Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2015 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
François Robinne

Première partie. Les dossiers de l’année

Crises et transitions politiques en Asie du Sud-Est

Sophie Boisseau du Rocher

Texte intégral

1L’Asie du Sud-Est n’est pas seulement l’espace du « miracle économique » et un des moteurs de l’économie mondiale. Elle constitue aussi, dans une géographie limitée, un remarquable observatoire politique, l’une des régions au monde parmi les plus intéressantes pour l’analyse des transitions politiques : l’Asie du Sud-Est intrigue en effet par la diversité du politique et des trajectoires qu’on y observe. Les dynamiques habituelles derrière les transformations politiques - société civile, croissance économique, réformes et compromis politiques et autres - s’expriment dans des contextes, des histoires et des cultures politiques spécifiques qui contribuent à ce large éventail et à des détours auxquels les vieilles démocraties occidentales ne sont pas habituées. Dès lors, les pays d’Asie du Sud-Est démentent le postulat d’un modèle démocratique universel tel qu’il avait été annoncé au début des années 1990.

  • 1 Amitav Acharya, 1999, « Southeast Asia’s democratic moment », Asian Survey, vol. 39, no 3, mai-juin (...)
  • 2 Sophie Boisseau du Rocher, 2009, « Une démocratisation en marche ? », in L’Asie du Sud-Est prise au (...)
  • 3 Aurel Croissant et Marco Bünte (dir.), 2011, The Crisis of democratic governance in Southeast Asia,(...)

2Après la crise économique systémique de 1997, et la remise en cause violente des régimes autoritaires (Indonésie, Thaïlande) et systèmes politiques (Malaisie), l’Asie du Sud-Est est entrée dans une période de mutations profondes. Les observateurs ont cru au « moment démocratique » des grands pays de la région1 et à la mise en place « d’enchaînements positifs et vertueux » après le traumatisme qui remettait à plat les systèmes d’organisation politique qui avaient assuré le cycle du décollage économique2. Mais l’effet d’aubaine de la lutte antiterroriste après les événements de septembre 2001 a été mis à profit par les conservateurs pour figer quelques-uns des progrès concédés3 : la réhabilitation du politique n’est pas un processus linéaire et la région n’est pas exempte de contradictions surprenantes.

  • 4 Joshua Kurlantzick, 2014, Southeast Asia’s regression from democracy and its implications, CFR, mai

3Pour autant, certaines avancées n’ont pas été perdues : elles tireront la dynamique vers le haut et constitueront le substrat dans lequel vont s’ancrer les progrès comme l’illustre l’exemple indonésien. Dans d’autres cas, les évolutions semblent suspendues et le retour des pratiques arbitraires inquiète comme en Thaïlande. S’agit-il d’un détour temporaire ou cette « régression politique » constitue-t-elle une tendance de fond susceptible d’être reproduite ailleurs en Asie du Sud-Est4 ?

  • 5 La taille de l’article étant ramassée, il n’est évidemment pas possible de revenir aux racines plus (...)
  • 6 Larry Diamond, 1994, « Toward democratic consolidation », Journal of Democracy, vol. 5, no 3, juill (...)

4En établissant une sorte d’état des lieux des transitions politiques récentes en Asie du Sud-Est5, le propos de cette réflexion consiste à comprendre, dans un premier temps, les facteurs qui ont encouragé et porté « la consolidation démocratique »6 et dans un second temps d’expliquer les freins et pesanteurs pour évaluer des scénarios prospectifs.

5Dans ce contexte d’effervescence politique, le facteur extérieur ne doit pas être négligé. Dans une certaine mesure, sollicitée à la fois par la Chine et les États-Unis, l’Asie du Sud-Est constitue également un terrain de rivalité normative, voire, de concurrence des modèles.

1 - Les paramètres des transitions

  • 7 Muthiah Alagappa, 1995, Political legitimacy in Southeast Asia: the quest for moral authority, Stan (...)
  • 8 Lucian Pye, 1988, Asian power and politics: the cultural dimensions of authority, Belknap Press.

6Après avoir connu les dérives autoritaires rendues possibles, voire, cautionnées, par la guerre froide7, l’Asie du Sud-Est présente la particularité d’évoluer vers la démocratisation sans tradition politique libérale8. L’évolution a été notable à partir du milieu des années 1980 avec l’ouverture aux flux de la mondialisation, puis la chute du mur de Berlin qui ont accru la légitimité de la démocratie et, à l’inverse, dévalorisé l’autoritarisme. Pour autant, il faut garder à l’esprit que l’ensemble des règles politiques et leur respect procédurier n’engendrent pas automatiquement l’appropriation et l’enracinement d’une culture politique.

  • 9 Dans son carnet Irasec consacré à l’émergence des revendications libertariennes en Asie du Sud-Est, (...)

7La transition politique est clairement engagée en Asie du Sud-Est : le rapport entre les citoyens et l’État, voire, plus largement la sphère publique, la nature des débats, l’éclosion des partis politiques ou l’engagement associatif traduisent une volonté de changement9. Cette volonté suscite à son tour des résistances, des compromis, des crises mais elle témoigne d’abord d’une vitalité qu’on ne peut réduire à de la contestation.

Les sociétés civiles

  • 10 Bob Hadiwinata, 2009, Civil societies networks and the promotion of democracy in Southeast Asia, Be (...)
  • 11 Muthiah Alagappa, 2004, Civil society in Southeast Asia: expanding or contracting democratic space,(...)
  • 12 Michele Ford, 2013, Social activism in Southeast Asia, Oxon-New York, Routledge et Michele Ford, 20 (...)

8La crise de 1997 a été considérée comme une rupture symbolique, salutaire et durable qui a laissé apparaître une remise en cause profonde du rapport à l’autorité par l’engagement des sociétés civiles10 ; les modalités de l’action politique, comme les attentes à son égard, ont été redéfinies. Aujourd’hui, de Naypyidaw à Kuala Lumpur, les gouvernements en place sont obligés de tenir compte de sociétés civiles plus actives et mieux organisées (ce qui ne signifie pas qu’elles soutiennent idéologiquement le développement démocratique11 mais qu’elles réclament de participer à la vie de la cité). Celles-ci ont gagné un ancrage avec une capacité d’influence et de contestation variable selon les pays, les institutions et les règles du jeu local, selon également les réactions des pouvoirs en place qui utilisent ou pas des leviers institutionnels, financiers et légaux pour condamner et poursuivre en justice, marginaliser, accepter, voire, coopter ces mouvements12.

  • 13 Réflexions partagées sur la base d’un texte de Bernard Formoso, associant Romain Bertrand, Jérémy J (...)
  • 14 Reporters sans frontières a classé Singapour à la 149e place sur 179 dans son classement mondial de (...)
  • 15 Cherian George, 2013, « The Internet as a platform for civil disobedience », in J. Hartley, J. Burg (...)

9Les progrès des télécoms, notamment les téléphones mobiles ou internet, constituent de puissants agents de mobilisation populaire en permettant de s’informer, d’échanger et de s’organiser au niveau local : des manifestations sont décidées sur les réseaux sociaux, des journaux en ligne (comme Malaysiakini en Malaisie, ou l’Irrawady en Birmanie) ou des blogs (DanLamBao par exemple au Vietnam) offrent une lecture alternative aux médias officiels et permettent éventuellement de poursuivre le débat sur un mode clandestin13. À Singapour où la censure reste une réalité quotidienne14, c’est via les blogs et les sites internet que les citoyens réclament un allégement du « paternalisme autoritaire du PAP » (le People’s Action Party, le parti au pouvoir depuis l’indépendance)15.

  • 16 L. MacLaren, Alam Surya Putra et Erman Rahman, 2011, How civil society organizations work political (...)
  • 17 Pavin Chachavalpongpun, 2013, Thailand’s Red networks: from street forces to eminent civil society (...)

10Avec le recul des quinze dernières années, ce qui apparaît clairement est le remarquable travail associatif mené par les acteurs locaux qui, sur des terrains précis, agissent avec efficacité. On a vu comment en Indonésie, la société civile a maintenu la pression pour la poursuite des réformes bureaucratiques et les programmes de lutte contre la pauvreté16, s’émancipant de la sorte d’une centralisation politique pesante. En Malaisie, le mouvement Bersih (« propre » en malais) qui regroupe différentes ONG sans distinction religieuse ou communautaire, est parvenu à obtenir la présence d’observateurs (aux affiliations politiques variées) lors des réunions de campagne et a servi d’écho à l’ensemble des incidents répertoriés pendant les élections législatives de mai 2013. Cela n’a pas empêché les dérives mais a libéré la parole et contraint le gouvernement, à l’approche des élections, à concéder des réformes. Aujourd’hui, c’est à l’ISA (Internal Security Act) que s’attaquent près de 130 associations pour en demander l’abolition après une série d’arrestations jugées abusives (août-septembre 2014). Et quel que soit le jugement politique que l’on porte sur les Chemises rouges en Thaïlande, on peut considérer leur action comme l’expression organisée (même si certains experts estiment qu’elle est manipulée) d’une société civile qui rejette les jeux et alliances politiques traditionnels17.

  • 18 Jörg Wischermann, 2011, « Governance and civil society action in Vietnam: changing the rules from w (...)
  • 19 Carlyle Thayer, 2009, « Vietnam and the challenge of political civil society », Contemporary Southe (...)

11Dans les pays encore très surveillés et contrôlés, la société civile, empêchée de s’exprimer dans le champ politique, s’engage dans des domaines fonctionnels (écologie, lutte contre la pauvreté, droit à la santé, etc.) et fournit une base sociale qui incite les acteurs individuels locaux à s’émanciper de la sphère publique. Si le scandale de la confiscation des terres est sorti au Cambodge, c’est grâce au travail de différentes ONG et associations qui ont organisé les réclamations et surtout incité les paysans spoliés à sortir de la peur suscitée par des actions d’intimidation ; en ce sens, la plainte portée devant la Cour pénale internationale, le 7 octobre 2014, au nom des victimes devrait empêcher à terme certaines pratiques abusives. Autre méthode, celle du Vietnam, où du fait du contrôle du ministère de l’Information et des Communications, différents mouvements de la société civile ont décidé de coopérer avec l’appareil d’État (fonctionnaires, membres du PCV) pour contribuer à la définition de nouvelles normes de gouvernance18. Évidemment, en tenant compte de ces demandes, voire, en les relayant dans les discours officiels, l’État communiste contribue à sa pérennité : la question de savoir si cette action de la société civile conduit à une transformation politique fondamentale reste donc ouverte19. La même question se pose à propos des Philippines où l’on s’interroge pour savoir si l’activisme de la société civile (entre 60 000 et 70 000 organisations répertoriées) est une réponse fonctionnelle à l’impotence de l’État ou un vecteur pour transformer les règles du jeu ?

Croissance et développement de l’économie

  • 20 L’hypothèse de Seymour Lipset (des accroissements du niveau de vie tendent à engendrer un accroisse (...)

12Le développement économique est-il facteur de démocratie et/ou promoteur de désir démocratique ? La question, largement débattue par les experts, est encore sur la table20 et, à l’évidence, l’Asie du Sud-Est invalide certains postulats : Singapour, la Malaisie et Brunei, les économies les plus riches (par habitant) d’Asie du Sud-Est ne peuvent pas être qualifiées de démocraties.

  • 21 Chris Chaplin « Defending the Faith », New Mandala, 12 juin 2014.

13Si, aujourd’hui, aucune réponse définitive n’est apportée sur ces liens de causalité, on constate qu’en Asie du Sud-Est, la transition s’est accompagnée, et a été soutenue, par un taux de croissance qui ne s’est pas démenti : sur l’ensemble de la région, la croissance a atteint 5,3 % entre 2003 et 2013. En règle générale, ces performances ont permis une consolidation des classes moyennes qui rejettent l’extrémisme (aux dernières élections en Indonésie, les alliances passées par le candidat Prabowo Subianto avec les partis islamiques et des groupes musulmans - comme le Front des défenseurs de l’Islam (FPI) - ont suffisamment inquiété les électeurs21 pour qu’ils donnent leurs voix à Joko Widodo) et appellent au multipartisme (après plus de 40 ans, la domination de la coalition Barisan Nasional a été critiquée par la classe moyenne urbaine malaisienne).

  • 22 A. Przeworski, M. Alvarez, J. A. Cheibub, F. Limongi, 1996, « What makes democracies endure? », Jou (...)
  • 23 Erick Kuhonta, 2014, « Democracy and inequality in Thailand: the rise of the Red shirts », in Kate (...)

14Certains experts estiment que si une démocratie peut s’installer dans un pays pauvre, l’observation montre que la croissance et la réduction des inégalités sont essentielles à sa pérennisation22. « S’assurer que la croissance est inclusive » constitue, selon Sri Mulyani Indrawati (ancienne ministre des Finances d’Indonésie et directrice générale de la Banque mondiale) une condition nécessaire pour consolider le processus démocratique. Les faits lui donnent raison. La croissance permet une redistribution des ressources et la promesse d’une équité sociale susceptible de favoriser des programmes à long terme. Quand les déséquilibres sont trop marqués, la contestation met en péril l’ensemble et incite les plus exposés à une action politique polarisée23. Le calcul du coefficient Gini révèle que les inégalités se creusent dans la région, notamment en Thaïlande, où il est passé de 0,3 dans les années 1970 à 0,5 dans les années 2000 (selon la Banque asiatique de développement) ; ce qui pourrait en partie expliquer les crises à répétition de ces dix dernières années. De même aux Philippines où l’inégalité est la plus forte de la région et où 28 % de la population vit encore sous le seuil de pauvreté. Vidé de ses classes moyennes du fait d’une forte émigration professionnelle (un peu plus de 10 % de la population active), les Philippines rencontrent des difficultés à réduire ces écarts de revenus et à stabiliser l’espace politique. Enfin, ce n’est pas un hasard si les émeutes qui ont explosé en Birmanie, au Cambodge et à Singapour (décembre 2013-janvier 2014) sont parties des quartiers populaires où des travailleurs surexploités (et à Singapour émigrés) ont décidé de braver les pouvoirs en place pour défendre leurs intérêts.

Institutions et État de droit

  • 24 Notamment en termes de réponse aux demandes de la société civile, voir Alex Chang, Yun-han Chu et B (...)

15La demande pour des institutions stables et l’établissement d’un État de droit est souvent associée à une « exigence démocratique ». Si, à nouveau, certains discours d’Asie du Sud-Est démontent ce postulat en avançant les notions de performance et d’efficacité24, force est toutefois de constater que le résultat est le même et aboutit à l’amélioration institutionnelle. C’est précisément l’instabilité institutionnelle qui avait contribué à l’échec des tentatives démocratiques en Indonésie, aux Philippines ou à Singapour dans les années 1950. À l’inverse, ne dit-on pas souvent que si la Thaïlande résiste aux turbulences qu’elle traverse encore et encore, c’est d’abord grâce au travail de terrain des milliers de bureaucrates qui tiennent le pays ? Les institutions constituent des amortisseurs susceptibles d’absorber une partie des secousses politiques.

  • 25 Marcus Mietzner, 2011, « Indonesia and the pitfalls of low-quality democracy: a case study of the g (...)
  • 26 Matthew Carlson et Mark Turner, 2008, « Public support for democratic governance in Southeast Asia  (...)

16Le processus est certes lent (et la lutte contre la corruption illustre la difficulté du parcours et le mépris des lois), mais il agit. Certaines études réalisées au niveau local montrent que même s’ils les jugent imparfaites, voire, dysfonctionnelles, les citoyens tiennent aux institutions qui encadrent le processus de démocratisation25. Plus précisément, les électeurs perçoivent les enjeux de la démocratie à travers ces institutions26. En Birmanie, la première réunion du Parlement le 31 janvier 2011, a été perçue comme le véritable départ d’une ère nouvelle, confirmée par l’élection d’Aung San Suu Kyi un an plus tard. Au Vietnam, la révision (2013) de la Constitution de 1992 insiste sur les dispositions précises de « la nature démocratique de l’État vietnamien dans la transition vers le socialisme », sur les droits de l’Homme ainsi que les droits et devoirs fondamentaux du citoyen.

  • 27 Sarah Shair-Rosenfield, Gary Marks et Liesbet Hooghe, 2014, « A Comparative measure of decentraliza (...)
  • 28 C’est ce qui ressort nettement d’une étude menée à l’occasion des élections indonésiennes de 2010 ; (...)
  • 29 Aurel Croissant, Gabriele Bruns et Marei John, 2002, Electoral politics in Southeast and East Asia: (...)

17En insérant les citoyens dans l’espace politique, les élections donnent forme à la souveraineté populaire et confirment la légitimité des institutions en place. Elles sont essentielles à tous les niveaux, national mais aussi régional et local27. Depuis vingt ans, les élections sont devenues une procédure habituelle dans la région : même si cette procédure peut être distordue et si les résultats sont contestés par des groupes d’intérêts, même si les mécanismes paraissent compliqués et si les citoyens estiment être mal informés (notamment quand les règles électorales sont modifiées28), la procédure électorale ancre la légitimité des gouvernements29. D’ailleurs, même les militaires thaïlandais prétendent organiser des élections !

18Parce qu’elles représentent l’opportunité pour les citoyens d’influer sur les choix politiques, les élections sont considérées comme un acte politique de premier ordre. Et d’ailleurs, plus les possibilités de changer les règles du jeu paraissent nécessaires et possibles, plus le taux de participation électorale augmente : ce n’est donc pas un hasard si le pays qui a connu la participation électorale la plus élevée dans la région est l’Indonésie avec un taux de 81, 9 % !

  • 30 Wolfang Sachsenröder (dir.), 2014, Party Politics in Southeast Asia, Barnes & Noble.

19Corollaire de ce processus : le multipartisme est devenu une réalité dans la plupart des pays d’Asie du Sud-Est même si de toute évidence, il ne garantit pas l’alternance au pouvoir ; il constitue néanmoins l’attribut d’un débat ouvert. En Birmanie, on comptabilise 67 partis en octobre 2014 contre 37 en 2010. En Indonésie, la Commission électorale (KPU) a décidé en janvier 2013 de réduire le nombre des partis politiques désirant participer aux scrutins (24 partis pour les élections de 2004, 38 pour celles de 2009 et 46 postulants pour celles de 2014) : le fait d’avoir imposé une représentation de 1 000 membres dans chacun des 560 districts a freiné les ardeurs et probablement simplifié le processus : seuls 10 partis ont pu postuler aux élections d’avril 2014. Aux Philippines, les partis politiques ne comptent pas ; le vrai critère de choix, est la personnalité du candidat. Le sultanat de Brunei n’a qu’un seul parti politique légal, le Parti Pembangunan Bangsa (National Development Party ou NDP) qui n’a qu’une activité limitée dans un système constitutionnel de monarchie absolue30.

  • 31 Mark R. Thompson, 2012, « Class, charisma, and clientelism », in Dirk Tomsa et Andreas Ufen (dir.),(...)

20Ce renouvellement progressif des règles du jeu génère aussi le renouvellement des élites politiques. Certes, les figures traditionnelles ont du mal à laisser la place et les activistes politiques sont toujours sous la menace d’un emprisonnement. Toutefois, on peut souhaiter qu’à l’exemple de Joko Widodo une nouvelle génération arrive au pouvoir : à 53 ans, cet ancien vendeur de meubles issu d’un milieu modeste - et sans liens avec le système Suharto - a réussi à faire ses preuves à Solo dont il a été maire pendant 7 ans, puis à Jakarta dont il est gouverneur depuis 2012. Élu président de la République indonésienne en juillet 2014, il devrait apporter non seulement un style de gestion différent, mais surtout une équipe renouvelée. Au Cambodge, Sam Rainsy défie Hun Sen et même s’il s’agit d’un combat de personnalités plus que d’un combat d’idées31, il est souvent mené « au nom de la démocratie ».

Rôle de l’Asean

21Si on reconnaît d’emblée que les trajectoires de démocratisation sont variées en Asie du Sud-Est à la fois en termes de rythme, de modalités et d’expressions, on admet aussi que l’ouverture politique constitue dans la région une tendance lourde. L’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), n’est pas étrangère à cette évolution.

  • 32 David Martin Jones, 2008, « Security and Democracy: the ASEAN Charter and the dilemmas of regionali (...)
  • 33 Shau Narine, 2012, « Human rights norms and the evolution of ASEAN: moving without moving in a chan (...)

22Longtemps considérée comme un « club pour dirigeants autoritaires », l’Asean a pourtant accompagné la transition : très critiquée pour son impuissance lors de la crise économique de 1997, l’association régionale a dû modifier, même à la marge et de façon symbolique pour ne pas gêner les membres récemment intégrés (Vietnam, Laos, Birmanie et Cambodge), les paradigmes qui la constituaient. Thaïlande et Philippines, les deux pays à l’époque les plus avancés dans la transition, ont été les hérauts de ces changements en remettant en cause le principe fondateur de l’Asean, la non-ingérence, car « à ne rien faire au nom du fameux principe, l’Asean est complice des abus, voire, des dégradations politiques », et en soutenant le projet d’une Charte de l’Asean pour préciser les valeurs et principes de l’Association. Un rapport préliminaire à cette Charte proposait initialement d’inclure le « renforcement des valeurs démocratiques » dans ses dispositions, ainsi que le rejet des changements anticonstitutionnels et antidémocratiques, voire, de suspendre un État membre de l’organisation en cas de violation de l’une des normes y figurant. Au final, le texte sera moins contraignant32 : signé le 20 novembre 2007 et ratifié par les États membres à l’hiver 2008, le texte affirme dans son préambule que l’Association adhère au « renforcement de la démocratie, à la promotion et à la protection des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ». Cependant, même si cette Charte constitue indéniablement une avancée33 (et sa négociation incitera le régime birman à refuser d’assurer la présidence de l’Association en 2006 et à passer son tour), son caractère peu exigeant et légalement non contraignant indique clairement les limites. Pour l’instant, la démocratie est considérée comme une norme à atteindre plus qu’un système de gouvernance en place.

2 - Des crises et régressions inquiétantes

23Si la tendance lourde évolue donc vers un espace politique plus ouvert et des citoyens plus actifs, les résistances et les obstacles restent nombreux. La crise récurrente en Thaïlande a débouché sur un nouveau coup d’État (mai 2014) et les dérives observées depuis ; la Malaisie (2013) et Singapour (2012), révèlent une crispation des pouvoirs en place à la suite de mauvais résultats électoraux (2013) ; au Vietnam et au Laos, la prédominance du Parti communiste semble immuable ; en Indonésie, l’opposition regroupée autour de Prabowo Subianto, se démène pour casser la dynamique qui a amené Joko Widodo à la présidence (octobre 2014). Et les forces armées de Birmanie, qui craignent le résultat des élections de 2015, pourraient prendre exemple sur leurs voisins thaïs.

24Qu’est ce qui rend le changement politique sensible et lent alors que les conditions sont porteuses ? À nouveau, chaque État d’Asie du Sud-Est présente ses spécificités et une alchimie de la crise politique qui lui est propre. Cependant, certains facteurs sont communs.

Les intérêts partisans

  • 34 Simon Tay, président du Singapore Institute of International Affairs, cité par Joe Cochrane, 2014, (...)

25Qu’il s’agisse des intérêts de l’armée (Birmanie, Indonésie, Thaïlande), d’un parti dominant (Singapour, Malaisie, Laos, Cambodge, Vietnam), d’une élite (Philippines, Birmanie, Singapour, Brunei, Thaïlande, etc.), voire, d’une famille, les rouages politiques sont déviés par ceux qui veulent garder une position dominante dans le système au détriment de l’intérêt commun et sont donc prêts à contourner ou outrepasser les institutions et la loi souvent en toute impunité. « Après avoir occupé le pouvoir pendant si longtemps, ces groupes ne parviennent pas à considérer qu’ils peuvent le transmettre à leurs concurrents ; c’est même une notion étrangère dans la région34 ». En règle générale, et même en Indonésie où son implication (politique et économique) est en retrait depuis quinze ans, l’armée reste un des acteurs clés des recompositions

  • 35 Muthiah Alagappa, 2001, Coercion and Governance: the declining role of the military in Asia.
  • 36 Puangthong Pawakapan, 2014, « The Thai junta’s interim constitution: towards an anti-electoral demo (...)
  • 37 International Crisis Group, 2014, Myanmar’s military : back to the barracks ?, Yangoon-Brussels, As (...)
  • 38 Tan Tai Yong, 2011, « The armed forces and politics in Singapore: the persistence of civil-military (...)

26Après avoir été délibérément écartées des jeux politiques35 (cf. la Constitution thaïlandaise de 1997) partout dans la région, les forces armées prennent leur revanche à la faveur des désordres politiques ou des menaces sécuritaires ; la menace même d’une intervention des forces armées alimente l’instabilité d’un gouvernement civil et polarise les débats. Les appareils militaires ne remettent pas forcément en cause les processus de démocratisation mais tentent de les transformer dans une proportion plus ou moins importante. En Thaïlande, l’armée est revenue au cœur des jeux politiques et menace sérieusement les évolutions politiques en remettant en cause le principe d’une élection universelle36 ; l’incertitude de la succession royale lui promet un rôle déterminant dans les années à venir alors que certaines factions se rapprochent des mouvements royalistes conservateurs. Aux Philippines, les généraux à la retraite se sont vus à nouveau confier des postes importants dans les entreprises publiques sous le mandat de Gloria Macapagal Arroyo et le différend en mer de Chine du Sud ajouté à l’incertitude sécuritaire générée par la question musulmane aujourd’hui (et notamment l’adhésion des groupes rebelles au discours de l’État islamique - EI) leur confèrent une influence renouvelée. En Birmanie, les « militaires transformés en civils » gardent les manettes du pouvoir au sein de l’État « prétorien », si ce n’est qu’en se réservant une minorité de blocage au sein du Parlement ; la Birmanie se positionnerait plutôt aujourd’hui comme un État semi-civil où les militaires n’ont pas d’emblée accepté toutes les contraintes démocratiques37. Même à Singapour, les forces armées participent activement au maintien de « l’État-PAP » ; le fait que le Premier ministre Lee Hsien Loong soit un ancien brigadier général contribue à cette relation « fusionnelle »38. Et si à l’automne 2014, le risque d’une déstabilisation en Indonésie inquiète les chancelleries, c’est parce que les liens entre le candidat défait à la dernière élection présidentielle, Prabowo Subianto, et les forces armées (notamment l’armée de terre et les forces spéciales) sont connus.

La corruption

  • 39 Karen Rodrigo, 2014, The role of judicial review in the anti-corruption Agenda in the Philippines, (...)

27L’Asie du Sud-Est reste exposée à la corruption avec une échelle (sur 10) variant de 1,6 pour Singapour à 8,8 pour l’Indonésie (selon le cabinet Political and Economic Risk Consultancy basé à Hong Kong). Abus de pouvoir, la corruption politique est un frein puissant à la transition car elle est générée par les acteurs politiques eux-mêmes, le plus souvent à travers l’appareil des partis. Quelles que soient les origines de la corruption (baisse des ressources de l’État, culture du cadeau, appât du gain, etc.), elle continue à alimenter des circuits dont les citoyens ordinaires sont les derniers bénéficiaires. Le point positif, note toutefois le cabinet PERC, est que l’opinion publique est de plus en plus critique à l’égard de ces pratiques incitant de la sorte les autorités à traiter la question par une amélioration des salaires des fonctionnaires ainsi qu’une application plus efficace de l’arsenal juridique : dans cette perspective, les institutions, notamment judiciaires, sont considérées par les citoyens comme des vecteurs d’assainissement indispensables39.

28L’Asie du Sud-Est réserve quand même encore quelques (mauvaises) surprises : aux Philippines, la prédation des ressources publiques a été portée à son paroxysme par les deux prédécesseurs de l’actuel président, Joseph Estrada et Gloria Macapagal Arroyo, tous deux inculpés de corruption, comme l’ancien président de la Cour suprême, Renato Corona. En Thaïlande, l’ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra a dû rendre des comptes à la Commission anticorruption (et comme son frère avant elle, les charges de corruption ont pesé lourdement sur son bilan) et Najib Razak, actuel Premier ministre de Malaisie, a été soupçonné. En Indonésie, le gouvernement de Susilo Bambang Yudhoyono a été accusé de corruption, de népotisme et de favoritisme ; le scandale en 2011, d’un administrateur du contrôle fiscal, Gayus H. Tambunan, tombé pour avoir aidé plusieurs grandes entreprises indonésiennes à échapper à l’impôt révèle les insuffisances du système de surveillance comme l’absence de sens civique de ces entreprises (dont une était dirigée par une grande figure politique). Même la cité-État de Singapour n’est pas exempte de cas de corruption, en dépit d’un système bien encadré : en juin 2011, Peter Lim, chef de la Force de défense civile de Singapour, a dû précipitamment quitter ses fonctions.

  • 40 Kavi Jittikasorn et Sophie Boisseau du Rocher, 2005, « Thaïlande : domination d’un parti unique », (...)
  • 41 James Buchanan, « Translating Thailand’s Protests: An Analysis of Red Shirt Rhetoric », Austrian Jo (...)
  • 42 Nathan G. Quimpo, 2007, « The Philippines: political parties and corruption », Southeast Asian Affa (...)

29La corruption « politique » pose donc bien une sérieuse hypothèque en générant des répercussions sur plusieurs années qui contribuent à leur tour à la volatilité et l’insécurité politique. Parce qu’il avait manié avec habileté les instruments à sa disposition au-delà de « l’esprit de la loi »40, Thaksin Shinawatra a lui-même, selon certains, provoqué la création des Chemises jaunes : de ce fait, il est considéré comme responsable des éruptions de violences qui affaiblissent le royaume depuis près de dix ans41. Et peu d’experts contesteront que les « trapos » philippins (« traditional politicians ») enferment les jeux politiques42.

  • 43 Jamie Seth Davidson, 2014, Indonesia’s changing political Economy, Cambridge, Cambridge University (...)

30Il y a aussi la corruption d’affaires, parfois à la frontière avec la corruption politique quand il s’agit d’entreprises publiques. On se souvient de l’effet dévastateur sur l’économie nationale des abus du conglomérat d’État Vinashin au Vietnam, incapable de rembourser ses dettes estimées à 3,3 milliards d’euros (2010). Le Vietnam n’est pas le seul pays d’Asie du Sud-Est dans le collimateur des agences de notation. Une des raisons qui expliquent encore la faiblesse de l’investissement étranger en Indonésie, considérée pourtant comme l’une des économies les plus prometteuses d’Asie du Sud-Est, réside dans les liens de collusion entre la sphère politique et le secteur privé au niveau local, qui détournent les règles du jeu à leur profit43.

  • 44 Le rapport 2013 de Global Witness révèle précisément la vente des terres laotiennes aux grandes ent (...)

31Les exemples sont nombreux et les études abondent sur les pratiques abusives répertoriées dans la région à tous les niveaux de pouvoir. En juillet 2014, Bounthong Chitmany, membre du Bureau politique, président de la Commission de contrôle et chef du Service de prévention et de lutte contre la corruption du Comité central du Parti populaire révolutionnaire du Laos, a estimé devant les parlementaires laotiens que le trafic des terres et forêts avait coûté plus de 150 millions de dollars au pays en 201344, une « pratique de siphonage » inacceptable. Si l’appât du gain est vif, le gouvernement entend ne pas spolier les Laotiens et espère qu’il sera possible de replanter 70 % de la forêt ainsi détruite d’ici 2020. Même constat au Cambodge où près de 300 cas d’accaparement des terres ont été recensés entre 2007 et 2013 par le Centre cambodgien pour les droits de l’Homme.

Religion

32Parmi les facteurs qui impactent directement les transitions politiques, la religion n’est pas le moindre. Des Philippines à Brunei en passant par la Birmanie, il n’y a pas un État qui ne soit déstabilisé par des revendications religieuses mettant en danger les équilibres politiques, voire, la sécurité nationale. Même à Singapour, État laïc, le ministre de l’Intérieur Teo Chee Hean, a demandé à ce que la « séparation des affaires religieuses et de la politique » soit respectée pour ne pas engendrer d’instabilité (2012).

  • 45 Voir le rapport de l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW).
  • 46 « Calls for Jihad, purges emerge at hate-filled anti-shiite gathering in Indonesia », Jakarta Globe (...)
  • 47 Jason Ng, « Brunei Sultan issues warning to Shariah critics », The Wall Street Journal, 27 février (...)

33Il y a d’abord les persécutions religieuses, nombreuses dans la région, et qui rappellent combien le respect des droits de l’Homme reste aléatoire. On sait que les Rohingya de Birmanie sont l’une des minorités religieuses parmi les plus persécutées au monde selon les Nations unies et sont l’objet d’incessantes violences, attaques ou discours de haine que le gouvernement, voire, l’opposition, ne réprimandent pas. En Malaisie, un des débats forts depuis 2010 concerne la traduction du mot « Dieu », jusqu’ici traduit par « Allah » dans les médias et dans certaines Bibles détruites depuis lors. Plus généralement, les chrétiens dénoncent la tendance actuelle du gouvernement à défendre « la suprématie de la race malaise et de la religion musulmane plutôt que d’être fidèle à sa vocation de défendre la suprématie de la Constitution ». En Indonésie, l’intolérance religieuse pénalise les minorités par toutes sortes de discriminations et violences45 au point que le président Joko Widodo s’est engagé à défendre la Constitution qui protège la liberté religieuse ; en avril 2014, des organisations sunnites radicales ont appelé au jihad contre les chiites à Bandoung46. Même si de tels actes d’intimidation restent sans effet (c’est une figure intellectuelle chiite, Djalaludin Rahmat, qui a été élue au Parlement indonésien pour la circonscription de Bandoung), ils illustrent la (re) montée d’un islam radical. Au Brunei, la mise en place du nouveau Code pénal (qui intègre dorénavant les dispositions de la charia) au printemps 2014 a suscité de vives inquiétudes, immédiatement dénoncées par le sultan Hassanal Bolkiah lors du 30e anniversaire de l’indépendance : « Il ne leur est plus donné la liberté de poursuivre leurs moqueries et la première phase de la charia sera applicable s’il y a des éléments pour les amener devant un tribunal »47.

  • 48 En mai 2014, un jihadhiste malaisien, Ahmad Maliki, est « mort en martyr au combat » dans le Nord d (...)

34Cette montée d’intolérance doit être analysée dans un contexte sécuritaire tendu par les visées de l’État islamique en Asie du Sud-Est. Depuis plusieurs mois, les polices, services de renseignements et forces armées d’Asie du Sud-Est sont éprouvés par des indices qui tendraient à prouver que Daesh développe activement ses réseaux dans une région qui sert de zone de transit, d’espace d’entraînement et de vivier de recrutement. Selon des estimations officielles, 10 % des étrangers combattants dans les rangs de l’EI seraient originaires d’Asie du Sud-Est où les « réseaux de charité » ont été actionnés dès 2011 pour financer les départs vers la Syrie et le Proche-Orient. Plusieurs groupes armés musulmans – Abu Sayaf, les Combattants islamiques pour la liberté des Bangsa Moro – aux Philippines ou la Jemaah Islamiyah en Indonésie ont prêté allégeance à l’EI. En Malaisie, comme à Singapour ou en Indonésie, les autorités s’inquiètent des candidats au martyr48. Le ministère de l’Intérieur de Malaisie déplore le départ de plusieurs centaines de personnes, dont des jeunes femmes parties « réconforter » des combattants. Même processus au Sud de la Thaïlande et à Singapour où les militants, souvent recrutés par leurs frères malais, s’engagent vers la Syrie. Les groupuscules qui gravitent autour des mouvances radicales s’organisent pour « contribuer à l’effort de guerre ». Nul doute que comme en 2001, cette menace produise une réaction musclée des autorités susceptible de menacer les progrès politiques : la convergence, voire, le recouvrement, de revendications locales et d’un discours transnational violent, remettent en cause les attributs régaliens, notamment la justice et la sécurité. L’Asie du Sud-Est entre dans une période d’instabilité qui va ébranler jusqu’aux fondements des États multiconfessionnels. Si, à terme, le mouvement devrait être circonscrit en Asie du Sud-Est, son impact pourrait toutefois être mis à profit par certains gouvernements pour justifier d’un virage religieux (Malaisie), d’un virage sécuritaire (Indonésie et Philippines), voire, d’un virage autoritaire (Singapour).

Conclusion

35La transition vers une culture politique nouvelle, vers la construction d’espaces de débat et de liberté est une évolution longue et erratique. Le processus est en route mais il serait d’une naïveté simpliste de qualifier l’Indonésie de « troisième démocratie au monde » ou la Birmanie de « prochaine démocratie d’Asie du Sud-Est ». La trajectoire de la Thaïlande, modèle de réussite au tournant du siècle, nous incite à la prudence alors que la littérature vantait les progrès observés et estimait le retour des militaires dans leurs casernes comme définitif.

36Le vrai débat est celui de la modernité politique. Il se pose ailleurs en Asie et les manifestations à Hong Kong le démontrent ; là, comme en Asie du Sud-Est, le véritable enjeu est celui de l’engagement et de la responsabilité personnels dans un cadre juridique et politique négocié.

Notes

1 Amitav Acharya, 1999, « Southeast Asia’s democratic moment », Asian Survey, vol. 39, no 3, mai-juin, p. 418-432.

2 Sophie Boisseau du Rocher, 2009, « Une démocratisation en marche ? », in L’Asie du Sud-Est prise au piège, Paris, Perrin, chap. 3, p. : 98-150.

3 Aurel Croissant et Marco Bünte (dir.), 2011, The Crisis of democratic governance in Southeast Asia, Basingstoke-New York, Palgrave, 280 p. et Aurel Croissant, 2004, « From transition to defective democracy, mapping asian democratization », Democratization, vol. 11, no 5, p. 156-179.

4 Joshua Kurlantzick, 2014, Southeast Asia’s regression from democracy and its implications, CFR, mai.

5 La taille de l’article étant ramassée, il n’est évidemment pas possible de revenir aux racines plus anciennes de la mobilisation démocratique, et encore moins à l’histoire de la pensée politique dans la région. Sur le premier sujet, un excellent article de référence est celui de Dan Slater, 2009, « Revolutions, crackdowns, and quiescence : communal elites and democratic mobilization in Southeast Asia. », American Journal of Sociology, vol. 115, no 1, juillet, p. 203-254.

6 Larry Diamond, 1994, « Toward democratic consolidation », Journal of Democracy, vol. 5, no 3, juillet.

7 Muthiah Alagappa, 1995, Political legitimacy in Southeast Asia: the quest for moral authority, Stanford, Stanford University Press.

8 Lucian Pye, 1988, Asian power and politics: the cultural dimensions of authority, Belknap Press.

9 Dans son carnet Irasec consacré à l’émergence des revendications libertariennes en Asie du Sud-Est, Delphine Alles témoigne précisément de l’émergence d’une pluralité sociopolitique et de nouveaux modes d’action politique dans la région. Voir Delphine Alles, 2012, L’émergence des revendications libertariennes en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Singapour et Philippines), Bangkok, Irasec, Carnet de l’Irasec, no 21.

10 Bob Hadiwinata, 2009, Civil societies networks and the promotion of democracy in Southeast Asia, Bertlesman Stiftung.

11 Muthiah Alagappa, 2004, Civil society in Southeast Asia: expanding or contracting democratic space, Stanford, Standford University Press.

12 Michele Ford, 2013, Social activism in Southeast Asia, Oxon-New York, Routledge et Michele Ford, 2005, Towards good society, civil society actors, the state, and the business class in Southeast Asia: facilitators of or impediments to a strong, democratic and fair society?, Berlin, the Heinrich Böll Foundation.

13 Réflexions partagées sur la base d’un texte de Bernard Formoso, associant Romain Bertrand, Jérémy Jammes et François Robinne, 2013, « Quelle(s) société(s) civile(s) en Asie du Sud-Est ? », L’Asie du Sud-Est 2013, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, p. 94.

14 Reporters sans frontières a classé Singapour à la 149e place sur 179 dans son classement mondial de la liberté de la presse et Freedom House range le pays à la 153e place, aux côtés de l’Afghanistan, de l’Irak et du Qatar.

15 Cherian George, 2013, « The Internet as a platform for civil disobedience », in J. Hartley, J. Burgess et A. Bruns, A Companion to new Media Dynamics, Wiley Blackwell, p. 385-395.

16 L. MacLaren, Alam Surya Putra et Erman Rahman, 2011, How civil society organizations work politically to promote pro-poor policies in decentralized Indonesian cities, The Asia Foundation, Occasional Paper, no 6, juin.

17 Pavin Chachavalpongpun, 2013, Thailand’s Red networks: from street forces to eminent civil society coalitions, Southeast Asian Studies at the University of Freiburg, Occasional Paper, no 14, avril. Voir également Eugénie Mérieau, 2013, Les Chemises rouges de Thaïlande, Bangkok, Irasec, Carnet de l’Irasec, no 23, 168 p.

18 Jörg Wischermann, 2011, « Governance and civil society action in Vietnam: changing the rules from within - potentials and limits », Asian Politics and Policy, vol. 3, no 3, p. 383-411.

19 Carlyle Thayer, 2009, « Vietnam and the challenge of political civil society », Contemporary Southeast Asia, no 31, p. 1-27.

20 L’hypothèse de Seymour Lipset (des accroissements du niveau de vie tendent à engendrer un accroissement progressif de la démocratie) a été vérifiée empiriquement avec une forte régularité. Voir « Some social requisites of democracy : economic development and political legitimacy », American Political Science Review, vol. 53, no 1, mars 1959, p. 69-105, et aussi Bertrand Badie, 1988, Le développement politique, Paris, Economica.

21 Chris Chaplin « Defending the Faith », New Mandala, 12 juin 2014.

22 A. Przeworski, M. Alvarez, J. A. Cheibub, F. Limongi, 1996, « What makes democracies endure? », Journal of Democracy, vol. 7, no 1.

23 Erick Kuhonta, 2014, « Democracy and inequality in Thailand: the rise of the Red shirts », in Kate Xiao Zhou, Shelley Rigger, Lynn T. White III, Democratization in China, South Korea and Southeast Asia: local and national perspectives, Oxon-New York, Routledge, p. 66-83.

24 Notamment en termes de réponse aux demandes de la société civile, voir Alex Chang, Yun-han Chu et Bridget Welsh, 2013, « Southeast Asia : sources of regime support », Journal of Democracy, vol. 24, no 2, avril, p. 151.

25 Marcus Mietzner, 2011, « Indonesia and the pitfalls of low-quality democracy: a case study of the gubernatorial elections in North Sulawesi », in Marco Bunte et Andreas Ufen (dir.), Democratization in post-Suharto Indonesia, Oxon, Routledge, p. 124-149.

26 Matthew Carlson et Mark Turner, 2008, « Public support for democratic governance in Southeast Asia », Asian Journal of Political Science, vol. 16, no 3, p. 219-239.

27 Sarah Shair-Rosenfield, Gary Marks et Liesbet Hooghe, 2014, « A Comparative measure of decentralization for Southeast Asia », Journal of East Asian Studies, no 14, p. 85-107.

28 C’est ce qui ressort nettement d’une étude menée à l’occasion des élections indonésiennes de 2010 ; voir Rakesh Sharma, Lauren Serpe et Astri Suryandari, 2010, Indonesia Electoral Survey 2010, Washington, IFES (International Foundation for Electoral System)-Australian Agency for International Development, novembre.

29 Aurel Croissant, Gabriele Bruns et Marei John, 2002, Electoral politics in Southeast and East Asia: a comparative perspective, Singapour, Friedrich-Ebert-Stiftung, Office for Regional Cooperation in Southeast Asia.

30 Wolfang Sachsenröder (dir.), 2014, Party Politics in Southeast Asia, Barnes & Noble.

31 Mark R. Thompson, 2012, « Class, charisma, and clientelism », in Dirk Tomsa et Andreas Ufen (dir.), Party politics in Southeast Asia: clientelism and electoral competition in Indonesia, Thailand and the Philippines, Oxon-New York, Routledge, p. 62-79.

32 David Martin Jones, 2008, « Security and Democracy: the ASEAN Charter and the dilemmas of regionalism in South-East Asia », International Affairs, vol. 84, no 4, p. 735-756.

33 Shau Narine, 2012, « Human rights norms and the evolution of ASEAN: moving without moving in a changing regional environment », Contemporary Southeast Asia, décembre, vol. 34, no 3, p. 376.

34 Simon Tay, président du Singapore Institute of International Affairs, cité par Joe Cochrane, 2014, « In Southeast Asia, Indonesia is an unlikely role model for democracy », New York Times, 4 septembre.

35 Muthiah Alagappa, 2001, Coercion and Governance: the declining role of the military in Asia.

36 Puangthong Pawakapan, 2014, « The Thai junta’s interim constitution: towards an anti-electoral democracy », ISEAS Perspective (Singapore), no 45, 12 août.

37 International Crisis Group, 2014, Myanmar’s military : back to the barracks ?, Yangoon-Brussels, Asia Briefing, no 143, 22 avril et Renaud Egreteau, 2011, Histoire de la Birmanie contemporaine, le pays des Prétoriens, Paris, Fayard.

38 Tan Tai Yong, 2011, « The armed forces and politics in Singapore: the persistence of civil-military fusion », in Marcus Mietzner (dir.), The political resurgence of the military in Southeast Asia, Oxon-New York, Routledge, p. 148-166.

39 Karen Rodrigo, 2014, The role of judicial review in the anti-corruption Agenda in the Philippines, mémoire de master (Human Rights-global political Studies), Suède, Université Malmö, chap. V, p. 36-43.

40 Kavi Jittikasorn et Sophie Boisseau du Rocher, 2005, « Thaïlande : domination d’un parti unique », Annuaire Asie orientale 2005-2006, Paris, La Documentation française et Asia Centre, Centre études Asie.

41 James Buchanan, « Translating Thailand’s Protests: An Analysis of Red Shirt Rhetoric », Austrian Journal of South-East Asian Studies, 2013, vol. 6, no 1, p. 60-80.

42 Nathan G. Quimpo, 2007, « The Philippines: political parties and corruption », Southeast Asian Affairs, no 1, p. 277-294 et « Fighting corruption through patronage? », The Manila Review, no 5, septembre 2014.

43 Jamie Seth Davidson, 2014, Indonesia’s changing political Economy, Cambridge, Cambridge University Press, décembre.

44 Le rapport 2013 de Global Witness révèle précisément la vente des terres laotiennes aux grandes entreprises vietnamiennes spécialisées dans le caoutchouc, jetant dehors de nombreuses petites communautés locales incapables de subvenir à leurs besoins.

45 Voir le rapport de l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW).

46 « Calls for Jihad, purges emerge at hate-filled anti-shiite gathering in Indonesia », Jakarta Globe, 20 avril 2014.

47 Jason Ng, « Brunei Sultan issues warning to Shariah critics », The Wall Street Journal, 27 février 2014.

48 En mai 2014, un jihadhiste malaisien, Ahmad Maliki, est « mort en martyr au combat » dans le Nord de l’Irak après avoir lui-même tué dans une attaque suicide « plusieurs dizaines de personnes ».

Auteur

Docteur en sciences politiques à Sciences Po Paris et travaille sur les questions politiques et géostratégiques en Asie du Sud-Est. Après s’être intéressée à l’Asean et la construction régionale, elle poursuit ses travaux sur les relations Chine-Asie du Sud-Est (Asean) et leur impact sur les équilibres globaux. Elle est également chercheur associée à l'Irasec ainsi qu'au GRIP (Groupement de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité) à Bruxelles et au Centre Asie de l'IFRI à Paris.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site