Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Birmanie. Une transition encourageante

Sophie Boisseau du Rocher

Texte intégral

1Depuis la mise en place d’un gouvernement civil (après les élections de novembre 2010), la Birmanie poursuit sa lente transition, encouragée et soutenue par une multitude de partenaires mus par des convictions libérales et/ou soucieux de profiter des opportunités. Les progrès sont là, visibles même s’ils sont, à ce stade, réversibles. Le grand défi politique à présent est l’organisation des élections prévues pour novembre 2015 et d’abord, la question éminemment sensible de l’amendement de la Constitution susceptible de rendre possible la candidature d’Aung San Suu Kyi. Indéniablement, une réforme de la Constitution scellerait les progrès politiques et le retour de la confiance.

2Ce tableau encourageant ne doit cependant pas occulter les multiples défis qui hypothèquent encore le basculement vers une transition stabilisée et incitent à la prudence. De nombreuses entorses sont décelables, de nouvelles habitudes posent question et les vieux circuits de corruption et de captation de pouvoir résistent en s’adaptant. À ce stade, se pose la question de la détermination du pouvoir à mener à terme le processus d’ouverture et la mise en place d’un État de droit.

3En 2014, l’État birman maintient le cap de sa transformation et prépare les élections de 2015 : sans aucun doute, celles-ci constitueront un test grandeur nature qui permettra de valider ou pas les changements structurels.

1 - De lents mais réels progrès

Une économie dynamique

4La première tendance à s’être confirmée est celle de l’amélioration de la situation économique peu surprenante dans un pays longtemps fermé où tout reste à construire : des décennies de mauvaise gestion et d’isolement ont produit un retard pénalisant et une pauvreté structurelle. Le président Thein Sein avait annoncé vouloir faire du rattrapage de l’économie une de ses priorités et le ministre du Plan et du Développement, Kan Zaw, avait lancé, avec la loi sur les investissements étrangers de novembre 2012, un programme ambitieux ; les investissements étrangers sont censés apporter une plus-value technologique et des méthodes de gestion qui manquent cruellement à l’économie locale. À ce titre, l’obtention de projets phares dans les télécommunications par des entreprises étrangères en juin 2013 – Telenor de Norvège ou Ooredoo du Qatar – a envoyé un signal positif à leur encontre et un message clair aux privilégiés de l’ancien régime habitués à rafler les meilleures opportunités. Les IDE (Investissements directs étrangers) entrants n’ont cessé d’augmenter passant de 300 millions de dollars en 2012 à 1,5 milliard en 2013, une progression poursuivie en 2014. Pour les six premiers mois de l’année, le montant atteint déjà 2 milliards $ US, un montant toutefois insuffisant pour absorber une main-d’œuvre sous-employée. L’objectif visé pour 2015 est 5 milliards.

  • 1 Les revenus d’exportation tirés du gaz ont atteint 3,7 milliards $ US (soit 40 % des exportations e (...)

5Les premiers investisseurs sont les Chinois, suivis par la Thaïlande, Hong Kong, le Japon, la Corée du Sud et Singapour. La moitié de ces investissements se concentre dans le secteur du vêtement (très consommateur d’une main d’œuvre moins chère que dans les autres pays de la région), quand l’industrie n’a attiré que 9 % des IDE (du fait notamment du mauvais niveau de qualification). Le secteur énergétique comme celui des télécommunications sont également très sollicités. Une explosion du tourisme (entre 2,5 et 3 millions de visiteurs prévus en 2014 contre 200 000 en 2010), l’exploitation intensive du potentiel énergétique (avec la production des sites gaziers de Shwe et Zawtika1) et le niveau d’investissements élevé ont été les facteurs déterminants pour la croissance en 2013-2014 ; les 7 % (FMI) obtenus devraient être dépassés (prévisions à 7,8 %) pour 2014 et 2015. Le taux de sous-emploi de la maind’œuvre active est sur la pente descendante (de 40 % en 2012, il serait actuellement autour de 35 % selon le Bureau International du Travail (BIT), les revenus par habitant s’améliorent (le PIB par habitant est passé de 870 $ US en 2012 à 980 en 2013) et les finances publiques sont contrôlées (maîtrise du déficit public et accroissement des réserves de change).

  • 2 Plus de 70 % de la population de la Birmanie par exemple ne bénéficie pas d’un approvisionnement fi (...)

6Ces liens de causalité vertueux incitent le gouvernement à poursuivre les réformes, notamment dans le secteur financier et les infrastructures, pénalisés par des déficiences susceptibles d’entamer la confiance des investisseurs2. Il ne s’agit pas forcément de réformes à forte visibilité mais leur traitement technique illustre la poursuite fonctionnelle d’un programme.

7La loi sur les zones économiques spéciales du 23 janvier 2014 accorde des avantages fiscaux (exemption fiscale pendant 7 ans ou exemption des droits de douane) aux partenaires étrangers qui investissent dans ces zones (Kyaukphyu, Dawei et Thilawa). Cette loi s’inscrit dans le prolongement des mesures destinées à attirer les IDE.

8Pour améliorer sa marge de manœuvre via la collecte fiscale (encore l’une des plus basses au monde), le gouvernement a soumis au Parlement une nouvelle loi (Tax of the Union Law) qui, depuis le 28 mars 2014, unifie le taux d’imposition sur les revenus générés par les sociétés, les professionnels, l’immobilier et les salaires. Tout individu doit aussi s’acquitter d’un impôt allant de 0 à 25 % de ses revenus. L’ambition est de générer des revenus de 5 milliards $ US pour l’année fiscale 2014-2015.

9Une autre loi votée le 14 mars 2014 (Consumer Protection Law) établit une liste des droits et responsabilités des fabricants pour protéger les consommateurs.

10La Birmanie s’est lancée dans un processus de rattrapage économique qui exige du temps, des capitaux, de la technologie et surtout de la confiance. Le pari est loin d’être gagné car il exige aussi une transformation des mentalités. Ainsi, et en dépit du fait que le pays a ratifié en décembre 2013 la convention 182 de l’Organisation internationale du travail sur le travail des enfants (incluant le trafic et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés), le texte n’est toujours pas passé dans le droit birman en dépit des promesses du ministre du Travail Aye Myint.

Un recensement sensible

  • 3 C’est d’ailleurs le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) qui a en partie financé et s (...)

11Le dernier recensement datait de 1983 et certains experts doutaient de l’exactitude des données fournies. Pour améliorer les politiques de développement, l’accès à l’éducation et à la santé, et pour que les partenaires étrangers (gouvernements, ONG, institutions internationales3, etc.) puissent effectuer un travail focalisé (sur des zones géographiques, des secteurs d’activité, etc.) et précis, il était indispensable de disposer de chiffres mis à jour et non de vagues projections.

  • 4 Un projet de loi portant sur un encadrement stricte des conversions religieuses (pour « protéger la (...)

12Ce travail technique est chargé d’une lourde connotation politique tant il révèle sur le fond, par la définition même de l’identité et de la citoyenneté nationales birmanes et les critères retenus, la volonté, ou pas, de réconciliation nationale : cette sélection relève d’une grammaire politique mais aussi d’un système mental symbolique. Ce qui est en jeu, c’est la construction d’une identité citoyenne nationale et, par ricochet, la paix dans le pays : l’identité est-elle inclusive ou exclusive ? Quels en sont les éléments constitutifs ? Les Birmans ne disent-ils pas eux-mêmes, de façon réductrice et controversée parmi les non bouddhistes, qu’« être Birman, c’est être bouddhiste » ? Comment alors intégrer dans cette communauté des éléments qui n’entrent pas dans cette catégorie4 ?

  • 5 Les accords de Panglong, signés le 12 février 1947 avec les représentants des trois principaux grou (...)

13Depuis l’indépendance d’une Birmanie plurielle, en janvier 1948, cette question de la « birminité » [birmanité] n’a guère évolué. Les accords signés à Panglong en 19475 entre plusieurs minorités ethniques et le général Aung San n’ont jamais été appliqués : son assassinat, lié précisément à la perspective possible d’une autodétermination offerte aux minorités, ayant gelé le processus de construction [d’un État-nation], la solution fédérale sera rejetée au profit d’un État centralisé dominé par l’ethnie birmane. L’arrivée de Ne Win au sommet de l’État en 1962 donne à l’armée birmane, la Tatmadaw, autoproclamée « vecteur de l’union nationale », les pouvoirs pour casser les revendications ethniques, au prix d’une terrible répression et d’abus dénoncés par de nombreuses ONG.

14Au-delà des conflits incessants et du renforcement du pouvoir de coercition étatique, les minorités n’ont pas trouvé leur place dans le spectre national. La discrimination ethnique et religieuse empêche les citoyens issus des minorités d’avoir un accès ouvert à l’administration publique, à l’armée et l’enseignement. En 1982, une loi définit ce qu’est une ethnie et estime à 135 le nombre d’ethnies (ou « races nationales »). Cette loi affirme aussi que les Rohingya ne sont pas des Birmans et les dépouille donc de leur nationalité pour en faire des apatrides.

15Afin d’éviter toute confusion des genres et ne pas être prisonnier de débats qui seront probablement tendus et qu’il estime déplacés dans le cadre du recensement réalisé en 2014, le gouvernement a choisi de dissocier les deux questions et a procédé au recensement « technique » à la période prévue (12 jours). En revanche, il n’a pas écarté la possibilité d’une conférence « pour apporter les corrections nécessaires » mais qui ne pourra se tenir qu’après le recensement.

  • 6 Department of Population, Ministry of Population and Immigration, 2014, The Population and Housing (...)

16Selon le ministre de l’Immigration et de la Population Khin Yi, le recensement a été un « succès » avec une couverture de 99 % de la population et un taux de réponses de 98 %. Les premiers résultats sont tombés fin août 20146 (les chiffres officiels définitifs seront communiqués d’ici le printemps 2015) : la Birmanie abriterait 51 millions de personnes, chiffre inférieur (d’environ 9 millions !) aux estimations généralement données. Ce chiffre n’intègre pas les Rohingya (estimés à un peu plus d’un million d’individus) ni certaines minorités Kachin et Karen en raison de l’inaccessibilité des zones à cause des combats. Les données les plus sensibles comme l’appartenance ethnique ou/et religieuse ne seront pas transmises avant 6 mois.

  • 7 International Crisis Group, Myanmar conflict alert: a risky census, 12 février 2014, (www.crisisgro (...)

17Le gouvernement a-t-il vraiment l’intention de traiter cette question ? Selon certaines sources7, le nombre de musulmans birmans estimés à 4 % en 1983 était largement sous-évalué. Aujourd’hui, on parlerait plutôt de 10 % de la population, un chiffre qui pourrait être perçu comme une « provocation » pour les groupes bouddhistes extrémistes. À la mi-juin 2014, le processus de vérification de la citoyenneté a débuté dans l’État d’Arakan et les autorités ont invité les familles Rohingya à participer. Seuls les Rohingya qui s’étaient enregistrés en tant que « bengali » lors du recensement sont concernés dans un premier temps. « La vérification », basée sur la loi de citoyenneté de 1982, stipule que « toute personne pouvant présenter des documents » prouvant que sa famille vivait dans l’État d’Arakan avant le 4 janvier 1948, serait « éligible pour poser une candidature en vue de devenir un citoyen naturalisé ».

Perspective d’un cessez-le-feu national

18En janvier 2014, les dirigeants de 17 groupes ethniques armés avaient consenti à la proposition-cadre du gouvernement pour « le cessez-le-feu d’abord, le dialogue politique ensuite » ; ce dialogue, qui s’est élargi à 21 groupes, s’est tenu tout au long de l’année 2014. En avril, U Aung Min, vice-président adjoint du Comité central pour la pacification, a appelé toutes les parties à rédiger conjointement un accord de cessez-le-feu national et de la mi-août à la mi-septembre se tenaient à Rangoun de nouvelles réunions pour préparer ce texte. La tâche est colossale mais le président Thein Sein en fait une priorité : ce cessez-le-feu national devrait permettre la fin des conflits et un dialogue politique nourri sur les questions ethniques. C’est la première fois depuis 60 ans que la Birmanie est proche d’une solution constructive même s’il est évident qu’un nombre important de questions reste à être traité avant que les bénéfices soient engrangés.

19Parmi celles-ci, deux demeurent essentielles. D’une part, le respect du cessez-le-feu par toutes les parties (y compris l’armée) suscite encore un doute cynique tant les abus et dérapages sont possibles et enclencheraient une série de réactions contre-productives. D’autre part, la question du fédéralisme est centrale. En principe, le gouvernement a accepté l’établissement d’une Union fédérale mais modifier la structure même de l’État n’ira pas sans susciter de résistance. En outre, les interprétations et les attentes d’une solution fédérale sont certainement variées, voire, divergentes, et les discussions risquent d’être pénibles entre les groupes ethniques et le gouvernement, mais aussi au sein des groupes ethniques. Enfin, un État fédéral suppose une armée fédérale et c’est peut-être ici le principal défi : au-delà de la démobilisation et de la démilitarisation des armées ethniques et des milices (qui supposent une confiance réaffirmée dans le processus), l’étape suivante – la constitution d’une armée fédérale – n’ira pas sans poser une multitude de questions pour des communautés très attachées à leurs soldats.

La présidence de l’Asean

20Pour la première fois depuis son admission en 1997, la Birmanie a assuré en 2014 la présidence tournante de l’Asean avec des résultats encourageants ; son slogan « aller de l’avant dans l’unité pour une Communauté pacifique et prospère » répondait à la fois à une dynamique régionale, mais trouvait aussi un écho dans le cadre domestique.

  • 8 Un accord d’aide pour un montant de 10 millions de yuan pour la présidence birmane de l’Asean a été (...)

21Certains craignaient que le manque d’expérience des forums régionaux ne pénalise Naypyidaw dans l’exercice de ses responsabilités mais l’appareil diplomatique birman a été, comme l’avait assuré Wunna Maung Lwin, le ministre des Affaires étrangères, « bien préparé », aidé dans la formation à la fois par d’autres pays-membres (Singapour ou Indonésie), mais aussi par les partenaires étrangers (Chine8, Japon, Union européenne, États-Unis, etc.). Si certains regrettent que des dossiers comme les droits de l’Homme ou la révision de la Charte Asean n’aient pas avancé, d’autres admettent que lors de tensions sensibles (crise politique en Thaïlande ou installation par la Chine d’une plate-forme d’exploration au large des côtes vietnamiennes (mai 2014), la Birmanie a su gérer les événements « dans l’intérêt et selon les méthodes de l’Association » et préserver une façade unie, ce qui n’avait pas été le cas pendant la présidence cambodgienne en 2012. Au final, la Birmanie a suivi la stratégie adoptée par Brunei en 2013 en donnant la priorité à la « centralité » de l’Association. Sur la question précise de la mer de Chine du Sud, Naypyidaw avait formé une équipe de diplomates chevronnés accompagnés d’experts pour faire avancer les discussions sur un Code de conduite. Surtout, la Birmanie a évité la stigmatisation du conflit et le positionnement manichéen entre pro et anti-Chinois ; au Forum régional de l’Asean (Naypyidaw, 10 août 2014), le secrétaire d’État américain John Kerry a retenu le mot d’ordre birman et déclaré « ne pas vouloir de confrontation avec la Chine ».

  • 9 Président Thein Sein, discours d’ouverture de la 47e réunion des ministres des Affaires étrangères (...)

22La Birmanie s’est également investie pour ne pas mettre en retard la préparation de la Communauté Asean, prévue pour 2015 « afin que s’appuyant sur des fondations solides, l’Asean puisse se baser sur des règles et réglementations »9 : si les trois piliers (économique, sécurité et politique, socioculturel) restent des objectifs lointains, ils contribuent toutefois à rythmer l’agenda de réformes économiques domestiques. À ce titre, le 24e sommet de l’Association a travaillé sur le partenariat public/privé dans le secteur des infrastructures : un sujet qui intéresse particulièrement la Birmanie. Le 25e sommet (Naypyidaw novembre 2014) a d’ailleurs renforcé le rythme de préparation de cette Communauté.

23L’exposition de la Birmanie, l’engagement de ses diplomates, leurs contacts avec tous les grands partenaires de l’Association ont constitué autant d’opportunités mises à profit sur le plan fonctionnel comme symbolique. Au terme d’une année de présidence, le statut régional et international de la Birmanie en sortira renforcé.

2 - les défis structurels

24Certains défis cependant ralentissent, voire, empêchent, le basculement irréversible vers la transition. Ces défis complexifient de façon presque caricaturale les options pour l’avenir, hypothéquant les progrès mis en place jusqu’à présent. Parmi les nombreuses questions qui restent ouvertes, trois apparaissent déterminantes.

Les tensions intercommunautaires

25Le premier défi est celui des violences intercommunautaires en général, et plus particulièrement l’hostilité exacerbée par les groupes extrémistes à l’égard des musulmans Rohingya (sur lesquels se concentre l’attention alors même que c’est l’ensemble des communautés musulmanes de Birmanie qui est affecté). Les tensions et fractures identitaires résultent de plusieurs virages historiques mal négociés qui, en s’accumulant, rendent leur règlement difficile : la disparition violente du royaume de l’Arakan, la colonisation britannique, le nationalisme du régime militaire. Dans un contexte de transition déstabilisateur, et voisins d’un Bangladesh surpeuplé, certains Birmans se sentent menacés ; ils mettent à profit le retour de la liberté d’expression et le développement d’Internet pour exprimer, voire, instrumentaliser, leurs craintes. L’exploitation de ces clivages et les déviances observées transforment cette question en une crise des droits de l’Homme récurrente qui à son tour interpelle sur les intentions du gouvernement tant il apparaît clair qu’elle appelle une solution politique générale ou, a minima, un respect de l’État de droit.

26Ces tensions sont anciennes puisque les premiers déplacements de population à grande échelle datent de 1978 et se sont répétés en 1991-1992. Ce qui est grave, c’est de constater que les changements opérés depuis 2010 n’ont eu aucun impact sur l’amélioration de la situation et qu’ils ont, à l’inverse, rendu possible, voire, polarisé, une montée des violences et des discours extrémistes. Le bonze Ashin Warathu qui dirige le mouvement 969 – par référence au 786 des musulmans – a, par exemple, prononcé des discours particulièrement xénophobes et nationalistes qui attisent les rancœurs en jouant sur des peurs identitaires ; de même, le RSN (Rakhine Social Network) et le ANP (Arakan National Party) tiennent des propos qui incitent à la haine (« mettre les Rohingya en camps de concentration »). À la mi-janvier 2014, 48 musulmans encore étaient tués par des bouddhistes fondamentalistes et début juillet, les tensions s’étendaient à Mandalay après la propagation d’une fausse rumeur (une domestique bouddhiste qui prétendait avoir été violée par son employeur musulman). La situation reste aléatoire pour plus d’un million de personnes (1,5 million selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) éparpillées dans l’État Rakhine, l’État Kachin, l’État Shan et le long de la frontière avec la Thaïlande. Toutefois, et ce point est à souligner, dans le contexte des tensions à Mandalay, ce sont les dirigeants locaux des communautés musulmanes et bouddhistes qui ont appelé au calme et au dialogue : des indices encourageants sur lesquels pourrait s’appuyer le président Thein Sein.

La corruption

27Le second défi est celui de la corruption qui a longtemps été une pratique de survie ou d’enrichissement. Au nom de la « bonne gouvernance », le gouvernement s’attelle à la tâche en dénonçant le manque d’intégrité et de transparence de certains. Dès janvier 2013, une équipe anticorruption est mise en place par le président Thein Sein. Et en février 2014, conformément à la loi anticorruption votée en août 2013, le Parlement birman nommait à son tour une Commission anticorruption. Dans la foulée, plusieurs centaines de fonctionnaires furent arrêtés et des dizaines restent emprisonnés. En juin, le ministre des Affaires religieuses, Hsan Hsint, est congédié et remplacé par Soe Win ; on apprendra en juillet que Hsan Hsint est poursuivi pour détournements de fonds du ministère et non-respect de l’État. Cette lutte contre la corruption vaut à la Birmanie de remonter dans le classement de Transparency International. Elle arrivait au 172e rang sur 176 en 2013, en 2014 elle remonte au 157e rang (sur 177) en 2014.

  • 10 L’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) est une initiative volonta (...)
  • 11 Global Witness, 2014, Real Winners of Myanmar’s Oil and Gas remain hidden, 26 juin.

28On le sait, la Birmanie est un pays riche en ressources naturelles qui constituent autant de supports de développement, mais aussi d’opportunités de trafics. Les secteurs les plus visés sont ceux des hydrocarbures, des mines et de l’énergie hydroélectrique. C’est donc un nouveau geste que l’État a fait en 2012 en déclarant son intention de joindre l’ITIE (Initiative pour la transparence des industries extractives10) et en mettant en place les mécanismes institutionnels nécessaires. Acceptée en juillet 2014, la Birmanie a une lourde tâche devant elle ; plusieurs ONG déplorent encore « le manque total de transparence et des procédés qui rappellent ceux de la junte militaire11 ».

  • 12 En juin 2014, plusieurs tonnes ont été saisies et brûlées.
  • 13 TNI, 2013, Burma's Opium Production has hit record levels because Farmers have no Choice, 19 décemb (...)

29Autre secteur sensible : celui des drogues. Selon l’ONU, la Birmanie reste le deuxième producteur mondial d’opium (10 % de la production mondiale) et un producteur important de méthamphétamines. Même si les saisies se multiplient12, l’État est incapable, à ce stade, de tarir la production et de désarmer les « barons » qui contrôlent les trafics dans des zones difficiles d’accès. Le Transnational Institute affirme que la production est en croissance pour la 7e année consécutive13.

  • 14 Bill O’Toole et Noe Noe Aung, 2014, « Minister tout massive land redistribution programme », Myanma (...)

30Il n’est pas impossible enfin que des initiatives prises pour améliorer la situation soient mises à profit par certains groupes et intérêts partisans. Ainsi, ce serait par exemple le cas du projet de réforme agraire pour les paysans sans terre initié par le président Thein Sein en février 2014. Les experts craignent l’emprise de la corruption sur la redistribution des terres14. Ou encore le projet de loi qui autoriserait les jeux d’argent et certains hôtels à ouvrir des casinos. Présenté par le ministère du Tourisme comme nécessaire pour soutenir « le développement touristique » et atteindre quelque 8 millions de touristes d’ici 2020 (les touristes asiatiques, chinois, thaïlandais, japonais, étant particulièrement friands de jeux), ce projet selon certains, augmenterait les risques de corruption et de blanchiment d’argent. L’économie criminelle (drogues, mais aussi trafics de bois, de pierres précieuses, voire, d’humains selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime) reste une réalité en Birmanie et l’opportunité d’une porte de sortie in situ constituerait un développement préoccupant susceptible de menacer les efforts d’assainissement et de développement.

Les résistances politiques

31L’ampleur des changements suscite des résistances et provoque des comportements contradictoires qui ne sont pas étonnants tant les transformations en cours modifient en profondeur les règles du jeu, voire, la culture politique de l’État. L’arrestation et la condamnation (en juillet 2014) de plusieurs journalistes pour un article sur un complexe militaire fabriquant des armes chimiques ajouté à la mort d’un journaliste qui avait enquêté sur les rebelles du Sud-Est de la Birmanie (octobre 2014) indiquent la fébrilité des Forces armées à un an des élections. Entre « intérêts d’État » et liberté de la presse, les frontières restent fines et encore soumises à la libre interprétation des autorités.

  • 15 Même si 75 % des sièges ne sont pas nécessairement attribués à des militaires, un certain nombre so (...)
  • 16 International Crisis Group, 2014, « Myanmar’s military: back to the barracks? », Asia Briefing, no (...)
  • 17 « Army chief says ethnic conflicts must end for Burma’s development », The Irrawaddy, 27 mars 2014.

32Les rémanences de l’État prétorien sont nombreuses et perpétrées par des militaires reconvertis en civils mais qui se sont assuré, avec la Constitution de 2008, un contrôle sur les affaires politiques (25 % des sièges au Parlement15, 3 ministères attribués – Défense, Affaires intérieures et Frontières – ainsi que 5 des 11 participants au Conseil de sécurité et de défense national). L’autodissolution de la junte en mars 2011 ne s’est faite qu’après avoir donné des gages précis (capacité de veto et immunité) à ceux qui ont dirigé le pays pendant près de 50 ans. Sans ces assurances, il est fort probable que la transition n’aurait pas été engagée aussi facilement16. Avec le poids qu’elle conserve dans les institutions et le fonctionnement de l’État, la Tatmadaw a préservé sa capacité de contrôle. Sur des dossiers essentiels comme la réconciliation nationale, elle a participé à toutes les négociations et apporté son soutien « au nom du développement national »17. Toutefois, le chef d’état-major des armées (et président de la Commission de sécurité nationale), le général Min Aung Hlaing, a annoncé que les prérogatives de l’armée seraient progressivement réduites.

  • 18 Deux arguments sont avancés (le retard économique qui devenait pénalisant dans une région dynamique (...)

33L’armée est en train de réaliser une révolution copernicienne mais, si elle a accepté la nécessité d’un changement18, les résistances de factions et personnalités posent encore une hypothèque sur le processus en cours. En 2014, une certaine impatience était palpable quand le budget de l’armée a encore été réduit (12 % du budget de l’État). Le président Thein Sein a rassuré en rappelant lors d’un discours devant le Parlement le 26 mars 2014, « le rôle central de l’armée dans la transition démocratique et la nécessité de l’inclure dans les négociations pour trouver des solutions aux questions politiques. Ce ne sera que lorsque nous aurons avancé dans la maturation démocratique que l’on pourra réduire le rôle de l’armée ».

  • 19 Voir Renaud Egreteau, 2014, « The Continuing political salience of the military in post-SPDC Myanma (...)

34La place et le rôle de l’armée dans les équilibres politiques sont au cœur de la dynamique politique aujourd’hui en Birmanie et façonneront les enjeux à venir. La Tatmadaw n’est plus le monstre autoritaire qu’elle a été, ses moyens ont été réduits, ses actions sont surveillées et ses déclarations analysées. Elle ne peut plus, comme elle l’avait fait précédemment, contrôler la société et empêcher des évolutions contraires à ses intérêts. Au final, l’armée aura probablement plus concédé qu’elle ne le désirait même si le débat est ouvert sur ce point19. Plutôt que d’activer systématiquement sa capacité de nuisance, elle a choisi d’accompagner le mouvement, de s’adapter au nouveau contexte et de transformer ses anciens ennemis (l’opposition et les groupes ethniques) en possibles partenaires ; qu’elle en tire le meilleur profit pour ses propres intérêts, voire, qu’elle cautionne des abus ponctuels, n’est toutefois pas contesté.

35La menace d’un « déclassement » de l’armée dans les affaires politiques de l’État au profit des civils est prise suffisamment au sérieux pour que le général Min Aung Hlaing rappelle en novembre 2013 que « l’armée n’avait peur de personne ». Lui-même envisage-t-il de se présenter ? Les rumeurs vont bon train. Le général Min Aung Hlaing, qui atteindra l’âge de la retraite en 2015, a multiplié déclarations et interventions publiques, sur des sujets d’intérêt général, comme s’il peaufinait son profil d’homme d’État, inspiré par une vision politique au-dessus de la mêlée. Il devra pour réussir, obtenir l’aval du président Thein Sein et savoir désamorcer la rivalité du porte-parole de la Chambre, Thura Shwe Mann.

3 - La préparation des élections de 2015 : le vrai test

36Dans ce paysage politique encore flottant, les échéances électorales apparaissent comme des étapes décisives et sont perçues comme un test par les partenaires qui ont soutenu la transition. Le scrutin précédent, du 7 novembre 2010, avait déclenché le processus historique en cours. La préparation de la campagne de 2015, le positionnement des partis et la nature des débats sont autant d’indicateurs utiles pour mesurer le degré de la transition.

Aung San Suu Kyi et la révision de la Constitution

37Depuis début 2014, les rapports entre Aung San Suu Kyi et l’armée se sont tendus sur une multitude de sujets dont celui de la question centrale de sa participation. Cette participation supposerait, en effet, une révision de la Constitution de 2008. En vertu de l’article 59f, la présidence ne peut être occupée par quelqu’un dont le conjoint ou les enfants sont de nationalité étrangère, ce qui est le cas de la célèbre opposante dont le mari, Michael Aris, était Anglais et dont les deux fils détiennent un passeport britannique. En janvier 2014, le président Thein Sein s’était dit favorable à une modification de la Constitution laissant libre cours à nombre de spéculations. Mais il n’a pas la main libre car les Forces armées auront les plus grandes réticences à laisser la place aux civils (et non d’anciens militaires reconvertis) et à un parti qui les combat depuis plusieurs décennies. D’ailleurs, le Comité de révision des propositions d’amendement (composé de seulement deux représentants de la Ligue nationale pour la démocratie – LND – contre 14 pour le parti au pouvoir, le Parti pour la solidarité et le développement de l’Union – USPD) s’est prononcé, le 10 juin 2014, (par 26 voix contre 31) en faveur du maintien de cette clause. Aung San Suu Kyi estime cependant qu’il ne s’agit que d’une recommandation et que rien n’est joué puisque le Parlement seul a le pouvoir de décider.

  • 20 Ei Ei Toe Lwin, 2014, « Reactions vary to Daw Suu’s challenge », Myanmar Times, 26 mai.

38La LND active donc tous les moyens pour tenter d’infléchir le vote. Habilement, et pour ne pas focaliser le débat sur le seul cas d’Aung San Suu Kyi, elle agit en faveur d’une révision d’une clause qui assure un droit de veto à la Tatmadaw en stipulant que tout amendement constitutionnel doit être adopté par plus de 75 % du Parlement. « Nous voulons plus de démocratie et pour cela, nous devons changer l'article 436 qui a été conçu pour protéger l'armée », explique U Aung Myint, membre de la LND. « En donnant des privilèges particuliers à l’armée, la Constitution l’éloigne du peuple birman ; annuler cet amendement élèverait la dignité de l’armée », indique Aung San Suu Kyi20. En août 2014, la LND a remis une pétition de 5 millions de voix (sur 20 millions d’électeurs) et espère créer un précédent qui ouvrirait la voie à d’autres changements comme la levée des conditions sur une candidature à la magistrature suprême. Et le 31 octobre un sommet politique inédit s’est tenu à Naypyidaw, sous la présidence de Thein Sein et en présence d’Aung San Suu Kyi à la suite duquel il a été décidé que le Parlement serait saisi d’une proposition d’amendements visant, entre autres, à lever l’interdiction faite à un(e) citoyen(ne) birman(e) ayant été marié(e) à un(e) étranger(e) ou ayant des enfants de nationalité étrangère de se présenter aux élections présidentielles. Première étape vers la normalisation d’Aung San Suu Kyi ou ultime manipulation de l’armée ? Le 19 novembre 2014, la nouvelle est tombée avec la fin de non-recevoir exprimée par le président du parlement, Shwe Mann, estimant « qu’il est impossible de changer le texte dans les temps ».

Le débat sur le système proportionnel

39Les élections de 2010 et 2012 ont été organisées suivant un mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour. Ce système avantage les grands partis, dont la LND. Il n’est donc pas surprenant que ce système ait d’abord été remis en cause par le parti de la Force démocratique nationale (NDF), lui-même créé après une rupture avec la LND.

  • 21 Aung Ye Maung Maung, 2014, « Myanmar legislature considers proportional representation », Voice of (...)

40Le débat est lié aux questions de la représentation et de la participation politiques des minorités, ce qui explique aussi qu’il se tienne parallèlement aux négociations pour la réconciliation nationale. La représentation proportionnelle constitue un mode de scrutin qui paraît plus à même d’intégrer les petits partis des minorités ethniques dans les discussions concernant l’Union alors que jusqu’à présent, ils étaient marginalisés (seuls 8 partis ethniques peuvent concourir dans le scrutin majoritaire). « Il inclurait non seulement les 8 groupes ethniques les plus importants, mais aussi toutes les petites minorités ethniques et les petits partis politiques aussi. Ce système permettrait donc de mieux travailler à l’unité nationale et à la paix », affirme Khin Maung Swe (NDF)21.

  • 22 B.D Prakash, 2014, « Gauging ethnic angst over proportional representation in Burma », The Irrawady (...)

41Cette interprétation n’est pas partagée par tous, et de façon inattendue, par certains groupes ethniques qui estiment qu’un système proportionnel pourrait à l’inverse les marginaliser du fait, d’une part, de leur faible nombre (certains groupes ethniques représentent moins de 1 % de la population et ne seraient même pas représentés) et, d’autre part, des différents courants politiques qui les traversent. En outre, les représentants des minorités expliquent que « chaque groupe a ses priorités et entend les régler avec des solutions locales »22. Une alliance de 15 partis ethniques (NBF) a d’ailleurs refusé en juillet 2014 de participer aux débats au Parlement.

42Le 12 juin, la Chambre haute (ou Chambre des nationalités, Amyotha Hluttaw) votait en faveur de la représentation proportionnelle pour les élections législatives de 2015 (177 voix pour et 85 contre). La Chambre basse (Pyithu Hluttaw) entamait aussitôt les débats sur les avantages et les inconvénients d’un tel système. Si pour certains, le système proportionnel défend une représentation plus équitable de la diversité ethnique de l’État birman, pour d’autres le risque de fragmentation politique et d’instabilité pourrait à nouveau faire basculer le pays dans la violence. En outre, certains s’interrogent pour savoir si le vote de la Chambre haute n’a pas été suscité avec les seuls objectifs de faire diversion par rapport au débat sur la révision constitutionnelle et faire barrage à la LND qui avait, avec le scrutin majoritaire, obtenu une victoire écrasante lors des élections de 1990. D’ailleurs, Aung San Suu Kyi est opposée à ce système. Après trois jours de débats intenses, la Chambre basse formait en juillet un comité sur le sujet qui n’a pas encore rendu son avis (octobre 2014).

La campagne électorale

43Les prochaines élections législatives devraient se tenir en novembre 2015, mais elles sont déjà dans tous les esprits. Comme l’a indiqué John Kerry après sa rencontre avec le président Thein Sein (10 août 2014), « les élections de l'an prochain seront un moment de référence pour que le monde puisse évaluer dans quelle direction va la Birmanie ».

  • 23 Ambassade de France en Birmanie, 2014, « Partis Politiques birmans », 5 septembre, (www.ambafrance- (...)

44Tous les partis politiques se préparent à l’échéance. À l’exception des grands partis dont la participation est évidente, les petits partis ne se sont pas encore prononcés mais ils devraient profiter de l’opportunité de faire connaître leur programme et de contribuer plus activement aux jeux politiques. Onze partis avaient participé aux élections de 2010, 16 aux élections partielles de 2012 ; logiquement, les observateurs estiment qu’entre 15 et 20 partis devraient participer au prochain scrutin. En juin 2014, on en dénombrait 67 (contre 37 en 2010), signe pour certains d’un « renouveau de la scène politique légale »23. Le pluripartisme est devenu une réalité même si, dans les faits, l’attention quasi exclusive portée par l’Occident à la LND masque cette réalité et la vitalité d’un débat qu’on limite trop vite aux deux grands partis, l’USDP et la LND.

45On constate également un rajeunissement des cadres ou une participation aux débats des générations plus jeunes ; la LND par exemple a tenu en juillet 2014 son premier congrès de jeunes. Sans aucun doute, les nouvelles générations, bien organisées sur les réseaux sociaux, devraient peser dans des débats élargis aux grands choix de société.

46Prenant la mesure de la vitalité politique, le gouvernement a assoupli les règles du jeu et a promulgué une loi (2 juillet 2014) sur les manifestations politiques en demandant aux organisateurs d’informer les autorités 5 jours à l’avance en donnant motifs, lieu et heure du rassemblement et en les exemptant d’autorisation. À la même période, la Commission électorale, aidée par des groupes de citoyens, a lancé un projet pilote (à Rangoun, dans l’État Kachin et l’État Chin) pour informatiser les listes électorales afin d’éviter les doublons et tricheries. Le 6 août, la Commission électorale annonce qu’elle examine une extension de la période de campagne (de 30 à 60 jours) afin de permettre à tous les candidats de se rendre sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones éloignées. De même, elle s’est engagée au respect de règles « claires et transparentes », encadré par des observateurs étrangers.

Conclusion

47Évoquer d’ores et déjà « des espoirs déçus » à propos d’une démocratisation « inachevée » relève d’un court-termisme aussi grossier que celui qui prédisait l’implosion de l’Indonésie au tournant des années 2000. Il n’est donc pas raisonnable d’attendre des transformations immédiates en Birmanie quand, sur place, celles-ci se négocient au jour le jour. D’ailleurs, le président Thein Sein a appelé Barack Obama, lors de sa visite en novembre 2014, à plus de vigilance, estimant que Washington était trop « optimiste » sur les réformes engagées (d’ailleurs, les États-Unis avaient renouvelé leurs sanctions en mai 2014). Cependant, et en dépit des déficiences et des détours, il est également indispensable de porter un regard encourageant et réaliste sur une sortie de système qui a perduré pendant plus de 50 ans.

Annexes

Fiche Birmanie

Capitale : Naypyidaw

Superficie : 676 578 km²

Population (est. 2014) : 51 420 000 hab.

Langue officielle : birman

Données politiques

Nature de l'État : union fédérale

Nature du régime : présidentiel avec Parlement bicaméral, sous contrôle des forces armées

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Thein Sein (depuis mars 2011)

Vice-présidents : Nyan Tun (depuis août 2012) et Sai Mauk Kham (depuis mars 2011)

Ministre des Affaires étrangères : Wunna Maung Lwin

Ministre de l’Intérieur : Lt-général Ko Ko

Échéances : élections parlementaires nationales et locales en 2015

Contentieux territoriaux et maritimes :

Bangladesh : négociations pour la délimitation de frontières maritimes République populaire de Chine et Inde : délimitation de la trijonction Inde-Chine-Birmanie en suspend du fait du contentieux territorial sino-indien

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Birmans (69 %), Shan (8,5 %), Karen (6,2 %), Arakanais (4,5 %) Môn (2,4 %), Chin (2,2 %), Kachin (1,4 %)

Religions : bouddhistes (89,4 %), chrétiens (4,9 %), musulmans (3,9 %), animistes (1,2 %), hindous (0,5 %), autres (0,1 %)

Taux de croissance démographique (2012) : 1,03 %

Espérance de vie (2013) : 65,7 ans

Taux de fertilité (2013) : 2,23

Taux de natalité (2012) : 18 ‰ (rural)/14 ‰ (urbain)

Taux de mortalité (2012) : 8,6 ‰ (rural)/7,6 ‰ (urbain)

Taux de mortalité infantile (2012) : 29 ‰ (rural)/28,2 ‰ (urbain)

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2011) : 94 %

Taux d’urbanisation (2013) : 29 %

Indice de développement humain : 0,524 (rang 149 en 2013) ; 0,380 (rang 172 en 2000)

Indicateurs économiques

Monnaie : kyat (1 euro = 1 262 kyat, 6 novembre 2014)

Balance des paiements courants (2013) : – 3 milliards $ US

Dette extérieure (2012) : 4,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2013) : 1 492 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2013) : 1 113 $ US

Taux de croissance du PIB (2013) : 6,8 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : primaire (35,4 %), secondaire (27 %), tertiaire (37,6 %)

Taux d’inflation (2013) : 6,6 %

Taux de chômage (2013) : 5,2 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 25 %

IDE entrant (flux) (2013) : 2 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2012) : 11 milliards $ US

IDE sortant (flux) : n. c.

IDE sortant (cumulés ou stocks) : n. c.

Principaux partenaires commerciaux (2013) : Chine, Thaïlande, Singapour, Inde

Importations (2012) : 9,2 milliards $ US

Principaux produits importés (2012) : pétrole raffiné ; machines ; équipements

de transport ; matériaux de construction ; huiles végétales

Exportations (2012) : 8,9 milliards $ US

Principaux produits exportés (2012) : gaz naturel ; pois et légumineux ; teck et autres bois précieux ; vêtements ; produits de la mer

Portraits

Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie

En avril 2014, l'opposant birman Win Tin, cofondateur avec Aung San Suu Kyi de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) en 1988, est décédé à l'âge de 84 ans. Ancien journaliste, il avait été incarcéré en 1989 et restera en prison 19 ans, bénéficiant d’une amnistie en 2008. Il continuait d’ailleurs à porter une chemise bleue, uniforme des détenus, pour montrer que la lutte continuait « tant qu’il resterait des prisonniers politiques en prison ». Win Tin est devenu malgré lui, une figure majeure de l’opposition en Birmanie : son franc parler, son absence de peur face aux menaces de la junte, son esprit d’analyse incorruptible et son inébranlable espérance dans des jours meilleurs manqueront au débat qui s’engage à quelques mois des élections présidentielles. Win Tin, pourfendeur des faux semblants, a longtemps dénoncé les abus de la junte avant de critiquer les pratiques « mafieuses » des militaires devenus civils « pour s’enrichir ». Ce discours avait fini par gêner Aung San Suu Kyi qui avait fait le pari d’une tactique de rapprochement avec le gouvernement du président Thein Sein. Mais le respect entre les deux compagnons de lutte était intact. « C’est une leçon de courage à elle toute seule » avait-il l’habitude de dire. Selon son habitude, Aung San Suu Kyi n’a fait aucun commentaire à l’annonce de sa mort.

Général Min Aung Hlaing, futur candidat à la présidence ?

Commandant en chef des Forces armées birmanes (Tatmadaw), le général Min Aung Hlaing pourrait aussi avoir des ambitions politiques. Jeune (57 ans), diplômé de l’Académie des Services de Défense et du Collège National de Défense, le général Min Aung Hlaing a progressivement monté les échelons et occupé des postes sensibles (renseignements, pourparlers avec les minorités…). En mars 2011, il succède au général Than Shwe : sa réserve habituelle et son air policé rassurent les occidentaux mais ses compagnons d’armes savent qu’ils peuvent lui faire confiance. Il sera le meilleur gardien des intérêts de la Tatmadaw et, par extension, de la Constitution de 2008 taillée sur mesure pour et par les militaires. D’ailleurs, il répète à longueur de discours que « la fonction exclusive de l’armée demeure celle de conduire le pays vers le développement, des réformes et de la démocratie tout en sauvegardant l’unité et l’intégrité de la nation ». Ce genre de discours, de plus en plus fréquent, est dorénavant élargi « au respect des réformes mises en œuvre par le président Thein Sein » et « au respect du peuple birman ». Les photos, reportages, analyses sur le général Min Aung Hlaing se sont multipliés en 2014 au point que certains experts voient dans cette mise en scène une préparation à peine masquée à sa candidature. Le Commandant en chef sera mis à la retraite en 2015 ; il pourrait mettre en valeur sa bonne connaissance des dossiers sensibles (notamment celui de la réconciliation nationale) et utiliser tous les recours nécessaires pour freiner Aung San Suu Kyi. Il démontrerait ainsi que l’armée reste maître d’une « transition disciplinée »

Affiche politique

Camp de manifestants installés dans le centre ville de Rangoun pendant plusieurs mois pour faire valoir leurs droits et récupérer leurs terres. Auteur : © Alexandra de Mersan

Notes

1 Les revenus d’exportation tirés du gaz ont atteint 3,7 milliards $ US (soit 40 % des exportations et 7 % du PIB, voir Dominique Causse, 2014, « Le Myanmar en recomposition économique. Évolution du climat des affaires », Accomex, no 113, p. 19.

2 Plus de 70 % de la population de la Birmanie par exemple ne bénéficie pas d’un approvisionnement fiable en électricité.

3 C’est d’ailleurs le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) qui a en partie financé et supervisé cette opération.

4 Un projet de loi portant sur un encadrement stricte des conversions religieuses (pour « protéger la race et la religion de la majorité de la nation bouddhiste » selon une pétition adressée au président Thein Sein par l’Association pour la protection de la race et de la religion) a été publié, mardi 27 mai 2014, dans les journaux officiels birmans : le gouvernement a appelé la population birmane à se prononcer et à émettre, avant le 20 juin 2014, des recommandations sur ce texte controversé. Pour l’instant, et après avoir provoqué des protestations des pays occidentaux, ce projet est en attente. Qu’un texte de ce type ait pu être déposé illustre toutefois les dérives possibles.

5 Les accords de Panglong, signés le 12 février 1947 avec les représentants des trois principaux groupes ethniques (Shans, Chins et Kachins), garantissaient aux minorités ethniques (près de 40 % de la population répartis sur 60 % du territoire birman) des droits égaux à ceux de tous les citoyens de Birmanie et une certaine autonomie au sein d’un État fédéral.

6 Department of Population, Ministry of Population and Immigration, 2014, The Population and Housing Census of Myanmar2014, Summary of the Provisional Results, août.

7 International Crisis Group, Myanmar conflict alert: a risky census, 12 février 2014, (www.crisisgroup.org/en/publication-type/alerts/2014/myanmar-conflict-alert-a-risky-census.aspx)

8 Un accord d’aide pour un montant de 10 millions de yuan pour la présidence birmane de l’Asean a été signé en décembre 2013 à l’occasion de la visite de la vice-Premier ministre chinoise, Liu Yandong.

9 Président Thein Sein, discours d’ouverture de la 47e réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Asean, Naypyidaw, 10 août 2014.

10 L’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) est une initiative volontaire et multipartite qui contraint les gouvernements et les entreprises à publier les revenus générés dans le secteur extractif (pétrole, gaz et secteur minier).

11 Global Witness, 2014, Real Winners of Myanmar’s Oil and Gas remain hidden, 26 juin.

12 En juin 2014, plusieurs tonnes ont été saisies et brûlées.

13 TNI, 2013, Burma's Opium Production has hit record levels because Farmers have no Choice, 19 décembre.

14 Bill O’Toole et Noe Noe Aung, 2014, « Minister tout massive land redistribution programme », Myanmar Times, 19 mai.

15 Même si 75 % des sièges ne sont pas nécessairement attribués à des militaires, un certain nombre sont occupés par d’anciens militaires (à la retraite ou démissionnaires) : leur allégeance politique reste proche de leurs (anciens) collègues d’active. Le président de la Chambre basse du Parlement, Shwe Mann, est aussi un ancien général.

16 International Crisis Group, 2014, « Myanmar’s military: back to the barracks? », Asia Briefing, no 143, 22 avril.

17 « Army chief says ethnic conflicts must end for Burma’s development », The Irrawaddy, 27 mars 2014.

18 Deux arguments sont avancés (le retard économique qui devenait pénalisant dans une région dynamique et mettait en péril leurs intérêts et une dépendance excessive vis-à-vis de la Chine) qui justifiaient un rééquilibrage des relations avec les pays occidentaux.

19 Voir Renaud Egreteau, 2014, « The Continuing political salience of the military in post-SPDC Myanmar », in N. Cheesman, N. Farrelly, T. Wilson (dir), Debating democratization in Myanmar, Singapour, ISEAS, chap. 13.

20 Ei Ei Toe Lwin, 2014, « Reactions vary to Daw Suu’s challenge », Myanmar Times, 26 mai.

21 Aung Ye Maung Maung, 2014, « Myanmar legislature considers proportional representation », Voice of America, 24 juillet.

22 B.D Prakash, 2014, « Gauging ethnic angst over proportional representation in Burma », The Irrawady, 30 juillet.

23 Ambassade de France en Birmanie, 2014, « Partis Politiques birmans », 5 septembre, (www.ambafrance-mm.org/Partis-politiques-birmans)

Table des illustrations

Titre La Birmanie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Camp de manifestants installés dans le centre ville de Rangoun pendant plusieurs mois pour faire valoir leurs droits et récupérer leurs terres. Auteur : © Alexandra de Mersan
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Docteur en sciences politiques à Sciences Po Paris et travaille sur les questions politiques et géostratégiques en Asie du Sud-Est. Après s’être intéressée à l’Asean et la construction régionale, elle poursuit ses travaux sur les relations Chine-Asie du Sud-Est (Asean) et leur impact sur les équilibres globaux. Elle est également chercheur associée à l'Irasec ainsi qu'au GRIP (Groupement de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité) à Bruxelles et au Centre Asie de l'IFRI à Paris.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site