Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Première partie. Les dossiers de l’année

Le palmier à huile à la conquête des terres et des marchés

Rodolphe de Koninck, Stéphane Bernard et Pham Thanh Hai

Texte intégral

1 - De l’Afrique à l’Asie du Sud-Est

  • 1 M. C. Friedel, 1897, « Sur des matières grasses trouvées dans des tombes égyptiennes d’Abydos », C (...)
  • 2 David Northrup, 1978, Trade without rulers: Pre-colonial economic development in south-eastern Nig (...)

1Le palmier à huile est d’origine africaine. Selon Friedel1, l’histoire de l’utilisation de l’huile extraite de ses fruits remonterait à l’Égypte du troisième millénaire avant notre ère. Mais sa culture même serait originaire d’Afrique de l’Ouest, plus précisément de régions bordant le golfe de Guinée, là où sont réunies les conditions d’humidité et de chaleur favorables à sa croissance. Les premiers écrits européens témoignant de cette culture de l’éléis de Guinée (Elaeis guineensis) datent du milieu du XVe siècle, le commerce de son huile s’étant développé avec celui de la traite négrière transatlantique, à compter du XVIe siècle2. Fin XVIIIe – début XIXe, la hausse de la demande pour l’huile de palme comme lubrifiant et pour la fabrication de chandelles, au départ surtout dans une Angleterre en pleine révolution industrielle, a contribué à orienter une partie des exportations. Cette hausse s’est poursuivie de façon telle que, dès la fin du XIXe et le début du XXe, les Européens se lancèrent dans le développement de plantations de palmiers à huile au sein de leurs domaines coloniaux respectifs, impliquant, d’abord en Afrique, Britanniques, Français et Belges, puis en Asie du Sud-Est, Britanniques, Français et Néerlandais.

  • 3 Nigel Nicolson, 1960, Lord of the Isles, London, Acair Ltd. C’est en 1929 que la multinationale Un (...)

2C’est aussi à cette époque, plus particulièrement à compter des années 1910, que le Britannique William Lever, un industriel du savon, parvint à mettre la main sur des concessions territoriales dans le Congo belge. C’est là que, malgré bien des déboires initiaux, ses multiples initiatives favorisèrent l’accroissement tant de la production d’huile de palme que de sa demande par l’industrie du savon, toutes choses ayant contribué ultérieurement à la fortune industrielle de Lever et à celle de l’entreprise multinationale Lever Brothers, devenue Unilever3. Chose essentielle à retenir, William Lever et quelques autres entrepreneurs européens, grâce à leurs expérimentations avec diverses méthodes de culture et leurs activités commerciales, contribuèrent à la croissance soutenue de la demande pour l’huile de palme, dès lors de plus en plus destinée à l’industrie alimentaire.

  • 4 C. W. S. Hartley, 1988, The oil palm (Elaeis guineensis Jacq.), Londres, Longmans, 3e édition, p.  (...)
  • 5 Celui-ci est sans doute mieux connu comme auteur de Malaisie, gagnant du prix Goncourt en 1930 et (...)
  • 6 Rappelons que, bien que le transfert de semis d’Hevea brasiliensis, vers le jardin botanique de Si (...)

3C’est aussi à l’époque coloniale que, comme plusieurs autres cultures – notamment celle de l’Hevea brasiliensis, dont l’expansion foudroyante a pendant longtemps éclipsé celle de l’éléis de Guinée – celle-ci a été introduite dans le Sud-Est asiatique. On situe généralement ce transfert à une date aussi précoce que 1848, alors que quelques semis d’Elaeis guineensis auraient été plantés dans le jardin botanique de Bogor à Java4. Mais ce n’est que beaucoup plus tard, au cours des premières années du XXe siècle que sa culture se répandit, surtout grâce aux initiatives du Néerlandais Adrien Hallet à Sumatra et du Français Henri Fauconnier dans la péninsule malaise5. En raison de la forte demande pour le caoutchouc suscitée par l’essor de la construction automobile dans les pays industriels, puis par la Première Guerre mondiale, la culture de l’hévéa devait initialement progresser beaucoup plus vite que celle du palmier à huile6. Mais les difficultés rencontrées par l’industrie du caoutchouc naturel après la fin des hostilités puis pendant la crise économique des années 1930, ont favorisé un déplacement d’une partie des investissements vers celle de l’huile de palme qui, malgré des problèmes de mise en marché liées à la même crise, allait pendant un temps croître plus vite. À vrai dire, le développement à la fois parallèle, complémentaire et compétitif de ces deux grandes cultures de rente n’a cessé de marquer l’histoire de l’agriculture sud-est asiatique jusqu’à nos jours, les trois pays les plus impliqués dans cette affaire ayant été au départ l’Indonésie et la Malaisie auxquelles s’est jointe, de plus en plus, la Thaïlande (Figure 1).

Figure 1 - La répartition de la culture du palmier à huile en Asie du Sud-Est (2008)

Figure 1 - La répartition de la culture du palmier à huile en Asie du Sud-Est (2008)

Source: E. B. Fitzherbert et al., 2008, « How will oil palm expansion affect biodiversity? » Trends in Ecology and Evolution, vol. 23, no 10, p. 538-545 (540).

2 - L’essor contemporain de la culture du palmier à huile en Asie du Sud-Est

Les conditions et facteurs internes de l’expansion

  • 7 Ces données ont été calculées à partir de Charles A. Fisher, 1966, South-east Asia. A Social, Poli (...)
  • 8 Charles A. Fischer, 1966, ibid.

4Au début des années 1950, alors que l’agriculture des pays de la région peinait à se remettre en marche à la suite des conséquences de la guerre, la culture de l’hévéa dominait encore largement celle de l’éléis dans chacun de ces trois pays. En Malaisie, laquelle à cette époque ne comprenait que la péninsule malaise, les arbres à caoutchouc couvraient environ 1,5 million d’hectares, dont environ 40 % en plantations paysannes. En Indonésie, c’est plus de 60 % des quelque 1,6 million d’hectares consacrés à la culture de l’hévéa qui relevaient du secteur dit paysan, alors qu’en Thaïlande l’hévéa n’était encore cultivé que sur un peu plus de 300 000 hectares, très largement entre les mains du secteur paysan7. Quant au palmier à huile, dont à l’époque la culture relevait presque entièrement du seul secteur des grandes plantations, il ne couvrait que 44 000 hectares en Malaisie, à peine plus en Indonésie, et était pratiquement absent en Thaïlande8.

  • 9 Cristobal Kay, 2002, « Why East Asia overtook Latin America: Agrarian reform, Industrialisation an (...)
  • 10 Randolph Barker, Robert W. Herdt et Beth Rose, 1985, The Rice Economy of Asia. Washington, Resourc (...)
  • 11 Rodolphe De Koninck, 1979, « The Integration of the Peasantry. Examples form Malaysia and Indonesi (...)

5Son essor date plutôt des années 1960 en Malaisie, 1970 en Indonésie et d’une époque plus récente encore en Thaïlande. En particulier dans les deux premiers cas, la poussée a été largement favorisée par les politiques de l’État, celles-ci relevant tant de l’économie que de la géopolitique. Il faut se rappeler qu’au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, tous les pays de la région se trouvaient en mauvaise posture, en particulier au plan politique. La pauvreté était largement répandue, surtout dans les campagnes où le métier de loin le plus répandu dans la région était celui d’agriculteur. C’est aussi au sein de ces campagnes, et pas seulement dans celles de l’Indochine française, que grondait le vent de la révolte. En Thaïlande, dans l’archipel, tant aux Philippines que dans la péninsule malaise et à Java, la mouvance communiste prenait de l’ampleur. Pour remettre l’agriculture sur pied, pour enrayer la spirale de la pauvreté et pour calmer ainsi les campagnes, un sérieux coup de barre s’imposait. Devant la crainte d’une révolution rouge, il fallait privilégier soit la réforme agraire, comme cela avait été fait au Japon, en Corée du Sud et à Taiwan9, soit la révolution verte. Nonobstant pendant un temps des tentatives de réforme agraire de type socialiste, notamment dans les pays de l’Indochine française, en particulier au Vietnam, et beaucoup plus timidement en Indonésie et à Java, c’est l’intensification des productions, via le recours aux technologies de la révolution verte, qui lui fut préférée10. Sur ce plan, tant la Malaisie que l’Indonésie allaient donner le ton, liant ainsi de plus en plus le sort de leurs agricultures aux impératifs du marché mondial11. Mais, à cette stratégie allait en être associée une autre que les pays de l’Asie de l’Est n’avaient même pas eu le loisir d’envisager. L’intensification des cultures in situ, en particulier celle du riz, allait s’accompagner de l’expansion territoriale de l’agriculture, surtout au profit des cultures de rente, la priorité étant accordée à l’hévéa puis, au fil des décennies de plus en plus à l’éléis.

  • 12 Rodolphe de Koninck, 2003, « Southeast Asian Agriculture since the Sixties: Economic and Territori (...)

6Il importe de souligner ici la spécificité et l’efficacité, du moins du point de vue économique et politique, de cette double stratégie d’intensification et d’expansion, le second volet ayant tenu lieu, jusqu’à un certain point, de réforme agraire12, car, en faisant progresser la frontière agricole, les autorités évitaient d’affronter la difficile question de l’accès à la terre parmi les paysanneries des basses terres densément peuplées. Que le développement des fronts pionniers ait été très souvent réalisé aux dépens des forêts et des peuples minoritaires des hautes terres de la périphérie, dont un bon nombre furent en quelque sorte floués au plan foncier, n’a pas vraiment ralenti le rouleau compresseur de l’expansion des cultures de rente.

  • 13 Même au Timor oriental, le café représente de loin la principale exportation.
  • 14 On peut aussi mentionner la canne à sucre, troisième culture commerciale en étendue, derrière le p (...)

7Nous y voilà ! Non seulement, le développement de la frontière agricole vat-il ainsi contribuer à la résolution au moins partielle de la question agraire, mais il va aussi faciliter, malgré bien des soubresauts, l’intégration des minorités ethniques et la remise en question de leurs pratiques agricoles, considérées peu productives car peu favorables à l’expansion de l’agriculture commerciale. C’est en ce sens que celle-ci a été menée d’abord et surtout en direction des marges territoriales des pays concernés mais aussi tous azimuts y compris dans les basses terres mêmes. Cette expansion de l’ensemble du domaine agricole (Tableau 1) et en particulier de celui consacré aux cultures commerciales (Tableau 2) a impliqué pratiquement tous les pays agricoles de la région13, à des rythmes certes différents, avec parfois même des reculs provisoires ou des échanges dans le classement des producteurs. Plusieurs cultures ont été concernées, les plus importantes étant, selon l’étendue des superficies concernées, le palmier à huile surtout en Indonésie, en Malaisie et en Thaïlande, l’hévéa dans les mêmes pays et au Vietnam, le cocotier surtout en Indonésie et aux Philippines, le café surtout au Vietnam mais aussi dans cinq autres pays, le cacaotier essentiellement en Indonésie et, enfin, le théier surtout au Vietnam et en Indonésie (Tableau 2)14.

  • Notre étude ne concerne que les huit grands pays agricoles de la région. Nous laissons de côté la (...)

Tableau 1 - Évolution des superficies consacrées à l’agriculture en Asie du Sud-Est (1961-2012)

Tableau 1 - Évolution des superficies consacrées à l’agriculture en Asie du Sud-Est† (1961-2012)

Source : FAOSTAT 2014.

  • 2 Notre étude ne concerne que les huit grands pays agricoles de la région. Nous laissons de côté la (...)

Tableau 2 - Évolution des superficies consacrées aux principales cultures commerciales en Asie du Sud-Est2 (1961-2012, milliers d’hectares)

Tableau 2 - Évolution des superficies consacrées aux principales cultures commerciales en Asie du Sud-Est2 (1961-2012, milliers d’hectares)

Source : FAOSTAT 2014.

  • 15 Rodolphe De Koninck, 2006, « On the Geopolitics of Land Colonization: Order and Disorder on the Fr (...)
  • 16 Rodolphe De Koninck et Jean-François Rousseau, 2012, Gambling with the Land. The Contemporary Evol (...)

8Bref, l’expansion de l’agriculture commerciale a joué un rôle géopolitique fondamental15, tout en assurant une source d’enrichissement considérable, tant pour les États que pour plusieurs catégories d’entreprises et de personnes. Ainsi, ce sont d’abord des facteurs internes qui sont les premiers moteurs de cette forte croissance des cultures dans une région où la plupart des États ont choisi de protéger voire de favoriser l’agriculture dans son ensemble, tant la vivrière que celle dite commerciale16. Au sein de cette dernière, la part du lion revient au palmier à huile, en raison notamment d’une croissance tout à fait exceptionnelle de la demande mondiale.

La vigueur et la nature de l’expansion du palmier à huile en Asie du Sud-Est

9Cela signifie que le poids des impératifs commerciaux, lire celui de la demande mondiale, et de l’intérêt des multinationales de l’agriculture à prendre le contrôle de l’offre devant y répondre, va ultérieurement devenir de plus en plus déterminant voire dominant. Mais l’expansion de la culture du palmier à huile, qui s’amorce au début des années 1960 jusqu’à devenir dominante à partir des années 1980, va d’abord être guidée par les politiques sociales, économiques et géopolitiques des États de la région, au premier chef, donc, la Malaisie et l’Indonésie. S’agissant du palmier à huile, son expansion traversera les étapes suivantes.

  • 17 Rodolphe De Koninck, 1981, « Enjeux et stratégies spatiales de l'État en Malaysia », Hérodote, no (...)
  • 18 Han Suyin, 1956, And the Rain my Drink, London, Jonathan Cape, paru en français en 1966 sous le ti (...)
  • 19 Rodolphe De Koninck, 1986, « La paysannerie comme fer de lance territorial de l'État : le cas de l (...)
  • 20 Federal Land Development Authority, 1983, Annual Report 1981, Kuala Lumpur, p. 6-7.

10En Malaisie, dès la fin des années 1950, i.e. au moment de l’indépendance de 1958, les autorités vont faire jouer à la frontière agricole un rôle géopolitique officiel, clairement affirmé17. Le développement des fronts pionniers au cœur même de la péninsule, en particulier dans les États de Johore et de Pahang, avait à vrai dire été initié par les autorités coloniales britanniques qui, dès 1956-1957, donc avant même la levée de l’état d’urgence qui avait été instauré en 1948 et qui allait être maintenu jusqu’en 196018, avait confié cette tâche à une agence nationale. Celle-ci, la Federal Land Development Authority, à l’époque FLDA, progressivement mieux connue sous son acronyme de FELDA, fut dotée de gros moyens car lui était confiée la responsabilité de peupler l’intérieur forestier de la péninsule, là où les maquisards communistes n’étaient pas encore totalement soumis. Il s’agissait ainsi de souscrire à une stratégie, classique, de recours à la paysannerie comme fer de lance territorial de l’État19. Après les succès de l’implantation de petits planteurs d’hévéas, et dans le contexte d’une politique de diversification des productions agricoles en particulier dans le secteur paysan, fut lancée celle de petits planteurs de palmiers à huile. Dès lors, la part relative du palmier à huile allait croître rapidement, à un point tel que, dès 1980, les superficies consacrées à sa culture à l’intérieur des périmètres gérés par FELDA étaient presque deux fois plus étendues que celles réservées à la culture de l’hévéa20. À l’échelle du pays, qui englobait depuis 1963 les États de Sabah et Sarawak, situés sur le versant nord de l’île de Bornéo, la progression de la culture du palmier à huile était largement confirmée, tout comme l’était le ralentissement puis le plafonnement de celle de l’hévéa. Entre 1965 et 1985, la première était passée d’un peu plus de 100 000 à 1 400 000 hectares et la seconde de 1 500 000 à 1 600 000 hectares.

11Autre élément essentiel associé à cette stratégie : la hausse des rendements. En effet, jusqu’alors, sur les parcelles paysannes, ils se situaient bien en deçà de ceux obtenus sur les grandes plantations privées, en particulier celles consacrées à la production de latex. Mais à l’intérieur des périmètres FELDA, les petits planteurs, profitant de l’encadrement technique assuré par le personnel de l’Agence, tout comme de ses installations industrielles, virent leurs rendements rattraper puis même dépasser, pendant un temps, ceux obtenus par les plantations privées. Le même genre de rattrapage est également survenu en Indonésie, bien que de manière moins prononcée et dans un contexte institutionnel assez distinct.

12Cela dit, au total, en Malaisie, le secteur des plantations privées n’est pas demeuré en reste, les superficies ayant progressé tout aussi rapidement. S’agissant du seul palmier à huile, entre 1960 et 2012, la superficie lui étant réservée, toutes catégories d’exploitants confondues, passa d’un peu moins de 100 000 hectares à plus de 4,5 millions d’hectares, alors que les rendements, la production et les exportations connaissaient eux aussi une forte croissance (Tableaux 2 et 3).

Tableau 3 - Palmier à huile. Rendements, productions, exportations en Indonésie, Malaisie et Thaïlande (1961-2012)

Tableau 3 - Palmier à huile. Rendements, productions, exportations en Indonésie, Malaisie et Thaïlande (1961-2012)

* Chiffres en 2011.
Source : FAOSTAT 2014.

  • 21 IFC-World Bank, 2014, Improving the Livelihoods of Palm Oil Smallholders: The Role of the Private (...)
  • 22 La littérature consacrée à la transmigration indonésienne est considérable. Parmi les sources impo (...)
  • 23 Harald Uhlig, 1988, « Spontaneous and Planned Settlement in South-East Asia », in Walther Manshard (...)

13En Indonésie, là où les formes de l’expansion ont été partiellement différentes, sa vigueur s’est avérée plus grande encore, la part des petites plantations y comptant en 2012 pour quelque 44 % des superficies cultivées, contre 41 % en Malaisie21. Au total, entre 1961 et 2012, les superficies consacrées au palmier à huile sont passées de moins de 100 000 hectares à près de 7 millions (Tableau 2) ! Si cette performance surpasse largement celle de la Malaisie, en proportion la hausse malaisienne demeure plus impressionnante, le pays étant environ six fois moins étendu que l’Indonésie. Dans ce pays aussi, le rôle de l’État a été considérable dans l’expansion des cultures de rente, en particulier celle du palmier à huile. Ce rôle s’est essentiellement manifesté à l’occasion et à la suite de l’établissement par le gouvernement indonésien d’un programme de transfert de populations du centre de l'archipel vers les périphéries, programme mieux connu sous le nom de transmigration22. À cet égard, rappelons qu’à travers le monde, la colonisation agricole a souvent été lancée par les paysans eux-mêmes, puis progressivement prise en charge par l’État23. Dans le cas de l'Indonésie, l’ouverture de nouvelles terres par l’État s’est inspirée d’une pratique spontanée de paysans en quête de terres à cultiver. Ainsi, dès le début du XXe siècle, l'administration coloniale néerlandaise avait entrepris de canaliser cette pratique, en mettant en place un programme de colonisation agricole à l’extérieur de l’île de Java.

14C’est ce programme de Kolonisatie ayant permis de déplacer entre 1904 et 1945 quelque 200 000 colons, pour la grande majorité des Javanais et surtout vers l’île de Sumatra, que le gouvernement de la nouvelle République indonésienne devait relancer au début des années 1950. Mais le programme de transmigrasi ne prit vraiment de l’ampleur qu’à compter de la toute fin des années 1960 et battit son plein pendant presque un quart de siècle. Dès le début des années 1990, le nombre des déplacements se mit à décliner, le programme étant officiellement interrompu en l’an 2000. De 1969 à 1994, soit tout au long des cinq premiers plans quinquennaux, plus de 1 650 000 familles, soit quelque 5,5 millions de personnes avaient été officiellement déplacées vers des fronts de colonisation agricole dans les îles périphériques. Si on y ajoute les migrants indépendants dits « spontan », apparemment au moins aussi nombreux, c'est plus de 11 millions de personnes qui ont migré vers ces « îles extérieures », alors que, même si pendant cette période Sumatra a accueilli la grande majorité des « spontan » et plus de la moitié des migrants officiels, Kalimantan, Sulawesi et même l'Irian Jaya ont au fil des années été appelés à recevoir une proportion croissante des colons. Enfin, alors qu’au début, les premiers fronts de colonisation agricole étaient largement consacrés à la production du riz, en bonne partie destiné à Java, la part des cultures de rente a été appelée à s’accroître, en particulier, celles de l’hévéa, puis, de plus en plus celle du palmier à huile, au fur et à mesure que sa culture devenait rentable.

  • 24 IFC World Bank Group, 2013, Diagnostic Study on Indonesian Oil Palm Smallholders, Washington DC.
  • 25 Le pressage de ces durs noyaux, dont on tire l’huile de palmiste (kernel oil) n’est pas réalisé da (...)

15Depuis le début du XXIe siècle, le palmier à huile est donc devenu en Indonésie le principal fer de lance de l’expansion agricole, bien que l’hévéa n’ait pas lâché prise comme en Malaisie (Tableau 2). Cette expansion concerne aussi les grandes plantations privées, qui ont maintenu leur primauté au plan des rendements à l’hectare, tout comme les petits planteurs qui bénéficient d’un solide soutien de l’État, en particulier à travers un programme d’encouragement au regroupement de plantations paysannes (smallholdings en anglais) autour de plantations privées, et même autour de plantations exploitées par l’État luimême. Ce système dit plasma, dont diverses variantes existent, apparaît particulièrement efficace24. Contrairement à la transformation du latex en caoutchouc, celle des fruits du palmier en huile ne peut se réaliser sans installation industrielle, sans une huilerie dont l’établissement requiert d’importants investissements. Pour qu’une huilerie soit rentable, elle doit pouvoir produire une quantité d’huile considérable, donc être alimentée par d’énormes quantités de fruits, lesquels sont agglutinés autour de lourdes grappes de matière ligneuse. Ce sont ces grappes, poussant à la base de la frondaison des palmiers, qui sont récoltées puis transportées vers les usines, là où les fruits doivent être séparés des grappes (dites fresh fruit bunches ou FFB) avant d’être pressés aux fins de l’extraction de l’huile et la séparation des noyaux eux-mêmes destinés à une opération ultérieure25.

  • 26 Ann Stoler, 1995, Capitalism and Confrontation in Sumatra’s Plantation Belt. 1870-1879, Ann Arbor, (...)

16Les smallholders doivent donc pouvoir confier aux grandes plantations le traitement de leurs grappes de fruits. Le regroupement de petits planteurs autour des plantations, autour d’un noyau, dit nucleus, représente un deuxième intérêt : il permet aux exploitants dont les parcelles, qu’elles leur appartiennent ou pas, ne peuvent absorber toute leur force de travail, de travailler dans les plantations mêmes. Ce système s’inspire tout à la fois de celui qui avait été mis au point dans le cadre du développement de la ceinture de plantations établie par les Néerlandais à compter des dernières décennies du XIXe siècle autour de Médan26, à Sumatra, et de celui élaboré par FELDA en Malaisie. Tout le monde y trouve son compte, semble-t-il, en particulier les grandes plantations, dont, au final, les rendements demeurent plus élevés que ceux des plantations paysannes qui les entourent.

  • 27 Roland Poupon, 2010, De la riziculture à la globalisation, Bangkok et Paris, Irasec-Éditions Kaila (...)

17En Thaïlande, la croissance s’inscrit dans une stratégie devenue classique de celles déployées par ce pays depuis plusieurs décennies, soit le développement rapide de nouvelles filières agricoles et piscicoles. Cela lui a d’ailleurs permis, dès le début des années 1980, de ravir à la Malaisie le rang de premier agro-exportateur de la région. Reposant sur la diversification de ses productions, cette stratégie a notamment impliqué un boom de l’hévéa, amorcé justement dans les années 1970-1980 (Tableau 3). Grâce à un rapide accroissement des superficies cultivées et une forte hausse des rendements, la Thaïlande est même devenue depuis le premier producteur de caoutchouc naturel de la région et donc du monde. Plus récent, le boom thaïlandais dans la production de l’huile de palme repose sur les mêmes facteurs. Certes beaucoup moins étendu qu’en Malaisie et en Indonésie, le domaine du palmier à huile s’accroît rapidement, alors que, comme celui de l’hévéa, il relève prioritairement des petites plantations. (Tableau 4). C’est que, contrairement à ce qui prévaut en Malaisie et surtout en Indonésie, l’espace manque pour la constitution de grands domaines agricoles, le royaume thaï demeurant celui de la paysannerie et de ses liens avec les entrepreneurs locaux, qui fournissent souvent le financement nécessaire à leurs initiatives27. La culture du palmier à huile est essentiellement pratiquée (Figure 1).

Tableau 4 - Culture du palmier à huile. Part relative des plantations paysannes en Indonésie, Malaisie et Thaïlande

  • Estimation des auteurs.

% des superficies cultivées

% de la production

Indonésie

44

38

Malaisie

41

35

Thaïlande

76

70*

Source: IFC World Bank Group, 2014, p. 7; IFC World Bank Group, 2013, p. 8.

18Au total, au sein du Sud-Est asiatique, le domaine du palmier à huile apparaît donc largement concentré dans le monde malais (Figure 1). En effet, les plus importantes superficies qui lui sont réservées se trouvent, d’abord et surtout, de part et d’autre du détroit de Malacca, i.e. dans la péninsule malaise et à Sumatra, puis dans l’île de Bornéo. Bien que présent ailleurs dans l’archipel, notamment dans la partie occidentale de Java, à Sulawesi et en Papouasie, ainsi que dans les îles philippines de Mindanao, Mindoro et même Luçon, tout comme celle de l’hévéa la répartition de la culture du palmier à huile reste marquée par celle qui prévalait à l’époque coloniale, à ceci près qu’elle a continué à s’étendre bien au-delà des limites d’alors et largement aux dépens du domaine forestier.

L’exceptionnalité de la demande

  • 28 Rappelons que la culture du palmier à huile permet de produire deux types d’huiles : d’une part l’ (...)
  • 29 FAOSTAT
  • 30 USDA Foreign Agricultural Service, cité par Schuster Institute for Investigative Journalism at Bra (...)

19Les facteurs de cette expansion ne sont pas qu’internes. Il en est un autre, tout aussi déterminant, de nature externe. Il s’agit de l’exceptionnalité de la demande en provenance d’abord du marché mondial, puis de plus en plus, en particulier en Indonésie, du marché interne. Dès les années 1960, cette demande a commencé à s’accélérer de façon notoire à un point tel que, depuis le début du XXIe siècle, l’huile de palme est la plus utilisée parmi toutes les huiles végétales offertes sur le marché28. Ainsi, en l’an 2010, elle comptait à elle seule pour 34 % du volume total d’huile végétale produit dans le monde, devant les huiles de soja et de colza, qui comptaient alors respectivement pour 30 % et 17 %, et loin devant toutes les autres, dont celles de tournesol, arachide, coton, maïs et olive29. Selon l’United States Department of Agriculture (USDA), en 2012-2013, la part du marché mondial revenant à l’huile de palme avait atteint 37 %30.

  • 31 (http://spop.cirad.fr/project/context/general-context)

20Cet engouement pour l’huile de palme est attribuable à sa polyvalence, puisqu’elle est utilisée, d’abord et surtout, dans l’industrie agroalimentaire, dans un nombre sans cesse grandissant d’aliments, puis dans celle des cosmétiques et, enfin, comme biocarburant, sous la forme de biodiesel ou biogaz. S’agissant de la demande comme huile alimentaire, laquelle compterait pour quelque 80 % du total (contre 19 % pour les cosmétiques et les savons et seulement 1 % pour le biogaz)31, elle apparaît particulièrement dynamique du fait que cette huile est consommée presque partout dans le monde. Dans les pays occidentaux, l’industrie agroalimentaire en fait un usage abondant pour une large variété de produits, du type viennoiseries, frites, chips, etc., souvent en remplacement du beurre et des autres huiles végétales hydrogénées, alors qu’en Inde et en Chine, de loin les deux premiers importateurs d’huile de palme, tout comme dans de nombreux pays d’Afrique et d’Amérique latine, on l’utilise beaucoup comme huile de cuisson. Avec l’accroissement des niveaux de vie de la population, prévu dans la majorité des pays importateurs, la demande ne pourra que s’accroître.

  • 32 Oil World 2007, cité par Schuster Institute for Investigative Journalism at Brandeis University, ( (...)

21Pour bien comprendre le boom du palmier à huile, il faut aussi savoir que les rendements de sa culture sont largement supérieurs à ceux obtenus pour toutes les autres huiles végétales. Ainsi, de la culture d’un hectare de palmier à huile, on peut obtenir quelque quatre tonnes d’huile, soit dix fois plus que d’un hectare de soja (~400 kg/ha), alors que les rendements du colza et du tournesol sont de l’ordre de 700 et 500 kg d’huile à l’hectare32. Il en résulte qu’au total la culture du palmier à huile, huile dont les prix sur le marché mondial sont compétitifs, encore que très fluctuants, est l’une des plus rentables sinon la plus rentable parmi les plantes oléagineuses. C’est aussi la culture dont l’expansion s’avère la plus rentable, y compris parmi celles qui sont dans la mire de l’industrie des agrocarburants.

3 - Les impacts de cet essor dans la région

22Les conséquences du boom quasi ininterrompu de l’industrie du palmier à huile dans la région sont considérables, au plan tant économique et commercial, que social et environnemental.

Au plan macroéconomique et commercial

  • 33 De Koninck et Rousseau, 2012, Gambling…, op. cit., p. 107 et 127.

23La croissance soutenue de la production d’huile de palme, dont la Malaisie et l’Indonésie sont vite devenues les leaders mondiaux, assurant plus de 85 % tant de la production que des exportations, est devenue cruciale à l’économie des deux pays. Dans le cas de la Malaisie, où le poids relatif de l’agriculture a beaucoup reculé au sein d’une économie en voie rapide d’industrialisation, le palmier à huile à lui seul occupe près des deux tiers de la surface agricole utile, toutes cultures confondues, vivrières comme commerciales (Tableaux 1 et 2). Au plan des exportations, le pays talonne l’Indonésie, avec, en 2012, 15,7 versus 16,3 millions de tonnes d’huile de palme exportées (Tableau 5), même si les superficies cultivées y sont sensiblement inférieures, atteignant, en 2012 toujours, 4,4 millions versus 6,6 millions d’hectares (Tableau 2). C’est que les rendements à l’hectare y sont sensiblement plus élevés et que la part de la production destinée au marché domestique y demeure marginale, alors qu’en Indonésie elle est en croissance rapide, la consommation d’huile de palme supplantant progressivement celle de l’huile de coco33.

Tableau 5 - Culture du palmier à huile. Évolution de la répartition mondiale (1961-2012)

Tableau 5 - Culture du palmier à huile. Évolution de la répartition mondiale (1961-2012)

Source : FAOSTAT 2014.

  • 34 The Oil Palm. Economic Contribution, (http://theoilpalm.org/economic-contribution/); Indonesia-Inv (...)

24Dans chacun des deux pays, les produits du palmier à huile (huile de palme et huile de palmiste) occupent la première place parmi les exportations agricoles. En 2012, la valeur des exportations provenant de la culture du palmier à huile s’est élevée, pour la Malaisie, à plus de 20 milliards $ US, et pour l’Indonésie à près de 22 milliards34. Quant à la Thaïlande, même si les exportations d’huile de palme pèsent encore relativement peu dans les comptes de ce grand pays agro-exportateur, les économies de plusieurs provinces en dépendant de plus en plus, en particulier celles de Chumphon, Suratthani et Krabi, dans le centre-sud de la péninsule du Tenasserim (Figure 1). On peut en dire autant de la plupart des États de la péninsule malaise, en particulier ceux de Johore, Malacca et Negri Sembilan ainsi que celui du Sabah dans l’île de Bornéo et de la majeure partie de l’île de Sumatra, en particulier les provinces de Riau et de Sumatra nord.

25Enfin, le boom de l’huile de palme s’est accompagné d’un essor de l’entreprenariat dans l’industrie agroalimentaire, avec le développement de multinationales dont plusieurs, en particulier les malaisiennes, sont très actives tant dans le Sud-Est asiatique que dans la relance de la filière en dehors de la région, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Afrique et en Amérique latine.

Au plan social

  • 35 Jean-François Bissonnette, 2011, « Claiming Territories, Defending Livelihoods: The Struggle of Ib (...)

26La progression du front agricole ne s’est pas réalisée sans heurts ni sans bouleversements sociaux. Elle a en effet entraîné des déplacements de population, voire des expulsions souvent accompagnées d’accaparement de terres, au sujet desquelles, cependant, les données disponibles sont d’une grande confusion. Une chose est certaine, dans l’île de Bornéo, tant du côté malaisien que dans le Kalimantan indonésien, les populations autochtones ont souvent été bousculées voire déplacées35. Surtout, l’expansion de la culture du palmier à huile a eu et continue à avoir un impact profond sur l’emploi et sur les migrations de travailleurs agricoles. Sur ces questions, davantage de données sont disponibles, encore qu’elles soient partielles, éparses et confuses.

  • 36 The Oil Palm. Malaysia’s Story (http://theoilpalm.org/malaysias-story/)
  • 37 Kernial Singh Sandhu, 1969, Indians in Malaya. Immigration and Settlement 1786-1957, Cambridge Uni (...)
  • 38 Amarjit Kaur, 2014, op. cit.
  • 39 Ibid.; Anuradha Raghu, 2014, « Labour Crunch Hurts Malaysian Oil Palm Growers as Indonesians Stay (...)
  • 40 Niluksi Koswanage, 2011, « Q+A-Growing labour shortage to hit Malaysia's palm oil output », (http: (...)

27Ainsi, en Malaisie, l’ensemble de la filière emploierait près de 600 000 personnes36, dont au moins 90 % dans les plantations elles-mêmes. La majorité de ces travailleurs, qui sont employés à la cueillette des fruits et à l’entretien des plantations, sont des immigrants temporaires. À l’époque coloniale, le système de production des grandes plantations en Malaisie, en particulier lors de l’expansion de la culture de l’hévéa, avait largement reposé sur le recours à une main d’œuvre étrangère, surtout indienne, progressivement incitée à s’établir dans la colonie37. C’est un peu ce système qui est reproduit aujourd’hui, à ceci près que les travailleurs étrangers qui assurent désormais l’essentiel du travail dans les plantations malaisiennes de palmiers à huile, smallholdings compris, ne sont pas autorisés à s’établir dans le pays. Alors que les Malaisiens eux-mêmes répugnent à travailler dans l’agriculture – les opportunités d’emploi dans d’autres secteurs étant nombreuses et meilleures – le pays importe, en quelque sorte, la vaste majorité de ses travailleurs agricoles, mais sur une base temporaire. S’agissant de la culture du palmier à huile, il s’agirait de plus de 500 000 travailleurs migrants, provenant du Bangladesh et, surtout, d’Indonésie38. Cette dépendance à l’endroit de travailleurs étrangers, qui recevaient jusqu’à récemment des salaires nettement supérieurs à ceux qu’ils pouvaient toucher dans leurs pays d’origine, atteint désormais un seuil critique. L’essor de la culture du palmier à huile en Indonésie même, où les salaires offerts sont devenus équivalents sinon supérieurs à ceux offerts en Malaisie39, apparaît tel que le manque de travailleurs ralentirait la croissance de l’industrie malaisienne40.

  • 41 Krystof Obidzinski, 2013, « Indonesia world leader in oil palm production », Forest News, A Blog b (...)
  • 42 Schuster Institute For Investigative Journalism at Brandeis University, 2014, Indonesia’s Palm Oil (...)
  • 43 (http://blog.cifor.org/17798/fact-file-indonesia-world-leader-in-palm-oil-production#.VB8pVWBOWB8) (...)
  • 44 Laurence Feintrenie, 2010, Entre forêts, agroforêts et plantations : Analyse des dynamiques paysag (...)
  • 45 Hariati Sinaga, 2013, « Employment and Income of Workers on Indonesian Oil Palm Plantations. Food (...)

28Du côté indonésien, l’ensemble de la filière du palmier à huile employait déjà en 2011 plus de 3,2 millions de travailleurs41, ce chiffre ayant atteint 3,7 millions en 201242. Surtout, comme le font valoir pratiquement tous les promoteurs de l’expansion de sa culture, celle-ci aurait contribué de façon notoire à la réduction de la pauvreté dans les campagnes indonésiennes, tant parmi les smallholders que parmi les travailleurs dans les plantations privées ou gouvernementales43. Cela comprend des milliers de familles javanaises, qui continuent ou pas à résider à Java et dont des membres trouvent un emploi dans des plantations du Kalimantan. Cette thèse, selon laquelle l’expansion de la culture du palmier à huile contribuerait à la réduction de la pauvreté, pourtant bien défendue par certains44 est cependant de plus en plus remise en question notamment par Sinaga45.

Au plan environnemental

  • 46 Lian Pin Koh and David S. Wilcove, 2008, « Is oil palm agriculture really destroying tropical biod (...)
  • 47 Yves Laumonier et Christopher Legg, 1998, « Le suivi des feux de 1997 en Indonésie », Bois et forê (...)
  • 48 CIRAD, sans date, Research Project ANR 2012-2016. SPOP Sustainable Palm Oil Production, (http://sp (...)
  • 49 Emily B. Fitztherbert et al, 2008, « How will Oil Palm Affect Biodiversity? », Trends in Ecology a (...)

29Enfin, au-delà de la critique des dures conditions de travail qui souvent prévalent dans les palmeraies, il y a celle, mieux et plus abondamment documentée, de l’impact environnemental négatif de l’expansion de la culture du palmier à huile. Il est incontestable que sa progression, tant en Malaisie qu’en Indonésie, a en bonne partie été réalisée aux dépens du domaine forestier et que cela continue. Ainsi, selon Koh et Wilcove, ce sont environ 50 % des millions d’hectares défrichés en Malaisie et en Indonésie entre 1990 et 2005, aux seules fins de la culture du palmier à huile, qui l’auraient été aux dépens des forêts46. On sait aussi que cette expansion, parfois un peu sauvage et mal réglementée, a même entraîné de gigantesques feux de forêts dans le Kalimantan47. Pourtant, on peut lire de fréquentes dénégations en provenance de l’industrie, laquelle obtient l’appui de chercheurs pour défendre son point de vue48, selon lequel les plantations seraient presque aussi riches que les forêts naturelles au plan de la biodiversité et presque aussi aptes à retenir le dioxyde de carbone49.

  • 50 Par exemple: Yusof Basiron, 2007, « Palm oil production through sustainable plantations », Eur. J. (...)
  • 51 Kurt Kleiner, 2008, « The Backlash against Biofuels », Nature Reports Climate Change, vol. 2, p. 9 (...)
  • 52 Jakarta Globe, 2011, « World’s Largest Biodiesel Plant Opens in Singapore », ( http://thejakartagl (...)

30À vrai dire, on ne compte plus les publications consacrées aux débats entre ceux qui favorisent, souvent sans réserve l’expansion de la culture du palmier à huile dans la région50 et ceux qui en font la critique, ce qui comprend celle des pertes en tourbières, de l’accélération des émissions de gaz à effet de serre et, en particulier, du développement du marché des agrocarburants51, lequel ne peut que favoriser encore plus l’expansion de la culture du palmier à huile. La cité-État de Singapour, n’a d’ailleurs pas tardé à profiter de ce marché puisque, depuis 2011, on y trouve la plus grande usine de production de biogaz au monde52. Singapour reste ainsi fidèle au rôle qu’elle avait si bien joué à l’époque coloniale, celui de transformer les produits de son hinterland agricole tout en en tirant grand profit.

  • 53 Rodolphe De Koninck et Jean-François Rousseau, 2013, « Pourquoi et jusqu’où la fuite en avant des (...)

31Il y a encore une vingtaine d’années, l’expansion agricole dans le sud-est asiatique, notamment celle de la culture du palmier à huile, relevait encore prioritairement des politiques des États, y compris de leurs politiques sociales. Mais, depuis le début du XXIe siècle, ceux-ci se désengagent, la filière passant dans sa quasi-totalité entre les mains du secteur privé53, au sein duquel les très grandes entreprises dominent. Ce sont elles qui ont également pris en charge la relance de son expansion hors de la région.

4 - De l’Asie du Sud-Est à l’Afrique

32En 1961, en Asie du Sud-Est, ce n’était encore que quelque 115 000 hectares de terres qui étaient consacrés à la culture du palmier à huile, alors qu’on en cultivait plus de trois millions en Afrique, dont quelque 2,7 millions dans le seul Nigeria (Tableau 5). Depuis, la carte mondiale du palmier à huile a été complètement transformée, le Sud-Est asiatique y pesant plus lourd sur tous les plans : superficies cultivées, rendements obtenus, production et exportations. Pourtant, en Afrique, après un net recul, qui avait coïncidé avec le début du boom sud-est asiatique, on assiste depuis les années 1980, et malgré des rendements très faibles, à une réelle reprise. Celle-ci demeure soumise bien sûr aux soubresauts politiques qui continuent à affecter bien des pays, notamment le Nigeria, de loin le principal producteur africain, puisque comptant pour les deux tiers des superficies cultivées et de la production. Cette relance de la filière africaine du palmier à huile est en bonne partie attribuable aux initiatives de multinationales sud-est asiatiques, pour la plupart basées en Malaisie et à Singapour. Ainsi, la malaisienne Sime Darby est désormais présente au Cameroun et au Libéria, les singapouriennes Wilmar International et Olam International sont actives dans l’acquisition de terres au Nigeria et dans plusieurs autres pays d’Afrique occidentale, tels la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Gabon. Toujours bien ancrées en Asie du Sud-Est, ces multinationales sont ainsi en voie de diversifier leurs investissements dans des régions où la main-d’œuvre tout comme l’acquisition de terres apparaissent moins coûteuses. La Papouasie-Nouvelle-Guinée, tout comme plusieurs pays d’Amérique latine, dont la Colombie et l’Équateur, semblent être aussi dans leur mire. Leur conquête des terres et des marchés se déroule désormais à l’échelle mondiale, avec des incidences en bonne partie imprévisibles sur le contexte sud-est asiatique proprement dit.

Notes

1 M. C. Friedel, 1897, « Sur des matières grasses trouvées dans des tombes égyptiennes d’Abydos », Comptes Rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, janvier-juin 1897, no 24, p. 648-51. Voir aussi Kenneth F. Kipple et Kriemhild Coneè Ornelas (dir.), World Encyclopedia of Food, Cambridge University Press (http://www.cambridge.org/us/books/kiple/)

2 David Northrup, 1978, Trade without rulers: Pre-colonial economic development in south-eastern Nigeria. Oxford University Press, p. 178-186.

3 Nigel Nicolson, 1960, Lord of the Isles, London, Acair Ltd. C’est en 1929 que la multinationale Unilever fut formée, par la fusion de Lever Brothers avec l’entreprise néerlandaise Margarine Unie.

4 C. W. S. Hartley, 1988, The oil palm (Elaeis guineensis Jacq.), Londres, Longmans, 3e édition, p. 21.

5 Celui-ci est sans doute mieux connu comme auteur de Malaisie, gagnant du prix Goncourt en 1930 et traduit en anglais sous le titre plus accrocheur et meilleur vendeur de The Soul of Malaya.

6 Rappelons que, bien que le transfert de semis d’Hevea brasiliensis, vers le jardin botanique de Singapour en 1876, puis vers celui de Bogor en 1883, ait été un peu plus tardif, la culture commerciale de l’hévéa fut initiée plus rapidement que celle de l’éléis. En effet, les premières plantations furent établies dès 1898, dans le Johore, à quelques encablures du jardin botanique de Singapour.

7 Ces données ont été calculées à partir de Charles A. Fisher, 1966, South-east Asia. A Social, Political and Economic Geography, London, Methuen, 2e édition, p. 323, 508 et 606; et de Ooi Jin Bee, 1963, Land, People and Economy in Malaya, London, Longmans, p. 199 sq.

8 Charles A. Fischer, 1966, ibid.

9 Cristobal Kay, 2002, « Why East Asia overtook Latin America: Agrarian reform, Industrialisation and Development », Third World Quarterly, vol. 23, no 6, p. 1073-1102.

10 Randolph Barker, Robert W. Herdt et Beth Rose, 1985, The Rice Economy of Asia. Washington, Resources for the Future; Rodolphe De Koninck, 1992, Malay Peasants Coping with the World, Singapore, ISEAS.

11 Rodolphe De Koninck, 1979, « The Integration of the Peasantry. Examples form Malaysia and Indonesia », Pacific Affairs, vol. 52, no 2, p. 265-293.

12 Rodolphe de Koninck, 2003, « Southeast Asian Agriculture since the Sixties: Economic and Territorial Expansion », in Chia Lin Sien (dir.), Southeast Asia Transformed: A Geography of Change, Singapore, ISEAS, p. 191-230.

13 Même au Timor oriental, le café représente de loin la principale exportation.

14 On peut aussi mentionner la canne à sucre, troisième culture commerciale en étendue, derrière le palmier à huile et l’hévéa. Le sucre produit est cependant surtout destiné au marché domestique des principaux producteurs de la région, soit la Thaïlande, l’Indonésie les Philippines, le Vietnam et la Birmanie, moins de 3 % de la production régionale faisant l’objet d’exportations. Cela dit, une portion non négligeable des productions nationales, tout particulièrement en Thaïlande, est utilisée dans l’industrie agroalimentaire locale, elle-même en bonne partie tournée vers les exportations.

15 Rodolphe De Koninck, 2006, « On the Geopolitics of Land Colonization: Order and Disorder on the Frontiers of Vietnam and Indonesia », Moussons, no 9-10, p. 33-59.

16 Rodolphe De Koninck et Jean-François Rousseau, 2012, Gambling with the Land. The Contemporary Evolution of Southeast Asian Agriculture, Singapore, NUS Press.

17 Rodolphe De Koninck, 1981, « Enjeux et stratégies spatiales de l'État en Malaysia », Hérodote, no 22, p. 84-115.

18 Han Suyin, 1956, And the Rain my Drink, London, Jonathan Cape, paru en français en 1966 sous le titre de: Et la pluie pour ma soif, Paris, Stock; Noel Barker, 1971, The War of the Running Dogs: How Malaya Defeated the Communist Guerillas, 1948-60, London, Cassell; Anthony Short, 1977, The Communist Insurrection in Malaya. 1948-1960, London, Frederick Muller.

19 Rodolphe De Koninck, 1986, « La paysannerie comme fer de lance territorial de l'État : le cas de la Malaysia », Cahiers des Sciences Humaines (ORSTOM), vol. 22, no 3-4, p. 355-370.

20 Federal Land Development Authority, 1983, Annual Report 1981, Kuala Lumpur, p. 6-7.

21 IFC-World Bank, 2014, Improving the Livelihoods of Palm Oil Smallholders: The Role of the Private Sector, Washington DC, p. 7; IFC-World Bank, 2013, Diagnostic Study on Indonesian Oil Palm Smallholders, Washington DC, p. 8; Laurence Feintrenie, 2010, Entre forêts, agroforêts et plantations: Analyse des dynamiques paysagères à Bungo, province de Jambi, Indonésie, thèse de doctorat, Université Paul Valéry, Montpellier III.

22 La littérature consacrée à la transmigration indonésienne est considérable. Parmi les sources importantes, on peut évoquer : D. Benoit, P. Levang, M. Pain et O. Sevin, 1989, Transmigration et migrations spontanées en Indonésie, province de Lampung, Sumatra, Jakarta, Orstom ; World Bank, 1990, Indonesia. Transmigration Sector Review, Washington DC ; Patrice Levang, 1997, La terre d’en face. La Transmigration en Indonésie, Paris, Orstom.

23 Harald Uhlig, 1988, « Spontaneous and Planned Settlement in South-East Asia », in Walther Manshard and William B. Morgan (dir.), Agricultural Expansion and Pionneer Settlement in the Humid Tropics, Tokyo : The United Nations University, p. 7-43 ; Rodolphe De Koninck, 1993, « La paysannerie et l'État en Asie du Sud-Est : une affaire de compromis... à suivre », Espaces Temps, no 53-54, p. 130-144.

24 IFC World Bank Group, 2013, Diagnostic Study on Indonesian Oil Palm Smallholders, Washington DC.

25 Le pressage de ces durs noyaux, dont on tire l’huile de palmiste (kernel oil) n’est pas réalisé dans toutes les huileries, seules quelques-unes d’entre elles disposant des installations nécessaires.

26 Ann Stoler, 1995, Capitalism and Confrontation in Sumatra’s Plantation Belt. 1870-1879, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2e édition.

27 Roland Poupon, 2010, De la riziculture à la globalisation, Bangkok et Paris, Irasec-Éditions Kailash.

28 Rappelons que la culture du palmier à huile permet de produire deux types d’huiles : d’une part l’huile de palme proprement dite, extraite du mésocarpe du fruit du palmier et de loin la plus importante sur le marché, d’autre part, l’huile de palmiste extraite plus difficilement du noyau très dur des fruits. Celle-ci est surtout utilisée pour la cuisson mais aussi dans l’industrie du savon et des cosmétiques. En volume, sa production n’est équivalente qu’à moins de 10 % de celle de l’huile de palme. Les données de production, rendement et exportation présentées ici ne concernent que l’huile de palme.

29 FAOSTAT

30 USDA Foreign Agricultural Service, cité par Schuster Institute for Investigative Journalism at Brandeis University, (http://www.schusterinstituteinvestigations.org/#!indonesias-palm-oil-industry/c1lfi)

31 (http://spop.cirad.fr/project/context/general-context)

32 Oil World 2007, cité par Schuster Institute for Investigative Journalism at Brandeis University, (http://www.schusterinstituteinvestigations.org/#!indonesias-palm-oil-industry/c1lfi)

33 De Koninck et Rousseau, 2012, Gambling…, op. cit., p. 107 et 127.

34 The Oil Palm. Economic Contribution, (http://theoilpalm.org/economic-contribution/); Indonesia-Investments, (www.indonesia-investments.com/doing-business/commodities/palm-oil/item166)

35 Jean-François Bissonnette, 2011, « Claiming Territories, Defending Livelihoods: The Struggle of Iban communities in Sarawak », in Rodolphe De Koninck, Stéphane Bernard et Jean-François Bissonnette (dir.), Borneo Transformed. Agricultural Expansion on the Southeast Asian Frontier, Singapore, NUS Press, p. 94-119; Stéphane Bernard et Jean-François Bissonnette, 2011, « Oil Palm Expansion in Sabah: Agricultural Expansion for Whom? », in ibid., p. 120-154.

36 The Oil Palm. Malaysia’s Story (http://theoilpalm.org/malaysias-story/)

37 Kernial Singh Sandhu, 1969, Indians in Malaya. Immigration and Settlement 1786-1957, Cambridge University Press; Amarjit Kaur, 2014, « Plantation Systems, Labour Regimes and the State in Malaysia, 1900– 2012 », Journal of Agrarian Change, vol. 14, no 2, p. 190-213.

38 Amarjit Kaur, 2014, op. cit.

39 Ibid.; Anuradha Raghu, 2014, « Labour Crunch Hurts Malaysian Oil Palm Growers as Indonesians Stay Home », (http://www.reuters.com/article/2014/04/27/us-palmoil-labour-idUSBREA3Q0P320140427)

40 Niluksi Koswanage, 2011, « Q+A-Growing labour shortage to hit Malaysia's palm oil output », (http://www.reuters.com/article/2011/06/22/malaysia-palmoil-labour-idUSL3E7HH0W820110622)

41 Krystof Obidzinski, 2013, « Indonesia world leader in oil palm production », Forest News, A Blog by the Center for International Forestry Research, (http://blog.cifor.org/17798/fact-file-indonesia-world-leaderin-palm-oil-production #.VB8pVWBOWB8)

42 Schuster Institute For Investigative Journalism at Brandeis University, 2014, Indonesia’s Palm Oil Industry, (http://www.schusterinstituteinvestigations.org/#!indonesias-palm-oil-industry/c1lfi). Ces chiffres de 3,2 et 3,7 millions de « travailleurs » comprennent vraisemblablement les petits planteurs paysans et pas seulement les ouvriers agricoles employés sur les grandes plantations.

43 (http://blog.cifor.org/17798/fact-file-indonesia-world-leader-in-palm-oil-production#.VB8pVWBOWB8) ; (http://www.schusterinstituteinvestigations.org/#!indonesias-palm-oil-industry/c1lfi)

44 Laurence Feintrenie, 2010, Entre forêts, agroforêts et plantations : Analyse des dynamiques paysagères à Bungo, province de Jambi, Indonésie, thèse de doctorat, Université Paul Valéry, Montpellier III.

45 Hariati Sinaga, 2013, « Employment and Income of Workers on Indonesian Oil Palm Plantations. Food Crisis at the Local Level », Future of Food: Journal on Food, Agriculture and Society, vol. 1, no 2, p. 64-78

46 Lian Pin Koh and David S. Wilcove, 2008, « Is oil palm agriculture really destroying tropical biodiversity? », Conservation Letters, vol. XX, p. 1-5.

47 Yves Laumonier et Christopher Legg, 1998, « Le suivi des feux de 1997 en Indonésie », Bois et forêts des tropiques, no 258, p. 5-15 ; A. Langner, J. Miettinen, F. Siegert, 2007, « Land Cover Change 2000-2005 in Borneo and the Role of fire Derived from Modis Imagery », Global Change Biology, vol. 11, p. 2329-2340.

48 CIRAD, sans date, Research Project ANR 2012-2016. SPOP Sustainable Palm Oil Production, (http://spop.cirad.fr/project/context/general-context)

49 Emily B. Fitztherbert et al, 2008, « How will Oil Palm Affect Biodiversity? », Trends in Ecology and Evolution, vol. 23, no 10, p. 538-545; Lian Pin Koh et David S. Wilcove, 2008, « Oil Palm: Disinformation Enables Deforestation », Trends in Ecology and Evolution, vol. 24, no 2, p. 68.

50 Par exemple: Yusof Basiron, 2007, « Palm oil production through sustainable plantations », Eur. J. Lipid Sci. Technol., no 109, p. 289–295; ou, du même auteur, 2014, « No deforestation campaign is a slogan with no evidence », (http://www.ceopalmoil.com/2014/07/ceo-blogpost-on-no-deforestation-campaign/)

51 Kurt Kleiner, 2008, « The Backlash against Biofuels », Nature Reports Climate Change, vol. 2, p. 9-11.

52 Jakarta Globe, 2011, « World’s Largest Biodiesel Plant Opens in Singapore », ( http://thejakartaglobe.beritasatu.com/archive/worlds-largest-biodiesel-plant-opens-in-singapore/)

53 Rodolphe De Koninck et Jean-François Rousseau, 2013, « Pourquoi et jusqu’où la fuite en avant des agricultures sud-est asiatiques ? », L’Espace géographique, vol. 43, no 2, p. 143-164 (158).

Notes de fin

Notre étude ne concerne que les huit grands pays agricoles de la région. Nous laissons de côté la cité-État de Singapour, le sultanat de Brunei où l’agriculture est relativement marginale, et enfin le Timor oriental où, bien qu’elle ne le soit pas, peu de données longitudinales et diachroniques fiables sont disponibles, en particulier pour la période étudiée.

2 Notre étude ne concerne que les huit grands pays agricoles de la région. Nous laissons de côté la cité-État de Singapour, le sultanat de Brunei où l’agriculture est relativement marginale, et enfin le Timor oriental où, bien qu’elle ne le soit pas, peu de données longitudinales et diachroniques fiables sont disponibles, en particulier pour la période étudiée.

Estimation des auteurs.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La répartition de la culture du palmier à huile en Asie du Sud-Est (2008)
Légende Source: E. B. Fitzherbert et al., 2008, « How will oil palm expansion affect biodiversity? » Trends in Ecology and Evolution, vol. 23, no 10, p. 538-545 (540).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 1 - Évolution des superficies consacrées à l’agriculture en Asie du Sud-Est (1961-2012)
Légende Source : FAOSTAT 2014.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 2 - Évolution des superficies consacrées aux principales cultures commerciales en Asie du Sud-Est2 (1961-2012, milliers d’hectares)
Légende Source : FAOSTAT 2014.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Tableau 3 - Palmier à huile. Rendements, productions, exportations en Indonésie, Malaisie et Thaïlande (1961-2012)
Légende * Chiffres en 2011.Source : FAOSTAT 2014.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5 - Culture du palmier à huile. Évolution de la répartition mondiale (1961-2012)
Légende Source : FAOSTAT 2014.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteurs

Professeur au département de géographie de l’université de Montréal où il est également titulaire de la Chaire de recherches du Canada en études asiatiques. Parmi ses publications, on compte plus de 200 articles et une quarantaine de livres, dont 21 signés à titre d’auteur ou de co-auteur. Ceux-ci comprennent (avec J.-F. Rousseau) Gambling with the land. The Contemporary Evolution of Southeast Asian agriculture (Singapour, NUS Press, 2012).

Professeur au département de géographie de l’université du Québec à Montréal (UQAM). Ses recherches sur l’Asie du Sud-Est portent notamment sur le recul forestier et l’expansion agricole, tout particulièrement celle du palmier à huile. Parmi ses publications figure La Malaysia en Question. Développement économique et transformation territoriale vers vision 2020, (Sarrebruck, Presses académiques francophones, 2012).

Chercheur rattaché à la Chaire de recherche du Canada en études asiatiques à l’université de Montréal. Parmi ses publications, figure (avec J.-Ph. Leblond) « Recent forest expansion in Thailand : a methodological artefact ? » (Journal of Land Use Science, vol. 9, no 2, 2014).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site