Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Quatrième partie. Annexes

Les think tanks en Asie du Sud-Est

Éléments de réflexion

Fanny Potkin et Tim Yu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Également appelés laboratoires d’idées, les think tanks sont des organismes ouverts, en principe indépendants, construits autour d’un socle de chercheurs permanents et voués à l’analyse d’enjeux nationaux et internationaux. Leur rôle est de produire des études, ainsi que des propositions sur les politiques publiques dans une perspective d’intérêt général. Définis par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) comme « un pont entre le savoir et le pouvoir des démocraties modernes1 », les think tanks font souvent le lien entre la société civile, les décideurs politiques et économiques, et les milieux académiques.

On peut distinguer six catégories principales de think tanks :

  1. Gouvernemental : Think tank faisant directement partie du gouvernement. Exemples : Institut Penang (Malaisie), CIEM (Viêt Nam), NERI (Laos)
  2. Indépendant : Think tank autonome, pouvant être associé à une organisation d’intérêt public ou à un groupe de pression. Exemples : IDEAS (Malaisie), ...

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540