Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Première partie. Les dossiers de l’année

Ma Ba Tha, Les trois syllabes du nationalisme religieux birman1

Bénédicte Brac de la Perrière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ma Ba Tha est un acronyme qui s’est récemment répandu en Birmanie pour désigner de manière commode une nouvelle association fondée par des moines. Son intitulé complet2 additionne de manière inédite les trois composantes du nationalisme religieux birman/myanmar : amyo, la nation3 ; batha, la religion qui, ainsi associée à la nation, désigne celle de la majorité, c’est-à-dire, le bouddhisme ; et thathana, l’enseignement qui en est au fondement, tel que dispensé par Bouddha4. Les trois syllabes renvoient à ces trois notions qui, ainsi amalgamées, constituent un concentré de l’identité nationale telle que l’apréhendent nombre de bouddhistes birmans. Cette conception de l’identité « Myanmar » est fondamentalement exclusive, faisant peu de cas de la nature composite de la population de la Birmanie, bien que la Constitution de 2008, tout comme les précédentes, reconnaisse la liberté de conscience.

Nationalisme et religion identifient et distinguent des domaines séparés de la vie sociale. E...

Auteur

Anthropologue, spécialiste de la Birmanie où elle a fait son premier terrain en 1981, de nouveau en poste à Rangoun, pour l’Irasec (CNRS, ministère des Affaires étrangères) depuis septembre 2014. Elle a étudié les rituels et les pratiques religieuses, tout particulièrement le culte des Trente-Sept Seigneurs, mais aussi les cultes aux weikza et la manière dont le champ religieux s’articule en différents domaines de pratiques qui évoluent dans le temps.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540