Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Quatrième partie. Annexes

Les think tanks en Asie du Sud-Est

Éléments de réflexion

Fanny Potkin et Tim Yu

Texte intégral

Introduction

  • 1 Diane Stone, « Think Tanks and Policy Advice in Countries in Transition », Public Policy Research (...)

1Également appelés laboratoires d’idées, les think tanks sont des organismes ouverts, en principe indépendants, construits autour d’un socle de chercheurs permanents et voués à l’analyse d’enjeux nationaux et internationaux. Leur rôle est de produire des études, ainsi que des propositions sur les politiques publiques dans une perspective d’intérêt général. Définis par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) comme « un pont entre le savoir et le pouvoir des démocraties modernes1 », les think tanks font souvent le lien entre la société civile, les décideurs politiques et économiques, et les milieux académiques.

2On peut distinguer six catégories principales de think tanks :

  1. Gouvernemental : Think tank faisant directement partie du gouvernement. Exemples : Institut Penang (Malaisie), CIEM (Viêt Nam), NERI (Laos)
  2. Indépendant : Think tank autonome, pouvant être associé à une organisation d’intérêt public ou à un groupe de pression. Exemples : IDEAS (Malaisie), EIC (Cambodge), Egress (Birmanie), SIIA (Singapour)
  3. Académique : Think tank affilié à une université. Exemples : ISDS, CRC (Philippines), ISIS Thaïlande
  4. Politique : Think tank proche d’un parti politique ou d’un candidat. Exemples : YYS, INSAP, Sedar (Malaisie)
  5. Semi-gouvernemental : Think tank financé par le gouvernement. Exemples : CPIS (Indonésie), ISEAS, EAI (Singapour), CEERD (Thaïlande)
  6. À but lucratif : Think tank associé à une entreprise.

3Plus de 6 000 think tanks sont aujourd’hui répertoriés dans le monde. Ces institutions diffèrent considérablement en taille, structure, idéologie ainsi que dans leurs domaines de recherche.

1 - Les think tanks en Asie du Sud-Est

  • 2 Ibid.

4Les think tanks sud-est asiatiques ont commencé à apparaître après la Seconde Guerre mondiale, mais ils se sont multipliés dans les années 1990 lorsque la région a commencé à se développer économiquement. Selon la géopolitologue Diane Stone2, leur développement inégal est dû à plusieurs facteurs : instabilité politique, structures juridiques des pays, divisions religieuses et ethniques, et développement de la société civile. Contrairement à la tradition anglo-américaine – où les think tanks sont perçus comme nécessitant une certaine autonomie pour bien fonctionner – leurs homologues sud-est asiatiques connaissent une indépendance restreinte et sont souvent liés aux gouvernements.

5En outre, le statut des think tanks dans la région est généralement flou et difficile à catégoriser. La singularité des think tanks d’Asie du Sud-Est réside plutôt dans le rôle essentiel que ces derniers ont joué dans la construction d’une identité collective régionale. La formation de réseaux, réunissant les plus importants think tanks des pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) et promouvant une compréhension commune de la région, leur a ainsi permis de devenir des acteurs clés dans les débats sur l’intégration économique et la coopération sécuritaire.

6Dans ce qui suit, plutôt qu’un choix prétendant tendre à l’exhaustivité, une sélection des principaux think tanks, par pays et par catégories, est présentée dans leurs grandes lignes. Le but de cette note étant de constituer un outil pragmatique, facilement accessible et allant à l’essentiel. Les pays sont classés par ordre alphabétique et chaque entrée est construite selon un schéma identique : la date de création, le lien avec le pouvoir central et l’énumération des principaux axes de recherche. Enfin, la dernière partie de cette analyse précisera plusieurs réseaux de think tanks et leur rapport avec l’Asean.

Birmanie/Myanmar

Myanmar Development Ressources Institute (MDRI)

7Le MDRI, créé entre 2011et 2012, est le plus large think tank du pays. Le MDRI est indépendant, mais il joue un rôle déterminant auprès du gouvernement pour l’aider à formuler sa politique de réformes et pour le conseiller dans la mise en place de ses politiques publiques. Son but est de produire des recherches sur les enjeux importants que rencontre la Birmanie, ainsi que de combler le manque de données récentes sur le pays.

8Le MDRI compte trois centres de recherche différents :

  1. Centre pour le développement économique et social (CESD)
  2. Centre pour les études légales (CLA)
  3. Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS)

9Peu d’informations existent sur les deux derniers, mais le CESD bénéficie d’un soutien financier important de la part d’organisations internationales et réalise des études sur les problèmes économiques et sociaux du pays, en cherchant des solutions s’inspirant du développement durable.

Myanmar Egress (Egress)

Site Internet: www.myanmaregress.org

10L’Egress est une organisation non gouvernementale indépendante fondée en 2006 pour promouvoir la société civile en Birmanie. L’organisation conseille le gouvernement sur ses politiques publiques, réalise des sondages d’opinion et mène des campagnes de sensibilisation sur la protection de l’environnement. L’Egress comporte aussi des programmes de formation en économie, gestion, et éducation civique. Tin Maung Thann, directeur d’Egress, est ainsi également le directeur du Centre birman pour la paix (MPC, ci-dessous).

Myanmar Peace Center (MPC)

11Le MPC fut créé par le gouvernement en 2012, avec un financement de 700 000 euros de l’Union européenne. Le centre est une plateforme de dialogue sur la paix réunissant le gouvernement, des représentants des milices ethniques et des acteurs de la société civile. Le MPC formule ensuite des recommandations stratégiques pour la consolidation de la paix et est chargé de coordonner toutes les politiques du gouvernement en matière de négociations avec des groupes armés et d’assistance humanitaire dans les zones de conflit.

12Les trois organismes suivants ne sont pas des think tanks au sens classique, mais ils forment avec le MDRI, le MPC, et l’Egress, le socle des organisations les plus influentes du pays en matière de politiques publiques et économiques.

Union of Myanmar Federation of Chambers of Commerce and Industry (UMFCII)

Site Internet : www.umfcci.com.mm

13L’UMFCII fut fondée en 1989 pour défendre les intérêts du secteur privé et sert aujourd’hui de pont entre le gouvernement et le monde des affaires. L’UMFCII prend une part active dans la mise en œuvre des politiques économiques du pays. L’UMFCII est dirigé par l’homme d’affaires Win Aung, fondateur de Dagon International.

Yangon Heritage Trust (YHT)

Site Internet: http//yangonheritagetrust.org

14L’YHT est un organisme indépendant fondé en 2012 pour protéger et promouvoir l’héritage culturel de Rangoun. À cet effet, l’YHT élabore des plans d’action de sauvegarde du patrimoine culturel et conseille le gouvernement sur le sujet. Son fondateur est l’écrivain et historien Thant Myint U, qui est aussi conseiller du MPC.

National Economic and Social Advisory Council (NESAC)

15Créé par le président Thein Sein en 2012, le NESAC réunit des cadres du gouvernement, des universitaires et des hommes d’affaires. Son rôle est de débattre des enjeux auxquels est confrontée la Birmanie et de conseiller le gouvernement. Les dirigeants du MDRI, d’Egress, du MPC, de l’UMCII, et du YHT y siègent tous.

Brunei

Center for Strategic and Policy Studies (CSPS)

Site Internet : www.csps.org.bn

16Le CSPS fut fondé en 2006 pour entreprendre des recherches sur les politiques publiques du pays. Le centre est indépendant, mais il est financé par le gouvernement. Le CSPS mène ses projets de recherche en collaboration avec des agences gouvernementales et le secteur privé.

17Axes de recherche :

  • Politique économique et sociale
  • Chômage et jeunesse
  • Politique en éducation publique
  • Environnement et efficacité énergétique

18Activités : Le centre publie ses analyses et organise des conférences pour rendre ses recherches accessibles aux acteurs concernés. Le CSPS cherche aussi à promouvoir la recherche sur Brunei mondialement.

Cambodge3

Cambodia Development Resources Institute (CDRI)

Site Internet : www.cdri.org.kh

19Le CDRI fut créé en 1990 en tant qu’organisme indépendant, avec pour mission d’améliorer la politique du Cambodge en matière de développement durable. Le CDRI initie et développe un grand nombre de ses projets en partenariat avec des institutions publiques cambodgiennes, ainsi qu’avec des organisations non gouvernementales internationales.

20Axes de recherche :

  • Gestion des ressources naturelles et de l’environnement
  • Gouvernance démocratique et réformes du secteur public
  • Économie, commerce, et intégration économique régionale
  • Réduction de la pauvreté, et développement rural et agricole
  • Développement humain
  • Sécurité humaine, transformation des conflits, et édification de la paix

21Activités : Le CDRI développe des projets de recherche relatifs au développement du Cambodge, publie les résultats de ses travaux, organise des conférences et des ateliers de réflexion pour rendre ses recherches accessibles aux acteurs concernés.

Cambodian Institute for Cooperation and Peace (CICP)

Site Internet : www.cicp.org.kh

22Le CICP fut fondé en 1994 comme une organisation non gouvernementale destinée à promouvoir le dialogue et la recherche sur la société civile au Cambodge. L’institut fut créé sur proposition du prince Norodhom Sirivudh ; il promeut la démocratisation du pays et l’avancement des droits de l’Homme, ainsi que des valeurs de paix et de coopération au Cambodge.

23Axes de recherche :

  • Développement économique et social
  • Gouvernance démocratique et société civile
  • Sécurité humaine et changement climatique
  • L’intégration régionale et globale du Cambodge
  • Politique étrangère et sécuritaire du pays
  • 4 Ibid.

24Activités : Le CICP développe des projets de recherche, publie les résultats de ses travaux et organise des conférences. Il organise des programmes d’aide aux communautés rurales, ainsi que des programmes de formation et d’échange pour des jeunes dirigeants et des parlementaires. Budget : 200 000 dollars américains (2000)4.

25L’institut est membre du réseau Asean-ISIS et du Conseil pour la sécurité et la coopération en Asie-Pacifique.

Center for Advanced Study (CAS)

Site Internet : www.cascambodia.org

26Le CAS est un organisme éducatif indépendant et apolitique créé en 1996 pour « produire des recherches » et « susciter des débats sur les grands enjeux publics auxquels fait face le Cambodge ». Le centre utilise une approche pragmatique et intégrative pour offrir des solutions concrètes aux problèmes du pays.

27Axes de recherche :

  • Développement social et économique du pays
  • Santé publique
  • Gouvernance et société civile
  • Discrimination fondée sur les sexes

28Activités : Mis à part ses propres travaux, le CAS réalise des enquêtes à grande échelle pour des organisations internationales et des groupes sans but lucratif. Il a développé des instruments de collecte de données spécialisés pour le contexte cambodgien et forme aussi de jeunes chercheurs au secteur du développement.

Economic Institute of Cambodia (EIC)

Site Internet : www.eicambodia.org

29L’EIC est un organisme non gouvernemental fondé en 2003 ; il se donne pour objectif de promouvoir l’adoption du développement durable dans les politiques économiques du Cambodge. L’institut utilise une double approche macro et microéconomique pour réaliser ses travaux et collabore avec d’autres instituts de recherche internationaux.

30Axes de recherche :

  • Politiques économiques et développement durable
  • Surveillance macroéconomique et prévisions futures
  • Développement du secteur de l’industrie
  • Enjeux économiques régionaux et mondiaux pour le pays

31Activités : Afin de rendre leurs recherches accessibles aux acteurs concernés, l’EIC publie ses études et organise des conférences. L’institut effectue aussi des enquêtes pour le secteur privé, ainsi que des évaluations de projets de développement pour des organisations internationales.

International Relations Institute of Cambodia (IRIC)

Site Internet : www.iric.gov.kh

32L’IRIC fut établi en 2006 par décret royal, comme organisme apolitique à but non lucratif. Il a pour objectif de travailler à des solutions en vue d’améliorer le développement du pays et la qualité de vie de ses citoyens. L’institut coopère avec d’autres institutions nationales et internationales pour élaborer des recommandations stratégiques sur les politiques publiques à adopter pour le Cambodge. Il est particulièrement actif dans les domaines des relations internationales et de la politique étrangère du pays.

33Axes de recherche :

  • Relations internationales
  • Politique étrangère et sécuritaire
  • Culture et tourisme
  • Économie
  • Politique de santé et politique sociale
  • Agriculture, environnement et ressources naturelles

34Activités : l’IRIC publie des articles ainsi que des revues académiques. Il invite aussi régulièrement des membres du gouvernement, ainsi que des chercheurs locaux et étrangers pour des conférences et des ateliers de réflexion. En outre, il compte des programmes de formation pour des jeunes chercheurs en relations internationales et sciences politiques.

Indonésie

Center for Strategic and International Studies (CSIS)

35Le CSIS fut établi en 1971 sous la forme d’une institution de recherche privée et à but non lucratif. Le centre réalise des études sur les enjeux économiques, politiques, socioculturels et internationaux auxquels fait face l’Indonésie. Dans les années 1970, le CSIS participa notamment à la conception de la politique économique nationaliste du pays. Le centre est particulièrement actif dans les réseaux régionaux et internationaux, et était un membre fondateur du réseau Asean-ISIS avant même que ce dernier soit officiellement lancé. Le CSIS, longtemps le seul think tank du pays, est critiqué par ses détracteurs comme étant une institution élitiste et dominée par les intellectuels chinois et catholiques.

36Axes de recherche :

  • Science et technologie
  • Relations internationales
  • Politique nationale
  • Économie
  • Régionalisme du Sud-Est asiatique

37Activités : Le CSIS publie des ouvrages, des monographies, des revues académiques à partir de ses travaux de recherche. Il conserve une des plus grandes bibliothèques spécialisées du pays. Il organise aussi des conférences, séminaires et manifestations culturelles qui sont ouvertes au public.

  • 5 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

38Budget : 4 milliards de roupies indonésiennes (2005)5.

39Le CSIS est membre de l’Asean-ISIS et du Conseil pour la coopération et la sécurité en Asie-Pacifique (CSCAP).

Lembaga Penyelidikan Ekonomi dan Masyarakat (LPEM)

Site Internet : www.lpem.org/

40Le LPEM fut fondé à la Faculté d’économie de l’Université d’Indonésie, en 1953, avec comme objectif de promouvoir le développement du pays. L’institut conduit des recherches et réalise des recommandations stratégiques sur l’économie internationale. Il collabore à la fois avec le secteur privé et des institutions gouvernementales en Indonésie et à l’étranger.

41Axes de recherche :

  • Développement social et économique
  • Économie internationale
  • Expansion du secteur privé
  • Développement de l’Asie du Sud-Est

42Activités : Le LPEM publie ses études et édite une revue académique sur l’économie et la finance en Indonésie. L’institut organise aussi des conférences et des formations sur le développement du pays.

Center for Information and Development Studies (CIDES)

Site Internet : www.cidescampus.or.id

43Le CIDES est un think tank islamique fondé en 1993. Le centre fut créé sous l’influence de l’Association indonésienne des intellectuels musulmans (ICMI), avec comme intention de rassembler les politiciens et fonctionnaires musulmans du pays. Il vise enfin à contrebalancer la présence des think tanks à majorité chrétienne libérale (comme le CSIS) et promeut des valeurs musulmanes. En particulier, le CIDES encourage des politiques économiques inspirées de l’islam.

44Axes de recherche :

  • Politique économique
  • Développement
  • Études musulmanes

Center for Policy and Implementation Studies (CPIS)

45Établi en 1986, le CPIS est un institut de recherche interdisciplinaire sous l’égide du ministère indonésien des Finances. Le centre étudie les enjeux socio-économiques du pays. Bien que le CPIS soit reconnu comme un centre de recherche autonome, il est entièrement financé par le gouvernement. Le centre conduit aussi des recherches sur les politiques publiques existantes afin d’améliorer leur processus d’implémentation.

Institut indonésien des sciences (LIPI)

Site Internet : www.lipi.go.id

46Le LIPI est un institut gouvernemental créé en 1967 et chargé de formuler des recommandations sur l’élaboration de politiques scientifiques et technologiques. Son mandat fut ensuite étendu à des recherches sur les relations internationales, avec la création du Centre pour la recherche et le développement des études politiques et régionales.

Laos

National Economic Research Institute (NERI)

47Fondé en 1997, le NERI est un institut gouvernemental interministériel qui effectue des recherches sur le développement économique du Laos. Même si cet institut est sous le contrôle direct du gouvernement, il est majoritairement financé par des organisations internationales. Outre ses projets de recherche, le NERI effectue un suivi régulier des indicateurs macroéconomiques du pays et élabore de nouvelles politiques publiques économiques aux niveaux national, régional et provincial.

48Axes de recherche :

  • Intégration économique régionale et globale du pays
  • Pauvreté et développement du secteur rural
  • Expansion du secteur de la finance et des petites et moyennes entreprises

Malaisie

Institute of Strategic and International Studies Malaysia (ISIS)

Site Internet : www.isis.org.my

49L’ISIS se présente, dès sa création en 1983, comme le premier think tank malaisien ; il demeure 30 ans plus tard l’un des plus importants et des plus actifs des pays de l’Asean. Établi par le Premier ministre Mahatir du parti de l’Organisation nationale unifiée malaise (UMNO – United Malay National Organization), l’ISIS mène des analyses à la fois sur les enjeux publics auxquels doit faire face le pays, ainsi que sur les politiques publiques et internationales sur le long terme du gouvernement. L’institut, proche du gouvernement donc, sans néanmoins en faire partie, est le think tank recevant le plus de financements en Malaisie.

50Axes de recherche :

  • Politique étrangère et de sécurité
  • Politique économique nationale et internationale
  • Politique sociale
  • Environnement, développement durable, et nouvelles technologies
  • 6 National Institute for Research Advancement’s, « World Directory of Think Tanks », 2005, NIRA (www (...)

51Activités : l’institut se veut un espace de dialogue sur les enjeux publics pour les différents acteurs concernés et organise à cette fin des conférences, séminaires, et autres ateliers de réflexion. L’ISIS publie aussi régulièrement des articles sur ses activités, ainsi que des chroniques dans les journaux du pays. Budget : 6 millions de ringgit malaisiens (2004)6.

52L’ISIS est membre fondateur du réseau dit Asean-Institut d’études stratégiques et internationales (Asean-ISIS) et est aussi membre du réseau des think tanks de l’Asie de l’Est (NEAT), ainsi que du Conseil pour la coopération et la sécurité en Asie-Pacifique (CSCAP).

Malaysian Institute of Economic Research (MIER)

Site Internet : www.mier.org.my/

53Le MIER est un organisme à but non lucratif fondé en 1985 pour développer et améliorer l’économie du pays. L’institut jouit d’un statut privé, mais son budget provient de subventions gouvernementales, ainsi que d’entreprises privées.

54Axes de recherche :

  • Développement économique du pays (avec élaboration de politiques économiques appropriées)
  • Surveillance macroéconomique de la Malaisie
  • Recherche sur les secteurs de l’industrie et de la finance
  • 7 Ibid.

55Activités : Outre ses recherches, MIER se veut un pont entre le gouvernement, le secteur privé et le milieu universitaire afin d’améliorer les politiques économiques du pays, organisant à cet effet des conférences, des colloques et des publications. L’institut lance également des projets de recherche, ainsi que des formations en économie pour des clients venant des secteurs public et privé. Budget : 2,2 millions de ringgit malaisiens (2004)7.

Center for Public Policy Research (CPPS)

Site Internet : www.ids.org.my/current/index.htm

56Le CPPS fut créé en 2006, sous l’égide de l’Institut pour la stratégie et le leadership (ASLI), avec la mission d’encourager un dialogue ouvert sur les enjeux publics du pays et de promouvoir une meilleure gouvernance. Afin de s’assurer que ses recommandations parviennent aux acteurs concernés, le CPPS allie services de conseils, activités de recherche et lobbying ; il adopte volontairement une approche neutre, en s’efforçant de se tenir à l’écart de tout courant politique, ethnique ou religieux Axes de recherche :

  • Environnement et développement durable
  • Politique économique et compétitivité
  • Développement du capital humain
  • Éducation

57Activités : Afin de s’assurer que ses recommandations parviennent aux acteurs concernés, le CPPS développe des outils de communication et une stratégie de sensibilisation spécifiquement conçus pour différents secteurs. Cela inclut l’organisation d’événements réunissant politiciens, chercheurs et journalistes, ainsi que la publication de notes de synthèse sur les sujets étudiés, et des collaborations avec des organisations non gouvernementales et des groupes de défense de l’intérêt général.

Institute for Development Studies (IDS SABAH)

Site Internet : www.ids.org.my/current/index.htm

58L’IDS fut établi par l’État malaisien de Sabah en 1985, afin de servir de laboratoire d’idées au gouvernement central. L’IDS examine les problèmes auxquels fait face Sabah (État de Malaisie situés sur l’île de Bornéo) et propose des politiques publiques qui se veulent adaptées aux enjeux géopolitiques et ethniques.

59Axes de recherche :

  • Développement économique de la région
  • Administration publique
  • Secteurs agricoles et forestiers
  • Tourisme
  • 8 Ibid.

60Activités : L’IDS élabore à la fois des projets de recherche sur des questions spécifiques, ainsi que des plans et calendriers de mise en œuvre, détaillant notamment quelles mesures seraient préférables à adopter pour une meilleure gouvernance de Sabah. Budget : 1 million dollars américains (2001)8.

Penang Institute

Site Internet : http:// penanginstitute.org/

61L’institut fut créé en 1997 sous le nom d’Institut sur la recherche socio-économique et environnementale (SERI) ; il est depuis devenu un think tank placé sous l’égide du gouvernement de l’État malaisien de Penang. Dans cet objectif, il réalise des recherches sur les politiques publiques de Penang et se veut une plateforme de discussion pour la province.

62Activités : L’institut collabore avec des organisations non gouvernementales et internationales. Il organise des conférences et des ateliers de réflexion accessibles au public, publie ses travaux de recherche et maintient une bibliothèque spécialisée sur la région.

Maritime Institute of Malaysia (MIMA)

Site Internet : www.mima.gov.my/

63Le MIMA est un institut de recherche créé en 1993 par le ministère des Transports. L’institut analyse les enjeux maritimes auxquels fait face la Malaisie aux niveaux régional, national et mondial. Le MIMA collabore avec les agences gouvernementales concernées pour les aider à mettre en place les politiques maritimes du pays.

64Activités : Le MIMA publie des ouvrages, une revue académique, ainsi que des notes de travail thématiques. Il organise par ailleurs des conférences et des séminaires de recherche sur les enjeux maritimes de la région.

Institute for Democracy and Economic Affairs (IDEAS)

Site Internet : http//ideas.org.my/

  • 9 Rapport d’activités 2012 d’IDEAS : http//ideas.org.my/

65L’IDEAS, fondé en 2012, est un organisme privé, de mouvance libérale, à but non lucratif. Son objectif est de promouvoir des principes d’économie de marché comme solution aux questions d’intérêt public auxquels fait face la Malaisie. L’institut adopte une approche multipartisane et collabore avec des représentants de différents partis. Activités : L’institut diffuse ses idées à travers des articles de presse, des ouvrages, des débats, ainsi que des séances d’information pour les décideurs politiques nationaux et régionaux. L’IDEAS maintient aussi un centre dédié à l’autisme qui aide des enfants atteints de cette maladie. Budget : 140 787 ringgit malaisiens (2012)9.

Institut Kefahaman Islam Malaysia (IKIM)

Site Internet : www.ikim.gov.my/

66L’IKIM a été fondé en 1992 par le gouvernement avec le statut d’organisme indépendant, ayant pour mission de promouvoir les valeurs musulmanes. L’institut fonctionne essentiellement comme un think tank religieux et comporte des programmes de recherche sur la charia, l’économie, la société malaise, ainsi que sur les sciences. La création d’IKIM était un moyen pour le gouvernement du Premier ministre Mahatir de montrer son ralliement à l’islam et d’en promouvoir une forme tolérante et modérée face au reste du monde.

67Activités : Mis à part ses projets de recherche, l’IKIM possède sa propre maison d’édition (Penerbit IKIM) et publie des articles, ouvrages, et magazines qui promeuvent ses valeurs. Il offre aussi des programmes de formation ou des consultations sur comment interpréter et expliquer l’islam dans une variété de domaines, comme l’économie, le droit, la santé, ou l’éducation des enfants.

Sedar Institute (Sedar)

Site Internet : www.sedar.org.my/

68Cette institution à but non lucratif et établie en 2001 par le parti Gerakan Rakyat Malaysia (Gerakan), sert de laboratoire à ce dernier et promeut ses idées.

69Le Sedar mène des recherches sur des questions de politique publique et assure un suivi des politiques gouvernementales. L’institut organise aussi des conférences et des ateliers de réflexion sur les enjeux publics avec des décideurs politiques régionaux et nationaux, ainsi que des acteurs de la société civile et du secteur privé.

Yayasan Strategik Sosial (YYS)

Site Internet : http//yss.my/

70La fondation YYS a été créée en 1997 par le Congrès des Indiens de Malaisie (MIC – Malaysian Indian Congress, un des principaux partis malaisiens), pour réaliser des études sur les problèmes auxquels fait face la communauté indienne du pays. L’organisme élabore ensuite des stratégies qu’il promeut auprès des acteurs concernés. L’YYS offre également des formations à la fois aux membres de son parti et de sa communauté.

Institute of Strategic Analysis and Policy Research (INSAP)

71L’INSAP est le think tank de l’Association des Chinois de Malaisie (MCA – Malaysian Chinese Association, autre parti important du pays). L’INSAP joue un rôle similaire à celui d’YYS pour les Sino-Malaisiens en organisant des études et discussions sur les difficultés que ces derniers rencontrent, en particulier dans les domaines des relations interethniques, l’emploi, et l’éducation.

Singapour

Institute on Southeast East Asian Studies (ISEAS)

Site Internet : www.iseas.edu.sg

72L’ISEAS fut fondé en 1968 par une loi du Parlement, avec comme objectif d’entreprendre et de promouvoir des programmes de recherche interdisciplinaires sur les enjeux importants de la région. La création d’ISEAS fut aussi un moyen pour Singapour (alors à peine établi) de démontrer son engagement vis-à-vis de la région. Cet institut de recherche indépendant et affilié à l’université nationale de Singapour (NUS), est financé à la fois par le gouvernement et le secteur privé. Il encourage la recherche sur l’Asie du Sud-Est à travers l’organisation de conférences, de services de soutien à la recherche et la publication d’une vaste gamme d’ouvrages sur la région.

73Axes de recherche :

  • Société, culture, et religion en Asie du Sud-Est
  • Affaires stratégiques et politiques de la région
  • Enjeux économiques régionaux

74Activités : L’ISEAS possède sa propre maison d’édition (ISEAS Publishing) qui publie à la fois des ouvrages collectifs, des monographies et des revues académiques. L’institut compte une bibliothèque sur l’Asie du Sud-Est, une unité de recherche en archéologie, un centre dédié aux études sur l’Asean, un centre sur les interactions historiques entre les civilisations asiatiques (Nalanda-Sriwijaya Centre) et un centre sur la relation de Singapour avec l’Apec (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique).

  • 10 V. le site d’ISEAS : www.iseas.edu.sg/administration.cfm

75Budget: 14,4 millions de dollars singapouriens (2012)10.

S. Rajaratnam School of International Studies (RSIS)

Site Internet : www.rsis.edu.sg

76La RSIS était originalement un institut de recherche autonome appelé Institut de défense et d’études stratégiques qui existait au sein de l’Université de technologie de Nanyang (NTU) depuis 1966. Cependant, en 2007, il a été élargi en un programme d’études supérieures. La RSIS fonctionne donc à la fois comme un établissement d’enseignement et de recherche et veut développer une communauté réunissant chercheurs et analystes en politiques publiques et internationales.

77L’école compte aujourd’hui 5 centres de recherche :

  1. L’Institut sur la défense et les études stratégiques
  2. Le Centre international sur la violence politique et la recherche sur le terrorisme (ICPVTR)
  3. Le Centre d’excellence pour la sécurité nationale (CENS)
  4. Le Centre pour les études sécuritaires non traditionnelles en Asie (NTS)
  5. Le Centre de la Fondation Temasek pour le commerce et les négociations (TFCTN)

78Axes de recherche :

  • Politique sécuritaire et étrangère de Singapour
  • Sécurité de la région Asie-Pacifique
  • Relations internationales
  • Économie internationale politique
  • Conflits et défis de sécurité non traditionnelle
  • Islam contemporain
  • Programme d’études individuelles sur l’Asie du Sud, la Chine, les États-Unis, l’Indonésie, et la Malaisie
  • 11 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

79Activités : La RSIS possède sa propre maison d’édition (RSIS Publications) qui publie des ouvrages collectifs, des monographies et des notes de synthèse. L’école organise aussi des conférences, débats et ateliers de réflexion destinés au grand public. Budget : 14,9 millions de dollars singapouriens (2005)11.

80RSIS est membre du CSCAP.

Singapore Institute of International Affairs (SIIA)

Site Internet : http//siiaonline.org/

81Le SIIA, créé en 1961, est le plus ancien think tank singapourien. Il étudie les enjeux régionaux et internationaux auxquels fait face le pays. L’institut conduit des recherches sur des questions d’ordre économique, politique, et sécuritaire et diffuse ensuite ses analyses auprès des acteurs concernés. L’institut est une organisation non gouvernementale indépendante et fonctionne grâce à des donations, des mécénats d’entreprises et les cotisations de ses membres.

82Axes de recherche :

  • L’Asean
  • L’Asie et le monde
  • Gouvernance et droits de l’Homme
  • Environnement et gestion des ressources naturelles
  • Économie
  • 12 Rapport annuel du SIIA, 2012 ( http//siiaonline.org/page/annualreport/).

83Activités : Le SIIA publie des articles et des notes de synthèse sur ses travaux. Il organise aussi des conférences et forums publics, réunissant décideurs politiques nationaux et régionaux, ainsi que des acteurs de la société civile et du secteur privé. En outre, l’institut offre des services consultatifs sur les perspectives économiques et politiques de la région. Budget : 1,4 million de dollars singapouriens (2012)12.

84Le SIIA est un membre fondateur du réseau Asean-ISIS.

Institute on Policy Studies (IPS)

Site Internet : http//lkyspp.nus.edu.sg/ips/

85L’IPS fut établi en 1988 avec comme objectif de débattre des enjeux publics du pays et d’encourager des principes de bonne gouvernance. L’institut fait aujourd’hui partie de la Lee-Kuan-Yew School of Public Policy au sein de la NUS. L’IPS adopte une approche multidisciplinaire dans ses recherches et ses recommandations sur les politiques publiques de la cité-État, cherchant à devenir un pont entre les différentes parties prenantes. L’institut est proche du gouvernement qui examine de près ses analyses.

86Axes de recherche :

  • Économie et commerce
  • Politique et gouvernance
  • Démographie et famille
  • Arts, culture, et médias
  • Société et formation de l’identité
  • 13 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

87Activités : L’IPS publie ses travaux dans la forme d’ouvrages, d’articles, de notes de synthèse et de tribunes dans la presse. Il organise aussi des conférences, des débats, ainsi que des discussions à huis clos et des séances d’information avec les différentes parties prenantes. Budget : 168 millions de dollars singapouriens (2001)13.

East Asia Institute (EAI)

Site Internet : www.eai.nus.edu.sg

88L’EAI fut fondé en 1997 comme centre de recherche autonome sous l’égide de la NUS. L’institut conduit des recherches et fait des recommandations stratégiques sur les changements politiques, économiques et sociaux en Chine, sur la politique étrangère de Beijing, ainsi que sur l’influence culturelle et financière de la diaspora chinoise.

89Activités : L’EAI publie des articles, ouvrages et notes de synthèses sur ses projets de recherche. L’institut édite aussi une revue académique et organise des conférences sur l’Asie de l’Est.

90L’EAI est membre du réseau NEAT.

Institute of Water Policy (IWP)

Site Internet : http//lkyspp.nus.edu.sg/iwp/

91L’IWP fut établi en 2008 par la Lee-Kuan-Yew School of Public Policy de la NUS avec comme objectif de répondre aux défis de gestion des ressources en eau auxquels fait face l’Asie-Pacifique. L’IWP conduit des recherches sur les politiques et gouvernance de l’eau en Asie et propose des recommandations politiques appropriées.

92Activités : L’IWP publie ses travaux à travers des ouvrages, articles et notes de synthèse. L’institut organise aussi des conférences et des séminaires de recherche.

Energy Studies Institute (ESI)

Site Internet : www.esi.nus.edu.sg

93L’ESI, créé en 2007, est un autre institut de recherche faisant partie de la NUS. Il vise à mieux comprendre les enjeux régionaux et globaux liés aux ressources énergétiques à travers ses programmes de recherche et ses analyses stratégiques.

94Axes de recherche :

  • Économie de l’énergie
  • L’environnement et l’énergie
  • La sécurité énergétique

95Activités : L’ESI publie des articles sur ses travaux et organise des conférences sur l’énergie.

Center for Liveable Cities (CLC)

Site Internet : www.clc.gov.sg

96Le centre fut créé en 2008 par le Comité singapourien interministériel du développement durable (IMCSD – The Inter-Ministerial Committee on Sustainable Development), avec pour objectif la promotion de l’expérience de Singapour en matière de développement urbain durable. Le CLC se focalise ainsi sur l’expérience de la cité-État sur des questions relatives à la bonne gouvernance, la planification urbaine, l’accès à un logement abordable, les transports publics, et la durabilité écologique. Le centre réalise des recherches orientées vers l’élaboration de politiques publiques, ainsi que des activités visant à faciliter le partage des meilleures pratiques du pays dans ce domaine.

97Activités : Le CLC publie ses travaux, ainsi qu’un magazine biannuel sur le développement urbain durable. Il organise aussi des conférences, des ateliers de réflexion, ainsi que des formations destinées aux politiciens, fonctionnaires et autres responsables des collectivités urbaines.

Philippines

Philippines Institute for Development Studies (PIDS)

Site Internet : www.pids.gov.ph/

98Le PIDS a été fondé par décret présidentiel en 1977, avec pour objectif d’être un espace d’échange entre les experts et analystes, et les décideurs du gouvernement. Ces chercheurs trouvent là une plateforme pour faire connaître leur expertise et prodiguer leurs conseils sur des questions en rapport avec l’économie et la planification du développement national. Le PIDS travaille principalement pour l’Office national pour l’économie et le développement (NEDA – National Economic and Development Authority), l’agence fédérale en charge du développement et de la planification économique du pays.

99Axes de recherche :

  • Développement économique et social
  • Finance et politique monétaire
  • Commerce international et économie politique
  • Économie agricole
  • Économie de la santé
  • 14 Ibid.

100Activités : Le PIDS publie des revues académiques et des articles de synthèse. L’institut réalise aussi des bases de données interdisciplinaires accessibles à tous et organise des conférences et des séminaires. Budget : 1,2 million de dollars américains (2003)14.

101Le PIDS est membre du réseau NEAT.

Institute for Strategic and Development Studies (ISDS)

Site Internet : www.isdsphilippines.org

102L’ISDS a été fondé en 1991 par un groupe de chercheurs de l’Université des Philippines comme organisme de recherche à but non lucratif. L’institut est dédié à la recherche sur les changements dans les relations nationales et internationales, proposant des recommandations et des stratégies adaptées au gouvernement.

103Axes de recherche :

  • Politique nationale
  • Affaires internationales
  • Développement
  • Défis stratégiques et sécuritaires
  • Droits de l’Homme

104Activités : L’ISDS publie des ouvrages collectifs, des monographies et des revues académiques à partir de ses projets de recherche. Il organise aussi des tables rondes.

105L’ISDS est membre du réseau Asean-ISIS.

Center for Research and Communication (CRC)

Site Internet : http//uap.asia/crc/

106Créé en 1967, le CRC était au départ un organisme de recherche privé à but non lucratif qui s’est ensuite agrandi pour devenir l’Université d’Asie et du Pacifique. Le CRC est donc à la fois un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Le centre fut fondé pour combler le besoin du pays d’avoir un think tank économique qui collaborerait avec le secteur privé et analyserait les transformations du monde des affaires. Le CRC concentre ses études sur les recherches sociales, l’éducation, l’économie et la gestion. Le centre a ensuite travaillé avec les acteurs concernés pour promouvoir ses idées.

107Axes de recherche :

  • Société
  • Économie et commerce
  • Relations internationales
  • Éducation

Philippines Institute for Peace, Violence, and Terrorism Research (PIPVTR)

Site Internet : www.pipvtr.com/

108Le PIPVTR a été fondé en 2005 en tant qu’organisme privé non gouvernemental voulant intégrer le domaine des études sur la paix aux recherches sur la violence politique et le terrorisme. Le PIPVTR est divisé en deux branches : le Centre pour le renseignement et les études sécuritaires traditionnelles (CINSS) et le Centre pour la recherche sur les crimes transnationaux et les études sécuritaires non traditionnelles (TRNSS). L’institut réunit chercheurs, acteurs de la société civile, journalistes et fonctionnaires du gouvernement.

109Axes de recherche :

  • Sécurité nationale et renseignement
  • Terrorisme
  • Relations internationales

110Activités : Le PIPVTR organise des séances d’information ainsi que des rapports d’évaluation sur les problèmes sécuritaires aux Philippines pour des entreprises, des ambassades étrangères, et des organisations non gouvernementales.

Aim Policy Center (APC)

Site Internet : http//policy.aim.edu

111L’APC, créé en 1996, sert de service de recherche à l’Institut asiatique de gestion (AIM – Asian Institute of Management). Le centre étudie les enjeux économiques mondiaux et propose des recommandations stratégiques appropriées aux parties prenantes visant à développer la croissance sur le long terme des Philippines et de la région Asie-Pacifique. L’APC apporte aussi son expertise technique sur des questions relatives au développement et à la réduction de la pauvreté. Le centre privilégie une approche du marché et veut répondre à des problèmes publics avec des solutions prônées par le secteur privé.

Thaïlande

Institute of Strategic and International Studies (ISIS Thaïlande)

Site Internet : www.isisthailand.org

112L’ISIS Thaïlande est un institut universitaire faisant partie de l’Université publique de Chulalongkorn. L’institut, créé en 1982, dirige des recherches interdisciplinaires sur les relations internationales et les affaires sécuritaires en Asie-Pacifique qui servent à améliorer les politiques internationales du pays. L’ISIS Thaïlande reçoit la majorité de son financement de la part d’organismes privés étrangers sans but lucratif, avec toutefois également des subventions du gouvernement et de l’Université.

113Axes de recherche :

  • Les défis sécuritaires régionaux et leur impact sur la Thaïlande
  • Questions sécuritaires non traditionnelles en Asie du Sud-Est
  • L’insurrection séparatiste à Mindanao et autres conflits ethniques régionaux
  • Conflits liés aux ressources naturelles

114Activités : Outre ses recherches, l’institut travaille avec des agences gouvernementales sur les politiques internationales du pays et organise des conférences, des ateliers de réflexion et publie ses travaux lesquels sont accessibles au public.

115L’ISIS Thaïlande est un membre fondateur du réseau Asean-ISIS et siège aussi au CSAP.

Thailand Development Ressources Institute (TDRI)

116Formé en 1984, le TDRI est un organisme indépendant sans but lucratif. Il a pour mission de proposer une analyse et un soutien technique aux agences gouvernementales thaïlandaises pour les aider à élaborer des politiques publiques économiques et sociales.

117Axes de recherche :

  • Développement social et ressources humaines
  • Relations internationales économiques
  • Politique économique et suivi macroéconomique de la Thaïlande
  • L’environnement et les ressources naturelles
  • Développement technologique et scientifique du pays
  • 15 Ibid.

118Activités : Outre ses recherches, le TDRI collabore avec d’autres institutions engagées dans la recherche en politique publique. Il publie des articles et organise des conférences et ateliers de réflexion pour diffuser ses idées aux acteurs concernés. Budget : 92 millions de baht (2003)15.

Center for Energy-Environment Ressources Development (CEERD)

Site Internet : www.ceerd.net

119Le CEERD a été établi en 1998 sous l’égide de la Fondation pour le développement international des ressources humaines (FIHRD – Foundation for International Human Resource Development), avec le support du gouvernement royal thaïlandais. Le centre concentre ses activités de recherche sur les enjeux énergétiques dans la région et propose des solutions de développement durable. Le CEERD collabore à la fois avec des gouvernements et des organismes internationaux.

120Activités : Le CEERD se veut un observatoire sur l’énergie en Asie et agit comme partenaire pour des projets sur l’environnement à travers la région. Le centre consulte aussi sur des projets du secteur privé et donne des cours de formation sur l’environnement.

Thailand Economic Institute (TEI)

Site Internet : www.tei.or.th

121Fondé en 1993, le TEI est un organisme non gouvernemental qui élabore des recommandations stratégiques sur l’environnement et les ressources naturelles du pays. L’institut est indépendant, mais il travaille à la fois avec le gouvernement, des acteurs de la société civile, les universités et le secteur privé.

122Activités : Outre ses projets de recherche, le TEI dispense des cours de formation sur l’environnement et met à disposition une bibliothèque spécialisée.

  • 16 Ibid.

123Budget : 35 millions de dollars américains (2001)16.

Viêt Nam

Institute on Development Studies (IDS)

124Fondé en 2004, l’lDS fut le premier think tank indépendant du pays. Il était focalisé sur le développement du Viêt Nam et influença fortement la libéralisation économique du pays vers une économie de marché. En 2009, une loi interdisant toute forme d’opposition publique et de désaccord avec les politiques gouvernementales de l’État central, entraîna la fermeture de l’IDS.

Central Institute for Economic Management (CIEM)

Site Internet : www.ciem.org.vn/

125Fondé en 1978, le CIEM est un institut gouvernemental qui conduit des recherches sur les enjeux économiques du pays et propose des solutions appropriées. L’institut est placé sous le contrôle direct du ministère de la Planification et des Finances. Il participe ainsi à la fois à l’élaboration des politiques économiques du gouvernement et à leur mise en œuvre.

126Axes de recherche :

  • Économie et commerce
  • Administration publique et gouvernance
  • Développement du secteur privé et du secteur rural
  • Asean et Asie-Pacifique

Diplomatic Academy of Vietnam (DAV)

Site Internet : www.dav.edu.vn/en/

127La DAV a été créée par décret du Premier ministre en 2008 afin de remplacer l’Institut des relations internationales. L’académie produit des recherches stratégiques sur les relations internationales et est devenue l’un des plus importants think tanks gouvernementaux sur les affaires étrangères au Viêt Nam. La DAV fait partie du ministère des Affaires étrangères.

128Axes de recherche :

  • Relations internationales
  • Politique étrangère
  • Économie internationale
  • Sécurité internationale
  • Développement économique

129Activités : outre ses projets de recherche, la DAV édite une revue académique et forme des étudiants en relations internationales, droit international, économie globale, communications et langues étrangères.

130La DAV est membre du réseau Asean-ISIS, du CSCAP et de NEAT.

Institute of Economics (IE)

Site Internet (non officiel) : www.jpvn.org/viet-or/NCSSH.html

131L’IE fait partie du Centre national vietnamien des sciences sociales et humaines (NCSSH – National Center for Social Sciences and Humanities), une institution gouvernementale de recherche fondée en 1960. L’institut réalise des études analytiques sur des politiques économiques nationales et internationales, se focalisant sur le développement du pays. L’IE utilise à la fois une approche théorique et pratique pour formuler ses recommandations de politique publique au gouvernement.

Center for Environmental Research Education and Development (CERED)

Site Internet (non officiel) : www.tiempocyberclimate.org/annex/cered/

132Le CERED est un organisme non gouvernemental créé en 1991 sous le patronage de l’Union vietnamienne des associations technologiques et scientifiques (VUSTA – Vietnam Union of Science and Technology Associations, une organisation en revanche créée par le gouvernement). Le CERED conduit des recherches sur des questions relatives à l’environnement et à la gestion des ressources naturelles. Le centre publie des articles et ouvrages sur ses recherches à travers le pays. Le centre est subventionné par des organisations internationales et des subventions étrangères.

2 - L’Asean et les réseaux de think tanks

133Les réseaux de think tanks sud-est asiatiques ont pour beaucoup contribué à l’expansion du programme d’intégration régional de l’Asean. Ces réseaux existent à trois niveaux : du pays ; de l’Asean ; de l’Asie et du reste du monde. Des partenariats plus vastes ont aussi été noués avec d’autres acteurs du secteur public et privé ou encore des universités, afin de promouvoir la coopération économique régionale, comme le Conseil de coopération économique du Pacifique (PECC – Pacific Economic Cooperation Council). Parmi les réseaux les plus importants, on peut dénombrer :

ASEAN-Institute of Strategic and International Studies (Asean-ISIS)

134Ce réseau, créé en 1988, rassemble des instituts de recherche venant des pays de l’Asean et fonctionne essentiellement comme un mécanisme de diplomatie informelle pour la région. En renforçant la coopération entre les think tanks sud-est asiatiques, l’Asean-ISIS joue un rôle important dans le processus d’intégration de la région. Il est également un acteur influent dans les débats sur l’intégration économique et la coopération sécuritaire. Le réseau entretient des relations étroites avec les gouvernements des différents États constitutifs de l’Asean et est reconnu officiellement comme organisation non gouvernementale de l’Asean. L’influence de l’Asean-ISIS est telle qu’elle a contribué à la création de centres de recherche dans plusieurs pays de la région, comme au Laos et au Cambodge.

Council for Security Cooperation in the Asia Pacific (CSCAP)

Site Internet : www.cscap.org

135Le CSCAP, fondé en 1993, est une plateforme de dialogue et d’échange académique sur les défis sécuritaires et politiques auxquels fait face l’Asie-Pacifique, avec comme objectif de renforcer la confiance et la sécurité dans la région. Ses 21 membres viennent de toute l’Asie et incluent aussi les États-Unis, la Russie, l’Australie, ainsi que l’Europe.

Network of East Asian Think-Tanks (NEAT)

Site Internet : www.neat.org.ph

136Créé en 2002 lors du Sommet 10 + 3 (qui rassemble l’Asean, la Chine, le Japon et la Corée du Sud), le NEAT réunit des think tanks à travers l’Asie. Le réseau fut conçu pour apporter un soutien intellectuel à la coopération régionale en Asie de l’Est. À cette fin, le NEAT analyse des questions relatives à l’intégration de la région et formule des suggestions stratégiques sur les politiques à suivre.

Notes

1 Diane Stone, « Think Tanks and Policy Advice in Countries in Transition », Public Policy Research and Training in Vietnam, Tokyo, Asian Development Bank Institute, 2006.

2 Ibid.

3 Prenant la forme d’organisations non gouvernementales, les organismes suivants ne sont certes pas des think tanks au sens classique, mais forment néanmoins un socle influent dans le pays en matière de politiques publiques et économiques.

4 Ibid.

5 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

6 National Institute for Research Advancement’s, « World Directory of Think Tanks », 2005, NIRA (www.nira.or.jp/past/ice/nwdtt/2005/IDX2/index5.html).

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Rapport d’activités 2012 d’IDEAS : http//ideas.org.my/

10 V. le site d’ISEAS : www.iseas.edu.sg/administration.cfm

11 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

12 Rapport annuel du SIIA, 2012 ( http//siiaonline.org/page/annualreport/).

13 National Institute for Research Advancement’s, op. cit.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site