °) qisas (meurtre, homicide involontaire, blessure), atteintes aux « droits des hommes » pour lesquelles la victime ou sa famille peuvent réclamer (conformément au Coran) rétribution (talion ou contrepartie financière), ou même accorder le pardon ; 3 °) hudud, atteintes aux « droits de Dieu » (adultère, fausses accusations d’adultère, relations sexuelles entre personnes non mariées ou de même sexe, vol, attaque à main armée, apostasie, consommation d’alcool, etc.), dont le châtiment, fixé par la loi, est non négociable2. Ces dispositions s’étendent aux non-musulmans participant à des actes délictueux ou les suggérant à des tiers, y compris consommant de la nourriture, des boissons ou des cigarettes de manière publique pendant le Ramadan3, ce qui pourrait induire les fidèles en tentation. Elles visent pareillement ceux tenant des propos considérés comme diffamatoires à l’égard de l’islam ou du prophète, qui risquent la peine de mort.

  • 4 « Foreign envoys briefed on syariah », Brunei Times, 24 janvier 2014.
  • 5 « 19 islamic words not allowed to be used in other religions », Brunei Times, 23 février 2014, titr (...)
  • 6 Wali Songo signifiant les 9 wali.
  • 7 A. Burgess est plus connu pour sa nouvelle The Clock Work Orange [Orange mécanique]. À propos de Th (...)

3Qui plus est, l’usage de salutations en arabe ou de l’expression insya Allah par des non-musulmans, peut désormais faire l’objet de poursuites, de 12 000 B$ (7 410 euros) d’amende et/ou de trois ans d’emprisonnement4. Plus largement, l’emploi des mots et expressions azan, baitullah, Al Quran, fatwa, Firman Allah, hadith, Haji, hukum syara’, ilahi Ka’bah, kalimah al syahadah, kiblat, masjid, imam, mufti, mu’min, solat et wali5 en rapport avec une autre religion que l’islam est prohibé. La simple évocation de l’histoire du monde nusantarien (par exemple parler des Wali Songo6, les propagateurs de l’islam à Java), la pratique de l’épigraphie par un non-musulman au Brunei, deviennent désormais à risque. Une telle restriction de l’usage de la langue arabe aux seuls musulmans constitue, de surcroît, une attestation supplémentaire, s’il le fallait, de la profonde méconnaissance du monde arabe (où le vocable Allah a de tout temps été utilisé au Liban, en Égypte, en Syrie, en Irak, par les Arabes chrétiens, de toutes obédiences. Au Brunei, et par-delà, en pays malais, l’emploi de Allah par les non-musulmans est sujet à polémique : à tant brandir une telle crispation identitaire, on confine à l'absurde – un hommage bien involontaire à Anthony Burgess, qui, professeur au sultan Omar Ali Saifuddin College (SOAS) à Bandar Seri Begawan, y écrivit The Devil of a State, publié en 19617.

4Conformément à l’article 84 § B du code pénal islamique, aucune plainte ne peut toutefois être déposée contre le chef de l’État, à titre personnel comme dans l’exercice de ses fonctions – une disposition prévalant au demeurant dans la plupart des pays.

  • 8 Voir pour une présentation plus détaillée dudit code Marie-Sybille de Vienne, « Brunei. Des pieds, (...)
  • 9 Si la valeur du bien volé est équivalente ou supérieure au montant du nisab, c’est-à-dire au montan (...)
  • 10 Si l’un des deux contrevenants est marié et a déjà eu des relations sexuelles.
  • 11 Si la victime a déjà été mariée et a déjà eu des relations sexuelles.
  • 12 Assortie d’un an de prison si l’une des deux personnes est vierge.
  • 13 « HM slams malicious campaign against syariah penal code », Brunei Times, 23 février 2014, le disco (...)

5Rien d’étonnant donc à ce qu’un tel arsenal juridique pour le moins rétrograde, qui prévoit des châtiments corporels8 (hudud) allant de l’amputation d’une main (puis d’un pied si récidive), en cas de vol9, à la lapidation en cas d’adultère10, de viol11 ou de relations sexuelles entre personne de même sexe, en passant par la bastonnade (100 coups de rotin) pour relations sexuelles entre personnes n’ayant jamais été mariées12 ou pour dénonciation frauduleuse desdits rapports, etc., ait rencontré force critiques au Brunei, de l’aveu même du souverain13, et soulevé un tollé général du côté occidental.

  • 14 Dont le groupe américain ICM Partners, agence de propriété littéraire et artistique très importante (...)
  • 15 Ex-Pinault-Printemps-La Redoute.
  • 16 Créé en 1996 pour regrouper les participations du BIA dans le secteur hôtelier, il comprend dix hôt (...)
  • 17 Brunei Investment Agency, créée en juillet 1983.
  • 18 Qui ne l’avait pourtant racheté à l’israélien Elad Properties (dirigé par son fondateur, Yitzhak Ts (...)

6Avec pour conséquence le boycott à moindre frais des seuls produits du sultanat dont il demeure aisé de s’abstenir, à savoir, ses prestations hôtelières, mais évidemment pas ses hydrocarbures, achetés pour l’essentiel par ses partenaires régionaux, Japon, Corée du Sud, Inde, etc. Parmi les boycotteurs14, François-Henri Pinault, président directeur-général du groupe Kering15, le numéro trois du luxe mondial après LVMH et le suisse Richemont. Loin d’être totalement anodine, l’opération a eu des répercussions immédiates sur les hôtels du groupe Dorchester16 - appartenant à la Brunei Investment Agency17 (BIA), le fonds souverain du sultanat - qui ont subi des annulations d’événements, ce qui n’empêche pas le BIA d’être aujourd’hui en lice pour l’acquisition de l’emblématique hôtel Plaza de New York, dont l’actuel propriétaire, l’indien Sahara Group18, souhaiterait se défaire. Indépendamment d’un agacement médiatique dont le Sultan n’est guère friand, la mesure a pour l’heure surtout pénalisé les employés de l’hôtel Dorchester de Londres, dont une partie a été licenciée.

  • 19 Quatre témoins musulmans, par exemple, en cas d’adultère, deux en cas de vol. 

7Par-delà l’extrême sévérité de l’arsenal législatif, les juristes brunéiens insistent toutefois sur deux aspects : 1 °) son caractère dissuasif ; 2 °) ses exigences en matière de preuve19 – ce second point suggérant que le nombre de personnes déférées devant les tribunaux pour des affaires relevant de la troisième catégorie, à savoir le hudud, devrait être dérisoire. De fait, si avant l’adoption d’un code pénal islamique, la peine de mort était déjà en vigueur dans le sultanat, elle n’a plus été appliquée depuis 1996. Pourquoi alors doter Brunei Darussalam d’un tel code pénal, alors que le fonctionnement des tribunaux, civils comme religieux, lui valait jusque-là une solide réputation « d’État de droit » dont peu de sociétés du Sud-Est asiatique pouvaient se prévaloir ?

La mesure est à lire à deux niveaux, local et régional

  • 20 « HM on way to realise vision of negara zikir », Brunei Times, 27 juillet 2008.
  • 21 « Why the need for negara zikir », Brunei Times, 7 juillet 2013.

8Elle illustre une nouvelle fois l’emprise croissante des religieux sur le Sultan vieillissant, obsédé par le jour du jugement. Depuis les années 1990, le mufti ressasse à l’envie le « caractère islamique » de l’institution monarchique et le rôle essentiel de la défense des enseignements de l’islam dans la préservation de la souveraineté des Malais ; jouant les chapelains zélés, il accompagne désormais le souverain dans la plupart de ses déplacements. En réponse, le Sultan a proclamé en 200820 le Brunei pays de dévotion (negara zikir, alliant foi et piété), pour prémunir ses sujets contre tout châtiment divin : désastres individuels, moraux (humiliation, rejet) ou physiques (meurtre, mort par accident) comme les catastrophes naturelles (tsunamis, tremblements de terre, tornades, etc.)21.

  • 22 Kampung signifie village, ici une partie du Kampung Ayer, le « village sur l’eau », lui-même divisé (...)
  • 23 Fondée par Haji Muhammad, qui avait fait plusieurs fois le voyage à La Mecque dans les années 1840- (...)
  • 24 Fondé en 1968 à Kuala Lumpur par Asahaari bin Mohamad, originaire des Negeri Sembilan et teinté de (...)

9Le sultanat cherche en effet à prévenir d’éventuelles poussées de fondamentalisme islamique, un mal endémique au Brunei qu’attestait déjà dans les années 1850 l’installation d’une mosquée contestataire le long de la rivière Kedayan, dans le Kampung22 du Temenggong23, relancé au début des années 1980 par le succès du mouvement Darul al-Arqam24, originaire des Negeri Sembilan, qui y sera finalement interdit en février 1991.

  • 25 Voir Mahathir Mohamad, 1970, The Malay Dilemma, Singapour, Asia Pacific Press, 188 p.
  • 26 Pour une approche du phénomène il y a une vingtaine d’années, voir, par exemple, Archdeacon Rev. Dr (...)

10La poussée intégriste et identitaire malaise25 outrepasse toutefois largement le cadre exigu du sultanat de Brunei. Face à un islam dont les extrémistes se vivent en confrontation directe avec l’Occident et diffusent de manière croissante leur frustration à l’aune des crises du Moyen-Orient et des progrès technologiques des réseaux sociaux, la marge de manœuvre des partis modérés des pays sud-est asiatiques de population majoritairement musulmane ne cesse de se réduire, d’autant que même les plus modérés vivent mal l’entrée des chrétiens dans l’arène politique sous d’autres bannières que celles des partis traditionnellement au pouvoir26 – ce qui a des retombées indirectes au Brunei.

  • 27 Partai Islam Seluruh Malaysia (Parti de l’islam pour toute la Malaisie).
  • 28 Amputation pour les voleurs, lapidation en cas d’adultère ; 100 coups de fouet en cas de relations (...)
  • 29 Vol, attaque à main armée, relations sexuelles illicites (zina), accusation calomnieuse de zina, co (...)
  • 30 En 1984, alors même que l’UMNO avait la majorité au Parlement du Kelantan, le gouvernement local av (...)
  • 31 Les sultans de Malaisie, caractérisés par leur modération en matière religieuse, constituent tradit (...)
  • 32 Déposé en septembre 2010 par le Conseil de succession du sultanat de Kelantan, à la suite d’une att (...)
  • 33 Barisan : coalition de trois partis ethniques au pouvoir depuis l’indépendance de la Malaisie ; UMN (...)
  • 34 133 sièges sur 222 pour le Barisan, ce qui lui fait perdre sa majorité des deux tiers au Parlement (...)
  • 35 « The many faces of hudud issue », Malaysian Business, 22 mai 2014.
  • 36 Democratic Action Party.
  • 37 Partai Keadilan Rakyat (Parti pour la Justice du Peuple).
  • 38 Syed Azhar, « Kelantan may resort to guillotine », The Star, 16 novembre 2014.

11Au Kelantan (Malaisie), dirigé par le PAS27 de 1959 à 1977, puis sans discontinuer depuis 1990, le gouvernement avait déjà essayé en 1993 de mettre en place un droit pénal islamique alors même que la common law et le code pénal étaient de la compétence du gouvernement et de l’assemblée fédérale : l’assemblée locale avait ainsi voté (à une large majorité) un texte imposant des châtiments corporels (hudud)28 pour six types de délits29 ; interdisant aux femmes de témoigner devant les tribunaux ; indemnisant financièrement en cas de décès moitié moins pour une femme que pour un homme30, etc. Indépendamment de l’épreuve de force avec Kuala Lumpur, la loi n’avait toutefois pu rentrer en vigueur en raison de la procrastination du sultan Ismail Petra31, qui avait refusé d’en signer le décret d’application. Profitant de la déposition d’Ismail Petra en 201032, des tensions internes à la famille royale, des médiocres résultats du Barisan et de l’UMNO33 aux législatives de 201334 et de l’exemple du Brunei Darussalam, le tout nouveau chief minister du sultanat, Datuk Ahmad Yakob, vient de relancer le débat. Se sentant lâché par les Chinois et les Indiens au profit des partis d’opposition35, DAP36 et PKR37, les députés UMNO du Kelantan envisagent cette fois de soutenir le PAS. Reste un problème. Le serment d’Hippocrate risquant fort d’empêcher les médecins de couper pieds et mains, Mohammed Amar, le deputy chief minister du sultanat, envisage donc de miniaturiser un chef-d’œuvre de la technologie française : la guillotine38.

  • 39 Dont attestent, par exemple, le mariage, le dynamisme et les prestations publiques de sa fille aîné (...)
  • 40 « State mufti in Selangor for islamic seminar », Borneo Bulletin, 6 novembre 2014.

12Au Selangor enfin, le sultan Sharafuddin Idris Shah, pourtant connu pour sa modernité et son libéralisme39, ouvrait le 5 novembre 2014 un séminaire consacré au code pénal islamique, organisé par son mufti40, une manière de triomphe pour son confrère de Brunei, qui y conduisait une délégation de quatre personnes.

  • 41 Yang Berhormat Pg Dato Seri Setia [ministre des Affaires religieuses] Dr Haji Mohammad bin Pengiran (...)
  • 42 « A call for one court of islamic law for all Brunei », Brunei Times, 12 avril 2009.
  • 43 Terme forgé à partir d’une base javanaise, par Ernest F.E. Douwes Dekker, al. Danoedirdja Setiaboed (...)
  • 44 « Mufti jawab kritikan. Sindrom diam boleh ditafsirkan sebagai kita bersetuj – Mufti kerajaaan [le (...)

13Conformément au reste du monde malais stricto sensu (hors Indonésie), le champ d’application de la common law, dont les magistrats sont formés au droit britannique et dont la langue de référence est l’anglais, n’a donc pas fini de se réduire au Brunei. À ce rythme, la syariah, qui ne reconnaît pas le témoignage de non-musulmans pas plus que la validité des preuves scientifiques comme les tests ADN, pourrait fort bien être le seul cadre légal prévalant dans le sultanat d’ici quelques années, y compris en matière économique41 : pourquoi en effet traiter les musulmans plus sévèrement que les non-musulmans42 ? Comme l’expliquait le mufti lors d’une conférence prononcée le 15 mai 2014 au Centre d’études islamique Sultan Haji Omar Ali Saifuddin (SHOAS) de l’Universiti Brunei Darussalam (UBD), s’il existe assurément des différences culturelles entre l’Arabie saoudite et Nusantara43 (l’Insulinde, al. le monde malais) « l’islam est le même partout, ce n’est donc pas l’islam qui doit se plier à la culture, mais la culture qui doit se plier à l’islam44 ».

  • 45 Yang Amat Mulia : Son Altesse.
  • 46 Le prince Qawi s’est retiré des affaires de son père, notamment du groupe QAF, début 2012.

14À quand une guillotine miniature au Brunei ? La question est moins saugrenue qu’il n’y paraît, car les liens entre les deux cours viennent d’être renforcés par le mariage en juin 2013 de YAM45 Pengiran Muda Abdul Qawi46 (au demeurant connu pour sa grande ouverture d’esprit), fils aîné du prince Mohammed, ministre des Affaires étrangères et frère puiné du sultan de Brunei, avec YAM Tengku Amalin Aishah Putri, soeur du sultan régnant du Kelantan et ex-juge à Kota Bahru.

2 - Grisaille économique

  • 47 Données Cnuced, sur la base des statistiques brunéiennes.
  • 48 « OECD report forecasts slow GDP growth for Brunei », Brunei Times, 17 novembre 2014.

15Les retombées de la dévotion se font toutefois quelque peu attendre sur le plan matériel. La croissance du PIB, qui avait atteint les 3,4 % en 2011, puis avait chuté à 0,9 % en 2012 pour remonter à 1,8 % en 201347, ne serait en moyenne que de 1,6 % sur les années 2015-2019 à en croire l’OCDE48, plaçant le Brunei au dernier rang de l’Asean : une performance moitié moindre que celle de Singapour, alors même que l’économie de la cité-État est désormais mature, ce qui n’est pas encore le cas de celle du Brunei, qui devrait donc disposer d’un plus fort potentiel de croissance.

En attendant de nouvelles découvertes

  • 49 Brunei Shell Petroleum (BSP) contrôle 90 % de la production d’hydrocarbures en valeur, Total Borneo (...)
  • 50 Oxford Business Group, « Innovation and prudence: OBG talks to Yves Grosjean, General Manager Total (...)

16Les hydrocarbures (en y incluant les dérivés industriels comme le méthanol) fournissant à ce jour près de 60 % du PIB et 90 % des exportations, l’économie du sultanat dépend exclusivement de son secteur énergétique, sauf commencer à ponctionner les revenus du BIA, normalement réinvestis. Depuis 2006, la production pétrolière a diminué d’un tiers (de 210 000 à quelque 130 000 barils par jour) et celle de gaz semble stagner autour de 12 milliards de m3 par an depuis deux ans. En 2014, en l’absence de nouvelles découvertes, le sultanat ne disposerait plus que de seize années de réserves pétrolières et de vingt-quatre de gaz49. S’ajoute à ce vieillissement des gisements la chute de 25 % des prix pétroliers depuis juin 2014 : en dépit de la bonne qualité de son pétrole, les coûts d’exploitation des gisements du sultanat sont tels que, si le prix du baril tombait en dessous du seuil de 60 $ US, la situation deviendrait préoccupante. Or, l’avenir des hydrocarbures au Brunei se situe dans les gisements à grande profondeur50, beaucoup plus coûteux (100 millions $ US) par forage exploratoire, sans garantie aucune de succès).

  • 51 Energy Department, Prime Minister’s Office Brunei Darussalam, 2014, Energy White Paper, 65 p.
  • 52 Shaping the Force Today, Defence White Paper Update 2007, Bandar Seri Begawan, 2007, 54 p.
  • 53 Le sultan étant le ministre de la Défense en titre.

17Le Livre blanc sur l’énergie51, paru en mars 2014 (une première dans le sultanat, due au ministre de l’énergie, Pehin Yasmin, qui avait piloté le deuxième Livre blanc sur la défense52 lorsqu’il en était le ministre en second53), vise donc quatre axes de développement en matière d’hydrocarbures :

  1. Mieux exploiter les champs pétroliers actuellement actifs, en montant à plus de 40 % la capacité d’extraction de l’huile ou du gaz des gisements, pour l’heure inférieure à 30 %, grâce à une amélioration des technologies, singulièrement en effectuant des analyses sismiques sous-marines en « quatre dimensions », les opérateurs devant désormais justifier de l’impossibilité matérielle d’extraire les reliquats ;

  2. Étudier les solutions permettant de développer les champs de petite taille et disjoints, comme un partage des équipements et des coûts entre plusieurs opérateurs et sous-traitants ;

    • 54 Depuis 2002, le Royaume-Uni a délivré de nouvelles licences pour 180 blocs dont l’exploitation avai (...)

    Remettre aux enchères les champs autrefois exploités et dont l’activité a cessé depuis un nombre d’années qui reste à déterminer, en suivant l’exemple donné par le Royaume-Uni54 ;

  3. Se lancer dans une politique d’acquisition à l’étranger via PetroleumBRUNEI, avec un objectif de contrôler une production de quelque 100 000 barils équivalents pétrole par jour en 2035.

  • 55 Ibid., p. 52.
  • 56 Une proposition de construction de fonderie d’aluminium avait été faite par Alcoa en 2003 (www.alco (...)

18En sus de rationaliser la consommation énergétique du sultanat et d’accroître de plus de moitié la production d’hydrocarbures à l’horizon 2035 – soit à échéance de quelque vingt ans – le Département de l’énergie (EDPMO) s’est fixé pour objectifs de décupler à la fois la part d’intégration locale et la valeur ajoutée des industries en aval de la filière hydrocarbures55 : raffinage, élargissement de la production de dérivés pétrochimiques à l’éthylène et au propylène, chimie de base, engrais, etc. Le projet de développer la production d’aluminium56, particulièrement coûteuse en énergie, qui avait été à l’étude en 2003, revient également à l’ordre du jour.

  • 57 Oxford Business Group, « Working hand in hand: OBG talks to Qiu Jianlin, Chairman, Zhejiang Hengyi (...)
  • 58 « Hengyi details refinery’s capacity », Brunei Times, 29 janvier 2014.
  • 59 « Hengyi Industries inks deal with Damai Holdings », Brunei Times, 26 février 2014.
  • 60 Basé à Singapour et destiné à financer des projets exclusivement dans le sultanat.
  • 61 Hongkong Tianyi International Holding Company, qui appartient à 100 % à Hengyi.
  • 62 « Hengyi Industries to conduct dredging activities at Pulau Muara Besar », Borneo Bulletin, 6 octob (...)
  • 63 « Être malais signifie être musulman et monarchique », ce qui est assez loin de la traduction offic (...)

19À l’usine de méthanol, inaugurée en 2011, s’ajoutera courant 201657 la raffinerie de Hengyi (un groupe chinois du Zhejiang)58, construite sur l’île de Muara Besar. Un projet de 3,12 milliards $ US, effectué en coinvestissement avec Damai Holdings59, une filiale à 100 % du Strategic Development Capital Fund du Brunei60 : 70 % pour la partie chinoise, en l’occurrence la filiale hongkongaise de Hengyi61, 30 % pour la partie brunéienne. Pour l’heure, les 260 hectares du chantier de l’île de Muara Besar (qui devrait à terme être reliée à la presqu’île de Muara par un pont) se transforment en enclave chinoise62, quelque peu éloignée du Melayu Islam Beraja63 (ou MIB), l’idéologie officielle du sultanat.

Un manque de capital humain

  • 64 Gratuité totale de l’éducation pour les nationaux, université incluse, assortie de nombreuses bours (...)
  • 65 Compte tenu de l’âge des effectifs, les techniciens de production, les contremaîtres, les mécanicie (...)
  • 66 Energy White Paper, 2014, p. 49, le tableau 4.1 montrant par ailleurs qu’en matière de réseaux et d (...)

20De l’avis même du Livre blanc sur l’énergie, et malgré de considérables efforts en matière éducative depuis les années 197064, ces ambitions se heurtent à un problème de taille : l’insuffisance de la main-d’œuvre industrielle qualifiée. Le Brunei souffre d’une pénurie d’ingénieurs aptes à suivre le processus de production d’hydrocarbures, de géologues, de techniciens65, bref, de spécialistes de secteurs nécessitant de quitter plus ou moins régulièrement le confort de bureaux climatisés66. Le pays manque également (mais dans une moindre proportion) de comptables, de financiers et de juristes d’entreprise.

  • 67 Qualifiées de « firmes à plus fort contenu technologique et au CA supérieur à 10 millions B$ ».
  • 68 Total E & P Deep and Offshore Borneo a ainsi doublé ses effectifs brunéiens courant 2013.
  • 69 Rentrant dans la catégorie des firmes « à potentiel de croissance » et au chiffre d’affaires (CA) s (...)

21La question est d’autant plus sensible que le sultanat s’est engagé depuis le 1er janvier 2013 dans un programme de « brunéisation » des effectifs, qui pénalise dans l’immédiat non seulement les grandes firmes pétrolières67, qui devront à terme compter 90 % de salariés et 50 % de cadres brunéiens68, mais également leur centaine de sous-traitants locaux, redevables69 d’un objectif difficilement atteignable dans les conditions actuelles : 90 % de salariés et de cadres nationaux.

3 - Bisnes au Brunei Darussalam

  • 70 World Economic Forum, 2013, Global Competitiveness Report 2013-2014, p. 136-137.
  • 71 On pourrait traduire par l’inappétence pour le travail en entreprise.
  • 72 Couplé avec le peu de questionnement de la réglementation par l’environnement juridique (un truisme (...)

22L’entreprenariat au Brunei ne va donc pas de soi. Le Global Competitiveness Report 2013-201470 considère que les principales difficultés rencontrées au Brunei sont l’accès au financement, le manque d’éthique au travail des nationaux71, la réglementation du travail et l’inefficacité de la bureaucratie. Le détail du classement du Brunei – au demeurant plutôt satisfaisant, 26e sur 148 – révèle en sus la faible protection des investisseurs72 (100e sur 148), les difficultés du transfert de technologie (121e), le nombre de procédures et les délais relatifs au démarrage d’une entreprise (142e).

  • 73 Le dernier du classement est le Soudan.
  • 74 Pour information, la France est 22e mondiale, soit après (pour s’en tenir à nos pairs européens) la (...)
  • 75 INSEAD, The Global Innovation Index 2014, p. 159.
  • 76 Géothermie.
  • 77 300 000 habitants en 2014.

23L’évaluation du Global Innovation Index (publiée en juillet 2014) de l’INSEAD est plus préoccupante, car, non seulement le Brunei se retrouve au 88e rang (sur 14373), entre l’Indonésie et le Paraguay (l’Indonésie étant elle-même placée juste après le Bhoutan), mais il recule de 14 places par rapport à 2013 ; son partenaire privilégié, Singapour, est le premier asiatique et le septième mondial74. Si l’INSEAD signale également la difficulté de démarrer une entreprise au Brunei75, son classement met surtout en évidence la faiblesse de l’« économie de la connaissance », que révèlent le faible pourcentage des produits informatiques dans les importations, le peu d’articles scientifiques et techniques, bref l’absence quasi totale de recherche et d’innovation. A contrario, l’Islande, dont le revenu per capita, le potentiel énergétique76 et la taille démographique77 sont comparables à ceux du Brunei, arrive au 19e rang mondial : l’exiguïté de sa population et la manne énergétique n’y sont pas vécues comme des freins.

  • 78 « Xi Jinping meets with Sultan Haji Hassanal Bolkiah of Brunei », Peoples Republic of China – Press (...)
  • 79 Alias le mufti de Brunei, qui voit sa poésie reproduite dans l’équivalent du Journal Officiel franç (...)
  • 80 « Multaqa Sultan Sarafuddin Idris Shah », 9 novembre 2014, (www.pelitabrunei.gov.bn/puisi.)

24Mais comme l’écrivait (de Chine, où il accompagnait le Sultan78) le poète brunéien Adi Rumi79 dans l’une de ses dernières livraisons après son passage au Selangor (reproduite dans Pelita)80, l’essentiel est ailleurs :

Ya, apakah yang lebih agung
dari ugama ?
Apakah yang lebih penting
dari ugama ?
Apakah yang lebih suci
yang dari ugama ?
Ugamalah kemuliaan,
Ugamalah kedaulatan…

Oui, qu’y a-t-il de plus grand
que la religion ?
Qu’y a-t-il de plus important
que la religion ?
Qu’y a-t-il de plus saint
que la religion ?
La religion dans sa noblesse
La religion dans sa souveraineté…

Annexes

Fiche Brunei Darussalam

Capitale : Bandar Seri Begawan

Superficie : 5 765 km²

Population (est. 2014) : 412 700 hab.

Langues : malais (langue officielle), dialecte malais de Brunei, anglais, chinois (mandarin et divers dialectes de Chine du Sud)

Données politiques

Nature de l’État : monarchie traditionnelle

Nature du régime : autoritaire, monarchie islamique malaise

Suffrage : universel (à partir de 18 ans). Aucune élection législative n’a eu lieu depuis celle de 1962. Les seules élections actuellement tenues sont celles des Conseils de villages.

Chef de l’État : S. M. le sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 5 octobre 1967)

Premier ministre : S. M. le sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 1er janvier 1984)

Ministre des Finances : S. M. le sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 23 février 1997)

Ministre de la Défense : S. M. le sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 21 octobre 1986)

Ministre des Affaires étrangères et du Commerce : S. A. R. le prince Mohamed Bolkiah (depuis le 1er janvier 1984)

Ministre des Affaires étrangères et du Commerce en second : Pehin Lim Jock Seng

Ministre de l’Intérieur : Pehin Udana Khatib Dato Paduka Seri SetiaUstaz Haji Awang Badaruddin bin Pengarah Dato Paduka Haji Othman (depuis mai 2010)

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Malais (55 %), autres groupes indigènes (Kedayan, Tutong, Belait, Dusun, Murut, Dayak, Bisaya, etc.) (18 %), Chinois (9 %), autres (Indiens, Bangladais [du Bangladesh], Philippins, etc.) (18 %) Religions : musulmans (75 %), chrétiens (9,4 %), bouddhistes et religions chinoises (8,5 %), autres (6,9 %)

Taux de croissance démographique (2012) : 1,6 %

Espérance de vie (2012) : 78 ans

Indice de fécondité (2012) : 1,9

Taux de natalité (2012) : 17,8 ‰

Taux de mortalité (2012) : 3 ‰

Taux de mortalité infantile (2012) : 9,3 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2012) : 95,6 %

Taux d’urbanisation (2011) : 75 %

Indice de développement humain (2012) : 0,855 (rang 30)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar de Brunei (1 euro = 1,66 dollar de Brunei)

Balance des paiements courants (2013) : 6,32 milliards $ US

Dette extérieure81 (est. 2013) : 1,6 milliard $ US

PIB (2013) : 16,7 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (2013) : 40 006 $ US

Taux de croissance du PIB (2013) : 1,8 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : agriculture (0,7 %), hydrocarbures (55,7 %), autres industries82, construction inclue (18,2 %), services (28,2 %)

Taux d’inflation (2012) : 0,5 %

Taux de chômage (2013) : 2,7 %

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2013) : 14,21 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (2013) : 134 millions $ US (hors fonds souverain)

Principaux partenaires commerciaux (2012) : Japon, Corée du Sud, Inde, Australie, Indonésie, Malaisie, Singapour.

Importations (2013) : 3,61 milliards $ US

Principaux produits importés (2011) : matériels et équipements, y compris équipements de transports (19,2 %), produits chimiques et pétrochimiques (17,5 %), produits alimentaires, tabac, boissons et animaux vivants (17,2 %), produits métallurgiques (15,7 %), électronique et bureautique (8,1 %)

Exportations (2013) : 11,44 milliards $ US

Principaux produits exportés (2012) : hydrocarbures (95,7 %)

Portrait

Pehin Yahya Bakar, ministre de l’Industrie et des ressources primaires

Né en mai 1954, fils d’un dignitaire religieux, marié et père de cinq enfants, le Begawan Mudim Dato Paduka Haji Bakar, Pehin Yahya Bakar obtient un bachelor en économie (université de Stirling, en Écosse), un master de droit international et de diplomatie aux États-Unis et un diplôme en éducation à Singapour.

Il commence modestement sa carrière comme fonctionnaire au ministère de l’Éducation (1979-1983). Il rejoint ensuite le ministère des Affaires étrangères, est nommé directeur-adjoint pour l’Asean en 1987, puis est promu directeur du département économique en 1989. Un an plus tard (1990), il est recruté comme secrétaire privé par le prince Mohammed, ministre des Affaires étrangères. Son transfert l’ayant rapproché et fait apprécier du sultan, il est appelé à son cabinet, dont il devient, en 1992, l’un des deux secrétaires privés.

Ayant fait ses preuves, récompensé par le titre de Pehin Orang Kaya Seri Utama en juillet 1996, il est nommé secrétaire permanent du cabinet du Premier ministre (i. e. le sultan) en 1997. Tout en conservant cette fonction, il est propulsé quelques mois plus tard sur le devant de la scène par les naufrages du groupe Amedeo et du Brunei Investment Agency (le fonds souverain du sultanat), jusque-là gérés par le prince Jefri, le benjamin des frères du souverain : nommé directeur général adjoint du BIA en juillet 1998 (sous les ordres de Pehin Aziz Umar, alors ministre de l’Éducation83 et de la Santé), il en prend la tête en janvier 2000. Conjointement, il assume depuis 1998 plusieurs fonctions dans différentes sociétés du groupe Brunei Shell (BS) : BS Marketing, BS Tankers et Brunei Gas Carriers SB. Et pour couronner le tout, il est nommé pour deux ans (en 1998) au conseil d’administration de la Brunei Oil and Gas Authority (BOGA). Également propulsé au conseil d’administration de Royal Brunei Airways en juin 1998, il en devient vice-président en septembre. Enfin il se voit confier en 1999, pour un an, la direction du Bureau pour la prévention de la corruption.

En 2005, il est placé (avec rang de ministre) à la tête du département de l’énergie, rattaché directement au bureau du Premier ministrea ; en 2008, il devient ministre de l’Industrie et des Ressources primaires (MIPR), et est renouvelé dans ses fonctions cinq ans plus tard, les gouvernements étant composés à la guise du sultan et pour une durée quinquennale.

L’influence de sa famille ne s’arrête pas là, puisque son frère, Pehin Abdullah Bakar, né en 1951, titulaire d’un bachelor en ingénierie électrique et électronique (Leeds, 1972) et d’un master en administration publique de Harvard (1994), ancien ministre du Développement (2005-2010), est lui-même aujourd’hui ministre des Communications.

Affiche politique

Affiche politique

Démonstration par un formateur-expert saoudien de la bonne manipulation du rotin à un fonctionnaire brunéien
Illustration de l’article « Brunei kearah negara Islam syumul [Brunei en marche vers le plein État islamique] », Pelita Brunei84, 26 avril 2014.
Fondé en 1956 par le sultan Omar Ali Saifuddin III, Pelita Brunei est depuis lors distribué gratuitement et dispose depuis quelques années d’un bon site internet, (www.pelitabrunei.gov.bn.).

Notes

1 Une première avancée en faveur de la généralisation du droit islamique avait déjà été effectuée en 2000, en élargissant la compétence des tribunaux religieux pour les mettre à parité avec les juridictions de la common law. En mars 2011, le Sultan annonçait l’extension du droit pénal islamique, sans toutefois signifier le complet abandon de la common law, qui resterait applicable en matière commerciale.

2 « Syariah law allows discretionary cases », Brunei Times, 17 novembre 2013.

3 Brunei Times, 20 avril 2014.

4 « Foreign envoys briefed on syariah », Brunei Times, 24 janvier 2014.

5 « 19 islamic words not allowed to be used in other religions », Brunei Times, 23 février 2014, titre changé dans plusieurs blogs en « Brunei prohibits non-muslims to use 19 islamic words », indiquant une dérive possible.

6 Wali Songo signifiant les 9 wali.

7 A. Burgess est plus connu pour sa nouvelle The Clock Work Orange [Orange mécanique]. À propos de The Devil in a State, Burgess écrivit: « This novel was, is, about Brunei, which was renamed Naraka, Malay-Sanskrit for “hell”. Little invention was needed to contrive a large cast of unbelievable characters and a number of interwoven plots. Though completed in 1958, the work was not published until 1961, for what it was worth it was made a choice of the book society. Heinemann, my publisher, was doubtful about publishing it: it might be libelous. I had to change the setting from Brunei to an East African one », cité par Geoffrey C. Gunn, 2000, New World Hegemony in the Malay World, Lawrenceville-Asmara, The Red Sea Press, p. 143.

8 Voir pour une présentation plus détaillée dudit code Marie-Sybille de Vienne, « Brunei. Des pieds, des mains et l’ASEAN », in Jérémy Jammes et François Robinne (dir.), 2014, Asie du Sud-Est 2014, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes Savantes, p. 152-157.

9 Si la valeur du bien volé est équivalente ou supérieure au montant du nisab, c’est-à-dire au montant des actifs rendant un individu redevable de la zakat, la contribution obligatoire du croyant.

10 Si l’un des deux contrevenants est marié et a déjà eu des relations sexuelles.

11 Si la victime a déjà été mariée et a déjà eu des relations sexuelles.

12 Assortie d’un an de prison si l’une des deux personnes est vierge.

13 « HM slams malicious campaign against syariah penal code », Brunei Times, 23 février 2014, le discours du Sultan visant explicitement les blogs et les réseaux sociaux brunéiens.

14 Dont le groupe américain ICM Partners, agence de propriété littéraire et artistique très importante dans le monde du cinéma, notamment à Los Angeles.

15 Ex-Pinault-Printemps-La Redoute.

16 Créé en 1996 pour regrouper les participations du BIA dans le secteur hôtelier, il comprend dix hôtels de grand luxe, soit : à Paris, le Plaza Athénée et l’Hôtel Meurice ; au Royaume-Uni, le Dorchester et le 45 Park Lane (à Londres) et le Coworth Park Hotel, près d’Ascot ; aux États-Unis (à Los Angeles) le Beverly Hills et le Bel-Air ; en Italie, le Principe di Savoia (à Milan) et l’Eden (à Rome) ; en Suisse, le Richemond (le plus ancien hôtel de Genève). Le chef Alain Ducasse y dirige les restaurants gastronomiques du Dorchester, du Plaza Athénée et du Meurice.

17 Brunei Investment Agency, créée en juillet 1983.

18 Qui ne l’avait pourtant racheté à l’israélien Elad Properties (dirigé par son fondateur, Yitzhak Tshuva) qu’en 2012 (William Alden, « Plaza Hotel in spotlight again with reported bid by Sultan of Brunei », New York Times, 18 août 2014).

19 Quatre témoins musulmans, par exemple, en cas d’adultère, deux en cas de vol. 

20 « HM on way to realise vision of negara zikir », Brunei Times, 27 juillet 2008.

21 « Why the need for negara zikir », Brunei Times, 7 juillet 2013.

22 Kampung signifie village, ici une partie du Kampung Ayer, le « village sur l’eau », lui-même divisé en une quinzaine de kampung, qui constituait autrefois l’essentiel de la capitale du sultanat.

23 Fondée par Haji Muhammad, qui avait fait plusieurs fois le voyage à La Mecque dans les années 1840-1850, mort vers 1858 au Brunei. Voir Spencer St. John, 1862, Life in the forest of the Far East, Londres, Smith, Elder & Co., vol. 2, p. 256 et 258-259; D.E. Brown, 1970, Brunei: the structure and history of a Bornean Malay sultanate, Brunei, Brunei Museum, p. 45 et 47.

24 Fondé en 1968 à Kuala Lumpur par Asahaari bin Mohamad, originaire des Negeri Sembilan et teinté de mahdisme ; après l’interdiction d’Al-Arqam en Malaisie en 1994, Asahaari se réfugie dans le sud de la Thaïlande.

25 Voir Mahathir Mohamad, 1970, The Malay Dilemma, Singapour, Asia Pacific Press, 188 p.

26 Pour une approche du phénomène il y a une vingtaine d’années, voir, par exemple, Archdeacon Rev. Dr S. Batumalai, 1996, Islamic resurgence and islamization in Malaysia, a malaysian christian response, Perak, 279 p., (préface du Prof. Dr Ghazali Basri).

27 Partai Islam Seluruh Malaysia (Parti de l’islam pour toute la Malaisie).

28 Amputation pour les voleurs, lapidation en cas d’adultère ; 100 coups de fouet en cas de relations sexuelles hors mariage pour les célibataires, etc.

29 Vol, attaque à main armée, relations sexuelles illicites (zina), accusation calomnieuse de zina, consommation d’alcool et apostasie. Une grossesse hors mariage est considérée comme preuve de zina chez une femme ; en revanche pour un homme, la preuve repose sur le témoignage de 4 hommes de bonnes mœurs.

30 En 1984, alors même que l’UMNO avait la majorité au Parlement du Kelantan, le gouvernement local avait refusé d’appliquer l’Islamic Family Law Act (voté par le Parlement fédéral), qui restreignait, au profit de l’épouse, les pouvoirs du mari en matière de divorce et de polygamie.

31 Les sultans de Malaisie, caractérisés par leur modération en matière religieuse, constituent traditionnellement le meilleur rempart contre le fondamentalisme.

32 Déposé en septembre 2010 par le Conseil de succession du sultanat de Kelantan, à la suite d’une attaque en mai 2009 l’ayant fortement diminué, ce qui avait entraîné une lutte pour la succession entre le prince héritier et le 3e fils du sultan, le Tummengong.

33 Barisan : coalition de trois partis ethniques au pouvoir depuis l’indépendance de la Malaisie ; UMNO : l’United Malay National Organisation, le plus important, numériquement parlant de ces trois partis.

34 133 sièges sur 222 pour le Barisan, ce qui lui fait perdre sa majorité des deux tiers au Parlement fédéral, malgré des fraudes évidentes.

35 « The many faces of hudud issue », Malaysian Business, 22 mai 2014.

36 Democratic Action Party.

37 Partai Keadilan Rakyat (Parti pour la Justice du Peuple).

38 Syed Azhar, « Kelantan may resort to guillotine », The Star, 16 novembre 2014.

39 Dont attestent, par exemple, le mariage, le dynamisme et les prestations publiques de sa fille aînée, YAM Tengku Zatashah, présidente de l’Alliance française de Kuala Lumpur.

40 « State mufti in Selangor for islamic seminar », Borneo Bulletin, 6 novembre 2014.

41 Yang Berhormat Pg Dato Seri Setia [ministre des Affaires religieuses] Dr Haji Mohammad bin Pengiran Haji Abdul Rahman, Brunei Times, 10 févier 2014.

42 « A call for one court of islamic law for all Brunei », Brunei Times, 12 avril 2009.

43 Terme forgé à partir d’une base javanaise, par Ernest F.E. Douwes Dekker, al. Danoedirdja Setiaboedi, petit-neveu du célèbre écrivain Multatuli, al. Eduard Douwes Dekker, auteur en 1860 de Max Havelaar, le premier roman hollandais à dénoncer les excès de la colonisation dans les Indes Néerlandaises.

44 « Mufti jawab kritikan. Sindrom diam boleh ditafsirkan sebagai kita bersetuj – Mufti kerajaaan [le mufti répond à la critique. Le syndrome du silence peut être commenté comme nous l’entendons – le mufti du Royaume] », (www.mufti.gov.bn/arkib/2014/140515.htm.)

45 Yang Amat Mulia : Son Altesse.

46 Le prince Qawi s’est retiré des affaires de son père, notamment du groupe QAF, début 2012.

47 Données Cnuced, sur la base des statistiques brunéiennes.

48 « OECD report forecasts slow GDP growth for Brunei », Brunei Times, 17 novembre 2014.

49 Brunei Shell Petroleum (BSP) contrôle 90 % de la production d’hydrocarbures en valeur, Total Borneo, 10 %.

50 Oxford Business Group, « Innovation and prudence: OBG talks to Yves Grosjean, General Manager Total E & P Deep and Offshore Borneo and Ken Marnoch, Managing Director, Brunei Shell Petroleum (BSP) », The Report: Brunei Darussalam 2013, (http://www.oxfordbusinessgroup.com/bruneidarussalam-2013)

51 Energy Department, Prime Minister’s Office Brunei Darussalam, 2014, Energy White Paper, 65 p.

52 Shaping the Force Today, Defence White Paper Update 2007, Bandar Seri Begawan, 2007, 54 p.

53 Le sultan étant le ministre de la Défense en titre.

54 Depuis 2002, le Royaume-Uni a délivré de nouvelles licences pour 180 blocs dont l’exploitation avait été abandonnée. Voir Energy White Paper, 2014, p. 19.

55 Ibid., p. 52.

56 Une proposition de construction de fonderie d’aluminium avait été faite par Alcoa en 2003 (www.alcoa.com/brunei/en/development/project_overview.asp), à Muara Besar également.

57 Oxford Business Group, « Working hand in hand: OBG talks to Qiu Jianlin, Chairman, Zhejiang Hengyi Group », The Report: Brunei Darussalam 2013, (http://www.oxfordbusinessgroup.com/bruneidarussalam-2013)

58 « Hengyi details refinery’s capacity », Brunei Times, 29 janvier 2014.

59 « Hengyi Industries inks deal with Damai Holdings », Brunei Times, 26 février 2014.

60 Basé à Singapour et destiné à financer des projets exclusivement dans le sultanat.

61 Hongkong Tianyi International Holding Company, qui appartient à 100 % à Hengyi.

62 « Hengyi Industries to conduct dredging activities at Pulau Muara Besar », Borneo Bulletin, 6 octobre 2014.

63 « Être malais signifie être musulman et monarchique », ce qui est assez loin de la traduction officielle anglaise, « Malay islamic monarchy », volontairement édulcorée. Voir Marie-Sybille de Vienne, 2012, Brunei, de la thalassocratie à la rente, Paris, CNRS Éditions-Irasec, p. 229-231).

64 Gratuité totale de l’éducation pour les nationaux, université incluse, assortie de nombreuses bourses d’études à l’étranger ; création de trois universités (dont une technologique) d’instituts à caractère technologique ; d’écoles professionnelles, etc.

65 Compte tenu de l’âge des effectifs, les techniciens de production, les contremaîtres, les mécaniciens, etc., spécialisés dans les hydrocarbures, commenceront à sérieusement manquer à partir de 2020.

66 Energy White Paper, 2014, p. 49, le tableau 4.1 montrant par ailleurs qu’en matière de réseaux et d’électronique, les besoins sont couverts.

67 Qualifiées de « firmes à plus fort contenu technologique et au CA supérieur à 10 millions B$ ».

68 Total E & P Deep and Offshore Borneo a ainsi doublé ses effectifs brunéiens courant 2013.

69 Rentrant dans la catégorie des firmes « à potentiel de croissance » et au chiffre d’affaires (CA) supérieur à 10 millions B$ (8 millions $ US).

70 World Economic Forum, 2013, Global Competitiveness Report 2013-2014, p. 136-137.

71 On pourrait traduire par l’inappétence pour le travail en entreprise.

72 Couplé avec le peu de questionnement de la réglementation par l’environnement juridique (un truisme…).

73 Le dernier du classement est le Soudan.

74 Pour information, la France est 22e mondiale, soit après (pour s’en tenir à nos pairs européens) la Suisse, le Royaume-Uni, la Suède, la Finlande, les Pays-Bas, le Danemark, le Luxembourg, l’Irlande, l’Allemagne, la Norvège, l’Islande et l’Autriche – mais avant les autres pays « latins » de l’UE.

75 INSEAD, The Global Innovation Index 2014, p. 159.

76 Géothermie.

77 300 000 habitants en 2014.

78 « Xi Jinping meets with Sultan Haji Hassanal Bolkiah of Brunei », Peoples Republic of China – Press Release/Statement, 12 novembre 2014, (http://foreignaffairs.co.nz/2014/11/12/xi-jinping-meets-withsultan-haji-hassanal-bolkiah-of-brunei/)

79 Alias le mufti de Brunei, qui voit sa poésie reproduite dans l’équivalent du Journal Officiel français.

80 « Multaqa Sultan Sarafuddin Idris Shah », 9 novembre 2014, (www.pelitabrunei.gov.bn/puisi.)

81 Rabobank, Country Report Brunei, 26 mai 2014, (https://economics.rabobank.com/publications/2014/may/country-report-brunei/(seulesdonnéesaccessibles)

82 Électricité et traitement de l’eau inclus.

83 Un poste que ce dernier occupera pendant presque 20 ans, en 1984-1986 et de novembre 1988 à mai 2005.

84 Média gouvernemental du type Journal Officiel.

Table des illustrations

Titre Le Brunei
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Affiche politique
Légende Démonstration par un formateur-expert saoudien de la bonne manipulation du rotin à un fonctionnaire brunéienIllustration de l’article « Brunei kearah negara Islam syumul [Brunei en marche vers le plein État islamique] », Pelita Brunei84, 26 avril 2014.Fondé en 1956 par le sultan Omar Ali Saifuddin III, Pelita Brunei est depuis lors distribué gratuitement et dispose depuis quelques années d’un bon site internet, (www.pelitabrunei.gov.bn.).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Auteur

Professeur des universités et enseigne l’histoire économique et la géopolitique de l’Asie du Sud-Est à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco). Après y avoir dirigé le Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI), elle est actuellement vice-présidente en charge des affaires internationales. Depuis 2006, elle dirige également la revue Péninsule. Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le sud-est asiatique et la Chine du Sud, elle a notamment publié Brunei, de la thalassocratie à la rente (Paris, CNRS Éditions, 2012).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site